[Fanfic] Tenebrae, un obscur récit.

C'est ici que vous pouvez délier votre plume et raconter vos histoires.

Modérateur : Modérateurs section Pokémon et Vous

(Actualisation) Comment trouvez-vous l'histoire ?

Très bien
5
71%
Bien
2
29%
Bof
0
Aucun vote
Pas bien
0
Aucun vote
Très mauvaise
0
Aucun vote
 
Nombre total de votes : 7

Avatar de l’utilisateur
Evolimiqui
Messages : 1983
Inscription : mar. 25 avr. 2017, 15:13
Localisation : Localisation.

Re: [Fanfic] Tenebrae, un obscur récit.

Message par Evolimiqui » dim. 02 juil. 2017, 18:00

L'histoire est morte ?!
Membre du duo Over Used ainsi que des Poulpes Fous.
N_tonio36 a écrit : merci bb jtm
:3

Avatar de l’utilisateur
monocram
Délégué section Pokémon et vous
Messages : 2523
Inscription : lun. 12 août 2013, 17:34
Localisation : Dans un château enseveli sous le sable du Désert des Ombres Dansantes dans le Monde des Morts.

Re: [Fanfic] Tenebrae, un obscur récit.

Message par monocram » dim. 02 juil. 2017, 18:40

Non, non. Le chapitre 16 est en cours de rédaction :evil:
Maintenant, il est vrai qu'on peut se poser des questions en voyant l'écart de temps entre la publication du chapitre 14 et du chapitre 15.
J'en suis encore désolé pour ceux qui sont vraiment attachés à l'histoire mais ça ne se reproduira plus. Je compte poster au moins deux nouveaux chapitres pendant les vacances. Et si j'arrive à en faire plus, tant mieux.

De même, je suis en train de modifier le chapitre 1 (je peux vous dire que je me suis plus défoulé que je n'ai fait attention à ce que j'écrivais. Il en vaut la peine.).
J'ai bientôt terminé de le modifier. Je le posterai sous peu.
La cruauté n'est qu'une affaire de perspective :}

Avatar de l’utilisateur
Evolimiqui
Messages : 1983
Inscription : mar. 25 avr. 2017, 15:13
Localisation : Localisation.

Re: [Fanfic] Tenebrae, un obscur récit.

Message par Evolimiqui » dim. 02 juil. 2017, 18:45

C'était juste pour savoir ! Je n'en suis qu'au deuxième chapitre ! Mes commentaires viendront quand je serai plus avancé ! D'ici-là, bonne continuation ! :^^:
Membre du duo Over Used ainsi que des Poulpes Fous.
N_tonio36 a écrit : merci bb jtm
:3

Avatar de l’utilisateur
monocram
Délégué section Pokémon et vous
Messages : 2523
Inscription : lun. 12 août 2013, 17:34
Localisation : Dans un château enseveli sous le sable du Désert des Ombres Dansantes dans le Monde des Morts.

Re: [Fanfic] Tenebrae, un obscur récit.

Message par monocram » dim. 02 juil. 2017, 18:49

Evolimiqui a écrit :
dim. 02 juil. 2017, 18:45
C'était juste pour savoir ! Je n'en suis qu'au deuxième chapitre ! Mes commentaires viendront quand je serai plus avancé ! D'ici-là, bonne continuation ! :^^:
Oh ! Tu es encore loin de mon vrai style d'écriture. Les premiers chapitres sont ceux qui sont le moins réussis. Voilà pourquoi je les modifie.
La cruauté n'est qu'une affaire de perspective :}

Avatar de l’utilisateur
Evolimiqui
Messages : 1983
Inscription : mar. 25 avr. 2017, 15:13
Localisation : Localisation.

Re: [Fanfic] Tenebrae, un obscur récit.

Message par Evolimiqui » dim. 02 juil. 2017, 18:53

monocram a écrit :
dim. 02 juil. 2017, 18:49
Evolimiqui a écrit :
dim. 02 juil. 2017, 18:45
C'était juste pour savoir ! Je n'en suis qu'au deuxième chapitre ! Mes commentaires viendront quand je serai plus avancé ! D'ici-là, bonne continuation ! :^^:
Oh ! Tu es encore loin de mon vrai style d'écriture. Les premiers chapitres sont ceux qui sont le moins réussis. Voilà pourquoi je les modifie.
Je le sais ! Le pouvoir du renseignement ! Le savoir est une arme redoutable... :evil:
Membre du duo Over Used ainsi que des Poulpes Fous.
N_tonio36 a écrit : merci bb jtm
:3

Avatar de l’utilisateur
monocram
Délégué section Pokémon et vous
Messages : 2523
Inscription : lun. 12 août 2013, 17:34
Localisation : Dans un château enseveli sous le sable du Désert des Ombres Dansantes dans le Monde des Morts.

Re: [Fanfic] Tenebrae, un obscur récit.

Message par monocram » dim. 02 juil. 2017, 20:46

Je me suis permis de changer le sondage. Juste pour voir combien me lisent encore depuis ma longue pause. C'est personnel.
Pour les gens qui sont en cours de lecture, il vous suffit de sélectionner l'option "Non mais je vais bientôt le lire."

Les "Non" restants sont là pour les passants.
La cruauté n'est qu'une affaire de perspective :}

Avatar de l’utilisateur
Evolimiqui
Messages : 1983
Inscription : mar. 25 avr. 2017, 15:13
Localisation : Localisation.

Re: [Fanfic] Tenebrae, un obscur récit.

Message par Evolimiqui » dim. 02 juil. 2017, 21:50

monocram a écrit :
dim. 02 juil. 2017, 20:46
Je me suis permis de changer le sondage. Juste pour voir combien me lisent encore depuis ma longue pause. C'est personnel.
Pour les gens qui sont en cours de lecture, il vous suffit de sélectionner l'option "Non mais je vais bientôt le lire."

Les "Non" restants sont là pour les passants.
Et voilà, c'est fait ! "Non, mais je vais bientôt le lire" ! Moi, en tout cas, je continue de lire jusqu'au bout ! Bonne continuation !

Bonsoir ! Il ne me reste plus que 3 chapitres à lire, et j'ai déjà une Rubombelle de questions et de remarques ! Tenez-vous prêt et protégez-vous avez tout ce que vous avez sous la main, mais prenez votre temps : je lis lentement !

Rebonsoir ! J'ai enfin lu le dernier chapitre publié ! Préparez-vous parce que je vais vous canarder de commentaires ! En ce moment, je suis en train de les lister ! D'ici-là, profitez bien du temps qu'il vous reste !

______________________________________________________________________________________________________________________________

Comme on n'a pas le droit aux double-posts, j'ai fait ce truc au-dessus...

C'est l'heure ! L'heure de vous faire passer à la table ! Ne vous inquiétez pas, l'opération chirurgicale sera assez rapide, et mon scalpel ainsi que mon bistouri sont fin prêts ! Ça risque de piquer un peu (beaucoup) ! :evil:
(Écré)meuh non, ce n'est pas la peine d'angoisser ainsi !... C'est à coups de missiles que je vais vous bombarder ! Gnark !
... Oh là là ! Pas d'humour, vous, hein ! Bon, on commence ? C'est parti (pour la boucherie chirurgicale) !

1 : Je crois savoir pourquoi le narrateur rit autant ! Il n'aurait pas, à l'instar de Luffy dans One Piece, mangé des champignons rigoloïdes originaires de l'île d'Amazon Lily, à tout hasard ?

2 : Êtes-vous le narrateur de l'histoire ? On ne voit pas clairement la distinction entre le narrateur et vous, et ce n'est pas moi qui l'invente : interrogez tous ceux qui ont lu votre fiction, et certains seront surpris de la véritable réponse à la question. Sans oublier le fait que l'histoire continue alors qu'il va au procès UNIQUEMENT en compagnie de sa Branette, à un certain chapitre... En outre, s'il s'agit en réalité de vous, cela devient alors incohérent (ou du moins, encore plus à cause du "cafouillage", au point où on en est...), car le narrateur prétend être semi-millénaire (je crois) alors que vous avez subi, il me semble, des examens scolaires il y a peu de temps (les prétentions d'âge, c'est seulement quand on est aussi vieux que le Père Fourras !). Bref, démêlez le vrai du faux dans cette affaire de meurtre...

3 : Quel est la vraie nature des relations entre le narrateur et Bouffonnette ? Il est mentionné qu'ils sont plus qu'amis.

4 : Je crois savoir qui est le mystérieux Pokémon de Lancio, et je compte bien l'afficher au grand jour ! J'hésitais entre Lewsor, Neitram, Kecleon, Polichombr et Branette ! Avant toute chose, chacun de ces Pokémon peut apprendre Abri, Puissance Cachée et Ball'Ombre, attaques connues à ce jour par l'étrange créature. Pour l'instant, aucun d'eux n'est éliminé. Néanmoins, on sait que cette bestiole est inconnue de tous. Or, dans la bibliothèque de Classifika, il est dit qu'on utilise par fois du cuir de Kecleon pour relier les livres. Kecleon est par conséquent rayé de la liste. Bouffonnette est une Branette, en toute logique, il est préférable de ne pas faire intervenir un autre, sauf si le narrateur veut en réalité raconter sa rencontre avec sa chère Bouffonnette, c'est-à-dire comment il l'a chipée à Lancio, etc. Mais c'est sans compter sur le fait qu'un Pokémon de cette espèce pèse en moyenne 10 kg. Est-ce que vous voyez Lancio, décrit comme un jeune homme assez chétif, porter un sac avec un Branette (car l'être qui l'accompagne a souvent tendance à se glisser dans son sac), trois gros livres d'environ 2 kg max (j'ai des énormes encyclopédies qui ne pèsent pourtant pas au-delà), des Chromacristaux, des Rutereos et j'en passe ? Faites le calcul ; 10 + 6 + 1 (avec le reste) = 17 kg environ ! Un gringalet de ce genre, bien que cela pourrait le muscler un minimum, ne peut supporter une charge quotidienne de 17 kg ! Pour les mêmes raisons concernant le poids, il ne s'agit pas non plus de Neitram. Au contraire, avec lui, c'est encore pire : il pèse pas moins de 34 kg et demi ! L'addition, s'il vous plaît : 34 + 6 + 1 = 41 kg ! Le héros aura déjà eu le temps de décéder de fatigue, sans oublier que la bête se pose parfois sur son épaule ! Imaginez les courbatures ! Il ne reste donc que Polichombr et Lewsor. Ce qui va les départager est un détail capital déjà dit : la créature est inconnue. Cela signifie une chose : soit tous les Pokémon n'ont pas encore été repertoriés, soit il s'agit d'un Pokémon qui n'a jamais été rencontré auparavant. Et pourquoi ? Tout simplement parce qu'il est question d'un extraterrestre ! Voyez-vous où je veux en venir ?... Enquêteur Évolimiqui au rapport ! Je suis formel, le compagnon de Lancio est bel et bien un Lewsor ! Affaire classée !

5 : On voit fleurir à (presque) chaque coins de paragraphes de votre récit... des fautes d'orthographes. À vrai dire, cela m'a déçu : non seulement toutes les erreurs qui sont absentes dans vos messages se cachent en réalité dans votre fictions, mais en plus, même si pour certains on pourrait fermer les yeux, j'estime que ces mêmes erreurs sont bien moins pardonnables pour vous. Je pense même que, venant de vous, elles sont chacune plus grosses qu'un Mammochon. Il s'agit notamment de :
[*] fautes d'accords en genre et en nombre pour les noms et les adjectifs ;
[*] des verbes mal conjugués ;
[*] des virgules en trop, séparant les propositions n'importe comment. Rappel : une proposition est un groupe de mots centrés autour d'un verbe conjugué. Ils peuvent être juxtaposés lorsqu'ils sont RELIÉS par une virgule (ex. : "Le majordome récupéra le courrier, il répartit ensuite les tâches à accomplir à tous les employés de Monsieur...".), coordonnés par une conjonction de coordination dont la liste est "mais", "ou", "et", "donc", "or", "ni" et "car" (ex. : "La bonne fit le ménage et elle prépara le déjeuner".) ou subordonnée par un pronom relatif, c'est-à-dire "qui", "que", "quoi", "dont", "où", "lequel" et ses composés, et "quiconque" (ex. : "Le Pokémon qui était rose...".) ou encore par une conjonction de subordination, dont j'ai oublié la liste (ex. : "Il sait qu'il ne doit plus mentir".)... Note : vous avez bien évidemment le d'utiliser la virgule en plein milieu d'une proposition seulement en cas d'"énumération" (ex. : "Dialga obtint les Types Acier et Dragon, Palkia, les Types Eau et Dragon, et Giratina, les Types Spectre et Dragon".) ;
[*] des espaces manquants à plusieurs endroits.
Voyez tout de même la longue liste... Il est IMPÉRATIF que vous vous relisiez avant la publication à l'aide du bouton "Prévisualiser". Bien entendu, je compte bien mettre la main à la pâte en corrigeant les chapitres que vous avez déjà publiés puis vous les envoyer par messages privés, éventuellement, mais seulement si j'ai le temps de le faire prochainement ! Par contre, promettez-moi de tenir compte de cela.

6 : On remarque certaines répétitions, notamment celles de termes "le jeune", "la créature aux yeux changeants", etc. Assez ! Vous maîtrisez tout de même un vocabulaire très fleuri et un éventail de lexique très large ! Essayez de supprimer ces expressions, qui sont je trouve très récurrents, et remplacez-les par d'autres qui permettraient tout aussi bien de qualifier les éléments dont il est question ! J'ai également vu que vous utilisiez des adjectifs de couleur, surtout pour les yeux du Lewsor, euh, Pokémon de Lancio, la plupart dans des tournures telles que "Jaunes étaient devenus ses yeux", etc. Ces manières de construire sont excellentes et permettent, je dois dire, de faire passer la pilule de la couleur "pauvre" avec succès. J'entends par là que les couleurs données ne sont pas suffisamment précises et sont plutôt bas-de-gamme. N'hésitez pas à employer des nuances pour rehausser le niveau des teintes. Si vous bloquez sur les termes non répétitifs ou les coloris, n'ayez pas peur de me les demander À GENOUX ET EN SUPPLIANT par messages privés ou non !

7 : Il me semble qu'il est dit que dans le village d'origine de Lancio, quelqu'un devient adulte après un cycle de 777 soleils et lunes vus à partir d'un certain âge. Pourquoi ce nombre et pas 111 de moins (faites la soustraction), cela aurait permis d'implanter la "graine de l'inquiétude" dans les lecteurs, non ?

8 : Lorsque le narrateur intervient, il interagit plus ou moins avec le lecteur, et parle notamment d'eux en s'adressant directement à ceux-ci ! Cependant, il a une facilité étonnante voire déconcertante à anticiper leurs réactions, pensées, ... C'est extrêmement troublant... D'autant plus que l'effet produit est toujours effectif des années après (notez que votre œuvre date de 2 ans environ ; quant à moi, je suis contemporain à 2017) !

9 : Du pur positif ! Vous m'avez appris du vocabulaire que je ne connaissais pas, et je vous en remercie ! Mais le plus important, j'ai ADORÉ votre histoire ! Continuez à écrire !

Je crois que c'est tout ! Si vous avez des traumatismes post-opératoires, répondez à mon message en indiquant le numéro correspondant !
... La fatigue me gagne : je lisais votre fiction en cachette sous ma Couverdure, euh, couverture de 23h00 à 4h30, et je mérite désormais du repos... :zzz: Ah non ! J'ai toujours le récit de -Arcegea- à lire, moi !
Membre du duo Over Used ainsi que des Poulpes Fous.
N_tonio36 a écrit : merci bb jtm
:3

Avatar de l’utilisateur
monocram
Délégué section Pokémon et vous
Messages : 2523
Inscription : lun. 12 août 2013, 17:34
Localisation : Dans un château enseveli sous le sable du Désert des Ombres Dansantes dans le Monde des Morts.

Re: [Fanfic] Tenebrae, un obscur récit.

Message par monocram » mer. 05 juil. 2017, 23:42

Et bien, autant jouer à votre jeu de vouvoiement.

Je vais reprendre votre schéma point par point :
1. Pas le moins du monde. N'avancez pas de telles choses. Je ne m'inspire que de très peu d'œuvres issues des mangas. La musique est certaine fois mon moteur.

2. Bien sûr que c'est moi mais je me suis attribué un rôle dans ma propre histoire. Maintenant, il me semble que vous ne comprenez pas ce qu'est MonocraM. Celui qui a fait ses examens est Marco. MonocraM est une entité venue des fins fonds du temps et des dimensions pouvant choisir son endroit de prédilection. Ici, il a choisi le Monde des Morts (qui n'est pas l'Enfer ni le Paradis mais qui est un lieu ni bon ni mauvais sans pour autant représenter le Purgatoire) où le temps ne s'écoule pas de la même manière qu'ici. Il y eut rencontre entre deux opposés complémentaires et voici le résultat. Un règne absolu partagé en deux entités : Marco et MonocraM,
Chaos ordonné et ordre chaotique.

Le narrateur et donc moi-même sommes de très complexes créatures.

3. Ah ! L'histoire est l'histoire ! Patientez un peu ;)

4. La nature de la créature de Lancio va et doit rester secrète. Il est vrai qu'au début j'ai songé à lui donner une des créatures citées mais mon choix a pris d'autres dimensions... J'ai opté pour quelque chose d'inédit.

5. Ce que vous dites est vrai. Je le reconnais moi-même. Mais je tiens à ce que vous sachiez quelques petites choses :

D'abord, les premiers chapitres furent écrits sur une plate-forme pauvre, reflet de son propre correcteur automatique. En fait, ce soi-disant correcteur me soulignait des fautes qui n'en étaient pas et les corrigeait de sa propre initiative si je ne repassais pas moi-même. Il est donc fort probable qu'il y ait plus d'une faute. Les miennes avant tout, je ne suis pas parfait et puis celles du correcteur.
Ensuite, je passe à une autre plate-forme meilleure de correcteur mais ignoble au niveau bug. Soit je ne savais pas m'en servir, soit on me voulait des noises. Je cherchais à supprimer quelques lettres d'un mot, voilà que le mot est entièrement effacé. Toujours, il y a mes fautes mais d'autres, de frappes le plus souvent, très embêtantes. Qui plus est, j'écrivais sur smartphone, très peu pratique (et c'est la vérité pure). Et puis, je suis atteint de la flemme qui m'oblige à ne pas me relire. Je poste donc mon chapitre le plus vite possible dès la fin de sa rédaction (ce n'est pas une bonne idée, je suis d'accord).
De même, mes fautes les plus graves sont celles d'accords de verbes ou d'adjectifs.

Je tiens à rappeler, cela dit, que je suis en train de modifier tous mes chapitres, du début à la fin tout en continuant d'écrire. Et puis, le temps est un ennemi inquiétant dans ce monde...

Maintenant, la leçon de français n'était pas nécessaire et un rien excessive... Ce que vous dites là est connu.

Pour les histoires de virgules, je ne suis pas d'accord avec vous. Les abus de ponctuation donnent, pour moi, un fond plus confus, plus rond à l'histoire. De plus, je ne pense pas que mes folies posent des problèmes de compréhension. Et certaines, j'en suis sûr, sont tout à fait pertinentes. De même, je pense que les premiers chapitres sont les plus médiocres, les autres remontant la pente du début.
Mais encore une fois, je ne me relis pas. Je n'en ai pas envie. Ma propre écriture me cause des tourments. À force de la lire encore et encore, j'en perds beaucoup plus la tête que maintenant.

Enfin soit, l'écriture d'une histoire qui se veut de plus en plus longue n'est pas simple et mes caprices n'amènent pas que du positif.

6. Pour les répétitions, je fais de mon mieux. Je tente d'éviter d'utiliser toujours "le jeune" ou "Lancio" ou "il" ou "le général", "Naël", etc...
Mais pour éviter de trop grosses folies de langages, je me permets d'utiliser les mêmes expressions de manière récurente dans chacun de mes chapitres en essayant d'éviter que les répétitions ne s'entassent à travers plusieurs lignes. En effet, le véritable problème des répétitions repose sur leur agglomération au sein de lignes proches l'une de l'autre. De même, le français a beau représenter une langue large, il n'empêche qu'il a des limites. Je ne peux pas toujours changer de mots pour désigner Lancio. Si, en fonction des différentes situations, son statut peut changer. Mais j'en reviens toujours à utiliser des expressions déjà utilisées, avant tout pour replacer le lecteur dans un milieu lexical familier. Ma fiction doit faire voyager tout en restant sur les épaules de Lancio. Donc, "le jeune", "le garçon", "la créature" ou que sais-je sont mes expressions privilégiées ayant le but de revenir au personnage. Et puis, comme je l'ai dit, tant qu'elles ne s'étendent pas sur des lignes trop proches, elles sont bonnes à mes yeux. Le fait de s'étendre sur plusieurs chapitres n'est en aucun cas dérangeant sinon, vous devez être quelqu'un de très peu tolérant au niveau de vos lectures. J'ai vu chez des auteurs connus des répétitions comme vous m'en décrivez. Je ne les trouve pas dérangeantes. Elles sont pertinentes.
Encore une fois, la possibilité de quelques maladresses est à envisager. Je ne suis pas parfait et je ne me relis pas. Pour les couleurs, c'est un fait mais encore une fois, je tente de rester dans une limite de compréhension. Ce que j'écris n'est pas une littérature digne de figurer dans une quelconque étude. Je cherche des phrases compréhensibles, pas trop complexes. Selon ma définition, j'y arrive avec de la simplicité dans certains points de ma fiction.

Qui plus est, pour toutes les fautes que vous avez citées et pour ma légendaire flemme, je dirai avant tout que je ne suis pas emporté par le fait d'écrire cette propre histoire. Je ne sais pas. Il y a un certain dégoût qui s'est installé en moi et il représente la véritable raison de l'arrêt de publication entre le chapitre 14 et le chapitre 15. (Dégoût ayant commencé depuis le début de mon épopée.)

7. Il n'est pas dit qu'on devient adulte après 777 soleils et lunes. Il est dit qu'on nous donne un Pokémon à cet âge après la puberté (mais je ne pense pas l'avoir mis).
Bien sûr, les chapitres les plus anciens sont en cours de modification.

8. Je vois... C'est intéressant. Merci de me l'avoir dit.

9. Je vous remercie.

Enfin, je tiens à le rappeler, il s'est écoulé du temps (beaucoup de temps) entre les publications de divers chapitres. Je n'étais pas le même qu'aujourd'hui à l'époque. Depuis, mon orthographe et mon attention sur les accords se sont fortement améliorées. D'où le fait que je modifie tous mes chapitres en commençant par les plus anciens. Je compte bien l'envoyer dans diverses communautés. Et je ne pense pas avoir besoin de votre aide. L'écriture s'inscrit dans l'honneur personnel. La proposition, bien qu'agréable, ne fut pas nécessaire.

Pour terminer, je ne vais pas cacher que votre commentaire m'est précieux. Cela dit, il m'emporte dans un nuage de regrets.

Mais j'ai hâte de vous voir à l'œuvre. N'ayez craintes, je suis comme vous : Langue et lecture faciles. Sans rancune, l'écriture suivant une certaine évolution.

modifications...

Merci pour votre attention.
La cruauté n'est qu'une affaire de perspective :}

Avatar de l’utilisateur
Evolimiqui
Messages : 1983
Inscription : mar. 25 avr. 2017, 15:13
Localisation : Localisation.

Re: [Fanfic] Tenebrae, un obscur récit.

Message par Evolimiqui » jeu. 06 juil. 2017, 02:36

Hallo ! Wie geht's Ihnen ?
monocram a écrit :
mer. 05 juil. 2017, 23:42
Et bien, autant jouer à votre jeu de vouvoiement.
Ainsi je jouerais un jeu, selon vous ? Cela revient à dire, sauf erreur d'interprétation de ma part, que je ne suis ni plus ni moins qu'un hypocrite ? Non, je vouvoie tous ceux avec qui je ne suis pas familier pour créer une distanciation. Cela peut vous paraître étrange, inutile. Cela dit, n'importe qui peut me tutoyer, cela ne compte guère pour moi.
monocram a écrit :
mer. 05 juil. 2017, 23:42
1. Pas le moins du monde. N'avancez pas de telles choses. Je ne m'inspire que de très peu d'œuvres issues des mangas. La musique est certaine fois mon moteur.
1 : À croire que j'ai dit une énormité. J'ai l'impression que le sens de ma question a dévié, pour que vous me répondiez ainsi. Ou alors, vous attribuez quelque connotation péjorative vis-à-vis des mangas ?
monocram a écrit :
mer. 05 juil. 2017, 23:42
2. Bien sûr que c'est moi mais je me suis attribué un rôle dans ma propre histoire. Maintenant, il me semble que vous ne comprenez pas ce qu'est MonocraM. Celui qui a fait ses examens est Marco. MonocraM est une entité venue des fins fonds du temps et des dimensions pouvant choisir son endroit de prédilection. Ici, il a choisi le Monde des Morts (qui n'est pas l'Enfer ni le Paradis mais qui est un lieu ni bon ni mauvais sans pour autant représenter le Purgatoire) où le temps ne s'écoule pas de la même manière qu'ici. Il y eut rencontre entre deux opposés complémentaires et voici le résultat. Un règne absolu partagé en deux entités : Marco et MonocraM,
Chaos ordonné et ordre chaotique.

Le narrateur et donc moi-même sommes de très complexes créatures.
2 : J'ai la désagréable sensation d'avoir froissé deux personnes en même temps. D'ailleurs, j'ai visiblement un certain don pour m'attirer les foudres ainsi que le dédain de tous ceux à qui j'ai parlé au moins une fois. Apparemment, j'ai également bêtement et involontairement saboté votre œuvre. Pardon.
monocram a écrit :
mer. 05 juil. 2017, 23:42
3. Ah ! L'histoire est l'histoire ! Patientez un peu ;)
3 : Très bien. J'attendrai.
monocram a écrit :
mer. 05 juil. 2017, 23:42
4. La nature de la créature de Lancio va et doit rester secrète. Il est vrai qu'au début j'ai songé à lui donner une des créatures citées mais mon choix a pris d'autres dimensions... J'ai opté pour quelque chose d'inédit.
4 : Je comprends donc que je me suis fourvoyé.
monocram a écrit :
mer. 05 juil. 2017, 23:42
5. Ce que vous dites est vrai. Je le reconnais moi-même. Mais je tiens à ce que vous sachiez quelques petites choses :

D'abord, les premiers chapitres furent écrits sur une plate-forme pauvre, reflet de son propre correcteur automatique. En fait, ce soi-disant correcteur me soulignait des fautes qui n'en étaient pas et les corrigeait de sa propre initiative si je ne repassais pas moi-même. Il est donc fort probable qu'il y ait plus d'une faute. Les miennes avant tout, je ne suis pas parfait et puis celles du correcteur.
Ensuite, je passe à une autre plate-forme meilleure de correcteur mais ignoble au niveau bug. Soit je ne savais pas m'en servir, soit on me voulait des noises. Je cherchais à supprimer quelques lettres d'un mot, voilà que le mot est entièrement effacé. Toujours, il y a mes fautes mais d'autres, de frappes le plus souvent, très embêtantes. Qui plus est, j'écrivais sur smartphone, très peu pratique (et c'est la vérité pure). Et puis, je suis atteint de la flemme qui m'oblige à ne pas me relire. Je poste donc mon chapitre le plus vite possible dès la fin de sa rédaction (ce n'est pas une bonne idée, je suis d'accord).
De même, mes fautes les plus graves sont celles d'accords de verbes ou d'adjectifs.

Je tiens à rappeler, cela dit, que je suis en train de modifier tous mes chapitres, du début à la fin tout en continuant d'écrire. Et puis, le temps est un ennemi inquiétant dans ce monde...

Maintenant, la leçon de français n'était pas nécessaire et un rien excessive... Ce que vous dites là est connu.

Pour les histoires de virgules, je ne suis pas d'accord avec vous. Les abus de ponctuation donnent, pour moi, un fond plus confus, plus rond à l'histoire. De plus, je ne pense pas que mes folies posent des problèmes de compréhension. Et certaines, j'en suis sûr, sont tout à fait pertinentes. De même, je pense que les premiers chapitres sont les plus médiocres, les autres remontant la pente du début.
Mais encore une fois, je ne me relis pas. Je n'en ai pas envie. Ma propre écriture me cause des tourments. À force de la lire encore et encore, j'en perds beaucoup plus la tête que maintenant.

Enfin soit, l'écriture d'une histoire qui se veut de plus en plus longue n'est pas simple et mes caprices n'amènent pas que du positif.
5 : En réalité, ce que j'ai dit, c'est comme si je courais sur de la glace : dans mon élan, je ne peux plus m'arrêter et je glisse... Pour ce qui est du correcteur automatique, il me semble qu'on peut le désactiver via les paramètres. Ce qui est sûr, c'est que vous n'êtes pas le seul qui utilise un téléphone portable 📱, c'est ce qui est en ce moment entre mes mains et qui n'est pas pratique. Moi aussi, je déteste les travaux laborieux, longs et difficiles. Il est vrai que l'écriture n'est pas un travail facile, au fond. Enfin, si ce que j'ai dit vous a... déplu, je peux toujours effacer mes propos.
monocram a écrit :
mer. 05 juil. 2017, 23:42
6. Pour les répétitions, je fais de mon mieux. Je tente d'éviter d'utiliser toujours "le jeune" ou "Lancio" ou "il" ou "le général", "Naël", etc...
Mais pour éviter de trop grosses folies de langages, je me permets d'utiliser les mêmes expressions de manière récurente dans chacun de mes chapitres en essayant d'éviter que les répétitions ne s'entassent à travers plusieurs lignes. En effet, le véritable problème des répétitions repose sur leur agglomération au sein de lignes proches l'une de l'autre. De même, le français a beau représenter une langue large, il n'empêche qu'il a des limites. Je ne peux pas toujours changer de mots pour désigner Lancio. Si, en fonction des différentes situations, son statut peut changer. Mais j'en reviens toujours à utiliser des expressions déjà utilisées, avant tout pour replacer le lecteur dans un milieu lexical familier. Ma fiction doit faire voyager tout en restant sur les épaules de Lancio. Donc, "le jeune", "le garçon", "la créature" ou que sais-je sont mes expressions privilégiées ayant le but de revenir au personnage. Et puis, comme je l'ai dit, tant qu'elles ne s'étendent pas sur des lignes trop proches, elles sont bonnes à mes yeux. Le fait de s'étendre sur plusieurs chapitres n'est en aucun cas dérangeant sinon, vous devez être quelqu'un de très peu tolérant au niveau de vos lectures. J'ai vu chez des auteurs connus des répétitions comme vous m'en décrivez. Je ne les trouve pas dérangeantes. Elles sont pertinentes.
Encore une fois, la possibilité de quelques maladresses est à envisager. Je ne suis pas parfait et je ne me relis pas. Pour les couleurs, c'est un fait mais encore une fois, je tente de rester dans une limite de compréhension. Ce que j'écris n'est pas une littérature digne de figurer dans une quelconque étude. Je cherche des phrases compréhensibles, pas trop complexes. Selon ma définition, j'y arrive avec de la simplicité dans certains points de ma fiction.

Qui plus est, pour toutes les fautes que vous avez citées et pour ma légendaire flemme, je dirai avant tout que je ne suis pas emporté par le fait d'écrire cette propre histoire. Je ne sais pas. Il y a un certain dégoût qui s'est installé en moi et il représente la véritable raison de l'arrêt de publication entre le chapitre 14 et le chapitre 15. (Dégoût ayant commencé depuis le début de mon épopée.)
6 : Chaque langue a ses limites, mais nous ne voyons pas le bout du français. Pour tout dire, nos horizons sont loin d'y arriver. On peut encore largement l'exploiter. Concernant la redondance dont je vous ai parlée, pardon de le dire, mais on a parfois une impression de déjà vu, mais je dois avouer que vous avez raison : cela ne demeure pas moins un exercice difficile. Et cette histoire de dégoût... Je ne comprends pas... Votre propre production vous écœure ? Si c'est cela, je vous comprends un peu. Sauf que de mon côté, c'est plus de la honte et de la gêne : je ne me permets de chanter et de danser que quand il n'y a personne, je ne dessine que lorsque je suis seul et arrête immédiatement dès qu'il y a une présence dans les environs... Ce que j'écris sur papier, je le brûle une fois terminé... Je ne montre aucune de mes productions artistiques...
monocram a écrit :
mer. 05 juil. 2017, 23:42
7. Il n'est pas dit qu'on devient adulte après 777 soleils et lunes. Il est dit qu'on nous donne un Pokémon à cet âge après la puberté (mais je ne pense pas l'avoir mis).
Bien sûr, les chapitres les plus anciens sont en cours de modification.
7 : Excusez-moi, je me suis perdu dans mes mots. Et oubliez ce que je voulais dire : je ne mesurais pas mes propos.
monocram a écrit :
mer. 05 juil. 2017, 23:42
8. Je vois... C'est intéressant. Merci de me l'avoir dit.
8 : Dois-je comprendre que ce n'était pas du tout intentionnel ? Surprenant.
monocram a écrit :
mer. 05 juil. 2017, 23:42
9. Je vous remercie.

Enfin, je tiens à le rappeler, il s'est écoulé du temps (beaucoup de temps) entre les publications de divers chapitres. Je n'étais pas le même qu'aujourd'hui à l'époque. Depuis, mon orthographe et mon attention sur les accords se sont fortement améliorées. D'où le fait que je modifie tous mes chapitres en commençant par les plus anciens. Je compte bien l'envoyer dans diverses communautés. Et je ne pense pas avoir besoin de votre aide. L'écriture s'inscrit dans l'honneur personnel. La proposition, bien qu'agréable, ne fut pas nécessaire.

Pour terminer, je ne vais pas cacher que votre commentaire m'est précieux. Cela dit, il m'emporte dans un nuage de regrets.

Mais j'ai hâte de vous voir à l'œuvre. N'ayez craintes, je suis comme vous : Langue et lecture faciles. Sans rancune, l'écriture suivant une certaine évolution.

modifications...

Merci pour votre attention.
9 : Vous dites que votre niveau s'est trouvé grandement amélioré. Cela souligne un progrès fulgurant en 2 ans. Félicitations ! Tout bien réfléchi, même si vous aviez accepté mon aide, cela se serait avéré inutile : j'aurais été plus encombrant qu'autre chose... Lorsque vous parlez de regrets, cela ressemble presque à des adieux... ce que je ne souhaite pas de sitôt ! Enfin, ne vous attendez pas à des merveilles concernant des éventuelles fictions de ma part, car vous pourriez vite être déçu.

Je souhaite vous dire que vous êtes quelqu'un avec qui le dialogue est très agréable. Si je peux me permettre, il n'y a qu'un seul conseil viable de ma part : il ne faut jamais hésiter à faire déborder sa peinture 🎨 hors de sa toile ! Lorsque vous faites quelque chose, c'est jusqu'au bout et il ne faut pas avoir peur ! Puissiez-vous conquérir de nouveau lecteurs ! :^^:

Bis nächste Mal ! 'Wiedersehen !
PS : J'ai oublié de vous dire un truc, la dernière fois ! ⬇
10 : On remarque que l'histoire est facilement sécable grâce aux principales interventions du narrateur au début et à la fin de chaque chapitre, ce qui, en soi, n'est pas courant du tout ! Une autre touche personnelle !
Membre du duo Over Used ainsi que des Poulpes Fous.
N_tonio36 a écrit : merci bb jtm
:3

Avatar de l’utilisateur
monocram
Délégué section Pokémon et vous
Messages : 2523
Inscription : lun. 12 août 2013, 17:34
Localisation : Dans un château enseveli sous le sable du Désert des Ombres Dansantes dans le Monde des Morts.

Re: [Fanfic] Tenebrae, un obscur récit.

Message par monocram » jeu. 06 juil. 2017, 05:56

Merci pour la réponse. Avant tout, lorsque j'ai dit de jouer à un jeu de vouvoiement, ce n'était pas péjoratif. Je pensais vraiment à un jeu. Je n'ai pas l'habitude de vouvoyer sur ce forum et je pense que l'exercice me plaît. Voilà une forme de politesse que j'apprécie. Je ne traite pas les gens d'hypocrite de manière si détournée. Cela dit, je peux comprendre que la tournure de la phrase ait pu embêter. Mes excuses.
1. Et bien, pour être franc, les mangas que j'apprécie ne se trouveront jamais dans ma fic sous forme d'inspiration. One Piece étant un très bon manga que je ne connais que trop peu pour le moment, je préfère éviter tout clin d'œil périlleux à une quelconque œuvre.

2. Non pas du tout. Tenebrae est avant tout une histoire de divertissement et un protoype d'un plus grand projet. Il est sûr que des parties de moi-même, à savoir MonocraM et Marco s'y trouvent mais elles ne représentent qu'une partie infime de mon for intérieur. La seule chose que vous pouvez regretter serait de ne pas comprendre ces deux entités. Dans ce cas, je dois vous dire que vous n'êtes pas seul. Vous n'avez rien saboté. Enfin... pas pour le moment ;)
Après tout, on sait que je suis le narrateur mais on ne sait pas encore qui j'enrôle vraiment.

3. Sans problème.

4. N'allez pas si loin. Vous aviez quand-même un bon raisonnement mais les choses ont changé entre quinze chapitres.

5. Maintenant, pour le correcteur automatique, tout est en ordre. Il est meilleur, corrige mieux, me propose des alternatives plutôt que de faire lui-même. Et j'ai changé de plate-forme. Bien sûr, dans mon incroyable flemmardise, des fautes m'ont échappées dans les chapitres les plus récents mais selon moi, ce sont avant tout les plus anciens qui sont touchés, d'où l'important besoin de devoir modifier.
Le soucis avec le téléphone portable réside dans le choix de plate-forme pour rédiger un texte. Au début, les premiers chapitres furent écrits sur le forum Poképédia même. Un support agréable mais embêtant. Mes chapitres ont été très courts. Cette longueur est le point commun des premiers chapitres. Ensuite, j'écris sur la fonction mémo mais elle m'a causé trop de soucis pour que j'en fasse la liste. Juste après, Word, qui n'arrêtait pas de buguer. J'ai vu mes chapitres se supprimer certaines fois. Tentant vainement un effort de concentration sur ma mémoire et d'imagination, je me trompe et je dérape. L'application ne me permettant pas de me rattraper. Ensuite, Word s'est stabilisée. Et aujourd'hui, j'utilise Word et Open Office. Une application sur mobile et l'autre sur ordinateur. L'écriture doit être beaucoup plus agréable en ces moments, normalement.

6. Je suis d'accord. Nous sommes sûrs que le français est riche. Voilà la langue digne d'intérêt que tout le monde attend. Alors, en ce qui concerne les répétitions, je suis d'accord. N'ayez craintes, je me pense capable d'appliquer vos conseils mais j'ai peur que l'histoire devienne confuse au niveau de la forme pour certains. J'imagine que vous êtes un lecteur de haut niveau mais certains dans ce forum ne sont pas à votre hauteur et progressent dans la lecture. Tenebrae est là pour eux afin de faire juste quelques pas. Mon œuvre se résume à du divertissement. C'est pour cela que je me permet de revenir toujours au même vocabulaire. Déjà que j'ai assez peu de lecteurs, il serait dommage d'en avoir moins.
Pout le dégoût, c'est personnel. Sûrement lié à l'aspect prototype de Tenebrae.
Maintenant, vous avez raison. Même si mes redondances sont intentionnelles, ne me relisant pas, j'en aurais mis de trop. Le conseil fut bien avisé en tout cas. Mais comprenez ma limitation de vocabulaire pour les héros principaux.

7. N'ayez craintes.

8. Oui et non. À votre guise.

9. ...

10. J'en suis ravi. Si la lecture est simplifiée, je ne peux que sourire.


Si aucun progrès n'avait été réalisé en deux années, j'aurais pu mettre la clé sous la porte. Il a fallu que je me débrouille seul et le pari est relevé et continue à se faire relever. L'aide ne composera jamais un appui encombrant ou mauvais. Simplement, je n'en souhaite pas plus que ça. Surtout pour éviter à une personne de devoir porter, pour certaines fois, un fardeau supplémentaire en plus de ceux qu'il a déjà sur le dos. Mais si vous voulez vraiment vous prêter à l'exercice, vous pouvez toujours le faire étant donné qu'on ne vous verra pas écrire ou dessiner. Cela dit, prenez en compte ce que j'ai déjà dit plus haut.

Les regrets ne doivent pas êtres traduits par des adieux. Ils me sont adressés. Mais il y a trop de confusion...


Je comprends votre joie. En réalité, Tenebrae, ici, se centre beaucoup plus sur la qualité de l'histoire que sur sa mise en forme. (C'est peut-être mon dégoût. Je peux faire mieux, j'en ai les capacités, je me connais mais je me limite par certains caprices et d'autres facteurs dérangeants...)

Le dialogue fut aussi agréable en retour. Mais gardez à l'esprit la complexité de chaque personne avec qui vous discourez.

En espérant ne pas trop avoir installé de sécheresse dans mon message précédent. Ce n'est strictement pas mon intention surtout au sein d'un forum où la bonne entente avec la communauté est capitale.

La cruauté n'est qu'une affaire de perspective :}

Avatar de l’utilisateur
Vaporeon
Messages : 452
Inscription : ven. 20 nov. 2015, 19:04

Re: [Fanfic] Tenebrae, un obscur récit.

Message par Vaporeon » jeu. 06 juil. 2017, 11:40

Vraiment désolé d'interrompre votre discussion, mais... Quand penses-tu avoir fini de réécrire les premiers chapitres ? Tant qu'à lire une oeuvre de fiction, autant attendre qu'elle soit la plus proche possible du style actuel de l'auteur...

"-Et vous Euphorbe, comment faites-vous pour savoir si c'est un garçon ou une fille ?
- Eh bien, mon vieux Chen, je fais semblant de leur demander une photo par Skype, et ça roule, man !
- Pas bête, cher... C'est quoi votre nom déjà ?"

Avatar de l’utilisateur
monocram
Délégué section Pokémon et vous
Messages : 2523
Inscription : lun. 12 août 2013, 17:34
Localisation : Dans un château enseveli sous le sable du Désert des Ombres Dansantes dans le Monde des Morts.

Re: [Fanfic] Tenebrae, un obscur récit.

Message par monocram » jeu. 06 juil. 2017, 11:47

Vaporeon a écrit :
jeu. 06 juil. 2017, 11:40
Vraiment désolé d'interrompre votre discussion, mais... Quand penses-tu avoir fini de réécrire les premiers chapitres ? Tant qu'à lire une oeuvre de fiction, autant attendre qu'elle soit la plus proche possible du style actuel de l'auteur...
Avant tout, ta hâte me fait plaisir à voir. :^^:
Je dirai dans peu de temps. Je suis en train de réecrire le chapitre 1... Je ne sais pas si je peux dire que c'est presque fini mais j'approche du bout du chapitre.
La cruauté n'est qu'une affaire de perspective :}

Avatar de l’utilisateur
Evolimiqui
Messages : 1983
Inscription : mar. 25 avr. 2017, 15:13
Localisation : Localisation.

Re: [Fanfic] Tenebrae, un obscur récit.

Message par Evolimiqui » jeu. 06 juil. 2017, 20:13

Une Réponse sauvage apparaît !
monocram a écrit :
jeu. 06 juil. 2017, 05:56
Merci pour la réponse. Avant tout, lorsque j'ai dit de jouer à un jeu de vouvoiement, ce n'était pas péjoratif. Je pensais vraiment à un jeu. Je n'ai pas l'habitude de vouvoyer sur ce forum et je pense que l'exercice me plaît. Voilà une forme de politesse que j'apprécie. Je ne traite pas les gens d'hypocrite de manière si détournée. Cela dit, je peux comprendre que la tournure de la phrase ait pu embêter. Mes excuses.
1. Et bien, pour être franc, les mangas que j'apprécie ne se trouveront jamais dans ma fic sous forme d'inspiration. One Piece étant un très bon manga que je ne connais que trop peu pour le moment, je préfère éviter tout clin d'œil périlleux à une quelconque œuvre.

2. Non pas du tout. Tenebrae est avant tout une histoire de divertissement et un protoype d'un plus grand projet. Il est sûr que des parties de moi-même, à savoir MonocraM et Marco s'y trouvent mais elles ne représentent qu'une partie infime de mon for intérieur. La seule chose que vous pouvez regretter serait de ne pas comprendre ces deux entités. Dans ce cas, je dois vous dire que vous n'êtes pas seul. Vous n'avez rien saboté. Enfin... pas pour le moment ;)
Après tout, on sait que je suis le narrateur mais on ne sait pas encore qui j'enrôle vraiment.

3. Sans problème.

4. N'allez pas si loin. Vous aviez quand-même un bon raisonnement mais les choses ont changé entre quinze chapitres.

5. Maintenant, pour le correcteur automatique, tout est en ordre. Il est meilleur, corrige mieux, me propose des alternatives plutôt que de faire lui-même. Et j'ai changé de plate-forme. Bien sûr, dans mon incroyable flemmardise, des fautes m'ont échappées dans les chapitres les plus récents mais selon moi, ce sont avant tout les plus anciens qui sont touchés, d'où l'important besoin de devoir modifier.
Le soucis avec le téléphone portable réside dans le choix de plate-forme pour rédiger un texte. Au début, les premiers chapitres furent écrits sur le forum Poképédia même. Un support agréable mais embêtant. Mes chapitres ont été très courts. Cette longueur est le point commun des premiers chapitres. Ensuite, j'écris sur la fonction mémo mais elle m'a causé trop de soucis pour que j'en fasse la liste. Juste après, Word, qui n'arrêtait pas de buguer. J'ai vu mes chapitres se supprimer certaines fois. Tentant vainement un effort de concentration sur ma mémoire et d'imagination, je me trompe et je dérape. L'application ne me permettant pas de me rattraper. Ensuite, Word s'est stabilisée. Et aujourd'hui, j'utilise Word et Open Office. Une application sur mobile et l'autre sur ordinateur. L'écriture doit être beaucoup plus agréable en ces moments, normalement.

6. Je suis d'accord. Nous sommes sûrs que le français est riche. Voilà la langue digne d'intérêt que tout le monde attend. Alors, en ce qui concerne les répétitions, je suis d'accord. N'ayez craintes, je me pense capable d'appliquer vos conseils mais j'ai peur que l'histoire devienne confuse au niveau de la forme pour certains. J'imagine que vous êtes un lecteur de haut niveau mais certains dans ce forum ne sont pas à votre hauteur et progressent dans la lecture. Tenebrae est là pour eux afin de faire juste quelques pas. Mon œuvre se résume à du divertissement. C'est pour cela que je me permet de revenir toujours au même vocabulaire. Déjà que j'ai assez peu de lecteurs, il serait dommage d'en avoir moins.
Pout le dégoût, c'est personnel. Sûrement lié à l'aspect prototype de Tenebrae.
Maintenant, vous avez raison. Même si mes redondances sont intentionnelles, ne me relisant pas, j'en aurais mis de trop. Le conseil fut bien avisé en tout cas. Mais comprenez ma limitation de vocabulaire pour les héros principaux.

7. N'ayez craintes.

8. Oui et non. À votre guise.

9. ...

10. J'en suis ravi. Si la lecture est simplifiée, je ne peux que sourire.


Si aucun progrès n'avait été réalisé en deux années, j'aurais pu mettre la clé sous la porte. Il a fallu que je me débrouille seul et le pari est relevé et continue à se faire relever. L'aide ne composera jamais un appui encombrant ou mauvais. Simplement, je n'en souhaite pas plus que ça. Surtout pour éviter à une personne de devoir porter, pour certaines fois, un fardeau supplémentaire en plus de ceux qu'il a déjà sur le dos. Mais si vous voulez vraiment vous prêter à l'exercice, vous pouvez toujours le faire étant donné qu'on ne vous verra pas écrire ou dessiner. Cela dit, prenez en compte ce que j'ai déjà dit plus haut.

Les regrets ne doivent pas êtres traduits par des adieux. Ils me sont adressés. Mais il y a trop de confusion...


Je comprends votre joie. En réalité, Tenebrae, ici, se centre beaucoup plus sur la qualité de l'histoire que sur sa mise en forme. (C'est peut-être mon dégoût. Je peux faire mieux, j'en ai les capacités, je me connais mais je me limite par certains caprices et d'autres facteurs dérangeants...)

Le dialogue fut aussi agréable en retour. Mais gardez à l'esprit la complexité de chaque personne avec qui vous discourez.

En espérant ne pas trop avoir installé de sécheresse dans mon message précédent. Ce n'est strictement pas mon intention surtout au sein d'un forum où la bonne entente avec la communauté est capitale.

1, 2, 3 et 4 : D'accord, je comprends.

5 : Si tout va mieux de ce côté... ! :^^:

6 : "Lecteur de haut niveau", c'est vite dit. En tout cas, je ne me suis pas attaqué aux grands classiques et je pense que je ne vais pas le faire. Pour ce qui est du nombre de lecteurs, je ne suis pas tout à fait d'accord. En usant de vocabulaire (très) soutenu ou complexe, vous pourriez susciter une certaine curiosité chez les membres du forum, ou du moins chez ceux qui s'intéressent au Coin des Artistes ! Si toutefois ils ne comprennent pas, ils auront toujours le loisir de vous demander la signification de tel ou tel terme, et cela pourrait leur être utile s'ils comptaient écrire une fiction ! Néanmoins, cela demeure ni plus ni moins que mon humble avis. Concernant les répétitions, vous pouvez toujours vous inspirer des circonstances (comme "le fuyard", "le fugitif", "son sauveur", ...), des rapports et des liens entre plusieurs personnages (par exemple, "son apprenti", "son élève", "son professeur", "son mentor", "leur ennemi", "leur ami", "leur allié", ...) ou encore de ce que sont les personnages eux-mêmes (du genre "le novice", "l'exilé", "l'escrimeur", ...). Je dis ça, je ne dis rien.

7 : ?

8 : Comme vous voulez...

9 : Ce que j'ai dit vous a dérangé ?

10 : Ravi de voir que mon commentaire vous ait plu ! :^^:

Je viendrai finalement vous aider, mais même si je parviens à me connecter d'ici les prochains jours, je ne pourrai vous aider qu'à partir de dimanche 15 juillet, parce que sur portable, ce n'est pas pratique, et parce que je ne serai peut-être pas souvent disponible... Dorénavant, je ferai plus attention à la personne à qui j'écris ! Et non, il n'y a pas eu de sécheresse, et le bulletin météo n'en annonce pas !
Membre du duo Over Used ainsi que des Poulpes Fous.
N_tonio36 a écrit : merci bb jtm
:3

Avatar de l’utilisateur
monocram
Délégué section Pokémon et vous
Messages : 2523
Inscription : lun. 12 août 2013, 17:34
Localisation : Dans un château enseveli sous le sable du Désert des Ombres Dansantes dans le Monde des Morts.

Re: [Fanfic] Tenebrae, un obscur récit.

Message par monocram » jeu. 06 juil. 2017, 20:22

Fort bien :^^:

Pour le point 6, c'est gentil de votre part mais je suis sûr et certain d'avoir déjà usé de ces statuts situationels notamment "le fuyard", "l'apprenti", "le disciple" et j'en passe. Mais n'ayez craintes. Vous ne pouvez savoir à quel point vos conseils me sont précieux. Sinon, je veux bien tenter de pousser le bouchon plus loin au niveau vocabulaire mais je ne cacherai pas une certaine appréhension à ce niveau. Qui plus est, j'ai l'impression de perdre la mémoire ces temps-ci. Vos Trompignon en sont sûrement la cause.

Pour le point 9, non, je n'ai pas été dérangé. C'est juste que je ne savais pas quoi répondre ^^"

Merci pour vous proposer de m'aider. Mais faites comme vous le sentez en sacchant que je ne reprendrai peut-être pas toujours votre travail :/

Sinon, mon Feunard a changé la météo avec son talent Sécheresse. Il fait chaud... :p
La cruauté n'est qu'une affaire de perspective :}

Avatar de l’utilisateur
Evolimiqui
Messages : 1983
Inscription : mar. 25 avr. 2017, 15:13
Localisation : Localisation.

Re: [Fanfic] Tenebrae, un obscur récit.

Message par Evolimiqui » jeu. 06 juil. 2017, 21:03

monocram a écrit :
jeu. 06 juil. 2017, 20:22
Qui plus est, j'ai l'impression de perdre la mémoire ces temps-ci. Vos Trompignon en sont sûrement la cause.
Chut ! Après on va croire que je vous en ai fait manger de force ! :p
monocram a écrit :
jeu. 06 juil. 2017, 20:22
Sinon, mon Feunard a changé la météo avec son talent Sécheresse. Il fait chaud... :p
Et moi, j'appelle-pelle Primo-Kyogre ! Oh, il pleut ! ... Non, je sais ! J'appelle InvocK avec son Talent Ciel Gris !
Membre du duo Over Used ainsi que des Poulpes Fous.
N_tonio36 a écrit : merci bb jtm
:3

Avatar de l’utilisateur
monocram
Délégué section Pokémon et vous
Messages : 2523
Inscription : lun. 12 août 2013, 17:34
Localisation : Dans un château enseveli sous le sable du Désert des Ombres Dansantes dans le Monde des Morts.

Re: [Fanfic] Tenebrae, un obscur récit.

Message par monocram » dim. 05 nov. 2017, 16:34

Up !

Je poste une modification ! En effet, l'ancien chapitre 1 ne me plaisait vraiment pas. Je me suis donc permis de le remodeler. Je comptais le poster en même temps que le chapitre 16 mais il prend plus de temps que prévu à s'écrire... L'antique chapitre 1 ne sera plus disponible. Je ferai pareil pour les chapitres qui suivront. Étant donné qu'ils ont été écrits il y a longtemps, je ne les trouve plus présentables et je ne m'y retrouve pas dedans. D'où la nécessité de transformer mes chapitres.

De même, j'ai renouvelé l'ancien sondage. Je demanderai donc à mes lecteurs de bien vouloir répondre honnêtement à la question : "Comment trouvez-vous l'histoire ?"
Juste l'histoire pas la manière dont elle est écrite ou que sais-je... Juste ce qui est raconté.


Chapitre 1
Hahaha. Bonjour ou bonsoir chers lecteurs à moins qu'ils ne soient mauvais. J'espère qu'il fait noir autour de vous car l'ombre arrive dans les prochaines lignes. Hahaha

Où en étais-je encore ? Ah oui ! Chez ses grands-parents ! Donc, Lancio attendait avec impatience son nouvel ami. Lui qui admirait son ancêtre car il avait beaucoup voyagé et aussi parce qu'il était doué en combat...

Après s'être relevé de son lit, le garçon avait pris l'habitude, avant de se rendre à son travail à la taverne, d'aller à la grange pour nourrir les Wattouat et les Lainergie attendant avec impatience leurs aliments. Bien que Lancio avait quatorze ans, il possédait un bon contact avec ces créatures. Son caractère plaisait aussi à tous. En général, il débordait de joie et la transmettait à son entourage. Il aimait prendre un cerceau, appeler des amis et faire rouler avec un bâton le grand anneau sur les sentiers en pente. Son visage rond traduisait bien le bonheur qu'il ressentait chaque jour. Ses goûts n'étaient pas très compliqués non-plus. Il se réjouissait des simples bonheurs de la vie. Par contre, lui parler d'amour et de beauté était malédiction à son égard. S'il y avait bien une chose qu'il haïssait, c'était bien l'envie d'unir sa vie à quelqu'un d'autre. Pourtant, les jeunes paysannes le trouvaient beau et il y avait de quoi. Les cheveux bleus du jeune attiraient par leur étrange couleur toutes les demoiselles à l'extérieur. Même tôt le matin, à l'heure où Lancio se levait, il y avait des donzelles qui se réveillaient et s'habillaient juste pour l'admirer et avoir une chance de se faire remarquer. Aussi, les yeux mystiques violets du gamin, reflets de son intelligence, avaient été causes de nombreuses disputes féminines au sein du village. Même l'église du bourg avait longtemps controversé à ce sujet. Au fil de la vie de Lancio, les iris du garçon n'avaient cessé de changer de coloris. En effet, lorsqu'il naquit ils étaient gris comme la plupart des nourrissons. Puis, enfant, ils virèrent à un bleu très foncé tel les abysses d'un océan. Vers ses trois-mille soleils, ses yeux devinrent mauves foncés pour qu'à nos jours ils fussent violets clairs. Jamais un enfant n'avait autant changé de couleur d'yeux. Un soir même, un prêtre du village s'était rendu seul chez le garçon pour lui demander s'il ne voyait pas des choses bizarres et s’il avait déjà entendu des voix parler dans sa tête. Le gamin déclara que non mais le religieux n'en crut mot et revint le capturer quelques nuits après. On retrouva le kidnappé attaché à une chaise devant laquelle se tenait le prêtre en train d'exorciser d'on ne sut quoi Lancio. Ensuite, après quelques examens de démonologie, on remarqua qu'aucun démon ne possédait le gamin et qu'il pouvait repartir. Le religieux qui l'avait enlevé fut jugé par le conseil de l'église et il se trouva pendu le jour suivant pour arrestation arbitraire non-autorisée. On exila son Pokémon...

Hahaha. Quelle histoire magnifique ! J'en pleure de rire. Hahaha. Je sais ce que vous devez vous dire: "Arrête de tourner autour du pot et viens en aux faits". C'est compris, j'en viens aux faits. Hihihi. Rejoignons le garçon le soir avant la rencontre avec son Pokémon...

Lentement, le soleil se noyait sous la mer visible au loin du village. Le ciel était d'un orange doux et se décorait de quelques amas cotonneux reflétant en une couleur plus rosâtre la lumière de l'astre couchant. Baigné sous un de ces rayons, Lancio nettoyait les tables de la taverne une par une. Il travaillait là-bas pour obtenir un peu d'argent afin de s'acheter quelques friandises lorsqu'une envie de sucre se ferait sentir. Il était muni d'un simple torchon et de sa salive, l'eau ne lui étant pas accordée pour accomplir sa corvée. Il enlevait les minuscules napperons tous tachés par les manières peu convenables de manger des villageois pour ensuite cracher et frotter toute sa bave sur les tables qui petit à petit redevenaient comme neuves. Heureusement, une jeune fille nommée Marina l'aidait à essuyer les saletés. Elle était une serveuse de la taverne, très jeune, à peine plus vieille que Lancio. Tous deux s'entendaient bien mais aucun n'éprouvait de sentiment pour l'autre. Ils étaient simplement amis. Le grand-père de Lancio aurait voulu qu'ils se mariassent mais en vain et pourtant il avait tout essayé pour permettre à son petit-fils d'épouser Marina. Certes, la jeune fille n'avait pas un des meilleurs métiers mais s'occuper de quelqu'un dont elle était amoureuse aurait été une réussite pour elle. Du moins, aux yeux de l'ancêtre. De plus, elle n'était pas déplaisante à admirer. Une longue toison rousse découlait de sa tête comme un torrent de feu. Ses yeux étaient d'un vert clair apaisant au milieu desquels explosait une nébuleuse marron clair que l'on ne voit que pendant cette saison d’automne. Ses fines mains blanches brillaient à la lumière comme recouvertes par une poussière de diamant. Sa silhouette se dessinait joliment autant à travers le brouillard que le soleil. Elle vêtait son corps aux formes généreuses de robes colorées. Sa préférée était de couleur blanche et renvoyait des reflets verts pâles. Elle nouait ce vêtement avec une ceinture magenta foncé en une matière douce. Elle couplait le tout à de petites ballerines cyan et couronnait sa tête d'un large chapeau aux nuances de l'herbe d'été. Marina aimait porter cette tenue lors des jours saints de l'Église ou lors de grandes fêtes ou de fameux événements. Mais en ces temps, elle portait une robe en toile de jute ceinte par une simple ficelle sous un tablier décoloré et des espèces d’épaisses chaussettes gorgées de boue qui lui servaient à la marche. La serveuse n'était pas du genre à être riche mais elle faisait partie des bourgeois du village. Du moins, elle appartenait à l'une des familles les plus notoires du bourg. Par ailleurs, on ne comprenait pas pourquoi elle s'habillait de hardes piteuses pour aller travailler. Elle possédait pourtant pas mal de jolies pièces de tissus provenant directement de quelques villes environnantes et rapportées par quelques parents éloignés lui rendant rarement visite. Lorsqu'on le lui faisait remarquer elle riait et déclarait qu'elle se vêtait aussi pauvrement uniquement pour ne pas salir ses autres beaux habits lors des nettoyages.

Hahahaha. Et dire qu'ils n'ont aucun sentiment pour l'autre. Hahahaha. Lancio est décevant… Laisser passer une si jolie fille… Hahahaha. C’est un gâchis… Mais bon, ne nous attardons pas sur ce détail décevant. Revenons à la tâche que Marina et Lancio doivent accomplir…

Même si le travail était long, le garçon et la serveuse auraient bientôt fini de nettoyer la taverne car en plus de devoir frotter le mobilier, ils devaient aussi s'en prendre au sol. Le jeune homme prit un vieux balai rugueux qui traînait et commença à faire voler les poussières dans la taverne. Marina arracha un seau à un placard, le remplit d'un fond d'eau et y plongea un torchon. Lorsque le tissu fut bien mouillé, elle l’essora entre ses mains puis s'abaissa pour frotter le sol. La difficulté était de mise. Le parterre ne pouvait pas être récupéré tellement la saleté s'incrustait dans le plancher qu'il fallait changer. Tout ce que la jouvencelle arrivait à effectuer consistait à retirer la couche noirâtre actuelle sur le bois. Et malgré le passage du torchon mouillé, le plancher se colorait encore en sombre. On avait même l'impression que le sol se noircissait encore plus. Lancio, de son côté, ramassait quelques détritus de clients peu respectueux des lieux. En même temps, le jeunot vivait dans un village qui n'était pas un grand exemple de faste et d’élégance. Et pour preuve, les ruelles s'assombrissaient et s’encrassaient à mesure que l'on progressait dedans. La cause de cette absence de lumière dans les axes principaux venait du fait que les façades s'agençaient en encorbellements pour la plupart. Les paysans un peu plus bourgeois comme les rares marchands avaient réussi à se retirer vers le haut de la colline dans des maisons en colombage. Ils profitaient de plus de luminosité et d'une vue sur la mer mais leurs habitations étaient collées les unes contre les autres augmentant le risque qu'un incendie prît et se répandît dans tout le voisinage. La peur d'allumer un feu dans les foyers des demeures se faisaient sentir mais il fallait bien faire brûler du bois pour pouvoir manger de la nourriture. Pour ce faire, les commerçants de la contrée gagnaient leur argent dans les grandes villes et achetaient de quoi vivre dans les marchés dans lesquels ils participaient aux ventes comme aux dépenses. La plupart des aisés du village de Lancio étaient, certes, marchands mais surtout des artisans teinturiers. Ils s’étaient retirés dans un trou oublié pour pouvoir exercer leur métier tranquillement, les grandes cités voyant ce travail comme sale et malsain. Par exemple, tout le monde savait d'où venait le jaune des vêtements. C'était l'urine qu'il fallait remercier pour cette teinte. La crainte et les repousses des citadins pouvaient se comprendre. Après tout, on ne savait pas d'où venait la couleur rouge. Heureusement, il ne restait que peu de teinturiers qui utilisaient l'urine comme matériau. La majorité des citadins préféraient aller chez le couturier et choisir différentes laines ou d’autres tissus végétaux pour leurs vêtements. Leurs habits en étaient d'ailleurs plus vifs dans leurs tons et colorés. Seulement dans le village de Lancio, on s'habillait avec ce qui passait. Les villageois achetaient à un prix peu convenable des vêtements dont la puanteur des liquides suintant était désagréable. Les paysans ne prenant pas compte de leur odeur corporelle, portaient plusieurs jours ou semaines d'affilé leurs accoutrements nauséabonds. De cette cause, le village avait subi pas moins de quatre à cinq vagues d'épidémies sans compter le nombre interminable de malades pendant l'année. Nul ne sut d'où toutes les pestilences venaient mais la majorité des personnes affectées transpiraient de paranoïa en déclarant voir la mort que les divins auraient souhaitée sur les humains. En général, ces fous se guérissaient et leur délire se neutralisait pour revenir au moment où leur vrai décès les toucherait. L'église du village était la seule institution qui s'occupait de la médecine. En inculquant quelques herbes médicinales et quelques prières, les prêtres arrivaient à soigner chaque fiévreux. Les religieux allaient même plus loin en psalmodiant détruire le mal par les sanctions divines. Habituellement, en période d’épidémie, il y avait au moins trois pendus déclarés pécheurs devant les divins par l'église. L’institution ecclésiastique en elle-même ne voyait pas que sacrifier un ou deux villageois au comportement suspect s'avérait inutile. Cela dit, les prêtres donnaient d’excellents discours et savaient préparer des autels avec minutie. Le bâtiment dans lequel les religieux montraient le chemin de la bienveillance se délabrait de jour en jour. L'église du village était toute petite mais rustique. Des briques rouges et jaunes l'élevaient vers le ciel. Les plus claires d'entre elles se décomposaient en grains de poussière lorsqu'on les touchait. Dans une pièce cachée du lieu se trouvait une immense cloche qui sonnait toutes les quatre heures. Le carillon devait sûrement se trouver dans les hauteurs de l'endroit saint. En fait, pour que le son du glas se fasse entendre par tous les villageois, l’église avait préféré se placer juste au milieu du bourg. Les aumôniers déclamaient leurs sermons toutes les sept lunes. Ils organisaient des cultes le crépuscule du septième jour venu et réunissaient leur paroisse dans leur vieux bâtiment pour tenter de renseigner quelques incrédules au sujet de l'au-delà. Lancio allait à ses messes très rarement. Du moins, il y allait souvent de corps mais pas d'esprit. En général, comme il ne comprenait rien de ce que disaient les orateurs, il se perdait toujours dans ses pensées. Une fois, il s'imaginait dans la peau d'un héros solitaire comme ceux qu'il a l'habitude de lire dans ses livres tandis qu'une autre fois, il comptait les ressources pour l'hiver sans les avoir devant lui. Une fois même, il pensa à ses journées. En général, il les passait chez ses grands-parents mais souvent, il allait aider Marina à la taverne.

Hahahahaha. Je tourne en rond là ! Si ça continuait, j'aurais encore décrit cette Marina. Je ne sais pas ce que vous pensez du village de Lancio mais je l'aime bien. Un beau bourg dont une bonne partie se couche en bord de mer et dont l'autre partie se lève en colline. Hahahaha. Maintenant, il ne reste plus qu'à combiner cela avec ses habitants si… sulfureux ! Par ailleurs, les humains là-bas vivaient certes en harmonie avec leurs Pokémon mais le nombre de ces créatures était limité. Peu de villageois en possédaient. Ils n'étaient pas intéressés dans l'élevage et beaucoup ne souhaitaient pas en faire leurs créatures de compagnie. Oui, certains grands dresseurs s'étaient réfugié dans ce village. Notamment le grand-père de Lancio. Mais en général, on se retirait là-bas pour se faire oublier, passer le flambeau à la nouvelle génération de dresseurs… Hahahaha. Je m'égare encore ! Reprenons en là où nous avions quitté Lancio…

Le balai dansait entre les mains du jeune garçon. Marina avait presque terminé sa tâche abominable. Bientôt, la taverne allait rouvrir ses portes. De fait, le lieu pouvait être fréquenté tous les jours uniquement à l'aube, au zénith du soleil et au crépuscule annonçant la nuit. L'astre rayonnant se perdait de plus en plus sous les vagues de la mer. Peu à peu, des nuages prenaient la place au ciel. La plupart doux et cotonneux admettaient de petits et lointains amas noirs chargés de foudre. Une soirée qui s'annoncerait calme pensa Lancio.

Le nettoyage enfin achevé, ils dressèrent les tables et lavèrent les derniers couverts et chopes sales. Après quoi, ils prirent tous deux une chaise et commencèrent à discuter :

« Dis-moi, Lancio, commença Marina. Je ne t'ai jamais demandé pourquoi tu travailles ici.

-Si je travailles ici, c'est uniquement pour m'accorder quelques plaisirs, répondit l'interrogé.

-Ah bon ? Quelle genre de plaisir ? renchérit la jeune paysanne, un air taquin sur le visage.

-Oh... Pas grand-chose. En général, j'utilise mon argent pour des friandises ou d'autres choses banales. Mais j'aide aussi mes grands-parents à payer leurs dettes, expliqua le gaillard. Et toi ? Que comptes-tu faire avec cet argent ?

-Moi ? Avant tout, je vais l'utiliser pour me tirer d'ici. Non seulement, ma famille commence à collectionner les taxes mais en plus ce village est pourri et oublié. Et puis, j'en ai marre de devoir accomplir des corvées ridicules, révéla Marina sur un ton rebelle.

-Et où vas-tu aller ?

-J'ai ma petite idée... Je veux, avant tout, être indépendante comme un Chaglam et pouvoir satisfaire tous mes désirs à la façon des Miaouss rusés. Et surtout, voyager sans fin, finit par déclamer la rêveuse sur un air onirique.

-Et comment tu vas t'y prendre ? questionna l'autre de plus en plus intéressé.

-Je ne sais pas, avoua la demoiselle. L'argent que je récolte est mis de côté uniquement pour mon voyage. Je n'ai pas pensé à la suite ni vraiment au début. »

Lancio fit une mine embarrassée puis, il commença à sourire. Cette grimace provenait de ses pensées encore tournées vers les livres écrits par son grand-père. Dans l'un d'entre eux, ''Vogue en Mer'', l'ancêtre, jeune à ces moments, avait été capturé par des pirates traversant les océans pour piller les ports et les grandes villes. Dans le bouquin, l'aventurier avait réussi à se faire accepter des pirates et avait même pris part à quelques pillages légers. Cependant, tout s'arrêta lorsque le capitaine égorgea un de ses subalternes pour une cause d'argent. Depuis cet acte, il y eut plusieurs mutineries dont certaines étaient menées par le parent de Lancio, ainsi que beaucoup de retraits de la part de l'équipage. Seuls le capitaine et quelques fidèles continuèrent à voguer en mer. Ils maintinrent leurs habitudes de pillage. Mais la situation dégénéra. Bientôt, le manque de matelots se fit sentir si bien que le capitaine et ses derniers marins durent se retirer alors qu'ils étaient en train de voler les richesses d'une ville au bord de l'Océan d'Argile. De plus en plus, ils virent leurs projets défaits. Déçus, haineux, remplis de rancœur et de colère pour les mutins passés, ils voulurent mourir en dignité de pirate. Ils voguèrent sur la Mer de la Perdition, loin des côtes, et s'évaporèrent dans la brume. On ne les revit plus. Ces marins devinrent ensuite sujets de légendes dans lesquelles ils auraient noyé leur navire et auraient trouvé la mort dans l'eau. Depuis, il fut dit que leurs fantômes hanteraient les courants à la recherche de ceux qui les avaient trahis. Ce souvenir descendit en un mot sur la langue de Lancio :

« Pirate ! Deviens pirate ! Cria-t-il.

-De quoi tu parles ? s'étonna Marina. Je n'ai pas envie de devenir pirate. Ils sont nonchalants et dégoûtants, encore pire que les hommes qui viennent dans cette taverne. Puis, ils sont tous accrochés les uns aux autres. Je ne suis vraiment pas dans le même état d'esprit.

-Pourtant, ils sont indépendants et obtiennent quasiment tout ce qu'ils désirent, ajouta le jeune garçon sur un ton malicieux.

-Tu n'as pas tort sur ce point. Je vais y réfléchir. Ce que tu dis n'est pas complètement fou. Mais, tu... »

Marina dût s'interrompre. En un fracas bruyant, la porte s'était ouverte. Les linteaux encadraient une énorme silhouette au ventre rond. Un homme vêtu d'un tablier et d'un étrange chapeau à la forme d'une courge entra. Marina et Lancio accueillirent le visiteur en l'appelant ''patron''. Ils tirèrent une chaise et le firent s'installer. Il écrasa toute sa masse sur le pauvre bois du siège. Il se tint le visage d'une main, un coude sur la table, et utilisa l'autre pour essuyer son front en sueur. Puis, il frotta ses yeux bleus minuscules et adopta une position convenable. Il confia son couvre-chef à Marina qui le déposa sur le comptoir et commença une brève inspection des lieux en étant assis. Ses mirettes se baladèrent à gauche et à droite. Il ne voyait pas de grandes saletés. Rassuré, il souffla de satisfaction et fit bouger ses lèvres charnues sous son épaisse moustache brunâtre :

« Vous avez bien travaillé, commença-t-il. Êtes-vous prêts pour ce soir ?

-Comme toujours, patron, répondirent Marina et Lancio en chœur.

-Fort bien... »

Lancio, se rappelant qu'il devait récupérer son premier Pokémon pendant la soirée, demanda :

« Monsieur Brob, y aurait-il moyen que je parte plus tôt aujourd'hui ? Je dois aller rejoindre les mages pour qu'ils me donnent un compagnon.

-Hmmm..., réfléchit le patron en caressant sa moustache, c'est d'accord mais ce sera retenu sur ton salaire de ce soir.

-Aucun problème, finit par acquiescer le jeune travailleur un peu déçu de voir sa paye diminuer.

-Allez ! Soufflez un coup, conseilla Brob. Vous aurez besoin d'énergie pour accueillir les clients. Et allez vous habiller un peu mieux que ça ! Je sais que les hommes de ce village sont sales mais ce n'est pas une raison pour les imiter ou leur faire remarquer. »

Brob était un homme très spécial. Auparavant, il vivait dans une assez grande ville et y avait ouvert un commerce. Il y vendait avant tout de la viande mais parfois, il recevait aussi du pain et des créatures de mer. Presque toutes les semaines, il ouvrait son échoppe au moins cinq fois et marchandait avec les passants. Il leur proposait beaucoup de ses meilleurs morceaux de carne qu'il transportait dans d'énormes tonneaux remplis de sel. Certaines fois, il arrivait à récupérer assez d'argent pour se permettre de manger comme un seigneur pendant deux semaines. D'autres, il se contentait de grignoter sa propre marchandise pour subvenir à sa faim quotidienne. Mais ces jours étaient plus rares. Ses clients principaux, les cuisiniers et serviteurs de personnes riches et importantes, venaient nombreux acheter quelques mets charnus pour leurs maîtres. Voilà le fonctionnement de l'ancien commerce de Brob. Malheureusement, une crise arriva dans la région et la ville où habitait le patron de Marina et Lancio fut touché par de longues vagues de famine. La nourriture étant devenue trop chère, les habitants n'achetaient qu'un minimum de blé et les hauts placés évitaient de consommer trop de viande pour tenter d'économiser. Plus personne ne vint acheter de denrée à Brob. Ce fut ainsi que le pauvre éleveur, ruiné, dût s'en aller pour fuir la pauvreté. Il abandonna son bétail, emporta ses gros tonneaux de sel et les chargea sur une charrette qu'un malheureux Tiboudet tirait. Il arpenta toute la région à la recherche d'un nouveau lieu de commerce et d'élevage pour tout recommencer comme avant. Mais il ne trouva rien. La majorité des cités étaient touchées par des crises et des vagues de famine et d'épidémie. Désespéré, il se perdit dans des forêts obscures, des chemins impraticables et des marais répugnants. Il se nourrit d'abord de ses dernières ressources, puis partit à la chasse et à la cueillette. Parfois, il avait envie de dévorer son mélancolique Tiboudet mais se rappelait toujours qu'il en avait besoin pour se déplacer et que ce triste quadrupède composait son seul compagnon de voyage. Ce fut dans un état abominable qu'il traversa, un jour, un bois sec puis trouva un petit village en bord de mer. Il y descendit et constata que ses habitants vivaient dans une certaine harmonie et accomplissaient des tâches assez ardues pour vivre. Brob tomba rapidement amoureux du bourg. Malgré la saleté et la puanteur, il s'installa dans une petite aubette après avoir discouru avec les responsables du village, les religieux et les doyens. Il fit rapidement connaissance de chaque habitant, en vit d'anciens partir et de nouveaux s'installer. Il fut même témoin de l'installation de Grands Mages sur les collines surplombant le village. Mais, il lui manquait une chose, la chose pour laquelle il avait tant voyagé : un travail ou du moins un salaire. Il réfléchit longuement pendant près de trois-cent-soixante-cinq soleils. Il ne voyait pas ce qu'il pouvait accomplir. Les villageois ne mangeaient pas de viande car la majorité étaient pauvres et les plus riches se trouvaient un peu plus éloignés. Il y avait déjà un boulanger, un meunier, un aubergiste, des teinturiers qui avaient tous du mal à vivre de leur métier. Il se creusa la tête et puis trouva. En effet, un ancien venait de décéder et il avait laissé tous ces biens dont sa maison au bon vouloir du village dans son testament. Brob eut une idée merveilleuse : Il allait transformer la vieille bâtisse du mort en une grande et spacieuse taverne. Il remarqua, d'ailleurs, qu'il manquait cruellement d'alcool dans le village. Ainsi, il dût parler de son projet aux responsables du bourg qui, malgré quelques réserves, finirent par accepter. Brob se mit donc à la recherche d'alcool et apprit l'art de la distillation pour enfin en arriver à employer de jeunes villageois comme Marina et Lancio.

Hahahahaha. Je me suis encore perdu ! D'abord cette histoire de pirates puis la dure vie de Brob... Je ne suis pas prêt de terminer ! Hahahahahahaha. Mais, je pense qu'il est capital pour vous de bien connaître l'environnement de Lancio. Car, son village est extrêmement important. Souvenez-vous, il abrite un trésor tant convoité ! Hahahahahahahaha.

Marina et Lancio obéirent à leur patron... mais à leur façon. Ils se donnèrent un défi simple : Celui qui arriverait à s'habiller le premier et à revenir le plus vite à la taverne avait gagné une goutte de rhum payée par le salaire du perdant. En franc joueur et sachant que Marina habitait plus loin, Lancio laissa quelques minutes d'avance à son amie après quoi, il dévala les routes à grande vitesse. Il montait, descendait, tournait dans toutes les directions et s'arrêtait quelques moments. Arrivé chez ses grands-parents, il entra presque en défonçant la porte de la chaumière et arracha à la garde-robe de son grand-père quelque élégant vêtement. Il se déshabilla, mit une chemise en lin de son ancêtre, une veste d'un vert de dégoût sans manche et un pantalon en coton avec des sabots conçus par sa grand-mère. Il emporta quand-même ses propres chaussures au cas où il aurait mal aux pieds et, en hâte, se remit à la course vers la taverne. Il courut, pieds nus et sabots en main pour ne pas être encombré. Il montait, descendait, tournait dans toutes les directions et s'arrêtait quelques moments. Il arriva rapidement à l'endroit souhaité et vit que son adversaire n'était pas encore arrivée. Le jeune sauta de joie et reprit son souffle. À lui la goutte de rhum !

Hahahahaha. Voilà un jeu amusant. Je pense le réadapter à ma sauce... Peut-être que le gagnant peut inscrire l'initial de son prénom sur la peau du perdant avec un fer rouge... J' y songe... Hahahahahahahaha.

En attendant Marina et d'éventuels clients, Lancio s'assit sur le perron de la taverne et admira le ciel. Le coucher du soleil était magnifique. Les nuages volaient comme des fées. L'association des couleurs rosée et oranger composaient une fresque céleste merveilleuse, digne des plus grands chefs-d’œuvre... Cependant, le garçon s'indigna face à un amas noir qui tachait cette peinture enchanteresse. La nuée en question semblait énorme et chargé de foudre. Elle voletait au loin mais elle se faisait plus proche du village comme par attraction. Lancio ne s'en enquit pas plus et plongea dans ses pensées. Il tenta de s'imaginer la créature dont il hériterait encore :

« Un Charpenti ? Ils sont utiles à la construction et au combat. Ça ne me déplairait pas... D'ailleurs, je vois beaucoup de Charpenti chez les jeunes dresseurs de ce village. Ou alors un Sucroquin comme le boulanger. Ils sentent bons et possèdent un excellent odorat. Pas de Gloupti comme Brob. J'espère éviter. D'ailleurs, je me demande où Brob l'a trouvé... Un Rozbouton ? Pourquoi pas ? Mais j'aurai du mal à en entraîner un... Je ne sais vraiment pas ce que je veux, finit par sourire le jeune futur dresseur. »

Il tourna son regard vers le sommet de la colline où se trouvait le temple des Mages. En voyant l'édifice aux briques sable, il ne put retenir un rictus joyeux en se disant :

« Peu importe ce que je recevrai. Je promets d'en être à la hauteur ! »

Puis, il se leva, voyant Marina terminer sa course.

Hahahahaha. Personnellement, je me demande sur quelle espèce de monstre déjanté Lancio va tomber. Cependant, il ne faut pas s'attendre à du grandiose. Il suffit de constater l'état dans lequel se trouve le village pour en conclure que peu de grands évènements risqueraient d'arriver. Enfin… Je dis bien “peu”. N'oubliez pas le trésor ! Et puis, avec Lancio, nous ne sommes jamais au bout de nos surprises… Hahahahaha.

Le glas de l'église sonna les vingt-et-une heures. Les portes de la taverne s'ouvrirent violemment. Marina et Lancio commençaient à accueillir quelques clients notamment les habitués qui demandaient une bonne chope de bière alors même qu'ils mettaient un pied sur le plancher du lieu. Toujours souriants, les deux serveurs allaient et venaient avec les mains encombrées par des récipients remplis ou vides. Ils marchaient au rythme des cris et des rires joyeux des buveurs. Brob venait lui aussi d'arriver suivi de quelques autres villageois à la recherche de rassasiement. Rapidement, le patron se rangea derrière le comptoir et se mit à compter discrètement l'argent que ses deux employés avaient ramené pour le moment. Le sourire qui déformait ses joues indiquait bien le déroulement de ces affaires. Puis, après ses comptes, voyant à une table des hommes rigoler à s'en briser les côtes, il rejoignit l'ambiance de sa taverne en complimentant, en passant, le travail de Marina et Lancio. Petit à petit, gorgée de bière par gorgée de bière, les clients devenaient ivres. Ils se mettaient à danser en ligne en se tenant les épaules l'un l'autre tout en pliant une jambe en l'air pour ensuite la tendre au rythme de la chanson d'un autre homme saoul. Mais à la fin, les danseurs tombaient comme des dominos et le chanteur s'étranglait dans son vin. Tout le monde riait. L'air se réchauffait. Il faisait bon-vivre. Marina offrit, comme promis, du rhum à Lancio. Ce dernier, but deux gorgées et en laissa pour son amie ravie. Ils se mirent, ensuite, à observer le spectacle que leur offrait la taverne. À part Marina, il n'y avait aucune femme, seulement des hommes. De même, aucun Pokémon ne semblait autorisé. Brob, lui-même ne voulait pas faire sortir son Gloupti de peur qu'un malencontreux accident survînt. Aucun client n'en avait le droit par interdiction du patron. Malgré cette restriction, les visiteurs s'y faisaient et même ivres n'allaient pas chercher une bête chez eux ou, pour les plus riches, ne lançaient pas leurs Chromacristaux, objets capables de capturer et d'utiliser un Pokémon. Il n'y avait que des hommes. En général, les villageois les plus ivrognes de la taverne travaillaient dans les champs tous les jours. À la sueur de leur front, ils béchaient, creusaient, semaient et arrosaient sur leurs maigres terres pour quelques légumes minuscules presque moisis, fruits d'une patience de plusieurs semaines. Les artisans du village n'allaient boire chez Brob que pour noyer leur désepoir dans l'alcool pour une quelconque raison. Personne n'aimait l'ambiance qui suivait lorsqu’un de ces bourgeois entrait dans la taverne. Heureusement, ces intrusions se comptaient sur les doigts de la main. Cependant, malgré une bonne chaleur humaine, le commerce de Brob était assis sur une histoire de tristesse. D’abord, l’exil du patron mais aussi les débuts difficiles. Les clients ne venaient pas nombreux aux premières ouvertures de la taverne. L'argent ne suivait pas non plus. Il y eut des larmes, des cris et des explosions de colère. Puis, la solution fut trouvée et les rires ainsi que la satisfaction trébuchaient dans chaque bouche. Brob devint un homme assez riche même s'il dépendait uniquement de son travail de distillation ou de fermentation. Mais les visiteurs s'appauvrissaient de jour en jour. Les terres semblaient maudites et ne leur permettaient rien, ni vente, ni alimentation. Le vin se transforma en puits à malheur. Cette boisson voluptueuse rendait quiconque la buvait plus joyeux. Elle permettait d'oublier les problèmes même si la toucher du bout des lèvres n'était pas gratuit. Heureusement, la clémence voire la pitié de Brob intervenait face aux taxes. Connaissant les hauts coûts des impôts soumis aux villageois par l'église, le patron affichait des prix vraiment très bas reflets de la qualité de son eau-de-vie. Et en dépit de toutes ces circonstances, la popularité de cette maison de saouls atteignait des pics si bien que Lancio et Marina purent rejoindre le personnel et recevoir un fond léger de monnaie.

Vingt-trois heures retentirent dans le village par des cloches presque sourdes. Sur les tables de la taverne dormaient des hommes ivres-morts. Seuls les clients plus résistants n'avaient pas succomber au marchand de sable. Brob et Marina paraissaient fatigués mais ils montraient qu'un fond d'énergie leur restait. Lancio, quant à lui, s'excitait à mesure que le temps s'écoulait. Dès qu'il entendit les carillons sonner dans le village, il sauta par-dessus le comptoir derrière lequel il surveillait d'un œil attentif les quelques buveurs restants et accourut vers son patron :

« M. Brob, je dois partir, lui dit-il.

-Déjà ? s'étonna le gérant. Et bien, vas-y. Je ne te retiendrai pas. Je ne pense pas que de nouveaux clients arriveront. Marina et moi allons assurer la fin du service.

-D'accord. Merci, sourit le futur dresseur. »

Alors que le jeune homme poussait la porte, Brob le rappela :

« Au fait, Lancio, la soirée a été excellente aujourd'hui et Marina et toi vous êtes démenés pour permettre à mes affaires de fleurir donc rien ne sera retenu sur ton salaire. Tu peux partir en paix.

-Oh c'est vrai ! s'écria le serveur. Merci infiniment patron !

-Bah… C'est pas grand-chose. Promets moi seulement de venir me montrer ton Pokémon lorsque tu l'auras reçu.

-D'accord. Sans problème. »

Lancio franchit le seuil de la porte et lâcha un dernier au revoir à son amie et à son supérieur. Puis, il sauta les quelques marches attachées à l'entrée de son lieu de travail et courut dans la nuit. La lune était quasiment pleine. Elle éclairait plutôt bien le sentier qu'il fallait emprunter jusqu'au temple des Mages. Il n'y avait presque personne sur la route à part une femme aux airs hâtifs et maniaques. Elle pressait un livre rouge si fort contre sa poitrine qu'on aurait dit que sa vie en dépendait. Sa marche rapide se transformait parfois en course au moindre bruit suspect. Sa nervosité était telle qu'elle heurta Lancio, le fit bousculer et risqua qu'il tombât. À la place de le relever, elle partit en courant sans demander son reste. Le futur dresseur au sol, fâché, maudit la passante déjà loin et se releva pour reprendre son élévation vers le temple des Mages. L'édifice sacré n'était pas facile d'atteinte. Tout en haut de la colline du village, il avait un champ de vue large sur la mer et le sol. Le terrain qu'il fallait emprunté pour le rejoindre était accidenté obligeant les marcheurs à devoir escalader des parois rocheuses et piquantes ou boueuses et puantes. Lancio dût se plier à l'exercice. Il s'agrippait aux plus grosses pierres et se balançait pour propulser son corps. Il trottinait lorsque la forme de la terre le lui permettait. Sautant, grimpant, courant, le jouvenceau essoufflé, arrivé à la moitié du parcours, se permit une pause. Il lui restait assez de temps pour atteindre son but. Il se mit à inspirer de grandes bouffées d'air et à en expirer d'autres aussi longues. Il se trouvait à une certaine hauteur déjà et pouvait apercevoir sa maison, celle de Marina et la taverne de Brob. Il esquissa un sourire. Puis, sa tête se releva. Son expression prit des airs de dégoûts. Dans le ciel obscur s'élargissait une nuée encore plus noire que les ténèbres. Elle semblait se mouvoir d'elle-même sans que le vent ne vînt la pousser. Chacun de ses bourrelets semblait gigoter d'écœurement. Le tout se présentait comme un chaos sombre et souffrant. Les poils du jeune observateur se dressèrent. Cette masse informe n'était autre que le nuage tache face auquel beaucoup de villageois avaient réagi par la déception lorsqu'ils l’avaient vu se laisser porter en plein crépuscule. Lancio se souvint s'en être plaint juste avant d'ouvrir les portes de la taverne. Pris d'un sentiment d'appréhension, le randonneur continua son chemin. Il recommença à tourbillonner dans le vide et user de ses muscles pour s'accrocher aux creux dans les rochers et s'élever de plus en plus. Tout en accomplissant cette corvée, l'escaladeur ne pouvait plus enlever l'horrible nuage noir qui flottait dans le ciel de ses pensées. Déconcentré et apeuré par le souvenir de la grosseur de l'amas ténébreux, il faillit tomber plusieurs fois en avançant. Se rendant compte du ridicule de son angoisse et des risques pris en y songeant, il redoubla de concentration et poursuivit son parcours du combattant.

Hahahahahaha… Je suis sûr que, pour vous, avoir peur d'un nuage relève de l'idiotie… Hahahahaha… Dites ça aux aéromanciens ! Ils vous fouetteront pour avoir insulté leur profession ! Hahahahahaha. Une chose est certaine, ce nuage ne leur inspirerait pas de bons présages… Une destruction, un carnage soudain peut-être ? Hahahahaha… Nous allons voir…

Minuit s'approchait. L’abomination sombre voletait ignoblement dans le ciel. Le village commençait à s'endormir complètement, dans une indifférence et une innocence douce. Lancio saignait légèrement des mains tellement il cadençait son avancée de plus en plus rapidement de crainte de ne pas arriver pile à l'heure fixée. Il constatait bien qu'il avait encore beaucoup à parcourir avant d'atteindre le campement des Mages. Il devait encore effectuer quelques acrobaties afin de toucher pied sur un terrain plat et de pouvoir courir vers le bâtiment de son entrevue. Une fois dans ces conditions, il se mit à galoper, emporté par une grande hâte. Il tomba une puis deux fois et faillit perdre équilibre une tierce fois dans son empressement. Il ne faisait attention à rien. Ce qui comptait était centré sur l'édifice jaune sable. Le garçon n’accordait même pas d'importance à sa respiration qui tenait malgré la vitesse à laquelle elle était utilisée. Des branches craquaient en rythme sous les pieds du pressé. Encore cent pas, cinquante, dix, cinq… Enfin, il arriva. Voyant l'effort physique fourni, Lancio revint à lui-même et reprit sa respiration avant de se diriger vers un buisson pour vomir derrière. Malgré ce léger affaiblissement, le jeunot était encore vigoureux et plein d'énergie, prêt à recevoir son dû.

Le glas de minuit tinta. Un sourire s'éleva jusqu'aux oreilles du jouvenceau. Il était temps. D'un poing ferme et excité, Lancio frappa à la porte violemment. Il n'y eut aucune réponse. Il frappa plus fort mais toujours rien. La troisième fois, il violenta le portail tellement fort qu'il arriva à fendre légèrement une des planches à moitié moisie de la porte. Pris d’impatience, il s'empara de la poignée et passa la tête à l'intérieur du bâtiment en criant : « Il y a quelqu'un ? ». Le silence lui répondit. Lancio tira une mine d'interrogation. Les Mages lui avaient pourtant dit de venir à minuit et qu'il y aurait quelqu'un pour accueillir le futur dresseur. Et là, personne…
La cloche de minuit sonnait encore au loin. Elle en était à son cinquième coup. Le jeune poussa la porte grinçante et fit quelques pas à l'intérieur. À ses souvenirs, au moins dix Mages habitaient le lieu mais personne ne s'était laissé remarquer. Il essaya un dernier appel : « Est-ce qu'il y a quelqu'un ? ». Mais aucune réponse ne lui parvint. Commençant à s'inquiéter, il progressa dans la pièce en observant le décor. Sur d’énormes plaques de marbres posées sur des bureaux en bois d'acajou s'entassaient des livres par dizaines traitant de sujets scientifiques. À côté de ces tas de livres avait été monté une espèce de dispositif composé de fioles et de tubes en verre ressemblant un peu au matériel de distillation de Brob. Des fanions arborant des écus inconnus pendaient aux quatre coins de la pièce. Une large table en bois entourée de deux bancs de même matière trônait au milieu de la salle. Un escalier de fortune collé au mur ouest permettait de se rendre à l'étage. Les pas de Lancio grincèrent affreusement sous les marches si bien qu'il grimaça. Une fois en haut, il laissa traîner son regard rapidement et constata qu'à part des lits, il n'y avait personne. Il redescendit en traînant les pieds, déçu de ne jamais pouvoir connaître un compagnon. Il se rangea derrière le bureau aux livres et soupira un grand coup. Puis relevant la tête, il s'aperçut qu'un morceau de parchemin avait été laissé au milieu des bouquins. Intrigué, le jeune commença à lire à voix haute ces mots :

« Si vous trouvez cette lettre, fuyez ! »

Sans avoir le temps de méditer sur ce message, Lancio sursauta. Une explosion avait fait trembler la terre et des éclats de lumière parvenaient à l'intérieur du temple depuis la porte ouverte. Il se leva d'un bond et accourut dehors. Le paysage qu'il se mit à contempler n'était plus le même que tout à l'heure. Sur la place du village, au loin, se croisaient des rayons mauves, rouges et noirs. Leur origine était la même : le menaçant nuage somber qui flottait dans le ciel. Lancio força sur ses yeux et se rendit bien vite compte qu'il ne s'agissait pas d'un phénomène météorologique. Au contraire, une nuée de dragons noirs, monstrueux à trois têtes dont celle du milieu effrayait plus que les deux autres lévitaient dans le ciel de la nuit. Ces abominations crachaient d'incessantes gerbes de feu ou d'ombres mettant en péril tout le bourg. Les habitants criaient et hurlaient à la mort. L'église avait été la première détruite puis il y eut la taverne de Brob. Une larme coula sur la joue du témoin de ce funeste spectacle. Il se sentait impuissant. Il voyait les meilleurs dresseurs du village être défaits par ces créatures noires. Il voyait toutes les femmes et leurs enfants succomber à la souffrance de graves blessures. Il voyait la danse effrénée des flammes sur les toits des maisons croulantes. Il voyait ces bêtes affreuses démembrer des fuyards pour s’en partager diverses parties à mettre sous leurs crocs. Puis, il regarda la maison de Marina, en haut de la colline, exploser sous la puissance d'une attaque à longue portée. Enfin, le jouvenceau éclata en sanglots lorsque la chaumière de ses grands-parents fut réduite en cendres. Il criait de douleur tandis que le massacre continuait. Il criait fort et pleurait des larmes d'amertume. Il se mit à genoux et se griffa le visage en hurlant vers le ciel. Il ne lui restait qu'à perdre sa vie.

Hahahahaha. C'est mon moment préféré ! Soyons clairs, Lancio ne va pas se tuer. Sinon, ce ne serait plus une histoire. En tout cas, savourez cet instant du mieux que vous pouvez ! Ce n'est pas tous les jours qu'on voit la Division 64, celle des dragons des ténèbres… Hahahahahaha.

Le garçon se releva. À cet instant, trois rayons d'une grande puissance vinrent pulvériser le bâtiment derrière lui. Lancio voltigea sous l'effet de l'onde de choc qui suivit. Il écroula toute sa masse au sol et ferma les yeux. Il repensait au livre qu'il lisait. Puis à ses grands-parents et à Marina. Tous ces moments ne s'inscriraient plus qu'en souffrance dans sa mémoire. Sa blessure à la tête le ramena à la réalité. Il ouvrit ses paupières dont les cils étaient couverts de terre séchée. Il remarqua quelque chose dans l'herbe, un objet brillant non-loin de lui. Pris de curiosité, le jeunot fit un dernier effort pour se relever et se dirigea vers le sujet de son intrigue. C'était une pierre azur transparente à travers laquelle on pouvait apercevoir une espèce d’esprit tourner dedans. Un bout de papier brûlé accroché à une ficelle qui entourait le cristal permit au survivant de savoir de quoi il était question. En caractères simples s'inscrivaient quelques lettres :

« Chromacristal _______ 001 ______ Puissance Cachée et Abri _____. »

Sans trop de conviction, Lancio jeta la gemme qui se brisa et dévoila dans des salves de faisceaux lumineux une drôle de créature. Toute cette agitation ne passa pas inaperçue par l'un des dragons noirs qui vomit une nuée de flammes vers le jeune garçon. Pris de panique, il cria en une fraction de seconde :

« Abri ! »

En deux temps, trois mouvements, la bête sortie du cristal se retourna et créa un fabuleux mur de lumière qui absorba le pilier de flammes et prévint ceux qui se cachaient derrière d'être brûlés. Après quoi, Lancio prit ses jambes à son cou en emportant cette mystérieuse créature avec lui. Il ne courut pas beaucoup avant de s'écrouler. Son sauveur lui prit un bras pour le mettre sur ses épaules et le soutint assez longtemps avant de déposer l'affaibli sur une terre mousseuse à l'ombre des lamelles d'un champignon géant pour qu'ils pussent tous deux s'endormir…

Hahahahaha. J'espère que ça vous a plu ! Il est temps de se retirer dans l'ombre et de sombrer dans un profond sommeil inquiétant. À la revoyure, chers lecteurs ! Hahahahaha.


Au milieu des flammes de la destruction se dressèrent un être sombre et son vassal. L'être cria de rage et ordonna à son vassal :

« Rappelle les Trioxhydre ! Il n'est pas ici… »
La cruauté n'est qu'une affaire de perspective :}

Avatar de l’utilisateur
solana5047
Messages : 633
Inscription : mar. 15 août 2017, 15:49
Localisation : Sanglé au font d'une minuscule prison de glace

Re: [Fanfic] Tenebrae, un obscur récit.

Message par solana5047 » sam. 11 nov. 2017, 00:49

super histoire ^^
Une grande menace affecte ma région
Moi et mes frères , nous ne pouvons lui faire face
Dans notre étroite prison de glace
Nous attendons son excursion

Avatar de l’utilisateur
Shinigami
Messages : 572
Inscription : ven. 06 oct. 2017, 22:04
Localisation : Dans le monde des shinigami

Re: [Fanfic] Tenebrae, un obscur récit.

Message par Shinigami » sam. 11 nov. 2017, 09:01

Evolimiqui a écrit :
dim. 02 juil. 2017, 18:53
monocram a écrit :
dim. 02 juil. 2017, 18:49
Evolimiqui a écrit :
dim. 02 juil. 2017, 18:45
C'était juste pour savoir ! Je n'en suis qu'au deuxième chapitre ! Mes commentaires viendront quand je serai plus avancé ! D'ici-là, bonne continuation ! :^^:
Oh ! Tu es encore loin de mon vrai style d'écriture. Les premiers chapitres sont ceux qui sont le moins réussis. Voilà pourquoi je les modifie.
Je le sais ! Le pouvoir du renseignement ! Le savoir est une arme redoutable... :evil:
Les dictionnaire aussi sont une arme redoutable que se soit une arme pour le " mental " ou pour le physiqye dans les deux cas ca fait mal de ce le prendre ^^
Super roman monocram
La vie n'est qu'éphémère. Alors que le temps lui, est infini .

Avatar de l’utilisateur
monocram
Délégué section Pokémon et vous
Messages : 2523
Inscription : lun. 12 août 2013, 17:34
Localisation : Dans un château enseveli sous le sable du Désert des Ombres Dansantes dans le Monde des Morts.

Re: [Fanfic] Tenebrae, un obscur récit.

Message par monocram » sam. 11 nov. 2017, 10:19

solana5047 a écrit :
sam. 11 nov. 2017, 00:49
super histoire ^^
Merci Solana ^^
C'est très gentil de ta part.
Mais, tu as vu des choses qui ne me ressemblaient pas... Attends-toi à meilleur pour leur modification :}
Et à une belle histoire pour la suite...
La cruauté n'est qu'une affaire de perspective :}

Avatar de l’utilisateur
-Arcegea-
Lame de la Justice
Messages : 478
Inscription : mar. 25 oct. 2016, 13:45
Localisation : Ruines de l'Aube
Contact :

Re: [Fanfic] Tenebrae, un obscur récit.

Message par -Arcegea- » sam. 11 nov. 2017, 11:36

Je viens de lire le chapitre 1, et j'adore, autant l'ambiance que la qualité de l'écrit. Continue comme ça, j'ai hâte de voir la suite !
L'Ombre n'est fondamentalement pas plus mauvaise que la Lumière n'est bonne. Ce qui compte, ce sont les valeurs de l'âme et du cœur qui font usage de leurs pouvoirs.

Avatar de l’utilisateur
monocram
Délégué section Pokémon et vous
Messages : 2523
Inscription : lun. 12 août 2013, 17:34
Localisation : Dans un château enseveli sous le sable du Désert des Ombres Dansantes dans le Monde des Morts.

Re: [Fanfic] Tenebrae, un obscur récit.

Message par monocram » sam. 11 nov. 2017, 15:47

-Arcegea- a écrit :
sam. 11 nov. 2017, 11:36
Je viens de lire le chapitre 1, et j'adore, autant l'ambiance que la qualité de l'écrit. Continue comme ça, j'ai hâte de voir la suite !
Merci à toi, Arcegea. Je suis flatté ^^
Ces temps-ci, je vais mettre l'avancement de ma fic en pause pour pouvoir modifier les chapitres qui ne me plaisent pas et qui ont des fautes que j'ai zappées. Donc, bientôt, vous aurez le chapitre 2 modifié ^^
La cruauté n'est qu'une affaire de perspective :}

Avatar de l’utilisateur
Evolimiqui
Messages : 1983
Inscription : mar. 25 avr. 2017, 15:13
Localisation : Localisation.

Re: [Fanfic] Tenebrae, un obscur récit.

Message par Evolimiqui » ven. 05 janv. 2018, 03:02

Super premier chapitre refait, plus long et plus détaillé ! J'ai apprécié la description globale du village, de ses habitants ainsi que certaines choses sur eux, qui était trèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèè...

... èèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèès complète. :D

Ok, j'exagère, mais je visualisais le lieu comme si je regardais une carte ou une photo. Il y avait beaucoup de précisions, et se laissait pourtant mener dans les lignes, comme si tu nous faisais une visite guidée. Ça m'a aussi plu de lire un chapitre qui soit long, cela permet compenser ton rythme de publication. Même si je l'avais déjà lu, je n'ai pas eu la sensation de déjà vu, en lisant cette version améliorée. C'est le même MonocraM qui l'a écrit ?

Pour résumer (et couper court si je veux finir un jour), ÉCRIS PLUS VITE j'attends impatiemment le nouveau deuxième chapitre ! :hap:

Édit : J'ai revoté !
Membre du duo Over Used ainsi que des Poulpes Fous.
N_tonio36 a écrit : merci bb jtm
:3

Avatar de l’utilisateur
monocram
Délégué section Pokémon et vous
Messages : 2523
Inscription : lun. 12 août 2013, 17:34
Localisation : Dans un château enseveli sous le sable du Désert des Ombres Dansantes dans le Monde des Morts.

Re: [Fanfic] Tenebrae, un obscur récit.

Message par monocram » ven. 05 janv. 2018, 08:41

Tu as le don pour me surprendre x)

Merci pour cette remarque, Évolimiqui.
En fait, j'ai beau avoir dit que ma fic était en pause, j'écris quand-même le chapitre 16 x'D
Mais le chapitre 2 modifié va faire son arrivée.

Encore merci, Évolimiqui ^^
La cruauté n'est qu'une affaire de perspective :}

Avatar de l’utilisateur
Evolimiqui
Messages : 1983
Inscription : mar. 25 avr. 2017, 15:13
Localisation : Localisation.

Re: [Fanfic] Tenebrae, un obscur récit.

Message par Evolimiqui » ven. 05 janv. 2018, 13:27

monocram a écrit :
ven. 05 janv. 2018, 08:41
Tu as le don pour me surprendre x)

Merci pour cette remarque, Évolimiqui.
En fait, j'ai beau avoir dit que ma fic était en pause, j'écris quand-même le chapitre 16 x'D
Mais le chapitre 2 modifié va faire son arrivée.

Encore merci, Évolimiqui ^^
Owiii ! De nouveaux chapitres ! :hap:

PS : De rien. ;)
Membre du duo Over Used ainsi que des Poulpes Fous.
N_tonio36 a écrit : merci bb jtm
:3

Avatar de l’utilisateur
Shinigami
Messages : 572
Inscription : ven. 06 oct. 2017, 22:04
Localisation : Dans le monde des shinigami

Re: [Fanfic] Tenebrae, un obscur récit.

Message par Shinigami » ven. 05 janv. 2018, 13:44

Evolimiqui, le motiveur.XD
Poussant les gens à finir leur projet
La vie n'est qu'éphémère. Alors que le temps lui, est infini .

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités