[Zone de discussion] Destinée imparfaite.

C'est ici que vous pouvez délier votre plume et raconter vos histoires.

Modérateur : Modérateurs section Pokémon et Vous

Avatar de l’utilisateur
zoroark3060
Messages : 24
Inscription : ven. 04 mars 2016, 05:17

Re: [Fanfic] Les Pokéumains de PACA.

Message par zoroark3060 » jeu. 10 mars 2016, 12:45

Image

For you lucario
Moi Zoroark j'aime beaucoup m'amuser et parfois faire des farces pour rigoler
et peut être sérieux.

Avatar de l’utilisateur
zoroark3060
Messages : 24
Inscription : ven. 04 mars 2016, 05:17

Re: [Fanfic] Les Pokéumains de PACA.

Message par zoroark3060 » jeu. 10 mars 2016, 12:50

Image
Moi Zoroark j'aime beaucoup m'amuser et parfois faire des farces pour rigoler
et peut être sérieux.

Avatar de l’utilisateur
julienzen
Messages : 614
Inscription : mer. 11 nov. 2015, 02:53
Localisation : cachée dans une basse pokéumaine dans la régions paca.

Re: [Fanfic] Les Pokéumains de PACA.

Message par julienzen » jeu. 10 mars 2016, 16:31

Tros chou la premier image. <3
Je fait seulement se qui me paraît juste.

Avatar de l’utilisateur
zoroark3060
Messages : 24
Inscription : ven. 04 mars 2016, 05:17

Re: [Fanfic] Les Pokéumains de PACA.

Message par zoroark3060 » mer. 16 mars 2016, 12:54

Ça me fait plaisir :D :^^:
Moi Zoroark j'aime beaucoup m'amuser et parfois faire des farces pour rigoler
et peut être sérieux.

Avatar de l’utilisateur
julienzen
Messages : 614
Inscription : mer. 11 nov. 2015, 02:53
Localisation : cachée dans une basse pokéumaine dans la régions paca.

Re: [Fanfic] Les Pokéumains de PACA.

Message par julienzen » sam. 26 mars 2016, 10:38

Image

hey voici enfin la première partie du chapitre 5 je tien a m'excuser si il y'a une ou deux faute d'orthographe sur se bonne lecture.

alors que va t'il se passer me voila embarquer dans s'une mission très dangereuse ou l'avenir des pokéumain de paca et entre mes patte sella promet d’être intéressante...

Chapitre 5 : mission suicide. (Partie 1)
Je m’étais réveillé le lendemain matin ou du moins je pense en entendant toquer à la porte, je me suis lever et je vis Élodie qui m’attendait.

‘‘-Ha je vois certaines choses ne changeront jamais.
Dit telle avant de se mètre à rire.’’

Je l'ai regardait à moitié endormi ne comprenant pas trop ce qui se passer.

‘‘-Bon aller réveille toi on va manger et après tu sais ce qui t’attend dit elle d’un regard sérieux.’’

Je doit avouer quelle m'a fait peur quand elle m'a regardé comme ça j’avais l’impression quels men voulaient à mort. Je me suis frotter les yeux avant de m’étirer puis j’ai fermé la porte et je l'ai suivie,les couloirs était très calme, même tros calme, ce qui m’intrigua.

‘‘-Dis- il est quel heur là ?

-Quand je suis partie venir te chercher il était trois heures du matin.’’
Je lai regarder avec de gros yeux surpris elle avait vraiment changé se lever si tôt et venir me faire la morale ce n’était pas du tout son genre ,sella ma vraiment surprise la transformation changerait-il le caractère des personnes ? Nous avons marché jusqu’à la zone des TSP où se trouver un mini messe il y avait deux trois pokéumain qui mangent sans dire un mot.

‘‘-Je vais prévenir le commandant que tu es prêt tas dix minutes pour manger.
Di telle avant de partir.’’

‘‘-Super di-je’’ en soufflant j’ai pris un plateau et je me suis dirigé vers une vitrine ce qui était spécial avec ce messe c’est que tout été prêt et déposer derrière une vitrine il n’y avait plus qu'a se servir j’ai pris un croisant ainsi qu’un bol de lait froid et une tartine dubeurre j’ai toujours eu l’habitude de manger lentement donc j’ai préféré ne pas prendre grand-chose je me suis assis à une des tables et j’ai dégusté mon repas après avoir fini j’ai déposé mes couverts et mon plateau aux emplacements indiqués et je me suis rassise en attendent son retour. Mon attente fut courte je vis revenir Élodie avec le commandant me fessant signe de la suivre nous avons marché jusqu’à une sorte de salle de débriefing qui rappelait étrangement celles de l’armée.



-Bon bonjour messieurs et mesdames voici la mission du jour, dit il d'un aire sérieux aujourd’hui votre mission sera de libérer 500 pokéumains prisonniers de la pokextinction dans un de leurs petits laboratoires où il construise leur dernier arme et armure de pointes.

Se laboratoire se trouve dans un vieux hangar militaire.
La mission d'Élodie sera de d’amener julien jusqu’à la base et t’aider à y rentrer, quant à toi julien tu devras t’infiltrer dedans et retrouver notre espion malheureusement pour nous nous n’avons pas réussi à avoir les plans de la base donc il faudra le retrouver à tout prix car il t’aidera à libérer les pokéumains prisonniers vous ne trouverez aucun pokéumain endoctriné car le peut qu'était dans la basse on été envoyer attaquer celle de la région de PACA et sont maintenant chez nous.Ils se font soigner en ce moment même et une dernière chose d'après nos dernières informations la pokextinction prépare un nouveau modèle d’armement et d’armure qui serait spécialiser dans l’extermination pur et simple des pokéumains si tu prouvais récupéré les prototypes ainsi que les plans cella nous aiderais beaucoup ça sera tout.

Des questions ?

Nous sommes restés silencieux en regardant le comandant.

‘‘-Bien alors bonne chance.’’

Nous nous sommes levés et j’ai suivi jusqu’au hangar à véhicule je fus surpris en entrant de voir le pick-up que alexie avait jeté à la mer il était réparer et prêt à servir il était peint d’une couleur noire ancre et ses vitre a été fumées pour qu’on ne voit pas à l’intérieur. Il y avait aussi des hélicoptères et toute sorte de véhicule il y avait même une limousine ce qui ma beaucoup surprit.

En avançons-nous fue accueilli par un metalosse.

‘‘-Bonjour je suis Mr Aurain c’est mois et Zack mon assistant qui s’occupe de réparer et d’améliorer les véhicules que vous utilisez.

-C’est bon Lucas tes pas obliger de faire tout un discours à chaque fois que quelqu’un arrive.’’

Je lai regarder un peu surpris par sa réaction elle avait vraiment changé depuis la dernière fois qu'ont ses vues.

Mr Aurain et rester silencieux et il est partie comme si de rien n’était, nous allions monter dans le pick-up quand Zack m’arrêta dans mon élan.

‘‘-Hé julien attend il y a quelqu'un qui voudrait te voir.’’

Je me suis retourné et je vis un gobou derrière moi légèrement apeurer.

‘‘-Oui qui ya t’il ?

-Je voulais savoir si c’était vrai que tu pars sauver les pokémons prisonnier.

-Oui justement j’allais partir pourquoi quelque chose ne va pas ?

-Non mais je voulais te donner quelque chose papa disait toujours que sa me porterait chance elle appartenait à maman avant qu'elle… enfin… s'il te plaît sauve mon papa.

Jai était surpris quand elle m'a tendu un collier orné d’une l’aggronite, je ne m’étais pas rendu compte de l’importance de cette mission mais sella me motiva encore plus mais j’avais aussi très mal pour elle de savoir que j'étais son dernier espoir je n’étais même pas sûr d’arriver à les sortir de la.’’

‘‘-Je la porterais avec honneur je te promets de te ramener ton père.
Di-je confiant tout en mettent le collier.

Même s'il est inutile pour mois sella me donner un peu de courage car je commencer à avoir peur de ce qui allait se passer.
Après sa je suis monté dans la voiture je fus surpris en voyant Élodie sous sa forme humaine sa ma un peut perturber je n’avais pas l’habitude de la voir comme ça et nous sommes partie le voyage a dû durer au moins cinq six heures entre deux je me suis endormis.



Au bout d’un moment je me suis réveillé Élodie conduisait et avait l’air soucieuse.

‘‘-Quelque chose ne va pas ?

-Hum… comment comptes-tu t’y prendre pour rentrer dans leur base ?

-Heu franchement je ne sais pas je pense que je vais m'y rendre tout simplement.’’

Elle s’arrêta brusquement en me regardant en colère.

‘‘-pardon! Dis telle en colère.

-Voyons ses logiques s il n’y a plus aucun pokéumain endoctriné dans la base je n’aurais aucun mal à trouver l’agent infiltrer et il pourra m’aider à sortir les autres de là.’’

Élodie ma regarder quelques secondes avant de rappuyer sur la pédale.

‘‘-Je ne suis sur que ce soit la meilleure solution mais bon je suppose qu'on n'a pas le choix, enfin julien s'il te plaît reviens vivant.

-Pourquoi dis-tu ça ? Je sens que tu me caches quelque chose s'il te plaît arrêté de me cacher ce qui ne va pas.’’

Elle est restée silencieuse quelque second avant de se tourner vers moi.

‘‘-Je ne lai jamais dis aux autres mais je pense que tu te souviens de Akira, zato, Lyon et les autres du groupe.

-Oui pourquoi qu'est ce qu'ils ont ?

-Ils… les rares qui se sont transformer sons mort tué par les pokextinctionist.’’

Je lai regarder en me retenant de ne pas verser une larme s’était tous des ancien amis à moi je me sentais vraiment mal.

‘‘-Comment sont t’il mort. Di-je tristement.

-La plupart se sont sacrifié pour sauver des pokeumains lorsque Shadow a commencé à attaquer les bases des autres pokeumains après celle de Normandie.

-Shadow qui-est-ce ?’’

Élodie c'est arrêter brusquement une deuxième fois en me regardant surpris.

‘‘-On ne tas pas expliquer la suite de l’histoire ! dit-elle étonne.



-Heu… non Mme Laura s’était arrêté à partir de MX, bordelle je comprends plus rien la. di-je énervé.

-Je vois je vais t’expliquer pendant le trajet.’’

Elle a rappuyé encore une fois sur la pédale avant de s’adresser mois.

‘‘-Ce qu’on ne t'a pas dit ces que MX a été vaincue il y a de ca deux ans par un lucario de long Island d’après les rumeur il serrais aller dans le monde des pokemons grâce a des cristaux un peut spéciaux qui sont maintenant éparpiller un peut partout dans le monde, concernant MX il ne serais pas revenue du monde des Pokémon mais un pokextinctioniste sous le nom de Shadow aurais repris le pouvoir mais, plus tard nous avons appris qu’il avait un supérieur et il a été arrêter lui et sont Supérieur par un lucario qui vient justement de la base de Normandie ce qui a eu pour effet de lui faire perdre sa crédibilité chez la pokextinction, malheureusement il a repris le commandement de la pokextinction depuis peut ,
comment il a fait ? Sa je n'en ai pas la moindre idée mais ce qui compte ces qu’il faut qu’on l’arrête une bonne fois pour toutes.’’

Je n’arrivais pas à croire se qu'elle venait de me dire tout ça en deux ans s’était incroyable je plains les pauvres lucario qui ont du affronter ses ennemis redoutables, j’avais l’impression qu’on se battait dans une guerre sans fin.

‘‘-Je comprends maintenant ça explique beaucoup de choses. Dit-je en baissant la tête.’’
Bon nous s’y voila bonne chance me dit-elle avant que je descende.

‘‘-Et une dernière chose j’aimerais la récupérer cette voiture un jour.

-Quand tu sauras conduire. Dit-elle avant de remonter la vitre et partir à toute allure.
-Bon nous s’y voila. j’ai marché jusqu’à l’entrée qui était étonnamment vide d’après Élodie ten que je suis le chemin il n’y a aucun piège qui est installé.

J'ai ouvert la porte mais il n’y avait pas un chacripan enfin s'est ce que je pensais jusqu’a se que je vis un garde arriver avec un café a la main et sont masques dans l’autre, il ses arrêter net en me voyant et c'est précipiter sur un bouton qui activa une alarme sa fessait un mal de chien, le son était beaucoup tros fort pour mon ouïe plus sensible.



Je me suis enfuis dans un couloir avant de m’arrêter, je ne men n’était pas rendue compte mais il est vrai que physiquement j’avais beaucoup changé je me suis permis quelle que seconde pour voir mes changements,
mes jambes étaient plus minces et une sorte de short en fourrure avait poussé j’avais une pointe sur le torse avec de la fourrure jaune, j’avais aussi hérité d’une jolie paire d'oreilles bleues, d’une langue plus épaisse ainsi que des crocs et mes yeux avaient viré au rouge tout en grossissant un peu j’avais aussi une queux sans oublier les quatre capteurs d’aura derrière ma tête et les sorte de bande noire sur ma tête et vers mon bassin, mes patte arrière avait aussi des coussinets qui me chatouiller énormément lorsque je les touchais et je courais beaucoup plus vite et plus longtemps car avant quand j'étais humain j’ai eu un gros problème au dos et je ne pouvais quasi plus courir ou bout de dix minutes j’avais mal à mon dos et à ma jambe sella ma beaucoup perturbé sans oublier mon agilité et mon reflex qui avait augmenté mes muscles avait aussi grossis il s’était un peu plus gros qu’avant alors que d’habitude jetait fins comme un pinceau, je me suis aussi rendu compte que jetait nue malgré ma fourrure c'était un peu gênant en n’y pansant.

Alors que je regardais toujours mon corps j’entendis un drôle de bruits dans les couloirs une sorte de mur avec des laser vert qui arpenter les couloirs j’ai juste eu le temps de m’enfuir et de tourner vers un nouveau couloir pour éviter que le rayon ne me touche, mais je me suis retrouvé né a né face à quelqu’un que je n’espérais pas revoir de sis tôt, c’était Alexie accompagnée de deux gardes nous nous sommes regarder quelques secondes avant que je lui envoie un coud de poing dans la figure, il m'a attrapé par le coup pour faire en sorte que je ne puisse pas m’enfuir pendant que les deux gardes se m’étaient en joue et Alexie s'adressa au garde en les regardant en colère.



‘‘-vous deux allers arpenter la base voir s il n’y a pas un autre de ses monstres qui se baladent moi je m’occupe de lui personnellement. Dit-il avant de me trainer dans une salle qui ressembler à un bureau.’’

Une fois rentrer il m'a plaqué contre le mur un peu en hauteur j’avais du mal à respirer j’essayais temp bien que mal de me libérer mais riens à faire.

‘‘-Julien tes con ou quoi ca ta pas suffit de sauter d'une falaise .Maintenant tu vas infiltres la base des pokextinctionist la mieux armée ? ma parole tu veux vraiment mourir. Dis-il toujours en colère avant de me lâcher.’’

Je lai regarder surpris je ne comprenais plus rien.

‘‘-Mais tu n’es pas un pokextinctionist? Dit-je étonné.

-Bien sur que non je suis un espion tu as de la chance que je tais trouver avant Guenael.

Attends ses toits l’agent infiltré qui et censé m’aider ? Di-je encore un peu surpris.

-Non mais s'il y en a un ça ne peut être que lui. bon je suppose que tu viens libérer les autres pokéumains.

-Oui tu peux m’aider?

-T’inquiète je vais même faire mieux que ça je vais appeler Guenael pour qu’il te guide jusqu’aux cellules moi je m’occupe de trafiquer les réacteurs avant qu’on parte histoire de leur laisser un souvenir


-D’accord une dernière chose il me faudra les plans des derniers prototypes d’armes et d’armure de la pokextinction ainsi qu’un modèle de chaque si cela ne te dérange pas .

-Aucun problème j’apporterais les plans avant de partir on se rejoindra au hangar à véhicule l’équipement et là bas j'étais censé l’envoyer dans une base avec les plans pour qu’il puisse les tester.

-Okay bonne chance alexie.’’

Alexie c'est approcher d’un micro avant d’appuyer sur un bouton et de dire, « Guenael le trioxhydre et demander sur le champ à mon bureau »

Quelque minute plus tard il est rentré surpris de nous voir ensemble comme si de rien n’était.
‘‘-Mais julien quesque tu fais avec lui . Dis-il désorienté.

-On n'a pas te tend de t’expliquer il faut que t’amène julien aux cellules moi je m’occupe du réacteur on se rejoint au hangar bonne chance les gars. Dit Alexis avant de détaler.’’

Heu d’accord bon suit moi et si on croise des pokextinctionist et l’aire abattue ils croiront que tait un prisonnier.

‘‘-d’accord.’’

avons foncé vers les cellules enfin je suivais surtout Guenael car c’était un vrai labyrinthe cet endroit au bout d’un petit moment nous sommes arrivé vers une sorte de grande salle ronde qui avait plusieurs étages plongés dans le noir.

‘‘-Ses ici bon je vais ouvrir les portes fait le gué si tu vois quelqu'un qui arrive tu sais quoi faire.’’

Alors que Guenael était partie je sentis d’un coup une présence derrière moi je me suis retourné et je vis un pokextinctionist sortir du noir avec une tenue différente il avait une sorte d’épée a la main.

‘‘-Ne bouger pas sinon je vous explose avec mon aurasphere . Dir-je pour l’intimider.’’

Il m'a regardé quelques minutes avant de ce mètre à rire diaboliquement.

‘‘-Ha ha ha julien, julien, julien… mon pauvre tu me fais honte tu ne me reconnais pas .’’

La voit de l’homme étais brouillé donc il était impossible de savoir qui se pouvait bien être

‘‘-Non je ne vois pas. Dit-je en me mettant en position de combat.’’

L’homme enleva sons masque et j’ai cru que j’allais m’écrouler en larmes tellement j’ai eu mal en le voyant c’était mon père je n’arrivais pas à y croire je savais que la plupart des forces de sécurité été du coter de la pokéxtinction mais je ne voulais pas croire que mon père en était un.

‘‘-Non pas toit. Dit-je d’une vois faible tout en versant une larme.

-Alors que vas-tu faire maintenant me rejoindre ou tués ton propre père ?’’

Franchement j’ai toujours haï ma famille et maintenant encore plus je lai regarder avec fureur même si j’avais quelque doute je savais déjà ce qui aller se passer mais je ne pouvais pas m’y résoudre.
Je fait seulement se qui me paraît juste.

Avatar de l’utilisateur
Paul le Lucario
Messages : 597
Inscription : dim. 15 mars 2015, 12:49
Localisation : Sur DeviantART
Contact :

Re: [Fanfic] Les Pokéumains de PACA.

Message par Paul le Lucario » dim. 27 mars 2016, 15:18

ImageImageJe n'ai pas d'inspiration actuellement pour pouvoir trouver les bons mots. Je me contenterai donc de dire qu'on voit tout de suite que Monocram a cessé les corrections. Ça reste compréhensif et lisible cependant, mais il m'est difficile de me taire concernant tout ceci. J'ai du mal à rester calme quand je remarque une faute, c'est plus fort que moi. Je sais bien que c'est pas ta faute et que tu fais des efforts, mais c'est pas très confortable pour moi de lire un texte comme ça. Et c'est dommage car ton scénario est pas mal et tu fais bien attention de bien respecter ce que j'ai donné dans ma fic.

Tu as donc décidé de ramener Shadow au pouvoir, mais tu as cependant oublié un truc. Shadow n'a jamais eu de supérieur. Ce n'était qu'une ruse et il l'a expliqué dans un de mes récents chapitres, lorsque son identité a été révélée. De plus, tant que ma fic n'est pas finie, il est impossible de savoir s'il va vraiment revenir au pouvoir ou non. Tu peux bien entendu dire qu'il est toujours Pokéxtinctioniste, mais je pense qu'il est encore trop tôt pour pouvoir affirmer qu'il en est toujours le leader. Oui, je sais que c'est pas simple, mais c'est ça ou spoiler ma fic :/

Enfin bref, j'ai peut-être mal compris un truc, qui sait ? Avec toutes ces fautes ça m'étonnerai pas que j'aie mal compris un passage. Si c'est le cas n'hésite pas à contredire ce que j'ai dis.
DeviantART - Fanfic PKU - L'éveil de l'Aura - Les 29 chapitres déjà postés (229 pages) ont été hacké et supprimés par SilverZekrom. Il faudra malheureusement tout relire depuis le début et attendre davantage pour le final qui était sensé arriver l'an dernier.

Avatar de l’utilisateur
monocram
Délégué section Pokémon et vous
Messages : 2523
Inscription : lun. 12 août 2013, 17:34
Localisation : Dans un château enseveli sous le sable du Désert des Ombres Dansantes dans le Monde des Morts.

Re: [Fanfic] Les Pokéumains de PACA.

Message par monocram » dim. 27 mars 2016, 15:30

Je suis vraiment désolé de ne pas avoir corrigé mais là, je ne saurais plus. Il faudrait qu'on soit deux pour corriger. Ainsi, chacun fait sa part du travail pour aider julienzen.
En fait, les textes se rallongent et les fautes s'entassent les unes sur les autres. Ça commence à devenir difficile d'avoir le temps de corriger et de pouvoir détecter toutes les fautes. Parfois, je me perds dans la correction et pouf... Je recommence. :D

Malheureusement Julien, c'est à peine si je peux écrire ma fic. :/

Enfin soit, tu devras continuer sur la voie de l'orthographe et du français sans moi. :/
La cruauté n'est qu'une affaire de perspective :}

Avatar de l’utilisateur
zoroark3060
Messages : 24
Inscription : ven. 04 mars 2016, 05:17

Re: [Fanfic] Les Pokéumains de PACA.

Message par zoroark3060 » dim. 27 mars 2016, 15:50

Je suis désolé car je me suis occupé de l'orthographe mais j'ai dû oublier certaines fautes d'orthographe désolé encore une fois
Moi Zoroark j'aime beaucoup m'amuser et parfois faire des farces pour rigoler
et peut être sérieux.

Avatar de l’utilisateur
Dracaufil
Messages : 481
Inscription : jeu. 19 nov. 2015, 20:25
Localisation : Chez mon Maître Peter de Johto

Re: [Fanfic] Les Pokéumains de PACA.

Message par Dracaufil » dim. 27 mars 2016, 15:51

zoroark3060 a écrit :Je suis désolé car je me suis occupé de l'orthographe mais j'ai dû oublier certaines fautes d'orthographe désolé encore une fois
C en est rempli
Laissez les Ténèbres s'exprimer

Avatar de l’utilisateur
julienzen
Messages : 614
Inscription : mer. 11 nov. 2015, 02:53
Localisation : cachée dans une basse pokéumaine dans la régions paca.

Re: [Fanfic] Les Pokéumains de PACA.

Message par julienzen » dim. 27 mars 2016, 18:12

Ma fois je m'attendais à se retour donc pour mieux vous s'expliquer je vais répondre par personne.

Concernant Paul:
Ne t'inquiète pas tu as très bien compris et pour shadow tout t'est prévue mais je n'en die pas plus...

Alors Monocram...
Hum... Désolé mais j'ai pas compris... :D

Zoroark...
Tu n'as pas à t'excuser personne ne te le reprochera que la correction ne sois pas parfait car personne ne l'ai... (Pas même monocram ;)
Je fait seulement se qui me paraît juste.

Avatar de l’utilisateur
julienzen
Messages : 614
Inscription : mer. 11 nov. 2015, 02:53
Localisation : cachée dans une basse pokéumaine dans la régions paca.

Re: [Fanfic] Les Pokéumains de PACA.

Message par julienzen » jeu. 07 avr. 2016, 11:46

Je crois que je peut dire officiellement que je suis vraiment, vraiment très malchanceux...

Chapitre spécial 1er avril : Pourquoi mois?
Je crois que je peut officiellement dire que je suis le lucario le plus malchanceux qui existe enfin je dit ça mais vous vous demandez bien pourquoi?

Pour commencer parlons de mois.

J'ai toujours été agressif, en particulier avec les humains, mais j’avais toujours eu un petit coté farceur, il devait sûrement venir de mon premier talent de base si j'avais été un Riolu. Enfin bref….

Aujourd’hui, nous somme le 2 avril, et hier, je vais vous raconter tout le bordel qu’il y a eu et autant vous dire que j’ai pris cher…

Je me suis levé comme tous les matins et d'un coup, un gros bruit sourd m’explosa les tympans. J’ai sursauté et je vis, oreilles sifflant, Alexie plié de rire. Je l'ai naturellement insulté de tous les noms. Il m'a fallu un moment avant d’entendre ses explications.

-''Hé, du calme Julien, on est le premier avril je te rappelle.

-Ha bon merde… Excuse-moi.

-J’espère que tu ne vas pas être comme ça toute la journée, sinon t'es mal barré.

-Super, maintenant que je me suis levé de la patte gauche, je dois éviter de m’énerver, ça promet…''

Après ça, je suis sorti, mais a peine ai-je ouvert la porte que je me pris une attaque Danse Pluie, autant vous dire que ça m'a vraiment mis de mauvais poil.

-''Encore, mais pourquoi moi ?'' Me suis-je dit avant de foudroyer du regard Élodie avec un petit sourire.

Je commençais à m’avancer, quand une attaque Lance-Flammes me passa devant le museau et une autre me brûla légèrement la queue.
J'ai crié de douleur avant de me tourner, en rage, vers Siegfried qui tira une drôle de tête en me voyant. Il y eut un blanc pendant quelques secondes, jusqu’à ce que Laurie apparut et fit une attaque Pistolet à O.

Je m'essuyai les yeux et je vis Zack, avec aura sur son épaule, en train de rire.

Je me suis arrêté quelques secondes et je fis un grand sourire pour le faire taire et je dis « Fuyez, car j’arrive, et croyez-moi, vous allez vous en souvenir. »

Il me regardèrent quelques minutes, effrayés, avant de s’enfuir. Bien sûr, je n’allais pas leur faire de mal, juste leur faire une mauvaise blague. Je me suis léché la patte et je remis ma fourrure normalement, car elle avait été ébouriffée par l’attaque Lance-Flammes de Jérémie et celle de Siegfried c’était très chiant car il ma fallu une bonne heur pour tout remettre croyer mois il s'allais s'en souvenir de la farce que je vais leur faire a chacun d'eu…
Je fait seulement se qui me paraît juste.

Avatar de l’utilisateur
julienzen
Messages : 614
Inscription : mer. 11 nov. 2015, 02:53
Localisation : cachée dans une basse pokéumaine dans la régions paca.

Re: [Fanfic] Les Pokéumains de PACA.

Message par julienzen » sam. 16 avr. 2016, 14:45

Image

hum... me voila dans s'une position délicate je suis face a mon père et j'ai le choix de le rejoindre ou d'aider mes s'amie que faire?

Chapitre 5 : mission suicide. (Partie 2)
Je regardais droit dans les yeux mon père. Je ne savais pas comment cela allait se passer mais j’espérais vraiment ne pas devoir le faire.

‘‘- Alors, décide-toi, nous n’avons pas toute la nuit. Prends exemple sur ton frère, lui au moins il ne m'a pas fais attendre longtemps.

- Quoi, Maxime s'est aussi transformé ! Dis-je, surpris.

-Et oui, et maintenant c'est l'un des leaders de la Pokextinction. Comment crois tu-que j’aie eu cet équipements et le droit de le garder ?’’

Je n’arrivais pas à y croire. Décidément, c’était un vrai cauchemard.

Tout d’un coup, les lumières s'allumèrent et je vis tous les Pokéumains prisonniers. C’était une sorte de tour avec des ponts, il y avait des vitres transparentes qui devaient résister aux attaques. En me voyant, tous les Pokéumains se sont tournés vers moi, surpris.

Je vis Mme laura s’approcher de la vitre en criant.

‘‘- Julien, vite, cours!’’

Mais je ne bougeai même pas un poil, je regardais mon père avec fureur.

Les vitres se sont enfoncées dans le plafond et tout les Pokéumains accoururent sur les rebords. Au même moment, Alexis arriva et envoya une attaque Draco-Rage sur mon père.
J'eus juste le temps de me mettre devant lui avant qu'elle ne lui explose dessus. J’ai été propulsé dans le sol, ce qui forma un petit cratère. Inutile de préciser que je grimaçais de douleur en me relevant.

‘‘- Julien, qu'est-ce que tu fais, ne me dis pas que tu vas le rejoindre quand même ?

- Sûrement pas, je ne rejoindrai pas ces meurtriers, néanmoins c'est à moi de régler ça.

- Mais tu ne sais pas te défendre, comment tu vas faire pour…’’

Tous les Pokéumains criaient en même temps.
‘‘- Quoi !!!

- Le sujet et clos, que cela vous plaise ou non.’’

Je me suis mis en face de mon père en position de combat.

‘‘- Alors tu préfères ces monstres. Ma foi, qu’il en soit ainsi, je te traiterai comme tel, dit-il avant de m’attaquer avec son épée.’’

La particularité de cette arme, c'est qu’il y avait une sorte de poignet qui permettait de l’enflammer. Cela était un très gros désavantage pour moi, car en tant que Lucario, je suis très vulnérable au feu.
J'ai esquivé deux-trois coups jusqu’à ce qu’il me coupe légèrement le bras gauche en plein sur mon bandage. Ça faisait vraiment mal, la blessure me brûlait. Mon père riait en me voyant ainsi.

‘‘- Mon pauvre, ne fais pas l’idiot, rejoins-moi.

- Jamais ! Criai-je, enragé, une patte sur ma blessure.’’

Mon père enleva le réservoir qui devait alimenter le feu de son épée et il me désigna des traits : il y en avait douze.

- Tu vois ces traits, ce sont ce que j’ai fais après avoir tué le leader d’une base pokéumaine avec cette épée et tu sera bientôt le prochain, alors réfléchis bien.

Je n’arrivais pas a croire ce qu’il disait, je ne le reconnaissais pas. Je me suis levé et d’un coup, en un excès de colère, je lui ai foncé dessus en lui coupant la gorge net et vif avec la pointe sur ma patte gauche.
Je suis resté là quelques minutes lui tournant le dos, avant de l’entendre s’écrouler au sol. Je ne sais pas pourquoi, mais je ne ressentais même pas de chagrin, seulement une haine profonde, comme si sa mort ne suffisait pas et qu’il m'en faillait plus. Alexie est descendu et s'est arrêté devant moi.

‘‘- Il faut y aller, Julien.

- Je sais, mais je ne peux pas le laisser ici.

- Je comprends. » Un Laggron bipède s'avança vers mon père et le pris dans ses bras.

- Il faut partir, et vite.

-Bien, suivez-moi, dit Alexie en courant vers le couloir. Nous avons passé pas mal de temps à courir de droite a gauche pour éviter les gardes. Pendant notre course, je ne pus m’empêcher de mettre ma patte sur ma blessure tellement elle me faisait mal.’’

Nous avons couru jusqu’à ce qu'Alexie s’arrête et ouvre une porte.
Il y avait à l’intérieur une Riolu attachée sur une table. Elle leva la tête et commença à pleurer.

‘‘- Non, pitié, pas encore, arrêtez, je vous en supplie !

Je m'empressai d’aller la détacher.

- Du calme, je suis la pour libérer les Pokéumains prisonniers, dis-je en la détachant.

- Ça va, tu peux marcher ? Demandai-je pendant qu'Alexie faisait je ne sais quoi.

- Oui, ça va. Merci d’être venus me sortir de cet enfer.

- Tu me remercieras si on s'en sort vivants.’’

Nous avons continué à courir en suivant Guenael et Alexie jusqu’à une double porte.

‘‘- Vite ! Voilà le hangar.’’

Quand je suis entré, je suis resté bouche bée. Il y avait des véhicules militaires partout, c’était impressionnant.

Tout le monde dans le camion ! cria Alexie.

‘‘-Jérémie, Siegfried et Julien, avec moi. » Je me suis dirigé vers Alexie, où se trouvait une sorte de cage suspendue en l’air. Alexie s'approcha vers la grue qui tenait la cage et la fit violemment tomber, ce qui a eu pour effet de faire tomber tout le barreau sur le côté, ainsi que le toit en arrière.’’

Dedans se trouvait une sorte de grosse armure avec une arme et une grosse pile jaune. Je remarquai qu’il y avait presque la même arme accrochée sur une voiture, à la seule exception quelle n’avait pas de batterie sur le côté.

‘‘ - Bon, Julien, tu vois le réacteur ? Tu le prends et tu l’insère dans la fente au centre de la vanne derrière l’armure. Après ça, tu tournes la vanne sur la droite et tu grimpes dedans. Les plans sont sous la gatling laser, je m’occupe de les prendre.

- La gatling laser, sérieux, t'as pas trouvé mieux comme nom?

- La ferme, et monte.’’

J'insérai la pile et j’ouvrai l’armure. C’était comme une sorte d’exosquelette. Je rentrai dedans et elle se referma aussitôt.

‘‘ - La vache, on est serré là-dedans.

- Normal, ce n'est pas fait pour les Lucario. Bon, prends le reste et grimpe dans le véhicule ou il y a une gatling.’’

C’était un pickup militaire. Je n’avais pas fait attention, mais Alexie avait aussi une sorte de mallette. Il en sortit une bague qui le transforma en humain en la mettant.
Jérémie et moi sommes montés sur le toit et Alexie et Siegfried à l’avant.

‘‘- C'est bon, on est prêts ?’’

Nous dîmes tous en même temps : ‘‘Ouais !’’.

‘‘- Bon, Siegfried, déplie la carte et mets-là devant moi. Faites signe au camion de nous suivre, on va passer par le champ de mine.

-Quoi ! Cria Siegfried.’’

T’inquiète, grâce a la carte, je vais nous guider pour éviter de rouler sur l’une d'elles. Ils vont envoyer des voitures a nos trousses en nous voyant filer dedans. Il faudra que Julien et Jérémie nous couvrent.

Nous avons démarré en faisant signe aux autres de nous suivre la porte s'est ouverte toute seule sûrement Alexie qui avait prévu le coup.
Une fois dehors, j’eus la mauvaise surprise de voir qu’il repleuvait. Nous avons roulé quelques minutes jusqu'à ce que je voie six voitures nous suivre.

‘‘- Alexie, ils arrivent !

- D’accord, Siegfried, je vais t’indiquer où il faudra que tu détruises des mines qui pourraient nous déranger. Julien, Jérémie, faites attention là-haut, ça risque de bouger.

- Bien reçu.’’

Nous avons roulé un moment ; J’entendais Alexie crier ou il fallait que Siegfried détruise les mines pendant que Jérémie enchaînait les attaques Lance-Flamme qui avaient l’air redoutables. Cinq des voiture ont explosé en roulant sur des mines. La dernière, c'est Jérémie qui creva ses pneus, ce qui provoqua un accident. Après quelques minutes, nous avons décidé de rentrer dans le véhicule.
Alors que je me redressais, d’un coup, Alexie tourna brusquement et je glissai du toit. Jérémie n'eut malheureusement pas le temps de me rattraper et je roulai sur moi-même en esquivant de peu les roues du camion. Alors que j’allais me lever, j’entendis un ‘‘clic’. J'étais tombé sur la seule mine aux alentours. Je n'eus pas le temps de même mettre debout qu'elle m’explosa au ventre.

Lorsque je me suis réveillé, j’avais l’impression qu’on m’avais passer dans un incinérateur. Je sentais ma peau qui me brûlait, ce qui me faisais un mal de chien. Je ne sais pas comment, mais quand j’ai pensé à sortir de l’armure, elle s'est ouverte toute seule. Je me suis redressé, et franchement, ce n’était pas beau à voir. J’avais été gravement touché, surtout au ventre et heureusement que j’avais l’armure, sinon je n’imaginerais pas ce qui resterait de moi.

‘‘- Arg, putain, mon ventre, gnnnn… La vache, merde… Arg.’’

Je me levai et rejoignis la route en faisant attention ou je marchais. Après ça j’errai dans une forêt. Je ne sais où elle était ; plutôt danse et même si le soleil s’était levé, la lumière avait du mal à passer.


Point de vue d'Élodie.

Pendant ce temps, de mon côté, j’avais appris ce qui s'était passé avec Julien et j’ai eu l’autorisation de former une équipe composée de quatre Pokémon : il y avait moi, Zack, Gabriel le Luxray et Ernest le Nostenfer.

‘‘- On n’est pas bientôt arrivés ?

- Oui, là, d’après Jérémie, Julien est tombé dans le champ de mines près de la route.’’

Grâce a la vision spéciale de Gabriel et l’ultrason d'Ernest, nous avons pu rouler en toute sécurité dans le champ de mines jusqu’à ce que nous ne puissions plus avancer. On voyait au loin plein de fumée et des carcasses de voitures.

‘‘- Là-bas, regardez !’’

Nous avons tourné et nous vîmes une armure toute noire à moitié détruite.

Nous nous sommes empressés de sortir et nous courûmes jusqu'à elle. A mon grand soulagement, l’armure étais vide mais en très mauvais état. Zack, moi et Ernest nous sommes empressés de regarder si Julien n’était pas aux alentours pendant que Damien avait l’air de regarder quelque chose.

‘‘- Il est ou ?

- Je ne sais pas.

- Il s’est enfui, il y a une traînée de sang ici, mais vu la quantité, il ne tiendra pas longtemps à mon avis.

-Tu peux le pister ?

- Oui, je pense, mais Zack et Ernest devraient rester et charger l'arme et l’armure ainsi que la mallette qui contient les plans dans le pick-up pendant que mois et Élodie allons chercher Julien.

- D’accord, on se rejoint a la base de PACA. Si il y a un problème, contactez-nous grâce aux montres.’’

Après ça, nous nous sommes séparés. Nous avons couru un moment, il faut dire qu’il n’avait pas traîné, il avait réussi à rejoindre la forêt voisine. J’espérais juste que personne ne l'avait vu et qu’il était toujours en vie.


Point de vue de Julien :

Après avoir traversé la route, j’ai rejoint une forêt assez épaisse. Elle me rappelle celle qu’il y avait a l’entrée de la base de PACA, la lumière avait du mal à passer et avec mon état, je voyais très mal ou j’avançais.

Après un moment de marche, je commençais à trembler. Le soleil s’était levé et j'étais perdu je ne sais où, sans anneau et dans un sale état. Je commençais à désespérer, ma patte était ensanglantée, et je ne parle pas de mon ventre. J’avais de temps à autre des sueurs froides, ma fourrure était brûlée et ma vision devenait de plus en plus floue.

J'ai continué à marcher un petit peu avant de m’arrêter contre un arbre. Je n’arrivais plus à bouger. Je me suis assis contre l’arbre en attendant mon heure. Je commençais à avoir des regrets pour mes actes et les amis que j’avais laissés, je ne savais même pas si ils s'en n’étaient sortis. Je pensais aussi à cette vie en tant que Pokémon. Je regrettais amèrement de ne pas avoir pu la vivre plus longtemps, mais au fond de moi, ce qui me faisait le plus peur, c’était la mort en soi. Qu'allait-il se passer ? Serait-ce le néant ou une nouvelle vie ? J’avais vraiment peur de ne pas savoir ce qui allait se passer.

Après quelques minutes, je me suis effondré contre l’arbre. Je ne sentais même plus mon corps. J’avais envie de m’endormir mais j’essayais désespérément de rester éveillé. Malheureusement, je me suis tout de même endormi.

Point de vue d’Élodie :

Nous avons marché un moment, jusqu’à ce que Damien m’arrête en me faisant signe de ne pas faire de bruit.

- Que se passe-t-il ? Dis-je en chuchotant.

- Je vois quelqu'un mais il n’est pas seul.

- Julien ?

- Je ne sais pas, difficile à dire avec tout ce monde. Approchons discrètement.

Nous avons avancé jusqu'à un buisson où se trouvait un groupe de Pokéxtinctionnistes. Il y en avait une dizaine, ils avaient l’air d’attendre quelqu'un.

- On doit l’aider.

- Je sais, mais ça pourrait être un piège aussi.

- Je vais les éloigner et les asperger d’eau avec Danse-Pluie, comme ça, si c'est un piège, tu pourras tous les griller d’un coup.

- D’accord, mais fais attention, leurs armes sont sur le mode laser rouge.
Je me mis devant les Pokéxtinctionnistes tout en préparant une attaque Danse-Pluie
Hey, laissez-le tranquille ! Criai-je avant de lancer mon attaque. Après ça, je me suis enfui. A première vue, ils étaient seuls. Il n'a pas fallu longtemps avant d’entendre un coup de tonnerre et voir tout les Pokéxtinctionnistes morts.

- Bien joué.

- Vite, allons nous occuper de Julien.

Lorsque je suis arrivée, j’ai cru que j’allais vomir. Il était vraiment mal en point, sa fourrure était noire mais malgré tout il respirait encore, même si nous n'arrivions pas à le réveiller.

Après ça, j’ai appelé Zack pour qu’il vienne nous chercher au bord de la route. Damien portait Julien, mais il avait l’air soucieux.

- Qu'y a-t-il ?

- Il est gravement blessé et il a perdu beaucoup de sang, je ne sais pas si…

- Arrête, il va s'en sortir, dis-je en raclant ma gorge, légèrement stressée.

Après ça, les autres sons arrivés. Nous nous sommes empressés de le mettre à l’arrière pendant que Damien, qui avait pris le volant, prenait la route qui menait à la base de PACA qui était assez accidentée. Ernest avait du mal à appliquer les premiers soins de la trousse de secours. J’ai dû l’entendre deux ou trois fois grommeler à cause de ça.

Au bout d’un moment, j’entendis le GPS sonner. C’était la base de PACA. J’ai naturellement répondu à l’appel en appuyant sur l’écran tactile.

- Allô, ici Mme Laura, vous me recevez ?

- Oui Mme, je m’appelle Élodie je viens de la base d’Île de France.

- Arceus, merci, vous allez bien ! Avez-vous retrouvé Julien ?

- Oui, ça va, nous sommes en route, nous… A ce moment-là, je n’arrivais plus à parler, j’avais la gorge nouée. Ernest, me voyant ainsi, demanda à Zack de tenir ses instruments et pris ma place.

- Mme, je m’appelle Ernest. Nous avons en effet récupéré Julien, mais dans un état critique. Il est tombé sur une mine, mais avec le souffle de l’explosion, un morceau de fer s'est logé vers son crâne. Par chance, rien de grave, j'ai réussi à l’enlever sans problème mais la mine a explosé vers le ventre, ce qui a fait beaucoup de dégâts. De plus, il a perdu beaucoup de sang, donc il lui faudra une transfusion d’urgence une fois arrivé. Pour être franc avec vous, on aura de la chance si on arrive à le ramener vivant à la base et le sauver serait un vrai miracle.

- Je vois, nous allons préparer une équipe médicale. Rejoignez-nous au hangar, je dois vous prévenir que nous n’avons plus aucun matériel médical en stock dans la base car les Pokéxtintionnistes les ont déplacés et je ne sais pas ce qu’ils auraient pu mettre avant de mourir.
‘‘- Mme, si il n’est pas opéré de toute urgence, c'en n’est fini de lui, autant l’achever maintenant.
- Hum… Bon, ramenez-le, nous allons préparer un bloc opératoire.

- Bien reçu, terminé.’’


Point de vue d’Alexie :

Lorsque j’ai appris que Julien revenait, je suis parti à toute allure prévenir les autres, mais j’aurais mieux fait d’écouter tout ce qu’Ernest avait à dire.

Au début, il y avait une petite foule de Pokéumains devant l’entrée du garage. Nous étions heureux de savoir qui revenait, mais le moral fut plombé lorsqu’on vit un groupe d’infirmiers venir avec des appareils et un lit roulant. Mme Laura avait l’air très inquiète. A ce moment-là, il y eut un gros blanc dans la salle, jusqu’à ce qu’on entendit Guenael prévenir avec les haut-parleurs que la voiture arrivait. Je donnais un coup sur le bouton et la porte s’ouvrit. Mme Laura avait pensé à désactiver l’alarme, ce qui n’était pas plus mal.

Damien s'arrêta en faisant un petit dérapage. Lorsqu'il ouvra la porte, la plupart des Pokéumains restèrent figés sur place. Les infirmières s'empressèrent de le mettre sur le lit roulant avant de courir vers infirmerie.

Je me suis tourné vers Siegfried, qui avait les larmes aux yeux. Élodie s'approcha de lui avant de sortir de la salle avec Jérémie qui les suivait. Nous sommes restés silencieux jusqu’à ce que tout le monde parte. Je rappuyais sur le bouton pour fermer la porte. En me retournant, je vis un Nostenfer s’approcher de moi, plein de sang.

- Tu es Alexie ?

- Oui, c'est graves?

- Justement, je dois te parler de ça…
Je fait seulement se qui me paraît juste.

Avatar de l’utilisateur
Paul le Lucario
Messages : 597
Inscription : dim. 15 mars 2015, 12:49
Localisation : Sur DeviantART
Contact :

Re: [Fanfic] Les Pokéumains de PACA.

Message par Paul le Lucario » sam. 16 avr. 2016, 14:58

ImageImageJ'ai eu du mal à suivre ce chapitre et à me souvenir de qui est qui. J'ai bien vu ta référence à ma fic avec les deux personnages que t'as rajouté, mais le reste était assez confus à mes yeux. Et je croyais la base de PACA détruite et Mme Laura capturée. J'avoue que j'ai pas trop compris et que tout se chamboulait un peu dans ma tête.

Je sais pas trop comment expliquer, désolé :s
DeviantART - Fanfic PKU - L'éveil de l'Aura - Les 29 chapitres déjà postés (229 pages) ont été hacké et supprimés par SilverZekrom. Il faudra malheureusement tout relire depuis le début et attendre davantage pour le final qui était sensé arriver l'an dernier.

Avatar de l’utilisateur
julienzen
Messages : 614
Inscription : mer. 11 nov. 2015, 02:53
Localisation : cachée dans une basse pokéumaine dans la régions paca.

Re: [Fanfic] Les Pokéumains de PACA.

Message par julienzen » dim. 15 mai 2016, 01:30

Image

Ah... que dire dans ce chapitre, que dire a part que je suis KO.

Chapitre 6 : Un réveil difficile.
Point de vue d’Alexie :

- Qu’y a-t-il ?

Le Nostenfer me regarda quelques minutes avant de baisser les yeux.

- Je voulais te prévenir, il a perdu beaucoup de sang et il a été gravement blessé, je préfère te prévenir pour éviter que tu te fasses de fausses illusions, mais je doute qu’il s’en sorte vivant. Ne serait-ce que rentrer dans un labo pokéxtinctionniste, libérer 500 Pokéumains et survivre à l’explosion d’une mine serait déjà un vrai miracle, mais là, si il arrive à survivre, il ne sera plus jamais pareil, du moins mentalement. Personne d’aussi jeune et, de plus, qui vient d’arriver il y a peu de temps ne peut résister à autant de choses sans s'en sortir indemne, du moins je pense.

- Je vois… Tu sais ce qui pourrait arriver ?

- Franchement, déjà, si il s’en sort vivant, tu pourras être heureux, par contre, mentalement, je ne sais pas, ce n’est pas mon rayon mais a mon avis, il va changer et pas qu’à cause de sa transformation…

Après ça, Julien fut opéré. A notre grand soulagement, il s’en est sorti de justesse. Il avait aussi eu la patte arrière droite cassée et les dégâts étaient plus importants que prévu, ce qui a eu pour effet de nous faire utiliser le triple du matériel médical qui était prévu pour l’opération. Nous avons aussi dû fouiller et nettoyer tout la base en nous débarrassant des derniers Pokéxtinctionnistes, je ne parlerais pas des hangars ou il y avait les réserves qui était devenu un vrai foutoir, nous avons pris deux semaines à tout ranger et nettoyer, puis au bout d’une semaine, nous avons eu le droit de venir voir Julien. Nous nous sommes relayés au cas ou il se réveillerait, mais d’après les infermières, plus le temps passait, moins il y avait de chance qu’il revienne a lui.


Point de vue de Julien :

Lorsque j’ai ouvert les yeux, je ne voyais rien, tout était noir autour de moi. J’ai pris un moment avant de pouvoir me relever. A ma grande surprise, j’étais sous ma forme humaine, ce qui me déplaisait beaucoup.

- Alors c’est ça l’au-delà ?

Je me tournais, mais hormis la petite lueur qui m’éclairait, je ne voyais strictement rien. J’allais avancer dans le noir quand une voix m’arrêta.

- Bonjour Julien.

- Qui est là ? dis-je sur mes gardes.

- Calme, jeune Lucario, calme.

À ce moment-là, je me suis retourné et je vis une Lucario sortir de l’ombre. J’ai pu reconnaître que c’était une femelle par le son de sa voix et les sourcils de ses yeux qui étaient légèrement différents. Je me sentais aussi très bizarre, comme si j’étais détendu et calme, ce qui n’est pas mon cas d’habitude, et j’avais l’impression qu’elle m’était familière…

- Que me voulez-vous ? Dis-je, encore un peu sur mes gardes.

- Je viens discuter avec toi.

Je la regardai quelques minutes, puis je baissai ma garde. Elle s’approcha de moi, puis elle posa une patte sur ma joue comme si elle était amusée.

- Avant de discuter, comment vous appelez-vous ?

Elle enleva sa patte, toujours d’un air amusé, et recula légèrement.

- Je me nomme Lucario.

- Heu… Oui, j’ai bien vu que vous étiez une Lucario. Je voudrais avoir votre prénom.

- Je te l’ai dit, je me nomme Lucario, mais trêve de bavardage, je n’ai pas beaucoup de temps.

- D’accord Lucario…

- Bien, je voulais te dire pour commencer que je suis impressionnée de ce que tu as fait, rare sont ceux qui auraient eu le courage de le faire, mais c’était très idiot de ta part de faire ça, tu ne te rends pas compte, mais même transformé en Lucario, tu n’es pas invincible.

- Je l’ai bien vu, merci, de tout façon ça na plus d’importance maintenant que je suis mort.

- Mort ? Qui t’a dit que tu l’étais ?

- Comment ça, je suis encore vivant ! Je ne comprends pas, personne n’a pu me sauver, j’étais paumé je ne sais où...

- Ca, c’est ce que tu crois, enfin…. Désolée, mais le temps est écoulé, il est temps de partir.

- De quoi tu parles ? Attends, je ne comprends pas, tu ne peux pas me laisser comme ça, explique-moi au moins avant de partir.

Elle me regarda, puis elle se retourna et commença à repartir dans le néant.

Alors que je ne m’y attendais plus, elle me répondit.

- Suis ton Aura, et tu auras les réponses à toutes tes questions.

Après ça, je suis resté seul quelques minutes jusqu’à ce que je me sente lourd et faible. J’avais comme l’impression qu’on me forçait a m’allonger au sol, puis j’ai eu comme un grand frisson et j’ai fermé les yeux tellement j’étais fatigué.

Lorsque que je les ai rouverts, une lumière blanche m’aveugla. J’essayai de me relever d’un coup mais une douleur me foudroya et je retombai aussi sec dans le lit en gémissant de douleur. Un bruit sourd résonnait. Il m’a fallu quelques minutes avant de récupérer ma vue et mon ouïe, du moins en partie. Il y avait autour de moi des machines et une lampe posée sur une petite table.

Une machine émettait un « bip » régulier et une autre affichait une courbe. Je suis resté un moment immobile à regarder le plafond jusqu'à ce que je me rendorme. Lorsque que je me réveillai, je refis une nouvelle tentative, mais encore une fois, une douleur me foudroya. Je commençais à être agacé de ne pouvoir rien faire, mais ma peine allait être de courte durée, quand j’entendis la porte s’ouvrir et l’infirmière Nanméouïe qui fut surprise de me voir éveillé.

- Tiens, le héros de la base est réveillé.

- Le héros ?

- Eh oui, il n’a pas fallu longtemps avant que toute la base soit au courant de ce que tu as fait.

- Super, dis-je en soupirant pendant qu’elle me redressait pour me mettre dans une position plus agréable.

- Tout le monde va bien ?

- Oui, ne t’inquiète pas. On a tous été un peu secoués par les événements récents, mais c’est vite passé, d’ailleurs je voulais te remercier de nous avoir sortis de là.

- C’est normal, du moins je pense. Mais attendez, ça fait combien de temps que je suis dans ce lit ?

- Presque cinq semaines.

- Cinq !

- Calme toi, oui, tes amis sont passés tous les jours voir comment tu allais, mais au bout de la quatrième semaine ils sont commencé à perdre espoir qu’un jour tu te réveillerais.

- Je comprends, mais j’apprécie malgré tout.

- Bon je serais bien restée discuter, mais j’ai d’autres patients.

- D’accord…

- Je vais prévenir Mme Laura et tes amis que tu es de retour parmi nous, ne t’inquiète pas, tu ne devrais pas être seul encore très longtemps.

Après ça, l’infirmière est partie et je me suis endormi à cause de la fatigue jusqu'à ce que quelqu'un me secoue brutalement, ce qui me fit vraiment mal aux épaules. Je rouvris les yeux et je vis Siegfried légèrement paniqué.

-Argh… Arrête, je suis réveillé, stop.

- Ex… Excuse-moi, j’ai cru que tu étais retombé dans le coma.

- Pas grave, mais évite, je suis encore faible.

Je vis derrière lui pas mal d’autre Pokéumains. Il y avait Jérémie, Élodie, Zack, Gwenaëlle, ainsi qu’un Nostenfer et un Luxray qui m’étaient inconnus.

- Salut, et bonjour à ceux que je ne connais pas encore…

Jérémie s’avança avec le Luxray et Élodie devant moi, mais derrière, j’entendais des bruit de pas et des battements d’ailes arriver, il semblait que d’autres personnes étaient en dehors de la salle en train de discuter.

- Salut Julien, content de te revoir chez les vivants, tu as l’air d’apprécier ce lit, me dit Jérémie avant de lâcher un petit rire narquois avec Élodie.

- Ha, ha… Très drôle, il ne faudrait pas que cela devienne une habitude.

- En effet, mais avant de discuter, je te présente Ernest et Gabriel. C’est grâce à eux si on a pu aller dans le champ de mine en toute sécurité et te suivre.


- Ha, eh bien, merci à vous alors.

- Aucun problème, il faut dire que tu nous as fait une peur bleue lorsqu’on t’a retrouvé.

- J’étais si amoché que ca ?

- Et encore, t’as rien vu.

J’ai lâché un sourire, puis je vis Mme Laura suivie d’un Raichu qui tenait des papiers et l’infirmière Nanméouïe qui, en voyant tout le monde dans la pièce, s’énerva.

- Hé ! C’est deux personnes maximum, allez, tout le monde dehors !

Nous nous somme regardés quelques minutes avant qu’ils ne sortent tous, hormis Mme Laura qui est rentrée. J’ai été étonné de voir qu’Alexie n’était pas venue me voir, pourtant c’était la première personne que j’avais rencontré avant que notre groupe ne se forme.

- Bonjour Julien, contente de te revoir en forme.

- En forme est un grand mot, si je puis me permettre, Madame. Vivant serait plus adapté.

- En effet, mais trêve de plaisanterie, passons à des choses plus sérieuses. Pour commencer, je pense qu’on te l’a déjà surement dit, mais je voulais te remercier d’avoir sauvé tous les Pokéumains de la base, et même plus. Et pour ça, j’aimerais t’offrir quelque chose. Tu comprendras plus tard pourquoi je te fais ce cadeau.

Elle sortit de son aile la Pokéflute et me la tendit.

- Il existe beaucoup de copies, mais celle-ci est l’original, la toute première Pokéflute datant de la première rencontre entre l’Homme et les Pokémon.

- Madame, je ne peux pas accepter un tel cadeau, c’est bien trop rare et précieux, en plus il sera plus utile si vous le gardez.

- Comme tu l’as dit, je ne te laisse pas le choix, le sujet est clos.

Elle mit dans mes pattes la Pokéflute. C’était très étrange, elle était en cristal et elle était dextrement légèrement. Etant maladroit, j’avais peur de la casser, donc je me suis empressé de la poser sur la petite table ou il y avait la lampe.

- Hum… Merci.

- Ce n’est rien, maintenant repose-toi, tu l’as bien mérité.

Après ça, Mme Laura repartit vers la porte en faisant entrer le Raichu qui l’accompagnait.

- Bonjour Julien, c’est un plaisir de te rencontrer. Je me nomme Marc, je suis l’assistant de Mme Laura.

- Enchanté.

- Moi de même, mais trêve de bavardage, je suis ici pour te poser quelques questions, si tu es d’accord, bien sûr.

- Qu’entendez-vous par quelques questions ?

- C’est concernant ton ami Alexie le Tranchodon shiny.

- Qu’y a-t-il avec Alexie ?

- Vois-tu, d’après ce qu’il nous a dit, il t’aurait dit qu’il serait un espion, est-ce vrai ?

- Oui, pourquoi, il lui est arrivé quelque chose ?

- Non, rassure-toi, mais en vrai, il ne l’est pas et il refuse de dire pourquoi il a trahi les Pokéumains et pourquoi il t’a aidé alors qu’il aurait pu sauver bien d’autres personnes. Nous savons que vous vous connaissiez avant en tant qu’humain, mais tu te doutes bien que cela n’est pas suffisant.

- Vous voulez que j’interroge Alexie ?

- Non, je veux seulement savoir s’il ne t’aurait pas dit quelque chose qui pourrait nous aider.

- Non, je ne vois pas notre rencontre a été assez mouvementée, alors on n’a pas vraiment eu le temps de se dire bonjour.

-Je vois, ce sera tout, merci.

Après ce petit interrogatoire, le Raichu repartit sans dire un mot, il était sûrement dans ses pensées.

C’était un peu bizarre pour le coup, mais bon, j’étais fatigué et comme on dit, la nuit porte conseil, donc je me suis recouché.

Au bout d’un moment, je me suis réveillé. J’avais dormi à peu près cinq heures.

Je me tournai et vis sur la petite table un mot avec la télécommande de la télé qui se trouvait un peu en hauteur devant moi, d’ailleurs les machines autour de mois avaient été déplacées pour que je puisse avoir une meilleure visibilité autour de moi.

Je pris le mot et je lus. Il y avait marqué : « Salut Julien, c’est moi, Jérémie. Vu que tu t’es endormi, on a préféré te laisser tranquille. On reviendra te voir un peu plus tard dans la soirée, alors ne t’inquiète pas si tu ne nous vois pas. J’ai aussi marqué comment avoir la chaîne des Pokéumains, ainsi que les diffusions précédentes. Tu peux voir celles qu’il y a eu le mois dernier si tu veux t’informer. Voilà, bon, on te souhaite bonne chance et on espère que tu te rétabliras vite.

Il y avait en bas de la lettre plusieurs signatures, surement celles de Jérémie et les autres.

Après ça, je pris la télécommande et je mis la chaîne des Pokéumains c’était Gilles le Ramboum qui parlait, mais étonnement, il ne cria pas comme la dernière fois. Je suppose qu’on l’a forcé à faire des efforts.

Il faisait passer les dernières infos, rien de bien passionnant. Alors j’ai fait défiler les flash spéciaux à partir de l’attaque de la base. Au début, rien de spécial à part une histoire de Pifeuil qui avait trahi les Pokéumains. Après, j’ai vite été intéressé.


- Ici Gilles le Ramboum. Nous venons de recevoir des informations surprenantes. Il semblerait que la base de PACA, là où le jeune Lucario blessé avait été ramené, vient de se faire attaquer. D’après nos informations, seuls les Pokéumains aquatique ont réussi a s’en sortir. Pour l’instant, il semblerait que le reste des habitants de la base ainsi que la directrice soient endoctrinés. D’après nos informations, le nombre de Pokéumain endoctriné est compté à plus de 400, mais d’ici quelques heures, nous saurons plus de détails, alors restez à l’écoute.

Après ça, je fis défiler jusqu'au lendemain, jusqu’à un nouveau flash spécial :

- Flash spécial, ici Gilles le Ramboum. Nous venons d’apprendre que le jeune Lucario qui avait été ramené blessé a réussi à s’enfuir de la base. Pour une raison encore inconnue, il semblerait que la machine qui a endoctriné les habitants de la base de PACA n’a pas marché sur lui. Il a été retrouvé, épuisé, en train de se noyer, mais beaucoup de personnes se demandent si il ne serait un espion de la Pokextinction. Pour l’instant, le jeune Lucario est a l’infirmerie de la base d’Île de France. Il est en train de se faire soigner. Pour information, il est le premier Lucario à avoir posé une patte dans la base de PACA. C’était Gilles le Ramboum, à la prochaine fois. »

Cela me permit de comprendre pourquoi le directeur de la base d’île de France était aussi méfiant à mon égard. Je voulais continuer d’écouter la suite, mais j’étais trop fatigué. J’avais du mal à garder les yeux ouverts, alors j’ai éteint la télé, puis je me suis recouché.

Cette fois-ci, j’avais assez mal dormi. Je me suis souvenu de ce qui s’était passé avec mon père et je commençais a m’en vouloir d’avoir fait ça. J’avais perdu mon honneur et détruit une promesse que je m’étais jurée. Je me sentais vraiment mal, alors pour essayer de passer le temps, j’ai rallumé la télé pour voir la suite des infos.

Je refis la même manip avec la télécommande et je repris où je m’étais arrêté.

- Flash spécial, ici Gilles le Ramboum. Nous venons d’apprendre qu’une mission de sauvetage va être organisée. Néanmoins, pour des raisons de sécurité, nous n’avons pas plus d’informations, même si des rumeurs circuleraient, disant que le jeune Lucario, qui s’appellerait Julien, qui avait été ramené épuisé va être envoyé pour sauver les habitants de la base de PACA, mais nous ne pouvons pas le confirmer pour l’instant. C’était Gilles le Ramboum, à la prochaine fois. »

Après ca, j’ai éteint la télé. Cela commençait à me souler d’entendre ce que je savais déjà et j’entendais quelqu'un approcher de la porte de ma chambre au loin.

Je n’ai pas été surpris de voir Jérémie entrer avec un plateau de nourriture.

- Salut Julien, j’espère que tu n’as pas trop attendu. Désolé, c’est encore un peu le bordel là-haut.

- Non, ça va, ne t’inquiète pas, je regardais les infos. Alors, quoi de beau ?

- Et bien, pas grand-chose. On a déplacé la base et réparé, nettoyé tout le reste.

- Vous l’avez déplacé ? Comment ça ?

- Heu… Laisse tomber ? j’en ai trop dit. On t’expliquera ça plus tard.

Je n’aime pas trop qu’on me cache des choses, mais bon, je suppose qu’il va falloir que je fasse avec en attendant.

- Bon alors, qu’y a-t-il au menu ?

- Et bien, hamburger avec frites, un coca et un muffin au chocolat, ça te tente ?

- Carrément, en plus tu m’a donné faim maintenant. »

Après ça, j’ai dégusté mon repas et nous avons discuté jusqu’à la sonnerie. Entretemps, Élodie nous avait rejoint. J’ai aussi appris que Mme Laura préparait un discours pour remettre un peu d’ordre dans la base, car avec tout ce qui s’était passé, tout le monde est un peu tendu. Puis vint l’heure de se coucher. D’habitude, je suis quelqu’un qui vit la nuit, mais j’étais vraiment trop faible, alors j’ai préféré ne pas tenter le diable et je me suis recouché.

Je me suis réveillé dans un endroit sombre et étrangement familier. J’étais à nouveau de retour sur ma forme humaine, mais si j’étais là, ça voulait sûrement dire que j’allais revoir Lucario d’ici peu de temps et j’avais bien raison, car quelques minutes plus tard, je la vis sortir des ténèbres, toujours avec un air amusé. Je me demande bien ce qui l’amusait autant.

- Rebonjour Lucario.

- Rebonjour Julien, alors, comment te sens-tu ?

- Ca va, toujours un peu faible, mais comment savais-tu que j’allais survivre ?

- J’attendais que tu poses cette question, mais avant tout, il va falloir que tu te débrouilles pour retrouver ta vraie forme ici.

- Je suppose que tu ne vas pas me dire comment faire.

- Bien sûr que, non cela serait nettement moins drôle.

- Je vois, enfin… Pas vraiment, mais bon. »

Je commençai par me concentrer pour voir si je pouvais récupérer ma forme et au bout de quelques minutes, j’ai rouvert les yeux, déçu de voir que rien n’avait changé.

- Ca aurait été un peu trop facile, tu ne penses pas?
Je fait seulement se qui me paraît juste.

Avatar de l’utilisateur
julienzen
Messages : 614
Inscription : mer. 11 nov. 2015, 02:53
Localisation : cachée dans une basse pokéumaine dans la régions paca.

Re: [Fanfic] Les Pokéumains de PACA.

Message par julienzen » ven. 10 juin 2016, 21:04

Image

Décidément mois qui penser pouvoir prendre un repos bien mérité ses mal partie pour...

Chapitre 7 : Couvert de sang.
- Tu vas continuer à te foutre de ma gueule longtemps comme ça ou tu vas m’aider ?

- Hihihi… Non, j’aime bien te voir galérer.

- Bon, j’ai compris, je me démerde.

Je m'avançai dans le noir tout en faisant attention au son. J’avais l’impression de marcher dans le vide, ce qui me faisait peur.

- Tu devrais t’arrêter, sinon tu risques de…

D'un coup, je ne sentis plus rien et je tombai dans le vide. Pour une raison encore confuse, je m'évanouis et je me réveillai dans le lit de l’infirmerie Pokéumaine.

- Bon… Ben au-moins, je sais que se n'est pas ça, mais bon, faudrait vraiment que je trouve un moyen car là ça commence à faire beaucoup de questions sans réponses.

Je regardai l’heure : il n’était que six heures du matin. Je me recouchai, histoire d’être en forme demain.

Le lendemain, lorsque je me suis réveillé, rien n’avait l’air d’avoir changé jusqu’à ce que je me rende compte que je venais de me redresser tout seul et que j’avais bougé mes pattes. C’était plutôt bon signe. J'étais encore couvert de bandage mais récupérer ma mobilité me faisait un bien fou. Je n’ai pas attendu pour rallumer la télé et voir la suite des infos. Je me serais bien levé mais je préférais éviter de faire la même erreur une deuxième fois. Je refis pour la énième fois la manip, puis je réglai les diffusions précédentes à partir de quand je suis tombé du Pickup militaire et il ne fallut pas longtemps avant d’avoir un flash spécial : « Flash spécial, ici Gilles le Ramboum. Aujourd’hui, nous allons parler d’un sauvetage extraordinaire : il semblerait que le Lucario venant de la base de PACA a bien été envoyé sauver les habitants de la base et il a réussi à tous les sortir de là. Encore plus surprenant, il n’y aurait aucune perte déclarée parmi eux, sauf le jeune Lucario qui a été ramené gravement blessé. D’après les infirmières, il est entre la vie et la mort. D’autres information surprenantes : un traître pokéumain aurait aidé le Lucario ainsi qu’un espion à s’évader avant de faire sauter l’une des base des mieux armées de France. Voilà qui conclut notre flash spécial, si vous voulez en savoir plus, restez à l’écoute. C’était Gilles le Ramboum, à la prochaine fois.

Je crois que niveau discrétion, j’étais foutu là, moi qui voulais me faire discret, c’est dingue comment les information circulaient vite…

Je fis défiler la télé jusqu’à hier, mais il n’y avait étonnement pas plus de nouvelles. Je me demande bien pourquoi, d’ailleurs. Enfin… Cela ne servait a rien de me creuser la tête maintenant, en plus j’entendais l’infirmière arriver.

Je me suis rallonger jusqu’à ce qu'elle rentre, elle été accompagnée, mais avec quelqu'un que je ne pensais pas revoir de si tôt, c’était la Gobou qui m’avais donné la Laggronite, et il y avait le Laggron qui avait porté mon père avec elle.

L’infirmière s’adressa a moi en déposant un plateau avec un bol de lait, un croissant et quelques tartines et le beurre qui allait avec.

- Je t’apporte de la compagnie aujourd’hui. Alors, comment te sens-tu ?

- Eh bien, j’arrive de nouveau à bouger et je sens ma force revenir doucement.

- Tu arrives à bouger ?

- Oui.

Je me redressai et mis ma patte sur le bord du lit tout en essayant de me maintenir avec mes pattes avant, encore tremblantes.

- Décidément, tu es plein de surprises jeune homme. Arrives-tu a te maintenir comme ça ?

- Ça va, il faut que je me réhabitue, rester cinq semaines dans un lit n’aide pas, donc j’ai encore besoin de me maintenir.

- Je vois. Bien, je t’autorise à rester ainsi mais ne forces pas .Si tu sens que ça ne vas pas, rallonge toi. Je vais chercher des béquilles, voir comment tu t’en sors avec. Je vous le laisse, je vous fais confiance.

- Ne vous inquiétez pas Mme Naméouïe. »

La Naméouïe se tourna vers moi avec un petit sourire et partit en refermant la porte derrière elle. Je n’avais pas fait attention, mais la Gobou avait grimpé sur le lit et me regardait les yeux plein d’étoiles.

- Merci d’avoir tenu ta promesse, merci beaucoup.

- Heu… Y’a pas de quoi, par contre je ne sais pas ou est ton collier, désolé. Je crois que je l'ai perdu, dis-je en tournant la tête, gêné.

- Ne t’inquiète pas, c'est nous qui l’avons récupéré. Je voulais te remercier de m’avoir sorti d’ici, je suis tous ce qui reste à Clémentine, sa mère est morte lorsqu’elle était encore toute petite, elle l'a protégée lors de la grande chute, dit le Laggron d’un air sérieux.

- La grande chute ? Qu'est-que c’est ?

- Mme Laura ne t’a rien dit ?

- Non, depuis que je suis arrivé, on me cache tout, je ne sais pas pourquoi.

- Normalement, si on ne t'a rien dit, je ne devrais pas te le dire, mais je ne vois pas pourquoi tu n’aurais pas le droit de savoir ce qui s’est passé ici avant ton arrivée. Pour commencer, tu dois savoir que Mme Laura n’était pas la directrice avant, elle a eu ce poste il y a à peine deux mois avant ton arrivée. Il faut que tu saches qu’avant, la base de PACA était la base principale de France niveau production de vivres, matériel, ect… Et le développement technologique, nous étions les numéros un, car la région n’étant stratégiquement pas très intéressante pour les Pokéxtinctionistes et vu qu’ils ne connaissaient pas la position de la base, ils n’avaient aucun intérêt à envoyer beaucoup d’unités dans la zone.
Mais un jour, il y eut un accident qui allait changer nos vies a tout jamais. Vois-tu, la base attire beaucoup de personnes, ne serais-ce que pour les combats ou même la recherche, ce qui avait pour effet d’augmenter la production et la recherche de la base, nous commencions a mettre en difficulté la Pokéxtinction, jusqu'au moment fatidique, la grande chute. Tu sais, ton ami Alexie était très respecté avant, ici. Il avait même été designé pour être le prochain leader de la base, mais il nous a trahis. Un jour, il est parti en mission de sauvetage. Jusque là, tout était normal. D’après ce que j’ai compris, il devait sauver un futur Pokéumain prisonnier, mais en revenant, nous le vîmes avec horreur accompagné d’une armée de Pokéxtinctionistes. C'est à partir de là que cette époque se nomma la grande chute, car cela a été un vrai massacre. Des millions de Pokéumains sont morts pour protéger les autres, ma femme en faisait partie. Ton ami n’a pas hésité à tuer tout ceux qui étaient sur son chemin. Nous avons réussi, au bout d’un moment, à les repousser avec nos dernières forces, mais au prix de lourdes pertes. Après ça, la base n'a plut jamais été pareille. Elle n’était plus qu’un champ de bataille. Nous avons reconstruit, mais personne ne voulait revenir, ce qui s’était passé ici était gravé dans leur mémoire. Puis, au fil du temps, cette base est devenue l’ombre de ce qu'elle était.
Pour être franc avec toi, j’ai vraiment cru, quand je me suis réveillé prisonnier, qu’il nous avaient mis le coup de grâce.

- Mais je suis arrivé.

- En effet, et pour beaucoup de personnes ici, tu es la lueur d’espoir qu’il leur fallait. J’espère juste qu’ils ont raison.

- Je l’espère aussi, mais je n’ai pas très envie de servir de leader ou quoi que ce soit du genre.

- Je comprends, il est vrais que tu viens à peine d’arriver ici, mais je pense que tu t’habitueras vite. »

Je me suis tourner et je vis Clémentine la Gobou endormie contre moi. Je me sentais bizarre pour le coup, je ne saurais décrire ce sentiment, j'étais juste là à la regarder, comme si quelque chose en mois s’était déclenché. Le Laggron, en me voyant ainsi, prit sa fille dans ses bras et me salua avant de partir.

Je me sentais de plus en plus étrange. J’avais des frissons, mais en même temps, une rage folle coulait en moi. J’avais envie de sauter du lit et de me défouler sur n’importe quoi.

Je fermai les yeux et je me rallongeai sans même toucher au plateau. Je dois dire que ce récit m’avait coupé l’appétit. Je me suis tout de même forcé à manger un croissant et boire mon lait pour regagner des forces.

Tout ça m’avait donné matière à réfléchir. Je dois avouer que j’avais encore plus de questions qu’avant. Pourquoi Alexie m’a aider et quelles autres informations m'a-t-on caché concernant les Pokéumains, ou même, suis-je vraiment réveillé ? Toutes ces questions me fatiguaient. Je mis mes pattes sur mon visage, tentant de rester calme, mais cette rage qui brûlait en moi ne faisait que grandir.

Au bout de quelques minutes, j’entendis l'infirmière Nanméouïe revenir encore une fois. Elle n’était pas seule cette fois-ci, elle était accompagnée de Siegfried.

Je me redressai tout en faisant attention au plateau, puis je me tournai vers eux.

- Tiens M. André n’est plus la ? Demanda l’infirmière, intriguée.

- Non, sa fille Clémentine s’est endormie, je suppose qu’il est partie la coucher.

- Je vois, j’aurais préféré qu’il reste jusqu’à mon retour, mais bon…

- Bah… Rassurez-vous, je ne vais pas m’envoler.

- Je l’espère bien, sinon on aurait de quoi s’inquiéter.

Je lâchai un petit sourire avant de mettre une patte par terre tout en restant assis. C’était étrange, le parquet était glacial, mais par rapport à ce que je m’attendais, je ne ressentais aucune douleur, même aucun tremblement, seulement le froid.

Je suis resté comme ça quelques minutes jusqu’à ce que Siegfried explose de rire. Je n’ai pas vraiment compris sur le coup, mais lorsque l’infirmière me montra dans un petit miroir, je me suis empressé de me lécher la patte pour remettre tout ça, tout mes poils étaient redressés à cause du frisson que j’avais eu.

- Bon, jeune homme, penses-tu pouvoir te lever ?

- Ça devrait aller.

- Très bien, alors prends ces béquilles, ta patte arrière droite a été cassée, entre temps elle a bien guéri, mais pour l’instant, je préfère que tu évites de marcher avec, je ne sais pas quelles seraient les conséquences si tu reforçais dessus.

- Vous ne savez pas ?

- Non, à vrai dire, les rares personnes qui sont rentré dans un état similaire n'ont pas survécu longtemps.

- Charmant.

- En effet, dit Siegfried en se mettant devant moi au cas où je tombe.

Je saisis les béquille et je me levai avec ma patte gauche pendant que Siegfried me maintenait.

Je n’avais jamais eu de béquille jusque-là, donc je fis deux-trois tours de la chambre avant de m’arrêter devant l’infirmière.

- Je pense que ça devrait aller.

- Je pense aussi, mais pour l’instant je préfère que tu retournes te reposer, histoire de ne prendre aucun risque.

- Je comprends.

Je me rassis sur le lit tout en posant les béquilles sur le coté pendant que l’infirmière récupérait mon plateau. Cela me gênait un peu de ne pas pouvoir le faire moi-même, mais bon, je me disais que c’était une question de temps avant que je puisse retourner courir partout.

- Tu es bien silencieux Siegfried, quelque-chose ne va pas ?

- Non, rien…

- Tu es sûr ?

- Oui, oui, ne t’inquiète pas, j'étais en train de me dire que niveau chance, on a fait mieux.

- Ça c’est clair. Enfin, que veux-tu que je te dise, faut bien que je fasse avec… »

Nous sommes restés silencieux quelques minutes, jusqu’à ce que l’infirmière s’adresse à moi.

- Je vais vous laisser. Julien, Mme Laura viendra te voir ce soir.

- D’accord, c’est noté.

Après ça, nous avons discuté toute la mâtinée, puis vers l’après midi, c'est Ernest, accompagné de Gabriel, qui sont venue me rendre visite. Je découvris que Ernest avait pris des cours de soin après un événement qui l'avait marqué il y a de ça un an. Si j’ai bien compris c’était une Gardevoir qui avait découvert que son meilleur ami avait rejoint la Pokéxtinction. Cela l'avait tellement marqué de ne pouvoir rien faire qu’il décida de prendre des cours pour soigner ceux qu’il pouvait.
Son histoire m'a beaucoup marqué pour le coup.

Vers 8h il, m'ont laissé, et vu que Mme Laura ne devait pas arriver avant un moment, j’en ai profité pour rallumer la télé et voir les dernières nouvelles, mais cette fois-ci, rien d’intéressant. Pareil pour les rediffusions, mais en vrai, il y avait bien quelque chose qui me tracassait de plus en plus. J’essayais de ne pas y penser mais plus j’essayais de l’oublier, plus ma rage grandissait.

Alors que j'étais encore dans mes pensées, j’entendis quelqu'un ouvrir la porte. Je me suis tourné et vis Mme Laura qui me regardait, légèrement triste. Sur le coup, je ne compris pas pourquoi, mais je sentais que cela n’allait pas me plaire.

- Bonjour, Julien. Comment te sens-tu ?

- Hé bien, ça va, du moins je suppose que je peux m’estimer heureux d’être en vie.

Elle me regarda quelques minutes en lâchant un sourire avant de baisser la tête.

- Je dois te poser quelques question a propos de ton père et si tu souhaites le voir avant qu’on l’incinère.

- Vous allez l'incinérer ?

- Oui, tu te doutes bien qu’on ne peut pas l’enterrer.

- Je comprends, je pourrai juste… Je… Juste être seul avec lui ?

- Bien sûr, mais seulement si l’infirmière pense que tu es en état de pouvoir te déplacer. Maintenant, j’ai deux ou trois questions à te poser, si cela ne te dérange pas.

- Ai-je vraiment le choix ?

- Non, pas vraiment.

- Je vois…

- Très bien, commençons, étais-tu au courant que ton père était un Pokéxtinctioniste ?

- Non.

- Deuxième question, es-tu un agent de la Pokéxtinction ou en étais-tu un avant ?

- Vous êtes sérieuse ?

- Je le suis toujours, surtout quand il s’agit de la Pokextinction, maintenant réponds s'il te plaît.

- Non et non.

- Bien, troisième question. As-tu entendu parler des Pokéumains avant ta transformation ?

- Non.

- Bien, quatrième question. Pourquoi as-tu tué ton père alors que tu aurais pu l’immobiliser tout simplement ?

- Comment osez v… Attendez, comment vous savez que je faisais du self défense ?

- …

- Ce n’est pas un questionnaire, c’est un interrogatoire !

- Calme-toi, ne le prends pas comme ça, nous voulons juste vérifier si tu n’es pas un espion de la pokéxtinction.

- Comment osez-vous le penser ! JAI TUE MON PROPRE PERE POUR VOUS SAUVER ET J'AI FAILLI MOURIR AU MOINS TROIS FOIS, ET VOUS PENSEZ MALGRE TOUT QUE JE PUISSE ETRE UN ESPION !!!

- Ce n’est qu’un simple…

- Dégagez tout de suite de cette chambre avant que je plante mes griffes dans votre cou », dis-je d’une voix sombre, le regard plein de haine.

Elle me regarda, légèrement effrayée, avant de sortir de la chambre sans dire un mot. Je m'assis au fond du lit puis je me suis recroquevillé sur moi-même tout en pleurant. Je me sentais un peu trahi et abandonné. Malgré tout ce que j’avais enduré, ils avaient trouver le moyen de rajouter encore un peu de sel sur ma blessure.

Au bout d’un moment, je me suis endormi. Le lendemain matin, j’étais étonnement allongé dans mon lit, mais celui de mon ancienne maison. Je me suis levé avec une peur bleue, j’étais de retour sous ma forme humaine. Je n'ai pu m’empêcher de verser quelques larmes, mais j’ai vite compris que j’étais dans un cauchemar lorsque j’ai vue mon père, en tenue de Pokéxtinctioniste, la gorge coupée, s’approcher de moi.

- C’est impossible, tu es mort. »

Je me tournai et je vis d’autres Pokéxtinctionnistes qui devaient être mort pendant l’explosion de la base ou même la course-poursuite.

- Qu'est-ce que vous me voulez ? » Dis-je, de plus en plus affolé.

Ils continuèrent à s’approcher de moi, jusqu’à ce que, d’un coup, tout redevienne noir et que je voie mon père face à moi, toujours aussi silencieux.

- Tu es fier de toi ?

- N-non.

- Regarde-toi, tu es pitoyable. Tu as tué ton propre père. Tu mériterais de mourir meurtrier.

- La ferme, la ferme ! C'est toi, le monstre ! Tu as tué des innocents, des enfants, des bébés !

- Regarde tes pattes. Tu auras mon sang et celui de tout ceux que tu as tué sur toi-même après ta mort.

- Ferme-la !

- Meurtrier, regarde-moi dans les yeux !

- Non, laisse-moi, dis-je en maintenant ma tête qui me faisait étrangement mal.

- Regarde-moi dans les yeux, espèce de monstre. »

Je m’efforçais à tourner mon visage, mais mon père m’attrapa et me força à le regarder droit dans les yeux. Je voyais bien que ce n’était que moi qui me torturais, mais je m'en voulais horriblement d’avoir pris autant de vies.

- Laisse-moi !

- Si tu veux te débarrasser de moi, il faudra que tu finisses le travail toi-même, meurtrier.

- LA FERME ! »

Je me suis dégageai et d’un coup vif, j’essayai de lui donner un coup de poing, mais au moment où mon poing allait le toucher, il disparut. Je regardai mes pattes et essayai d’enlever le sang qu'il y avait dessus, mais je n’y arrivais pas, j’avais l’impression que ça glissait mais que ça ne voulait pas s’enlever, plus je frottais et plus il y en avait.

Au bout d’un moment, je fermai les yeux, puis je sentis une grande douleur au ventre. Je baissai mes yeux et vis la lame de l’épée de mon père sortir de mon ventre.
Je fait seulement se qui me paraît juste.

Avatar de l’utilisateur
zoroark3060
Messages : 24
Inscription : ven. 04 mars 2016, 05:17

Re: [Fanfic] Les Pokéumains de PACA.

Message par zoroark3060 » dim. 19 juin 2016, 09:41

P****n c affreux ce qui t'arrive j'espère que tu iras mieux bon rétablissement :stupid:
Moi Zoroark j'aime beaucoup m'amuser et parfois faire des farces pour rigoler
et peut être sérieux.

Avatar de l’utilisateur
julienzen
Messages : 614
Inscription : mer. 11 nov. 2015, 02:53
Localisation : cachée dans une basse pokéumaine dans la régions paca.

Re: [Fanfic] Les Pokéumains de PACA.

Message par julienzen » dim. 19 juin 2016, 13:30

Ouai... phanks.
Je fait seulement se qui me paraît juste.

Avatar de l’utilisateur
julienzen
Messages : 614
Inscription : mer. 11 nov. 2015, 02:53
Localisation : cachée dans une basse pokéumaine dans la régions paca.

Re: [Fanfic] Les Pokéumains de PACA.

Message par julienzen » mar. 12 juil. 2016, 14:42

Hey! Voici enfin le chapitre 8 désolé du retard j'ai eu du mal à sortir se chapitre a cause des otorisations qu'on ne voulais pas me donner... (non je déconne en vraie j'avais juste la flemme :D)

Chapitre 8 : Des balles et du sang....
Chapitre 8 : Des balles et du sang...

Lorsque je me suis réveillé, je sentis une grande douleur au ventre et remarquai qu’on m’avait mis un nouveau bandage.

- Où… où suis-je ? Demandai-je, la tête lourde.

- Tu es toujours dans la même pièce qu’hier soir.

Je me tournai et vis Jérémie, assis, en train de me regarder, un peu soulagé.

- Que s'est-il passé ? Pourquoi j’ai si mal au ventre?

- Pendant la nuit, tu t'es agité et tu as rouvert ta blessure. Par chance, une infirmière passait au même moment, donc tu as vite été recousu.

- Pour une fois que j’ai de la chance, mais je ne suis pas resté endormi longtemps, rassure-moi ?

- Non, ne t’inquiète pas, il n’est que 9 heures.

- 9 heures ? Mais tu n'as pas cours a cette heure-ci ?

- Non, ça fait longtemps que je ne vais plus en cours, je sais déjà tout ce qu'il y a à savoir sur les Pokéumains.

- Heu… Si tu le dis.

- Bon, on parle de moi, mais toi, comment te sens-tu ? Ça va ?

- J’en ai vu d’autres, mais je survivrai.

- Tu penses que tu peux marcher ?

- Faut pas abuser non plus, même si je peux bouger mes pattes, je ne suis pas sûr d’être encore prêt.

Nous avons continué à parler jusqu’au déjeuner, puis vint le moment où l’infirmière revint vérifier que tout allait bien.

- Alors Julien, comment te sens-tu ?

- Ça va… Dites Mme, puis-je me déplacer en béquilles pour aller voir… Hum… Mon père, s'il vous plaît ?

- Hum… Normalement, tu pourrais y aller, mais vu que tu viens de rouvrir ta blessure au ventre il y a peu de temps, je…

- Madame, ne vous inquiétez pas, on ne me tue pas aussi facilement. Et, au pire, quelqu'un pourra m’accompagner, dis-je en l’arrêtant dans son élan.

- Hum… Je vais appeler Mme Laura pour avoir son autorisation. En attendant, ne fais rien de stupide, d’accord ?

- Entendu. »

Après ça, je me suis redressé tout en ignorant la douleur, puis j’ai mis mes pattes au sol tout en restant assis sur le lit. Pour une raison qui m’échappa, il n’y avait plus le papier qui accompagnait : il ne restait plus que la flûte et la télécommande, mais il y avait aussi la Laggronite de Clémentine qui avait été posée sans le collier qui l’accompagnait. J’ai attendu un bon moment jusqu’à ce que j’entende des battements d’ailes et des bruits de pas. Inutile de préciser qu’avec l’habitude, j’avais deviné à qui ils appartenaient. Mme Laura et l’infirmière rentrèrent et l’infirmière me donna une nouvelle paire de béquilles. Après ça, j’ai suivi Mme Laura jusqu’à une porte. Je me sentais un peu bizarre, comme si j’étais mou. Je ne saurais décrire cette sensation, comme si je ne ressentais plus rien.

- Nous sommes arrivés, je vais attendre ici. Prends le temps qu’il te faudra.

- Merci, répondis-je en chuchotant. »

Je rentrai et fermai la porte derrière moi avant de reste figé devant le cadavre de mon père. Il était dans un cercueil en verre, il porté un t-shirt noir et tout son équipement était posé sur une table à côté. Il y avait sa ceinture avec son étui, son armure et son arme, sans oublier le masque et le casque.

Je me suis approché du cercueil. Ne sachant pas quoi dire, je le regardai sans aucune émotion. Mes larmes coulaient lentement avant de toucher le sol.

Je me suis tournai vers la table, puis je mis la ceinture tout en rangeant son pistolet dans l’étui. Je ne sais pas pourquoi, mais je savais ce que je devais faire. Je pris l'arme et je la mis sur le mode qui tirait des balles, et je le pointai sur son crâne avant d’appuyer sur la gâchette.

Mme Laura, qui était derrière la porte, entra en quatrième vitesse, complètement affolée, lorsqu’elle entendit le coup de feu.

- JULIEN !

- Je suis là, madame.

- Pourquoi as-tu fait ça ? Demanda-t-elle, encore déstabilisée et sous le choc.

- Pour en finir., rebondis-je en la regardent droit dans les yeux avec un regard vide et glacial.

- Julien, ne fais pas de bêtises, pose cette arme.

- Ne vous inquiétez pas, je ne compte pas me suicider. »

J'avançai jusqu’à la sortie tout en passant devant Mme Laura, sans même tourner mon regard, et je rangeai dans sons étui le revolver. Je repartis à l’infirmerie sans dire un mot. Les Pokéumains qui me croisaient me regardaient, un peu surpris de me voir avec une arme, mais moi, je n’y prêtai pas attention.

Les jours qui ont suivi ont été très calmes. Aucune information intéressante à la télé, et pas une seule nouvelle rencontre avec Lucario. La plupart de mes bandages avaient été enlevés ; il me restait seulement celui au ventre.

Au bout du quatrième jour, quelqu’un vint me rendre visite. Je dois dire que j’ai lâché un petit soupir car il s’agissait encore de Mme Laura, mais cette fois-ci, elle était un peu bizarre, un peu tendue si j’en déduisait par la goûte de sueur sur son front. Enfin… Si on peut considérer cela comme un front. Bref…

- Bonjour Julien, comment te sens-tu ?

- Pour être franc avec vous, j’en ai ras le bol d’être dans ce lits.

- Je sais bien mais pour l’instant, l’infirmière préfère que tu restes couché jusqu’à ce que ton ventre soit entièrement guéri.

- …

- Enfin… Je venais te faire une proposition. Comme tu le sais, je suis la directrice de la base, et tout a l’heure, je vais faire un discours. J’aimerais que tu viennes si tu es d’accord.

- Si je peux quitter ce lit ne serais-ce qu’une journée, ça me va.

- Très bien. Le discours commence à quatre heures, Jérémie t’amènera. »

J’acquiesçai, puis Mme Laura partit. Au bout d’une heure, c'est Jérémie qui est vint me voir avec un plateau. Il m'expliqua qu’on leur avait interdit de venir me voir malgré leur désaccord, et que même lui n’avait pas pu savoir le pourquoi du comment, mais je me doutais que ce qui s’était passé avec mon père lorsque j'étais allé le voir n’était pas sans conséquences.

J'ai mangé pendant que Jérémie me parlait de ce qui s’était passer pendant que j'étais seul. D’après lui, pas mal de rumeur ont circulé. Certaines étaient totalement fausses, d’autres étaient vraiment tordues, mais certaines frôlaient la vérité, et pour bien arranger le tout, Gilles le Ramboum venait d’arriver à la base de PACA, et bien sûr, c’était pour ma gueule. Cela ne m’enchantait guère, mais bon, il fallait que je fasse avec, de plus je commençais à me sentir de plus en plus mal. Je parlais tout seul et j’avais l’impression de devenir fou. Il fallait vraiment que je sorte de ce lit, et vite, sinon je sentais que je n’allais pas tenir longtemps avant de péter un câble.

Après avoir terminé mon repas, j’ai accompagné Jérémie jusqu’à une porte. J’entendais derrière Mme Laura terminer son discours. je commençais a me demander si Jérémie n’avais pas fait exprès de m’accompagner que pour éviter de me montrer un maximum. C’était moi qui devenais fou, ou avait-il peur de moi ?

- Julien, je dois par contre récupérer ton arme. On m'a interdit de te laisser monter sur scène tant que tu serais armé.

- Mouais… Je comprends, dis-je en enlevant ma ceinture. »

Derrière moi, j’entendis Mme Laura qui disait : « Je sais que les temps on été durs, mais nous devons rester forts et soudés dans ces temps de doutes et d’incertitudes, c'est comme ça que nous arriverons à surmonter cette nouvelle épreuve. Pour terminer, j’aimerais remercier et féliciter une personne en particulier. Il venait a peine d’arriver, il a eu le courage de venir nous chercher alors qu’il ne connaissait aucune de ses attaques, et pour couronner le tout, il nous a tous sauvé, je vous demanderai d’applaudir bien fort Julien le Lucario. »

Je regardai la porte avant de donner la ceinture à Jérémie, mais je n’avais vraiment pas envie d'aller sur cette fichue scène.

- Quelque chose ne va pas ?

- Non, rien, je n'ai pas très envie de me faire remarquer, surtout maintenant, mais bon…

- Tu as remarqué ?

- Quoi ?

- Tu répètes souvent «mais bon».

- C’est vrai, étrange. Je n’avais pas l’habitude de le répéter ainsi avant.

- Ce qui est sûr, c'est que tu as changé. Cela se voit ne serait-ce que par ta façon de parler.

- Tu as sûrement raison, enfin... Je suppose…

- Bon, vas-y avant que Mme Laura ne se demande ce que tu fais. »

J'ouvris les portes et des projecteurs se braquèrent immédiatement sur moi. J'avançai d’un pas mal à l’aise jusqu’à la scène, mais je fus surpris de voir le cercueil de cristal. Il avait dû être caché derrière le rideau pendant tout le discours. Je suppose que c’était pour moi le moment de faire mes adieux une dernière fois.

J'avançai jusqu’à la scène, tendu, avec un regard sérieux, mais je ne pouvais m’empêcher de repenser à ce qui s’était passé lorsque j’étais dans la base de la Pokextinction et que je lui ai coupé la gorge.

- Julien, je voulais te remercier d’avoir sauvé tout les Pokéumains de cette base alors que rien ne t’obligeait à prendre autant de risques. »

Je suis resté silencieux en me tournant vers elle avant d'enfin arriver à lui lâcher un «De rien». Ma gorge était nouée, je me sentais mal, tout se stress, plus le corps de mon père, cela ne m’aidait pas vraiment…

- Pour ton courage, et en gage de remerciement, je voudrais exceptionnellement te faire une proposition.

- Quel genre de proposition ? Demandai-je, méfiant.

Je vis arriver un Pingoléon derrière elle, portant une petite boîte. Il donna la boîte à Mme Laura et reparti sur le coté de la scène sans dire un mot.

- Je voudrais que tu deviennes un TSP, si tu le veux bien, dit-elle en ouvrant la boîte. »

Dedans se trouvait un anneau Pokéumain, le même que celui d'Élodie, à quelques détails près. Je dois avouer que cette proposition m'a un peu surpris, mais je détestais ma forme humaine. J’avais même honte d’avoir été humain, alors il était hors de question que je devienne TSP, surtout que ces temps-ci, c’était déjà si difficile de me dire que j’avais pris des vies innocentes, je ne sais pas si je supporterais ça encore une fois…

Je pris l’aile de Mme Laura avant de ramener la boite vers tout en la refermant et en sentant des petites larmes se former.

- Non merci madame, j’ai vu trop d’horreurs, et pour l’instant, j’ai surtout eu beaucoup de chance jusque là, ce qui n’est pas dans mon habitude normalement… »

Elle acquiesça avec un petit sourire qui m’intrigua beaucoup. C’était comme si elle me comprenait.

Au bout de quelques minutes, elle se tourna vers le cercueil et s’adressa à moi.

- Julien, si tu le souhaites, tu peux dire quelques mots aux Pokéumains. »

J'ai continué à la regarder sans dire un mot, puis je me suis tourné vers le cercueil, sentant de plus en plus des larmes se former. Je mis devant avant de m’effondrer à genoux, le cœur plein de regrets, les larme au yeux, les dents serrées…

Je suis resté ainsi quelques minute jusqu’à fermer les yeux, et, pour une raison encore inconnue, je sentis une présence qui m’intrigua. Malheureusement, cela ne dura qu’une demi-seconde ou quelque chose du genre. Malgré tout, je suis reste toujours aussi silencieux jusqu’à ce que j’arrive enfin à sortir quelques mots, la gorge serrée.

- N’oubliez jamais une chose, ce n’est pas la faute de la Pokextinction si nous en sommes là, c'est l’Homme qui a tout détruit. C'est à cause de lui que nous sommes obligés de nous cacher et de vivre ainsi. En fait, la Pokextinction, nous, nous ne sommes que les victimes du désir du pouvoir de l’Homme.

Après ces quelques mots, j’ai essuyé mes larmes, le dos toujours tourné aux spectateurs, et j’ai regardé droit dans les yeux de Mme Laura avec une haine indescriptible.

Nous nous sommes regardés quelques minute, puis elle se tourna vers les spectateurs, étonnamment calme.

- Et c’est sur ces dernières paroles que se termine l’annonce. Les élèves ont quartier libre pour aujourd’hui, et tout les professeurs viendront me voir dans mon bureau à 15 heures. Ce sera tout, merci. »

Tous les élèves commencèrent à se lever, s’envoler, se téléporter, ou même s’enterrer, puis ils commencèrent à parler entre eux, ce qui fit un chahut pas possible. Inutile de préciser que c’était très dérangeant, vu que j’ai une ouïe très sensible, mais j’ai repensé à quelque chose en regardant tout ce monde et ce que j’avais dit concernant les humains, vu que nous étions humains avant, ne les avais-je pas un peu accusés involontairement ?

Cette question me travailla un moment, mais les appels de Mme Laura me demandant de la suivre me ramenèrent à moi.

- Julien, tu vas bien ?

- Hum… Oui, oui, excusez-moi.

- Suis-moi s'il te plaît, j’ai encore un point a éclaircir avant que tu ne retournes à l'infirmerie.

- De quel point parlez-vous ? Demandai-je en la suivant.

- Je t’expliquerai tout une fois à mon bureau. »

Pendant le trajet, j'ai pu observer un peu les couloirs ainsi que les autres Pokéumains qui essayaient de me dévisager étrangement. Certains me regardaient avec un air inquiet, d’autres me paressaient un peu tendus, j’avais même l’impression qu’ils ne m’appréciaient pas. C’était vraiment bizarre. Pourtant, je ne leur avais rien fait de mal, au contraire, je leur avais sauvé la vie. C’était étrange, peut-être que mon discours ne leur avait pas trop plu…

Une fois arrivés à son bureau, elle me demanda de m’asseoir comme la dernière fois, repris un air sérieux et me fusilla du regard….

- Julien, je voudrais te poser une ou deux questions, mais j’aimerais que tu y réponde franchement.

- Tout dépendra de vos questions…

- Es-tu sûr à cent pourcents que tu ne connaissais pas les Pokéumains ni la Pokextinction ?

- Je… Je ne sais plus... Peut-être que oui… Peut-être que non…

- Hum… Et lorsque tu as neutralisé ton père pour éviter qu’il ne te tue, tu n'as rien senti de spécial ou quoi que ce soit du genre? »

Cette question me fit grimacer un peu. Je n’aimais pas trop qu’on parle de mon père, mais si on voulait avancer, il fallait que je donne du mien et que je prenne un peu sur moi.

- Hé bien, à part un moment ou j’ai senti une rage folle en moi pendant un court instant, rien d’inhabituel…

- Je vois, merci d’avoir répondu à ces questions. Vu que tu as l’air d’être redevenu un peu plus sain d’esprit j’ai discuté avec l’infirmière et elle a accepté que tu puisses quitter l’infirmerie, mais toute activité sportive est interdite tant que tu n’es pas entièrement rétabli.

- Je suppose que je dois éviter de me mouiller ou de me salir avec des attaques Tempête de Sable, par exemple.

- Il en va de soi bien sûr, tu dormiras à partir de maintenait dans une chambre. Tes affaires seront transférées. Je me suis aussi permis de transférer tes anciens vêtements humains ainsi que ceux de ton père, je me suis dit que ça pourrait t’aider. Quand tu seras entièrement guéri, reviens me voir, j’aurai deux-trois choses à te donner.

- Merci madame… Juste, serait-il possible que j’aie une chambre seule, je comprendrais si vous ne voulez pas, je ne veux pas vous déranger…

- Non, bien sûr que non, à vrai dire il n’y a jamais encore eu de Lucario dans la base, donc tu occuperas la chambre 448 seul, du moins jusqu’à l’arrivée d’un autre Lucario. Un détail aussi, évite d’aller a la cantine si tu veux éviter de tomber sur Gilles. Normalement, je me suis arrangée avec lui pour qu’il te laisse tranquille dans ta chambre, mais en dehors, je ne peux rien y faire.

- Merci du conseil madame, je ferai attention, répondis-je en me levant.

- Julien, je te demanderai aussi de ne pas sortir ton arme de la chambre et de la ranger dans le coffre qui se trouvera dans l’armoire ou il y aura tes vêtement. Le code sera ***.

- D’accord madame, mais sachez que si je reviens un soir et que je ne le retrouve plus dedans, vous perdrez bien plus que ma confiance, répondis-je froidement. »

Mme Laura me regarda quelques minutes, puis elle se leva en ouvrant la porte d’un air satisfait.

- Très bien, alors nous sommes d’accord, je te souhaite une bonne journée. J’ai appelé Jérémie pour qu’il te guide jusqu’à ta nouvelle chambre.

- Au revoir madame, répondis-je avant que je ne ressorte et qu'elle ne ferme la porte derrière moi. »

Après quelques minutes d’attente qui me parurent une éternité, je vis Jérémie arriver, accompagné de sa sœur. Ils avaient l’air heureux de se revoir, ce qui me redonna un peu le moral, au moins les personne que j’ai sacrifiées comme un con ne seront pas mortes pour rien.

Après nos retrouvailles, je suivis Élodie et Jérémie jusqu’à ma nouvelle chambre. Les couloirs étaient vraiment longs, mais il n’y avait pas beaucoup de monde. Les rares personnes que j’ai croisé se baladaient ou quittaient ou rejoignaient leur chambre, mais pour une raison qui m’échappait, je ressentais toujours cette aura, et plus je m’approchais de ma nouvelle chambre, plus cette aura devenait puissante. C’était comme si on essayait de m’avertir, mais de quoi ? Un danger ou autre chose ?
Je fait seulement se qui me paraît juste.

Avatar de l’utilisateur
julienzen
Messages : 614
Inscription : mer. 11 nov. 2015, 02:53
Localisation : cachée dans une basse pokéumaine dans la régions paca.

Re: [Fanfic] Les Pokéumains de PACA.

Message par julienzen » mar. 12 juil. 2016, 14:43

Hey! Voici enfin le chapitre 8 désolé du retard j'ai eu du mal à sortir se chapitre a cause des otorisations qu'on ne voulais pas me donner... (non je déconne en vraie j'avais juste la flemme :D )

Chapitre 8 : Des balles et du sang....
Chapitre 8 : Des balles et du sang...

Lorsque je me suis réveillé, je sentis une grande douleur au ventre et remarquai qu’on m’avait mis un nouveau bandage.

- Où… où suis-je ? Demandai-je, la tête lourde.

- Tu es toujours dans la même pièce qu’hier soir.

Je me tournai et vis Jérémie, assis, en train de me regarder, un peu soulagé.

- Que s'est-il passé ? Pourquoi j’ai si mal au ventre?

- Pendant la nuit, tu t'es agité et tu as rouvert ta blessure. Par chance, une infirmière passait au même moment, donc tu as vite été recousu.

- Pour une fois que j’ai de la chance, mais je ne suis pas resté endormi longtemps, rassure-moi ?

- Non, ne t’inquiète pas, il n’est que 9 heures.

- 9 heures ? Mais tu n'as pas cours a cette heure-ci ?

- Non, ça fait longtemps que je ne vais plus en cours, je sais déjà tout ce qu'il y a à savoir sur les Pokéumains.

- Heu… Si tu le dis.

- Bon, on parle de moi, mais toi, comment te sens-tu ? Ça va ?

- J’en ai vu d’autres, mais je survivrai.

- Tu penses que tu peux marcher ?

- Faut pas abuser non plus, même si je peux bouger mes pattes, je ne suis pas sûr d’être encore prêt.

Nous avons continué à parler jusqu’au déjeuner, puis vint le moment où l’infirmière revint vérifier que tout allait bien.

- Alors Julien, comment te sens-tu ?

- Ça va… Dites Mme, puis-je me déplacer en béquilles pour aller voir… Hum… Mon père, s'il vous plaît ?

- Hum… Normalement, tu pourrais y aller, mais vu que tu viens de rouvrir ta blessure au ventre il y a peu de temps, je…

- Madame, ne vous inquiétez pas, on ne me tue pas aussi facilement. Et, au pire, quelqu'un pourra m’accompagner, dis-je en l’arrêtant dans son élan.

- Hum… Je vais appeler Mme Laura pour avoir son autorisation. En attendant, ne fais rien de stupide, d’accord ?

- Entendu. »

Après ça, je me suis redressé tout en ignorant la douleur, puis j’ai mis mes pattes au sol tout en restant assis sur le lit. Pour une raison qui m’échappa, il n’y avait plus le papier qui accompagnait : il ne restait plus que la flûte et la télécommande, mais il y avait aussi la Laggronite de Clémentine qui avait été posée sans le collier qui l’accompagnait. J’ai attendu un bon moment jusqu’à ce que j’entende des battements d’ailes et des bruits de pas. Inutile de préciser qu’avec l’habitude, j’avais deviné à qui ils appartenaient. Mme Laura et l’infirmière rentrèrent et l’infirmière me donna une nouvelle paire de béquilles. Après ça, j’ai suivi Mme Laura jusqu’à une porte. Je me sentais un peu bizarre, comme si j’étais mou. Je ne saurais décrire cette sensation, comme si je ne ressentais plus rien.

- Nous sommes arrivés, je vais attendre ici. Prends le temps qu’il te faudra.

- Merci, répondis-je en chuchotant. »

Je rentrai et fermai la porte derrière moi avant de reste figé devant le cadavre de mon père. Il était dans un cercueil en verre, il porté un t-shirt noir et tout son équipement était posé sur une table à côté. Il y avait sa ceinture avec son étui, son armure et son arme, sans oublier le masque et le casque.

Je me suis approché du cercueil. Ne sachant pas quoi dire, je le regardai sans aucune émotion. Mes larmes coulaient lentement avant de toucher le sol.

Je me suis tournai vers la table, puis je mis la ceinture tout en rangeant son pistolet dans l’étui. Je ne sais pas pourquoi, mais je savais ce que je devais faire. Je pris l'arme et je la mis sur le mode qui tirait des balles, et je le pointai sur son crâne avant d’appuyer sur la gâchette.

Mme Laura, qui était derrière la porte, entra en quatrième vitesse, complètement affolée, lorsqu’elle entendit le coup de feu.

- JULIEN !

- Je suis là, madame.

- Pourquoi as-tu fait ça ? Demanda-t-elle, encore déstabilisée et sous le choc.

- Pour en finir., rebondis-je en la regardent droit dans les yeux avec un regard vide et glacial.

- Julien, ne fais pas de bêtises, pose cette arme.

- Ne vous inquiétez pas, je ne compte pas me suicider. »

J'avançai jusqu’à la sortie tout en passant devant Mme Laura, sans même tourner mon regard, et je rangeai dans sons étui le revolver. Je repartis à l’infirmerie sans dire un mot. Les Pokéumains qui me croisaient me regardaient, un peu surpris de me voir avec une arme, mais moi, je n’y prêtai pas attention.

Les jours qui ont suivi ont été très calmes. Aucune information intéressante à la télé, et pas une seule nouvelle rencontre avec Lucario. La plupart de mes bandages avaient été enlevés ; il me restait seulement celui au ventre.

Au bout du quatrième jour, quelqu’un vint me rendre visite. Je dois dire que j’ai lâché un petit soupir car il s’agissait encore de Mme Laura, mais cette fois-ci, elle était un peu bizarre, un peu tendue si j’en déduisait par la goûte de sueur sur son front. Enfin… Si on peut considérer cela comme un front. Bref…

- Bonjour Julien, comment te sens-tu ?

- Pour être franc avec vous, j’en ai ras le bol d’être dans ce lits.

- Je sais bien mais pour l’instant, l’infirmière préfère que tu restes couché jusqu’à ce que ton ventre soit entièrement guéri.

- …

- Enfin… Je venais te faire une proposition. Comme tu le sais, je suis la directrice de la base, et tout a l’heure, je vais faire un discours. J’aimerais que tu viennes si tu es d’accord.

- Si je peux quitter ce lit ne serais-ce qu’une journée, ça me va.

- Très bien. Le discours commence à quatre heures, Jérémie t’amènera. »

J’acquiesçai, puis Mme Laura partit. Au bout d’une heure, c'est Jérémie qui est vint me voir avec un plateau. Il m'expliqua qu’on leur avait interdit de venir me voir malgré leur désaccord, et que même lui n’avait pas pu savoir le pourquoi du comment, mais je me doutais que ce qui s’était passé avec mon père lorsque j'étais allé le voir n’était pas sans conséquences.

J'ai mangé pendant que Jérémie me parlait de ce qui s’était passer pendant que j'étais seul. D’après lui, pas mal de rumeur ont circulé. Certaines étaient totalement fausses, d’autres étaient vraiment tordues, mais certaines frôlaient la vérité, et pour bien arranger le tout, Gilles le Ramboum venait d’arriver à la base de PACA, et bien sûr, c’était pour ma gueule. Cela ne m’enchantait guère, mais bon, il fallait que je fasse avec, de plus je commençais à me sentir de plus en plus mal. Je parlais tout seul et j’avais l’impression de devenir fou. Il fallait vraiment que je sorte de ce lit, et vite, sinon je sentais que je n’allais pas tenir longtemps avant de péter un câble.

Après avoir terminé mon repas, j’ai accompagné Jérémie jusqu’à une porte. J’entendais derrière Mme Laura terminer son discours. je commençais a me demander si Jérémie n’avais pas fait exprès de m’accompagner que pour éviter de me montrer un maximum. C’était moi qui devenais fou, ou avait-il peur de moi ?

- Julien, je dois par contre récupérer ton arme. On m'a interdit de te laisser monter sur scène tant que tu serais armé.

- Mouais… Je comprends, dis-je en enlevant ma ceinture. »

Derrière moi, j’entendis Mme Laura qui disait : « Je sais que les temps on été durs, mais nous devons rester forts et soudés dans ces temps de doutes et d’incertitudes, c'est comme ça que nous arriverons à surmonter cette nouvelle épreuve. Pour terminer, j’aimerais remercier et féliciter une personne en particulier. Il venait a peine d’arriver, il a eu le courage de venir nous chercher alors qu’il ne connaissait aucune de ses attaques, et pour couronner le tout, il nous a tous sauvé, je vous demanderai d’applaudir bien fort Julien le Lucario. »

Je regardai la porte avant de donner la ceinture à Jérémie, mais je n’avais vraiment pas envie d'aller sur cette fichue scène.

- Quelque chose ne va pas ?

- Non, rien, je n'ai pas très envie de me faire remarquer, surtout maintenant, mais bon…

- Tu as remarqué ?

- Quoi ?

- Tu répètes souvent «mais bon».

- C’est vrai, étrange. Je n’avais pas l’habitude de le répéter ainsi avant.

- Ce qui est sûr, c'est que tu as changé. Cela se voit ne serait-ce que par ta façon de parler.

- Tu as sûrement raison, enfin... Je suppose…

- Bon, vas-y avant que Mme Laura ne se demande ce que tu fais. »

J'ouvris les portes et des projecteurs se braquèrent immédiatement sur moi. J'avançai d’un pas mal à l’aise jusqu’à la scène, mais je fus surpris de voir le cercueil de cristal. Il avait dû être caché derrière le rideau pendant tout le discours. Je suppose que c’était pour moi le moment de faire mes adieux une dernière fois.

J'avançai jusqu’à la scène, tendu, avec un regard sérieux, mais je ne pouvais m’empêcher de repenser à ce qui s’était passé lorsque j’étais dans la base de la Pokextinction et que je lui ai coupé la gorge.

- Julien, je voulais te remercier d’avoir sauvé tout les Pokéumains de cette base alors que rien ne t’obligeait à prendre autant de risques. »

Je suis resté silencieux en me tournant vers elle avant d'enfin arriver à lui lâcher un «De rien». Ma gorge était nouée, je me sentais mal, tout se stress, plus le corps de mon père, cela ne m’aidait pas vraiment…

- Pour ton courage, et en gage de remerciement, je voudrais exceptionnellement te faire une proposition.

- Quel genre de proposition ? Demandai-je, méfiant.

Je vis arriver un Pingoléon derrière elle, portant une petite boîte. Il donna la boîte à Mme Laura et reparti sur le coté de la scène sans dire un mot.

- Je voudrais que tu deviennes un TSP, si tu le veux bien, dit-elle en ouvrant la boîte. »

Dedans se trouvait un anneau Pokéumain, le même que celui d'Élodie, à quelques détails près. Je dois avouer que cette proposition m'a un peu surpris, mais je détestais ma forme humaine. J’avais même honte d’avoir été humain, alors il était hors de question que je devienne TSP, surtout que ces temps-ci, c’était déjà si difficile de me dire que j’avais pris des vies innocentes, je ne sais pas si je supporterais ça encore une fois…

Je pris l’aile de Mme Laura avant de ramener la boite vers tout en la refermant et en sentant des petites larmes se former.

- Non merci madame, j’ai vu trop d’horreurs, et pour l’instant, j’ai surtout eu beaucoup de chance jusque là, ce qui n’est pas dans mon habitude normalement… »

Elle acquiesça avec un petit sourire qui m’intrigua beaucoup. C’était comme si elle me comprenait.

Au bout de quelques minutes, elle se tourna vers le cercueil et s’adressa à moi.

- Julien, si tu le souhaites, tu peux dire quelques mots aux Pokéumains. »

J'ai continué à la regarder sans dire un mot, puis je me suis tourné vers le cercueil, sentant de plus en plus des larmes se former. Je mis devant avant de m’effondrer à genoux, le cœur plein de regrets, les larme au yeux, les dents serrées…

Je suis resté ainsi quelques minute jusqu’à fermer les yeux, et, pour une raison encore inconnue, je sentis une présence qui m’intrigua. Malheureusement, cela ne dura qu’une demi-seconde ou quelque chose du genre. Malgré tout, je suis reste toujours aussi silencieux jusqu’à ce que j’arrive enfin à sortir quelques mots, la gorge serrée.

- N’oubliez jamais une chose, ce n’est pas la faute de la Pokextinction si nous en sommes là, c'est l’Homme qui a tout détruit. C'est à cause de lui que nous sommes obligés de nous cacher et de vivre ainsi. En fait, la Pokextinction, nous, nous ne sommes que les victimes du désir du pouvoir de l’Homme.

Après ces quelques mots, j’ai essuyé mes larmes, le dos toujours tourné aux spectateurs, et j’ai regardé droit dans les yeux de Mme Laura avec une haine indescriptible.

Nous nous sommes regardés quelques minute, puis elle se tourna vers les spectateurs, étonnamment calme.

- Et c’est sur ces dernières paroles que se termine l’annonce. Les élèves ont quartier libre pour aujourd’hui, et tout les professeurs viendront me voir dans mon bureau à 15 heures. Ce sera tout, merci. »

Tous les élèves commencèrent à se lever, s’envoler, se téléporter, ou même s’enterrer, puis ils commencèrent à parler entre eux, ce qui fit un chahut pas possible. Inutile de préciser que c’était très dérangeant, vu que j’ai une ouïe très sensible, mais j’ai repensé à quelque chose en regardant tout ce monde et ce que j’avais dit concernant les humains, vu que nous étions humains avant, ne les avais-je pas un peu accusés involontairement ?

Cette question me travailla un moment, mais les appels de Mme Laura me demandant de la suivre me ramenèrent à moi.

- Julien, tu vas bien ?

- Hum… Oui, oui, excusez-moi.

- Suis-moi s'il te plaît, j’ai encore un point a éclaircir avant que tu ne retournes à l'infirmerie.

- De quel point parlez-vous ? Demandai-je en la suivant.

- Je t’expliquerai tout une fois à mon bureau. »

Pendant le trajet, j'ai pu observer un peu les couloirs ainsi que les autres Pokéumains qui essayaient de me dévisager étrangement. Certains me regardaient avec un air inquiet, d’autres me paressaient un peu tendus, j’avais même l’impression qu’ils ne m’appréciaient pas. C’était vraiment bizarre. Pourtant, je ne leur avais rien fait de mal, au contraire, je leur avais sauvé la vie. C’était étrange, peut-être que mon discours ne leur avait pas trop plu…

Une fois arrivés à son bureau, elle me demanda de m’asseoir comme la dernière fois, repris un air sérieux et me fusilla du regard….

- Julien, je voudrais te poser une ou deux questions, mais j’aimerais que tu y réponde franchement.

- Tout dépendra de vos questions…

- Es-tu sûr à cent pourcents que tu ne connaissais pas les Pokéumains ni la Pokextinction ?

- Je… Je ne sais plus... Peut-être que oui… Peut-être que non…

- Hum… Et lorsque tu as neutralisé ton père pour éviter qu’il ne te tue, tu n'as rien senti de spécial ou quoi que ce soit du genre? »

Cette question me fit grimacer un peu. Je n’aimais pas trop qu’on parle de mon père, mais si on voulait avancer, il fallait que je donne du mien et que je prenne un peu sur moi.

- Hé bien, à part un moment ou j’ai senti une rage folle en moi pendant un court instant, rien d’inhabituel…

- Je vois, merci d’avoir répondu à ces questions. Vu que tu as l’air d’être redevenu un peu plus sain d’esprit j’ai discuté avec l’infirmière et elle a accepté que tu puisses quitter l’infirmerie, mais toute activité sportive est interdite tant que tu n’es pas entièrement rétabli.

- Je suppose que je dois éviter de me mouiller ou de me salir avec des attaques Tempête de Sable, par exemple.

- Il en va de soi bien sûr, tu dormiras à partir de maintenait dans une chambre. Tes affaires seront transférées. Je me suis aussi permis de transférer tes anciens vêtements humains ainsi que ceux de ton père, je me suis dit que ça pourrait t’aider. Quand tu seras entièrement guéri, reviens me voir, j’aurai deux-trois choses à te donner.

- Merci madame… Juste, serait-il possible que j’aie une chambre seule, je comprendrais si vous ne voulez pas, je ne veux pas vous déranger…

- Non, bien sûr que non, à vrai dire il n’y a jamais encore eu de Lucario dans la base, donc tu occuperas la chambre 448 seul, du moins jusqu’à l’arrivée d’un autre Lucario. Un détail aussi, évite d’aller a la cantine si tu veux éviter de tomber sur Gilles. Normalement, je me suis arrangée avec lui pour qu’il te laisse tranquille dans ta chambre, mais en dehors, je ne peux rien y faire.

- Merci du conseil madame, je ferai attention, répondis-je en me levant.

- Julien, je te demanderai aussi de ne pas sortir ton arme de la chambre et de la ranger dans le coffre qui se trouvera dans l’armoire ou il y aura tes vêtement. Le code sera ***.

- D’accord madame, mais sachez que si je reviens un soir et que je ne le retrouve plus dedans, vous perdrez bien plus que ma confiance, répondis-je froidement. »

Mme Laura me regarda quelques minutes, puis elle se leva en ouvrant la porte d’un air satisfait.

- Très bien, alors nous sommes d’accord, je te souhaite une bonne journée. J’ai appelé Jérémie pour qu’il te guide jusqu’à ta nouvelle chambre.

- Au revoir madame, répondis-je avant que je ne ressorte et qu'elle ne ferme la porte derrière moi. »

Après quelques minutes d’attente qui me parurent une éternité, je vis Jérémie arriver, accompagné de sa sœur. Ils avaient l’air heureux de se revoir, ce qui me redonna un peu le moral, au moins les personne que j’ai sacrifiées comme un con ne seront pas mortes pour rien.

Après nos retrouvailles, je suivis Élodie et Jérémie jusqu’à ma nouvelle chambre. Les couloirs étaient vraiment longs, mais il n’y avait pas beaucoup de monde. Les rares personnes que j’ai croisé se baladaient ou quittaient ou rejoignaient leur chambre, mais pour une raison qui m’échappait, je ressentais toujours cette aura, et plus je m’approchais de ma nouvelle chambre, plus cette aura devenait puissante. C’était comme si on essayait de m’avertir, mais de quoi ? Un danger ou autre chose ?
Je fait seulement se qui me paraît juste.

Avatar de l’utilisateur
zoroark3060
Messages : 24
Inscription : ven. 04 mars 2016, 05:17

Re: [Fanfic] Les Pokéumains de PACA.

Message par zoroark3060 » dim. 14 août 2016, 01:21

Trop de suspense raaaaa
:ouch:
Moi Zoroark j'aime beaucoup m'amuser et parfois faire des farces pour rigoler
et peut être sérieux.

Avatar de l’utilisateur
julienzen
Messages : 614
Inscription : mer. 11 nov. 2015, 02:53
Localisation : cachée dans une basse pokéumaine dans la régions paca.

Re: [Fanfic] Les Pokéumains de PACA.

Message par julienzen » dim. 14 août 2016, 03:18

zoroark3060 a écrit :Trop de suspense raaaaa
:ouch:
xD
Je fait seulement se qui me paraît juste.

Avatar de l’utilisateur
Ulysse
Messages : 2335
Inscription : ven. 26 sept. 2014, 19:09

Re: [Fanfic] Les Pokéumains de PACA.

Message par Ulysse » dim. 14 août 2016, 11:50

monocram a écrit :Je suis vraiment désolé de ne pas avoir corrigé mais là, je ne saurais plus. Il faudrait qu'on soit deux pour corriger. Ainsi, chacun fait sa part du travail pour aider julienzen.
En fait, les textes se rallongent et les fautes s'entassent les unes sur les autres. Ça commence à devenir difficile d'avoir le temps de corriger et de pouvoir détecter toutes les fautes. Parfois, je me perds dans la correction et pouf... Je recommence. :D

Malheureusement Julien, c'est à peine si je peux écrire ma fic. :/

Enfin soit, tu devras continuer sur la voie de l'orthographe et du français sans moi. :/
Je peux me porter volontaire si tu veux mono :)
23:55

Avatar de l’utilisateur
monocram
Délégué section Pokémon et vous
Messages : 2523
Inscription : lun. 12 août 2013, 17:34
Localisation : Dans un château enseveli sous le sable du Désert des Ombres Dansantes dans le Monde des Morts.

Re: [Fanfic] Les Pokéumains de PACA.

Message par monocram » dim. 14 août 2016, 11:53

Ulysse a écrit :
monocram a écrit :Je suis vraiment désolé de ne pas avoir corrigé mais là, je ne saurais plus. Il faudrait qu'on soit deux pour corriger. Ainsi, chacun fait sa part du travail pour aider julienzen.
En fait, les textes se rallongent et les fautes s'entassent les unes sur les autres. Ça commence à devenir difficile d'avoir le temps de corriger et de pouvoir détecter toutes les fautes. Parfois, je me perds dans la correction et pouf... Je recommence. :D

Malheureusement Julien, c'est à peine si je peux écrire ma fic. :/

Enfin soit, tu devras continuer sur la voie de l'orthographe et du français sans moi. :/
Je peux me porter volontaire si tu veux mono :)
J'aurais bien accepter mais Julien a trouvé quelqu'un pour me remplacer. Ce quelqu'un fait du travail admirable, je dois dire.
Et puis, tu t'adresses à la mauvaise personne, Ulysse. :D
C'est plutôt à Julien que tu devrais demander mais c'est gentil d'avoir pensé à moi.
La cruauté n'est qu'une affaire de perspective :}

Avatar de l’utilisateur
julienzen
Messages : 614
Inscription : mer. 11 nov. 2015, 02:53
Localisation : cachée dans une basse pokéumaine dans la régions paca.

Re: [Fanfic] Les Pokéumains de PACA.

Message par julienzen » mar. 16 août 2016, 05:22

monocram a écrit :
Ulysse a écrit :
monocram a écrit :Je suis vraiment désolé de ne pas avoir corrigé mais là, je ne saurais plus. Il faudrait qu'on soit deux pour corriger. Ainsi, chacun fait sa part du travail pour aider julienzen.
En fait, les textes se rallongent et les fautes s'entassent les unes sur les autres. Ça commence à devenir difficile d'avoir le temps de corriger et de pouvoir détecter toutes les fautes. Parfois, je me perds dans la correction et pouf... Je recommence. :D

Malheureusement Julien, c'est à peine si je peux écrire ma fic. :/

Enfin soit, tu devras continuer sur la voie de l'orthographe et du français sans moi. :/
Je peux me porter volontaire si tu veux mono :)
J'aurais bien accepter mais Julien a trouvé quelqu'un pour me remplacer. Ce quelqu'un fait du travail admirable, je dois dire.
Et puis, tu t'adresses à la mauvaise personne, Ulysse. :D
C'est plutôt à Julien que tu devrais demander mais c'est gentil d'avoir pensé à moi.
C'est gentil Ulysse et vraie dire peut-être plus tard j'aurais en effet pour éviter de le surcharger.
Juste par curiosité tu es bon en anglais ?
Je fait seulement se qui me paraît juste.

Avatar de l’utilisateur
Ulysse
Messages : 2335
Inscription : ven. 26 sept. 2014, 19:09

Re: [Fanfic] Les Pokéumains de PACA.

Message par Ulysse » mar. 16 août 2016, 12:20

I speak a bit but I'm not a perfect translator (but I can help if you want)
23:55

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité