[Fanfic] Le Secret des cinq Orbes

C'est ici que vous pouvez délier votre plume et raconter vos histoires.

Modérateur : Modérateurs section Pokémon et Vous

Quel est votre avis sur cette fanfiction ?

C'est parfait, continue comme ça !
10
83%
Bien, mais tu peux t'améliorer au niveau de la forme.
1
8%
Bien, mais tu peux t'améliorer au niveau de l'histoire.
0
Aucun vote
Moyen, tu peux mieux faire.
0
Aucun vote
Passable, il faudrait recommencer...
1
8%
 
Nombre total de votes : 12

Avatar de l’utilisateur
Evolimiqui
Messages : 1667
Inscription : mar. 25 avr. 2017, 15:13
Localisation : Quel est ce regard oppressant qui pèse sur toi ?

Re: [Fanfic] Le Secret des cinq Orbes

Message par Evolimiqui » sam. 22 juil. 2017, 20:57

-Arcegea- a écrit :
sam. 22 juil. 2017, 18:24
J'en ai utilisé deux :
http://www.syl.vlana.fr/gen/generateur- ... p#resultat
http://www.nomsdefantasy.com/
Cool, merci ! Ça pourrait peut-être me servir ! :hap:
Ho ho ho ! Vous avez été bien sages cette année, les enfants ? Oui ? Hmmm... En général, vous dites ça uniquement pour avoir les cadeaux, je me trompe ? Ah, pardon, vous avez dit non ? Très bien...


Le Père Noël repassera l'année prochaine !

Avatar de l’utilisateur
-Arcegea-
Lame de la Justice
Messages : 397
Inscription : mar. 25 oct. 2016, 13:45
Localisation : Mont Sorberus
Contact :

Re: [Fanfic] Le Secret des cinq Orbes

Message par -Arcegea- » dim. 13 août 2017, 16:37

Chapitre 25 : Un village du passé
Où...où suis-je ?

La douleur s'est amenuisée, mais tout mon corps est pâteux. J'ai les yeux fermés, mais je sens la lumière frapper mes paupières, m'emporter dans une douce caresse. Je remue chaque membre, un à un. Apparemment, rien de cassé, le pire est passé. Reste maintenant à ouvrir les yeux, ce que je fis. Je me trouvai dans une clairière qui n'avait rien à voir avec le dortoir de la guilde. Une clairière agréable, envahie de végétation et baignée de la lumière du soleil. Ses doux rayons et la légère brise qui souffle sont fort plaisants... et beaucoup trop réalistes pour qu'il s'agisse d'un rêve. Comment, dans ce cas, ai-je atterri ici ? La seule chose dont je me souviens vraiment, ce sont ces deux orbes noirs, envoûtants... Puis une intense douleur et une sensation de chute... Ces orbes m'ont-ils entraînée hors de la guilde ? D'ailleurs, je suis seule. Tuhgval n'est plus à côté de moi. Oh, Arceus ! Tuhgval ! Quelle sera sa réaction, lorsqu'il découvrira que je ne suis plus dans le dortoir ? Si ce n'est pas un rêve, je dois absolument trouver un moyen de rentrer à la guilde ! Mais sans savoir où je suis, cela risque d'être compliqué.

Je décidai de lever les yeux vers ce qui m'entoure. Au centre de la clairière se dressait un petit autel. Un chemin qui s'enfonçait dans la forêt semblait être le seul moyen praticable de quitter cet endroit. Au dessus de l'horizon des cimes des arbres, à l'opposé de la petite route, s'élevait la tour d'un château. Faute de mieux, j'empruntai le chemin. On verra bien où il me mènera !

------------

Dès que Tuhgval eut fait son annonce, les membres de la guilde s'activèrent :
"Comment ça, disparu ?

-Cherchons dans toute la guilde ! Elle ne peut pas être bien loin !

-Par mon avis, elle est sortie dans l'air, proche de la guilde.

-Du calme ! Tuhgval, que s'est-il passé exactement ?

-Lorsque je me suis réveillé, Eluhn n'était plus dans le dortoir ! D'habitude, elle m'attend toujours avant de monter déjeuner.

-Peut-être avait-elle très faim ?

-Je suggère que l'on fouille la guilde. Daeron a raison, elle ne s'est tout de même pas volatilisée !"

Les membres de la guilde cherchèrent dans chaque recoin, mais n'aperçurent pas la galopa. Lorsqu'ils interrogèrent Jabeorn, Talraon et Mirkorel, leurs réponses ne furent pas d'une grande aide. Cela était clair, personne n'avait vu Eluhn.

"On devrait aller voir aux alentours, dans le camp ?

-Voilà donc ! Je proposais cette suggestation depuis le début !"

Ils franchirent alors les portes malgré le froid qui régnait à l'extérieur, laissant le petit déjeuner les attendre. Ils se séparèrent et commencèrent à s'éloigner, quand Celeriath stoppa tout le monde d'une remarque.

"Un seconde ! Tout le monde cherche Eluhn, mais maintenant que j'y pense, personne n'a vu Grimsil ?"

Une vague de murmures lui répondit. En effet, l'absol n'était pas parmi eux. Ce à quoi Ursil répondit :

"Je crois que j'ai une partie de la solution. Je pense que cet absol de malheur est responsable de la disparition d'Eluhn ! C'est clair, non ? Il l'a enlevée !

-Non, ce n'est pas possible ! Il n'aurait pas fait ça ! Nous devons le chercher lui aussi !

-Mais...

-Ursil. Je sais que tu n'aimes pas Grimsil car c'est un absol et tu crains une catastrophe, mais nous devons le chercher lui aussi !

- Je persiste à croire que..."

Cependant, comme pour prouver au staross qu'il se fourvoyait, l'absol en question déboula sur le chemin devant eux, trempé et dégoulinant.

"Grimsil !? Que s'est-il passé ?"

Le Pokémon de type ténèbres expliqua que lorsqu'il s'était levé, une intense soif l'avait conduit jusqu'au puits du camp en construction. Malheureusement celui-ci, en plus d'être couvert de graffitis, avait été endommagé et s'était écroulé sous le poids de l'absol assoiffé, qui avait chuté dans l'eau.

"Mon puits ! Nom d'un BoltBeam, mon précieux puits, que j'ai mis tant de temps à construire ! Je suis sûr que ce sont ceux de Rorsil qui l'ont abîmé ! Ils vont voir ce qu'ils vont voir, non d'un..."

Faisant mine de partir, le laggron fut retenu.

"Du calme ! On s'occupera de ça plus tard ! Au fait, Grimsil ? Tu n'aurais pas vu Eluhn ?"

Malheureusement, la réponse de l'absol fut négative.

"Ah, dommage... Va te sécher à la guilde, tu vas attraper froid. Si jamais tu la vois, dis lui que tout le monde la cherche !"
Intrigué, Grimsil suivit néanmoins le conseil et retourna dans la chaleur du bâtiment. Les autres membres, eux, s'en allèrent poursuivre leurs recherches dans le camp.


------------

Finalement, ce chemin ne fut pas si long. Je viens tout juste de déboucher dans un village ! Un village à l'architecture ancienne, mais qui semble très vivant ! En m'approchant d'une pancarte, je lus "Tarmeck". Tiens ? Ce nom ne me dit rien du tout ? Aurai-je été transportée... Dans une autre région ? J'espère que non ! Si c'est le cas, comment retrouver la guilde ? Campée au milieu du chemin, j'observai la ville, me demandant où aller. Les maisons étaient en pierre, et les toits en chaume. Les chemins étaient faits de pierre et un puits où l'on puisait l'eau, comme dans chaque village, se dressait en son centre. Au bout se dressait un bâtiment plus imposant, situé à côté d'un temple. L'endroit était entouré d'arbres, ce qui me laissa penser qu'il se situait en pleine forêt.

"Excusez-moi ? Vous êtes bien Eluhn ?"

Tirée de mes pensées, je sursautai et aperçus un lançargot qui me dévisageait, posté devant moi.

"Euh... Oui, c'est bien moi..." répondis-je sans trop savoir que penser.

"Heureux que vous soyez venue. Venez, la Princesse vous attend."

Alors maintenant, c'est une princesse qui va me recevoir ? Quelle princesse ? Ce que je dois accomplir ici est donc si important ?
Ne sachant plus du tout que penser, je suivis le lançargot. Qui est-il ? Et pourquoi semble-t-il me connaître ? L'insecte m'emmena à travers les rues, vers l'imposant bâtiment que j'avais repéré. Je dois avouer qu'il est plutôt joli. En pierre, entouré d'arbres dont on ne sait pas trop s'ils poussent à côté ou directement dans le façade. La porte était impressionnante, ornée de motifs gravés dans le bois.
L'entrée était gardée par un bruyverne qui me regarda en plissant les yeux lorsque nous la franchîmes. La porte débouchait sur une cour arborescente et fleurie, dans laquelle il devait faire bon se détendre. De forme carrée, des portes étaient creusées dans les façades qui l'entouraient. La plus impressionnante était sans doute celle qui se dressait, imperturbable, devant nous. Ce fut tout naturellement celle-ci que nous empruntâmes, sous l'accord d'un garde drascore qui nous laissa passer sans la moindre difficulté. Ce lançargot doit être bien placé dans les échelons du palais pour que les gardes ne lui posent pas la moindre question.

Lorsque la grande porte se referma derrière nous, j'observai la salle, si belle que j'en eus presque le souffle coupé. L'allée principale était de chaque côté bordée de cours d'eau qui naissaient dans le mur d'en face, paroi abrupte qui ne semblait pas avoir été beaucoup travaillée. De petits arbres poussaient d'ailleurs entre les rochers. De chaque côté, derrière le cours d'eau, la végétation était également présente, si bien qu'on en oubliait presque que l'on se trouvait dans un bâtiment. La lumière était celle du jour, qui filtrait paisiblement à travers des barreaux de bois situés au plafond. Mais le plus impressionnant était sans doute le trône qui se trouvait sous les rameaux protecteurs d'un grand arbre aux feuilles tombantes.
Puis, alors que nous avancions dans cette magnifique pièce, j'aperçus la princesse dont il était question. C'était un Pokémon quadrupède au pelage marron clair, sur lequel cascadait une longue cape presque transparente, tressée de fleurs qui lui donnaient un aspect féerique. Mais ce qui accrocha le plus mon regard, ce fût ses cornes. De grands bois d'un jaune qui semblait or sous la lumière du soleil, des ramifications délicates, et, semblant presque vivants, deux orbes noirs comme l'obsidienne.

Ceux que je voyais dans mes rêves.

Le lançargot à mes côtés s'inclina et se plaça à côté de la princesse, ce qui me fit penser qu'il devait être son garde du corps. Bien que n'ayant jamais rencontré quelqu'un d'aussi haute position, je tentai une révérence maladroite.

"Bonjour, Eluhn. Mon nom est Siga. Je suis la princesse de cette ville. Nous t'attendions. Je t'ai appelée ici dans un but bien précis. Notre village va subir une catastrophe. Son arbre-vie va mourrir d'un coup, foudroyé par un poison mystérieux. Dans ton monde, il n'existe plus, ravagé par cette catastrophe. Je voudrais que tu changes la donne, Eluhn."

Je butai sur le "dans ton monde."

"Comment ça, "dans mon monde" ? Où m'avez-vous emmenée ? Et comment vais-je m'y prendre pour sauver un arbre-vie ?

-Par "monde", j'entendais plutôt "époque". Je t'ai envoyée dans le passé le temps de ta mission, si tu l'acceptes.
-Comment ça, dans le passé ? Mais mes amis doivent se faire un sang d'encre !

-Ne t'inquiète pas pour ça. Le temps sera compressé, de manière à ce que tu ne sois absente qu'une petite heure.

-Admettons. Mais comment faire ?

-Un objet permet de sauver un arbre-vie avant sa mort. Il s'agit du talisman que je t'ai mentionné dans tes rêves. Or, celui-ci nous a été volé il y a quelques années et enfermé dans un château gardé par une armée de morts n'ayant pas trouvé le repos. C'est la que tu interviens. J'aimerais que tu récupères ce talisman. Bien sûr, il s'agit d'une mission dangereuse. Mais mon garde du corps t'accompagnera."

Hmmm. Ce château qui semble impénétrable et l'aventure que devait constituer cette mission risquée m'intriguent... Mais à y réfléchir il reste un problème.

"Supposons que je réussisse, exposai-je. Votre village ne sera alors jamais rayé de la carte alors qu'il était censé l'être. Quellles seront les conséquences de ce paradoxe ?

-Elles seront moindres, Eluhn.

-...

-Je comprends ton hésitation. Cependant, sache que si le talisman est récupéré, nous nous assurerons qu'il ne quitte plus ce village. Ainsi, tu pourras revenir dans ton époque et t'en servir si jamais ton monde en a un quelconque besoin. Mais cette mission est périlleuse. Je te laisse le choix. Rielvan va t'accompagner dans une petite chaumière inoccupée. Tu pourras réfléchir posément à ta décision."

Là dessus, le lançargot fit une révérence et m'emmena dans le bâtiment évoqué.

------------

"Par mes plumes, tout est enfin près ! Il ne me reste plus qu'à faire un tour à la bibliothèque avant de partir !'
Telles furent les pensées d'Ysùl lorsqu'il quitta la salle de la tour des mages où il occupait sa fonction de chef de la ville. Dans le sac de cuir qu'il portait se trouvait, soigneusement rangée, la lettre qu'il avait reçu d'un certain Jabeorn le matin même. Il l'avait lue, et avait aussitôt décidé de s'engager pour sa région - comme autrefois. Il se dirigea vers la bibliothèque dont il avait la garde afin de faire un dernier tour de vérification. Bien que cela ne lui plaisait pas bien de la laisser pendant son absence, elle resterait ouverte. De son point de vue, personne ne devait, pour une quelconque raison, bloquer ou interdire l'accès à la connaissance. Il fit soigneusement le tour de la bibliothèque où lisaient quelques Pokémon, puis, satisfait, partit en laissant la porte ouverte.

Ce fut quelques minutes plus tard que Valtheod entra dans le bâtiment. Il venait dans le but de consulter des livres traitant de l'histoire de la région, pensant qu'il pourrait y trouver quelque chose d'utile. Il s'avança donc dans le rayon concerné et son regard tomba sur un ouvrage intitulé "Chroniques de l'Ordre d'Améthyste". Interessé, il le saisit et l'ouvrit. Le manuscrit traitait d'un Ordre de chevaliers au service du roi et du pays, il y a de cela de longues années. Il y avait en effet eu des rois dans la région, avant que le dernier d'entre eux, un tyran impitoyable qui écrasait son peuple d'impôts, ne fusse renversé et le château réduit à l'état de ruine. C'était depuis cette période que chaque village était indépendamment dirigé par un chef, et il n'existait plus de pouvoir à la tête de la région dans sa globalité.

Une région unifiée sous une même bannière... Peut-être cela aurait-il pu empêcher le chaos causé par l'armée ?

Le livre disait que l'Ordre d'Améthyste avait été célébré et ses membres élevés au statut de héros avant que le dernier roi ne le renouvelle. Depuis, il avait acquis une mauvaise réputation et s'était éteint avec le tyran.
Le scalproie tourna la page et aperçut une magnifique illustration d'une des générations de l'ordre. Parmi eux figurait un archéduc, triomphant, qui ressemblait beaucoup à Ysùl. Ses compagnons avaient tous la même prestance, et au cou de chacun pendait une croix soigneusement travaillée, sertie d'améthystes.
Troublé par la ressemblance entre les deux archéduc, Valtheod décida de questionner le gardien de la bibliothèque au sujet de cet ordre. Le héros tracé sur le papier était peut-être son ancêtre.

Il referma le livre et continua ses recherches.
J'arrive dans mon manteau de blizzard, on m'appelle la bête
Mais n'ayez-crainte, chers amis Poképédiens, je suis juste venu
Vous souhaiter un Joyeux Noël et de très heureuses fêtes

Avatar de l’utilisateur
-Arcegea-
Lame de la Justice
Messages : 397
Inscription : mar. 25 oct. 2016, 13:45
Localisation : Mont Sorberus
Contact :

Re: [Fanfic] Le Secret des cinq Orbes

Message par -Arcegea- » dim. 10 sept. 2017, 19:41

Voici la nouvelle illustration principale de la fanfic, sur Colors3D cette fois-ci ! (Le prochain chapitre devrait bientôt arriver !)
Image
J'arrive dans mon manteau de blizzard, on m'appelle la bête
Mais n'ayez-crainte, chers amis Poképédiens, je suis juste venu
Vous souhaiter un Joyeux Noël et de très heureuses fêtes

Avatar de l’utilisateur
Evolimiqui
Messages : 1667
Inscription : mar. 25 avr. 2017, 15:13
Localisation : Quel est ce regard oppressant qui pèse sur toi ?

Re: [Fanfic] Le Secret des cinq Orbes

Message par Evolimiqui » dim. 10 sept. 2017, 19:56

-Arcegea- a écrit :
dim. 10 sept. 2017, 19:41
Voici la nouvelle illustration principale de la fanfic, sur Colors3D cette fois-ci ! (Le prochain chapitre devrait bientôt arriver !)
Image
Wow ! J'adore la nouvelle illustration ! *0*

Et vivement le prochain chapitre ! 😉
Ho ho ho ! Vous avez été bien sages cette année, les enfants ? Oui ? Hmmm... En général, vous dites ça uniquement pour avoir les cadeaux, je me trompe ? Ah, pardon, vous avez dit non ? Très bien...


Le Père Noël repassera l'année prochaine !

Avatar de l’utilisateur
-Arcegea-
Lame de la Justice
Messages : 397
Inscription : mar. 25 oct. 2016, 13:45
Localisation : Mont Sorberus
Contact :

Re: [Fanfic] Le Secret des cinq Orbes

Message par -Arcegea- » dim. 24 sept. 2017, 10:24

Chapitre 26 : La forteresse maudite
C'était une forteresse impressionnante, entourée d'une brume malsaine, qui formait un contraste frappant avec Trameck et son château envahi par la végétation. Ici, celle-ci semblait avoir fui la terrifiante bâtisse. Dans les légendes, une brume comme celle que nous voyions servait aux morts-vivants à se cacher pour mieux attaquer. Siga a dit que ce fort était gardé par des revenants vindicatifs. Gloups.

Oui, vous avez bien entendu. J'ai décidé d'accomplir la mission qui m'a été confiée, accompagnée de Rielvan, le garde du corps de la princesse cerfrousse. Siga m'a assuré que cette modification dans le passé n'aura aucune conséquence négative sur le monde actuel, mon monde. Bien au contraire. Car si le talisman est sauvé, il restera à Trameck. Ainsi, je pourrai revenir dans la ville telle qu'elle sera à mon époque, récupérer le talisman et m'en servir... Car je me rends compte... Siga a parlé d'un "arbre-vie", qui maintiendrait l'équilibre des villages. Si l'arbre-vie se meurt, le village se ternit. Maintenant que j'y pense, il me semble avoir lu quelque chose de semblable à la bibliothèque de la Cité des Mages. Mais... Se pourrait-il que l'assombrissement de Bourg Verdure... soit lié à son arbre-vie ? Cela expliquerait bien des choses, et nous permettrait de sauver le village grâce au talisman !

C'est donc pour ces raisons que j'ai accepté. Siga, Rielvan, tous ces villageois, ils comptent sur mon aide. Je suis secouriste après tout, mon devoir est de protéger et d'aider ceux dans le besoin. Même si cet endroit ne me rassure pas...
Ce fut ainsi que nous entrâmes. Et dès mes premiers pas je trouvai la brume étouffante. Elle était épaisse, brouillait notre vue, et pour couronner le tout, dégageait une odeur nauséabonde qui prenait à la gorge. Difficile de croire qu'un objet permettant de soigner des arbres-vie soit caché ici...
Une fois la porte principale, faite de bois pourri et de métal rouillé, et l'entrée humide et froide franchies, nous débouchâmes sur la première pièce. Et à peine eus-je fait deux pas que je me retrouvais engluée dans quelque chose de collant. En ouvrant les yeux autour de moi, j'aperçus qu'il s'agissait de toiles de migalos, des toiles de migalos qui emplissaient l'espace de la salle entier. Je commençai à me débattre pour me sortir de là.

"Non ! me cria Rielvan, ne te débats surtout pas ! Tout ce que tu risques est de t'emmêler encore plus. Il faut les traverser doucement."

Et, joignant le geste à la parole, il se glissa dans les toiles, tranchant parfois les plus récalcitrantes avec ses deux lances. Je l'imitai, me servant, moi, de ma corne, qui était cela dit moins efficace. Je fus, un moment, tentée de mettre le feu aux toiles avant de me rappeler que j'étais accompagnée d'un lançargot. Tant pis, il va falloir prendre sur moi. En effet, progresser parmi ces toiles collantes s'avérait extrêmement lent et frustrant. La sortie est là, je la vois... Mais j'ai l'impression que je ne suis pas près de l'atteindre.
Soudain, j'entendis Rielvan devant moi étouffer un gémissement.

"Fais attention, Eluhn... Des toiles de mygavolt électrifiées se cachent dans cet enchevêtrement..."

Ah ben oui. Ça aurait été trop facile sinon. De longues et frustrantes minutes et quelques coups de jus plus tard, nous nous extirpâmes enfin de ces maudites toiles. Et j'ai le sentiment que ce n'était que le début... Devant nous se dressait maintenant une autre porte envahie par la pourriture et la rouille. Par terre, une demi-pomme abandonnée qui avait plus l'apparence d'une morviture. Et toujours cette odeur infecte.
Cette porte étant le seul moyen de progresser dans le fort, nous l'empruntâmes. Mais à peine eus-je posé un sabot dans la pièce suivante que je sentis que quelque chose n'allait pas. J'en eus la confirmation aussitôt quand un diamat me sauta dessus. Bien ! Un diamat, ça a une double faiblesse au type Fée. Le hic, c'est que je ne connais aucune attaque de type Fée, moi. Et de toute façon, ce diamat ne m'a pas l'air ordinaire. Il est couvert de coupures et me semble... Dénué de toute vie ? Sa seule vocation sembla être de nous attaquer. Il tenta de me mordre, ce qui était difficile à gérer avec ses deux mâchoires aux dents pourries qui claquaient à quelques centimètres de moi. Rielvan vint à mon secours.

"Vous ne passerez pas !" cria le dragon obscur d'une voix qui se rapprochait plus d'un chuintement.

Le combat continua. Le lançargot disposait d'une attaque de type Insecte, ce qui s'avéra particulièrement efficace. Quant à moi, je brûlai notre adversaire à l'aide de Feu Follet, afin de réduire les dégâts occasionnés par les mâchoires. J'utilisai ensuite Estocorne, faute de mieux.
Le diamat sembla faiblir et implora notre grâce :

"Passez, passez ! Mais s'il vous plaît, emmenez l'autre folle avec vous !"

Alors que je me demandais de quelle folle il parlait, une sucreine qui semblait avoir passé un bon bout de temps dans ce fort surgit derrière lui.
"Elle..." fit le dragon en la désignant d'une de ses têtes.

En effet, rien qu'à la voir, elle ne semblait pas très nette.

"Il s'agit d'une prisonnière capturée ici il y a trois ans... Mais passer ce temps dans le fort l'a rendue un peu folle... En fait, je pense qu'il s'agit d'une sorte de malédiction qui touche les vivants à long terme... Sortir devrait la rétablir... Je vous en conjure on m'a désigné comme son gardien mais je ne la supporte plus !"

De toute façon, ce n'est pas comme si nous avions le choix...

"Je vous préviens, quand vous lui parlez, prononcez son nom. C'est Ceruth. Je pense qu'il n'y a que comme ça qu'elle capte qu'on lui adresse la parole. Et préparez-vous, ses réponses sont la plupart du temps dénuées de sens. En tout cas, merci ! Vous me libérez d'un poids, vraiment ! Maintenant, filez vite et emmenez-moi cette démente loin d'ici !"

Ouf... Nous l'avons échappé belle. Et tout ça grâce à Rielvan. Le prochain qui me dit que les insectes sont faibles, je lui botte l'arrière-train. Mais tout de même... J'espère que cette sucreine ne nous causera pas trop d'ennuis. Notre mission est dangereuse et importante, donc nous n'avons pas intérêt à faire le moindre faux pas ! Mais qui sait, peut-être sait-elle quelque chose ?

"Bon, Ceruth ... Sais-tu comment sortir d'ici ?

-Sortir d'ici fait bien !"

J'aurais dû m'en douter... Néanmoins, je revins à la charge :

"Sais-tu où le est le talisman, ...... ?

- Talisman mais bien pierre Aube !"

Quoi ? Mais quelle pierre Aube ? Je crains qu'elle ne nous soit pas d'un grand secours... De toute façon, pas le choix, nous devons continuer.
La prochaine pièce ne contenait aucune toile gênante, mais le sol était tapissé de plaques et de "dalles étranges" (pardonnez-moi, je ne sais pas comment les appeler autrement). Pour la première fois depuis...longtemps, je ne fonçai pas tête baissée et eus un sérieux doute. Qui sait, poser le sabot sur l'une des plaques de bois allait peut-être provoquer ma chute en même temps qu'un sol se dérobant sous moi...
Le lançargot s'avança et appuya prudemment sur une plaque à l'aide d'une de ses lances. Aussitôt, une rangée de dalles bizarres se dressa, nous bloquant le passage. Rielvan comprit :

"Le seul moyen de passer, ce s'rait de passer par dessus ces plaques sans les toucher, pour éviter le déclenchement du mécanisme. Cependant, ça couperait notre élan chèrement acquis."

Il baissa la voix et désigna du menton la sucreine.

"En plus, je crains qu'elle ne nous ralentisse."

Malheureusement, je partageais son avis.

"Bon, Ceruth, fais comme nous, d'accord ?

- du méga-gemme comme le type Poison !"

Hmmm... Sans commentaire...
Je commençai à sauter entre les plaques et les dalles. Pour une fois, je me débrouillai mieux que Rielvan ! Ma morphologie me permettait de mieux sauter que lui, qui se déplaçait lentement. Je dirais presque, sans me vanter, que ma course était élégante et agile. Enfin... jusqu'à ce qu'une dalle ne se relève brusquement devant moi. Ne l'ayant absolument pas prévu, je la reçus en pleine figure. Un cri de douleur m'échappa alors qu'un flot de sang jaillissait de mes naseaux. Me retournant, chancelante, je vis la sucreine debout sur une plaque, l'air ravie, sans rien dire ni probablement sans m'avoir remarquée. Lorsqu'elle reprit place sur le sol, la dalle redescendit aussi brusquement qu'elle était montée. Un rire visiblement perturbé lui échappa.

"Eluhn..." commença Rielvan.

"Argh... Ce n'est rien... Cont...continuons coûte que coûte !"

Rajoutez à cela un air abruti par le choc, et je devais avoir l'air possédée. Mais qu'importe. Mas course fut cependant moins gracieuse, et une forte douleur émanant de mes naseaux retentissait dans toute ma tête à chaque saut. Tout de même, j'en voulais à Ceruth même si elle ne l'avait manifestement pas fait exprès. Dans ma course maladroite, J'atteris malencontreusement sur une plaque et et entendis un mécanisme se déclencher derrière moi. Rielvan apparut subitement dans mon champ de vision, planant comme un bekipan à courrier. Il atterrit sur une autre plaque bizarre et une de ses lances s'enfonça, le plantant là tel un épieu dans de la terre meuble et provoquant la levée d'autres dalles, comme s'il n'y en avait déjà pas assez. Il s'en extirpa en étouffant un juron, indemne. Malgré ma douleur, je ne pus m'empêcher de rire. Ma bourde avait entraîné le mécanisme alors que le lançargot se trouvait sur une plaque, et il avait été projeté comme un fétu. Décidément, ce système a de la puissance...

"S'il vous plaît... Je n'ai pas envie de ressortir avec l'un d'entre nous en morceaux, alors faites attention..." soupira l'insecte en se remettant en marche.

Quelques secondes plus tard, une dalle surgît devant moi.

La traversée fut ardue, douloureuse pour certains, mais nous réussîmes finalement. Ma peau était désagréablement sèche autour de mes naseaux à cause du sang qui avait commencé à coaguler. Comble de cela, notre périple était visiblement loin d'être terminé. Nous avions encore une salle devant nous, au sol tapissé de sable réparti en zones différentes : des zones claires et des zones foncées.

"À tous les coups, ce sable cache quelque chose... Ce serait trop facile, sinon."

En m'avançant, j'examinai le sable pour savoir sur quelle teinte il valait mieux poser les sabots. Le sable foncé me semblait plus stable et plus tassé, j'optai donc pour celui-ci. Ma patte s'enfonça dedans, et je vis que le sable commençait à l'engloutir. Avec difficulté, je la retirai précipitamment du gosier de ce monstre. En posant délicatement le sabot sur le sable clair, je vis qu'il ne recélait aucun danger apparent.

"Les zones foncées sont des sables mouvants ! Marchez sur les zones claires ! Tu entends, Ceruth ? Sur les zones claires !

-Zones claires du ; Lancécrou ?

-Oui, c'est ça, c'est ça !"

J'espère que cette réponse dénuée de sens ne signifie pas son incompréhension.
Je m'engageai à nouveau sur le sable clair, évitant soigneusement les parties foncées. Rielvan encadrant de près la sucreine folle, nous pûmes avancer sans trop d'encombres, si ce n'est le "tic" qui retentit lorsque nous passâmes à hauteur du centre de la pièce. Trois lugubres sons de cloches résonnèrent. Brrr... Espérons que ce ne soit pas une alarme... Traverser le reste de la salle fut assez aisé et, merci Arceus, nous n'eûmes aucun problème avec notre "passagère".

Allez, cinquième salle, maintenant ! En verra-t-on le bout un jour ? Cette pièce était similaire à la deuxième, c'est à dire un poste de garde...

"INTRUS DÉTECTÉS ! INTRUS DÉTECTÉS ! PAS DE PITIÉ ! EXTERMINATION !"

Je restai figée. Mais littéralement. Ce que je voyais ne pouvait être possible... Devant moi se dressaient deux exagide, dont l'un était chromatique. Ils semblaient cependant moins vétustes que ceux du portail, ne portant aucune trace de rouille, mais ils dégageaient la même aura que Ceruth. Toutefois, ils avaient l'air capables de faire des alignements de mots à peu près corrects... Mais leur voix... Et même, ce duo, un normal et un chromatique, qu'on ne doit pas retrouver à tous les coins de rue... Ce sont eux, c'est obligé ! Mais que font-ils là ? Est-ce illusion ?
Bon. Je sais désormais qu'ils sont de type Acier. Étant de type Feu, je suis avantagée. Ou bien ! Peut-être puis-je négocier avec eux, ils me connaissent, normalement !

...

Cette idée me parut immédiatement stupide. Bien sûr que non, ils ne me connaissent pas, puisque nous sommes dans le passé... Je ne suis même pas censée être née... Suis-je un danger pour ce monde ?

Je chassai ces pensées en chargeant un lance-flammes qui frappa la lame la plus sombre de plein fouet. Rielvan lança son attaque de type Insecte, croisant ses deux lances, mais cela eut l'air de chatouiller l'exagide. Quant à Ceruth... Elle resta plantée sur le côté, regardant la scène.

"Ceruth ! Bats-toi ! Y'a urgence !

- y va urgence !

- Je n'ai pas besoin de pijako, bats-toi !"

Rien n'y fit. Nous allons devoir combattre à deux. L'exagide normal c'était rapproché dangereusement. Soudain, il sauta hors du bouclier qu'il tenait, et l'attrapa d'une de ses "mains", qui ressemblaient plus à des rubans qu'autre chose. Sa lame étincela, et il tournoya avant de s'abattre sur Rielvan. Le lançargot para le coup et frappa avec sa lance, ce qui ne ressemblait à aucune attaque de connue.

"Eluhn, nous sommes en danger, fini les capacités inoffensives ! Tu dois frapper primitivement ! Ce sont des morts-vivants, nous ne pouvons pas les tuer, mais assommons-les !"

"Nous ne pouvons pas les tuer"... Heureusement ! Quel paradoxe se serait s'ils mourraient ! Qui garderait le portail ?
Le lançargot continua ses attaques primitives.

"C'est comme ça que nous frappons lorsque la guerre fait rage !"

Alors que l'exagide chromatique avait lui aussi sauté hors de son bouclier, je puisai au plus profond de moi-même, ne cherchant plus à utiliser une capacité qui ne blesserait pas. Cette fois-ci, les séquelles seront bien présentes. Mais je dois tout de même faire attention à ne pas trop les amocher... Et si, la prochaine fois que je les rencontre dans mon époque, ils se souviennent brusquement de cet épisode ?
Je sentis ma gorge brûler, d'une chaleur bien plus intense qu'à l'habitude. Pendant ce temps, l'exagide que visait Rielvan rentra dans son bouclier. Une sorte de barrière apparut et l'attaque du lançargot fut parée. Un feu crépitant sortit de ma bouche ouverte et frappa mon adversaire en plein dans le bouclier. L'adversaire recula précipitamment, l'oeil plissé de douleur. Je me préparai à recommencer. À côté de moi, le choc des lances de Rielvan et du bouclier de son exagide résonnait.

"VOUS NE PASSEREZ PAS ! NOUS NOUS BATTRONS JUSQU'À LA MORT S'IL LE FAUT !"

Comment ça, ils peuvent mourir ?
J'abandonnai alors l'idée d'une seconde attaque.

"Stop ! Nous avons besoin de passer !"

Rielvan me regarda avec surprise.

"Notre monde en a besoin ! Tout va périr, sinon !"

Les exagide ne montrèrent aucune compréhension.

"ARGUMENT NON RECEVABLE ! ATTAQUE COMBINÉE ! "

Sur-ce, ils sortirent tous deux hors de leur bouclier, et se mirent à trembler, l'oeil froncé. De l'énergie spectrale commença à émaner de leur corps, et toute la pièce s'ébranla. De la poussière et des petits gravats chutèrent du plafond qui se fissurait.

"Eluhn ! Pas le choix ! La salle va s'effondrer, on passe en force ! Ceruth ! Suis-nous !!"

Les deux lames semblaient accumuler de plus en plus de puissance.

"À mon signal ! Un...deux... Trois !"

Nous forçâmes le passage. Je ne regardai pas si Ceruth suivait, ne fixant que la sortie. De la poussière pénétra dans mes yeux, me brouillant la vue. Je sentis une pierre heurter ma croupe. Lorsque je bousculai un exagide, une sensation de froid paralysa un de mes membres et ce fut en titubant que je passai l'encadrement de la salle suivante, rejointe par Rielvan.
Les exagide se retournèrent lentement vers nous et lancèrent leur attaque. Au même moment, le plafond céda dans une pluie de poussière et de gravats. Bientôt, tout ne fut plus qu'un silence de mort.
J'arrive dans mon manteau de blizzard, on m'appelle la bête
Mais n'ayez-crainte, chers amis Poképédiens, je suis juste venu
Vous souhaiter un Joyeux Noël et de très heureuses fêtes

Avatar de l’utilisateur
-Arcegea-
Lame de la Justice
Messages : 397
Inscription : mar. 25 oct. 2016, 13:45
Localisation : Mont Sorberus
Contact :

Re: [Fanfic] Le Secret des cinq Orbes

Message par -Arcegea- » sam. 30 sept. 2017, 16:35

Voici une carte avec les différents lieux mentionnés pour pouvoir s'y retrouver :
Image
Guildes :
1. Guilde de Jabeorn
2. Guilde de Rorsil

Villes :
1. Bourg Verdure
2. Andésia
3. Era
4. Beorsyl
5. Cité des Mages
6. Place Pokémon
7. Irath
8. Azurel
9. Lun'el

Lieux :
1. Ruines de Tengana
2. Colline des Anciens
3. Ancien Château Royal
4. Vestiges de Trameck
5. Village Forestier
6. Temple de la Jungle

Donjons :
1. Mt Ardent
2. Val silencieux
3. Grand Ravin
4. Bois Sinistre
J'arrive dans mon manteau de blizzard, on m'appelle la bête
Mais n'ayez-crainte, chers amis Poképédiens, je suis juste venu
Vous souhaiter un Joyeux Noël et de très heureuses fêtes

Avatar de l’utilisateur
Evolimiqui
Messages : 1667
Inscription : mar. 25 avr. 2017, 15:13
Localisation : Quel est ce regard oppressant qui pèse sur toi ?

Re: [Fanfic] Le Secret des cinq Orbes

Message par Evolimiqui » sam. 30 sept. 2017, 17:58

-Arcegea- a écrit :
sam. 30 sept. 2017, 16:35
Voici une carte avec les différents lieux mentionnés pour pouvoir s'y retrouver :
Image
Guildes :
1. Guilde de Jabeorn
2. Guilde de Rorsil

Villes :
1. Bourg Verdure
2. Andésia
3. Era
4. Beorsyl
5. Cité des Mages
6. Place Pokémon
7. Irath
8. Azurel
9. Lun'el

Lieux :
1. Ruines de Tengana
2. Colline des Anciens
3. Ancien Château Royal
4. Vestiges de Trameck
5. Village Forestier
6. Temple de la Jungle

Donjons :
1. Mt Ardent
2. Val silencieux
3. Grand Ravin
4. Bois Sinistre
Merci d'avoir indiqué l'emplacement des différents lieux ! Je croyais que la Cité des Mages était tout au Nord-Ouest ! :D À part ça, un point rouge situé sur une île du Sud-Ouest n'a pas de numéro, mais je déduis tout de même qu'il s'agit d'Azurel ?
Ho ho ho ! Vous avez été bien sages cette année, les enfants ? Oui ? Hmmm... En général, vous dites ça uniquement pour avoir les cadeaux, je me trompe ? Ah, pardon, vous avez dit non ? Très bien...


Le Père Noël repassera l'année prochaine !

Avatar de l’utilisateur
-Arcegea-
Lame de la Justice
Messages : 397
Inscription : mar. 25 oct. 2016, 13:45
Localisation : Mont Sorberus
Contact :

Re: [Fanfic] Le Secret des cinq Orbes

Message par -Arcegea- » dim. 01 oct. 2017, 07:22

Il y a un numéro 9, mais suite à une erreur que je n'ai pas réussi à corriger il est bleu, et peu lisible. Il s'agit de Lun'el, Azurel est le point rouge dans la mer juste au dessus.
J'arrive dans mon manteau de blizzard, on m'appelle la bête
Mais n'ayez-crainte, chers amis Poképédiens, je suis juste venu
Vous souhaiter un Joyeux Noël et de très heureuses fêtes

Avatar de l’utilisateur
Evolimiqui
Messages : 1667
Inscription : mar. 25 avr. 2017, 15:13
Localisation : Quel est ce regard oppressant qui pèse sur toi ?

Re: [Fanfic] Le Secret des cinq Orbes

Message par Evolimiqui » dim. 01 oct. 2017, 12:35

-Arcegea- a écrit :
dim. 01 oct. 2017, 07:22
Il y a un numéro 9, mais suite à une erreur que je n'ai pas réussi à corriger il est bleu, et peu lisible. Il s'agit de Lun'el, Azurel est le point rouge dans la mer juste au dessus.
D'accord ! :^^:
Ho ho ho ! Vous avez été bien sages cette année, les enfants ? Oui ? Hmmm... En général, vous dites ça uniquement pour avoir les cadeaux, je me trompe ? Ah, pardon, vous avez dit non ? Très bien...


Le Père Noël repassera l'année prochaine !

Avatar de l’utilisateur
-Arcegea-
Lame de la Justice
Messages : 397
Inscription : mar. 25 oct. 2016, 13:45
Localisation : Mont Sorberus
Contact :

Re: [Fanfic] Le Secret des cinq Orbes

Message par -Arcegea- » jeu. 19 oct. 2017, 17:48

Chapitre 27 : Epreuve à haut risque
Ah... Cet éboulement... Nous l'avons échappé belle... Mais... Que sont devenus les exagide, ensevelis sous ces pierres ? Logiquement, étant donné qu'ils existent toujours dans mon monde, ils vont s'en sortir... Heureusement ! Mais nous, nous avons bien failli y passer ! Mais tout est bien qui finit bien (enfin, pour le moment...), nous sommes tous là, Rielvan, Ceruth et moi. Espérons que nous allons le rester encore longtemps... En effet, la prochaine salle ne m'enchante guère. Il s'agit d'un précipice très profond, si profond que son fond n'est que noirceur. Au milieu s'étirait un chemin de glace qui reliait les deux portes. En observant, je vis ce cette glace était posée sur un immense mur de pierre, qui prenait racine dans l'infini du trou et semblait pouvoir servir de pont si la glace fondait. Ce fut ce que je m'attelai à faire, question de sécurité, en envoyant mon plus beau geyser de feu. Cependant, à ma grande surprise, rien ne bougea. La glace était trop épaisse et compacte, je n'avais même pas réussi à l'entamer à peine !

"B-b-bon, tant-pis, E-Eluhn... P-p-passons directement sur la gla-gla-glace, en faisant attenten-attention..."

Je me retournai vers Rielvan et le vis grelottant de froid. Ceruth avait cependant l'air de mieux s'en sortir, au même titre que moi qui étais toujours au chaud grâce à mon feu intérieur. Par contre, passer sur cette glace avec ces deux crevasses sur les côtés ne me plaît pas du tout ! Quel danger !
Je m'engageai doucement sur l'eau solidifiée, mais me rendis vite compte qu'avec mes sabots, c'était peine perdue. J'allais obligatoirement me retrouver dans le trou !

"A-attends, Eluhn, j'y v-vais !" fit le lançargot qui faisait des bonds sur place pour se réchauffer.

Il tenta de planter une de ses lances dans la glace, mais celle-ci la fit glisser et la dévia, manquant d'entraîner Rielvan dans le vide.
Décidemment, ce passage promettait d’être délicat… J’envisageai d’utiliser Rebond, mais le plafond était trop bas, la piste trop longue, et de toute façon ce n’est pas ça qui aurait aidé Rielvan et Ceruth… Je tentai alors l’inutile et l’inespéré…

« Sais-tu comment faire, Ceruth ?

-Y va bon faire Exploforce sur les moufflair !

- Certes … »

Inutile et inespéré, comme je l’avais prédit ! Mais que faire, dans ce cas ? Nous n’allions tout de même pas rester là ! J’en vins d’abord à envisager la solution désespérée : prendre un maximum d’élan en un minimum de temps, afin de se laisser glisser, je l’espère, jusqu’au bout… Peut-être aurais-je une chance de m’en sortir grâce à la capacité d’accélération de mon espèce, mais Rielvan… Le lançargot se déplaçait en effet plutôt lentement. Comment prendrait-il assez d’élan ? Et Ceruth ? Comprendrait-elle ? Dois-je parler de ce plan risqué aux autres ? Bon, allez, de toute façon nous n’avons rien à perdre… Argh, c’est dans ces cas-là qu’on a besoin d’un type Vol !

C’est dangereux, tout de même… » marmonna Rielvan lorsque j’eus exposé mon idée.

« Tu as une autre option ?

- Non, et c’est ça qui m’inquiète… Enfin… Je pourrais utiliser Plaie-Croix sur cette pierre, là-bas, pour me propulser… Ainsi, j’atterrirai sur la glace, et si j’ai de la chance, je glisserai droit jusqu’à la porte suivante. Toi, tu prends de l’élan normalement. Je pense que Ceruth montera sur ton dos si cela ne te ralentira pas, parce que franchement, là, elle m’inquiète… C’est dangereux, mais que veux-tu, on n’a pas d’autre solution.

- Ok ! Ceruth, monte sur mon dos !

- Monte bien fait froid »

Et elle ne bougea pas. Oui, d’accord, peut-être qu’il fait froid, mais est-ce une raison ? Rielvan, à présent réchauffé, soupira. Il se dirigea vers la sucreine, la souleva à l’aide de ses lances, et la plaça sur mon dos. Étrangement, elle pesait beaucoup moins lourd qu’elle le paraissait, ce qui était tout à mon avantage ! Le garde du corps de Siga déplaça ensuite la pierre qu’il avait désignée, ployant sous l’effort. Il recula, jugeant son approche. Enfin, il bondit, croisa ses lances et frappa la roche de toutes ses forces. Le bloc vola en éclats et le lançargot, penché en avant, fut projeté sur la piste de glace. Sa trajectoire fut parfaite ! Il glissa d’une lisse traite, et eut le temps de sauter avant d’atteindre le sol pierreux de l’autre rive afin de ne pas être brusquement stoppé.

« À vous deux, maintenant. »

Je reculai. Je n’allais pas avoir besoin de beaucoup de pas, mais autant m’assurer d’avoir toutes mes chances (ce qui est encore loin d’être le cas, vous me direz !).

« Accroche-toi, Ceruth ! »

En deux bonds, je fus sur la glace. Cependant, le poids de mon bagage me déséquilibra, et notre course ressembla davantage à celle d’une toupie. Eh bien, je vous dis, plus jamais ça ! Je crus mourir durant cette traversée périlleuse, bien qu’elle fût courte. J’eus le temps d’apercevoir le vide, sombre puits immense et menaçant, lorsque mon sabot frôla la limite entre celui-ci et la glace. Nous achevâmes enfin notre parcours qui se solda par une belle acrobatie : le passage de la glace à la pierre nous ralentît brusquement, nous faisant vaciller avec plus ou moins d’élégance et projetant Ceruth à terre. Ma tête tournait comme le petit rouage d’un cliticlic et j’eus du mal à me remettre debout. J’avisai la fameuse porte, qui avait failli nous coûter la vie. Un petit morceau d’étoffe pendait à un clou enfoncé dans la porte, et il semblait se balancer doucement comme pour me narguer…

« Pfiou ! Bravo ! Le pire est derrière nous… Enfin, peut-être pas »

Doué pour donner le moral, le Rielvan ! Enfin, sortons de cette pièce infernale. Je commence à avoir un peu froid, moi…

La pièce suivante m’évoqua quelque chose : le récit d’Aluhria, Flunnel et Silgoth lorsqu’ils avaient ramené le second orbe. En effet, cette salle se résumait en une allée clairsemée de « dalles étranges » (oh non, pitié, pas encore…), flanquée de chaque côté d’une rangée de piquants bien acérés. Sur les murs, on pouvait voir des trous à intervalles réguliers, en face que chaque dalle au sol. Il s’agit d’une course fléchée ! ce qui m’a mis le statitik à l’oreille ? Les quelques flèches plantées dans les murs, de part et d’autre du chemin… Et, comble de la fourberie, les plaques tapissaient toute l’allée, nous étions donc obligés de marcher dessus…

"On va recommencer ! s'exclama Rielvan. Eluhn, tu prends Ceruth sur ton dos, et tu cours à fond ! Si tu te débrouilles bien, les flèches seront trop lentes pour vous toucher. Moi, je tenterai de planter mes lances pile entre les plaques, il y a de petits jours...

Ça ne sera pas aisé, mais va !"

Là-dessus, il saisît la sucreine sans préavis et la posa sur mon dos comme un sac à patates... Aïe ! Merci, Rielvan...

"Bon, tu y vas, le plus vite possible, d'accord ?"

Pour la seconde fois, je m'élançai à toute vitesse. J'entendis le claquement des mes sabots, le cliquètement des mécanismes, le sifflement des flèches et le son vibrant qu'elles émettaient en se plantant dans le mur. Pour pouvoir s'enfoncer dans de la pierre, elles doivent être incroyablement acérées ! J'en sentis une, heureusement sans douleur, traverser ma crinière. Enflammée, elle chuta sur le sol. Heureusement qu'elle n'avait pas touché Ceruth... La course folle prit enfin fin et je fis descendre ma passagère, de force car elle ne semblait pas être disposées à m'écouter...
Vint ensuite le tour de Rielvan. Pour lui, la manœuvre était plus délicate. Il s'agissait plus d'un parcours acrobatique. Il devait parfois soutenir son propre poids d'une seule lance, alors qu'il tenait en équilibre entre deux plaques. J'entendis soudain un claquement métallique inquiétant et vis qu'une flèche s'était fichée dans sa coquille, heureusement il sembla ne rien sentir et continua son audacieux parcours, qui semblait néanmoins le fatiguer malgré sa carrure robuste. Il finit par arriver au bout, mais se laissa tomber d'épuisement un poil trop tôt. La réponse du mécanisme ne se fit pas attendre : un projectile partit, et se ficha dans le bras du lançargot sous mes yeux horrifiés. L'insecte grimaça et se laissa rouler sur le côté, hors d'atteinte des flèches. Il se redressa. La manière dont il se redressait et le stoïcisme avec lequel il supportait sa blessure me laissèrent penser qu'il devait avoir de l'expérience en matière de guerre.

"Ça va, Rielvan ?"

Question idiote. Bien sûr que ça n'allait pas, avec une telle pointe dans le bras. De minces filets de sang commençaient à suinter de la plaie. Je vis avec horreur que le projectile était profondément enfoncé.

"Grmm... Ça va aller... Aucun organe vital n'a été touché, c'est le principal. Eluhn, il faudrait que tu enlèves cette flèche, mais on n'a rien pour bander... "

Problématique... Si le lançargot se vidait de son sang, il n'y survivrait pas...Que faire ?

Ah ! Attendez... Je crois que j'ai une idée.

"Attends, Rielvan, je reviens immédiatement !"

Je me détournai et rebroussai chemin. J'allais devoir retraverser l'enfer fléché deux fois, mais cela permettrait de sauver Rielvan.
"Eluhn ?! Qu'est-ce que tu fais ?"

Je ne l'écoutai pas et traversai le chemin de plaques à toute allure, faisant à nouveau siffler les flèches. L'une d'entre elles effleura ma croupe avec ses plumes... Ouf ! Cette dangereuse épreuve à nouveau surmonté, je pénétrai dans la salle précédente, et avisai le morceau de tissu toujours cloué à la porte. Il était assez crasseux et déchiré par endroits, mais il devrait faire l'affaire. Je l'arrachai et l'emportai pour une nouvelle course folle. Heureusement aucune flèche ne me frôla et je pus emporter l'étoffe à bon port.

"Ah ! Bonne idée... Elle est sale et ça risque de s'infecter, mais ça stoppera l'hémorragie."

Effectivement... Je n'avais pas pensé à ce risque d'infection. Je soufflai sur le tissu afin de chasser le plus de poussières possibles et le tendis au lançargot, le temps de le libérer de l'étreinte pointue qu'il subissait.

"Alors, maintenant, il faut que j'enlève cette flèche...

-Oui, mais fais attention ! Si tu tires, la pointe restera dans la plaie et ça s'infectera pour de bon ! Tu dois enlever toutes les plumes et pousser !

- Hein ?! Mais elle va te transpercer le bras !

- Oui, mais c'est la solution la plus sûre ! Allez !"

Puisqu'il le dit...
Avec mes dents, j'arrachai toutes les plumes de la flèche, qui se résuma bientôt à un trait planté dans la chair de Rielvan. Je commençai à la pousser, indécise. Elle s'enfonça encore un peu plus. L'insecte serra les mâchoires, la tête baignée de sueur.

"Argh... Encore... Eluhn..."

Je poussai plus fort. La pointe de la flèche ressortit de l'autre côté du bras. J'allais maintenant bientôt devoir la tirer avec mes dents, et tant pis si elle était imbibée de sang. Le goût fut écœurant, je l'avoue, mais je parvins finalement a extraire le projectile que je jetai, crachant à terre au passage.

"M-Maintenant, vite, le bandeau !" me pressa le lançargot, livide.

Il l'appliqua, avec mon aide, sur la plaie, après l'avoir solidement enroulé. Il se teinta aussitôt d'un rouge sang que j'aurais préféré oublier pour le moment. Ne me demandez pas comment, nous réussîmes à le faire tenir solidement en place, sous le regard de cette consternante sucreine qui n'avait pas bougé d'un iota, alors que je me démenai...

"Merci, Eluhn... Je vais pouvoir... de toute façon je dois, continuer. Espérons que nous ne sommes plus loin du but."

Oui, espérons. Je commence à en avoir marre de cette vielle forteresse moisie. Allons à ce qui, je l'espère, sera la dernière salle. Ouvrons cette porte... Oui ! Il me semble que nous sommes au fond, car cette salle est grande et ne possède aucune porte au fond. Mais...deux ludicolo zombifiés la gardent. Pas de combat, pas encore ! À mon grand soulagement, ou plutôt à ma grande surprise, ils ne bougèrent pas.

"Que voulez-vous ? demandèrent-ils soudain de deux affreuses voix, si coordonnées qu'on en aurait dit une seule.

"Récupérer le talisman que vous nous avez volé, nous, habitants de Trameck !

- Pour cela, voyez avec le maître des lieux, puissant être de métal."

Sur ce, il se retirèrent.

"Puissant être de métal"... Cela concernait-il le chef mentionné, ou bien Rielvan ? Espérons que ce soit Rielvan. Je n'ai aucune envie de me retrouver face à un galeking ou un steelix...
Rien ne vint, et je commençai à me demander s'il ne fallait pas que nous agissions par nous-mêmes quand, dans un nuage de fumée rose, le maître des lieux arriva. Le "puissant être de métal" mesurait environ une vingtaine de centimètres, et possédait comme qui dirait une petite bouille paisible, qui avait cela dit l'air sain d'esprit. Dans un cliquetis de clés plus ou moins rouillées, il tourna sur lui même. Ces mêmes clés étaient attachées à son corps, qui formaient un anneau. Une excroissance sur sa tête faisait elle aussi songer à une clé, et son nez avait la forme d'une serrure. Quelle était donc cette créature ? Il tourna à nouveau sur lui-même, et s'adressa à nous d'une voix fluette, quoi qu'autoritaire.

"Puis-je connaître la raison de votre intrusion ?

-Récupérer le talisman volé, répondis-je machinalement.

-Comme vous êtes rigolos... Non, je vous demande la vraie raison...

-Nous disons la vérité !

-Bien, à supposer que vous dites vrai... Le talisman se trouve ici."

Il désigna un crochet au mur, dont j'aurais juré qu'il n'était pas là il y a quelques secondes. A ce crochet pendait une amulette, une pierre orangée aux délicieux reflets de feu... Quelle beauté !

"Donc, vous le voulez, hein... J'ai cependant toutes mes raisons de dire que je ne devrais pas vouloir ne pas vouloir ne pas vous le céder. Quelles sont les raisons qui vous poussent à croire que je vous laisserai ce trésor ?"

Je ne répondis pas, sonnée par la construction tortueuse de la phrase qu'il avait prononcée. Rielvan intervint :

"Écoutez, notre village va être ravagé, nous en avons absolument besoin !

-En quoi cela concerne-t-il ma fantasmagorique personne ?"

Et modeste avec ça...

"Nous en avons besoin ! Tant de vies en ont besoin ! Vous ne pouvez donc pas comprendre ? Dans ce cas, j'utiliserai la force s'il le faut !"

L'être ricana.

"Pas de ce petit jeu contre moi, petit lutin... Ici, seule une loi compte, celle du plus malin. La force est l'intelligence des faibles... Voilà donc mon marché. Je vais vous soumettre une énigme. Si vous répondez juste, vous remportez le talisman, quoi que cela ne me plaise pas. Si vous échouez, et bien..."

Il pivota dans un nuage de cette écœurante fumée rose. Un large trou s'ouvrit devant nous alors que le sol s'écartait. Au fond se trouvait une sorte de matière noire épaisse et oppressante, dont la vue me fit immédiatement ressentir un profond malaise. A travers ce ténébreux puits étaient tendues des toiles de migalos. Je suppose qu'elles ont pour seul but de ralentir la chute de la victime, afin qu'elle puisse mieux contempler l'horreur de ce qui l'attendait en bas. Quelle cruauté !
"Si vous échouez, vous terminerez au fond de ce puits, reprit la créature d'une voix on ne peut plus calme. Si cette vision est trop terrifiante pour vous, vous pouvez jouer la carte de la sûreté et passer par ici."

Il traça une rune à l'aide de ses clés, qui se délivrèrent de l'anneau et lévitèrent seules. Un cercle lumineux apparut au sol, frappant douloureusement mes yeux habitués à l'obscurité.

"Empruntez ce passage et vous sortirez de la forteresse sans plaies ni infections. Alors ? Vous désistez-vous ?

-Jamais ! Posez-la, cette énigme !

-D'accord, d'accord... Mettez-vous là, ordonna-t-il en désignant le sol qui s'était ouvert quelques secondes plus tôt."

Hélas, un seul tour sur lui même lui permettrait de nous précipiter dans le vide...

"Pourquoi devrions-nous nous jeter directement dans la gueule du lougaroc ? tempêtai-je, peu décidée à poser les sabots sur ce maudit sol.

-Taratata ! Vous respectez mes règles, sinon point de talisman ! »

En soupirant, nous nous dirigeâmes vers les dalles. Ceruth resta là où elle était, mais cela ne sembla pas importuner le « puissant être de métal ». Je redressai la tête vers ce dernier, consciente que c’était sûrement la dernière fois que je le voyais, ainsi que Rielvan. N’y a-t-il vraiment pas d’autre solution ? Ce sacrifice est-il nécessaire ?

« Bien, voici mon énigme…
Le Noir et le Blanc je mélange
Telle une frontière énigmatique entre ces deux extrêmes
Méconnue et mystique, j’en suis devenue une légende.
Alors ? Vous séchez ? »

Voyons… Cette fois-ci nous n’avons absolument pas droit à l’erreur ! « Le Noir et le Blanc » … « Une frontière » … Il me semble qu’il existe une légende parlant d’un tel être. Mais quel est son nom ? Je ne m’en souviens plus… Et puis, cette idée m’est venue en tête trop facilement à mon goût… Il doit y avoir un piège, surtout de la part d’un tel être… En état de panique intérieure, je tentai de poursuivre mes réflexions.

« Alors, c’est difficile, hein ? »

À mes côtés, Rielvan sembla sortir de son état de méditation.

« Je serais tenté de dire Kyurem… »

Kyurem ! Voilà le nom de cette créature ! Je crus voir l’ombre d’une réjouissance sur le visage de l’être aux clés.

« En effet, il est bien la frontière entre le Noir et le Blanc, Zekrom et Reshiram… Cependant, j’ai une autre carte à abattre… En effet, et si cette légende ne concernait pas un Pokémon, mais un objet inaccessible et méconnu, auquel on lierait des propriétés magiques… Le pouvoir des astres, par exemple. C’est ainsi que je déclare que ma réponse est… la baie Énigma ! En effet, elle sépare le Noir et le Blanc, telle une frontière, et en effet, c’est une baie réputée inaccessible qui s’est forgé sa petite légende.
-Est-ce votre dernier mot ?

- Ce l’est ! »

J’acquiesçai, impressionnée par le raisonnement du lançargot qui luttait pourtant contre sa blessure, blanc comme un linge.

« Je ne peux y croire… »

La créature se détourna, lentement, alors que pour nous, la tension était à son comble…

« Pour la première fois, quelqu’un trouve la bonne réponse… »

De la nostalgie emplit ses yeux.

« C’était jusqu’ici tellement facile et amusant… Les gens répondaient « Kyurem », tout fiers d’eux, et se faisaient avoir… Bien, je vous dois des comptes pour mon petit jeu, vous aurez ce que vous demandez… Le talisman est à vous, avancez. »

Il s’écarta. Cependant, Rielvan n’avança pas, méfiant, et je l’imitai par précaution.

« Et bien ? Je vais vous l’amener, dans ce cas, avant que je ne change d’avis…
Oh, sainte misère, jamais je ne fus autant dégradé ! »

Il saisit la magnifique pierre qui était toujours attachée à son crochet, et la tendit à Rielvan. L’Insecte s’en saisit toujours méfiant.
« Vous voyez, il n’y a aucun piège… J’ai échoué et je l’admets. Je m’entends peut-être bien avec ces créatures de l’ombre (il désigna Ceruth), je me cache peut-être dans l’obscurité de cette forteresse, je m’amuse peut-être à un jeu cruel et malsain, mais je respecte mes engagements. Je suis sans doute une immonde créature, mais je ne suis pas sans valeurs. Prenez le cercle de lumière, il vous emmènera au-dehors. »

Alors, allons-y, ne perdons pas de temps… Nous nous dirigeâmes vers le passage, en ayant assez vu de cette maudite forteresse.

« Viens, Ceruth. »

La créature sursauta.

« Hé ! Où l’emmenez-vous ! Elle doit rester ici ! »

Il s’élança pour nous arrêter. Au moment où mes sabots franchirent le cercle, je tirai Ceruth vers moi, instinctivement.
Il y eut un éclat lumineux qui me força à fermer les yeux, puis les cris de l’être de métal s’évanouirent.


J’ouvris les yeux. Rielvan et moi nous trouvions sur un chemin forestier par lequel nous étions passés pour nous rendre à la forteresse, que je voyais encore se dresser au loin.
Que la lumière du soleil était agréable et douce, après tant de pérégrinations dans l'obscurité ! Je crois que ce fameux puits aux toiles et sa matière noire vont venir hanter mes nuits pendant un certain temps... Rielvan se relevait à côté de moi, mais il est évident que sa blessure le faisait souffrir. Quand à Ceruth... Je la vis étendue au sol, le visage paisible. Elle semblait délivrée de l'obscure folie qui la rongeait. Des cris retentirent dans le chemin.

"Ici !

-Là !"

Un crapustule et un frison couraient vers nous.

"Rielvan ! Vous êtes blessé ?"

Le lançargot grommela quelque chose. Le crapustule l'aida à se relever, et lui proposa pour marcher un soutien que l'insecte accepta volontiers. Le frison se tourna vers Ceruth.

"Qui est-ce ?

-Elle était prisonnière de la forteresse et rongée par une sombre folie, mais il semblerait que nous l'ayons délivrée des deux ! dis-je.

-Bien, je vais la porter."

Il la hissa sur son dos. Nous pûmes enfin regagner le village de Trameck. Cependant, une mauvaise surprise nous attendait. En l'espace de peu de temps, le village avait été envahi par un flétrissement semblable à celui de Bourg Verdure, mais il opérait à vue d'œil ! Personne ne se trouvait dans les rues, les habitants devaient tous être terrés chez eux. Siga s'avança vers nous.

"Ah, Eluhn ! La maladie a déjà commencé à s'emparer de Trameck ! Avez-vous... Arceus ! Rielvan !

-Pas d'inquiétude, Votre Grâce, réagit le crapustule. Nous l'emmenons chez le druide.

-Eluhn, fais-en bon usage..." Souffla le lançargot d'une voix déjà rauque, en me rendant le talisman.

"Vous l'avez donc... Vous avez réussi ! Mais une autre mission t'attend. Réveille notre arbre-vie ! Il nous reste peu de temps !"

Elle m'emmena vers le temple. Il avait beau être rustique comme le reste du village, ses vitraux étaient magnifiques ! Cependant, absorbée par ma tâche, je les admirai à peine. Siga s'arrêta devant un trou au fond de la structure. Des escaliers y descendaient, s'arrêtant devant une porte que la cerfrousse ouvrit.

"Eluhn, l'arbre-vie est en bas. Insère le talisman dans le creux sur l'autel. Je compte sur toi !"

Sur ce, je m'élançai. J'atteignis une magnifique pièce, où trônait un arbre mort et noirci. Seules quelques feuilles ternes et squelettiques et deux baies à moitié pourries s'accrochaient désespérément aux branches. Devant cette désolation se dressait un autel, que j'examinai. Il aurait dû s'y trouver un feu, à en juger les braises encore rougeoyantes en son creux. Sur la face, je remarquai un trou. Sûrement la cavité dont parlait Siga. Je plaçai le talisman dans ce creux. Aussitôt, la pierre, oeil brillant de vie, s'illumina d'une lueur flamboyante. La pièce trembla. Le reste d'arbre qui se dressait derrière l'autel vira au marron, et sembla s'enrouler sur lui-même tel un majaspic. Les branches reprirent vitalité et s'étirèrent gracieusement. Je reculai afin de ne pas être touchée et ballottée de toute part ! Les feuilles verdirent et se mirent à orner chaque branche par centaines, des baies de toutes variétés et autant de couleurs parèrent ce qui était désormais une pure merveille dont je ne pus détacher les yeux.
Puis le sol cessa de trembler, laissant place à un profond silence. La voix de Siga finit par briser ce calme, où rien ne comptait plus que la magnifique silhouette de l'arbre-vie.

"Eluhn ? Tu peux remonter ! Le village renaît !"

A contrecœur, j'obtempérai. Siga m'attendait, aussi radieuse que le magnifique végétal.

"Eluhn... Tu as réussi, tu as sauvé notre village ! Normalement, cette partie du temple n'est accessible qu'aux membres du clergé, mais aujourd'hui l'exception en valait la peine... Viens, allons dans mon château."

Lorsque nous sortîmes, je fus éblouie. Trameck et sa nature étaient plus resplendissantes que jamais, et les habitants commençaient à sortir timidement de chez eux. Lorsqu'ils nous aperçurent, alors que nous nous dirigions vers le château, ile se figèrent, nous lançant des regards emplis de respect... d'admiration, aussi. Les arbres du château, déjà beaux à mon arrivée à Trameck, étaient encore plus vivants et éclatants. Nous retraversâmes la cour, avant d'emprunter la porte d'honneur. Siga alla se poser juste devant son trône.

"Eluhn, nous n'oublierons jamais ce que tu as fait pour nous. Ne t'inquiète pas pour Rielvan, il sera soigné. Le talisman restera encore un peu sur l'autel, puis nous le mettrons en lieu sûr, en nous assurant qu'il reste en place et ce jusqu'à ton époque. Tu pourras ainsi le récupérer pour sauver ton monde. Comme tu le sais, il est temps pour toi d'y retourner. Je vais donc t'y renvoyer d'ici, loin de la cohue de la foule. Eluhn, au nom de tous les habitants de Trameck, mais aussi personnellement, je te remercie !"

Il y eut le même éclat qu'à mon arrivée. A mon grand désarroi, la même douleur. Puis tout sembla se vider.


Un léger brouhaha monta à mes oreilles. Je remuai les pattes et sentis sous ma tête le contact de la paille. Pas de doute, je suis bien dans mon dortoir à la guilde. Rielvan, Siga, et même Ceruth... Ils sont morts depuis bien longtemps dans mon époque. Cela me fait de la peine. Je les ai fréquentés peu de temps, mais ils vont me manquer...
Plus qu'une chose, maintenant : aller rassurer les autres et leur faire part de mes aventures...

J'arrive dans mon manteau de blizzard, on m'appelle la bête
Mais n'ayez-crainte, chers amis Poképédiens, je suis juste venu
Vous souhaiter un Joyeux Noël et de très heureuses fêtes

Avatar de l’utilisateur
solana5047
Messages : 462
Inscription : mar. 15 août 2017, 15:49
Localisation : sous ton lit avec Gardevoir la complotiste

Re: [Fanfic] Le Secret des cinq Orbes

Message par solana5047 » mar. 21 nov. 2017, 13:21

Je pense être tomber amoureuse d'une histoire ...
Sur le sommet d'un arbre au milieu d'un lac de brume
Moonlight observe le monde
Et protège l'univers
De ses anneaux multicolores

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invités