[Fanfic] Le Secret des cinq Orbes

C'est ici que vous pouvez délier votre plume et raconter vos histoires.

Modérateur : Modérateurs section Pokémon et Vous

Quel est votre avis sur cette fanfiction ?

C'est parfait, continue comme ça !
9
75%
Bien, mais tu peux t'améliorer au niveau de la forme.
2
17%
Bien, mais tu peux t'améliorer au niveau de l'histoire.
0
Aucun vote
Moyen, tu peux mieux faire.
0
Aucun vote
Passable, il faudrait recommencer...
1
8%
 
Nombre total de votes : 12

Avatar de l’utilisateur
Evolimiqui
Messages : 2120
Inscription : mar. 25 avr. 2017, 15:13
Localisation : En concert de hard rock avant d'aller voir une pièce de théâtre norvégien.

Re: [Fanfic] Le Secret des cinq Orbes

Message par Evolimiqui » sam. 22 juil. 2017, 20:57

-Arcegea- a écrit :
sam. 22 juil. 2017, 18:24
J'en ai utilisé deux :
http://www.syl.vlana.fr/gen/generateur- ... p#resultat
http://www.nomsdefantasy.com/
Cool, merci ! Ça pourrait peut-être me servir ! :hap:
La Saint-Valentin ? Oh, ça a l'air chouette ! De toute façon...

Je suis un grand fan de hard rock et de théâtre norvégien !

Avatar de l’utilisateur
-Arcegea-
Lame de la Justice
Messages : 503
Inscription : mar. 25 oct. 2016, 13:45
Localisation : Ruines de l'Aube
Contact :

Re: [Fanfic] Le Secret des cinq Orbes

Message par -Arcegea- » dim. 13 août 2017, 16:37

Chapitre 25 : Un village du passé
Où...où suis-je ?

La douleur s'est amenuisée, mais tout mon corps est pâteux. J'ai les yeux fermés, mais je sens la lumière frapper mes paupières, m'emporter dans une douce caresse. Je remue chaque membre, un à un. Apparemment, rien de cassé, le pire est passé. Reste maintenant à ouvrir les yeux, ce que je fis. Je me trouvai dans une clairière qui n'avait rien à voir avec le dortoir de la guilde. Une clairière agréable, envahie de végétation et baignée de la lumière du soleil. Ses doux rayons et la légère brise qui souffle sont fort plaisants... et beaucoup trop réalistes pour qu'il s'agisse d'un rêve. Comment, dans ce cas, ai-je atterri ici ? La seule chose dont je me souviens vraiment, ce sont ces deux orbes noirs, envoûtants... Puis une intense douleur et une sensation de chute... Ces orbes m'ont-ils entraînée hors de la guilde ? D'ailleurs, je suis seule. Tuhgval n'est plus à côté de moi. Oh, Arceus ! Tuhgval ! Quelle sera sa réaction, lorsqu'il découvrira que je ne suis plus dans le dortoir ? Si ce n'est pas un rêve, je dois absolument trouver un moyen de rentrer à la guilde ! Mais sans savoir où je suis, cela risque d'être compliqué.

Je décidai de lever les yeux vers ce qui m'entoure. Au centre de la clairière se dressait un petit autel. Un chemin qui s'enfonçait dans la forêt semblait être le seul moyen praticable de quitter cet endroit. Au dessus de l'horizon des cimes des arbres, à l'opposé de la petite route, s'élevait la tour d'un château. Faute de mieux, j'empruntai le chemin. On verra bien où il me mènera !

------------

Dès que Tuhgval eut fait son annonce, les membres de la guilde s'activèrent :
"Comment ça, disparu ?

-Cherchons dans toute la guilde ! Elle ne peut pas être bien loin !

-Par mon avis, elle est sortie dans l'air, proche de la guilde.

-Du calme ! Tuhgval, que s'est-il passé exactement ?

-Lorsque je me suis réveillé, Eluhn n'était plus dans le dortoir ! D'habitude, elle m'attend toujours avant de monter déjeuner.

-Peut-être avait-elle très faim ?

-Je suggère que l'on fouille la guilde. Daeron a raison, elle ne s'est tout de même pas volatilisée !"

Les membres de la guilde cherchèrent dans chaque recoin, mais n'aperçurent pas la galopa. Lorsqu'ils interrogèrent Jabeorn, Talraon et Mirkorel, leurs réponses ne furent pas d'une grande aide. Cela était clair, personne n'avait vu Eluhn.

"On devrait aller voir aux alentours, dans le camp ?

-Voilà donc ! Je proposais cette suggestation depuis le début !"

Ils franchirent alors les portes malgré le froid qui régnait à l'extérieur, laissant le petit déjeuner les attendre. Ils se séparèrent et commencèrent à s'éloigner, quand Celeriath stoppa tout le monde d'une remarque.

"Un seconde ! Tout le monde cherche Eluhn, mais maintenant que j'y pense, personne n'a vu Grimsil ?"

Une vague de murmures lui répondit. En effet, l'absol n'était pas parmi eux. Ce à quoi Ursil répondit :

"Je crois que j'ai une partie de la solution. Je pense que cet absol de malheur est responsable de la disparition d'Eluhn ! C'est clair, non ? Il l'a enlevée !

-Non, ce n'est pas possible ! Il n'aurait pas fait ça ! Nous devons le chercher lui aussi !

-Mais...

-Ursil. Je sais que tu n'aimes pas Grimsil car c'est un absol et tu crains une catastrophe, mais nous devons le chercher lui aussi !

- Je persiste à croire que..."

Cependant, comme pour prouver au staross qu'il se fourvoyait, l'absol en question déboula sur le chemin devant eux, trempé et dégoulinant.

"Grimsil !? Que s'est-il passé ?"

Le Pokémon de type ténèbres expliqua que lorsqu'il s'était levé, une intense soif l'avait conduit jusqu'au puits du camp en construction. Malheureusement celui-ci, en plus d'être couvert de graffitis, avait été endommagé et s'était écroulé sous le poids de l'absol assoiffé, qui avait chuté dans l'eau.

"Mon puits ! Nom d'un BoltBeam, mon précieux puits, que j'ai mis tant de temps à construire ! Je suis sûr que ce sont ceux de Rorsil qui l'ont abîmé ! Ils vont voir ce qu'ils vont voir, non d'un..."

Faisant mine de partir, le laggron fut retenu.

"Du calme ! On s'occupera de ça plus tard ! Au fait, Grimsil ? Tu n'aurais pas vu Eluhn ?"

Malheureusement, la réponse de l'absol fut négative.

"Ah, dommage... Va te sécher à la guilde, tu vas attraper froid. Si jamais tu la vois, dis lui que tout le monde la cherche !"
Intrigué, Grimsil suivit néanmoins le conseil et retourna dans la chaleur du bâtiment. Les autres membres, eux, s'en allèrent poursuivre leurs recherches dans le camp.


------------

Finalement, ce chemin ne fut pas si long. Je viens tout juste de déboucher dans un village ! Un village à l'architecture ancienne, mais qui semble très vivant ! En m'approchant d'une pancarte, je lus "Tarmeck". Tiens ? Ce nom ne me dit rien du tout ? Aurai-je été transportée... Dans une autre région ? J'espère que non ! Si c'est le cas, comment retrouver la guilde ? Campée au milieu du chemin, j'observai la ville, me demandant où aller. Les maisons étaient en pierre, et les toits en chaume. Les chemins étaient faits de pierre et un puits où l'on puisait l'eau, comme dans chaque village, se dressait en son centre. Au bout se dressait un bâtiment plus imposant, situé à côté d'un temple. L'endroit était entouré d'arbres, ce qui me laissa penser qu'il se situait en pleine forêt.

"Excusez-moi ? Vous êtes bien Eluhn ?"

Tirée de mes pensées, je sursautai et aperçus un lançargot qui me dévisageait, posté devant moi.

"Euh... Oui, c'est bien moi..." répondis-je sans trop savoir que penser.

"Heureux que vous soyez venue. Venez, la Princesse vous attend."

Alors maintenant, c'est une princesse qui va me recevoir ? Quelle princesse ? Ce que je dois accomplir ici est donc si important ?
Ne sachant plus du tout que penser, je suivis le lançargot. Qui est-il ? Et pourquoi semble-t-il me connaître ? L'insecte m'emmena à travers les rues, vers l'imposant bâtiment que j'avais repéré. Je dois avouer qu'il est plutôt joli. En pierre, entouré d'arbres dont on ne sait pas trop s'ils poussent à côté ou directement dans le façade. La porte était impressionnante, ornée de motifs gravés dans le bois.
L'entrée était gardée par un bruyverne qui me regarda en plissant les yeux lorsque nous la franchîmes. La porte débouchait sur une cour arborescente et fleurie, dans laquelle il devait faire bon se détendre. De forme carrée, des portes étaient creusées dans les façades qui l'entouraient. La plus impressionnante était sans doute celle qui se dressait, imperturbable, devant nous. Ce fut tout naturellement celle-ci que nous empruntâmes, sous l'accord d'un garde drascore qui nous laissa passer sans la moindre difficulté. Ce lançargot doit être bien placé dans les échelons du palais pour que les gardes ne lui posent pas la moindre question.

Lorsque la grande porte se referma derrière nous, j'observai la salle, si belle que j'en eus presque le souffle coupé. L'allée principale était de chaque côté bordée de cours d'eau qui naissaient dans le mur d'en face, paroi abrupte qui ne semblait pas avoir été beaucoup travaillée. De petits arbres poussaient d'ailleurs entre les rochers. De chaque côté, derrière le cours d'eau, la végétation était également présente, si bien qu'on en oubliait presque que l'on se trouvait dans un bâtiment. La lumière était celle du jour, qui filtrait paisiblement à travers des barreaux de bois situés au plafond. Mais le plus impressionnant était sans doute le trône qui se trouvait sous les rameaux protecteurs d'un grand arbre aux feuilles tombantes.
Puis, alors que nous avancions dans cette magnifique pièce, j'aperçus la princesse dont il était question. C'était un Pokémon quadrupède au pelage marron clair, sur lequel cascadait une longue cape presque transparente, tressée de fleurs qui lui donnaient un aspect féerique. Mais ce qui accrocha le plus mon regard, ce fût ses cornes. De grands bois d'un jaune qui semblait or sous la lumière du soleil, des ramifications délicates, et, semblant presque vivants, deux orbes noirs comme l'obsidienne.

Ceux que je voyais dans mes rêves.

Le lançargot à mes côtés s'inclina et se plaça à côté de la princesse, ce qui me fit penser qu'il devait être son garde du corps. Bien que n'ayant jamais rencontré quelqu'un d'aussi haute position, je tentai une révérence maladroite.

"Bonjour, Eluhn. Mon nom est Siga. Je suis la princesse de cette ville. Nous t'attendions. Je t'ai appelée ici dans un but bien précis. Notre village va subir une catastrophe. Son arbre-vie va mourrir d'un coup, foudroyé par un poison mystérieux. Dans ton monde, il n'existe plus, ravagé par cette catastrophe. Je voudrais que tu changes la donne, Eluhn."

Je butai sur le "dans ton monde."

"Comment ça, "dans mon monde" ? Où m'avez-vous emmenée ? Et comment vais-je m'y prendre pour sauver un arbre-vie ?

-Par "monde", j'entendais plutôt "époque". Je t'ai envoyée dans le passé le temps de ta mission, si tu l'acceptes.
-Comment ça, dans le passé ? Mais mes amis doivent se faire un sang d'encre !

-Ne t'inquiète pas pour ça. Le temps sera compressé, de manière à ce que tu ne sois absente qu'une petite heure.

-Admettons. Mais comment faire ?

-Un objet permet de sauver un arbre-vie avant sa mort. Il s'agit du talisman que je t'ai mentionné dans tes rêves. Or, celui-ci nous a été volé il y a quelques années et enfermé dans un château gardé par une armée de morts n'ayant pas trouvé le repos. C'est la que tu interviens. J'aimerais que tu récupères ce talisman. Bien sûr, il s'agit d'une mission dangereuse. Mais mon garde du corps t'accompagnera."

Hmmm. Ce château qui semble impénétrable et l'aventure que devait constituer cette mission risquée m'intriguent... Mais à y réfléchir il reste un problème.

"Supposons que je réussisse, exposai-je. Votre village ne sera alors jamais rayé de la carte alors qu'il était censé l'être. Quellles seront les conséquences de ce paradoxe ?

-Elles seront moindres, Eluhn.

-...

-Je comprends ton hésitation. Cependant, sache que si le talisman est récupéré, nous nous assurerons qu'il ne quitte plus ce village. Ainsi, tu pourras revenir dans ton époque et t'en servir si jamais ton monde en a un quelconque besoin. Mais cette mission est périlleuse. Je te laisse le choix. Rielvan va t'accompagner dans une petite chaumière inoccupée. Tu pourras réfléchir posément à ta décision."

Là dessus, le lançargot fit une révérence et m'emmena dans le bâtiment évoqué.

------------

"Par mes plumes, tout est enfin près ! Il ne me reste plus qu'à faire un tour à la bibliothèque avant de partir !'
Telles furent les pensées d'Ysùl lorsqu'il quitta la salle de la tour des mages où il occupait sa fonction de chef de la ville. Dans le sac de cuir qu'il portait se trouvait, soigneusement rangée, la lettre qu'il avait reçu d'un certain Jabeorn le matin même. Il l'avait lue, et avait aussitôt décidé de s'engager pour sa région - comme autrefois. Il se dirigea vers la bibliothèque dont il avait la garde afin de faire un dernier tour de vérification. Bien que cela ne lui plaisait pas bien de la laisser pendant son absence, elle resterait ouverte. De son point de vue, personne ne devait, pour une quelconque raison, bloquer ou interdire l'accès à la connaissance. Il fit soigneusement le tour de la bibliothèque où lisaient quelques Pokémon, puis, satisfait, partit en laissant la porte ouverte.

Ce fut quelques minutes plus tard que Valtheod entra dans le bâtiment. Il venait dans le but de consulter des livres traitant de l'histoire de la région, pensant qu'il pourrait y trouver quelque chose d'utile. Il s'avança donc dans le rayon concerné et son regard tomba sur un ouvrage intitulé "Chroniques de l'Ordre d'Améthyste". Interessé, il le saisit et l'ouvrit. Le manuscrit traitait d'un Ordre de chevaliers au service du roi et du pays, il y a de cela de longues années. Il y avait en effet eu des rois dans la région, avant que le dernier d'entre eux, un tyran impitoyable qui écrasait son peuple d'impôts, ne fusse renversé et le château réduit à l'état de ruine. C'était depuis cette période que chaque village était indépendamment dirigé par un chef, et il n'existait plus de pouvoir à la tête de la région dans sa globalité.

Une région unifiée sous une même bannière... Peut-être cela aurait-il pu empêcher le chaos causé par l'armée ?

Le livre disait que l'Ordre d'Améthyste avait été célébré et ses membres élevés au statut de héros avant que le dernier roi ne le renouvelle. Depuis, il avait acquis une mauvaise réputation et s'était éteint avec le tyran.
Le scalproie tourna la page et aperçut une magnifique illustration d'une des générations de l'ordre. Parmi eux figurait un archéduc, triomphant, qui ressemblait beaucoup à Ysùl. Ses compagnons avaient tous la même prestance, et au cou de chacun pendait une croix soigneusement travaillée, sertie d'améthystes.
Troublé par la ressemblance entre les deux archéduc, Valtheod décida de questionner le gardien de la bibliothèque au sujet de cet ordre. Le héros tracé sur le papier était peut-être son ancêtre.

Il referma le livre et continua ses recherches.
Par ces runes mystiques, vous m'avez invoqué pour être votre protecteur...
Bien, laissez-moi donc, par la voie des airs
Guidé par le cours de ce chemin millénaire
Me déchaîner contre vos envahisseurs

Avatar de l’utilisateur
-Arcegea-
Lame de la Justice
Messages : 503
Inscription : mar. 25 oct. 2016, 13:45
Localisation : Ruines de l'Aube
Contact :

Re: [Fanfic] Le Secret des cinq Orbes

Message par -Arcegea- » dim. 10 sept. 2017, 19:41

Voici la nouvelle illustration principale de la fanfic, sur Colors3D cette fois-ci ! (Le prochain chapitre devrait bientôt arriver !)
Image
Par ces runes mystiques, vous m'avez invoqué pour être votre protecteur...
Bien, laissez-moi donc, par la voie des airs
Guidé par le cours de ce chemin millénaire
Me déchaîner contre vos envahisseurs

Avatar de l’utilisateur
Evolimiqui
Messages : 2120
Inscription : mar. 25 avr. 2017, 15:13
Localisation : En concert de hard rock avant d'aller voir une pièce de théâtre norvégien.

Re: [Fanfic] Le Secret des cinq Orbes

Message par Evolimiqui » dim. 10 sept. 2017, 19:56

-Arcegea- a écrit :
dim. 10 sept. 2017, 19:41
Voici la nouvelle illustration principale de la fanfic, sur Colors3D cette fois-ci ! (Le prochain chapitre devrait bientôt arriver !)
Image
Wow ! J'adore la nouvelle illustration ! *0*

Et vivement le prochain chapitre ! 😉
La Saint-Valentin ? Oh, ça a l'air chouette ! De toute façon...

Je suis un grand fan de hard rock et de théâtre norvégien !

Avatar de l’utilisateur
-Arcegea-
Lame de la Justice
Messages : 503
Inscription : mar. 25 oct. 2016, 13:45
Localisation : Ruines de l'Aube
Contact :

Re: [Fanfic] Le Secret des cinq Orbes

Message par -Arcegea- » dim. 24 sept. 2017, 10:24

Chapitre 26 : La forteresse maudite
C'était une forteresse impressionnante, entourée d'une brume malsaine, qui formait un contraste frappant avec Trameck et son château envahi par la végétation. Ici, celle-ci semblait avoir fui la terrifiante bâtisse. Dans les légendes, une brume comme celle que nous voyions servait aux morts-vivants à se cacher pour mieux attaquer. Siga a dit que ce fort était gardé par des revenants vindicatifs. Gloups.

Oui, vous avez bien entendu. J'ai décidé d'accomplir la mission qui m'a été confiée, accompagnée de Rielvan, le garde du corps de la princesse cerfrousse. Siga m'a assuré que cette modification dans le passé n'aura aucune conséquence négative sur le monde actuel, mon monde. Bien au contraire. Car si le talisman est sauvé, il restera à Trameck. Ainsi, je pourrai revenir dans la ville telle qu'elle sera à mon époque, récupérer le talisman et m'en servir... Car je me rends compte... Siga a parlé d'un "arbre-vie", qui maintiendrait l'équilibre des villages. Si l'arbre-vie se meurt, le village se ternit. Maintenant que j'y pense, il me semble avoir lu quelque chose de semblable à la bibliothèque de la Cité des Mages. Mais... Se pourrait-il que l'assombrissement de Bourg Verdure... soit lié à son arbre-vie ? Cela expliquerait bien des choses, et nous permettrait de sauver le village grâce au talisman !

C'est donc pour ces raisons que j'ai accepté. Siga, Rielvan, tous ces villageois, ils comptent sur mon aide. Je suis secouriste après tout, mon devoir est de protéger et d'aider ceux dans le besoin. Même si cet endroit ne me rassure pas...
Ce fut ainsi que nous entrâmes. Et dès mes premiers pas je trouvai la brume étouffante. Elle était épaisse, brouillait notre vue, et pour couronner le tout, dégageait une odeur nauséabonde qui prenait à la gorge. Difficile de croire qu'un objet permettant de soigner des arbres-vie soit caché ici...
Une fois la porte principale, faite de bois pourri et de métal rouillé, et l'entrée humide et froide franchies, nous débouchâmes sur la première pièce. Et à peine eus-je fait deux pas que je me retrouvais engluée dans quelque chose de collant. En ouvrant les yeux autour de moi, j'aperçus qu'il s'agissait de toiles de migalos, des toiles de migalos qui emplissaient l'espace de la salle entier. Je commençai à me débattre pour me sortir de là.

"Non ! me cria Rielvan, ne te débats surtout pas ! Tout ce que tu risques est de t'emmêler encore plus. Il faut les traverser doucement."

Et, joignant le geste à la parole, il se glissa dans les toiles, tranchant parfois les plus récalcitrantes avec ses deux lances. Je l'imitai, me servant, moi, de ma corne, qui était cela dit moins efficace. Je fus, un moment, tentée de mettre le feu aux toiles avant de me rappeler que j'étais accompagnée d'un lançargot. Tant pis, il va falloir prendre sur moi. En effet, progresser parmi ces toiles collantes s'avérait extrêmement lent et frustrant. La sortie est là, je la vois... Mais j'ai l'impression que je ne suis pas près de l'atteindre.
Soudain, j'entendis Rielvan devant moi étouffer un gémissement.

"Fais attention, Eluhn... Des toiles de mygavolt électrifiées se cachent dans cet enchevêtrement..."

Ah ben oui. Ça aurait été trop facile sinon. De longues et frustrantes minutes et quelques coups de jus plus tard, nous nous extirpâmes enfin de ces maudites toiles. Et j'ai le sentiment que ce n'était que le début... Devant nous se dressait maintenant une autre porte envahie par la pourriture et la rouille. Par terre, une demi-pomme abandonnée qui avait plus l'apparence d'une morviture. Et toujours cette odeur infecte.
Cette porte étant le seul moyen de progresser dans le fort, nous l'empruntâmes. Mais à peine eus-je posé un sabot dans la pièce suivante que je sentis que quelque chose n'allait pas. J'en eus la confirmation aussitôt quand un diamat me sauta dessus. Bien ! Un diamat, ça a une double faiblesse au type Fée. Le hic, c'est que je ne connais aucune attaque de type Fée, moi. Et de toute façon, ce diamat ne m'a pas l'air ordinaire. Il est couvert de coupures et me semble... Dénué de toute vie ? Sa seule vocation sembla être de nous attaquer. Il tenta de me mordre, ce qui était difficile à gérer avec ses deux mâchoires aux dents pourries qui claquaient à quelques centimètres de moi. Rielvan vint à mon secours.

"Vous ne passerez pas !" cria le dragon obscur d'une voix qui se rapprochait plus d'un chuintement.

Le combat continua. Le lançargot disposait d'une attaque de type Insecte, ce qui s'avéra particulièrement efficace. Quant à moi, je brûlai notre adversaire à l'aide de Feu Follet, afin de réduire les dégâts occasionnés par les mâchoires. J'utilisai ensuite Estocorne, faute de mieux.
Le diamat sembla faiblir et implora notre grâce :

"Passez, passez ! Mais s'il vous plaît, emmenez l'autre folle avec vous !"

Alors que je me demandais de quelle folle il parlait, une sucreine qui semblait avoir passé un bon bout de temps dans ce fort surgit derrière lui.
"Elle..." fit le dragon en la désignant d'une de ses têtes.

En effet, rien qu'à la voir, elle ne semblait pas très nette.

"Il s'agit d'une prisonnière capturée ici il y a trois ans... Mais passer ce temps dans le fort l'a rendue un peu folle... En fait, je pense qu'il s'agit d'une sorte de malédiction qui touche les vivants à long terme... Sortir devrait la rétablir... Je vous en conjure on m'a désigné comme son gardien mais je ne la supporte plus !"

De toute façon, ce n'est pas comme si nous avions le choix...

"Je vous préviens, quand vous lui parlez, prononcez son nom. C'est Ceruth. Je pense qu'il n'y a que comme ça qu'elle capte qu'on lui adresse la parole. Et préparez-vous, ses réponses sont la plupart du temps dénuées de sens. En tout cas, merci ! Vous me libérez d'un poids, vraiment ! Maintenant, filez vite et emmenez-moi cette démente loin d'ici !"

Ouf... Nous l'avons échappé belle. Et tout ça grâce à Rielvan. Le prochain qui me dit que les insectes sont faibles, je lui botte l'arrière-train. Mais tout de même... J'espère que cette sucreine ne nous causera pas trop d'ennuis. Notre mission est dangereuse et importante, donc nous n'avons pas intérêt à faire le moindre faux pas ! Mais qui sait, peut-être sait-elle quelque chose ?

"Bon, Ceruth ... Sais-tu comment sortir d'ici ?

-Sortir d'ici fait bien !"

J'aurais dû m'en douter... Néanmoins, je revins à la charge :

"Sais-tu où le est le talisman, ...... ?

- Talisman mais bien pierre Aube !"

Quoi ? Mais quelle pierre Aube ? Je crains qu'elle ne nous soit pas d'un grand secours... De toute façon, pas le choix, nous devons continuer.
La prochaine pièce ne contenait aucune toile gênante, mais le sol était tapissé de plaques et de "dalles étranges" (pardonnez-moi, je ne sais pas comment les appeler autrement). Pour la première fois depuis...longtemps, je ne fonçai pas tête baissée et eus un sérieux doute. Qui sait, poser le sabot sur l'une des plaques de bois allait peut-être provoquer ma chute en même temps qu'un sol se dérobant sous moi...
Le lançargot s'avança et appuya prudemment sur une plaque à l'aide d'une de ses lances. Aussitôt, une rangée de dalles bizarres se dressa, nous bloquant le passage. Rielvan comprit :

"Le seul moyen de passer, ce s'rait de passer par dessus ces plaques sans les toucher, pour éviter le déclenchement du mécanisme. Cependant, ça couperait notre élan chèrement acquis."

Il baissa la voix et désigna du menton la sucreine.

"En plus, je crains qu'elle ne nous ralentisse."

Malheureusement, je partageais son avis.

"Bon, Ceruth, fais comme nous, d'accord ?

- du méga-gemme comme le type Poison !"

Hmmm... Sans commentaire...
Je commençai à sauter entre les plaques et les dalles. Pour une fois, je me débrouillai mieux que Rielvan ! Ma morphologie me permettait de mieux sauter que lui, qui se déplaçait lentement. Je dirais presque, sans me vanter, que ma course était élégante et agile. Enfin... jusqu'à ce qu'une dalle ne se relève brusquement devant moi. Ne l'ayant absolument pas prévu, je la reçus en pleine figure. Un cri de douleur m'échappa alors qu'un flot de sang jaillissait de mes naseaux. Me retournant, chancelante, je vis la sucreine debout sur une plaque, l'air ravie, sans rien dire ni probablement sans m'avoir remarquée. Lorsqu'elle reprit place sur le sol, la dalle redescendit aussi brusquement qu'elle était montée. Un rire visiblement perturbé lui échappa.

"Eluhn..." commença Rielvan.

"Argh... Ce n'est rien... Cont...continuons coûte que coûte !"

Rajoutez à cela un air abruti par le choc, et je devais avoir l'air possédée. Mais qu'importe. Mas course fut cependant moins gracieuse, et une forte douleur émanant de mes naseaux retentissait dans toute ma tête à chaque saut. Tout de même, j'en voulais à Ceruth même si elle ne l'avait manifestement pas fait exprès. Dans ma course maladroite, J'atteris malencontreusement sur une plaque et et entendis un mécanisme se déclencher derrière moi. Rielvan apparut subitement dans mon champ de vision, planant comme un bekipan à courrier. Il atterrit sur une autre plaque bizarre et une de ses lances s'enfonça, le plantant là tel un épieu dans de la terre meuble et provoquant la levée d'autres dalles, comme s'il n'y en avait déjà pas assez. Il s'en extirpa en étouffant un juron, indemne. Malgré ma douleur, je ne pus m'empêcher de rire. Ma bourde avait entraîné le mécanisme alors que le lançargot se trouvait sur une plaque, et il avait été projeté comme un fétu. Décidément, ce système a de la puissance...

"S'il vous plaît... Je n'ai pas envie de ressortir avec l'un d'entre nous en morceaux, alors faites attention..." soupira l'insecte en se remettant en marche.

Quelques secondes plus tard, une dalle surgît devant moi.

La traversée fut ardue, douloureuse pour certains, mais nous réussîmes finalement. Ma peau était désagréablement sèche autour de mes naseaux à cause du sang qui avait commencé à coaguler. Comble de cela, notre périple était visiblement loin d'être terminé. Nous avions encore une salle devant nous, au sol tapissé de sable réparti en zones différentes : des zones claires et des zones foncées.

"À tous les coups, ce sable cache quelque chose... Ce serait trop facile, sinon."

En m'avançant, j'examinai le sable pour savoir sur quelle teinte il valait mieux poser les sabots. Le sable foncé me semblait plus stable et plus tassé, j'optai donc pour celui-ci. Ma patte s'enfonça dedans, et je vis que le sable commençait à l'engloutir. Avec difficulté, je la retirai précipitamment du gosier de ce monstre. En posant délicatement le sabot sur le sable clair, je vis qu'il ne recélait aucun danger apparent.

"Les zones foncées sont des sables mouvants ! Marchez sur les zones claires ! Tu entends, Ceruth ? Sur les zones claires !

-Zones claires du ; Lancécrou ?

-Oui, c'est ça, c'est ça !"

J'espère que cette réponse dénuée de sens ne signifie pas son incompréhension.
Je m'engageai à nouveau sur le sable clair, évitant soigneusement les parties foncées. Rielvan encadrant de près la sucreine folle, nous pûmes avancer sans trop d'encombres, si ce n'est le "tic" qui retentit lorsque nous passâmes à hauteur du centre de la pièce. Trois lugubres sons de cloches résonnèrent. Brrr... Espérons que ce ne soit pas une alarme... Traverser le reste de la salle fut assez aisé et, merci Arceus, nous n'eûmes aucun problème avec notre "passagère".

Allez, cinquième salle, maintenant ! En verra-t-on le bout un jour ? Cette pièce était similaire à la deuxième, c'est à dire un poste de garde...

"INTRUS DÉTECTÉS ! INTRUS DÉTECTÉS ! PAS DE PITIÉ ! EXTERMINATION !"

Je restai figée. Mais littéralement. Ce que je voyais ne pouvait être possible... Devant moi se dressaient deux exagide, dont l'un était chromatique. Ils semblaient cependant moins vétustes que ceux du portail, ne portant aucune trace de rouille, mais ils dégageaient la même aura que Ceruth. Toutefois, ils avaient l'air capables de faire des alignements de mots à peu près corrects... Mais leur voix... Et même, ce duo, un normal et un chromatique, qu'on ne doit pas retrouver à tous les coins de rue... Ce sont eux, c'est obligé ! Mais que font-ils là ? Est-ce illusion ?
Bon. Je sais désormais qu'ils sont de type Acier. Étant de type Feu, je suis avantagée. Ou bien ! Peut-être puis-je négocier avec eux, ils me connaissent, normalement !

...

Cette idée me parut immédiatement stupide. Bien sûr que non, ils ne me connaissent pas, puisque nous sommes dans le passé... Je ne suis même pas censée être née... Suis-je un danger pour ce monde ?

Je chassai ces pensées en chargeant un lance-flammes qui frappa la lame la plus sombre de plein fouet. Rielvan lança son attaque de type Insecte, croisant ses deux lances, mais cela eut l'air de chatouiller l'exagide. Quant à Ceruth... Elle resta plantée sur le côté, regardant la scène.

"Ceruth ! Bats-toi ! Y'a urgence !

- y va urgence !

- Je n'ai pas besoin de pijako, bats-toi !"

Rien n'y fit. Nous allons devoir combattre à deux. L'exagide normal c'était rapproché dangereusement. Soudain, il sauta hors du bouclier qu'il tenait, et l'attrapa d'une de ses "mains", qui ressemblaient plus à des rubans qu'autre chose. Sa lame étincela, et il tournoya avant de s'abattre sur Rielvan. Le lançargot para le coup et frappa avec sa lance, ce qui ne ressemblait à aucune attaque de connue.

"Eluhn, nous sommes en danger, fini les capacités inoffensives ! Tu dois frapper primitivement ! Ce sont des morts-vivants, nous ne pouvons pas les tuer, mais assommons-les !"

"Nous ne pouvons pas les tuer"... Heureusement ! Quel paradoxe se serait s'ils mourraient ! Qui garderait le portail ?
Le lançargot continua ses attaques primitives.

"C'est comme ça que nous frappons lorsque la guerre fait rage !"

Alors que l'exagide chromatique avait lui aussi sauté hors de son bouclier, je puisai au plus profond de moi-même, ne cherchant plus à utiliser une capacité qui ne blesserait pas. Cette fois-ci, les séquelles seront bien présentes. Mais je dois tout de même faire attention à ne pas trop les amocher... Et si, la prochaine fois que je les rencontre dans mon époque, ils se souviennent brusquement de cet épisode ?
Je sentis ma gorge brûler, d'une chaleur bien plus intense qu'à l'habitude. Pendant ce temps, l'exagide que visait Rielvan rentra dans son bouclier. Une sorte de barrière apparut et l'attaque du lançargot fut parée. Un feu crépitant sortit de ma bouche ouverte et frappa mon adversaire en plein dans le bouclier. L'adversaire recula précipitamment, l'oeil plissé de douleur. Je me préparai à recommencer. À côté de moi, le choc des lances de Rielvan et du bouclier de son exagide résonnait.

"VOUS NE PASSEREZ PAS ! NOUS NOUS BATTRONS JUSQU'À LA MORT S'IL LE FAUT !"

Comment ça, ils peuvent mourir ?
J'abandonnai alors l'idée d'une seconde attaque.

"Stop ! Nous avons besoin de passer !"

Rielvan me regarda avec surprise.

"Notre monde en a besoin ! Tout va périr, sinon !"

Les exagide ne montrèrent aucune compréhension.

"ARGUMENT NON RECEVABLE ! ATTAQUE COMBINÉE ! "

Sur-ce, ils sortirent tous deux hors de leur bouclier, et se mirent à trembler, l'oeil froncé. De l'énergie spectrale commença à émaner de leur corps, et toute la pièce s'ébranla. De la poussière et des petits gravats chutèrent du plafond qui se fissurait.

"Eluhn ! Pas le choix ! La salle va s'effondrer, on passe en force ! Ceruth ! Suis-nous !!"

Les deux lames semblaient accumuler de plus en plus de puissance.

"À mon signal ! Un...deux... Trois !"

Nous forçâmes le passage. Je ne regardai pas si Ceruth suivait, ne fixant que la sortie. De la poussière pénétra dans mes yeux, me brouillant la vue. Je sentis une pierre heurter ma croupe. Lorsque je bousculai un exagide, une sensation de froid paralysa un de mes membres et ce fut en titubant que je passai l'encadrement de la salle suivante, rejointe par Rielvan.
Les exagide se retournèrent lentement vers nous et lancèrent leur attaque. Au même moment, le plafond céda dans une pluie de poussière et de gravats. Bientôt, tout ne fut plus qu'un silence de mort.
Par ces runes mystiques, vous m'avez invoqué pour être votre protecteur...
Bien, laissez-moi donc, par la voie des airs
Guidé par le cours de ce chemin millénaire
Me déchaîner contre vos envahisseurs

Avatar de l’utilisateur
-Arcegea-
Lame de la Justice
Messages : 503
Inscription : mar. 25 oct. 2016, 13:45
Localisation : Ruines de l'Aube
Contact :

Re: [Fanfic] Le Secret des cinq Orbes

Message par -Arcegea- » sam. 30 sept. 2017, 16:35

Voici une carte avec les différents lieux mentionnés pour pouvoir s'y retrouver :
Image
Guildes :
1. Guilde de Jabeorn
2. Guilde de Rorsil

Villes :
1. Bourg Verdure
2. Andésia
3. Era
4. Beorsyl
5. Cité des Mages
6. Place Pokémon
7. Irath
8. Azurel
9. Lun'el

Lieux :
1. Ruines de Tengana
2. Colline des Anciens
3. Ancien Château Royal
4. Vestiges de Trameck
5. Village Forestier
6. Temple de la Jungle

Donjons :
1. Mt Ardent
2. Val silencieux
3. Grand Ravin
4. Bois Sinistre
Par ces runes mystiques, vous m'avez invoqué pour être votre protecteur...
Bien, laissez-moi donc, par la voie des airs
Guidé par le cours de ce chemin millénaire
Me déchaîner contre vos envahisseurs

Avatar de l’utilisateur
Evolimiqui
Messages : 2120
Inscription : mar. 25 avr. 2017, 15:13
Localisation : En concert de hard rock avant d'aller voir une pièce de théâtre norvégien.

Re: [Fanfic] Le Secret des cinq Orbes

Message par Evolimiqui » sam. 30 sept. 2017, 17:58

-Arcegea- a écrit :
sam. 30 sept. 2017, 16:35
Voici une carte avec les différents lieux mentionnés pour pouvoir s'y retrouver :
Image
Guildes :
1. Guilde de Jabeorn
2. Guilde de Rorsil

Villes :
1. Bourg Verdure
2. Andésia
3. Era
4. Beorsyl
5. Cité des Mages
6. Place Pokémon
7. Irath
8. Azurel
9. Lun'el

Lieux :
1. Ruines de Tengana
2. Colline des Anciens
3. Ancien Château Royal
4. Vestiges de Trameck
5. Village Forestier
6. Temple de la Jungle

Donjons :
1. Mt Ardent
2. Val silencieux
3. Grand Ravin
4. Bois Sinistre
Merci d'avoir indiqué l'emplacement des différents lieux ! Je croyais que la Cité des Mages était tout au Nord-Ouest ! :D À part ça, un point rouge situé sur une île du Sud-Ouest n'a pas de numéro, mais je déduis tout de même qu'il s'agit d'Azurel ?
La Saint-Valentin ? Oh, ça a l'air chouette ! De toute façon...

Je suis un grand fan de hard rock et de théâtre norvégien !

Avatar de l’utilisateur
-Arcegea-
Lame de la Justice
Messages : 503
Inscription : mar. 25 oct. 2016, 13:45
Localisation : Ruines de l'Aube
Contact :

Re: [Fanfic] Le Secret des cinq Orbes

Message par -Arcegea- » dim. 01 oct. 2017, 07:22

Il y a un numéro 9, mais suite à une erreur que je n'ai pas réussi à corriger il est bleu, et peu lisible. Il s'agit de Lun'el, Azurel est le point rouge dans la mer juste au dessus.
Par ces runes mystiques, vous m'avez invoqué pour être votre protecteur...
Bien, laissez-moi donc, par la voie des airs
Guidé par le cours de ce chemin millénaire
Me déchaîner contre vos envahisseurs

Avatar de l’utilisateur
Evolimiqui
Messages : 2120
Inscription : mar. 25 avr. 2017, 15:13
Localisation : En concert de hard rock avant d'aller voir une pièce de théâtre norvégien.

Re: [Fanfic] Le Secret des cinq Orbes

Message par Evolimiqui » dim. 01 oct. 2017, 12:35

-Arcegea- a écrit :
dim. 01 oct. 2017, 07:22
Il y a un numéro 9, mais suite à une erreur que je n'ai pas réussi à corriger il est bleu, et peu lisible. Il s'agit de Lun'el, Azurel est le point rouge dans la mer juste au dessus.
D'accord ! :^^:
La Saint-Valentin ? Oh, ça a l'air chouette ! De toute façon...

Je suis un grand fan de hard rock et de théâtre norvégien !

Avatar de l’utilisateur
-Arcegea-
Lame de la Justice
Messages : 503
Inscription : mar. 25 oct. 2016, 13:45
Localisation : Ruines de l'Aube
Contact :

Re: [Fanfic] Le Secret des cinq Orbes

Message par -Arcegea- » jeu. 19 oct. 2017, 17:48

Chapitre 27 : Epreuve à haut risque
Ah... Cet éboulement... Nous l'avons échappé belle... Mais... Que sont devenus les exagide, ensevelis sous ces pierres ? Logiquement, étant donné qu'ils existent toujours dans mon monde, ils vont s'en sortir... Heureusement ! Mais nous, nous avons bien failli y passer ! Mais tout est bien qui finit bien (enfin, pour le moment...), nous sommes tous là, Rielvan, Ceruth et moi. Espérons que nous allons le rester encore longtemps... En effet, la prochaine salle ne m'enchante guère. Il s'agit d'un précipice très profond, si profond que son fond n'est que noirceur. Au milieu s'étirait un chemin de glace qui reliait les deux portes. En observant, je vis ce cette glace était posée sur un immense mur de pierre, qui prenait racine dans l'infini du trou et semblait pouvoir servir de pont si la glace fondait. Ce fut ce que je m'attelai à faire, question de sécurité, en envoyant mon plus beau geyser de feu. Cependant, à ma grande surprise, rien ne bougea. La glace était trop épaisse et compacte, je n'avais même pas réussi à l'entamer à peine !

"B-b-bon, tant-pis, E-Eluhn... P-p-passons directement sur la gla-gla-glace, en faisant attenten-attention..."

Je me retournai vers Rielvan et le vis grelottant de froid. Ceruth avait cependant l'air de mieux s'en sortir, au même titre que moi qui étais toujours au chaud grâce à mon feu intérieur. Par contre, passer sur cette glace avec ces deux crevasses sur les côtés ne me plaît pas du tout ! Quel danger !
Je m'engageai doucement sur l'eau solidifiée, mais me rendis vite compte qu'avec mes sabots, c'était peine perdue. J'allais obligatoirement me retrouver dans le trou !

"A-attends, Eluhn, j'y v-vais !" fit le lançargot qui faisait des bonds sur place pour se réchauffer.

Il tenta de planter une de ses lances dans la glace, mais celle-ci la fit glisser et la dévia, manquant d'entraîner Rielvan dans le vide.
Décidemment, ce passage promettait d’être délicat… J’envisageai d’utiliser Rebond, mais le plafond était trop bas, la piste trop longue, et de toute façon ce n’est pas ça qui aurait aidé Rielvan et Ceruth… Je tentai alors l’inutile et l’inespéré…

« Sais-tu comment faire, Ceruth ?

-Y va bon faire Exploforce sur les moufflair !

- Certes … »

Inutile et inespéré, comme je l’avais prédit ! Mais que faire, dans ce cas ? Nous n’allions tout de même pas rester là ! J’en vins d’abord à envisager la solution désespérée : prendre un maximum d’élan en un minimum de temps, afin de se laisser glisser, je l’espère, jusqu’au bout… Peut-être aurais-je une chance de m’en sortir grâce à la capacité d’accélération de mon espèce, mais Rielvan… Le lançargot se déplaçait en effet plutôt lentement. Comment prendrait-il assez d’élan ? Et Ceruth ? Comprendrait-elle ? Dois-je parler de ce plan risqué aux autres ? Bon, allez, de toute façon nous n’avons rien à perdre… Argh, c’est dans ces cas-là qu’on a besoin d’un type Vol !

C’est dangereux, tout de même… » marmonna Rielvan lorsque j’eus exposé mon idée.

« Tu as une autre option ?

- Non, et c’est ça qui m’inquiète… Enfin… Je pourrais utiliser Plaie-Croix sur cette pierre, là-bas, pour me propulser… Ainsi, j’atterrirai sur la glace, et si j’ai de la chance, je glisserai droit jusqu’à la porte suivante. Toi, tu prends de l’élan normalement. Je pense que Ceruth montera sur ton dos si cela ne te ralentira pas, parce que franchement, là, elle m’inquiète… C’est dangereux, mais que veux-tu, on n’a pas d’autre solution.

- Ok ! Ceruth, monte sur mon dos !

- Monte bien fait froid »

Et elle ne bougea pas. Oui, d’accord, peut-être qu’il fait froid, mais est-ce une raison ? Rielvan, à présent réchauffé, soupira. Il se dirigea vers la sucreine, la souleva à l’aide de ses lances, et la plaça sur mon dos. Étrangement, elle pesait beaucoup moins lourd qu’elle le paraissait, ce qui était tout à mon avantage ! Le garde du corps de Siga déplaça ensuite la pierre qu’il avait désignée, ployant sous l’effort. Il recula, jugeant son approche. Enfin, il bondit, croisa ses lances et frappa la roche de toutes ses forces. Le bloc vola en éclats et le lançargot, penché en avant, fut projeté sur la piste de glace. Sa trajectoire fut parfaite ! Il glissa d’une lisse traite, et eut le temps de sauter avant d’atteindre le sol pierreux de l’autre rive afin de ne pas être brusquement stoppé.

« À vous deux, maintenant. »

Je reculai. Je n’allais pas avoir besoin de beaucoup de pas, mais autant m’assurer d’avoir toutes mes chances (ce qui est encore loin d’être le cas, vous me direz !).

« Accroche-toi, Ceruth ! »

En deux bonds, je fus sur la glace. Cependant, le poids de mon bagage me déséquilibra, et notre course ressembla davantage à celle d’une toupie. Eh bien, je vous dis, plus jamais ça ! Je crus mourir durant cette traversée périlleuse, bien qu’elle fût courte. J’eus le temps d’apercevoir le vide, sombre puits immense et menaçant, lorsque mon sabot frôla la limite entre celui-ci et la glace. Nous achevâmes enfin notre parcours qui se solda par une belle acrobatie : le passage de la glace à la pierre nous ralentît brusquement, nous faisant vaciller avec plus ou moins d’élégance et projetant Ceruth à terre. Ma tête tournait comme le petit rouage d’un cliticlic et j’eus du mal à me remettre debout. J’avisai la fameuse porte, qui avait failli nous coûter la vie. Un petit morceau d’étoffe pendait à un clou enfoncé dans la porte, et il semblait se balancer doucement comme pour me narguer…

« Pfiou ! Bravo ! Le pire est derrière nous… Enfin, peut-être pas »

Doué pour donner le moral, le Rielvan ! Enfin, sortons de cette pièce infernale. Je commence à avoir un peu froid, moi…

La pièce suivante m’évoqua quelque chose : le récit d’Aluhria, Flunnel et Silgoth lorsqu’ils avaient ramené le second orbe. En effet, cette salle se résumait en une allée clairsemée de « dalles étranges » (oh non, pitié, pas encore…), flanquée de chaque côté d’une rangée de piquants bien acérés. Sur les murs, on pouvait voir des trous à intervalles réguliers, en face que chaque dalle au sol. Il s’agit d’une course fléchée ! ce qui m’a mis le statitik à l’oreille ? Les quelques flèches plantées dans les murs, de part et d’autre du chemin… Et, comble de la fourberie, les plaques tapissaient toute l’allée, nous étions donc obligés de marcher dessus…

"On va recommencer ! s'exclama Rielvan. Eluhn, tu prends Ceruth sur ton dos, et tu cours à fond ! Si tu te débrouilles bien, les flèches seront trop lentes pour vous toucher. Moi, je tenterai de planter mes lances pile entre les plaques, il y a de petits jours...

Ça ne sera pas aisé, mais va !"

Là-dessus, il saisît la sucreine sans préavis et la posa sur mon dos comme un sac à patates... Aïe ! Merci, Rielvan...

"Bon, tu y vas, le plus vite possible, d'accord ?"

Pour la seconde fois, je m'élançai à toute vitesse. J'entendis le claquement des mes sabots, le cliquètement des mécanismes, le sifflement des flèches et le son vibrant qu'elles émettaient en se plantant dans le mur. Pour pouvoir s'enfoncer dans de la pierre, elles doivent être incroyablement acérées ! J'en sentis une, heureusement sans douleur, traverser ma crinière. Enflammée, elle chuta sur le sol. Heureusement qu'elle n'avait pas touché Ceruth... La course folle prit enfin fin et je fis descendre ma passagère, de force car elle ne semblait pas être disposées à m'écouter...
Vint ensuite le tour de Rielvan. Pour lui, la manœuvre était plus délicate. Il s'agissait plus d'un parcours acrobatique. Il devait parfois soutenir son propre poids d'une seule lance, alors qu'il tenait en équilibre entre deux plaques. J'entendis soudain un claquement métallique inquiétant et vis qu'une flèche s'était fichée dans sa coquille, heureusement il sembla ne rien sentir et continua son audacieux parcours, qui semblait néanmoins le fatiguer malgré sa carrure robuste. Il finit par arriver au bout, mais se laissa tomber d'épuisement un poil trop tôt. La réponse du mécanisme ne se fit pas attendre : un projectile partit, et se ficha dans le bras du lançargot sous mes yeux horrifiés. L'insecte grimaça et se laissa rouler sur le côté, hors d'atteinte des flèches. Il se redressa. La manière dont il se redressait et le stoïcisme avec lequel il supportait sa blessure me laissèrent penser qu'il devait avoir de l'expérience en matière de guerre.

"Ça va, Rielvan ?"

Question idiote. Bien sûr que ça n'allait pas, avec une telle pointe dans le bras. De minces filets de sang commençaient à suinter de la plaie. Je vis avec horreur que le projectile était profondément enfoncé.

"Grmm... Ça va aller... Aucun organe vital n'a été touché, c'est le principal. Eluhn, il faudrait que tu enlèves cette flèche, mais on n'a rien pour bander... "

Problématique... Si le lançargot se vidait de son sang, il n'y survivrait pas...Que faire ?

Ah ! Attendez... Je crois que j'ai une idée.

"Attends, Rielvan, je reviens immédiatement !"

Je me détournai et rebroussai chemin. J'allais devoir retraverser l'enfer fléché deux fois, mais cela permettrait de sauver Rielvan.
"Eluhn ?! Qu'est-ce que tu fais ?"

Je ne l'écoutai pas et traversai le chemin de plaques à toute allure, faisant à nouveau siffler les flèches. L'une d'entre elles effleura ma croupe avec ses plumes... Ouf ! Cette dangereuse épreuve à nouveau surmonté, je pénétrai dans la salle précédente, et avisai le morceau de tissu toujours cloué à la porte. Il était assez crasseux et déchiré par endroits, mais il devrait faire l'affaire. Je l'arrachai et l'emportai pour une nouvelle course folle. Heureusement aucune flèche ne me frôla et je pus emporter l'étoffe à bon port.

"Ah ! Bonne idée... Elle est sale et ça risque de s'infecter, mais ça stoppera l'hémorragie."

Effectivement... Je n'avais pas pensé à ce risque d'infection. Je soufflai sur le tissu afin de chasser le plus de poussières possibles et le tendis au lançargot, le temps de le libérer de l'étreinte pointue qu'il subissait.

"Alors, maintenant, il faut que j'enlève cette flèche...

-Oui, mais fais attention ! Si tu tires, la pointe restera dans la plaie et ça s'infectera pour de bon ! Tu dois enlever toutes les plumes et pousser !

- Hein ?! Mais elle va te transpercer le bras !

- Oui, mais c'est la solution la plus sûre ! Allez !"

Puisqu'il le dit...
Avec mes dents, j'arrachai toutes les plumes de la flèche, qui se résuma bientôt à un trait planté dans la chair de Rielvan. Je commençai à la pousser, indécise. Elle s'enfonça encore un peu plus. L'insecte serra les mâchoires, la tête baignée de sueur.

"Argh... Encore... Eluhn..."

Je poussai plus fort. La pointe de la flèche ressortit de l'autre côté du bras. J'allais maintenant bientôt devoir la tirer avec mes dents, et tant pis si elle était imbibée de sang. Le goût fut écœurant, je l'avoue, mais je parvins finalement a extraire le projectile que je jetai, crachant à terre au passage.

"M-Maintenant, vite, le bandeau !" me pressa le lançargot, livide.

Il l'appliqua, avec mon aide, sur la plaie, après l'avoir solidement enroulé. Il se teinta aussitôt d'un rouge sang que j'aurais préféré oublier pour le moment. Ne me demandez pas comment, nous réussîmes à le faire tenir solidement en place, sous le regard de cette consternante sucreine qui n'avait pas bougé d'un iota, alors que je me démenai...

"Merci, Eluhn... Je vais pouvoir... de toute façon je dois, continuer. Espérons que nous ne sommes plus loin du but."

Oui, espérons. Je commence à en avoir marre de cette vielle forteresse moisie. Allons à ce qui, je l'espère, sera la dernière salle. Ouvrons cette porte... Oui ! Il me semble que nous sommes au fond, car cette salle est grande et ne possède aucune porte au fond. Mais...deux ludicolo zombifiés la gardent. Pas de combat, pas encore ! À mon grand soulagement, ou plutôt à ma grande surprise, ils ne bougèrent pas.

"Que voulez-vous ? demandèrent-ils soudain de deux affreuses voix, si coordonnées qu'on en aurait dit une seule.

"Récupérer le talisman que vous nous avez volé, nous, habitants de Trameck !

- Pour cela, voyez avec le maître des lieux, puissant être de métal."

Sur ce, il se retirèrent.

"Puissant être de métal"... Cela concernait-il le chef mentionné, ou bien Rielvan ? Espérons que ce soit Rielvan. Je n'ai aucune envie de me retrouver face à un galeking ou un steelix...
Rien ne vint, et je commençai à me demander s'il ne fallait pas que nous agissions par nous-mêmes quand, dans un nuage de fumée rose, le maître des lieux arriva. Le "puissant être de métal" mesurait environ une vingtaine de centimètres, et possédait comme qui dirait une petite bouille paisible, qui avait cela dit l'air sain d'esprit. Dans un cliquetis de clés plus ou moins rouillées, il tourna sur lui même. Ces mêmes clés étaient attachées à son corps, qui formaient un anneau. Une excroissance sur sa tête faisait elle aussi songer à une clé, et son nez avait la forme d'une serrure. Quelle était donc cette créature ? Il tourna à nouveau sur lui-même, et s'adressa à nous d'une voix fluette, quoi qu'autoritaire.

"Puis-je connaître la raison de votre intrusion ?

-Récupérer le talisman volé, répondis-je machinalement.

-Comme vous êtes rigolos... Non, je vous demande la vraie raison...

-Nous disons la vérité !

-Bien, à supposer que vous dites vrai... Le talisman se trouve ici."

Il désigna un crochet au mur, dont j'aurais juré qu'il n'était pas là il y a quelques secondes. A ce crochet pendait une amulette, une pierre orangée aux délicieux reflets de feu... Quelle beauté !

"Donc, vous le voulez, hein... J'ai cependant toutes mes raisons de dire que je ne devrais pas vouloir ne pas vouloir ne pas vous le céder. Quelles sont les raisons qui vous poussent à croire que je vous laisserai ce trésor ?"

Je ne répondis pas, sonnée par la construction tortueuse de la phrase qu'il avait prononcée. Rielvan intervint :

"Écoutez, notre village va être ravagé, nous en avons absolument besoin !

-En quoi cela concerne-t-il ma fantasmagorique personne ?"

Et modeste avec ça...

"Nous en avons besoin ! Tant de vies en ont besoin ! Vous ne pouvez donc pas comprendre ? Dans ce cas, j'utiliserai la force s'il le faut !"

L'être ricana.

"Pas de ce petit jeu contre moi, petit lutin... Ici, seule une loi compte, celle du plus malin. La force est l'intelligence des faibles... Voilà donc mon marché. Je vais vous soumettre une énigme. Si vous répondez juste, vous remportez le talisman, quoi que cela ne me plaise pas. Si vous échouez, et bien..."

Il pivota dans un nuage de cette écœurante fumée rose. Un large trou s'ouvrit devant nous alors que le sol s'écartait. Au fond se trouvait une sorte de matière noire épaisse et oppressante, dont la vue me fit immédiatement ressentir un profond malaise. A travers ce ténébreux puits étaient tendues des toiles de migalos. Je suppose qu'elles ont pour seul but de ralentir la chute de la victime, afin qu'elle puisse mieux contempler l'horreur de ce qui l'attendait en bas. Quelle cruauté !
"Si vous échouez, vous terminerez au fond de ce puits, reprit la créature d'une voix on ne peut plus calme. Si cette vision est trop terrifiante pour vous, vous pouvez jouer la carte de la sûreté et passer par ici."

Il traça une rune à l'aide de ses clés, qui se délivrèrent de l'anneau et lévitèrent seules. Un cercle lumineux apparut au sol, frappant douloureusement mes yeux habitués à l'obscurité.

"Empruntez ce passage et vous sortirez de la forteresse sans plaies ni infections. Alors ? Vous désistez-vous ?

-Jamais ! Posez-la, cette énigme !

-D'accord, d'accord... Mettez-vous là, ordonna-t-il en désignant le sol qui s'était ouvert quelques secondes plus tôt."

Hélas, un seul tour sur lui même lui permettrait de nous précipiter dans le vide...

"Pourquoi devrions-nous nous jeter directement dans la gueule du lougaroc ? tempêtai-je, peu décidée à poser les sabots sur ce maudit sol.

-Taratata ! Vous respectez mes règles, sinon point de talisman ! »

En soupirant, nous nous dirigeâmes vers les dalles. Ceruth resta là où elle était, mais cela ne sembla pas importuner le « puissant être de métal ». Je redressai la tête vers ce dernier, consciente que c’était sûrement la dernière fois que je le voyais, ainsi que Rielvan. N’y a-t-il vraiment pas d’autre solution ? Ce sacrifice est-il nécessaire ?

« Bien, voici mon énigme…
Le Noir et le Blanc je mélange
Telle une frontière énigmatique entre ces deux extrêmes
Méconnue et mystique, j’en suis devenue une légende.
Alors ? Vous séchez ? »

Voyons… Cette fois-ci nous n’avons absolument pas droit à l’erreur ! « Le Noir et le Blanc » … « Une frontière » … Il me semble qu’il existe une légende parlant d’un tel être. Mais quel est son nom ? Je ne m’en souviens plus… Et puis, cette idée m’est venue en tête trop facilement à mon goût… Il doit y avoir un piège, surtout de la part d’un tel être… En état de panique intérieure, je tentai de poursuivre mes réflexions.

« Alors, c’est difficile, hein ? »

À mes côtés, Rielvan sembla sortir de son état de méditation.

« Je serais tenté de dire Kyurem… »

Kyurem ! Voilà le nom de cette créature ! Je crus voir l’ombre d’une réjouissance sur le visage de l’être aux clés.

« En effet, il est bien la frontière entre le Noir et le Blanc, Zekrom et Reshiram… Cependant, j’ai une autre carte à abattre… En effet, et si cette légende ne concernait pas un Pokémon, mais un objet inaccessible et méconnu, auquel on lierait des propriétés magiques… Le pouvoir des astres, par exemple. C’est ainsi que je déclare que ma réponse est… la baie Énigma ! En effet, elle sépare le Noir et le Blanc, telle une frontière, et en effet, c’est une baie réputée inaccessible qui s’est forgé sa petite légende.
-Est-ce votre dernier mot ?

- Ce l’est ! »

J’acquiesçai, impressionnée par le raisonnement du lançargot qui luttait pourtant contre sa blessure, blanc comme un linge.

« Je ne peux y croire… »

La créature se détourna, lentement, alors que pour nous, la tension était à son comble…

« Pour la première fois, quelqu’un trouve la bonne réponse… »

De la nostalgie emplit ses yeux.

« C’était jusqu’ici tellement facile et amusant… Les gens répondaient « Kyurem », tout fiers d’eux, et se faisaient avoir… Bien, je vous dois des comptes pour mon petit jeu, vous aurez ce que vous demandez… Le talisman est à vous, avancez. »

Il s’écarta. Cependant, Rielvan n’avança pas, méfiant, et je l’imitai par précaution.

« Et bien ? Je vais vous l’amener, dans ce cas, avant que je ne change d’avis…
Oh, sainte misère, jamais je ne fus autant dégradé ! »

Il saisit la magnifique pierre qui était toujours attachée à son crochet, et la tendit à Rielvan. L’Insecte s’en saisit toujours méfiant.
« Vous voyez, il n’y a aucun piège… J’ai échoué et je l’admets. Je m’entends peut-être bien avec ces créatures de l’ombre (il désigna Ceruth), je me cache peut-être dans l’obscurité de cette forteresse, je m’amuse peut-être à un jeu cruel et malsain, mais je respecte mes engagements. Je suis sans doute une immonde créature, mais je ne suis pas sans valeurs. Prenez le cercle de lumière, il vous emmènera au-dehors. »

Alors, allons-y, ne perdons pas de temps… Nous nous dirigeâmes vers le passage, en ayant assez vu de cette maudite forteresse.

« Viens, Ceruth. »

La créature sursauta.

« Hé ! Où l’emmenez-vous ! Elle doit rester ici ! »

Il s’élança pour nous arrêter. Au moment où mes sabots franchirent le cercle, je tirai Ceruth vers moi, instinctivement.
Il y eut un éclat lumineux qui me força à fermer les yeux, puis les cris de l’être de métal s’évanouirent.


J’ouvris les yeux. Rielvan et moi nous trouvions sur un chemin forestier par lequel nous étions passés pour nous rendre à la forteresse, que je voyais encore se dresser au loin.
Que la lumière du soleil était agréable et douce, après tant de pérégrinations dans l'obscurité ! Je crois que ce fameux puits aux toiles et sa matière noire vont venir hanter mes nuits pendant un certain temps... Rielvan se relevait à côté de moi, mais il est évident que sa blessure le faisait souffrir. Quand à Ceruth... Je la vis étendue au sol, le visage paisible. Elle semblait délivrée de l'obscure folie qui la rongeait. Des cris retentirent dans le chemin.

"Ici !

-Là !"

Un crapustule et un frison couraient vers nous.

"Rielvan ! Vous êtes blessé ?"

Le lançargot grommela quelque chose. Le crapustule l'aida à se relever, et lui proposa pour marcher un soutien que l'insecte accepta volontiers. Le frison se tourna vers Ceruth.

"Qui est-ce ?

-Elle était prisonnière de la forteresse et rongée par une sombre folie, mais il semblerait que nous l'ayons délivrée des deux ! dis-je.

-Bien, je vais la porter."

Il la hissa sur son dos. Nous pûmes enfin regagner le village de Trameck. Cependant, une mauvaise surprise nous attendait. En l'espace de peu de temps, le village avait été envahi par un flétrissement semblable à celui de Bourg Verdure, mais il opérait à vue d'œil ! Personne ne se trouvait dans les rues, les habitants devaient tous être terrés chez eux. Siga s'avança vers nous.

"Ah, Eluhn ! La maladie a déjà commencé à s'emparer de Trameck ! Avez-vous... Arceus ! Rielvan !

-Pas d'inquiétude, Votre Grâce, réagit le crapustule. Nous l'emmenons chez le druide.

-Eluhn, fais-en bon usage..." Souffla le lançargot d'une voix déjà rauque, en me rendant le talisman.

"Vous l'avez donc... Vous avez réussi ! Mais une autre mission t'attend. Réveille notre arbre-vie ! Il nous reste peu de temps !"

Elle m'emmena vers le temple. Il avait beau être rustique comme le reste du village, ses vitraux étaient magnifiques ! Cependant, absorbée par ma tâche, je les admirai à peine. Siga s'arrêta devant un trou au fond de la structure. Des escaliers y descendaient, s'arrêtant devant une porte que la cerfrousse ouvrit.

"Eluhn, l'arbre-vie est en bas. Insère le talisman dans le creux sur l'autel. Je compte sur toi !"

Sur ce, je m'élançai. J'atteignis une magnifique pièce, où trônait un arbre mort et noirci. Seules quelques feuilles ternes et squelettiques et deux baies à moitié pourries s'accrochaient désespérément aux branches. Devant cette désolation se dressait un autel, que j'examinai. Il aurait dû s'y trouver un feu, à en juger les braises encore rougeoyantes en son creux. Sur la face, je remarquai un trou. Sûrement la cavité dont parlait Siga. Je plaçai le talisman dans ce creux. Aussitôt, la pierre, oeil brillant de vie, s'illumina d'une lueur flamboyante. La pièce trembla. Le reste d'arbre qui se dressait derrière l'autel vira au marron, et sembla s'enrouler sur lui-même tel un majaspic. Les branches reprirent vitalité et s'étirèrent gracieusement. Je reculai afin de ne pas être touchée et ballottée de toute part ! Les feuilles verdirent et se mirent à orner chaque branche par centaines, des baies de toutes variétés et autant de couleurs parèrent ce qui était désormais une pure merveille dont je ne pus détacher les yeux.
Puis le sol cessa de trembler, laissant place à un profond silence. La voix de Siga finit par briser ce calme, où rien ne comptait plus que la magnifique silhouette de l'arbre-vie.

"Eluhn ? Tu peux remonter ! Le village renaît !"

A contrecœur, j'obtempérai. Siga m'attendait, aussi radieuse que le magnifique végétal.

"Eluhn... Tu as réussi, tu as sauvé notre village ! Normalement, cette partie du temple n'est accessible qu'aux membres du clergé, mais aujourd'hui l'exception en valait la peine... Viens, allons dans mon château."

Lorsque nous sortîmes, je fus éblouie. Trameck et sa nature étaient plus resplendissantes que jamais, et les habitants commençaient à sortir timidement de chez eux. Lorsqu'ils nous aperçurent, alors que nous nous dirigions vers le château, ile se figèrent, nous lançant des regards emplis de respect... d'admiration, aussi. Les arbres du château, déjà beaux à mon arrivée à Trameck, étaient encore plus vivants et éclatants. Nous retraversâmes la cour, avant d'emprunter la porte d'honneur. Siga alla se poser juste devant son trône.

"Eluhn, nous n'oublierons jamais ce que tu as fait pour nous. Ne t'inquiète pas pour Rielvan, il sera soigné. Le talisman restera encore un peu sur l'autel, puis nous le mettrons en lieu sûr, en nous assurant qu'il reste en place et ce jusqu'à ton époque. Tu pourras ainsi le récupérer pour sauver ton monde. Comme tu le sais, il est temps pour toi d'y retourner. Je vais donc t'y renvoyer d'ici, loin de la cohue de la foule. Eluhn, au nom de tous les habitants de Trameck, mais aussi personnellement, je te remercie !"

Il y eut le même éclat qu'à mon arrivée. A mon grand désarroi, la même douleur. Puis tout sembla se vider.


Un léger brouhaha monta à mes oreilles. Je remuai les pattes et sentis sous ma tête le contact de la paille. Pas de doute, je suis bien dans mon dortoir à la guilde. Rielvan, Siga, et même Ceruth... Ils sont morts depuis bien longtemps dans mon époque. Cela me fait de la peine. Je les ai fréquentés peu de temps, mais ils vont me manquer...
Plus qu'une chose, maintenant : aller rassurer les autres et leur faire part de mes aventures...

Par ces runes mystiques, vous m'avez invoqué pour être votre protecteur...
Bien, laissez-moi donc, par la voie des airs
Guidé par le cours de ce chemin millénaire
Me déchaîner contre vos envahisseurs

Avatar de l’utilisateur
solana5047
Messages : 735
Inscription : mar. 15 août 2017, 15:49
Localisation : Sous ton lit ... hoopa ...
Contact :

Re: [Fanfic] Le Secret des cinq Orbes

Message par solana5047 » mar. 21 nov. 2017, 13:21

Je pense être tomber amoureuse d'une histoire ...
Je suis de retour sous vos lits
Pour le meilleure et pour le pires
Qui sait ce que je vous ferais
Alors que vous dormirez tranquillement
Je suis un démon informatique

Avatar de l’utilisateur
-Arcegea-
Lame de la Justice
Messages : 503
Inscription : mar. 25 oct. 2016, 13:45
Localisation : Ruines de l'Aube
Contact :

Re: [Fanfic] Le Secret des cinq Orbes

Message par -Arcegea- » sam. 23 déc. 2017, 14:48

Chapitre 28 : Le départ
"Aaaah ! Là !

-Du calme, Flunnel ! Qu' y a-t-il ?

-Ah ! Eluhn ! Mais où étais-tu passée ?

-Euh je...

-Tu nous a fait une de ces peurs, tu sais !"

Face à l'attendu vacarme des membres à mon retour, Jabeorn sortit du réfectoire qu'il tenait étrangement fermé.

"Chut ! On ne s'entend plus... Ah, Eluhn ! Où étais
-tu, tout le monde te cherchait !

-Et bien, c'est compliqué, difficile à croire, même..."

Je racontai mes pérégrinations dans le passé. Bien entendu, les membres et Jabeorn lui-même furent surpris. Les réactions fusèrent :

"Sérieusement ?

-Tu as du rêver...

-Ça veut dire que tu as un moyen de combattre le fléau de Bourg-Verdure !?"

Hmm, je m'attendais à ce genre de réaction. Même le maître a l'air de douter.

"Eluhn, je n'ai jamais entendu parler d'une telle possibilité. Le nom de Trameck ne me dit rien du tout, pas plus que celui de la princesse Siga. Néanmoins, si nous tenons une piste, je veux bien tenter quelque chose.

-Mais...

-Si je puis me permettre..."

Nous tournâmes nos têtes vers la source de la voix. Ysùl, l'archéduc, se tenait dans l'encadrement de la porte.

"Ce qui vient de se produire est rare, mais existe bel et bien. Parfois, certaines personnes peuvent appeller des Pokémon du futur pour leur venir en aide. C'est ce que l'on appelle tout bêtement l'invocation, par opposition à la nécromancie qui permet de faire appel à des gens du passé, déjà morts. De plus, le nom de Trameck me dit vaguement quelque chose. Un vestige de ruines, il me semble. Oui, je crois avoir vu quelque chose de semblable dans une de mes innombrables lectures."

Ça alors ! Ysùl ! Il est bien ici, et vient me sauver la mise ! Jabeorn sembla convaincu.

"Si Ysùl affirme que ceci est vraisemblable, je pense que nous pouvons nous y fier. Lorsque la réunion des chefs de village sera terminée - elle se tient actuellement dans le réfectoire, Eluhn - nous nous mettrons à réfléchir à une expédition. Il faudrait récupérer un talisman, tu dis ? Bien. Cependant, je dois retourner au débat. En attendant, va donc manger un peu, les combattants d'Era cultivent d'excellentes baies."

Et, suivant Ysùl, il se retira dans le réfectoire me laissant seule avec des membres bouillonnants de questions... Mais tout est bien qui finit bien. D'ailleurs, je vois au visage de Tuhgval qu'il s'est fait un sang d'encre...

------------

"Bien, reprenons. Je viens à l'instant d'obtenir de informations importantes. Il existerait un moyen de soigner les villages de leur dépérissement. Il s'agirait de récupérer un talisman se trouvant dans des ruines. Nous planifierons une expédition par la suite.

-Ô, quel bonheur, quelle joie serait-ce ! Mon village d'Andésia se meurt tant, tellement ! Il est si froid, si terne ! réagit Ebnar, le Melokrik, chef d'Andésia.

-Cela serait intéressant, en effet, renchérit Mirkoriel, la simiabraz, chef de Beorsyl.

-L'ancien village de Tengana a tant souffert, que je désire Irath à une bonne santé ouvert. Fit l'ékaïser Laugron, dirigeant de la communauté des rescapés de Tengana.

-Pfff... Comme si une vulgaire caillasse pouvait changer quelque chose ! lança le mamanbo Vertah d'Azurel, volontiers provocateur.

-Je rejoins l'avis de Verath, dit posément Hildas, coxyclaque, chef du village de Lun'el. Pourquoi n'en a t-on pas eu vent plus tôt ?

-C'est une histoire compliquée, mais véridique, répondit Ysùl. Un élément du passé a pu être changé en toute sécurité.

-Ô misère, calomnie ! Comment ose-t'on toucher au passé, ce passé qui nourrit les réflexions de mon âme ? Je suis attristé, blessé, lésé !

-Ebnar. Ça suffit. Voyons le côté stratégique des choses. Si les villages reprennent leur santé d'avant, il sera plus facile de ravitailler nos troupes. Les villages seront des places importantes. D'ailleurs, je maintiens mon idée de fortifier tous les villages. Je sais que la Cité des Mages l'est depuis longtemps. Laugron a aussi commencé à le faire, et que Gil'raen approuverait s'il était là."

Celle qui venait de parler n'était autre que Kiera, la chevroum qui dirigeait la Place Pokémon. Gil'raen, lui, était effectivement absent. Il n'était pas encore revenu de son expédition avec Kulibil.

"Je suis de l'avis de Jabeorn et Kiera. Sans cet artéfact, je ne vois pas comment villages prospères il y aura, affirma le poétique combattant Laugron.

-Oui. Maintenant, revenons à la guerre, s'il-vous-plaît.

-Ouais, mais il faudrait pour ça fortifier les villes, t'as raison, admit Verath, enfermé dans une grande bulle afin de pouvoir respirer. Surtout Lun'el. Sérieusement Hildas, vos lumières nocturnes et votre somptueux temple à Lunala sont bien jolis, mais seront aussi utiles en cas de conflit que les ailes d'une vostourno. Tu ne sais pas t'y prendre, c'est flagrant comme le derrière d'une Ecrémeuh.

-Verath, s'il-te-plaît ! Siffla Mirkorel.

-Hildas pourrait bien vous surprendre. Je le connais depuis longtemps, et c'est un bon allié, renchérit Jabeorn.

-Donc fortifier les villages serait une bonne idée... marmonna Abeorth, le corboss de Bourg-Verdure, qui sembla tout à coup sortir d'un état de quasi-assoupissement.

-Exact.

-Andésia est déjà si grise, pauvre que je suis ! Pourquoi l'enclaver encore dans du roc ?

-Je ne sais pas, peut-être pour la protéger en cas d'assaut ? répondit Ysùl à cette question.

-Non mais, Ebnar, pourquoi t'es chef de village, en fait ? Car à part t'apitoyer sur ton sort, tu sais rien faire, on dirait !

-Verath !

-Bien, calmons-nous. Qui vote une fortification des villages ?"

Cette idée obtint une grande majorité.

"Bien, vous savez ce qu'il vous reste à faire désormais. Voyons maintenant l'organisation des troupes, à noter que nous avons déjà des commandants de notre côté. D'ailleurs, Abeorth, nous pourrions vous compter parmi eux..."

Les discussions reprirent jusqu'à la tombée du soir.

------------

Ah, ils sont enfin sortis... Ce qui veut dire que ce soir, nous mangeons au réfectoire ! Dommage, la cuisine des rebelles d'Era dégustée autour d'un feu, comme ce midi, était bien bonne. Tout de même, je me demande de quoi les chefs de village ont bien pu parler toute la journée... Bon, il nous faut rentrer dans la guilde, maintenant. Il commence à faire froid, dehors... Alors que nous étions en train de passer la porte, nous croisâmes Ysùl. Selon ses dires, il partait se dégourdir un peu les pattes après ce long débat. Cependant, il revint quelques minutes plus tard.

"Eluhn, Tuhgval, quelqu'un veut vous voir."

Tiens ? De la visite ? Et nous voilà repartis dans le froid... Valtheod nous attendait près de l'entrée du camp.

"Tuhgval, Eluhn, bonsoir. Pardonnez-moi de venir si tard, mais je me suis récemment rendu à la bibliothèque et j'y ai trouvé quelque chose d'intéressant.

-Super ! Ça concerne les Orbes ?

-Pas exactement, Eluhn.

-Tant pis ! Par contre, vient au chaud dans la guilde !"

Le scalproie eut l'air un peu réticent mais je le poussai du bout du nez, sans lui laisser le choix. Nous nous retrouvâmes donc dans la guilde. Jabeorn y était occupé à discuter avec un coxyclaque, tandis qu'une chevroum écoutait Gorg parler stratégie avec beaucoup d'attention. Ysùl était là aussi, et se tourna vers nous.

"Alors, mon ami ? Les recherches furent-elles fructueuses ?

-J'ai trouvé des informations qui pourraient être utiles, et cela tombe bien que vous soyez présent, monsieur Ysùl. Cela concerne l'Ordre d'Améthyste. Le connaissez-vous ?"

Je crus voir une étrange lueur passer dans les yeux de l'archéduc. Mais bon, comme d'habitude, j'ai du halluciner...

"L'Ordre d'Améthyste... Oui. Je connais. J'ai déjà lu le livre qui en traite. D'ailleurs, il y avait un archéduc parmi eux, un brave Pokémon nommé Urrok. Mais en quoi est-ce lié à notre problème ? Il s'est éteint il y a... longtemps."

Ah... Mais c'est quoi, cet "Ordre d'Améthyste" dont ils parlent ?

"Et bien, comme vous le savez, ils servaient un roi. Un bon monarque pouvait empêcher un tel chaos d'avoir lieu. Les chefs indépendants sont bien pour les villages, mais cet isolement n'est pas bon en cas d'attaque extérieure. Je pense qu'il pourrait être judicieux d'unir la région sous un seul chef. Les chefs de village exerceraient toujours et formeraient un conseil. Une garde composée de combattants de confiance serait aux ordres du roi et de son conseil en plus d'une armée, à la manière de l'Ordre d'Améthyste.

- Les temps...étaient si prospères lorsqu'un roi juste régnait... Commença Ysùl en se mettant à marcher doucement. Peut-être...que cela marcherait. Il faudrait en débattre avec les autres. Oui ! Par mes plumes, je pense que c'est une bonne idée. Cependant, je ne sais pas si tous les chefs de village seraient prêts à l'accepter. Ils aiment leur indépendance. Mais je plaiderai pour."

A ce moment, Jabeorn sortit de son bureau et pénétra dans la pièce principale.

"Tiens ? Bonsoir, Valtheod. Eluhn, nous avons discuté de ce que tu nous a dit au sujet du talisman. Nous avons eu des difficultés à nous concentrer dessus, nous n'avons pu en parler sérieusement qu'en fin de journée, quand d'autres problèmes plus importants avaient déjà été évoqués. Et finalement, nous pensons que le mieux à faire est d'aller voir par nous même. Vous vous y rendrez donc, et comme convenu Ysùl vous accompagnera."

L'archéduc inclina brièvement la tête. Une nouvelle expédition, alors ?

"Valtheod, vous pouvez venir aussi. Je pense que Gil'raen comprendra l'importance de ce talisman. Vous partirez demain."

Super ! J'ai hâte d'y être !

"Nous pourrions nous arrêter à la bibliothèque afin de trouver une vielle carte pour localiser Trameck, reprit Ysùl.

-Bonne idée. En attendant, mangez et allez vous reposer. Ysùl, ça se passe dans la grande hutte du camp pour les chefs de village. Nous allons possiblement évoquer l'idée d'un roi."

L'archéduc s'y rendit donc. Pour notre part, nous, membres, pénétrâmes dans le réfectoire où le reste de la guilde s'installait progressivement. Sous invitation de Jabeorn, Valtheod nous y suivit. Gorg nous aborda :

"Alors, il parait que vous partez en expédition, nom d'un Piège de Roc ?"

Je confirmai ses dires sous l'oreille attentive des membres attablés et les explications du mastouffe. Les réactions furent positives, bien qu'Edkahn aurait préféré se consacrer directement à un plan d'élimination de nos ennemis. La grande majorité avait l'air soulagé de savoir qu'il existait un moyen de rendre aux villages, et plus particulièrement Bourg Verdure, leur éclat.

Après ce repas, nous allâmes nous coucher directement, car la marche allait être longue. Il me semblait que même Tuhgval avait hâte de partir ! Le gardien du portail fut logé dans une hutte vide, à l'instar des chefs de village. J'aurais bien aimé être à sa place, sur le coup...
Le lendemain, nous partîmes juste après le petit déjeuner, alors que les chefs de village s'installaient dans le réfectoire. Gil'raen et Kulibil n'étaient toujours pas revenus. Espérons qu'il ne leur soit rien arrivé... Ysùl leur parla un moment, puis rejoignit notre groupe prêt à partir. Nous pûmes enfin quitter la guilde, puis le camp construit autour. L'archéduc se saisit d'une carte que Jabeorn lui avait donnée.

"Il est bien gentil, mais nous avons besoin d'un plan plus ancien encore ! Je n'ai pas besoin de carte pour aller à la Cité des Mages, moi ! Enfin... Allons-y, et rendons-nous à la bibliothèque."

Le chemin fut le même que la dernière fois et enfin, j'appris ce qu'était ce fameux Ordre d'Améthyste ! D'après la description qui m'en a été faite, il m'inspire confiance. Avant d'arriver à la Cité des Mages, nous fîmes une petite pause afin de reposer nos pattes. Alors que nous nous posions, profitant de la présence d'un petit ruisseau pour casser la glace et boire, Ysùl s'éloigna légèrement. Il eut l'air songeur quelques instants, avant de retourner vers nous.

"Monsieur Ysùl ? Il y a quelque chose qui ne va pas ?" demanda Valtheod en remarquant son air mélancolique.

L'archéduc se rapprocha et nous regarda fixement, l'un après l'autre.

"Il va être temps que je vous le dise... Je suis Urrok de l'Ordre d'Améthyste."

Quoiii ? Mais... mais... Comment est-ce possible ? Il a lui-même dit que l'Ordre s'était éteint il y a longtemps ! Je n'y comprends plus rien, moi.

"Je sais, cela paraît plumement invraisemblable. Laissez-moi vous conter mon histoire. Donc, je suis bel et bien Urrok, ancien Chevalier de l'Ordre. Comme vous le savez, ce dernier a été corrompu à l'arrivée du tyran. Cependant, tous les Chevaliers ne suivirent pas cet odieux personnage. Certains, dont je fais partie, décidèrent de quitter l'Ordre plutôt que de commettre des actes regrettables à son service... C'est a ce moment-là qu'il a acquis une mauvaise réputation. Hélas, les "renégats" furent poursuivis par le nouvel Ordre et tous, à l'exception d'un, furent assassinés. Celui qui se déroba à ce macabre destin, vous vous en doutez, ce fut moi. Tout le monde me croyait mort. Je me suis alors choisi un autre nom, un nom que je ne prononcerai plus jamais. Mais je n'avais plus rien. J'étais totalement démuni, privé de mes possessions. C'est ainsi que j'attaquai le chapitre le plus regrettable de ma vie : je fus entraîné dans une guilde de voleurs, afin de subvenir à mes besoins. Et, bien que cela m'écorche le bec de le dire, j'étais habile et furtif à la tâche. A tel point que je fus réquisitionné pour leur mission la plus importante -et la plus dangereuse : voler un élixir d'immortalité extrêmement rare et compliqué à préparer dans l'Atelier d'Alchimie de la Cité des Mages. C'était un endroit très bien protégé, mais j'ai mené ma mission avec succès. Je devais alors rapporter la potion à mon supérieur. Il voulait l'utiliser pour parvenir à ses sombres desseins. C'est alors que j'ai pris conscience de ce que je faisais. Je ne voulais plus mal me comporter, et je sentais que mon devoir était d'empêcher l'élixir de tomber aux pattes de mon chef. Je me suis donc enfui. Mais je disposais toujours du précieux bien. J'ai d'abord songé à le détruire, mais je n'ai pu me résoudre à ruiner sur le sol tant de recherches et de travail. Mais je n'ai jamais pu trouver le courage d'aller le remettre en place. M'introduire discrètement une seconde fois aurait été bien trop risqué, et je ne voulais pas affronter le courroux des alchimistes si je leur avouais ma faute. De plus, mon chef allait bientôt se lancer à ma recherche si je ne revenais pas. Dans un ultime désespoir, je n'ai trouvé d'autre solution que de boire l'élixir. Ceci explique donc ma pérennité. Cependant, l'histoire n'est pas finie. Conscient de ma trahison envers la guilde de voleurs, j'ai du rester caché. C'est ainsi que j'ai changé de nom. D'Urrok, puis de l'autre nom, je suis passé à Ysùl. Ce nouveau nom me protégeait, mais il me permettait aussi de prendre un nouveau départ et d'oublier mon passé. J'étais donc immortel, et traqué par mes anciens collègues qui disposaient d'un impressionnant panel d'instruments de torture... Je ne devais donc pas tomber entre leurs pattes. Ces années de dissimulation ont été les plus dures. Plusieurs fois, je crus bien que c'était ma fin. Mais finalement, quand le temps emporta mes poursuivants, je pus reprendre une vie normale, bien que difficile sous le règne écrasant du tyran. Quand celui-ci mourut, l'Ordre fut dissout, les chefs de village furent instaurés et je décrochai un travail de gardien de la bibliothèque, à la Cité des Mages. Bientôt, je fus seul à exercer ce métier. Les jeunes préfèrent les travaux plus dynamiques... Quand le chef du village rejoignit le Monde des Défunts, le conseil me désigna à sa tête. J'ai également intégré le Conseil des Mages. J'ai depuis toujours réussi à esquiver les questions concernant la longueur de ma vie... Jusqu'à me retrouver ici, à vous conter mon histoire."

Quelle histoire ! Un élixir d'immortalité... J'aimerais bien savoir comment c'est fabriqué ! Mais au fait...

"Alors... Doit-on t'appeler Ysùl ou Urrok ?

-Continuez de m'appeler Ysùl. Ce n'est pas pour rien que j'ai changé de nom, hein !"

Nous repartîmes enfin pour la Cité des Mages, trois Pokémon songeurs suivant Ysùl, qui avait d'ores et déjà décrété d'un lieu pour dormir. Nous pûmes acheter de quoi subvenir dans les échoppes de la ville tandis que l'archéduc partait chercher sa fameuse carte, avant de partir vers l'Est, sur une route que je n'avais jamais empruntée.

Ce fut finalement en pleine nuit que nous arrivâmes à l'endroit désigné par Ysùl ! Je ne pus voir exactement à quoi il ressemblait à cause de l'obscurité. Tant pis ! Je verrai bien demain ! Après un bref repas, nous nous endormîmes après avoir discuté un peu. Mais j'étais ailleurs. Je ne pouvais m'empêcher de penser à l'histoire qu'avait racontée l'archéduc... Et à l'existence d'élixirs aussi précieux que celui d'immortalité ! Dire que pour moi, avant, "Élixir" ne se rapportait qu'à une restauration de l'essence de nos capacités... Et j'ai du mal à me représenter l'immortalité. Comme tout le monde, je finis cependant par m'endormir.

------------

Tuhgval fut réveillé par une sensation étrange. Il se redressa, à l'affut. Aucun bruit ne résonnait aux alentours, pas même la respiration de ses camarades qui semblaient figés. Le silence présageait du calme le plus sécurisant, mais il s'inquiétait. Tout était trop calme. Le temps semblait comme arrêté, et il eut une étrange sensation de vertige. Afin de la dissiper, il leva les yeux au ciel. Celui-ci était constellé d'astres, brillant comme autant de diamants, pareils à ceux du royaume dont il entendait la légende petit. Mais quelques chose l'intrigua. Une des étoiles semblait briller beaucoup plus fort que les autres. Il lui sembla même que le paysage céleste était légèrement distordu autour du point lumineux. Mais sans doute était-ce lié à son vertige. Afin de ne pas être ébloui, il détourna le regard et se rallongea. Les pensées du golgopathe le portèrent immédiatement vers l'analyse de ce qu'il venait de voir. Il savait qu'il s'inquiétait pour rien. Mais ce silence, ces vertiges... Peut-être était-il tout simplement en train de tomber malade ? Il eut beau réfléchir, aucune pensée rassurante ne traversa son esprit. Le sommeil finit par gagner à nouveau son esprit lourd de questions sans réponse.

------------

Lorsque je me réveillai, je sentis tout de suite une brise froide agiter ma crinière. Il semblait avoir neigé, cette nuit, car nos empruntes n'étaient plus visibles sur le sol. Heureusement que nous étions protégés sous nos arbres, nous aurions été ensevelis... Alors que les autres dormaient toujours, je balayai le paysage du regard. Il s'agissait d'une étendue d'herbe recouverte de neige, parsemée de bosquets d'arbres comme celui qui nous abritait. Au loin, je remarquai une sorte de pilier, de tour. Bien entendu, la construction attisa immédiatement ma curiosité. Je décidai d'aller la voir en attendant les autres. Je fus donc aujourd'hui la première à marquer le sol de mes empreintes, traces éphémères de mon passage en ces lieux.
Et bien, cette tour est beaucoup plus grande vue de près ! Elle doit bien faire plus de deux fois ma taille ! Elle était faite de briques grises à l'apparence inébranlable, possédait quatre faces et son sommet plat était recouvert d'une couche de neige assez épaisse. Mais je ne crois pas qu'il s'agisse d'une tour. En la contournant, je constatai qu'il n'existait aucun moyen d'y pénétrer. Dommage... Je pense donc plutôt qu'il s'agit d'un monument dédié à quelque célébration... Sûrement par un peuple ancestral ! Mais quoi, qui, pourquoi ?

"Alors, Eluhn ? Cette construction t'intrigue ?"

Je sursautai. Ysùl était arrivé silencieusement derrière moi. Je notai tout de suite son air légèrement soucieux.

"Oui, je n'en ai jamais vu de pareille. A quoi sert-elle ?

-Et bien... La vérité est qu'elle m'intrigue tout autant que toi, Eluhn. Car hier même, cette tour ne se trouvait pas ici.

-Quoi ?

-Tu m'as bien entendu, Eluhn.

-Il faisait nuit, hier, objectai-je. Il était tout à fait normal de ne pas la voir.

-Tu remets en cause ma vison nocturne ? Tu oublies que je suis un rapace spectral, un chasseur de la nuit. Je n'ai aucune difficulté à me repérer dans le noir, de plus je connais bien l'endroit, et tout ce que je peux dire est qu'il n'y a jamais eu de tour de ce genre dans les environs."

Ce n'est donc pas une construction antique comme je me l'étais imaginée ? Dommage. Mais le mystère s'épaissit. Ce genre de construction n'apparaît pas au beau milieu de la nuit ! Cela m'intrigue...et me passionne.

"Bien, rentrons au campement. Et n'en parle à personne ! Je veux résoudre le mystère par moi même, finalement. Tu n'as rien entendu !"

Sur cette recommandation qui enflamma davantage mon envie d'en savoir plus, nous retournâmes au campement.
Comme d'habitude, le petit déjeuner se constitua de baies. Il fut rapide car il nous fallait vite repartir ! Nous reprîmes très bientôt notre route, mais LA question ne tarda pas à être posée.

"Ysùl ? demande Tuhgval. Que représente ce pillier de pierre, là bas ?

-Ah, ca... Il me semble qu'il était utilisé pour les rites religieux d'un peuple aujourd'hui éteint, mentit l'archéduc. Malheureusement, je n'en sais pas plus."

Nous continuâmes notre chemin sur cette route plutôt sympathique. Cependant, Tuhgval me semblait complètement ailleurs.

"Tuhgval ? Il y a quelque chose qui ne va pas ?"

Le golgopathe me fit alors part d'une étrange sensation de vertige, d'un temps semblant s'arrêter et d'une étoile plus brillante que les autres.

"Hmm... J'espère que tu n'es pas tombé malade. Tu ne ressens plus rien, là ?"

Il répondit par la négative.

"Tant mieux, je pense que c'était juste passager. Peut-être cette sensation de calme venait de là... Et l'étoile, je pense que... Je n'ai pas d'idée, en fait, mais cela m'intéresse. J'essaierai de la voir, la nuit prochaine..."

La conversation continua jusqu'à l'heure de faire une pause. L'endroit fut choisi par Ysùl, qui cria soudainement "pause !" en plein milieu d'un sentier... Moi qui croyais qu'il voulait faire la pause plus tard... Je compris cependant en voyant, au détour du chemin, un autre pilier à quatre faces, semblable en tout point à celui de ce matin ! Ysùl voulait l'étudier ! Il me lança d'ailleurs un regard lourd de sens. Essayons de s'y intéresser discrètement...
Valtheod s'approcha de cette étrangeté, entreprenant d'en faire le tour. Après l'avoir scrutée, Ysùl s'en détourna, l'esprit manifestement en ébullition. Quant à moi, je feignais d'être concentrée sur le repos de mes pattes.
Après avoir fait le tour de la tour (aha), Valtheod revint vers nous.
"Je me demande ce que c'est. J'aimerais bien connaître son histoire."

S'il savait...

Je continuai d'observer le monument derrière son épaule. Il me sembla apercevoir une légère lumière bleutée émaner des quatre coins, plus travaillés que les faces. Hé ! Qui s'amuse à me droguer aux Hallucigraines, ces derniers temps ? Cependant, une autre vision m'indiqua que le doute n'était plus permis.

"Valtheod ! Attention ! La tour, derrière toi... Elle a bougé !"
Par ces runes mystiques, vous m'avez invoqué pour être votre protecteur...
Bien, laissez-moi donc, par la voie des airs
Guidé par le cours de ce chemin millénaire
Me déchaîner contre vos envahisseurs

Avatar de l’utilisateur
solana5047
Messages : 735
Inscription : mar. 15 août 2017, 15:49
Localisation : Sous ton lit ... hoopa ...
Contact :

Re: [Fanfic] Le Secret des cinq Orbes

Message par solana5047 » sam. 23 déc. 2017, 19:26

je pense savoir quel sont ces "tours" mouvantes :p
super chapitre , je ne suis pas douée donc je ne sais pas faire d'appréciation bien construite ^^'
Je suis de retour sous vos lits
Pour le meilleure et pour le pires
Qui sait ce que je vous ferais
Alors que vous dormirez tranquillement
Je suis un démon informatique

Avatar de l’utilisateur
-Arcegea-
Lame de la Justice
Messages : 503
Inscription : mar. 25 oct. 2016, 13:45
Localisation : Ruines de l'Aube
Contact :

Re: [Fanfic] Le Secret des cinq Orbes

Message par -Arcegea- » sam. 23 déc. 2017, 21:40

solana5047 a écrit :
sam. 23 déc. 2017, 19:26
je pense savoir quel sont ces "tours" mouvantes :p
Mystherbe et boule de gomme ! :D

Et merci pour ton commentaire, même non construit ça fait toujours plaisir^^
Par ces runes mystiques, vous m'avez invoqué pour être votre protecteur...
Bien, laissez-moi donc, par la voie des airs
Guidé par le cours de ce chemin millénaire
Me déchaîner contre vos envahisseurs

Avatar de l’utilisateur
-Arcegea-
Lame de la Justice
Messages : 503
Inscription : mar. 25 oct. 2016, 13:45
Localisation : Ruines de l'Aube
Contact :

Re: [Fanfic] Le Secret des cinq Orbes

Message par -Arcegea- » mar. 13 févr. 2018, 17:11

Chapitre 29 : Une créature d'un autre monde
Non, je ne rêvais pas ! Je jure avoir vu cette tour bouger. Cependant, je n'étais pas au bout de mes surprises ! La lumière bleue s'intensifia, et les quatre coins de la tour coulissèrent pour laisser place à des piliers sur lesquels l'étrangeté se dressa. Elle nous domina bientôt d'une stature colossale, menaçante.
Mais le plus étonnant restait à venir : certaines briques de l'imposante façade coulissèrent pour laisser place à...des yeux. Oui, je dis bien des yeux, qui étincelaient de cette singulière lumière bleutée ! Et le comble de l'inattendu se produisit enfin :

"Où... être...moi ?"

Aaaaaah ! Une tour qui bouge et qui parle ! Tout cela est décidément bien anormal. Serais-je en train de rêver ? Il avait parlé d'une voix rocailleuse, un peu surnaturelle aussi, comme s'il s'exprimait à travers nos esprits.

"Holà ! Qui êtes-vous ?" demanda Ysùl

"Comment... moi... ici ?" répéta la créature.

Je tentai une approche.

"Écoutez. Si vous ne nous dites pas qui vous êtes, nous n'aurons aucune chance de vous éclairer. Je n'ai jamais vu une créature dans votre genre !"

Un faible grondement émana de la bête. Je reculai.

"Monde ailleurs. Brèche." dit-il enfin.

La communication allait être plutôt difficile. Je l'encourageai à continuer.

"Grande ville noire. Pas comme ici. Défendre ville noire.

-Votre ville coure-t-elle un danger ? s'enquit l'archéduc.

-Moi défenseur cité. Ville en paix. Retrouver ville maintenant."

Il s'ébranla, sans doute dans le but de mettre ses paroles à exécution. Mais il trembla et ses drôles de pattes s'affaissèrent. Il redevint une tour. Ses yeux étaient toujours présents, mais la lueur avait faibli.

"Ama-Ama trop faible... Retrouver impossible..."

Ama... Ama ? Était-ce son nom ? Quoi qu'il en soit, il avait l'air affaibli, il faut lui venir en aide ! Peut-être une baie fera-t-elle du bien à une telle créature ? Je fis l'essai de lui tendre une baie Oran.

"Tenez, vous irez mieux avec ça."

Et si son organisme, s'il en avait un, réagissait différemment à la baie ? Et si elle l'empoisonnait ? Encore une fois, je crois que j'ai agi trop vite...

"Ama-Ama bien..."

Il s'approcha prudemment du fruit, le scrutant d'un de ses yeux. Soudain, un autre œil apparut, et il mangea la baie par celui-ci, la brique s'écartant et coulissant comme une mâchoire. Quelle drôle de créature... C'est bien la première fois que je vois quelqu'un manger avec ses yeux.

Je le scrutai avec inquiétude, afin de voir comment il allait réagir. À mon grand soulagement, la lumière bleue sembla se raviver, et la bête émit un grognement de satisfaction.

"Bon... Aime.

"Baie Oran, dis-je.

-Baie Oran... Bon. Ama-Ama partir maintenant."

Il se redressa et se mit en mouvement, quand une sorte de révélation éclata soudainement à mon esprit.

"Attendez ! Tuhgval ! lançai-je en me tournant vers mon partenaire. La nuit dernière, enfin, cette nuit-là... Tu m’as bien dit avoir vu le ciel se distordre, non ? Un peu comme si une brèche allait s'ouvrir ?"

Le golgopathe acquiesça.

"Tu penses donc que ce que j'ai vu... La créature... Enfin... "Ama-Ama"... Tu penses qu'une brèche s'est ouverte et qu'elle en est sortie, s'égarant dans notre monde ? demanda-t-il à mi-voix.

-Une minute, intervint Ysùl. De quoi parlez-vous ?"

Tuhgval détailla à l'archéduc et à Valtheod ce qu'il avait vu.

"Brèche. Ouverte il y a peu, quand régnait Lunala." réagit "Ama-Ama", qui était resté en suspens après ma soudaine illumination.

"Le règne de Lunala ? demandai-je

-Peut-être évoque-t-il la nuit, s'enquit le scalproie.

Règne de Lunala. Sombre. Lune. Étoiles.

-Je pense que c'est bien ça..."

Ysùl alla se planter devant le colosse de pierre :

"Écoutez. Peut-être tenons-nous une piste quant à votre présence dans ce monde. Que diriez-vous de nous accompagner ? Nous pourrions en apprendre plus."

La bête sembla acquiescer.

"Bien. Mettons-nous en route sans plus tarder."

Cependant, alors que le rapace nocturne prenait la tête du cortège, Tuhgval se dirigea vers lui.

"Ysùl... Est-ce bien sage ? Nous ne savons rien de lui, ni du monde duquel il vient. De plus, notre mission est importante et peut-être dangereuse, et...

-Tuhgval... Tu es un secouriste, non ? Ton objectif n'est-il pas d'aider les Pokémon blessés ou égarés ?

-Si mais...

-Pas de mais qui tienne ! Je comprends ta méfiance, mais nous devons aider cette créature."

Eh bien, j'espère que Tuhgval comprendra vite ! Mais au fait... Je sais que ça n'a aucun rapport, mais...

"Valtheod ? J'aurais quelque chose à te demander... "

Je lui narrai ma rencontre avec les deux exagide dans le passé, qui m'était soudainement venue à l'esprit. Il eut l'air bien surpris !

"Les deux mêmes, dans une forteresse maudite ? Ils semblaient moins vétustes, mais dégageaient une aura étrange ? ... Non, je ne vois pas ce que cela pourrait être. Les exagide ne m'ont que très peu parlé de leur passé. Mais peut-être cette aura a-t-elle un lien avec leur longévité ?"

Hmm... Cela ne m'avance pas vraiment... Il faudrait que j'essaie de glaner des informations la prochaine fois que je les verrai...
Nous continuâmes notre chemin, suivis par la tour sur pattes dont la progression était plutôt lente. Tout était calme comme si nous vivions dans le meilleur des mondes, enfin jusqu'à ce que retentisse un cri. Notre groupe se figea aussitôt.

"Vous avez entendu ?

-Qu'était-ce donc ? demanda Tuhgval, aussitôt dit la défensive.

-Ça venait de là-bas ! m'exclamai-je en désignant un fourré vers lequel je me dirigeai.

-Soit prudente... et discrète, Eluhn !" lança Ysùl.

Je fourrai la tête dans le buisson, m'enduisant au passage de neige bien froide. Cependant, ce que je vis me glaça bien plus.
Un groupe de Pokémon aux foulards rouge sang se dressaient au milieu d'un chemin situé en contrebas. Ils dirigeaient leurs foudres sur un gallame que je reconnus aussitôt, semblant en avoir après une pierre qu'il portait autour du cou.
Je retirai précipitamment ma tête de la végétation, horrifiée.

"Un Pokémon est en train de se faire attaquer un petit groupe de sbires l'armée ! Il faut aller l'aider !" dis-je à mi-voix

Puis je rajoutai, à l'intention de Tuhgval :

"C'est le gallame qu'on avait vu à Bourg-Verdure !"

Nous nous précipitâmes d'un commun accord pour venir en aide au gallame. Personne ne mérite de se faire lâchement attaquer de la sorte.

"Faites attention ! lança Ysùl. On déboule dans trois...deux...un..."

Et en un instant, nous fûmes sur les sbires, causant une visible déroute. Je m'empressai d'utiliser Lance-Flammes, avant de me remémorer les paroles de Rielvan quand nous affrontions les exagide du passé... Il fallait attaquer pour de vrai, la situation était critique ! Du coin de l'œil, je vis Ysùl se percher sur une branche d'arbre et se mettre à décocher ses plumes-flèches, comme il l'avait fait face au siderella dans la bibliothèque. Bien qu'il les enchaînait de manière rapide, il touchait à chaque fois un adversaire avec précision. Lui aussi, il semblait frapper primitivement. Je voyais du sang suinter des plaies causées par ce déluge de plumes. "Ama-Ama", lui, semblait faire des ravages en frappant de ses étranges pattes, qui fauchaient les adversaires comme des brins de paille. Cependant, son défaut était d'être très lent, ce qui laissait aux sbires le temps de se rapprocher suffisamment et d'attaquer. Heureusement, il semblait très bien encaisser les attaques. Serait-ce la capacité Mur de Fer personnifiée ?
Avisant un bazoucan au bec coloré et au foulard malsain, je puisai en moi le plus d'énergie nécessaire, allant au-delà de la simple capacité utilisée en entraînement. Je sentis mes entrailles brûler, et un puissant jet de flammes envahit l'adversaire. Lorsqu'il fut dissipé, il ne restait du sbire qu'un tas de cendres et d'os carbonisés... Un sentiment désagréable m'envahit aussitôt, mais je me ressaisis en entendant une clameur.

"Nous aussi, nous avons du renfort !" beugla un sbire dans la mêlée.

En effet, un important nombre d'individus déferla sur nous, renversant en un instant le rapport de force. Une herbe noueuse apparut sous mes pieds et me fit trébucher, ce qui aurait pu être fatal. Heureusement, je pus me relever pour me retrouver face à un dodrio qui m'écorcha le poitrail d'un méchant coup de bec. J'entendis un cri, qui sembla étrangement émaner de Tuhgval. Arceus, fait que rien ne lui arrive ! Autour de moi résonnaient des cris, des crépitements enflammés et électriques, des claquements et crissements métalliques, des piétinements, les sifflements des flèches d'Ysùl, le jaillissement de torrents d'eau sous pression, des gémissements ! Que faire, dans une telle cacophonie ? Qu'aurait fait Rielvan dans une telle situation ?
Ce fut alors qu’un terrible grondement résonna derrière moi. Aussitôt nous fûmes tous comme enfermés dans une sorte de pièce, une pièce dont les murs étaient formés de cubes clignotants. Je me sentis d'un coup lente et engourdie... Que se passe-t-il ? Ai-je été touchée ? Suis-je en train d'halluciner, à l'article de la mort ?
Ce fut alors que des cris de panique montèrent des rangs ennemis, qui se dissipèrent à la hâte. Et pour cause : une gigantesque boule de métal roulait à leur poursuite, écrasant les plus lents d'entre eux - qui curieusement étaient les plus rapides il y a de cela quelques instants.

"Qu'est-ce que c'est que ça ?" ne pus-je m'empêcher de crier en m'écartant moi aussi précipitamment, enfin, précipitamment est un grand mot. Où est donc passée cette vitesse qui faisait ma fierté ?

La boule de métal se déplia soudainement, révélant une imposante créature de roche, entourée d'une aura effrayante, et dont les yeux flamboyaient désormais d'un rouge agressif... Était-ce donc ça, la puissance d'une créature d'un autre monde ? "Ama-Ama" repartit à l'assaut, reformant cette boule qui écrasait tout sur son passage. Cette fois-ci, il n'y eut aucune victime, car les derniers sbires fuyaient comme des lâches, nous laissant seuls sur le champ de bataille...

Prise soudain d'un profond ressentiment, je me jetai à la poursuite de l'un d'entre eux, une petite créature noire aux pics roses que j'avais vu attaquer en sortant de son corps une main faite de... d'une drôle de substance blanche... Malheureusement, la rattraper allait être difficile, elle bondissait vive telle l'éclair... Alors que, dépitée, j'allais abandonner, l'étrange pièce aux murs cubiques disparut subitement. Aussitôt, ma course s'accéléra brusquement, me rapprochant dangereusement de la créature dont me déplacement était devenu pâteux... Déstabilisée, sans que je puisse contrôler quoi que ce soit, mon sabot se posa sur le sbire... Cela aurait été bénéfique, j'aurais atteint mon but en l'écrasant si elle n'avait pas été recouverte d'une substance... très glissante... Je fis un vol plané avant de retomber sur le flanc, roulant afin de me relever. Je cherchai la chose pour mettre mon plan à exécution. Je la retrouvai plus près de moi que je ne l'aurais pensé, lorsque de son nez sortit cette fameuse main, qui s'abattit sur ma croupe avec un claquement sonore. La douleur me stimulant, je chargeai et transperçait cette chose avec ma corne. La conséquence ne se fit pas attendre. Le sbire explosa sous l'impact, m'aspergeant de cette substance répugnante, que je fus, à mes dépens, en mesure d'identifier comme étant... Ses organes... Beurk.

Ce fut ainsi que, la tête couverte de restes d'organes que secouer la tête n'avait pas réussi à enlever, je rejoignis le reste du groupe.

"Bien ! Tout est bien qui finit bien !" Lança Ysùl en fronçant tout à coup le bec.

Je me tournai soudainement vers "Ama-Ama", dont les yeux avaient repris leur teinte bleue.

"Cette attaque était vraiment dévastatrice ! Merci de votre aide ! Mais... Cette pièce étrange... C'est comme si les vitesses étaient inversées...

-Ama-Ama. Distorsion. Gyroballe." répondit-il de sa voix rauque, alors qu'Ysùl se couvrait le bec de son aile d'un air écœuré.

Mais oui, Distorsion ! J'ai déjà entendu Gorg parler de cette attaque ! Elle inverse en effet les rapports de vitesse, ce qui explique que les attaques du colosse de pierre aient été tout à coup fulgurantes...

"Gyroballe est une attaque qui est d'autant plus forte que le lanceur est lent, expliqua Ysùl, le bec toujours enfoui sous son aile. La combiner avec Distorsion est donc une alliance particulièrement redoutable."

L'attention se reporta ensuite sur le gallame, qui avait réussi à protéger son intrigante pierre. Celui-ci grommela quelque chose en hochant la tête, avant de me fixer en se bouchant les discrets trous qui lui servaient de nez.

"Toi ! s'exclama-t-il d'une voix rendue plutôt comique par ce geste. Je t'ai déjà vue ! À Bourg-Verdure ! Qu'est-ce que tu fais là ?

-Je pourrais te retourner la question ! rétorquai-je du tac au tac.

-Tiens, on dirait que vous aviez déjà fait connaissance ? s'étonna l'archéduc. Mais peu importe. Quel est ton nom ?

-Pourquoi donnerai-je mon nom à d'illustres inconnus ?"

Ysùl soupira. La réaction du gallame était exaspérante, mais dans le fond peut-être pas si insensée que ça.

"Bon, tant pis. Écoute, les sbires de l'armée peuvent revenir à tout instant. Tu vas venir avec nous, pour que nous puissions te prot...

-Quoi ? Non merci ! J'ai envie d'être seul ! Je veux m'en aller ! En plus, ça pue ici !"

Il considéra le champ de bataille, qui n'était plus qu'une bouillie de neige, de sang... et de cadavres écrasés.
Ysùl s'avança :

"Pas question ! C'est dangereux, et je ne me pardonnerais pas de laisser un jeune Pokémon dans ce genre de situation ! Tu n'y échapperas pas."

Le gallame soupira.

"Et n'essaie pas de t'enfuir, mes flèches ont une très longue portée et pourront t'immobiliser pour t'empêcher d'aller plus loin. Tu pourras partir de ton côté au prochain village."

-Hmmmpf... Et c'est à cause de ces ploucs de l'armée que je me retrouve à...

-Aucune protestation possible ! Allons-y ! Mais avant ça, Eluhn, tu vas me faire le plaisir d'aller te nettoyer la tête dans le ruisseau là-bas, parce-que les organes de concombafffe, ça sent vraiment mauvais !

-Que... Quoi ? Le ruisseau ? Je suis vraiment obligée ?"

Ysùl ne répondit pas, mais les regards insistants braqués sur moi me firent entendre raison. Je me dirigeai vers le cours d'eau en traînant les sabots, et retint longuement ma respiration... Avant de plonger ma tête dans l'eau glacée.
Que c'est désagréable ! J'ai l'impression que ma crinière veut se dissoudre ! Dire qu'il y a des Pokémon qui passent leur vie dans ce fluide...

Une fois débarrassée des restes de ce qu'Ysùl avait appelé un concombaffe, je rejoignis la troupe qui me regardait d'un air soulagé. Seule la tour vivante affichait un air égal. En parlant de lui, il nous avait bien aidés... Je ne regrette pas la décision d'Ysùl... Le gallame, après lui avoir jeté un regard intrigué, ne sembla pas se formaliser de sa présence. Peut-être le prend-il pour un Pokémon banal qu'il ne connaîtrait pas ? Ou peut-être la présence d'un être d'un autre monde lui est-elle égale... En tout cas, voilà une deuxième personne en plus dans le groupe, tout ça en une journée. Nous avons eu de la chance, car mis à part quelques entailles, personne n'avait été sérieusement blessé dans le combat.

Nous nous remîmes en marche, surveillant étroitement notre "protégé". Le chef de la Cité des Mages m'aborda cependant.

"Eluhn... Quelque chose me perturbe... Tout à l'heure, lorsque nous nous battions, je t'ai vue utiliser une attaque primitive... Or, il me semble que leur existence doit rester enfouie, afin de limiter les dégâts et les combats mortels... Où as-tu appris à te battre comme ça ?"

J'hésitai. Devais-je lui dire ? Mais Ysùl semble être quelqu'un de confiance, de plus il m'a soutenue quand j'avais évoqué mon voyage dans le passé à la guilde... C'est décidé, je lui dis.

"Hmmm, intéressant... fit-il quand j'eus fini. Cependant, je te prierai de bien vouloir limiter leurs utilisations aux situations critiques comme celle-ci. Je te fais confiance, hein ! D'autre part... Il me semble bien que les Gyroballe de notre nouveau compagnon frappaient aussi de manière primitive, à en juger par les ravages causés... Pourtant, on aurait dit des attaques tout à fait normales... Je me pencherai sur la question. En attendant, fais bien attention."

Et il reporta toute son attention sur le gallame. Cependant, ses paroles m'avaient brutalement rappelé que j'avais ôté la vie à deux Pokémon durant ce combat. Cela fit monter en moi une pointe de culpabilité, fussent-ils sbires de l'armée.
Ce fut avec ces pensées que je vis le groupe s'arrêter dans une clairière au pied d'une falaise lorsque la nuit tomba. La roche s'avançait dans le vide, ce qui en faisait un abri idéal contre le vent et les intempéries. Bientôt, un feu répandit une chaleur agréable dans le camp, et la nourriture fut sortie des sacs. Alors que nous commencions à remplir nos estomacs affamés, je remarquai que la créature d'un autre monde se tenait à l'écart et ne mangeait pas. Je me levai alors, emportant un pain aux baies alga, et me dirigeai vers la tour qui avait rentré ses pattes.

"Vous ne mangez pas ? Tenez, je vous ai amené de la nourriture..."

Il ne bougea pas.

Pensant qu'il désirait être seul pour réfléchir à son égarement dans un monde qui n'était pas le sien, je posai le pain devant lui et retournai vers le groupe, tout en l'observant du coin de l'œil. Il fixa la nourriture longtemps, avant de finalement l'engloutir, toujours par l'œil. Quant à moi, toujours affamée, je fis de même, mais de manière plus conventionnelle... Ce fut à ce moment qu'un craquement étrange résonna dans les buissons. Aussitôt, pour la deuxième fois dans la journée, tout le monde se figea, sauf le gallame qui était étendu au sol et nous tournait le dos, semblant dormir.

"Qui va-là ? lança Ysùl ?"

Je me levai une seconde fois, sur la défensive, quand une voix émana de la source des craquements.

"Eluhn ! C'est bien Eluhn ?"

Un petit farfaduvet que je connaissais bien déboula soudainement devant moi.

"Kulibil ?" m'étonnai-je, avant de voir arriver Gil'raen derrière lui.

"Tiens, Gil'raen, que faites-vous-là ? s'étonna Ysùl.

-Nous cherchions un endroit où passer la nuit, quand nous avons vu la lumière de votre feu. Quelle surprise de vous rencontrer ici ! Notre expédition fut un peu plus longue que prévu, car un village nous a offert son hospitalité après que j'eus aidé à réparer leur pont. Mais trêve de bavardages, j'ai des informations !

- Cela tombe bien, nous aussi !

-Mais avant tout... Auriez-vous aperçu des créatures... sortant de l'ordinaire ? Aujourd'hui, nous avons aperçu une drôle de créature insectoïde, rouge, très musclée, avec une sorte de longue trompe et des ailes..."

Tiens donc... Y aurait-il d'autres créatures de la brèche ?

"Créature étrange ? Fit Ysùl en tournant la tête vers la tour, qui intervint soudainement.

"Insecte rouge et musclé. Ultra-Chimère comme Ama-Ama."

Gil'raen et Kulibil se tournèrent vers lui avec surprise, mais ce fut un autre détail qui attira mon attention.

"Ultra-Chimère ? demandai-je.

-Créatures de la brèche.

-Vous êtes donc une... Ultra-Chimère ? Mais quel est votre nom ? Est-ce Ama-Ama ?

-Ama-Ama. Nom de mon espèce mien."

Son espèce... Ainsi, il y aurait bien plusieurs créatures de ce genre.

"Bien ! Reprit Ysùl. Nous allons échanger nos informations, avec Gil'raen. Vous autres, je vous conseille de dormir, tout le monde a besoin de récupérer. Nous vous ferons le rapport demain matin."

Et ce fut sur cette arrivée surprise que se termina la journée... Cependant, je ne pus trouver le sommeil, et le dialogue entre les deux chefs de village n'en était pas la cause. Les Ultra-Chimères n'avaient rien à voir là-dedans non plus. Non, ce fut un bazoucan carbonisé et un concombaffe explosé qui hantèrent mes pensées cette nuit-là.
Par ces runes mystiques, vous m'avez invoqué pour être votre protecteur...
Bien, laissez-moi donc, par la voie des airs
Guidé par le cours de ce chemin millénaire
Me déchaîner contre vos envahisseurs

Avatar de l’utilisateur
-Arcegea-
Lame de la Justice
Messages : 503
Inscription : mar. 25 oct. 2016, 13:45
Localisation : Ruines de l'Aube
Contact :

Re: [Fanfic] Le Secret des cinq Orbes

Message par -Arcegea- » jeu. 15 févr. 2018, 19:43

Suite à la cinglante déconvenue qu'a provoqué l'évaluation de ma fic sur un autre site, je vais prendre le temps de la retravailler dès le début. L'histoire restera la même, mais il risque de ne pas y avoir de nouveau chapitre avant longtemps, où du moins de manière encore moins régulière. Je m'en excuse.
Par ces runes mystiques, vous m'avez invoqué pour être votre protecteur...
Bien, laissez-moi donc, par la voie des airs
Guidé par le cours de ce chemin millénaire
Me déchaîner contre vos envahisseurs

Avatar de l’utilisateur
solana5047
Messages : 735
Inscription : mar. 15 août 2017, 15:49
Localisation : Sous ton lit ... hoopa ...
Contact :

Re: [Fanfic] Le Secret des cinq Orbes

Message par solana5047 » jeu. 15 févr. 2018, 20:13

-Arcegea- a écrit :
jeu. 15 févr. 2018, 19:43
Suite à la cinglante déconvenue qu'a provoqué l'évaluation de ma fic sur un autre site, je vais prendre le temps de la retravailler dès le début. L'histoire restera la même, mais il risque de ne pas y avoir de nouveau chapitre avant longtemps, où du moins de manière encore moins régulière. Je m'en excuse.
Que s'est-il passer ?
moi j'adorais le style ^^
Je suis de retour sous vos lits
Pour le meilleure et pour le pires
Qui sait ce que je vous ferais
Alors que vous dormirez tranquillement
Je suis un démon informatique

Avatar de l’utilisateur
Vaporeon
Messages : 482
Inscription : ven. 20 nov. 2015, 19:04

Re: [Fanfic] Le Secret des cinq Orbes

Message par Vaporeon » jeu. 15 févr. 2018, 20:19

Pour avoir lu la critique en question, je pense qu'il a été sévère. Voire un peu trop. Certes, ta fic' n'est pas parfaite, mais la notation ne doit pas trop t'influencer. Peut-être me fais-je des idées, mais tu n'as pas l'air de très bien le prendre. Si ton texte te plaît ainsi, si les personnages te plaisent ainsi, garde-le ainsi. Ne va pas tout bouleverser pour un seul avis. Cependant, si tu considères que ton devoir est d'améliorer cette fic', libre à toi. Je vais me répéter, mais il a vraiment été trop sévère. Surtout en ce qui concerne la syntaxe et l'orthographe. Même si je pense que l'usage des minuscules pour les noms des Pokémon a dû l'influencer. Peut-être y a-t-il possibilité d'en donner l'explication quelque part, ainsi que pour l'apparition des noms des personnages ? Mais bon courage pour ta réécriture, et n'oublie pas que ta fic' a quand même un bon potentiel.

"-Et vous Euphorbe, comment faites-vous pour savoir si c'est un garçon ou une fille ?
- Eh bien, mon vieux Chen, je fais semblant de leur demander une photo par Skype, et ça roule, man !
- Pas bête, cher... C'est quoi votre nom déjà ?"

Avatar de l’utilisateur
Evolimiqui
Messages : 2120
Inscription : mar. 25 avr. 2017, 15:13
Localisation : En concert de hard rock avant d'aller voir une pièce de théâtre norvégien.

Re: [Fanfic] Le Secret des cinq Orbes

Message par Evolimiqui » ven. 16 févr. 2018, 00:41

Mais... Je trouve ça terriblement dommage ! Je ne connais pas le contenu de ce retour-là, je ne peux pas me permettre de le juger sans savoir, mais j'ai l'impression qu'il a plutôt été violent. Je n'ai pas tellement décelé de défauts dans celle-ci. Je ne comprends pas...
La Saint-Valentin ? Oh, ça a l'air chouette ! De toute façon...

Je suis un grand fan de hard rock et de théâtre norvégien !

Avatar de l’utilisateur
monocram
Délégué section Pokémon et vous
Messages : 2555
Inscription : lun. 12 août 2013, 17:34
Localisation : Dans un château enseveli sous le sable du Désert des Ombres Dansantes dans le Monde des Morts.

Re: [Fanfic] Le Secret des cinq Orbes

Message par monocram » ven. 16 févr. 2018, 12:05

Evolimiqui a écrit :
ven. 16 févr. 2018, 00:41
Mais... Je trouve ça terriblement dommage ! Je ne connais pas le contenu de ce retour-là, je ne peux pas me permettre de le juger sans savoir, mais j'ai l'impression qu'il a plutôt été violent. Je n'ai pas tellement décelé de défauts dans celle-ci. Je ne comprends pas...
La jalousie résultant de la convoitise d'un grand talent amène toujours mensonge et vérité à se mêler et à former un liquide amer, empoisonné.

Tournez la langue sept fois dans votre bouche avant de parler. Ou plutôt, craquez vos doigts sept fois avant de pianoter sur le clavier.

Certes, la fic d'Arcegea n'est pas parfaite et il y a des défauts à reconnaître... Mais je pense, n'ayant pas vu la critique, que son auteur fut assez mauvais que pour ne pas être appelé un critique.
Lorsque la critique pique, elle n'est pas une critique sensée mais un assaut injustifié de ce qui aurait pu être plus beau par l'apport d'humilité, de douceur, de précision et de rigueur.

Arcegea, je t'encourage, encore et toujours, à poursuivre ta lancée artistique. Montre l'exemple. Sois douce, humble, précise, concise, rigoureuse, raisonnable, savante et sage. (Cela fait beaucoup de qualités mais on peut y arriver).
Les gens te jalouseront plus mais n'aie craintes... Tu sauras qui tu es.

Marco a parlé...
La force ne vient pas d'une capacité physique, mais d'une volonté indomptable.
Ghandi

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité