[FanFic] : 4 Dresseurs, 4 rêves

C'est ici que vous pouvez délier votre plume et raconter vos histoires.

Modérateur : Modérateurs section Pokémon et Vous

Avatar de l’utilisateur
Aurore_2021
Messages : 105
Inscription : mer. 01 nov. 2017, 10:37
Localisation : En cavale pour échapper à l'hôpital psychiatrique

Re: [FanFic] : 4 Dresseurs, 4 rêves

Message par Aurore_2021 » ven. 10 nov. 2017, 17:24

(Désolée pour le double-post)
Donc voilà le chapitre 5 !

Chapitre 5 :
Chapitre 5 : Préparatifs

La première étape de mon parcours est le Centre Pokémon. Tout d'abord, je confie Coraya a l'infirmière Joëlle pour un check-up de santé. Certes, hier, Parrain la soignée avec un Rappel Max, mais avant de partir à l'étranger, je préfère m'assurer qu'elle va parfaitement bien.
Pendant ce temps, je me dirige vers la partie Boutique afin de faire quelques emplettes. Au cas où, j'achète une dizaine de Potions et des Poké Ball.
Dix minutes plus tard, l'infirmière me ramène Coraya en m'annonçant qu'elle est en pleine forme.
Je m'installe ensuite au café et me commande un Chocolat Skitty et des Poké Fèves. Je sirote tranquillement ma boisson en regardant Coraya s'amuser avec les autres Pokémons présents (le Persian d'un couple âge de touristes et le Ptiravi d'une petite fille).
Je pourrais rester là, à les observer jouer pendant des heures.
C'est ça, l'esprit d'Alola : des gens venant de pleins d'endroits différents, à la fois des natifs, des touristes et bien sûr avec leurs Pokémon. C'est vrai que je vais avoir du mal à m'en défaire mais d'un autre côté, je brûle d'envie de découvrir celui de Kalos.
En fait, j'ai hâte. Je suis impatiente.
Reboostée à bloc, j'avale le reste de mon chocolat en une gorgée, fourre les Poké Fèves dans mon sac pour plus tard et interpelle Coraya pour qu'elle me suive à l'extérieur.
Maintenant, je dois aller à l'Office du Tourisme car il fait aussi office (sans mauvais jeu de mots) de boutique de souvenirs. J'aimerais bien acheter quelque chose pour Platane pour... le remercier de bien vouloir m'héberger chez lui. Même si je suis sa nièce (ça fait bizarre de pensée ça : je veux dire, avec trois Professeurs dans mon entourage, ma vocation devait m'être prédestinée !), rien ne l'obligeait à m'accepter. Au départ, j'avais voulu lui ramener quelques malasadas, mais pas sûre qu'elles supportent le voyage...
Je commence à déambuler dans les allées en réfléchissant à ce que je vais prendre.
Peluches Concombaffe, jumelles Bazoucan, sac à dos Ramoloss, portes-clés à l'effigie du symbole des Tours des Îles ou encore boule à neige de la baie de Kala'e... J'ai l'embarras du choix. Finalement, mon regard se pose sur un stylo Noadkoko. Vu qu'il est Professeur, il doit écrire des lettre, des rapports et tout, ça lui sûrement davantage utile que le reste et en plus, il aura la classe !
Donc, c'est décidé, je le paie et demande à un emballage cadeau. Ça, c'est fait.
C'est là que je vais pouvoir m'amuser un peu.
Une fois sortie, je me dirige vers la plage, pour faire un peu d'entraînement. J'ai remarqué, pendant le combat hier, qu'un des points faibles de Coraya était son manque de vitesse. Forcément, avec son peu d'expérience, c'est complètement normal mais autant essayer de corriger ce défaut le plus rapidement possible.
Je sors mon Frisbee.
De un, ça sera un moyen efficace et de deux, ça marchera d'autant mieux qu'elle s'amusera et je sais à quel point elle adore faire mumuse dans l'eau.
"-Bon, Coraya c'est l'heure de faire un peu d'entraînement. Tu vas devoir rattraper le Frisbee, ok ?
-Coraaaaa ! Coraaaaa !"
Je le lance une première fois. Elle court après, sans toutefois réussir à l'attraper avant qu'il ne touche le sol. Elle me le ramène, un peu dépitée quand même.
"-C'est pas grave, lui assuré-je. On essaie encore une fois !"
Cette fois encore, malgré une petite amélioration, elle ne parvient pas à le réceptionner.
On essaie encore et encore et à chaque lancer, Coraya s'en rapproche un peu plus.
Et puis, elle y arrive enfin.
"-Ouais ! Bien joué Coraya !
-Cora ! Cora ! Cora !"
Pour confirmer ses progrès, je lui fais encore travailler cet exercice quelque fois.
Constatant que l'entraînement est une réussite, je la félicite en lui donnant les Poké Fèves qui me restaient.
Mais, elle n'a pas l'air de vouloir s'arrêter là. J'ai alors une idée.
Ça fait déjà un petit moment qu'elle me trottait dans la tête, mais sans Pokémon, je ne pouvais pas la voir concrétiser.
"-Eh, Coraya, tu veux continuer ?
-Coraaa ! Corayon !, dit-elle en sautillant.
-Tu veux faire des combats ?
-Corayoon !
-Et est-ce que tu veux manger après ?
-Coraaa !
-Bon, suis-moi, alors !"
Et ainsi, nous nous mettons en route pour le Buffet Baston, au Centre Commercial.
Les chapitre suivants (6 et 7) devraient être finis pendant le week-end

Suite : Chapitre 6 : Entraînement au Buffet Baston
Dernière édition par Aurore_2021 le sam. 18 nov. 2017, 10:32, édité 2 fois.
"On ne va jamais aussi loin que lorsqu'on ne sait pas où on va"
Christophe Colomb (ça lui va bien de dire ça)

Avatar de l’utilisateur
Colrin
Modérateur général
Messages : 2295
Inscription : mar. 30 sept. 2014, 20:27
Localisation : Isère
Contact :

Re: [FanFic] : 4 Dresseurs, 4 rêves

Message par Colrin » ven. 10 nov. 2017, 19:43

Shinigami a écrit :
jeu. 09 nov. 2017, 17:27
Colrin a écrit :
jeu. 09 nov. 2017, 13:35
Il y a bien un topic pour parler de séries animées ou non tu sais ;)
Non je savais pas c est quoi ??!
Jette un coup d'oeil ici ^^
Davantage d'avantages avantage davantage.

Avatar de l’utilisateur
Shinigami
Messages : 282
Inscription : ven. 06 oct. 2017, 22:04
Localisation : Quelque part ?!

Re: [FanFic] : 4 Dresseurs, 4 rêves

Message par Shinigami » sam. 11 nov. 2017, 09:03

Merci beaucoup!
Suoer chapitre comme d hab ( faudrais peut etre que j ai des phrase plus constructive, non ? )
Reshiram ce battait pour la réalité et zekrom pour l'idéal mais le seul qui compris que la réalité ne sera jamais idéal et que l'idéal ne sera jamais une réalité c'est kyurem . Quand il comprit il se glaça et perdit goût à : la vie...

Avatar de l’utilisateur
Aurore_2021
Messages : 105
Inscription : mer. 01 nov. 2017, 10:37
Localisation : En cavale pour échapper à l'hôpital psychiatrique

Re: [FanFic] : 4 Dresseurs, 4 rêves

Message par Aurore_2021 » sam. 11 nov. 2017, 19:34

Comme prévu, le chapitre 6 !
Et merci Shinigami pour tes commentaires à chaque fois même si c'est pas très constructif c'est pas grave ça fait toujours super plaisir alors un grand merci à toi :^^:

Chapitre 6 :
Chapitre 6 : Entraînement au Buffet Baston

"-Bonjour ! C'est pour une formule combat ?", me demande la femme à l'accueil lorsque j'entre dans le Buffet.
Pour la première fois, je réponds par un oui affirmé.
J'étais déjà venue plusieurs fois auparavant, mais comme je n'avais pas encore de Pokémon, je ne pouvais pas prendre part aux combats.
À la place, j'étais à l'étage, avec les spectateurs qui observaient l'action en contrebas en se régalant des divers plats cuisinés.
"-Entrée-plat-dessert ? (J'acquiesce) Très bien, ça fera 650 Pokédollars, s'il vous plait."
Je paie en liquide. C'est super car je vais certainement passer un meilleur moment qu'en étant simplement spectatrice et en plus, j'économise environ les trois quarts de la somme que je viens de débourser. En fait, il me semble que comme ce sont justement les Dresseurs qui assurent le spectacle, ils bénéficient d'un tarif réduit afin de pouvoir venir plus fréquemment.
Quoi qu'il en soit, ça m'arrange bien car avec l'argent de poche qu'il me reste et ma collection de Perles qui n'attend qu'à être vendue, je pourrai voir si Illumis mérite sa réputation de capitale du shopping !
"-Voici vos trois tickets. Avez-vous besoin d'explications ?
-Non merci, je suis déjà venue.
-Alors, bon appétit. Ou devrais-je dire bonne baston..."
Je pénètre dans la partie réservée aux Dresseurs, mes trois tickets dans la main. Chacun correspond à une portion, c'est-à-dire a une entrée, ou un plat, ou un dessert. Je peux combattre jusqu'à ce que j'ai mon repas complet, mais au bout de 5 défaites, c'est terminé.
Heureusement, ceux qui perdent avec les mains vides ne meurent pas de faim ; ils rejoignent les spectateurs à l'étage.
Je me dirige d'abord vers le buffet des entrées. Il reste des Tamatos-Mozzarella ou de la Salade de Ratam. J'opte pour la première option.
Alors que je m'apprête à me servir, une petite fille me tapote l'épaule. Nos regards se croisent et quelques secondes plus tard, nous sommes l'une en face de l'autre prêtes à combattre.
"-Pichu, go !, s'écrie-t-elle en lançant sa Poké Ball.
-Coraya, vas-y ! Commence avec Charge !
-Esquive !"
Coraya fonce sur son adversaire, qui évite de justesse son attaque. Les effets de l'exercice de ce matin ne tardent pas à se faire sentir car sans que je lui dise de le faire, elle change rapidement de trajectoire et percute le Pichu de plein fouet. Il est amoché mais tient encore debout.
"-Pichu, te laisse pas faire, réplique avec Torgnoles !
-Coraya, on y est presque, encore Charge !"
Mais, tandis que le Pichu se prépare à lancer son attaque, Coraya ne bouge pas.
Je suis sur le point de réitérer ma demande, et il se produit alors une chose inattendue.
Elle ouvre la bouche et en sortent plusieurs petites bulles.
Mais bien sûr ! C'est la capacité Écume !
Elle frappe Pichu en pleine face, et il tombe K.O.
Coraya saute dans mes bras, toute fière de son coup d'éclat. Je dois bien avouer que sur le coup, elle m'a sacrément surprise !
Quant à la petite fille, elle récupère son Pichu et me sourit doucement avant de quitter les lieux.
Je donne mon ticket au cuisinier, qui met mon entrée de côté.
Ensuite, je dois me trouver un plat. C'est là que ça se corse : il y a beaucoup plus de monde.
Je sais que les meilleurs Dresseurs se rassemblent autour des meilleurs plats et même si ma victoire m'a mise en confiance, je sais que je ne suis encore qu'une débutante, alors je vais devoir renoncer à la Pizza au lait d'Écrémeuh qui me fait pourtant très envie.
Je repère malgré tout des Sushis Tourbillon, à côté desquels patiente un Dresseur en Herbe, d'environ mon âge. Je m'approche et lui lance un défi. Il accepte et comme tout à l'heure, le combat commence.
Cette fois-ci, l'adversaire de Coraya est un Piclairon.
"-Piclarion, Picpic !
-Coraya, Armure !"
Piclairon vole au-dessus d'elle, qui s'abrite avec Armure, avant d'attaquer en piquant. J'attends quelques secondes et lance :
"-Et maintenant, Charge en sautant !"
Coraya bondit et cogne ainsi Piclairon en pleine tête. Celui-ci s'écrase par terre, mais se relève rapidement.
Il est bien plus coriace que le Pichu. Il va falloir que j'use de tous nos atouts pour gagner. Malheureusement, mon adversaire ne me laisse pas le temps d'élaborer une stratégie :
"-Éclate-Roc !
-Esquive, vite !"
Piclairon fonce sur Coraya avec une vitesse déconcertante et malgré notre entraînement, elle ne peut rien faire pour éviter l'attaque Combat super efficace.
"-Coraya, tiens bon et utilise Écume !"
Là encore, le Pokémon Vol est incroyablement rapide et parvient à éviter les bulles. Du moins, en partie.
Il est touché au niveau des serres et laisse tomber un objet. Une Vive Griffe. C'est donc ça qui lui permettait d'être aussi ... vif. Coraya va enfin pouvoir l'atteindre !
"-Coraya, récupère la griffe et Écume encore une fois !"
Elle saute dessus et se concentre pour bien viser.
Seulement, ce n'est pas Écume qu'elle utilise.
Des pierres apparaissent tout autour d'elle et sont lancées avec puissance sur le Piclairon, qui encaisse à son tour une attaque super efficace.
"-Ouais, super Pouvoir Antique Coraya ! Termine avec une vraie attaque Écume !"
Touché deux fois de suite, le Piclairon s'effondre.
Le Dresseur le rentre dans sa Poké Ball, me salue d'un signe de tête et repart à la recherche d'un autre plat.
Je félicite Coraya. Quand même, deux nouvelles capacités en deux combats, que des progrès fulgurants !
À mon tour, je pars chercher un dessert, après avoir donné mon ticket.
Aujourd'hui, le thème a visiblement l'air d'être "Cuisines du monde" car il y a toutes sortes de spécialités venant de toutes les régions.
Je me décide pour des Lavas Cookies : je n'ai jamais eu l'occasion d'en manger.
Mais au même moment, une Mondaine aux cheveux flamboyants remarque mon attention pour les biscuits et "m'invite à combattre".
Je devine que ça sera le combat le plus difficile : elle doit sûrement être expérimentée et Coraya, après deux combats intenses, doit commencer à fatiguer.
Mon impression se confirme lorsqu'elle envoie un Arcanin.
Je suis bien consciente que les affinités de types ne suffiront pas.
"-Coraya, Écume !
-Arcanin, repousse avec Hurlement."
Les bulles sont, comme qui dirait, renvoyées à l'expéditeur sans aucune difficulté.
"-Essaie Pouvoir Antique !, dis-je en espérant que les pierres seront trop lourdes pour être déviées.
-Esquive grâce à Vitesse Extrême", réplique la Mondaine, toujours très calme.
Une fois de plus, l'Arcanin évite sans problème l'attaque de Coraya, même si quelques roches le percutent quand même.
"-Utilise Mâchouille !, continue-t-elle.
-Coraya, laisse-toi faire."
Bien que surprise, elle obéit et de laisse attraper par son adversaire.
"-Maintenant, Écume puissance maximale !"
Retenue par une branche de corail dans la bouche d'Arcanin, elle se retourne et le bombarde de petites bulles. Évidemment, il ne peut pas éviter et la laisse retomber par terre.
"-Bien joué, petite, mais ça ne suffira pas ! Arcanin, achève-la avec Boutefeu !
-Non ! Coraya, protège-toi avec Armure !", paniqué-je en sachant pertinemment qu'elle ne résistera pas à cette capacité.
Arcanin, telle une véritable boule de feu, charge Coraya, qui n'a d'autres choix que d'encaisser.
Mon seul espoir réside dans le fait que Boutefeu blesse aussi gravement son lanceur.
Soudain, alors au bord du K.O., par terre, Coraya se met à luire doucement. Puis, elle se relève péniblement, prête à reprendre le combat.
C'était l'attaque Soin.
Quant à Arcanin, les contrecoups lui ont causé de dégâts, mais lui aussi peut continuer.
"-Petite, ton Corayon est vraiment mal en point. On devrait s'arrêter là.
-Vraiment ?, m'étonné-je.
Et les Cookies ?
-Rien ne nous interdit de partager ! C'était un beau combat. Si ce n'est pas indiscret, comment t'appelles-tu ?
-Olivia et vous ?, réponds-je poliment en serrant sa main.
-Jemima. Je suis originaire de Kalos.
-Ah bon ?
-Oui et d'ailleurs, ma fille réside au Conseil 4. Elle s'appelle Malva.
-Cool !
-Sur ce, je vais devoir y aller. Si un jour, ton chemin passe par Kalos, n'hésite pas à nous rendre visite.
-Je n'y manquerai pas. Au revoir, madame Jemima !"
Elle récupère sa part et après avoir fait revenir son Arcanin, elle s'en va.
Je fais de même et m'installe à l'étage pour pouvoir manger plus tranquillement. Coraya se remet doucement de ses exploits. Puis, le reste de l'après-midi, nous flânons dans la ville, respirons l'air matin du port et vers cinq heures et demie, nous mettons en route pour Lili'i.
Je n'aurais peut être pas fini le chapitre 7 demain (devoirs devoirs ...) alors ça sera sans doute pour lundi ou mardi

Suite : Chapitre 7 : Rencontre aux Ruines
Dernière édition par Aurore_2021 le sam. 18 nov. 2017, 10:33, édité 2 fois.
"On ne va jamais aussi loin que lorsqu'on ne sait pas où on va"
Christophe Colomb (ça lui va bien de dire ça)

Avatar de l’utilisateur
Shinigami
Messages : 282
Inscription : ven. 06 oct. 2017, 22:04
Localisation : Quelque part ?!

Re: [FanFic] : 4 Dresseurs, 4 rêves

Message par Shinigami » sam. 11 nov. 2017, 19:47

Aurore_2021 a écrit :
sam. 11 nov. 2017, 19:34
Je n'aurais peut être pas fini le chapitre 7 demain (devoirs devoirs ...) alors ça sera sans doute pour lundi ou mardi
Super chapitre
A les devoirs je connais ca aussi
Reshiram ce battait pour la réalité et zekrom pour l'idéal mais le seul qui compris que la réalité ne sera jamais idéal et que l'idéal ne sera jamais une réalité c'est kyurem . Quand il comprit il se glaça et perdit goût à : la vie...

Avatar de l’utilisateur
solana5047
Messages : 458
Inscription : mar. 15 août 2017, 15:49
Localisation : sous ton lit avec Gardevoir la complotiste

Re: [FanFic] : 4 Dresseurs, 4 rêves

Message par solana5047 » sam. 11 nov. 2017, 20:01

j'aime bien le façon dont sont décrit les combats ^^
bravo coraya ! trois attaque en trois combat gg !
Sur le sommet d'un arbre au milieu d'un lac de brume
Moonlight observe le monde
Et protège l'univers
De ses anneaux multicolores

Avatar de l’utilisateur
Starr
Messages : 66
Inscription : jeu. 05 oct. 2017, 19:07

Re: [FanFic] : 4 Dresseurs, 4 rêves

Message par Starr » dim. 12 nov. 2017, 12:45

Je suis d'accord avec Solana, les combats sont très bien décrits!

L'histoire est toujours aussi intéressante. Je suis curieuse de voir si Olivia va poursuivre sa vocation pour devenir Professeur Pokémon ou si elle va tellement prendre goût aux combats qu'elle va choisir une carrière de Dresseur. :)
~ The future is bulletproof, the aftermath is secondary. ~

Avatar de l’utilisateur
Aurore_2021
Messages : 105
Inscription : mer. 01 nov. 2017, 10:37
Localisation : En cavale pour échapper à l'hôpital psychiatrique

Re: [FanFic] : 4 Dresseurs, 4 rêves

Message par Aurore_2021 » dim. 12 nov. 2017, 14:10

Merci pour vos avis sur les combats ! A vrai dire, c'est ce que j'ai le plus de mal à ecrire alors soulagée de constater que c'est pas si mal :)

Bref, voilà la suite !
Chapitre 7 :
Chapitre 7 : Rencontre aux Ruines

Lorsque j'arrive à Lili'i, Parrain est déjà là et discute gaiement avec Pectorious.
Je les rejoins et les salue d'un "Alola" un peu timide (avec son... gabarit imposant, le Doyen de Mele-Mele m'a toujours intimidée).
"-Hey, Liv' !, s'exclame Parrain. Comment c'était ?
-Super chouette ! Je suis allée au Buffet Baston et Coraya a appris 3 nouvelles capacités !
-Lesquelles ?
-Écume, Pouvoir Antique et Soin !
-La classe ! C'est une petit championne que tu tiens là !
-Coraa ! Corayon !, dit Coraya en bleuissant de fierté.
-Alors, comme ça, on veut se faire la malle, Olivia ?, demande à son tour Pectorious.
-Ah euh, oui. Je pars demain.
-C'est bien, c'est bien. Les voyages forment la jeunesse. Essaie de t'amuser avec tes Pokémon avant tout, c'est le plus important, c'est comme ça qu'on s'enrichit le plus. Bon, venez ça doit bientôt être prêt."
On rentre dans sa maison et nous nous mettons à table.
"-Tiens, Tili n'est pas là ?", remarqué-je.
Tili, c'est le petit-fils du Doyen. Il a quasiment un an de plus que moi. Il a commencé son Tour des Îles au début de Mars dernier, mais il repasse de temps en temps dans le coin. On s'entend bien, sans pour autant être amis : petite, j'allais vadrouiller d'un côté et lui d'un autre.
"-Non, il est arrivé à Ula-Ula hier", me répond son grand-père avant d'enchaîner sur des sujets plus sérieux avec Euphorbe.
J'écoute d'une oreille plus ou moins attentive, selon les moments et ce que j'ai dans mon assiette.
Quand vient le dessert, une salade de Baies, je la fourre dans mon sac le plus discrètement possible.
"-Parrain, je peux aller faire un tour dehors ?, demandé-je avec un sourire d'ange.
-Ouaip, mais va pas trop loin, on va plus tarder.
-D'accord, merci !"
Je me lève et Coraya m'emboîte le pas.
Non, je ne vais pas trop loin pour la simple et bonne raison que le chemin que je dois emprunter est juste à ma gauche. Le Sentier de Mahalo.
D'aussi loin que je me souvienne, j'ai toujours eu l'habitude d'aller aux Ruines du Conflits, quand je suis face à un événement difficile. Je ne sais pas pourquoi mais... ça m'apaise. Alors aujourd'hui, je tenais à y aller pour dire au revoir à Tokorico et pour le remercier.
Le remercier de quoi ? Moi-même je n'en sais rien.
Je pense que c'est important, voilà tout.
Tokorico est le Pokémon Tutélaire de Mele-Mele, il est donc censé protéger ses habitants et bien que ça fasse un bout de temps que personne ne l'a vu, je reste intiment convaincue qu'il ne cesse de veiller sur nous, quelque part.
Je traverse le pont suspendu et entre dans les Ruines sans aucune hésitation.
J'arrive dans la salle de l'autel. Je dépose les Baies à côté de la statue et m'accroupis devant.
"-Alors, euhm, Alola, Tokorico. C'est... encore moi. Je suppose qu'on doit pas être des milliers à venir te raconter notre vie...
Je suis venue te dire au revoir. Je m'en vais.
En fait, j'ai un oncle. C'est le Professeur Platane de Kalos. Et donc je pars là-bas pour un an d'études.
C'est un truc de dingue ! Avant, je pensais que les trucs de dingue n'arrivaient qu'aux autres, mais non, voilà un truc de dingue qui m'arrive à moi ! C'est... dingue, c'est le mot, dingue..."
Silence. Je ne sais pas quoi dire d'autre.
"-Merci de m'avoir protégée depuis que j'habite ici. Ce n'est peut-être pas entièrement grâce à toi mais rien de vraiment grave ne m'est jamais arrivé alors... merci, Tokorico. Prends bien soin de toi. Au...
-Tokooo !"
Je me lève d'un bond et fais volte-face.
Il se tient là, à peine à quelques mètres de moi.
Une aura d'électricité crépite tout autour de lui.
Soudain, je comprends pourquoi on qualifie ces ruines de Ruines "du Conflit". Il dégage une telle énergie que j'en reste pétrifiée.
La seule chose que je parviens à faire est cligner des yeux. L'instant d'après, Tokorico a disparu. Je me retourne : le Baies se sont elles aussi évaporées. Les aurait-il prises avec lui ? Ai-je rêvé ?
Peut-être pas : à l'endroit où il se tenait auparavant, luit une petite gemme. Je m'approche et la ramasse. Elle est étrangement chaude. Je l'enveloppe dans un mouchoir pour ne pas l'abîmer et la range dans mon sac.
"-Allez, viens Coraya, on rentre."
Elle me suit, elle aussi toute remuée par cette rencontre.

À l'instant même où j'émerge du sentier, Parrain et Pectorious sortent de la maison de ce dernier. Je me dépêche d'avoir l'air d'avoir fait autre chose. Je sais que s'ils apprennent que je suis allée aux Ruines, j'aurai droit à un magnifique serment du Doyen sur la dangerosité des lieux pour une débutante telle que moi.
"-Bon, nous on va se rentrer. Liv' doit encore faire sa valise, dit Parrain.
-Ah oui, peut-être. (À vrai dire, l'idée ne m'avait pas même effleuré l'esprit) Ça serait une bonne idée.
-Oh oh !, rigole Pectorious. Allez-y, tous les deux ! Olivia. Profite bien de ton voyage.
-D'accord. J'en avais l'intention. Au revoir, monsieur Pectorious !
-Au revoir! Rentrez bien !"
Le chemin du retour se fait à pied, dans la faible lumière du crépuscule.
Une fois à la maison, je m'empresse de jeter toutes mes affaires sans distinction dans ma valise. Je dois user de la force et m'asseoir dessus pour la fermer.
Puis, je me mets au lit, non sans penser avec un mélange d'appréhension et d'impatience, que dans vingt-quatre heures, je serai à des kilomètres d'Alola...
Le chapitre suivant, le 8 sera le dernier de la Première partie de ce premier arc. Je ne sais pas quand je l'aurai terminé peut être dans la semaine...

Suite : Chapitre 8 : Le grand départ !
Dernière édition par Aurore_2021 le sam. 18 nov. 2017, 10:34, édité 1 fois.
"On ne va jamais aussi loin que lorsqu'on ne sait pas où on va"
Christophe Colomb (ça lui va bien de dire ça)

Avatar de l’utilisateur
solana5047
Messages : 458
Inscription : mar. 15 août 2017, 15:49
Localisation : sous ton lit avec Gardevoir la complotiste

Re: [FanFic] : 4 Dresseurs, 4 rêves

Message par solana5047 » dim. 12 nov. 2017, 14:46

encore une fois , la suite est bien .
je suis juste triste que l'arc ne continue pas puisque le prochain chapitre est le dernier ...
le pokémon tutélaire ...
Sur le sommet d'un arbre au milieu d'un lac de brume
Moonlight observe le monde
Et protège l'univers
De ses anneaux multicolores

Avatar de l’utilisateur
Aurore_2021
Messages : 105
Inscription : mer. 01 nov. 2017, 10:37
Localisation : En cavale pour échapper à l'hôpital psychiatrique

Re: [FanFic] : 4 Dresseurs, 4 rêves

Message par Aurore_2021 » dim. 12 nov. 2017, 15:10

Si l'arc continue mais c'est une autre partie
C'est peut être pas très clair comment je m'exprime
Je reprends :
En gros, dans le premier arc on parle d'Olivia. La premiere partie, c'est sa vie à Alola et la deuxième (Pas seconde deuxième ça veut dire y en aura une ou plusieurs autres) partie ça sera sa vie à Kalos !
"On ne va jamais aussi loin que lorsqu'on ne sait pas où on va"
Christophe Colomb (ça lui va bien de dire ça)

Avatar de l’utilisateur
solana5047
Messages : 458
Inscription : mar. 15 août 2017, 15:49
Localisation : sous ton lit avec Gardevoir la complotiste

Re: [FanFic] : 4 Dresseurs, 4 rêves

Message par solana5047 » dim. 12 nov. 2017, 15:54

aaaa !
j'avais pas comprit XD
Sur le sommet d'un arbre au milieu d'un lac de brume
Moonlight observe le monde
Et protège l'univers
De ses anneaux multicolores

Avatar de l’utilisateur
Vaporeon
Messages : 375
Inscription : ven. 20 nov. 2015, 19:04

Re: [FanFic] : 4 Dresseurs, 4 rêves

Message par Vaporeon » dim. 12 nov. 2017, 17:16

Honnêtement, c'est vraiment excellent. Le présent est assez déconcertant au début, le style n'est pas encore parfait, mais je pense que cela va aller en s'améliorant. Encore bravo.
Retourne dans sa grotte.
- Et si on faisait une évolution cool à Draco, genre un serpent bleu avec de grandes ailes blanches ?
- Non, le gros truc rondouillard orange me semble plus cohérent.

Avatar de l’utilisateur
Aurore_2021
Messages : 105
Inscription : mer. 01 nov. 2017, 10:37
Localisation : En cavale pour échapper à l'hôpital psychiatrique

Re: [FanFic] : 4 Dresseurs, 4 rêves

Message par Aurore_2021 » sam. 18 nov. 2017, 10:11

Avec un peu de retard, voilà le chapitre 8 !

Chapitre 8 :
Chapitre 8 : Le grand départ !

*Clang*
"-C'est bon ? Tu n'as rien oublié ? T'es sûre ?", demande Parrain en fermant le coffre du 4x4.
Je récapitule dans ma tête : ma valise est juste là, j'ai déjà revérifié mon sac une bonne dizaine de fois et je sens la Scuba Ball de Coraya, dans ma poche. Quoi que je laisse derrière moi, ce n'est pas le plus important et en plus, je n'ai pas de place pour le prendre.
"La seule chose que je vais oublier, c'est toi, Parrain", pensé-je.
"-Non, c'est bon, dis-je.
-Ok, alors en voiture Arthur !
-Et en route mauvaise troupe !", complété-je.
Je grimpe sur le siège passager. Je regarde une dernière fois la maison. Ma maison. Ma maison au toit rapiécé tellement et tellement de fois comme un vieux pull qu'on garde parce qu'il nous tient chaud pendant l'hiver. Ma maison dans laquelle j'ai grandi. Ma maison, tout simplement. L'endroit que j'appelle "chez moi".
Je refoule les larmes qui me montent aux yeux. Je ne veux pas pleurer. Je ne veux pas pleurer maintenant. Pas tout de suite.
Parrain embarque aussi, met la clé sur le contact, démarre la voiture et voilà, c'est parti.
Lors du trajet, Parrain me raconte tous ses voyages, à Kanto, surtout. C'est sa façon à lui d'essayer de me rassurer. Mais je n'ai pas besoin d'être rassurée. Je sais que tout va parfaitement bien se passer.
Je repense à ce matin, lorsque je me suis réveillée, à la fois voulant éclater de rire et ayant envie de pleurer, avec une boule dans la gorge qui est désormais de la taille d'un ballon de basket.
Tout compte fait, peut-être que j'ai besoin qu'il me parle pour savoir qu'il est là, avec moi et qu'il le sera jusqu'à ce que je monte dans l'avion.
On arrive vite au petit aéroport d'Ekaeka, trop vite peut-être.
"-Et donc, là, son Dracolosse a envoyé un Ultralaser en plein dans la tête de Lougaroc et... c'était fini ! Une belle défaite !", continue-t-il en riant.
Je souris doucement. Il est comme ça, mon Parrain : il a toujours eu la capacité de me faire sourire, même quand ça n'allait pas.
Il se gare sur le parking. On descend de la voiture et j'ouvre le coffre pour prendre ma valise.
"-Minute Papillusion ! T'as pas besoin d'aide ?
-Non, c'est bon, je gère. Et puis, même si je gérais pas, il va bien falloir que j'apprenne à gérer toute seule...
-Ok, Liv' ! C'est toi qui voit !"
Au prix d'un effort surhumain, je parviens à tirer ma valise.
On entre et on entame le marathon des contrôles.
Tout d'abord, on m'enregistre, moi, puis ma valise. Ça me fait tout drôle de la voir partir dans l'avion. C'est comme si, ça y était en fin, je ne peux plus faire marche arrière.
Logiquement, à ce niveau-là, seules les personnes montant dans un des vols ont l'autorisation de passer, mais comme Parrain est un Professeur Pokémon de renommée internationale, les vigiles acceptent de faire une exception. Ça ne me rend pas très fière de forcer un peu comme ça, mais au fond, je m'en fiche. Du moment qu'il reste avec moi jusqu'au dernier instant, je m'en fiche. Même si je sais pertinemment que plus je repousse l'heure des au revoir, plus ils seront difficiles, je m'en fiche.
Ensuite, je passe dans les portiques de sécurité, on contrôle mon sac et on s'assure que Coraya est bien mon Pokémon avec une vérification de sa Ball (c'est d'autant plus important qu'elle est chromatique et que les Corayon sont, à Alola, une espèce protégée notamment à cause ou grâce à la famille de Vorastérie).
Enfin, on arrive dans la zone précédant les portes d'embarquement. À peine y entre-t-on que Parrain m'attrape et me pousse derrière lui. Son visage, à l'instant souriant comme à son habitude, est désormais tendu et de la colère brille dan ses yeux. Je suis son regard pour comprendre ce qui l'a fait réagir ainsi.
Un type à l'air louche semble s'avancer vers nous.
Il porte un bermuda et un débardeur noir et des cheveux (bleus ?) s'échappent d'un foulard blanc noué autour de sa tête. Soudain, il remarque le regard foudroyant d'Euphorbe, sursaute et change aussitôt de direction.
"-Qu'est ce qu'il y a ?", demandé-je.
Hélas, ma question reste sans réponse.
Pendant que Parrain continue de le fixer, le type louche s'approche d'une jeune femme et en moins de temps qu'il n'en faut pour dire "Ouisticram", il lui arrache son sac, ses Poké Ball et courre vers la sortie.
Je n'avais jamais pensé que Parrain était aussi bon à la course jusqu'à cet instant : il me lâche brusquement et pique un sprint pour rattraper le voleur en moins de deux. Il l'attrape par son vêtement et avec une violence que je ne lui connais pas, le pousse par terre sous le regard médusé de tous les voyageurs.
Parrain s'essuie nonchalamment les mains sur sa blouse, pendant que deux policiers s'empressent de menotter le fautif et de rendre ses affaires à la jeune femme qui ne cesse de remercier son bienfaiteur.
"-Qu'est ce que c'était ?, redemandé-je une fois que Parrain m'a rejointe.
-Rien du tout, Olivia, rien du tout, t'inquiète pas..., répond-il (si l'on peut appeler ça une réponse) en posant ses mains sur mes épaules.
-Chers voyageurs, chères voyageuses, alola, résonne une voix au-dessus de nos têtes. Les passagers à destination d'Illumis à bord du vol AirKalos numéro 315 sont priés de se rendre à la porte d'embarquement numéro 8. Je répète, les passagers à destination d'Illumis à bord du vol AirKalos numéro 315 sont priés de se rendre à la porte d'embarquement numéro 8. Merci de votre attention. Bonne journée."
D'un seul coup, mon pouls s'accélère. Ça y est, c'est bientôt le moment de s'en aller.
Comme une fillette de 6 ans et demi, je m'agrippe à la main de mon Parrain.
On se dirige doucement vers la porte 8. Heureusement, il y a déjà la queue. Les hôtesses scannent les billets et font embarquer les passagers.
Mon tour arrive rapidement. Elle me sourit avec bienveillance et m'invite à suivre les autres. Seulement, moi, je n'en ai aucune envie : il me reste encore une chose à faire.
Parrain me prend à part, pour ne pas gêner les gens derrière nous. L'heure des au revoir a sonné.
Je lui saute au cou et, ne pouvant plus me retenir, je me mets à pleurer comme un bébé.
"-Hey, Liv'... me fais pas ton gros chagrin, me murmure-t-il en me caressant les cheveux.
Ça va aller, tu le sais très bien...
-Oui mais... tu vas me manquer, dis-je entre deux sanglots.
-Toi aussi, tu vas me manquer. Mais, Platane, enfin... ton oncle est vraiment quelqu'un... de très sympa, tu verras !"
J'acquiesce. On reste un moment comme ça, sans rien dire. Puis, je me retourne et constate que la file d'attente s'est considérablement réduite.
"-Chers voyageurs, chères voyageuses, ceci est le dernier appel pour les éventuels retardataires à destination d'Illumis à bord du vol AirKalos numéro 315. Présentez-vous à la porte d'embarquement numéro 8. Je répète..."
Parrain se détache de notre étreinte.
"-Vas-y. C'est l'heure, dit-il.
-Oui mais...
-Pas de "oui mais", me coupe-t-il et je remarque qu'il a lui aussi les larmes aux yeux. Vas-y !
-Je t'aime, Parrain.
-Moi aussi, je t'aime ma petite Liv'... alors vas-y."
J'opine du chef et emprunte le même chemin que les autres. Je manque plusieurs fois de me retourner, mais me retiens de justesse ; je sais que si je le faisais, je foncerais me re-blottir dans ses bras et que je ne pourrais plus en bouger.
J'arrive dans l'avion et m'installe à ma place. J'ai de la chance, c'est le côté hublot.
Je meurs d'envie de faire sortir Coraya pour me rassurer et me rappeler que j'ai toujours un petit bout d'Alola à travers elle, mais ici, je n'ai pas le droit.
Quelques dizaines de minutes plus tard, l'avion se met en route pour la piste de décollage. Enfin, il décolle.
Ça y est. Je suis partie. Je ne suis pas encore tout à fait là-bas, mais je ne suis plus tout à fait ici non plus.
Durant les sept heures de vol, je dors. Je rêve. Je rêve de Parrain, de Pimprenelle et de Platane. Je rêve de ma vie. De ce qu'elle était, de ce qu'elle est et de ce qu'elle pourra être.
Je me réveille, en fin d'après-midi (heure locale, à Alola, il tout être environ vingt heures), quand le commandant de bord annonce l'atterrissage.
Ces quelques secondes semblent durer une éternité.
Lorsque l'avion se pose, un frisson me parcourt le dos. Je ne peux m'empêcher de sourire. De même, je sens Coraya frémir dans sa Scuba Ball.
Nous y sommes. À Kalos.
Quant à la suite, il me faudra plus de temps que d'ordinaire : j'ai encore beaucoup de travail et le temps que je rassemble mes idées pour la deuxième partie. Peut-être d'ici demain ou alors dans la semaine !

Suite : Partie 2 : Une Élève à Kalos
Chapitre 9 : Un oncle haut en couleurs
Dernière édition par Aurore_2021 le dim. 19 nov. 2017, 21:15, édité 1 fois.
"On ne va jamais aussi loin que lorsqu'on ne sait pas où on va"
Christophe Colomb (ça lui va bien de dire ça)

Avatar de l’utilisateur
Starr
Messages : 66
Inscription : jeu. 05 oct. 2017, 19:07

Re: [FanFic] : 4 Dresseurs, 4 rêves

Message par Starr » sam. 18 nov. 2017, 14:00

Encore une fois, j'aime beaucoup.

Je regarde une dernière fois la maison. Ma maison. Ma maison au toit rapiécé tellement et tellement de fois comme un vieux pull qu'on garde parce qu'il nous tient chaud pendant l'hiver. Ma maison dans laquelle j'ai grandi. Ma maison, tout simplement. L'endroit que j'appelle "chez moi".


J'ai adoré ce passage, la comparaison est vraiment parfaite. Et les répétitions de "ma maison" font ressentir les émotions d'Olivia quand elle doit quitter tout ce qu'elle a toujours connu...
~ The future is bulletproof, the aftermath is secondary. ~

Avatar de l’utilisateur
solana5047
Messages : 458
Inscription : mar. 15 août 2017, 15:49
Localisation : sous ton lit avec Gardevoir la complotiste

Re: [FanFic] : 4 Dresseurs, 4 rêves

Message par solana5047 » sam. 18 nov. 2017, 14:29

avec une grande hâte d'voir la suite , j'ai apprécié ton récits .
La suite dans l'arc 2 , c'est bien ça ?
Sur le sommet d'un arbre au milieu d'un lac de brume
Moonlight observe le monde
Et protège l'univers
De ses anneaux multicolores

Avatar de l’utilisateur
Aurore_2021
Messages : 105
Inscription : mer. 01 nov. 2017, 10:37
Localisation : En cavale pour échapper à l'hôpital psychiatrique

Re: [FanFic] : 4 Dresseurs, 4 rêves

Message par Aurore_2021 » sam. 18 nov. 2017, 14:32

Merci pour vos commentaire bon je sais je dis ça chaque fois c'est un peu répétitif mais ça fait toujours plaisir :)
solana5047 a écrit :
sam. 18 nov. 2017, 14:29
avec une grande hâte d'voir la suite , j'ai apprécié ton récits .
La suite dans l'arc 2 , c'est bien ça ?
Dans la partie 2 mais c'est tjrs l'arc 1
Je crois que mon système n'est pas clair du tout :ouch:
"On ne va jamais aussi loin que lorsqu'on ne sait pas où on va"
Christophe Colomb (ça lui va bien de dire ça)

Avatar de l’utilisateur
solana5047
Messages : 458
Inscription : mar. 15 août 2017, 15:49
Localisation : sous ton lit avec Gardevoir la complotiste

Re: [FanFic] : 4 Dresseurs, 4 rêves

Message par solana5047 » sam. 18 nov. 2017, 14:57

je crois que c'est juste que j'ai du mal a comprendre X)
Sur le sommet d'un arbre au milieu d'un lac de brume
Moonlight observe le monde
Et protège l'univers
De ses anneaux multicolores

Avatar de l’utilisateur
Aurore_2021
Messages : 105
Inscription : mer. 01 nov. 2017, 10:37
Localisation : En cavale pour échapper à l'hôpital psychiatrique

Re: [FanFic] : 4 Dresseurs, 4 rêves

Message par Aurore_2021 » dim. 19 nov. 2017, 21:09

Je viens de terminer le chapitre 9, après bien des péripéties ! En effet, il était trop long comparativement aux autres, du coup j'ai fait le choix de le couper en deux.
De ce fait, j'ai aussi le chapitre 10 en réserve, mais je le mettrai demain matin

Chapitre 9 :
Partie 2 : Une Élève à Kalos

Chapitre 9 : Un oncle haut en couleurs

Je suis la première à sortir, ou plutôt à me précipiter hors de l'avion et à arriver au point de récupération des valises.
Si, de l'extérieur, l'aéroport Nord d'Illumis a l'air immense, c'est encore plus vrai vu de l'intérieur. Le haut plafond est en verre et laisse passer la lumière du soleil. Des panneaux publicitaires sont affichés aux murs, et côtoient les horaires des vols, qui sont remises à jour toute les minutes. Il y a des gens partout. Ils mangent, discutent, s'activent dans tous les sens. Aux étages supérieurs (nous sommes au rez-de-chaussée), il y a des restaurants, des magasins et c'est là où les départs s'effectuent. Les annonces et les musiques en arrière-plan sonore sont entièrement couvertes par le bruit des conversations.
J'ai lu quelque part que cet aéroport est un des plus grands du Pokémonde. D'après le peu que j'en vois, il le mérite bien.
Je m'assois sur un banc, en trépignant d'enthousiasme. Mon sommeil m'a complètement requinquée et remise des émotions de tout à l'heure et même si j'ai l'impression d'avoir les yeux encore humides, ça va beaucoup mieux.
Assez vite, les tapis roulants se mettent en route et apportent ainsi les bagages des passagers. Je récupère le mien (en tirant de toutes forces) et suis le mouvement.
On emprunte un couloir, avant de déboucher à une extrémité du hall d'entrée, où les familles et amis attendent les arrivants.
Quant à moi, je cherche mon oncle dans la foule. Je le repère de loin, il discute gaiement avec une famille. Effectivement, il paraît être quelqu'un de bien. Je lui trouve même quelques ressemblances avec moi : ses cheveux bruns partent dans tous les sens mais semblent être coiffés, exactement comme les miens.
Il se tourne dans ma direction, m'aperçois et avec un grand sourire, me fait signe de venir.
J'approche, un peu intimidée.
"-Bon, vous passerez au Labo un de ces jours et je lui donnerais un Pokémon, d'accord ?, termine-t-il avec ses interlocuteurs avant de s'adresser à moi.
Olivia ! Quel plaisir de te rencontrer enfin ! Ton ... parrain m'a beaucoup parlé de toi ! Comment vas-tu, depuis hier ? Le voyage s'est bien passé ?
-Oui ça va, réponds-je.
-Comment ça ? "Oui ça va" ? C'est tout ? Mais dis-moi... Tu as un Pokémon ? Un Corayon n'est-ce pas ? Chromatique de plus à ce qu'on m'a dit... Faisons les présentations, qu'en dis-tu ?
-Je peux la faire sortir ?
-Oui, bien sûr ! Si je te le dis !"
Je lance donc sa Scuba Ball et Coraya en jaillit. Elle s'étire et baille à s'en décrocher la mâchoire. Je me sens coupable et j'ai l'impression d'avoir été une mauvaise Dresseuse, pour le coup : la laisser quasiment dix heures dans sa Ball, sans la faire sortir, même si je n'ai pas eu d'autres choix, ce n'est pas très sympathique de ma part.
Heureusement, elle n'a pas l'air de m'en tenir rigueur puisqu'elle caracole autour de moi, comme d'ordinaire. Ça me rassure aussi car cela signifie qu'elle n'a pas trop mal pris notre départ d'Alola.
Platane s'agenouille de façon à être à sa hauteur, et la salue :
"-Bonjour à toi, petit Corayon.
-Elle s'appelle Coraya, lui indiqué-je en insistant sur le "elle".
-Et bien, te voilà un peu plus loquace tout à coup !, plaisante-t-il. Bref, Coraya, bienvenue à Kalos.
-Cora ! Cora ! Corayon !
-Bien, bien... Maintenant, on va retourner au Labo, pour que je puisse te faire découvrir les lieux avant ce soir. Ça te convient ?
-Oui, bien sûr.
-Très bien, alors allons-y ! Au fait, tu as besoin que je te porte quelque chose ?
-Non merci, je gère."
Il entre dans un ascenseur, je le précède, Coraya étant montée sur ma tête. On descend au sous-sol. Là encore, je suis étonnée par la grandeur du parking. Nos pas ainsi que le roulement de la valise résonnent sur le sol. Nous avançons jusqu'à sa voiture, une petite Coxyclaque noire ; je trouve que ça lui correspond bien, par rapport à sa personnalité et à l'image qu'il donne.
Il s'occupe de mettre mes affaires dans le coffre ; je m'installe à l'arrière, Coraya sur mes genoux. Puis, c'est à son tour de monter en voiture et on démarre.
Lorsque l'on sort du parking, il s'engage sur le Périphérique et je vois au loin la célèbre Tour Prismatique. Le trafic est fluide, alors nous entrons rapidement dans Illumis.
C'est complètement différent d'Alola. Il y des bus, des tramways, des Bicyclettes en libre-service, des stations de métro, des taxis. Il y a des cafés, des boutiques, des immeubles. Les piétons marchent vite, mais sans avoir l'air pour autant pressé.
Dynamique. Active. Énergique. Ce sont les mots qui me viennent à l'esprit pour décrire cette ville.
Je devrais me sentir dépaysée. En toute logique. Illumis est aux antipodes de Mele-Mele, où j'ai grandi. Je devrais être dépaysée.
Mais étrangement, je ne le suis pas. Alors que je contemple la métropole par la vitre, c'est comme si quelque chose en moi résonnait avec cet endroit. Comme si c'était dans mes gènes. Je me sens... à l'aise.
"-Alors, premières impressions ?, demande Platane.
-C'est..., commencé-je en cherchant le mot juste, merveilleux. Mais aussi tellement différent d'Alola.
-Pourrais-tu préciser ta pensée ?", ajoute-t-il avec un sourire en coin.
Je me transforme en un véritable moulin à paroles. J'oublie complètement mon attitude réservée ; ma région, Alola, Parrain, sur ces sujets-là, je suis intarissable. Je ne peux plus m'arrêter de parler. S'il voulait me mettre en confiance, c'est gagné. À tel point qu'il est obligé de me couper :
"-Hmm... Olivia ? Permets moi de t'interrompre, mais nous sommes arrivés !
-Oh, oui, désolée je m'en étais pas rendue compte !"
On sort de la voiture et je prends mes bagages.
Le Laboratoire de Platane est un grand bâtiment vert et blanc, qui contraste avec ceux voisins ; il a l'air d'être plus ancien. À l'entrée, se trouvent deux statues de Poké Ball.
"-Prête pour débuter la visite ?, dit le propriétaire en m'ouvrant la porte.
-Seulement si mon guide l'est aussi !", assuré-je.
Et j'entre, suivie par mon oncle.
Suite : Chapitre 10 : Visite guidée
Dernière édition par Aurore_2021 le lun. 20 nov. 2017, 17:44, édité 1 fois.
"On ne va jamais aussi loin que lorsqu'on ne sait pas où on va"
Christophe Colomb (ça lui va bien de dire ça)

Avatar de l’utilisateur
solana5047
Messages : 458
Inscription : mar. 15 août 2017, 15:49
Localisation : sous ton lit avec Gardevoir la complotiste

Re: [FanFic] : 4 Dresseurs, 4 rêves

Message par solana5047 » lun. 20 nov. 2017, 10:40

La petite Liv' dans une nouvelle région , je m'en frotte les mains ^^
Sur le sommet d'un arbre au milieu d'un lac de brume
Moonlight observe le monde
Et protège l'univers
De ses anneaux multicolores

Avatar de l’utilisateur
Aurore_2021
Messages : 105
Inscription : mer. 01 nov. 2017, 10:37
Localisation : En cavale pour échapper à l'hôpital psychiatrique

Re: [FanFic] : 4 Dresseurs, 4 rêves

Message par Aurore_2021 » lun. 20 nov. 2017, 17:43

Voilà la suite ! (avec un peu de retard mais j'ai mis plus de temps que prévu pour faire ma rédac' de français j'avais pas d'inspiration dit celle qui a passé son week-end à ecrire sa fan fic au lieu de bosser)

Chapitre 10 :
Chapitre 10 : Visite guidée

Une jeune secrétaire, au tailleur chic et aux cheveux blonds attachés en un chignon sur le côté, s'apprête à m'interpeller mais se ravise en voyant Platane derrière moi.
"-Bonjour, Laureen, lui dit-il.
-Bonjour, Professeur. Excusez-moi, mais qui est cette jeune personne à vos côtés ?
-Je m'appelle Olivia.
-C'est ma nièce, précise-t-il.
-Oh, mais bien sûr. Bienvenue !
-Merci Madame !
-Mademoiselle pour l'instant, rectifie-t-elle avec un clin d'œil.
-Laureen, tu pourrais dire à mes collègues de faire une pause ? Je fais la visite à Olivia et j'aimerais les lui présenter.
-Aucun problème, je les appelle tout de suite, accepte-t-elle en tapant sur son clavier d'ordinateur.
-La suite est par ici, indique Platane en désignant un vieil ascenseur bleu.
-Je monte aussi ma valise ? Tu es sûr que ton... (je le montre du doigt) va réussir à tout porter ?
-Tu peux la laisser là, ça craint rien. Et oui, ne t'inquiète pas, même s'il n'en a pas l'air, c'est du solide ! Laureen, ajoute-t-il en consultant sa montre, tu peux partir pour aujourd'hui mais dernière chose, pourrais-tu monter les affaires de la Miss dans mon appart' ?
-Oh oui, bien sûr, aucun problème. Et euh... est-ce que tu sais si Marcus tardera encore beaucoup ?
-Merci à toi. Non, je leur présente juste Olivia et je les libère. De toute façon, ça va être l'heure."
Platane enchaîne en appuyant sur le bouton qui ouvre les portes de l'ascenseur et nous montons au premier étage.
"-Whaouh !", laissé-je échapper en entrant.
C'est un vrai laboratoire de compétition ! Plusieurs machines de pointe servant à étudier les Pokémon remplissent la pièce. Il y a aussi quelques bureaux avec des ordinateurs, des cartons d'électroménager inutilisé dans un coin ainsi que des Poké Ball qui traînent un peu partout.
"-Et encore, tu n'as pas tout vu, murmure-t-il.
-Professeur !, s'exclament en chœur trois scientifiques en blouse blanche.
-Rebonjour ! Quoi de neuf ?
-On progresse, on progresse. J'ai laissé le compte-rendu de la journée sur mon bureau, répond un jeune homme brun à lunettes.
-Merci, Marcus. À tous, je vous présente Olivia.
-Alol... Euh bonjour !, me rattrapé-je.
-Tu peux dire Alola, c'est mignon comme tout !, me rassure une femme d'environ la trentaine aux cheveux bruns bouclés.
Enchantée, moi c'est Laetitia !
-Quant à moi, mon nom est Michel, se présente un homme d'âge mûr.
-Et enfin à mon tour, je suis Marcus.
-Cette fine équipe... Ce sont mes assistants ! Que ferait un Professeur Pokémon sans eux ?
-Pas grand chose, rit Laetitia.
-Ravie de tous vous rencontrer ! Je vais essayer de me souvenir de tous les noms, promis !
-Ne t'inquiète pas, petite, dit Michel. Ce n'est pas grave !
-Sur ce, les amis, vous allez pouvoir vous rentrer !
-Dans ce cas, on vous laisse en FAMILLE, répond Laetitia en souriant, avant de redescendre en même temps que Michel.
-Euhm... Professeur ? Est-ce que Laureen est déjà partie ?, demande timidement Marcus.
-Non, pas encore", sourit Platane.
Puis, lorsqu'il est à son tour sorti, il ajoute :
"-Rah la la.... Quand est-ce qu'ils vont enfin se caser ensemble, ces deux là ? Bref, Olivia, passons à l'étape suivante, l'équivalent du QG, mon bureau !"
On reprend le vieux tas de ferraille.
Son bureau est, si j'ose dire, encore mieux que le laboratoire.
La bibliothèque est juste immense ! Il doit y avoir des centaines de livre, là-dedans ! Je me retiens de ne pas en prendre un immédiatement et m'asseoir dans un fauteuil.
Quelques cadres sont accrochés aux murs et donnent à la pièce un côté chaleureux.
À l'autre bout de la pièce, un petit escalier mène à une mezzanine.
"-Qu'en dis-tu ?
-C'est... j'ai même pas de mot... je pourrai lire tes livres ?
-Tu perds pas le nord, toi ! Bien sûr que tu pourras ! Et c'est pas fini, suis-moi."
Il monte à la mezzanine. En fait, c'est un petit appartement cosy : un canapé, une télé, une table basse et une cuisine ouverte constituent la pièce principale.
"-La salle de bain est là-bas et je t'ai préparé une chambre juste ici, m'explique-t-il en montrant deux portes.
Verdict final ? Ton nouvel environnement te plait ?"
Je prends le temps de répondre. C'est certain, ma maison va me manquer ; mais après avoir découvert l'endroit, je sais que je vais me plaire ici.
"-Je crois que je pourrai m'y faire !"
Suite : Chapitre 11 : Premiers pas à Illumis
Dernière édition par Aurore_2021 le ven. 24 nov. 2017, 17:22, édité 1 fois.
"On ne va jamais aussi loin que lorsqu'on ne sait pas où on va"
Christophe Colomb (ça lui va bien de dire ça)

Avatar de l’utilisateur
Aurore_2021
Messages : 105
Inscription : mer. 01 nov. 2017, 10:37
Localisation : En cavale pour échapper à l'hôpital psychiatrique

Re: [FanFic] : 4 Dresseurs, 4 rêves

Message par Aurore_2021 » ven. 24 nov. 2017, 17:21

(Désolée pour le double-post)
La suite...
Chapitre 11 :
Chapitre 11 : Premiers pas à Illumis

À peine un quart d'heure après mon réveil, je suis lavée, habillée, coiffée et prête pour l'aventure !
Je descend dans le bureau de Platane ; hier, il m'a dit qu'il voulait s'entretenir avec moi avant que je parte faire un tour en ville.
Même s'il n'est que 8 heures, je l'y trouve déjà, entre deux piles de livres et pianotant sur son clavier.
"-Alo.. Bonjour !, claironné-je.
-Olivia ! Bien dormi ?
-Oui, super ! Merci.
- Wouh, t'es une petite lève-tôt dis donc !, s'étonne-t-il en regardant l'heure.
-Je sais, mais c'est-à-dire que je ne veux pas perdre une miette de seconde pour me balader ! Justement... tu voulais me parler ?
-Oui, c'est exact, dit-il en se levant. J'ai deux trois choses à te donner. Premièrement, continue-t-il en fouillant dans un tiroir, tiens, voilà une Carte ! Au cas où tu te perdes, ça peut toujours être utile. Deuxièmement, pour me contacter si jamais tu as un problème, un Holokit ! Tout droit sorti des Labos Lysandre, c'est un petit bijou de technologie !
Et enfin..., termine-t-il en sortant son portefeuille, tiens de la monnaie. Pour faire les boutiques, manger, prendre le taxi... Fais ce que tu veux avec ! Mais attention, je ne suis pas un arbre que tu secoue et duquel tombent des pièces, c'est ton argent de poche pour toutes les vacances !
-Merci beaucoup, le remercié-je en rangeant le tout dans mon Sac.
-Dernier conseil : avant tout, tu devrais prendre un taxi pour aller voir Alexia, des Éditions Illumis. Elle pourra te donner davantage d'indications sur les lieux notables de la ville. Elle en connaît chaque coin, chaque recoin, chaque Psytigri de gouttière ! Et fais attention à toi tout de même !
-Oui, je sais, soupiré-je en souriant. Je fais toujours attention.
-Très bien ! Alors, va parcourir le vaste monde... mais ne rentre pas trop tard !
-Aucun risque ! L'appel de ta bibliothèque sera plus fort que tout !"

Lorsque je sors, je prends une grande bouffée d'air frais d'Illumis et libère Coraya, qui s'installe sur ma tête (on ne change pas les bonnes habitudes). Puis, je cherche un taxi. J'en trouve un à une vingtaine de mètres.
"-Alol... Bonjour !, dis-je au chauffeur. Excusez-moi, je voudrais aller aux Éditions Illumis.
-Le journal, sur l'avenue Thermidor ? Pas de souci !C'est parti, embarquez !"
Je le remercie et il démarre.
Cette ville est décidément immense.
J'aimerais, un jour, la connaître aussi bien que je connaissais Ekaeka. Je pense qu'un des meilleurs moyens pour que je m'intègre est que je m'y repère en un claquement de doigts. Il va me falloir du temps pour parcourir toutes ces petites ruelles, mais peut-être que si j'en explore un bout chaque jour, j'y parviendrai ! Je crois que je viens de trouver mon programme pour les jours, voire les semaines à venir...

"-A... Bonjour !
-Bonjour, me répond une femme avec un petit Pokémon jaune et noir sur l'épaule lorsque j'entre dans les Éditions. En quoi pouvons-nous t'être utile ?
-Oh, je cherche Alexia, pour avoir de l'aide concernant... le tourisme en quelque sorte !
-Tu l'as en personne devant toi !
-Galva, Galvaran !, couine son Pokémon.
-Oui, je ne t'oublie pas ! Lui, là, c'est Galvaran. Et toi ? Je t'avais jamais vue en ville avant...
-Je m'appelle Olivia et elle, c'est Coraya ! Je suis arrivée hier.
-Super, Olivia et Coraya ! Je te souhaite la bienvenue à Kalos, alors ! Donc... que voulais-tu savoir exactement ?
-Je voulais me renseigner sur les endroits à voir dans Illumis.
-Oook ! Monuments ? Magasins ? Cafés ?, demande-t-elle en s'asseyant derrière son ordinateur.
-Tout, si possible. Je suis ici pour un bout de temps, alors autant en profiter pour se cultiver un peu !
-Bon état d'esprit, Olivia ! Bref, je pense que je suis la personne qu'il te faut ! Aurais-tu une Carte ?
-Oui, bien sûr, dis-je en lui passant.
-Je peux ?" J'acquiesce. Elle l'ouvre avec un tournevis, la bidouille, la referme, tape sur le clavier et me la redonne.
"-J'ai fait une petite mise à jour, m'explique-t-elle. Tu vois, les point rouges, sur la carte ? Ce sont les endroits que tu dois IM-PÉ-RA-TI-VE-MENT voir tant que tu es dans le coin !
Avec ça, je pense que tu devrais pouvoir te débrouiller sans moi, mais si tu as un problème, la porte reste ouverte !
-D'accord, merci beaucoup ! Si j'ai bien compris, l'endroit le plus proche c'est... l'avenue Vendémiaire ?
-Oui ! En sortant du bâtiment, tu tournes à gauche, tu continues et tu prends la première à droite..."

Après avoir suivie les indications d'Alexia, je me retrouve comme prévu sur l'Avenue Vendémiaire.
"Je crois que je vais finir par tomber amoureuse de cette ville !", pensé-je.
Le sol est en pavés gris sombres, les trottoirs sont en pierres blanches et les devantures des bâtiments sont toutes colorées. Quelques... Passerouges s'amusent sur les conduits. Je ne sais plus où donner de la tête. Et surtout, je ne sais pas par où commencer : le bar à jus, le café, le restaurant, la boutique de Poké-Balls... tous ont l'air géniaux !
Finalement, je me dirige vers le plus près de moi. Il me semble que c'est le Ball-Bazar. Je m'apprête à entrer. Et au moment même où les portes s'ouvrent, percute quelqu'un. Coraya, pauvre couvre-chef, vacille et tombe par terre.
"-Eeeeh !, protesté-je.
-Ouais, c'est bon, désolé !", râle la personne en même temps. Je ramasse Coraya dans mes bras. La personne qui m'est rentrée dedans est en fait un garçon, qui a sûrement mon âge. Ses cheveux sont châtains et il a des yeux noisettes. Vu son style et son attitude, il est probablement originaire d'ici.
Il relève la tête, me dévisage avant de s'attarder sur la couleur de mon Corayon. Je la rentre dans sa Scuba Ball.
"-T'allais entrer ?
-Oui, lâché-je un peu plus sèchement que je ne l'aurais souhaité.
-C'est la boutique de mes parents... Je peux te faire visiter. Enfin, si tu veux. Moi, c'est Caleb, se présente-t-il en tendant la main.
-Je suis partante. Enchantée, je m'appelle Olivia, réponds-je en la serrant.
-Je t'en prie, après toi", dit-il en me laissant passer.
J'entre dans la boutique.
Des clients lèchent les vitrines, tandis que d'autres passent en caisse.
Plusieurs Ball sont exposées et même si la capture des Pokémon n'est pas le sujet sur lequel je suis le plus calée, je reconnais des sortes rares, telles qu'une Safari Ball (de Parmanie à Kanto) ou une Master Ball.
"-Caleb !, s'exclame une jeune fille blonde. Qu'est ce que tu fabriques ? T'as déjà fait les livraisons ?
-Non, Kate. Je fais visiter à Olivia. J'irai après.
-Ah ah, fait la fille avec un ton suspicieux.
-On s'est rentrés dedans à l'entrée et il a voulu me montrer la boutique, précisé-je.
-Hmm... Ok, soit, si vous le dites.
-Olivia, je te présente Kaitlyn. Ses parents travaillent aussi ici.
-À l'exception près que moi, je suis née à Unys.
-C'est vrai ?
-Oui, c'est vrai, réplique-t-elle comme si j'étais stupide.
-Et toi ?, demande Caleb pour détendre l'ambiance. Tu n'as pas l'air d'ici, je me trompe ?
-Non, c'est exact. Je viens d'Alola.
-Alola ?, s'étonne la fille. C'est vachement loin, pourquoi t'as fait tout ce chemin ?
-Raisons familiales", dis-je évasivement.
Le garçon nous regarde tour à tour, comme s'il avait peur que la tension n'éclate. Il propose :
"-Hey, si on allait boire un coup au Nectar ? On discutera autour d'un Jus de Baie ! Ton Corayon pourra en profiter aussi, Olivia.
-Un Pokémon ? Déjà ? Mais sinon, ouais, d'accord, Cal'.
-Je marche aussi.
-Tu ne voulais rien acheter ?
-Non, de toute façon, je suis ici en mode touriste et je m'en sors bien avec un Pokémon en ce moment, je n'ai pas l'intention d'en capturer d'autre pour l'instant.
-Très bien, c'est parti, les filles suivez le chef !
-Rêve pas trop, Cal !", rit Kaitlyn, avant de lui emboîter le pas.

Le reste de la journée, je traîne avec eux. J'apprends à mieux les connaître. Les parents de Caleb, comme ceux de Kaitlyn sont originaires d'Unys, mais alors que celle-ci est restée dans sa région jusqu'à ses 8 ans, Caleb est arrivé tout petit à Illumis. Aucun des deux n'a de Pokémon ; Kaitlyn aspire à une carrière de Photographe Pokémon, Caleb se destine à être Dresseur. Je remarque aussi qu'ils sont très proches et malgré les apparences, Kaitlyn se révèle ne pas être une personne hautaine, mais assez sympathique. Quant à Caleb, il a un côté sincère et gentil, mais un peu tête en l'air.
J'omets (quelque peu volontairement) de mentionner mes antécédents familiaux particuliers ; pour une première rencontre, je préfère garder le secret.
Je pourrais presque les qualifier d'"amis", bien que je ne connaisse pas tout à fait la signification de ce mot, n'en ayant jamais eu (non, je n'étais pas asociale, seulement... j'avais Coraya, mon Parrain, et cela me suffisait amplement).
En fin d'après-midi, je les quitte et commence à retourner au labo.
Lorsque j'arrive, Laureen m'informe que Platane travaille toujours avec Marcus, Michel et Laetitia, alors je monte silencieusement à son bureau. Je me recroqueville dans un fauteuil et me plonge dans un de ses livres : "Les mystères de l'évolution-Tome 1"...
Suite : Chapitre 12 : La Fête de Kalos
Dernière édition par Aurore_2021 le dim. 26 nov. 2017, 16:45, édité 1 fois.
"On ne va jamais aussi loin que lorsqu'on ne sait pas où on va"
Christophe Colomb (ça lui va bien de dire ça)

Avatar de l’utilisateur
Shinigami
Messages : 282
Inscription : ven. 06 oct. 2017, 22:04
Localisation : Quelque part ?!

Re: [FanFic] : 4 Dresseurs, 4 rêves

Message par Shinigami » dim. 26 nov. 2017, 15:24

ouaaaaaaaaaaaaaah! je reviens et je vois que tu a sorti le chap 9 10 et 11( ca fait beacoup quand meme) et comme d hab on attends la suite
Reshiram ce battait pour la réalité et zekrom pour l'idéal mais le seul qui compris que la réalité ne sera jamais idéal et que l'idéal ne sera jamais une réalité c'est kyurem . Quand il comprit il se glaça et perdit goût à : la vie...

Avatar de l’utilisateur
Aurore_2021
Messages : 105
Inscription : mer. 01 nov. 2017, 10:37
Localisation : En cavale pour échapper à l'hôpital psychiatrique

Re: [FanFic] : 4 Dresseurs, 4 rêves

Message par Aurore_2021 » dim. 26 nov. 2017, 16:42

Et d'ailleurs, voilà la suite !
Je m'excuse par avance, si jamais des fans d'histoire française lisent ma FanFic, pour les inexactitudes historiques (en fait, comme Kalos est inspiré de la France, je me suis permise de reprendre un événement qu'on connaît tous)
Bref, je vous laisse juger !

Chapitre 12 :
Chapitre 12 : La Fête de Kalos

Une semaine après mon arrivée, alors que je me promène en ville, je remarque que plusieurs rues sont barrées pour cause de "Préparation du défilé".
Le soir même, je m'empresse d'en parler à mon oncle, qui m'informe :
"-C'est pour le défilé de la fête de demain.
-Quelle fête ?
-La fête de Kalos, pardi ! Tu n'en n'as jamais entendu parler ? (Je secoue la tête) Bien, ce n'est pas grave, laisse-moi t'expliquer..."
Il me raconte que la fête de Kalos, c'est la fête nationale. Elle a lieu tous les ans, mi-juillet, pour commémorer la fin de la monarchie plusieurs siècles auparavant, bien que cette signification historique se soit effacée au fil du temps.
Au programme, un grand défilé parcourra Illumis pendant la matinée ; la soirée se clôturera par un splendide feux d'artifice à la Tour Prismatique. Il y aura aussi bien d'autres festivités, que ce soit ici ou partout ailleurs dans la région.
"Tu devrais vraiment y aller, ça vaut le coup d'œil. Toi qui voulais découvrir la ville, tu ne peux pas passer à côté !"
Je décide donc de suivre son conseil. Qui sait ? Ce n'est qu'une belle opportunité de plus pour passer une belle journée !

Le lendemain matin, je me lève tôt, encore plus tôt que d'habitude. Après la petite discussion d'hier, Platane a continué de me donner des recommandations pratiques. L'une d'entre elles était d'arriver de bonne heure sur les lieux du défilé. En effet, énormément de monde voulant y assister, les derniers arrivants se retrouvent en général derrière la foule et ne voient rien ou pas grand chose du spectacle.
Je prends un peu plus de temps pour choisir ma tenue ; comme c'est la fête nationale, je suppose que les couleurs nationales sont aussi à l'honneur. Je m'habille d'un short et de baskets blancs, d'un t-shirt marin bleu à rayures plus foncée ; j'agrémente le tout d'un foulard blanc et d'un Sac rouge. Quant à l'habituel vieux sweat de Parrain, je le laisse de côté, aujourd'hui ; pour me rappeler ma région, j'ai toujours la petite gemme de Tokorico enfouie précieusement dans une des poches de ma sacoche.
Je m'occupe ensuite de Coraya et nous nous mettons en route. Platane étant membre du Comité d'Organisation, il a encore quelques choses à régler ; c'est pourquoi je pars devant, il me rejoindra sur place.

Lorsque j'arrive sur l'Avenue Floréal, une petite foule a déjà commencé à se constituer. Néanmoins, il reste de un espace de libre, juste à côté des barrières, à l'équivalent d'un premier rang. Je m'y faufile et m'assois en tailleur par terre, comme le temps à attendre est encore long. J'ouvre un livre et entame ma lecture, Coraya nichée entre mes bras. Avant l'incident du type louche à l'aéroport, je n'avais jamais pensé qu'on pouvait voler des Pokémon, mais depuis, je préfère être prudente ; de plus, Coraya étant chromatique et peu expérimentée pour le moment, ça fait d'elle une proie rêvée.
Soudain, j'entends qu'on parle dans mon dos :
"-Je te dis, que c'est pas elle, soupire une voix de fille.
-Mais si, Kate, sois pas stupide ! C'est elle, je te dis !, persiste une voix, celle-ci masculine. Regarde, un Corayon chromatique, comme elle ! T'en vois beaucoup des Corayon chromatiques, qui gambadent dans les rues ?
-Et toi, sois pas idéaliste, Cal'..."
Je reconnais ces voix. Je me relève d'un coup et me retourne en disant :
"-Et si, Kaitlyn, c'est bien moi.
-Olivia ! Bingo, je savais que c'était toi !, s'exclame Caleb.
-Bah, tout le monde fait des erreurs, sourit Kaitlyn.
-Mais, où vous étiez passés, pendant toute une semaine ?
-C'est plutôt à nous de te poser la question !, réplique-t-elle.
-Pourtant, je suis repassée plusieurs fois à la boutique et vous étiez introuvables", affirmé-je.
Ils échangent un regard interrogatif. Caleb reprend ;
"-On a du se croiser sans s'en rendre compte ou alors à peu de temps près. Mais bon, finalement, on s'est retrouvés, c'est tout ce qui compte !
-C'est bien ce que je disais, t'es un idéaliste", le taquine son amie avec un coup de coude.
Mon Holokit se met à vibrer. J'y jette un coup d'œil et grimace en constatant que c'est Platane qui m'appelle.
"-Qu'est ce qu'il y a ?, demande Kaitlyn.
-Rien, c'est... mon oncle qui m'appelle. Je reviens dans deux secondes", réponds-je en paniquant un peu.
Je m'éloigne à quelques mètres, leur tourne le dos et décroche tout en gardant l'Holokit planqué dans mon Sac.
Sa silhouette appariât dans un hologramme de lumière bleutée (un peu trop voyante à mon goût) et je suis forcée d'avouer que cet objet est une merveille technologique.
"-Ah, Olivia ! Comment ça va, de ton côté ?
-Oui, super, j'ai trouvé des amis. On est dans l'Avenue Floréal et on attend que ça commence.
-C'est bien, c'est bien... Ça devrait plus tarder maintenant.
-Tu m'appelais pas juste pour ça, deviné-je en le sentant hésiter.
-Non, en effet, confirme-t-il en se grattant la nuque. Après le défilé, pourrais-tu venir me retrouver au pied de la Tour Prismatique ? Quelqu'un voudrait faire ta connaissance...
-C'est tout ? Ah euhm, je voulais dire, oui, aucun problème !
-Olivia !, m'appelle Caleb. Viens vite !
-Ouais, j'arrive !, lui réponds-je en me retournant, surprise.
-Retourne avec eux !, dit mon oncle en souriant. On se retrouve après. Profite bien !
-Merci, toi aussi !"
Je raccroche en soupirant de soulagement. Puis, je rejoins mes amis, qui devaient commence à s'impatienter.
En fait, si je tiens tellement à taire la vérité, c'est parce que, ici, personne ne sait qui je suis. À Alola, j'étais souvent connue comme la petite filleule d'Euphorbe. Bien sûr, je prenais plaisir à être considérée comme telle, mais en arrivant dans cette nouvelle région, je voulais prendre un nouveau départ. Devenir une vrai Dresseuse et être plus indépendante. Un Professeur se fait reconnaître grâce à ses travaux, pas pour les liens qu'il entretient avec ses semblables. De la même façon, je veux me faire des amis grâce à qui je suis, et non pas pour qui est ma famille.
Je souris pensivement, en me rendant compte que, petit à petit, je trouve bien d'autres raisons qui expliquent ma venue à Kalos.
"-Qu'est ce qu'il y a ?, demande Caleb, sans doute en constatant mon étrange comportement .
-Rien, c'est bon, le rassuré-je. Tout va bien.
-Regardez, ils arrivent !", s'exclame Kaitlyn en pointant le bout de la rue.
Au croisement de celle-ci avec la Place Centrale, on peut voir arriver les premiers défilants, des musiciens.
Pendant que tout le monde tape dans ses mains au rythme de la fanfare, j'observe le public.
Je constate, amusée, que c'est comme s'il y avait un dress-code tacite : tous sont habillés de bleu, blanc et rouge.
Puis, viennent les Forces de Police de Kalos. Les Agents Jenny ainsi que les Policiers font démonstration des capacités de leurs Pokémon, des Caninos, Élecsprint ou Ponchien. Derrière eux, arrivent la petite dizaine de Rangers Secteur basés dans la région.
"-Ils ont la classe, quand même", commente Caleb.
Toujours dans la joie et la bonne humeur, la majorité des Champions d'Arènes suivent la marche.
Chacun est sur un char, représentant son type de prédilection.
"-Violette ! Violette !, s'époumone Kaitlyn lorsque la Championne du Type Insecte passe devant nous. C'est moi ta plus grande fan ! Un jour, je serai une Photographe aussi célèbre que toi !"
Son idole lui répond par un hochement de tête encourageant, ce qui la fait pousser un cri de joie.
S'approchent ensuite Cornélia sur ses Rollers, Lem et ses inventions et Valériane vêtue de ses créations.
Ça peut paraître surprenant, mais en à peine une semaine, j'ai eu le temps de me renseigner sur les personnalités importantes de la région et sur son système qui est très différent de celui d'Alola. À moins que cela ne soit celui d'Alola, le différent des autres...
Pour conclure le défilé, on voit arriver le Conseil 4 au complet, la Maître de la Ligue, dont le nom m'échappe, ainsi que (oh surprise surprise) Platane. Lorsqu'il passe à mon niveau, il m'adresse clairement un grand signe de la main, auquel je réponds par un petit sourire gêné. Je regarde furtivement mes deux acolytes, mais ils n'ont pas l'air de s'être rendu compte de quoi que ce soit.
Enfin, l'hymne de Kalos retentit et les gens se dispersent.
"-Si on allait manger ?, propose Caleb. J'ai la dalle !
-Moi aussi ! Tu viens, Olivia ?
-Hmm... allez-y sans moi. Je dois aller... aux toilettes. Je vous rejoins après, prétexté-je.
-Euh... d'accord, comme tu voudras", répond Kaitlyn avec étonnement.

Je les quitte et entreprends de remonter le foule à contre-courant. Après avoir dû jouer des coudes, j'arrive au lieu de rendez-vous.
Platane discute joyeusement avec la Maître de la Ligue ; il est rayonnant.
"-Alola ... et mince !, m'auto-grondé-je. Je voulais dire bonjour !
-Olivia ! Comment as-tu trouvé ce défilé ?, m'interroge mon oncle pendant que son accompagnatrice me regarde avec amusement.
-C'était génial ! T'avais raison, ça valait le déplacement !
-Content que ça t'ai plu ! Je te présente Dianthéa...
-La Maître, l'actrice super célèbre... c'est vraiment un honneur, dis-je respectueusement.
-Que de compliments ! Augustin, c'est toi qui lui a dit ?, sourit-elle.
-Non, elle même, répond-il.
-Oui, moi-même, renchéris-je.
-C'est donc toi la petite... protégée d'Euphorbe ?, demande-t-elle en butant sur ces derniers mots. Je n'ai entendu que du bien à ton égard.
-Merci, mais si l'on parle de bonnes personnes, je pense que vous me surpassez largement, avoué-je avec admiration.
-Augustin !, rigole la Maître de la Ligue. Je reconnais bien là ta digne nièce !
D'ailleurs, jeune Dresseuse... vas-tu prendre part au tournoi de cet après-midi ?
-Quel tournoi ?, m'étonné-je.
-Ah, oui, j'ai peut-être oublié de le mentionner hier, admet Platane, mal à l'aise.
-C'est le Tournoi de la Tour Prismatique, m'explique gentiment Dianthéa. Il se déroulera ici même, dans un peu plus de deux heures.
-J'ai jusqu'à quand pour m'inscrire ?
-Dix minutes, dit-il en consultant sa montre.
-Et où ça ?
-Au bureau d'inscription, de l'autre côté de la place, continue-t-il.
-Ok, j'y fonce, alors ! Ravie de vous avoir rencontrée, Madame Dianthéa !
-Bonne chance, Olivia !", s'exclament-ils en chœur.
Suite : Chapitre 13: Le Tournoi de la Tour Prismatique
Dernière édition par Aurore_2021 le ven. 01 déc. 2017, 18:30, édité 1 fois.
"On ne va jamais aussi loin que lorsqu'on ne sait pas où on va"
Christophe Colomb (ça lui va bien de dire ça)

Avatar de l’utilisateur
SnorlaxPower
Messages : 365
Inscription : mar. 03 juin 2014, 22:28
Localisation : Melbourne

Re: [FanFic] : 4 Dresseurs, 4 rêves

Message par SnorlaxPower » lun. 27 nov. 2017, 07:43

C'est sympa et bien écrit jusqu'à présent! J'aime beaucoup ^^
50 shades of vegemite

Avatar de l’utilisateur
Aurore_2021
Messages : 105
Inscription : mer. 01 nov. 2017, 10:37
Localisation : En cavale pour échapper à l'hôpital psychiatrique

Re: [FanFic] : 4 Dresseurs, 4 rêves

Message par Aurore_2021 » ven. 01 déc. 2017, 18:29

Merci Snorlax !
Je commence à être plus inspirée qu'au début, donc la longueur des chapitres va peut être s'allonger un peu... :hap:

Bref, la suite (ouah j'en suis déjà au chapitre 13 d'habitude je me décourage au bout de 3 chapitres !)

Chapitre 13 :
Chapitre 13 : Le Tournoi de la Tour Prismatique (1)

Je me rue jusqu'au guichet des inscriptions. Heureusement, il n'y pas la queue, alors je m'avance tout de suite vers le secrétaire.
"-Excusez-moi... Ça serait... pour participer..., dis-je en essayant de reprendre mon souffle.
-Aucun souci. Votre nom, s'il vous plaît ?
-Olivia.
-Et le nom de votre Pokémon ?
-C'est un Corayon, mais elle s'appelle Coraya.
-Très bien ! Vous êtes chanceuse..., commence-t-il avant de se tourner vers le mégaphone et de continuer. Les inscriptions pour le Tournoi sont désormais closes ! Je répète, les inscriptions pour le Tournoi sont désormais closes ! Les participants ont rendez-vous à 14h, devant la Tour Prismatique afin de passer les Exhibitions préliminaires. Merci de votre attention !"
Il éteint les appareils de son et revient à moi :
"-Avez-vous besoin de quelques explications ?
-Oui, s'il vous plaît.
-La première phase du Tournoi est la même que celle d'un Concours Pokémon. Votre Pokémon doit réaliser une Démonstration de ses capacités. Le jury sélectionnera 64 Dresseurs, qui accéderont au Tournoi en lui-même, c'est-à-dire aux combats. Était-ce clair ?
-Oui, merci beaucoup ! À tout à l'heure alors !"

"-Tu as fait QUOIIII ?, s'écrie Kaitlyn, après que je les ai rejoints.
-Je me suis inscrite au Tournoi, répété-je.
-Mais t'es folle ! Tu vas te faire démolir ! T'as pensé à Coraya deux secondes ?
-Laisse-la, Kaitlyn !, me défend Caleb. Elle a le droit de faire ce qu'elle veut, non ? En plus, la première phase n'a rien de dangereux, c'est juste un mini-Concours ! Ensuite, elle avisera, si elle est sélectionnée !
-Mais...
-Il a raison, la coupé-je avec tact. Je fais ce que je veux. Je gère.
-Est-ce que tu te rends seulement compte que les meilleurs Dresseurs du pays participent à ce Tournoi ?, persiste-t-elle.
-Oui, je sais. Je m'attends pas à gagner, de toute façon
-Je t'aurais prévenue.
-Coraaa ! Coraaa !, s'exclame mon Corayon, combattive.
-Allez, Coraya, termine ta gamelle et on va s'entraîner !, lui dis-je en avalant le reste de mon croque-monsieur en une bouchée.
-Déjà ?, intervient le garçon.
-J'ai pas de temps à perdre. Utiliser ses capacités de façon artistique, c'est une première pour elle.
-Et on peut pas venir avec toi ?, ajoute-t-il.
-Vous viendrez nous encourager pendant le spectacle, on se rejoindra là-bas, c'est peut-être mieux. Vous aurez la surprise !
-Comme tu veux, c'est toi la Dresseuse entre nous trois !
-De toute façon, quoi qu'on dise, elle nous écoutera pas, grommelle notre amie.
-Kaitlyn...", soupire-t-on en même temps.

J'entraîne Coraya, seule, au fond d'un cul-de-sac.
Je lui fais répéter ses capacités une par une, puis je tente d'en combiner plusieurs en même temps. Pour un premier essai, le résultat est plutôt concluant. Puis, je lui enseigne son enchaînement, selon les idées que j'avais en tête. Je mets la barre haut. Comme Dianthéa assistera au Tournoi, j'ai bien envie qu'elle soit fière de moi. Je la respecte énormément. C'est l'une des deux seules femmes à être Maître d'une Ligue ; de même, il y a encore peu de Professeurs Pokémon féminines. Je ne sais pas pourquoi, mais les femmes ont toujours du mal à accéder aux postes à hautes responsabilités. J'espère que la balance s'équilibrera un jour...
Je continue de coacher Coraya jusqu'au dernier moment. Finalement, lorsque sonnent 14 heures, ses performances dépassent même mes attentes. Alors, c'est avec l'espoir de passer au moins ces préliminaires que nous retournons vers la Place Centrale.

Je suis parmi les dernières à arriver. Les (très) nombreux participants se répartissent dans des grandes tentes selon leur numéro d'inscription pendant que les spectateurs s'installent dans les gradins.
Je suis un peu perdue car je ne connais pas le mien, mais je raisonne en pensant qu'étant la dernière inscrite, mon numéro devrait être le plus grand. Je me dirige donc vers la dernière. J'entrecroise Caleb, qui m'encourage d'un grand sourire et Kaitlyn, visiblement résignée, se contente d'un hochement de tête. Je repère aussi mon oncle et Dianthéa, parmi les membres du jury, avec Lem, sa petite sœur Clem sur ses genoux et une femme âgée aux couettes tressées grises que je n'ai jamais vue.
J'entre sous la tente et me faufile entre la quelque trentaine de Dresseurs, quasiment tous plus âgé et sans doute beaucoup plus expérimenté que moi et écoute le discours d'un membre du staff, qui nous explique les consignes. Dès qu'il a terminé, le brouhaha des conversations reprend. Je m'assois dans un coin et guète le début de la compétition sur la télé qui la retransmet en direct.
"-Mesdames, mesdemoiselles et messieurs, bienvenue au Tournoi de la Tour Prismatique !, commence le présentateur. Avant d'entamer les Exhibitions préliminaires et d'accueillir notre premier candidat, laissez-moi vous présenter notre jury !
Notre Maître, notre actrice nationale, que ferait le ciel de Kalos sans cette étoile ? J'ai nommé Dianthéa ! (Ovation du public)
À sa droite, le Professeur qui fait la fierté de toute une région et qui, à défaut de percer le secret de Méga-Évolutions, demeurera pour toujours un Méga-Professeur ! Ne vous fiez pas à son nom, ce n'est pas un arbre ! Applaudissez le Professeur Platane ! (Nouvelle ovation)
À ses côtés, le Champion de notre Tour, le scientifique malheureux dont les inventions explosent plus que n'exposent son génie, accompagnée de son assistante et petite sœur ! Lem et Clem ! (Hourras de toute la foule)
Et enfin, notre invitée d'honneur ! Vous les voyez tout les jours, ils veillent sur la nature et les Pokémon ; elle, elle les dirige ! Venue tout droit d'Almia... je vous demande un tonnerre d'applaudissements pour la présidente de la Fédération Ranger, Marthe ! (Véritable acclamation)
Et maintenant, accueillons notre premier challenger pour cette première phase... Monsieur Lysandre !"
Un homme à la barbe et aux cheveux... roux, roux carotte, c'est le mot, s'avance avec une démarche digne et envoie un Léviator. Je reste scotchée devant ses puissantes capacités, notamment lorsqu'il combine Hydroqueue et Colère.
Le public est lui aussi conquis.
Puis, il cède sa place au suivant, et au suivant, et au suivant. Je les regarde distraitement défiler un par un. J'observe leurs capacités et essaie de m'imprégner de cet esprit. Même si le concept des Concours est sympa, jamais je ne me verrais coordinatrice.
Au bout d'un moment, les participants étant avec moi, commencent à partir, puis à revenir, une fois leur démonstration effectuée.
Enfin, la prestation de l'avant-dernier se termine. Enfin, c'est à mon tour.

Je fais mon entrée en pleine lumière. Les gradins sont pleins à craquer, c'est le moins qu'on puisse dire. Au bout du terrain, se trouve le jury. Mon oncle me sourit presque imperceptiblement, puisqu'il doit rester impartial. Néanmoins, ça me réchauffe quand même le cœur qu'il pense à m'encourager. Aussi, je sais que, quelque part parmi le public, mes deux amis m'envoient des ondes positives.
"-Notre dernière candidate... Voici Mademoiselle Olivia !"
Je m'avance sur le terrain, en essayant de sourire. Je ne vais pas cacher que tant de monde qui a les yeux rivés sur moi, ça me panique un peu.
"-Coraya, c'est à toi de jouer !, m'exclamé-je en lançant sa Scuba Ball en l'air, avec une pirouette.
-Cora ! Cora ! Corayon !", s'écrie-t-elle en jaillissant dans une nuée de bulles.
Des "oh" et des "ah" fusent de partout. Le visuel est très important, je le savais. C'est un des avantages de ce type de Ball, les effets produits à la sortie du Pokémon. De plus, je comptais beaucoup sur la couleur de Coraya, le fait qu'elle soit chromatique, pour appâter le public, avant même qu'elle envoie ses premières capacités. Visiblement, ça fonctionne à la perfection !
Nous effectuons une petite danse, deux pas à gauche, deux pas à droite, puis un tour sur nous-mêmes, parfaitement synchrones.
"-Très bien, Coraya, maintenant, rentre dans ton cocon d'Écume !"
Elle utilise doucement Écume en tournant sur elle-même, de façon à se constituer une comme un igloo de petites bulles. Elle est enfermée à l'intérieur et on la distingue à peine, à travers les reflets.
"-Repose-toi, c'est l'heure de faire un petit somme..."
Coraya utilise Soin. Elle luit d'une forte lumière blanche, que les espaces entre les sphères laissent passer. Cela fait comme un soleil miniature. Je laisse le public en profiter encore plusieurs secondes, avant de lancer :
"-Ah ! Une fois, qu'on est reposée, ça va tout de suite mieux, n'est-ce pas, Coraya ?
-Corayon !", s'écrie-t-elle.
Elle bondit et perce ainsi un trou dans sa cabane d'eau, ce qui détruit toutes les bulles dans une pluie de petites poussières brillantes.
Le public applaudit.
"-C'est parti pour le final, prête ?
-Cora ! Cora ! Cora... yon yon yon yon yon !
-Utilise Écume !"
Elle exécute sa capacité, laissant flotter les bulles en l'air.
"-Tu ne trouves pas ça vide ? Pouvoir Antique !"
C'est la partie la plus délicate. Elle doit envoyer les pierres assez fort pour qu'elles atteignent les bulles, mais aussi assez doucement pour qu'elles rentrent à l'intérieur sans les percer.
Elle dose parfaitement la puissance de son attaque et l'effet rendu est exactement celui que je souhaitais. Les roches fossilisés flottent désormais dans les petites bulles d'eau.
"-Et... fait tout péter ! Vas-y !"
Elle saute de pierre en pierre, faisant éclater les bulles et envoyant leur contenu au sol. Quand elle arrive tout en haut, elle se jete dans le vide, accomplit un double salto avant et atterrit... comme prévu dans mes bras. Elle est plus lourde que prévu, je grimace un peu, mais n'en montre pas plus.
Le public nous acclame et nous saluons, comme de véritables artistes. Puis, je fais marche arrière, rentre Coraya dans sa Scuba Ball et retourne dans les coulisses. Je me rends compte de l'utilité de cette première phase : elle donne leur chance aux tout petits Pokémon, tout faiblards, en misant surtout sur l'artistique. J'espère que j'ai réussi à la saisir.
J'attends encore les résultats durant une vingtaine de minutes. Je suis un peu stressée, mais quelle qu'en soit l'issue, Coraya et moi avons fait du mieux que nous avons pu.
Tout à coup, les visages des sélectionnés s'affichent à l'écran. Bien sûr, Lysandre en fait partie ; je reconnais aussi Madame Jemima, que j'avais rencontrée au Buffet Baston. Numéro 30, 31, 32... toujours pas moi. 44, 45, 46, après tout, c'est normal, je suis passée la dernière. 58, 59, 60, je commence à me résigner, je m'y attendais ! Tant pis, ce n'est pas grave, même si je suis un peu déçue, c'est bien pour m'améliorer que je suis venue à Kalos !
Et enfin, le visage du Dresseur numéro 64 apparaît. Le dernier qualifié.
Ce visage... c'est le mien.
D'ici deux ou trois chapitres, Olivia va faire sa rentrée à l'école des Dresseurs ! Du coup, comme elle ne va pas y aller toute seule, si vous aviez des suggestions de personnages pour faire office de camarades de classe (je ne sais pas encore si leur rôle se prolongera comme rivaux plus tard...), je suis preneuse ! N'hésitez pas à me les envoyer par MP en détaillant surtout leur caractère, leur aptitude (intellectuelle, physique...) et s'ils ont un Pokémon ou pas encore. Voilà voilà ! :D

Suite : Chapitre 14 : Le Tournoi de la Tour Prismatique (2)
Dernière édition par Aurore_2021 le dim. 03 déc. 2017, 13:54, édité 1 fois.
"On ne va jamais aussi loin que lorsqu'on ne sait pas où on va"
Christophe Colomb (ça lui va bien de dire ça)

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité