[FanFic] : 4 Dresseurs, 4 rêves

C'est ici que vous pouvez délier votre plume et raconter vos histoires.

Modérateur : Modérateurs section Pokémon et Vous

Avatar de l’utilisateur
solana5047
Messages : 652
Inscription : mar. 15 août 2017, 15:49
Localisation : Sanglé au font d'une minuscule prison de glace

Re: [FanFic] : 4 Dresseurs, 4 rêves

Message par solana5047 » sam. 06 janv. 2018, 12:54

Platane et Dianthéa ... je ne mis attendais pas !
pour Cal' et Kait' , et bien j'avais raison dans ma petite tête , trop fort dinosaure !pardon x)
j'ai hâte de voir la rival de notre petite olivia ...
pas de "s" au pluriel ^^

La suite , la suite , la suite ...
Dernière édition par solana5047 le sam. 06 janv. 2018, 13:01, édité 1 fois.
Une grande menace affecte ma région
Moi et mes frères , nous ne pouvons lui faire face
Dans notre étroite prison de glace
Nous attendons son excursion

Avatar de l’utilisateur
Vaporeon
Messages : 463
Inscription : ven. 20 nov. 2015, 19:04

Re: [FanFic] : 4 Dresseurs, 4 rêves

Message par Vaporeon » sam. 06 janv. 2018, 12:57

Ce sont des noms propres, que ce soit le mot "Pokémon" ou leur nom, donc pas de "s" au pluriel.

Sinon, bon chapitre ! Un peu à l'eau de rose, mais c'est le thème qui veut ça. Mais l'année passe vite dis donc ! Il va y avoir plusieurs années avant la fin, à ce rythme !

"-Et vous Euphorbe, comment faites-vous pour savoir si c'est un garçon ou une fille ?
- Eh bien, mon vieux Chen, je fais semblant de leur demander une photo par Skype, et ça roule, man !
- Pas bête, cher... C'est quoi votre nom déjà ?"

Avatar de l’utilisateur
Colrin
Modérateur général
Messages : 2357
Inscription : mar. 30 sept. 2014, 20:27
Localisation : Isère
Contact :

Re: [FanFic] : 4 Dresseurs, 4 rêves

Message par Colrin » sam. 06 janv. 2018, 14:11

En théorie, les noms des Pokémon sont des noms propres, donc pas de forme pluriel et tous masculins.
Mais après c'est moche, donc tu peux t'adapter :)
La vie donne et elle reprend... Moi, je prends votre vie.

Avatar de l’utilisateur
Starr
Messages : 89
Inscription : jeu. 05 oct. 2017, 19:07

Re: [FanFic] : 4 Dresseurs, 4 rêves

Message par Starr » sam. 06 janv. 2018, 19:23

J'aime bien la petite parenthèse amoureuse. Maintenant, il faut voir si Caleb va s'en rendre compte ou bien s'il va faire son Sacha et passer sa vie avec Olivia sans capter qu'il lui plaît ;)
~ The future is bulletproof, the aftermath is secondary. ~

Avatar de l’utilisateur
Shinigami
Messages : 584
Inscription : ven. 06 oct. 2017, 22:04
Localisation : Dans le monde des shinigami

Re: [FanFic] : 4 Dresseurs, 4 rêves

Message par Shinigami » dim. 07 janv. 2018, 13:58

Non il n y a pas de s
La vie n'est qu'éphémère. Alors que le temps lui, est infini .

Avatar de l’utilisateur
Evolimiqui
Messages : 2009
Inscription : mar. 25 avr. 2017, 15:13
Localisation : Localisation.

Re: [FanFic] : 4 Dresseurs, 4 rêves

Message par Evolimiqui » dim. 07 janv. 2018, 16:40

Et la majuscule est obligatoire, puisque les noms des Pokémon sont propres.

Avatar de l’utilisateur
Aurore_2021
Messages : 189
Inscription : mer. 01 nov. 2017, 10:37
Localisation : En cavale pour échapper à l'hôpital psychiatrique

Re: [FanFic] : 4 Dresseurs, 4 rêves

Message par Aurore_2021 » dim. 07 janv. 2018, 17:28

D'accord, c'est noté, merci ^^ je sais pas si je vais avoir le courage de reprendre depuis le début pour tout corriger, mais au moins maintenant, je ferai plus la faute !

Chapitre 28 :
Chapitre 28 : Promenons-nous dans les bois...

Cette fois aussi, les vacances arrivent vite. Le niveau s'intensifie encore, malgré le fait que nous n'avons toujours pas débuté les combats. Cependant, la professeure nous assure qu'ils auront bien lieu à la rentrée, avec le retour des beaux jours.
Caleb s'est vite rétabli de son petit malaise, qui s'est révélé être une grippe. À ce propos, je ne sais plus du tout où j'en suis. Kaitlyn s'est évidemment retenue de lui dire quoi que soit, et je lui en suis bien reconnaissante. En revanche, elle n'arrête pas de me lancer des petits regards en coin. C'est assez gênant, surtout que je me surprends de plus en plus souvent à le dévisager.
Je me ressaisis à chaque fois vite, avant qu'il ne s'en rende compte, et arrive rapidement à passer à autre chose, car les sujets de préoccupation ne manquent pas...

***

Le premier samedi des vacances, je me lève assez tard. Je suis complètement lessivée, comme un pauvre Abra qui n'a dormi que 5 heures par jour.
Hier soir, Tonton est encore rentré tard d'un rendez-vous avec Dianthéa. Ces deux-là se voient souvent. TRÈS souvent. Depuis que j'ai découvert le Wailord sous gravillons (ou le Serpang sous roche), il se montre beaucoup plus à l'aise avec ce sujet. Il a vraiment l'air heureux, et ça me fait d'autant plus plaisir qu'il m'a promis que sa copine (désormais, vu les étoiles dans ses yeux quand il parle d'elle) passerait dîner un de ces soirs.
Je descends dans son bureau, et le trouve déjà absorbé par l'écran de son ordinateur.
"-Bonjour !, dis-je en baillant. Déjà au travail ?
-Bonjour, Olivia ! Oui, enfin non... je pensais, pour ces vacances d'hiver, que dirais-tu d'aller visiter Auffrac-les-Congères ? Rien de prévu, cette fois-ci ?"
Sa proposition me prend totalement au dépourvu. Mais, après tout, pourquoi pas ? Nous n'avions rien planifié et même pour une petite semaine, ça ne pourra me faire que du bien de me déconnecter un peu de l'hyperactivité de la capitale.
J'acquiesce vigoureusement, et le serre dans mes bras. À chaque fois, il essaie de faire en sorte que je m'amuse ; et si pendant toutes ces années, il n'a pas tenu son rôle d'oncle pour je-ne-sais-quelles-raisons, il se rattrape à merveille. En à peine quelques mois, je me suis attachée à lui bien plus que je ne m'y attendais. Comme Parrain, je ne sais pas ; mais Tonton reste et restera mon Tonton.
"-Ravi que tu acceptes ! Je réserve l'hôtel, et on part demain !, annonce-t-il. Prépare ta valise !"

***

Le lendemain matin, dès que l'aube s'est levée, nous nous mettons en route, en voiture. Contrairement à la fois dernière lorsque nous étions allés à Romant-Sous-Bois, Auffrac-les-Congères, ce n'est pas la porte à côté. Pour y aller, nous sommes obligés de passer par Neuvartault, le Chemin Détour et Final ; c'est assez long. Pendant le trajet, je somnole, la tête appuyée contre ma ceinture de sécurité, Coraya pelotonnée sur mes genoux. Quant à Platane, il sifflote tout en écoutant les actualités à la radio :
"-Passons maintenant aux informations Pokémondiales. Dans la région de Sinnoh, le phénomème Team Galaxie prend drastiquement de l'ampleur. De plus en plus de jeunes personnes s'engagent dans cette organisation, dont les objectifs restent toutefois très flous. Les Forces de Police Internationales assurent être sur l'affaire, mais leurs actions restent bien moindres, en comparaison des agissements auxquels ils font face. Hoenn est elle aussi touchée par la montée des Team Aqua et Magma, qui se sont déjà opposées plusieurs fois, au cours de ce début d'année. Enfin, pour conclure ce flash info, les Régions de la Triade Pacifique, Fiore, Almia et Oblivia, sont paisibles, comme à leur habitude. Reprenons nos vingt minutes de son pop-rock..."
Mon rythme cardiaque ralentit. Rien de grave n'est arrivé à Alola. Rien de grave n'est arrivé à ma région. Rien de grave n'est arrivé à Parrain. Je soupire de soulagement. Mais, d'un autre côté, c'est quand même étrange que la Team Skull ne soit pas repassée à l'action, depuis tout ce temps... Peut-être se sont-ils découragés ? Peut-être font-ils face à un confit intérieur ? Quoi qu'il en soit, je me promets de me tenir au courant.

***

Nous arrivons finalement en fin d'après-midi. Nous nous installons à l'hôtel et nous couchons de bonne heure, pour être en forme pour les jours à venir.
La majeure partie de la semaine, Platane tente de m'apprendre à skier. C'est la première fois pour moi, et je dois admettre que même si le concept est marrant, pour la pratique, c'est tout autre. Je peine à trouver mon équilibre et en descente, je n'arrive pas à ralentir, ce qui fait je manque de casser (littéralement) mon oncle ; il ne désespère pourtant pas de m'enseigner ce sport. Ça se termine toujours par une batifolade générale, avec nous et tous nos Pokémon dans la neige. Mes retrouvailles avec celle-ci se déroulent de la meilleure des façons possibles ; mais qui dit neige, dit forcément Caleb et qui dit Caleb, dit problèmes. Je m'amuse à penser que dorénavant, je connais les effets de l'attaque Attraction, et à quel point c'est désagréable. Du moins, la majeure partie du temps...

***

Le dernier jour, Tonton m'annonce qu'il a une course à faire à la Ligue Pokémon (on se demande bien pourquoi...).
"-Du coup, ça te dérange de rester toute seule ?
-Non, pas du tout ! Vas faire ce que tu as à faire !, le rassuré-je avec un clin d'œil. Je gère !
-Je te fais confiance, alors ! Sois sage, et fais attention à défaut de faire des bêtises !"
Je lui réponds par un sourire angélique. Puis, il quitte les lieux et je me retrouve seule. Heureusement, aujourd'hui, il ne neige pas des masses, je vais pouvoir aller me balader.
Je m'habille donc chaudement, avec gants, écharpe, bonnet, cache-oreille et tout le tintouin, avant de sortir. Coraya n'y échappe pas non plus, et elle aussi est emmitouflée dans dix couches de vêtements.
Certes, avec son manteau neigeux, ses chalets en bois, et l'air glacé qui s'échappe de l'Arène, créant son microclimat unique, la ville est toute à fait charmante, mais on en fait vite le tour. De plus, nous l'avons déjà visité auparavant, donc ce n'est pas une grande découverte.
De ce fait, même si je doute de l'accord de mon oncle, je décide d'aller explorer le Bois Dédale. Il ne m'en voudra pas d'explorer Kalos plus en détails, non ?

***

"-On est pas déjà passé par là ?, demandé-je, une main enfoncée dans mes cheveux.
-Coraaa ! Coraaa !"
Ça fait maintenant plusieurs heures que nous tournons dans ce labyrinthe naturel, et nous n'avons toujours pas entrevu l'ombre d'une sortie. Pour ne rien arranger, sous les arbres, les rayons du soleil ne nous atteignent pas ; il fait drôlement froid. Arceus merci, j'ai pensé à prendre des Repousses. Les quelques Pokémon sauvages que j'ai aperçu semblaient très costauds, et Coraya ne nourrit pas d'illusions : elle ne ferait pas le poids.
Nous passons à nouveau devant un grand arbre. Je m'arrête et réfléchis un peu. La dernière fois, il me semble que nous avions tourné à droite, alors cette fois-ci, je prends à gauche. Je tombe encore sur un autre croisement, au centre duquel se trouve encore un autre arbre. Seulement, il n'y a qu'une issue, et au bout de cette issue, j'aperçois de la lumière ! Ivre de soulagement, je courre vers la sortie.
La clarté de l'astre de Solgaleo m'éblouit et je lâche un rire éclatant. Enfin débarrassées de cette forêt !
J'observe mon nouvel environnement. C'est une immense plaine lumineuse, avec plusieurs champs de fleurs de toutes couleurs. Il y a même une rivière limpide, une cascade et une petite grotte.
Je m'avance, les yeux rivés vers le ciel, et ne fais pas attention où je marche, vu que je rentre dans quelqu'un.
Le quelqu'un en question est un jeune homme, et je ne doute pas qu'il soit plus âgé que moi, d'au moins deux ou trois ans, si ce n'est plus. Ses cheveux verts sont attachés en queue-de-Ponyta ; il porte une casquette noire et blanche. Il tient un Zorua dans ses bras et plusieurs Pokémon parmi lesquels je reconnais un Couafarel et un Passerouge sont à ses côtés et mangent dans sa main.
"-Désolée, m'excusé-je.
-Je t'en prie, répond-il d'une voix douce. Laisse-moi te souhaiter la bienvenue au Village Pokémon, véritable refuge pour mes amis, abandonnés et trahis par leurs Dresseurs.
-Ouah ! C'est super de les avoir recueillis ! Je suis sûre qu'ils doivent adorer avoir un nouveau Dresseur tel que toi."
Il me dévisage d'un regard perçant, comme si j'avais dit quelque chose d'insultant ou déplacé.
"-Ce ne sont pas mes Pokémon. Ce sont mes amis. Je ne les asservis pas dans des Poké-Ball.
-Mais, on ne les asservit pas ! C'est utile !, protesté-je. Certes, au bout d'un moment, ce n'est plus tellement nécessaire, mais au début pour les capturer et les entraîner, c'est indispensable !"
Il marmonne, je comprends "Il y a encore du travail...", et s'adresse à moi plus clairement.
"-Dis-moi, jeune fille, es-tu Dresseuse ?
-Élève, oui.
-Ce Corayon est-il le tien?
-Oui.
-Puis-je lui parler ? Vois-tu, je ressens la souffrance des Pokémon...
-Bien sûr. Coraya, d'accord ?
-Coraaa ! Coraaa !"
Il s'agenouille devant elle, et la fixe pendant plusieurs secondes.
"Ressentir la souffrance des Pokémon..." D'où Coraya souffre-t-elle ? Ne serait-il pas un peu cinglé sur les bords ?
"-J'ai fais ce que je devais, je vais partir", conclut-il en se relevant et en réajustant sa casquette.
Sans me laisser le temps d'objecter quoi que ce soit, il me contourne et retourne à l'orée de la forêt.
"-Je m'appelle N. Et mon but est la libération des Pokémon. Souviens-toi en", lance-t-il avant de partir.

***

J'erre encore un peu dans la prairie, Coraya gambadant au milieu des fleurs. Je commence à réfléchir au problème du retour, lorsque mon oncle, accompagné d'un homme à la grosse bedaine, surgit en hurlant :
"-OLIVIA ! OLIVIA !
-Oui, je suis là !, dis-je innocemment.
-Oh, mon Arceus !, s'exclame-t-il. Olivia ! T'es là !"
Il se précite vers moi, et me prend dans ses bras. Cette fois, j'ai l'impression que c'est lui qui va me casser.
"-Olivia, on s'est fait un sang d'encre ! Qu'est-ce qui t'es passé par la tête ! Urup et moi avons remué tous les environs pour te retrouver !
-J'ai juste eu envie de me balader un peu...
-La prochaine fois, préviens moi !, me dispute-t-il. Euphorbe m'aurait tué s'il t'était arrivé quelque chose ! Mon Arceus, j'étais tellement inquiet..."
Il me caresse les cheveux, et je me rends compte qu'effectivement, ce n'était pas une si bonne idée que ça.
"-La fougue de la jeunesse !, rigole le dénommé Urup. C'est bien, ça, c'est bien. Jeune fille, si un jour je te recroise à l'Arène, ça sera avec plaisir ! L'oncle et la nièce, vous ne me laissez pas de glace ! Allez, je vous raccompagne jusqu'à la ville.
-Hors de question de se perdre à nouveau !", renchérit Tonton, qui a l'air au bord de la crise cardiaque.
Suite : Chapitre 29 : Premier cours de combats
Dernière édition par Aurore_2021 le ven. 12 janv. 2018, 20:47, édité 2 fois.
"Rêve comme si tu vivais pour toujours, vis comme si tu mourrais demain."
~James Dean

Avatar de l’utilisateur
Colrin
Modérateur général
Messages : 2357
Inscription : mar. 30 sept. 2014, 20:27
Localisation : Isère
Contact :

Re: [FanFic] : 4 Dresseurs, 4 rêves

Message par Colrin » dim. 07 janv. 2018, 21:09

J'ai l'impression que toutes les Teams font des leurs en même temps '^'
Par contre on dit "se faire un sang d'encre" et pas "d'ancre". Du coup Sinistrail n'a rien à voir là dedans x)
La vie donne et elle reprend... Moi, je prends votre vie.

Avatar de l’utilisateur
Aurore_2021
Messages : 189
Inscription : mer. 01 nov. 2017, 10:37
Localisation : En cavale pour échapper à l'hôpital psychiatrique

Re: [FanFic] : 4 Dresseurs, 4 rêves

Message par Aurore_2021 » lun. 08 janv. 2018, 06:28

Colrin a écrit :
dim. 07 janv. 2018, 21:09
J'ai l'impression que toutes les Teams font des leurs en même temps '^'
Par contre on dit "se faire un sang d'encre" et pas "d'ancre". Du coup Sinistrail n'a rien à voir là dedans x)
Oui, pour les Teams, c'est fait exprès ça sera important après (faut bien mentionner un peu les autres personnages a un moment ^^)
Et pour la faute, oupsi oups, je corrige :ouch:

EDIT : j'ai eu le courage d'aller corriger les "s" en trop partout, donc logiquement, y en a plus !
"Rêve comme si tu vivais pour toujours, vis comme si tu mourrais demain."
~James Dean

Avatar de l’utilisateur
Aurore_2021
Messages : 189
Inscription : mer. 01 nov. 2017, 10:37
Localisation : En cavale pour échapper à l'hôpital psychiatrique

Re: [FanFic] : 4 Dresseurs, 4 rêves

Message par Aurore_2021 » ven. 12 janv. 2018, 20:46

(Désolée pour le double-post)
Voilà voilà la suite ! Au fait, j'ai rajouté un petit paragraphe à la fin du chapitre 5 (et oui, c'est loin avant) parce que je trouvais que "l'intrigue" arrivait beaucoup trop tard et que ce chapitre là était un peu (trop) court...

Donc, la suite !

Chapitre 29 :
Chapitre 29 : Premier cours de combats

Le jour suivant notre retour des Monts se trouve être également celui de la reprise. Bien que je sois exténuée et pas tout à fait reposée de mes émotions fortes de la veille, j'ai hâte : nous allons enfin nous attaquer aux combats ! Du moins, si la professeure ne nous fait pas encore un faux départ...
Je suis aussi toute contente de pouvoir retrouver mes deux amis : même pour une seule semaine, vu que depuis la rentrée, nous passons quasiment tout notre temps libre ensemble, ils m'avaient drôlement manqué !

***

Ce matin-là, j'arrive, comme d'habitude, très en avance.
Il fait un peu moins frisquet (peut-être est-ce comparé aux températures glaciales des Monts), alors je suis partie tôt. Mieux vaut frémir d'impatience tous ensemble que de faire les cent pas au Labo !
En effet, lorsque je pénètre dans la cour, tous sont déjà présents, leur Pokémon dans les bras. Ceux de Kaitlyn sont croisés sur sa poitrine, et elle affiche une mine maussade. Quant à Maximus, il mange les cheveux de Caleb, comme il aime le faire depuis notre rencontre.
"-Salut !, claironné-je. Alors, bonnes vacances ?
-Oui, même si on a pas tous eu la chance d'aller à Auffrac-les-Congères, rétorque la blonde d'un ton acerbe.
-Mais... comment vous le savez ?
-Laureen, répond Caleb en haussant les épaules, ce qui fait vaciller son Mucuscule. Du coup, on t'attendait, raconte-nous tout !"
Je leur narre mes aventures et mésaventures dans les moindres détails, en évitant de trop m'enthousiasmer pour ne pas contrarier Kaitlyn, et en passant sous le silence les raisons de l'absence de Platane. Étant donné toutes les précautions qu'il a prise pour me cacher sa relation avec Dianthéa, je juge plus prudent de me taire. Si la rumeur commençait à se répandre, vu leur popularité, ça pourrait être désastreux.
Puis, la cloche sonne, m'interrompant dans mon récit. Alors que nous nous apprêtons à monter en classe, Melle Palonia nous interpelle, depuis le hall d'entrée.
"-Bonjour ! Aujourd'hui, le cours ne se fera pas dans la classe ! D'ailleurs, je pense plus utile de préciser que sauf exceptions, le cours ne se fera plus en classe ! Suivez-moi ! En rang et en silence, s'il vous plaît, les autres travaillent !"
Nous lui emboîtons donc le pas, en piaillant de joie. Sauf Kaitlyn, qui rembarre quiconque lui adresse la parole. Même Caleb n'y échappe pas :
"-Ça va être trop cool !, s'exclame-t-il.
-Le truc vraiment cool, ça serait que tu la fermes un peu", bougonne-t-elle.
Nous échangeons un regard surpris, et continuons d'avancer. Je peux comprendre qu'elle soit déçue et rancunière, mais ce n'est pas une raison pour agresser tout le monde...
Nous finissons par déboucher sur une cour intérieure, dans laquelle sont repartis dix petits terrains de combats. Je sens Coraya prête à en découdre sur ma tête. Moi aussi, je suis pleine d'énergie.
Melle Palonia, qui a toujours la situation bien en main, tente de nous contenir en mettant les choses au clair :
"-Allez vous asseoir sur les bancs ! Tant que vous ne m'écoutez pas, on ne commence pas, et tant pis si ça dure toute la journée !"
Ça a au moins le mérite de nous calmer aussitôt. Comme une seule horde de Baggiguane bien disciplinés, nous nous asseyons sur les bancs en face des terrains, nos Pokémon sur les genoux. Kaitlyn me tuera si je ne précise pas : sauf elle.
"-Très bien. On va pouvoir commencer. Mais avant toute chose, qui n'a pas de Pokémon ?"
La main de mon amie, ainsi que celles de Laurent, Lukas et Artémis se lèvent.
"-On a des Œufs, précise cette dernière.
-On a surtout de quoi faire une omelette, murmure distinctement Margot.
-C'est surtout avec ta tête qu'on devrait faire une omelette !, s'emporte Kaitlyn.
-Hé oh, on se calme !, intervient la professeure. Pour te répondre, Artémis, pendant une semaine, observez et baladez-vous autour des Pokémon en bonne santé, et si au bout de ce laps de temps, ils n'ont toujours pas éclos, on vous en prêtera un. Quant à toi, Kaitlyn, je m'occupe de toi juste après. Les combats ! Les combats de Pokémon ! Le principe est très simple : deux Dresseurs, deux équipes et des échanges de capacités ! Le gagnant est celui mettant K.O., c'est-à-dire dans l'incapacité de se battre, l'adversaire. On ne peut plus simple ! Mais. Mais. Comme toujours, il y a un mais, explique-t-elle dans un mouvement de va-et-vient. Bien que nous ayons étudié la théorie de fond en comble, la pratique réelle n'est pas un stupide jeu vidéo où tout est programmé d'avance. Non, il y a bien d'autres critères plus complexes qui entrent en compte ! Aujourd'hui, nous allons voir le terrain, à travers un exemple. Amélie, si mon souvenir est exact, ton Pokémon est adapté à la situation que je souhaiterais reproduire ; si tu veux bien t'avancer. Kaitlyn, approche également."
Melle Palonia sort une Super Ball d'une poche de sa veste, et la donne à mon amie, qui n'a pas renoncé à sa tête d'enterrement. Elle la lance d'un geste monotone, et en surgit une petite belette de couleur beige.
"-Sabelette, le présente la prof'. Le Pokémon Souris, de type Sol. Je t'indique que ses capacités sont Tour Rapide, Armure, Ampleur et Roulade. Mesdemoiselles, que le combat commence !
-C'est vraiment un Sabelette ?, demandé-je à mon voisin tandis que les filles se mettent en place.
-Oui, pourquoi ? À Alola, ils sont différents ?
-Exact. Ils sont de type Acier et Glace et leur carapace est... en glace et dure comme l'acier, justement."
Amélie envoie une mignonne petite chauve-souris violette, dont la tête est surmontée de deux grandes oreilles. Je me reconcentre aussitôt.
"-Midnight, j'ai confiance en toi ! C'est notre premier combat, faisons de notre mieux !
-Un Sonistrelle... dans ce cas, Sabelette, utilise Roulade !
-Esquive !"
Le Pokémon Souris se met en boule et en prenant de l'élan sur un rocher, bondit vers le Sonistrelle. Celui-ci n'a aucun mal à l'éviter ; ses ailes battent si vite qu'on peine à les distinguer.
"-Bonne utilisation du terrain, commente l'institutrice.
-Ce n'est pas pour ça que tu vas gagner !, réplique la brune. Midnight, Ultrason !
-On va continuer comme ça, alors ! Sabelette, improvise un Jet de Sable en faisant Tour Rapide sur le sol !"
Alors que la chauve-souris envoie des ondes sonores inaudibles, le Pokémon de Kaitlyn crée une mini-Tempête-Sable grâce à la poussière du terrain. Déjà que l'attaque n'est pas très précise, elle n'a désormais plus aucune chance de toucher sa cible.
"-Oui ! C'est ÇA que je veux voir !, confirme la professeure.
-Midnight, dissipe moi tout ça ! Tornade !
-Esquive !"
Sous l'effet du vent généré par le Pokémon Vol, le sable volant retombe au sol, envoyant également valdinguer le Sabelette. Celui-ci se cogne la tête contre la même pierre que sur laquelle il s'était propulsé, et tombe sur les fesses, K.O.
"-Amélie a gagné ! Bon, vous avez vu ce que j'attends de vous ! Ne mettez pas nécessairement l'adversaire K.O., essayez juste d'échanger le maximum de capacités. Faites des groupes de deux, je passerai prendre note de votre niveau pour en constituer pour les séances suivantes. Allez-y ! Au travail ! Laurent, Lukas et Artémis, vous pouvez arbitrer si ça vous fait plaisir, au lieu de ne rien faire."

***

Vu que Caleb fait équipe avec sa cousine, Cloé me propose gentiment de se mettre avec moi. Étant en nombre impair, son partenaire de toujours, Jackson, affronte Rebecca pour qu'Emma et son Rocabot puissent rester à l'écart de cette Cocotine et nous arbitrer tranquillement.
"-Tropotop, vas-y !, s'exclame-t-elle.
-Coraya, on va faire un peu d'exercice !"
Le Pokémon de Cloé est une petite seiche bleue, qui semble porter une espèce de chapeau rose.
"-C'est un Sepiatop, précise-t-elle devant mon air dubitatif. Et il va utiliser Picpic !
-Coraya, Bulles d'O !"
Tropotop esquive les bulles en tournant sur lui-même, tandis que mon Corayon l'évite en sautant.
"-C'est pas grave ! Encore une fois ! Tropotop, tu vas être trop au top !
-Joli jeu de mots ! Quant à toi, Coraya, Pouvoir Antique !"

Nous continuons ainsi tout l'après-midi. Nous tournons régulièrement de manière à pouvoir affronter le maximum de personnes possibles. De ce fait, je fais face à Emma et son Rocabot, Tristan et son Pandespiègle, et Selena et son Malosse.
Les Œufs éclosent, révélant deux mignons Évoli pour les amoureux, et un Sapereau pour le petit-fils de Michel.
"-Je vais l'appeler Diane !, annonce Artémis.
-Et moi, Apollon !, dit son copain.
-Les deux font la paire !, remarque Amélie.
-Ça dégouline d'amour... c'est beau mais c'est insupportable...", chantonne Kaitlyn, toujours d'humeur maussade.
Le trajet du retour se fait dans le silence le plus complet, à cause du mauvais caractère de celle-ci. Elle a d'ailleurs du rendre son Sabelette à la fin de la journée car elle changera de Pokémon à chaque fois : ça l'a achevée, étant donné qu'elle avait commencé à s'y attacher.
Traduction : elle va être irritable comme pas possible dans les jours à venir...

***

Lorsque j'arrive au Labo, je constate avec étonnement que tous sont partis. Je cherche Tonton dans son bureau, mais il n'y est pas. Alors, je monte à la mezzanine, et je le trouve. Debout. Scotché devant la télé. Sur une chaîne d'information en direct. Il ne m'a pas vue, ni même entendue arriver. J'imagine aussitôt le pire. Car le pire est arrivé.
"-Tard, cette nuit, une pluie torrentielle s'abattait sur la ville paisible de Kokohio, sur l'île d'Ula-Ula, à Alola. Tard, cette nuit, des individus se faisant appeler "Team Skull" se sont introduits dans son enceinte et à coups de combats Pokémon, ont chassé tous ses habitants. L'endroit est désormais inaccessible et totalement vandalisé. C'est l'anarchie. Leur leader, répondant au nom de Guzma, a déclaré : "Bling-bling et sapes de marque, c'est Guzma qui débarque"...
Ah ! On m'informe que la liaison satellite en direct avec notre envoyée spéciale est établie. Marie-Christine ? Marie-Christine, vous m'entendez ?
-Oui ! Oui, Anne-Claire, je vous reçois cinq sur cinq !, confirme la journaliste sous une pluie battante. Je suis actuellement en compagnie de Danh, le Doyen de l'île. Danh, des réactions ?
-Qui ? Moi ? Des réactions ?", demande le vieil agent de police, avec son habituel air blasé.
Tonton remarque alors ma présence :
"-Olivia..."
Je me jette dans ses bras. Et puis, je me mets à pleurer, aussi. Car j'ai peur. Car je suis terrifiée. Pas pour moi. Pour Parrain. Pour Pimprenelle. Pour Alola.
La Team Skull, que j'avais reléguée au seconde plan, est de retour plus puissante que jamais. Ils ont une base.
Plus que ça, pire que ça, ils ont une ville. Une ville entière à leur merci. Pour comploter et mettre au point leurs plans.
Alors que mon oncle tente de me rassurer en me caressant les cheveux, je me répète encore cette terrible réalité, comme pour mieux l'imprimer. La Team Skull est à Kokohio. La Team Skull est à Kokohio. Kokohio est à la Team Skull.

***

<PDV Externe>

"-Allô ?, fait Platane une fois que sa nièce est endormie.
-... si c'est pour me faire la morale, c'est pas la peine, réplique Euphorbe.
-Je ne te fais pas la morale. Je te précise seulement que ça devient sérieux et que...
-On en a déjà parlé.
-Certes. Certes, mais ce n'est pas pour toi que je dis ça. C'est pour elle.
-Je l'ai déjà dit un milliard de fois, mais vu que tu ne lâches pas l'affaire, je vais me répéter : si je la mets au courant, ils vont la retrouver et...
-Si tu la mets au courant, elle sera prévenue. Et un Dresseur avertit en vaut deux.
-De toute façon, tant qu'elle est à Kalos, ça ne craint rien, et j'ai déjà exprimé plus d'une fois mon opinion sur le sujet. La discussion est close, tranche l'Alolien.
-Pour combien de temps ?", demande l'Ilumisien avant que son interlocuteur ne raccroche brutalement.

</PDV Externe>
Suite : Chapitre 30 : Retour aux sources
Dernière édition par Aurore_2021 le dim. 14 janv. 2018, 19:35, édité 1 fois.
"Rêve comme si tu vivais pour toujours, vis comme si tu mourrais demain."
~James Dean

Avatar de l’utilisateur
Vaporeon
Messages : 463
Inscription : ven. 20 nov. 2015, 19:04

Re: [FanFic] : 4 Dresseurs, 4 rêves

Message par Vaporeon » ven. 12 janv. 2018, 21:01

"L'endroit est désormais inaccessible et totalement vandalisé. C'est l'anarchie. Leur leader, répondant au nom de Guzma, a déclaré : "Bling-bling et sapes de marque, c'est Guzma qui débarque"..."
De l'art de dédramatiser la situation, c'était extrêmement drôle ^^. Peut-être un peu trop, d'ailleurs, car tu enchaînes avec la détresse d'Olivia, ce qui nous fait ressentir moins d'empathie pour elle, malheureusement.

Mais à part ce détail, encore un très bon chapitre ! Mais ça serait bien que l'intrigue avance un peu, car il y a quand même beaucoup de chapitres avec un teasing qui nous donne l'impression que tout va exploser, alors que rien ne se débloque ensuite... En tout cas, tu fais monter la tension. La révélation doit être de taille.

Sinon, comment dire... La suite ? Et garde ce niveau d'écriture !

"-Et vous Euphorbe, comment faites-vous pour savoir si c'est un garçon ou une fille ?
- Eh bien, mon vieux Chen, je fais semblant de leur demander une photo par Skype, et ça roule, man !
- Pas bête, cher... C'est quoi votre nom déjà ?"

Avatar de l’utilisateur
Aurore_2021
Messages : 189
Inscription : mer. 01 nov. 2017, 10:37
Localisation : En cavale pour échapper à l'hôpital psychiatrique

Re: [FanFic] : 4 Dresseurs, 4 rêves

Message par Aurore_2021 » ven. 12 janv. 2018, 21:38

Vaporeon a écrit :
ven. 12 janv. 2018, 21:01
Mais à part ce détail, encore un très bon chapitre ! Mais ça serait bien que l'intrigue avance un peu, car il y a quand même beaucoup de chapitres avec un teasing qui nous donne l'impression que tout va exploser, alors que rien ne se débloque ensuite... En tout cas, tu fais monter la tension. La révélation doit être de taille.
D'accord, je prends tout ça en note ^^ et merci pour tes avis/conseils :)
Je sais que c'est un de mes gros défauts, je pars sur des projets qui durent 3 ans avec beaucoup beaucoup (trop) de chapitres. Projets que je ne termine jamais, mais celui-là, je compte bien arriver au bout !
Logiquement, quelque chose "se débloque" un peu dans le prochain chapitre
Et je mets en spoiler, on sait jamais je suis tellement maladroite quand j'explique XD
Dans 6 ou 7 chapitres, ca bouge un peu et bye bye l'école !
"Rêve comme si tu vivais pour toujours, vis comme si tu mourrais demain."
~James Dean

Avatar de l’utilisateur
Aurore_2021
Messages : 189
Inscription : mer. 01 nov. 2017, 10:37
Localisation : En cavale pour échapper à l'hôpital psychiatrique

Re: [FanFic] : 4 Dresseurs, 4 rêves

Message par Aurore_2021 » dim. 14 janv. 2018, 19:34

La suite ! L'intrigue avance à pas de Lougaroc, mais plus j'ai réfléchi, plus c'est clair dans ma tête ^^ (parce qu'écrire l'école, je vais pas cacher que j'en ai un peu ras-le-bol, vivement que ça bouge...)

Chapitre 30 :
Chapitre 30 : Retour aux sources

Heureusement que Tonton est là. Heureusement que Caleb est là. Heureusement que Kaitlyn est là (bien que ça soit contestable). Heureusement que les cours sont là. Et heureusement que Coraya est là.
Sinon, je me serais écroulée depuis bien longtemps déjà.
Je n'ai pas le temps de m'ennuyer. Ni même de m'inquiéter. À ce propos, ça a pris du temps, mais j'ai fini par digérer l'information.
La Tema Skull possède une ville. Très bien. Peut-être est-ce tout ce qu'ils voulaient ? Une ville ? Un "chez eux " ? De la même manière que lorsque les Prédastérie mangent les pauvres Corayon, tout ce qu'ils font, c'est réaliser un besoin vital qu'est celui de se nourrir ?
...
D'accord, moi-même je ne crois pas à ce que je dis. De toute manière, je suis à Kalos, pas à Alola, alors je ne crains rien, et je ne peux pas être utile. Et si j'étais à Alola, je ne pourrais rien faire de plus, alors après coup, ce n'est peut-être pas la peine de dramatiser.
Quant aux cours, Melle Palonia nous pousse à étudier comme jamais auparavant. Les examens finaux approchent à grands pas. En fait, les examens finaux utilisent Hâte. Il ne nous reste plus qu'une période de vacances avant la dernière ligne droite. Vacances qui commencent ce soir.
C'est aussi dur pour moi que pour Coraya, car celle-ci doit livrer une dizaine de combats par jour. Lorsqu'arrive la semaine de pause, je ne saurais dire laquelle de nous deux est la plus soulagée.

***

"-Debout debout ! Olivia, réveille-toi !, clame mon oncle.
-Mais..., marmonné-je, la tête enfoncée dans mon oreiller. Il est que huit heures et on est en vacances...
-Coraaa ! Corayon !, renchérit Coraya dans le creux de mes genoux.
-Depuis quand ma nièce est-elle un Dodoala ? Lève-toi et... surprise !", annonce-t-il avant de sortir.
Je me redresse aussitôt, réveillée comme électrochoquée par ce mot. "Surprise" ? Ça augure quelque chose de bon ! Alors que je m'habille à la vitesse de l'Éclair (du Fatal-Foudre, plutôt), je réfléchis à ce dont il peut s'agir.
Je penche plus pour une vadrouille quelque part dans Kalos, étant donné l'heure matinale. Du coup, je prépare un petit Sac d'affaires de rechange, au cas où.
Je regarde par la fenêtre, et le vois qui me fait de grands gestes devant la voiture, sur le parking.
"-Olivia ! Viens !
-J'arrive !"
J'effectue une petite pirouette de joie. Je suis tellement contente, en fin de compte. Maintenant, je me demande bien où il peut m'emmener...
Je le rejoins, et m'installe à l'arrière tandis qu'il prend place au volant.
"-Alors ? Réveillée, finalement ?, me taquine-t-il.
-Oui ! Allez, démarre, dépêche-toi !, m'impatienté-je.
-Cora, cora, cora... Corayon !
-D'accord, mais ferme les yeux sur le trajet !
-Pourquoi ?
-Notre destination est une surprise !, répond-il.
-C'est pas juste !, protesté-je.
-Rien n'est juste ! Ferme les yeux, je ne démarrerai pas tant que...
-Rho, c'est bon, ça va...", grommelé-je en m'exécutant bon gré mal gré.
Au fur et à mesure des tournants et des rond-points, je me laisse bercer, et ne résiste pas à la tentation de piquer un petit somme...

***

"-Olivia ! Réveille-toi ! On est arrivés !, dit mon oncle en garant la voiture.
-Mouirf..., baillé-je en m'étirant. Je peux ouvrir les yeux maintenant ou...
-Non, surtout pas ! J'arrive..."
Je l'entends se lever. Une porte s'ouvre, se ferme, et une autre s'ouvre à nouveau. Je meurs d'enfin d'ouvrir les paupières, mais je meurs au moins tout autant d'envie de conserver le plaisir de la découverte ; alors, je me laisse faire.
Tonton détache ma ceinture de sécurité et, en m'attrapant par le bras, m'aide doucement à sortir de la voiture.
Je fais appel à mes autres sens pour essayer de deviner où nous sommes.
Odorat. Ça restera un mystère, je n'ai pas le Flair d'un Caninos.
Ouïe. Là aussi, je ne m'appelle pas Nosferapti, je n'entends que des gens parler.
"-Surpriiiiiise !, s'exclame-t-il. Bienvenue à Cromlac'h !"
Je me retrouve nez à nez avec trois colosses de pierre, qui font le double, sinon le triple de ma taille.
Ma sieste, et donc le trajet, ont dû s'allonger sur toute la journée, puisque le soleil a entamé sa descente.
"-Waouh, soufflé-je. Des menhirs, c'est ça ?
-Une tête bien faite et bien pleine... oui, des menhirs, c'est exact", confirme le Professeur.
Mon regard papillonne dans la ville ; "village" serait un mot plus approprié. Un Centre Pokémon, un hôtel, quelques maisons en bois, des vieilles pierres, et... c'est tout.
Néanmoins, ça reste tout mignon et très pittoresque. À l'entrée, se dresse une longue route, parsemée d'autres cailloux géants.
"-Et y en a encore là-bas !, m'étonné-je.
-Sur la Route 10, en effet. Route qu'on surnomme d'ailleurs Route Menhir.
-On...
-... ira demain, c'était planifié, me rassure-t-il en souriant. Maintenant, si Mademoiselle veut bien me suivre, direction l'hôtel ! On ne va pas dormir à la belle étoile !
-C'est sûr qu'avec les pierres, ça serait un peu flippant..."

***

Le lendemain, c'est à mon tour de tirer mon oncle du sommeil aux aurores. Il se lève plus rapidement que moi la veille, et moins d'une heure ensuite, nous nous promenons au milieu des hautes herbes (j'évite d'y mettre ne serait-ce qu'un doigt de pied) et des alignements de pierres levées. Je suis le chemin en ligne droite devant, tandis que Tonton prend son temps et sifflote, les mains dans les poches.
"-Ça sert à quoi ?, demandé-je avec curiosité.
-Ça servait à quoi serait une question plus appropriée. Eh bien, c'est toujours un mystère. Une sacrée énigme de l'histoire de Kalos. Certains historiens pensent que les menhirs servaient lors de cérémonies religieuses, d'autres supposent que leur agencement était tel qu'il recueillait l'énergie des humains et Pokémon pour...
-Et toi ? T'en penses quoi ?
-Je ne serais pas surpris que ça ait un lien avec les Méga-Évolutions. Après tout, Yantreizh est tout proche...
-C'est là où on va ?
-Non, Yantreizh est à l'opposé.
-On va où, alors ?
-Surprise...", me taquine-t-il.
Alors que je continue de marcher, les yeux levés vers les pierres gigantesques (mais comment les gens ont-ils pu les dresser ? Ils devaient être sacrément balèzes...), je percute soudainement quelqu'un. J'ai le chic pour percuter tout le monde, comme qui dirait...
Et je ne suis pas rentrée dans n'importe qui. Moi qui me sentais petite à côté des menhirs, mon sentiment ne s'arrange pas. La personne est un homme, qui a sans doute le même âge que Tonton, habillé tout en noir et aux cheveux roux. Roux carotte, c'est le mot.
"-Lysandre !, s'exclame mon oncle en s'avançant vers lui. Comme ça va, depuis tout ce temps ?
-Augustin, tu n'as pas changé, répond le monsieur au Léviator de Tournoi de la Tour Prismatique en lui serrant la main. Petite, comment vas-tu ?
-Ça va, affirmé-je. Rien de cassé.
-Alors, dis-moi, reprend le Professeur. Qu'as-tu fait après le Tournoi ? 50 000 Pokédollars, c'est une somme rondelette !
-Eh bien, j'ai concrétisé mon projet. L'organisation de la Team Flare est officiellement née ! Nous avons la possibilité, que dis-je ?, le devoir de créer un monde meilleur. Un monde plus beau.
-En effet, c'est une intention louable.
-Sans doute...", soupiré-je, peu emballée par son idée, le nom de "Team" me rebutant un peu.
Les deux amis, qui se révèlent être d'anciens camarades de l'École des Dresseurs d'Illumis, bavardent encore plusieurs minutes, pendant lesquelles j'observe les nuages, et leur imagine des formes diverses et variées.
"-Bon, Lysandre, ce fut un plaisir, mais ma nièce est moi devons poursuivre. À un de ces jours !
-De même, des affaires m'attendent à Cromlac'h. Bonne continuation à vous deux !"

***

Nous continuons d'avancer le long de la Route 10. J'essaie de me souvenir de la ville sur laquelle nous allons tomber, mais son nom m'échappe. C'est quelque chose comme "Relicanth", avec une direction. "Relicanth à droite" ? Non...
Puis, nous arrivons au bout. Je vois la ville. Et, je vois un bleu, qui n'est pas le bleu du ciel. Le bleu que je préfère. Ce bleu qui a vu toute mon enfance.
Je pousse un cri euphorique, et me mets à courir comme un Doduo en direction de la mer, Coraya sur mes talons.
Je débarque sur la plage à la manière d'une véritable folle furieuse. Le sable s'infiltre dans mes chaussures.
Et je m'en fiche complètement.
Je me rue dans l'eau (qui est nettement plus froide que chez moi) toute habillé, et éclabousse Coraya, qui piaille de joie. Mes vêtements vont être trempés. Ils le sont déjà. Et je m'en fiche complètement.
J'ai l'impression d'avoir à nouveau 3 ans. J'ai à nouveau 3 ans.
La mer... en fait, c'est la chose alolienne qui me manque le plus. Se baigner dans le fleuve d'Illumis... ça aurait pu être une bonne alternative, mais je préfèrerai toujours l'océan.
Alors que je m'éclate comme un Sorbébé dans un magasin de glaces, je remarque que Tonton m'observe, depuis la promenade qui longe le littoral.
Il a l'air... je ne sais pas exactement, mais il n'a pas l'air bien. Il soupire et laisse échapper une pensée à voix haute.
"-Qu'est-ce qu'il y a ?, demandé-je en m'approchant.
-Rien, sourit-il. Retourne jouer ; Relifac-le-Haut, c'est ta surprise !
-Si, il y a un truc, persisté-je.
-Non !
-Si.
-Non.
-Si !
-Pourquoi a-t-il fallu que tu leur ressembles autant ?, marmonne-t-il d'une voix presque inaudible.
-J'avais raison ! Mais... c'est qui "leur" ?
-Ta mère.
-Mais, t'as dit "leur" ?
-Je voulais dire "lui", pardon..."
Je reste silencieuse plusieurs secondes. C'est vrai que ma mère était sa sœur. Et c'est aussi vrai que je ne sais pas grand chose sur elle. Je n'ai jamais vraiment été avide d'informations sur mes parents. Peut-être que si j'avais eu deux ou trois ans de plus lors de leur disparition, j'aurais grandi différemment en étant plus proche d'eux et aurais été davantage affectée. Peut-être serais-je plus affectée si je les connaissais mieux ?
"-D'ailleurs, ils se sont rencontrés comment ?, me renseigné-je.
-Qui ça ?
-Mes parents.
-Euhm... ton père et ta mère se sont d'abord connus en colonies de vacances, lorsqu'ils étaient petits, commence-t-il, pensif, après s'être raclé la gorge. Un jour, ton père devait venir me voir au Labo pour... ses recherches, bien des années plus tard. Il est tombé sur ta mère qui sortait en ville et... et ils ne se sont plus quittés. C'était ma petite sœur. J'étais très proche d'elle. On se disait tout. Tout. (Je sens sa voix trembler et se briser à chaque fin de phrase) Puis, tu es venue au monde et... il y eu l'accident...
-Elle s'appelait comment?, le coupé-je maladroitement.
-Qui ça ?
-Bah, ma maman."
Son regard se fixe sur l'horizon, avec une expression de tristesse infinie. Je m'en veux de le faire parler de sa sœur défunte, mais c'est aussi ma mère, et même si je n'ai pas toujours été préoccupée par son histoire, je suis en droit de savoir.
"-Samantha..."
Suite : Chapitre 31 : Le Concours de Photographie de Neuvartault (1)
Dernière édition par Aurore_2021 le ven. 19 janv. 2018, 21:32, édité 1 fois.
"Rêve comme si tu vivais pour toujours, vis comme si tu mourrais demain."
~James Dean

Avatar de l’utilisateur
Shinigami
Messages : 584
Inscription : ven. 06 oct. 2017, 22:04
Localisation : Dans le monde des shinigami

Re: [FanFic] : 4 Dresseurs, 4 rêves

Message par Shinigami » lun. 15 janv. 2018, 06:25

Aurore_2021 a écrit :
dim. 14 janv. 2018, 19:34
La suite ! L'intrigue avance à pas de Lougaroc, mais plus j'ai réfléchi, plus c'est clair dans ma tête ^^ (parce qu'écrire l'école, je vais pas cacher que j'en ai un peu ras-le-bol, vivement que ça bouge...)

Chapitre 30 :
Chapitre 30 : Retour aux sources

Heureusement que Tonton est là. Heureusement que Caleb est là. Heureusement que Kaitlyn est là (bien que ça soit contestable). Heureusement que les cours sont là. Et heureusement que Coraya est là.
Sinon, je me serais écroulée depuis bien longtemps déjà.
Je n'ai pas le temps de m'ennuyer. Ni même de m'inquiéter. À ce propos, ça a pris du temps, mais j'ai fini par digérer l'information.
La Tema Skull possède une ville. Très bien. Peut-être est-ce tout ce qu'ils voulaient ? Une ville ? Un "chez eux " ? De la même manière que lorsque les Prédastérie mangent les pauvres Corayon, tout ce qu'ils font, c'est réaliser un besoin vital qu'est celui de se nourrir ?
...
D'accord, moi-même je ne crois pas à ce que je dis. De toute manière, je suis à Kalos, pas à Alola, alors je ne crains rien, et je ne peux pas être utile. Et si j'étais à Alola, je ne pourrais rien faire de plus, alors après coup, ce n'est peut-être pas la peine de dramatiser.
Quant aux cours, Melle Palonia nous pousse à étudier comme jamais auparavant. Les examens finaux approchent à grands pas. En fait, les examens finaux utilisent Hâte. Il ne nous reste plus qu'une période de vacances avant la dernière ligne droite. Vacances qui commencent ce soir.
C'est aussi dur pour moi que pour Coraya, car celle-ci doit livrer une dizaine de combats par jour. Lorsqu'arrive la semaine de pause, je ne saurais dire laquelle de nous deux est la plus soulagée.

***

"-Debout debout ! Olivia, réveille-toi !, clame mon oncle.
-Mais..., marmonné-je, la tête enfoncée dans mon oreiller. Il est que huit heures et on est en vacances...
-Coraaa ! Corayon !, renchérit Coraya dans le creux de mes genoux.
-Depuis quand ma nièce est-elle un Dodoala ? Lève-toi et... surprise !", annonce-t-il avant de sortir.
Je me redresse aussitôt, réveillée comme électrochoquée par ce mot. "Surprise" ? Ça augure quelque chose de bon ! Alors que je m'habille à la vitesse de l'Éclair (du Fatal-Foudre, plutôt), je réfléchis à ce dont il peut s'agir.
Je penche plus pour une vadrouille quelque part dans Kalos, étant donné l'heure matinale. Du coup, je prépare un petit Sac d'affaires de rechange, au cas où.
Je regarde par la fenêtre, et le vois qui me fait de grands gestes devant la voiture, sur le parking.
"-Olivia ! Viens !
-J'arrive !"
J'effectue une petite pirouette de joie. Je suis tellement contente, en fin de compte. Maintenant, je me demande bien où il peut m'emmener...
Je le rejoins, et m'installe à l'arrière tandis qu'il prend place au volant.
"-Alors ? Réveillée, finalement ?, me taquine-t-il.
-Oui ! Allez, démarre, dépêche-toi !, m'impatienté-je.
-Cora, cora, cora... Corayon !
-D'accord, mais ferme les yeux sur le trajet !
-Pourquoi ?
-Notre destination est une surprise !, répond-il.
-C'est pas juste !, protesté-je.
-Rien n'est juste ! Ferme les yeux, je ne démarrerai pas tant que...
-Rho, c'est bon, ça va...", grommelé-je en m'exécutant bon gré mal gré.
Au fur et à mesure des tournants et des rond-points, je me laisse bercer, et ne résiste pas à la tentation de piquer un petit somme...

***

"-Olivia ! Réveille-toi ! On est arrivés !, dit mon oncle en garant la voiture.
-Mouirf..., baillé-je en m'étirant. Je peux ouvrir les yeux maintenant ou...
-Non, surtout pas ! J'arrive..."
Je l'entends se lever. Une porte s'ouvre, se ferme, et une autre s'ouvre à nouveau. Je meurs d'enfin d'ouvrir les paupières, mais je meurs au moins tout autant d'envie de conserver le plaisir de la découverte ; alors, je me laisse faire.
Tonton détache ma ceinture de sécurité et, en m'attrapant par le bras, m'aide doucement à sortir de la voiture.
Je fais appel à mes autres sens pour essayer de deviner où nous sommes.
Odorat. Ça restera un mystère, je n'ai pas le Flair d'un Caninos.
Ouïe. Là aussi, je ne m'appelle pas Nosferapti, je n'entends que des gens parler.
"-Surpriiiiiise !, s'exclame-t-il. Bienvenue à Cromlac'h !"
Je me retrouve nez à nez avec trois colosses de pierre, qui font le double, sinon le triple de ma taille.
Ma sieste, et donc le trajet, ont dû s'allonger sur toute la journée, puisque le soleil a entamé sa descente.
"-Waouh, soufflé-je. Des menhirs, c'est ça ?
-Une tête bien faite et bien pleine... oui, des menhirs, c'est exact", confirme le Professeur.
Mon regard papillonne dans la ville ; "village" serait un mot plus approprié. Un Centre Pokémon, un hôtel, quelques maisons en bois, des vieilles pierres, et... c'est tout.
Néanmoins, ça reste tout mignon et très pittoresque. À l'entrée, se dresse une longue route, parsemée d'autres cailloux géants.
"-Et y en a encore là-bas !, m'étonné-je.
-Sur la Route 10, en effet. Route qu'on surnomme d'ailleurs Route Menhir.
-On...
-... ira demain, c'était planifié, me rassure-t-il en souriant. Maintenant, si Mademoiselle veut bien me suivre, direction l'hôtel ! On ne va pas dormir à la belle étoile !
-C'est sûr qu'avec les pierres, ça serait un peu flippant..."

***

Le lendemain, c'est à mon tour de tirer mon oncle du sommeil aux aurores. Il se lève plus rapidement que moi la veille, et moins d'une heure ensuite, nous nous promenons au milieu des hautes herbes (j'évite d'y mettre ne serait-ce qu'un doigt de pied) et des alignements de pierres levées. Je suis le chemin en ligne droite devant, tandis que Tonton prend son temps et sifflote, les mains dans les poches.
"-Ça sert à quoi ?, demandé-je avec curiosité.
-Ça servait à quoi serait une question plus appropriée. Eh bien, c'est toujours un mystère. Une sacrée énigme de l'histoire de Kalos. Certains historiens pensent que les menhirs servaient lors de cérémonies religieuses, d'autres supposent que leur agencement était tel qu'il recueillait l'énergie des humains et Pokémon pour...
-Et toi ? T'en penses quoi ?
-Je ne serais pas surpris que ça ait un lien avec les Méga-Évolutions. Après tout, Yantreizh est tout proche...
-C'est là où on va ?
-Non, Yantreizh est à l'opposé.
-On va où, alors ?
-Surprise...", me taquine-t-il.
Alors que je continue de marcher, les yeux levés vers les pierres gigantesques (mais comment les gens ont-ils pu les dresser ? Ils devaient être sacrément balèzes...), je percute soudainement quelqu'un. J'ai le chic pour percuter tout le monde, comme qui dirait...
Et je ne suis pas rentrée dans n'importe qui. Moi qui me sentais petite à côté des menhirs, mon sentiment ne s'arrange pas. La personne est un homme, qui a sans doute le même âge que Tonton, habillé tout en noir et aux cheveux roux. Roux carotte, c'est le mot.
"-Lysandre !, s'exclame mon oncle en s'avançant vers lui. Comme ça va, depuis tout ce temps ?
-Augustin, tu n'as pas changé, répond le monsieur au Léviator de Tournoi de la Tour Prismatique en lui serrant la main. Petite, comment vas-tu ?
-Ça va, affirmé-je. Rien de cassé.
-Alors, dis-moi, reprend le Professeur. Qu'as-tu fait après le Tournoi ? 50 000 Pokédollars, c'est une somme rondelette !
-Eh bien, j'ai concrétisé mon projet. L'organisation de la Team Flare est officiellement née ! Nous avons la possibilité, que dis-je ?, le devoir de créer un monde meilleur. Un monde plus beau.
-En effet, c'est une intention louable.
-Sans doute...", soupiré-je, peu emballée par son idée, le nom de "Team" me rebutant un peu.
Les deux amis, qui se révèlent être d'anciens camarades de l'École des Dresseurs d'Illumis, bavardent encore plusieurs minutes, pendant lesquelles j'observe les nuages, et leur imagine des formes diverses et variées.
"-Bon, Lysandre, ce fut un plaisir, mais ma nièce est moi devons poursuivre. À un de ces jours !
-De même, des affaires m'attendent à Cromlac'h. Bonne continuation à vous deux !"

***

Nous continuons d'avancer le long de la Route 10. J'essaie de me souvenir de la ville sur laquelle nous allons tomber, mais son nom m'échappe. C'est quelque chose comme "Relicanth", avec une direction. "Relicanth à droite" ? Non...
Puis, nous arrivons au bout. Je vois la ville. Et, je vois un bleu, qui n'est pas le bleu du ciel. Le bleu que je préfère. Ce bleu qui a vu toute mon enfance.
Je pousse un cri euphorique, et me mets à courir comme un Doduo en direction de la mer, Coraya sur mes talons.
Je débarque sur la plage à la manière d'une véritable folle furieuse. Le sable s'infiltre dans mes chaussures.
Et je m'en fiche complètement.
Je me rue dans l'eau (qui est nettement plus froide que chez moi) toute habillé, et éclabousse Coraya, qui piaille de joie. Mes vêtements vont être trempés. Ils le sont déjà. Et je m'en fiche complètement.
J'ai l'impression d'avoir à nouveau 3 ans. J'ai à nouveau 3 ans.
La mer... en fait, c'est la chose alolienne qui me manque le plus. Se baigner dans le fleuve d'Illumis... ça aurait pu être une bonne alternative, mais je préfèrerai toujours l'océan.
Alors que je m'éclate comme un Sorbébé dans un magasin de glaces, je remarque que Tonton m'observe, depuis la promenade qui longe le littoral.
Il a l'air... je ne sais pas exactement, mais il n'a pas l'air bien. Il soupire et laisse échapper une pensée à voix haute.
"-Qu'est-ce qu'il y a ?, demandé-je en m'approchant.
-Rien, sourit-il. Retourne jouer ; Relifac-le-Haut, c'est ta surprise !
-Si, il y a un truc, persisté-je.
-Non !
-Si.
-Non.
-Si !
-Pourquoi a-t-il fallu que tu leur ressembles autant ?, marmonne-t-il d'une voix presque inaudible.
-J'avais raison ! Mais... c'est qui "leur" ?
-Ta mère.
-Mais, t'as dit "leur" ?
-Je voulais dire "lui", pardon..."
Je reste silencieuse plusieurs secondes. C'est vrai que ma mère était sa sœur. Et c'est aussi vrai que je ne sais pas grand chose sur elle. Je n'ai jamais vraiment été avide d'informations sur mes parents. Peut-être que si j'avais eu deux ou trois ans de plus lors de leur disparition, j'aurais grandi différemment en étant plus proche d'eux et aurais été davantage affectée. Peut-être serais-je plus affectée si je les connaissais mieux ?
"-D'ailleurs, ils se sont rencontrés comment ?, me renseigné-je.
-Qui ça ?
-Mes parents.
-Euhm... ton père et ta mère se sont d'abord connus en colonies de vacances, lorsqu'ils étaient petits, commence-t-il, pensif, après s'être raclé la gorge. Un jour, ton père devait venir me voir au Labo pour... ses recherches, bien des années plus tard. Il est tombé sur ta mère qui sortait en ville et... et ils ne se sont plus quittés. C'était ma petite sœur. J'étais très proche d'elle. On se disait tout. Tout. (Je sens sa voix trembler et se briser à chaque fin de phrase) Puis, tu es venue au monde et... il y eu l'accident...
-Elle s'appelait comment?, le coupé-je maladroitement.
-Qui ça ?
-Bah, ma maman."
Son regard se fixe sur l'horizon, avec une expression de tristesse infinie. Je m'en veux de le faire parler de sa sœur défunte, mais c'est aussi ma mère, et même si je n'ai pas toujours été préoccupée par son histoire, je suis en droit de savoir.
"-Samantha..."
Et c'est ainsi que la team Flare ,( desolé si je l'ecris mal ) naissa....
LA SUITE !
La vie n'est qu'éphémère. Alors que le temps lui, est infini .

Avatar de l’utilisateur
Aurore_2021
Messages : 189
Inscription : mer. 01 nov. 2017, 10:37
Localisation : En cavale pour échapper à l'hôpital psychiatrique

Re: [FanFic] : 4 Dresseurs, 4 rêves

Message par Aurore_2021 » ven. 19 janv. 2018, 21:31

Et voilà la suite ! Chapitre un peu court, mais je l'ai couplé avec le suivant ; en fait, je pensais n'en faire qu'un seul, mais comparé aux autres , c'était un peu long et j'ai préféré faire deux courts plutôt qu'un long (je sais pas lequel est préférable). Du coup, je corrige l'autre et je le mets dans la soirée ou demain matin !

Chapitre 31 :
Chapitre 31 : Le Concours de Photographie de Neuvartault (1)

Qu'on me rappelle pourquoi je suis venu à Kalos, déjà ? Ah oui, pour les études. Je me repose souvent la question et me répète souvent sa réponse, car tout ce que Melle Palonia entreprend ressemble davantage à de la torture qu'à de la pédagogie. J'ai beau adorer l'École, vient un moment où c'en est plus que nous ne pouvons supporter. Je suis convaincue que si quelqu'un, dans le vaste Pokémonde, devait se retrouver face à Giratina pour des raisons x ou y, ce quelqu'un ne subirait pas autant de Pression que nous.
Mais, même si nous, Dresseurs, sommes mis à contribution, ce n'est rien comparé à l'état de fatigue de nos Pokémon.
Coraya, bien que requinquée par sa sortie à la mer, arrive au bout de sa vie. Nous sommes tellement pris que je n'ai plus même le temps d'avancer mes recherches, qui sont toujours à leurs balbutiements : ce n'est pas avec ça que je deviendrai Professeur à la fin de l'année...

***

Alors qu'il ne nous reste plus qu'un semaine (une toute petite semaine) avant les examens, nous disposons enfin d'un dernier week-end (un tout petit week-end) tranquille.
Je m'apprête à sortir, pour que Coraya puisse prendre l'air. Et au moment même où les portes du Labo s'ouvrent, je percute quelqu'un (ce n'est qu'une fois de plus).
"-Eeeh !, protesté-je.
-Désolé !, s'excuse Caleb. Olivia, rien de cassé ?
-Non, c'est bon, réponds-je en me massant la tête. Qu'est-ce qui vous amène ?
-Cal', gros Bourrinos, laisse-moi passer !", fustige sa cousine.
Il se décale de l'embrasure de la porte, et Kaitlyn entre, souriante et rayonnante comme elle l'a rarement été.
"-Pour ça !", s'exclame-t-elle en brandissant un prospectus devant mon nez.
Je cligne des yeux, surprise, et me recule pour pouvoir lire.
"Le Concours de Photographie de Neuvartault", sans doute le nom de l'événement, est inscrit en lettres capitales. En dessous de celui-ci, on voit des images de la Forêt du même nom, et de Violette, qui doit en être l'organisatrice. Sont également indiquées les récompenses, à savoir le nouveau appareil au top des dernières technologies comme premier prix, qui a l'air de la faire rêver.
"-Et alors ?
-Le retour de la Marquise..., soupire Caleb.
-C'est ma dernière chance de capturer un Pokémon avant les examens. Vous l'aurez compris... le Plan deuxième version est lancé ! Et sans ces Cocotine dans les pattes ! Cette fois-ci, c'est la bonne !"

Après avoir récupéré un Sac un peu plus garni et prévenu mon oncle que je sortais (je ne suis pas une fugueuse !), je rejoins en vitesse mes amis, qui m'attendaient avec une patiente impatience.
Lorsque Caleb sort en premier, Kaitlyn me retient par le bras et me chuchote en aparté :
"-Moi, je me planquerai, à la recherche du cliché parfait. Caleb et toi, vous partirez pour rabattre des Pokémon vers moi. Ça marche ?
-C'est le Plan, je sais...
-Pour toi autant que pour moi !
-C'est-à-dire ?
-Bah, te retrouver toute seule dans la forêt avec mon cousin, c'est un bon moment pour...
-Eeeh !, la coupé-je avec véhémence, aussi rouge qu'un Écrapince.
-Qu'est-ce qu'il se passe ?, nous presse le concerné en s'immisçant dans la conservation.
-Rien !, répondons-nous en chœur.
-On arrive", ajouté-je en prenant la direction de la Route 4.

***

"-Kate, ralentis !, ordonne Caleb alors que nous trottons à plusieurs mètres derrière elle.
-On a même pas le temps de contempler le paysage !, renchéris-je.
-Je m'en fiche !, rétorque la blonde. J'ai jusqu'à onze heures pour m'inscrire, soit plus qu'une demie-heure ! Magnez-vous, sinon ça sera votre faute !
-C'est toi qui a voulu qu'on vienne !, objecte-t-il.
-Et c'est vous qui avez accepté !
-Parce qu'on est là pour le Plan (à ces mots, elle se retourne vers moi et m'adresse un clin d'œil entendu)... pour t'aider, je veux dire. Et là, regarde !, dis-je, le doigt pointé vers les champs de fleurs multicolores. Des Flabébé !
-Pff, ce sont des Pokémon de Fillette !, chipote-t-elle sans ralentir la cadence. Je suis une Photographe, moi ! Donc, je participe à ce Concours, c'est non négociable ! Avec ou sans vous ; avec ou sans Plan !"
Caleb et moi échangeons un regard désabusé, soupirons, mais continuons de la suivre. Quoi qu'on fasse, Kaitlyn restera Kaitlyn, peu importe le nombre de Pilule Talent qu'on pourra lui donner.
Nous passons devant une grande fontaine, ornée de sculptures d'Hypotrempe et Coquiperl, crachant de l'eau ; malgré ce magnifique spectacle aquatique, elle ne s'arrête pas. Au contraire, maintenant que Neuvartault est en vue, nous sommes obligés de courir pour ne pas nous faire distancer.
Elle sprinte dans les rues de la ville, et s'engouffre dans l'Arène à une Vitesse Extrême.
"-Bonjour... Monsieur... Guido..., commence-t-elle à bout de souffle.
-Notre amie voudrait prendre part au Concours, reprend son cousin.
-Pile à l'heure !, commente le guide d'Arène.
-J'allais justement lancer le top départ !, annonce une voix en surgissant d'une ouverture derrière une photographie de Papilusion.
-Violette ! C'est un honneur pour moi de vous rencontrer..., bredouille Kaitlyn.
-Ravie que tu t'intéresses à mon bébé ; allez, direction la Place Rosélia, histoire de faire un petit topo sur les règles !"

***

Tous les participants sont rassemblés autour de la petite fontaine, la Championne sur ses marches.
Elle lève la main, et aussitôt, le silence se fait. Kaitlyn est dans sa bulle, dans un état extrême de concentration. L'air est chargé de tension, de hâte, et c'est comme si une ébullition des esprits artistiques se faisait ressentir.
"-Salut !, déclare la Photographe professionnelles, un sourire amical éclairant son visage. Moi, c'est Violette, mais si vous êtes ici, c'est sûrement pas un mystère ! Et si vous êtes ici, c'est pour participer au Concours de Photographie de Neuvartault ! Yeah ! Dans votre objectif, la victoire ; dans votre pellicule, votre pépite ; dans l'éclat de votre flash, l'éclat de votre passion !
-Elle est géniale, commente notre amie.
-Les règles sont super simples, pas la peine d'avoir le Bourdon !, continue la jeune femme blonde. Il vous faut juste photographier un paysage, Pokémon, personne, bref, un truc bien classe dans les alentours ! C'est-à-dire, pas plus loin qu'Ilumis ou Quarellis ! Si vous enfreignez cette règle, vous serez disqualifiés ! Eh oui, mais mes pauvres Aspicots, le règlement, c'est le règlement ! De la même façon, vous avez jusqu'à seize heures pour déposer vos chefs-d'œuvre à Guido ! Soit... cinq heures à partir de maintenant ! Alors, à vos appareils photos, et que le meilleur gagne !"
Suite : Chapitre 32 : Le Concours de Photographie de Neuvartault (2)
Dernière édition par Aurore_2021 le sam. 20 janv. 2018, 15:12, édité 1 fois.
"Rêve comme si tu vivais pour toujours, vis comme si tu mourrais demain."
~James Dean

Avatar de l’utilisateur
Aurore_2021
Messages : 189
Inscription : mer. 01 nov. 2017, 10:37
Localisation : En cavale pour échapper à l'hôpital psychiatrique

Re: [FanFic] : 4 Dresseurs, 4 rêves

Message par Aurore_2021 » sam. 20 janv. 2018, 15:11

Un peu en retard, mais voilà la suite !
Chapitre 32 :
Chapitre 32 : Le Concours de Photographie de Neuvartault (2)

Comme tout à l'heure, nous courrons derrière Kaitlyn, qui avance à grandes enjambées en direction de la Forêt, malgré le fait qu'elle s'arrête plusieurs fois pour prendre des photos. Elle trace, aussi rapide qu'un Farfaduvet.
Nous lui servons même de modèle : alors que Caleb me montre une horde de Passerouge dans le ciel, elle se retourne, dégaine son appareil et fige ainsi l'instant. Le cliché est magnifique, là n'est pas la question : nous sommes tous les deux souriants, regardant l'azur, traversé par quelques nuages blancs. Mais, c'est aussi gênant pour moi. Même un Rototaupe verrait que... rien, bien sûr. Car il n'y a rien à voir. Je me ressaisis en secouant la tête. Absolument rien.
Enfin, nous atteignons l'orée du bois ; la blonde y pénètre, son ustensile à la main, sans même nous attendre. Forcément, nous accélérons encore pour ne pas la perdre dans ce labyrinthe naturel. C'est rendu plus ardu par le fait que nous devons repousser les feuillages qui nous fouettent le visage et éviter les hautes herbes, susceptibles d'abriter un Pokémon sauvage qui nous ralentirait considérablement.
Au bout d'un moment, nous arrivons à la rattraper. Kaitlyn s'est arrêtée au milieu d'un petit espace dénué de végétation et installe son matériel.
"-Hé bah, c'est pas trop tôt !, raille-t-elle en montant son outil sur un trépied.
-C'est toi qui nous a pas attendu !, corrige son cousin.
-Bien. Maintenant, c'est moi la chef, continue-t-elle sans tenir compte de sa remarque. "Marquise"... Pff ! Un truc de Gamine ! Le Plan peut commencer ! Allez, bougez-vous et dénichez-moi tout plein de sujets photogéniques ! Mais, dépêchez-vous ! Vous devriez déjà être partis ! Un peu de nerfs ! On dirait deux Limagma ! Cal', ça me surprend pas, mais Olivia, magne-toi ! Le Plan !"

***

Et nous voilà donc une fois de plus en train de remuer la forêt dans tous les sens pour lui envoyer des Pokémon à immortaliser.
"Marquise"... même si elle le conteste, ça lui va bien.
Trois Flamajou, deux Chenipan et huit Pikachu plus tard, Caleb et moi arpentons toujours les hautes herbes, Kaitlyn toujours insatisfaite de ses prises.
Il en a, de la patience ; moi aussi, d'ailleurs.
Mais, c'est notre amie, et nous sommes tous les deux conscients que si elle passe ses examens sans son propre partenaire, avec un de location, leur difficulté n'en sera que plus accrue. Et puis, ça lui fera plaisir de ne plus être la seule à devoir en emprunter à chaque fois ; les Cocotine ne la ratent jamais...
"-Ça va ?, demande Caleb.
-Oui, et toi ?, réponds-je, un peu surprise qu'il engage la discussion.
-Ouais. Pas trop stressée pour les exams ?
-Non, un peu, mais rien de catastrophique. Plus angoissée pour ce que viendra ensuite.
-C'est-à-dire ? Tu sais pas quoi faire après ?"
J'acquiesce, tandis qu'il me dévisage, l'ébauche d'un sourire flottant sur ses lèvres.
"-Bah, t'inquiète, me rassure-t-il. Tu vas bien finir par trouver ta voie...
-Je l'ai déjà, ma voie, précisé-je. Seulement... c'est juste que je sais pas sur quel chemin la suivre au mieux.
-Tu trouveras, m'assure-t-il après un silence. Olivia, même moi, j'y suis arrivé ! Ça viendra, j'en suis sûr !"
De nous trois, Caleb, c'est sûrement le plus attentionné. Entre moi qui pique une crise à chaque haut et bas, et Kaitlyn qui sort un sarcasme pour un oui ou pour un non, heureusement qu'il est là pour équilibrer le mélange.
"-Regarde ! Un Feuillajou !", chuchote-t-il.
On se tapit dans les fourrés, pour observer le petit Singeherbe, qui grignote une Baie Oran.
"-Si on le lui ramène en train de manger...
-Elle va être ravie", complété-je.
On envoie Coraya et Maximus, pour prendre le Pokémon Plante à revers, et le pousser doucement vers la zone où attend notre amie.
"-Coraya, Bulles d'O !, lui dis-je de façon tout juste audible.
-Maximus, toi aussi !", m'imite mon coéquipier.
Les deux attaques touchent leur cible, qui se décale, méfiante. Nous répétons plusieurs fois l'opération, et, au bout d'un moment, nous rejoignons le "camp de base" de la Marquise-photographe.
"-Bah, c'est pas trop tôt !, ronchonne celle-ci.
-Chuuuut !, fait-on en chœur.
-Mucuscule !"
Elle se recale aussitôt derrière son appareil photo, et mitraille son sujet. Malheureusement, il a remarqué notre conciliabule, et détale, oubliant son goûter.
"-Mucuscule de Mucuscule !, s'emporte-t-elle en pétant les Chrisapile.
-C'est reparti pour un tour...", bougonne le garçon.
Seulement, il n'a pas vu que le mode rafale ne s'est pas arrêté. Soudain, l'appareil nous sort un flash aussi crépitant et éblouissant qu'un Flash de Pharamp (de Méga-Pharamp, même).
Cela doit surprendre les Pokémon dans les arbres, puisqu'on voit leurs branches remuer dans tous les sens.
Une petite forme noire en tombe, et atterrit pile sur la tête de Kaitlyn.
"-Lépiiiiiiiii !, couine l'espèce de chenille.
-AAAAAAAAH !, hurle la blonde, aussi fort que son cousin quelques mois auparavant.
-Et après, on dit que c'est moi le trouillard !, se moque ce dernier. C'est pas la petite bête qui va manger la grosse, non plus.
-ENLEVEZ-MOI CE TRUC LÀ !
-Oui, oui."
Je prends tout mon temps pour prendre la pauvre bestiole apeurée dans mes bras. Ayant grandi un pied dans l'eau et l'autre dans les hautes herbes, j'en ai vu, des Larvibule, et je ne crains pas (plus) les Insectes. Contrairement à Kaitlyn, visiblement.
"-C'est quoi cette chose ?!, continue-t-elle de paniquer, malgré le fait que je le lui ai retirée.
-Un Lépidonille, répond Caleb, ravi de pouvoir faire son Monsieur je-sais-tout pour une fois.
-C'est ça qui évolue en Prismillon ?, s'étonne-t-elle.
-En effet, confirmé-je.
-C'est ça un des Pokémon de prédilection de Violette ?
-Entre autres."
Son regard vis-à-vis de la petite chenille change tout d'un coup. De dédaigneuse, elle devient presque attendrie.
Caleb me touche l'épaule et hoche la tête. On se comprend. La Plan. Le Plan de Kaitlyn, je veux dire. Le Plan est en phase terminale. Il ne faut surtout pas tout faire foirer maintenant. Je dépose le Lépidonille sauvage au sol, tandis que mon complice passe une Poké-Ball à sa cousine.
Sans ouvrir la bouche, sans dire un mot, le courant passe.
Elle s'agenouille et cogne la capsule contre la tête de la petite créature. Celle-ci se laisse aisément capturer, du fait qu'elle est déjà affaiblie de part sa chute de l'arbre.
Lorsque la Poké-Ball se fige après avoir remué trois fois, Kaitlyn se met à sauter dans tous les sens. Bien que les effusions d'affection ne soient pas spécialement son genre, elle nous sert tout de même dans ses bras. Puis, aussi soudainement qu'elle a commencé, elle se fige, soucieuse.
"-Photographie, Lépidonille... Photo... Graphie... C'est décidé ! Je te baptise Graphie !
-Graphie, c'est pas un nom !, s'amuse Caleb.
-On parle de Maximus ? Ou de Coraya ?", rétorque-t-elle amèrement.
Elle fait sortir sa nouvelle partenaire, et la porte à bout de bras.
Le soleil les illumine à travers les trouées de lumière, et se reflète dans les cheveux blonds de la jeune fille. Le sourire du Pokémon ; le sourire de la Dresseuse...
Je suis peut-être dénuée de tout sens artistique, mais je reconnais la magie de ce moment. Une capture. Une rencontre. Le début d'une aventure.
Alors, je ramasse l'appareil photo d'une main tremblante et immortalise la scène.

***

"-Mes petits Aspicots, les délibérations sont terminées !, annonce Violette. Nous avons analysé, décortiqué, et souvent contemplé vos prises ! Et le moins que l'on puisse dire, c'est que le choix a été corsé ! Mais Guido et moi-même avons tranché, et l'heure est venue de remettre les prix aux gagnants !"
Kaitlyn trépigne d'impatience, son appareil photo dans une main et Graphie sur son épaule. Gagner serait la Baie Ceriz sur le Mont Couronné ; elle a déjà rencontré son Lépidonille, ce qui constitue une réussite en soi et la comble de bonheur.
"-Commençons avec la troisième place. Une photographie émouvante, démontrant le début du tissage des liens une jeune Dresseuse et son Pokémon... et également le début d'une carrière prometteuse pour cette jeune artiste ! J'ai nommé... Mademoiselle Kaitlyn !"
À partir de cet instant, on la perd. Totalement. Où est passé la vraie Kaitlyn sarcastique qui maltraite son cousin ? On dirait que sa jumelle angélique a pris possession de son corps.
Elle rejoint la Championne sur l'estrade, qui lui remet son prix, à savoir une paire de Rollers dernier cri. Ce n'est pas l'engin de ses rêves, mais une aura d'euphorie rayonne tout autour d'elle. D'autant plus que les autres vainqueurs sont des Photographes expérimentés.
Puis, elle s'entretient de longues minutes avec son idole, après quoi nous nous mettons en route pour ne pas rentrer trop tard. Car, demain est le dernier lundi avant les examens. À cette pensée, mon stress remonte d'un cran : vais-je y arriver ? Vais-je enfin parvenir à choisir le chemin que j'emprunterai ensuite ? Et que vont devenir mes amis ?
"-Je vais les atomiser, ces Cocotine !, jubile Kaitlyn, sur son petit nuage. Elles vont prendre cher ! Hâte de voir ça !"
Dernière édition par Aurore_2021 le sam. 20 janv. 2018, 16:02, édité 1 fois.
"Rêve comme si tu vivais pour toujours, vis comme si tu mourrais demain."
~James Dean

Avatar de l’utilisateur
solana5047
Messages : 652
Inscription : mar. 15 août 2017, 15:49
Localisation : Sanglé au font d'une minuscule prison de glace

Re: [FanFic] : 4 Dresseurs, 4 rêves

Message par solana5047 » sam. 20 janv. 2018, 15:53

Aurore_2021 a écrit :
sam. 20 janv. 2018, 15:11
... qui maltraite son cousine ?
Caleb est une fille ?!
bref , j'attendait la deuxième partie avant de donner un avis (peut constructif comme a mon habitude^^")
je ne pensait pas a un lépidonille comme premier pokémon pour notre petite blonde et ses sarcasmes :p
et je me demande aussi quel serons les motif de ses ailes de prismillon
Une grande menace affecte ma région
Moi et mes frères , nous ne pouvons lui faire face
Dans notre étroite prison de glace
Nous attendons son excursion

Avatar de l’utilisateur
Evolimiqui
Messages : 2009
Inscription : mar. 25 avr. 2017, 15:13
Localisation : Localisation.

Re: [FanFic] : 4 Dresseurs, 4 rêves

Message par Evolimiqui » sam. 20 janv. 2018, 15:59

solana5047 a écrit :
sam. 20 janv. 2018, 15:53
Aurore_2021 a écrit :
sam. 20 janv. 2018, 15:11
... qui maltraite son cousine ?
Caleb est une fille ?!
Tiens, ça me rappelle quelqu'un qui parlait de son copine, sur Showdown. :ouch:
Membre du duo Over Used ainsi que des Poulpes Fous.
N_tonio36 a écrit : merci bb jtm
:3

Avatar de l’utilisateur
Aurore_2021
Messages : 189
Inscription : mer. 01 nov. 2017, 10:37
Localisation : En cavale pour échapper à l'hôpital psychiatrique

Re: [FanFic] : 4 Dresseurs, 4 rêves

Message par Aurore_2021 » sam. 20 janv. 2018, 16:01

Oupsi oups faute de frappe :ouch:
Je corrige tout de suite !
"Rêve comme si tu vivais pour toujours, vis comme si tu mourrais demain."
~James Dean

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invités