[Fic] Un lien orange comme le Pokémon rouge comme le sang

C'est ici que vous pouvez délier votre plume et raconter vos histoires.

Modérateur : Modérateurs section Pokémon et Vous

Avatar de l’utilisateur
Feuillajaguar
Messages : 357
Inscription : ven. 16 mai 2014, 19:28

[Fic] Un lien orange comme le Pokémon rouge comme le sang

Message par Feuillajaguar » lun. 20 juil. 2015, 15:23

Salut chers lecteurs !
Comme vous le voyez j'ai décidé de me relancer dans l'histoire que j'avais déjà écrite sur un topic, qui a été locké car je n'avais plus envie de continuer, et puis voilà...

J'ajoute également que le titre est temporaire, peut-être va-t-il changer. En fait, j'avais des idées qui n'étaient pas terribles donc j'ai choisi celui-ci, mais si vous aimez bien comme ça, manifestez-vous et faites-le savoir ! :D
Sinon, j'ai beaucoup avancé et j'ai longtemps cherché de quoi illustrer, donc maintenant ça va mieux.

Négociations difficiles
C'était l'histoire d'un dresseur nommé Julien.<br />
Julien était un garçon qui aimait regarder les combats de Colossinge à la télé ou les Concours
Pokémon sur sa chaîne préférée. Il pensait à son futur, et désirait être un dresseur connu et légendaire, aussi respecté que le Professeur Chen.<br />

Or, Julien n'avait que sept ans. Trois ans à attendre avant de pouvoir devenir le dresseur aimé de toutes les filles.

À ses dix ans, qui viendraient le lendemain, Julien dit à sa mère :

« - Maman, demain, je serait dresseur !

-Dresseur ? répondit sa mère en se retournant avec de gros yeux.

- J'irais chez Chen pour prendre un Pokémon !

- Enfin ! Tu sais très bien que demain, vous ferez le gâteau avec ton père, tu n'auras donc pas le temps d'aller choisir un Pokémon là-bas !

Contrarié, Julien réessaya : -S'il te plaît, Maman ! Demain, j'aurai l'âge de dresser des Pokémon !

- Julien !

- Au début, tu m'avais dit que dès que j'aurais 8 (huit) ans, je pourrais dresser des Pokémon !

- Écoute, Julien, ça suffit ! D'ailleurs, tu vas me faire le plaisir de monter tout de suite dans ta chambre
tranquillement et de prendre ton goûter !

- J'ai pas faim !

- Julien ! Monte dans ta chambre et ne parle plus ! Tu auras des Pokémon à douze ans, un point c'est tout !

- Mais... !

- Silence !

En colère, le petit garçon cria à sa mère :

- Tu verras ! Dès que j'aurais eu un Pokémon, il te brûlera, il te noyera, et il te fera connaître les forces de la nature.

- Et si il ne reste aucun des Pokémon ? Je te rappelle que le Professeur n'en a que trois !»

Le petit garçon n'écoute pas sa mère. Il claque sa porte : « 'Boum ».
Il ne perd pas espoir : « Demain, J'AURAIS '''MON''' POKÉMON !»

Soudain, il entendit une voix...
Le Pokémon Suprême
« Julien ! Julien ! »

- Hein ?! Que... Quoi ?! Qui a pa...pa...parlé ??? Je... Ne...

- C'est moi, le Pokémon suprême ! Lorsque tu iras chez Chen, choisis moi !

- Mais... Comment je vais faire pour m'échapper discrètement de cette baraque à mouches à caca pour aller chez Chen ?

- Je te guiderais ! Suis ma voix ! Quand je dirais "Vas-y", tu y vas ! "Attends", tu attends et ensuite, on sera près du labo du Professeur.

- Bon d'accord.

- Pour l'instant, dors, tu dois te reposer. Demain sera une journée longue, très très longue...

Et ces mots restèrent en écho dans les oreilles de Julien.

Longue, très très longue... Longue, très très longue... Longue, très très longue...

Et le garçon s'endormit. Demain, il aura sûrement une journée difficile...


« Drrrrrrrriiiinng ! »

- Aaaah ! La cri de la vieille sorcière qui bouffe des cochons en boue !

- Mais non, p'tit cinglé ! C'est moi, le Pokémon suprême ! C'est l'heure !

- 6h30 ! Oh nooon...

- Si ! Si tu veux être le premier à me choisir avant quelqu'un d'autre, il faut te lever tôt ! Allez p'tit paresseux, sors du lit !

Julien obéit.
Il se mit en tenue bleue turquoise et mit un bonnet blanc cassé que lui avait montré le Pokémon Suprême.

- Près ? demanda-t-il. On y va !

Et le duo se mit en route.

- Aïe ! C'est ma mère ! dit Julien.

- Que fait-elle à cette heure ?

- Sûrement une surprise... On y va ?

- Maintenant ! Fonce ! Vas-y ! Elle nous tourne le dos !

- Hein ?! Mais, euh... Et attends pousse pas...

« Boum ! »« Crac ! » Et c'est la catastrophe.

Maman se retourna brusquement.

- Chhht... Elle regarde par ici !

- Mmmh ? Tiens ? D'habitude, les souris ne viennent pas grignoter les poutres d'ici ! Bah ! Je demanderais à Bastien de mettre des anti-souris !

- Ouf ! Elle ne nous...

- Tu vas la boucler, oui ?

- Heu...

- Vas-y, maintenant !

- Mais...

- Y'a pas d'"mais" !

Et il tira le garçon par le bras.

-Aïe ! Tu m'as fait mal !

- C'est pour ton bien ! Regardes : 6h38 ! Trois minutes de perdues pour ça ! Allez, viens, on va chez Chen !

- J'arrive...

- Mais t'es complètement stupide ! Eh oh ! Le crétin cinglé ! Tu m'entends ? Si tu veux arriver à temps pour que personne ne me prenne, grouille toi, andouille !

- C'est bon, j'suis là... Elle ne nous a pas vus ?

- Mais non ! Et puis c'est du passé ! On s'en moque de ta mère, elle est pas là ! Elle est à la maison, à 25 mètres d'ici !

- OK, on y va.

Et c'est ainsi que le duo se mit en route. En route, le brouillard épais et légèrement opaque camouflait les pas de nos deux imprudents. Le matin soufflait un vent léger et frais. Les rues étaient vides.

- C'est bon, un gros bol d'air tu trouves pas ?

- Andouille ! On va se faire repérer !

- Quoi la f ? Quoi la f ? Ça fait quoi ?

- Ils risquent de comprendre que nous allons au labo et tenteraient d'arriver avant nous !

- Qui "ils" ?

- Bon, toi, ferme ta clapette à camembert pourri et tais-toi !

Et ils continuèrent à marcher tranquillement... Enfin presque ! :

« Tais-toi andouille ! »« T'es complètement vulgaire ! »« Si c'est pour vouloir toujours avoir raison, je m'en vais ! » et même « Je vais te taper dans la ... ! » faisaient partie de leur discussion si douce et si calme...

- On est arrivés ! dit alors Julien.

- Moins f...

- Quoi ?! Tu disait quoi ? Une bêtise tellement grosse que tu n'oses même pas la dire ?! Ah, je le savais !

- ...

- Allez, refais pas le mort comme tout à l'heure pour me rendre triste et me faire croire que je ne peux rien sans toi... J'connais la blague, maintenant...

- ...

- Allez, montre-toi, quoi ! Les blagues les plus courtes sont les meilleures ! Je vais me fâcher !

- Devant...

- Quoi ? T'as dit quoi ? Devant quoi ?

Il tourna la tête... Et il vit...

- Teddy ?

- Aaaah ! Un mort-vivant assoiffé de sang !

- Hein ?! Mais que...

- Aaaah ! Non, j'ai que dix ans ! Je veux pas donner mon sang ! Non, non... NOOOON !

- Mais enfin ! Calme-toi ! C'est moi, le professeur Chen ! Que fais-tu là à cette heure ?

- Pr... Pro... Professeur Chen ??

- Oui, c'est bien moi... Tu fais un tour de course pour te mettre les idées en place ?

- Eh bien,...

- Aaah ! Sacré garçon ! On peut dire que tu ne manques de rien, et surtout pas de goût, hein ? Ha, ha !

- Heu, c'est ça... C'est ça...

- Dis-donc, mon jeune ami, tu n'as pas l'air en forme... Tu as du te lever trop tôt... C'est bien de penser à son Pokémon, hein ? Mais il faut aussi penser à soi-même...

- Brrrrrrr... Ce... C'est vrai...

- Oh, oh ! Je crois que tu n'as pas bien digéré ma blague de tout à l'heure... Viens, je vais te réchauffer au laboratoire...

Le professeur emmena Julien au laboratoire. Il lui donna un verre d'eau et le couvrit d'un drap. Dehors, le vent frais et matinal continuait à souffler doucement. Julien pensa à son guide, le Pokémon Suprême.
Il inventa quelque chose pour faire éloigner le professeur.

- Oh, professeur... Je voudrait une affiche avec des dessins de Pokémon pour admirer le créatures que je vais bientôt rencontrer...

- Bien sûr, mon jeune ami ! Mais tu dois dormir au moins jusqu'à 8h30 ! Il n'est encore que 6h48 ! Sinon, tu ne pourras pas être en forme et faire les bons choix... Et oui ! Il faut savoir prendre le bon chemin au tout début, car après, il sera difficile de changer... Bon, dors maintenant... Je te réveillerais tout à l'heure comme prévu...

Et il s'en alla.

- C'est bon, le vieux ? J'espère qu'il a bien fermé la porte, je ne veux pas qu'il entende notre conversation. Eh oh ! Le Pokémon Suprême ! Viens ici !

- Pffffffff ! Quoi ?!

- Je croyais que tu dépassais le Dieu ! Où t'étais passé ?! Pourquoi tu m'as pas pas prévenu ?! T'étais où à ce moment là ?! Dans mon sac ?!?

- Désolé, j'ai été trop surpris ! J'voulais te prévenir, mais j'ai pas pu ! J'avais trop la trouille !

- C'est bon ! C'est pas parce que t'as eu la pétoche que tu vas m'abandonner comme ça pendant un moment !

- Bon... Pour l'instant, dors !

Et Julien finit par s'endormir.

...

- Julien ? ... Julieeennn !

- Ah ! Hein ?! Heu... Quoi ?!?

- Je te comprends, mon garçon ! Je sais qu'il est encore un peu tôt...

- *Il est quelle heure ??* dit Julien à moitié endormit.

- 7h12 ! Eh oui ! Mais tu sais, les gens arrivent tôt... Regardes toi-même !

Julien regarda par la fenêtre. Un petit groupe de gens ressemblant à des touristes s'approchait du laboratoire. Il devait y avoir sept-huit personnes dans ce groupe.

- Si tu veux le Pokémon que tu désires, il faut choisir avant eux ! Ils pourraient prendre celui que tu aimes !

- Mais comment faire ? paniqua le garçon.

- Une seule solution ! Vite ! Viens avec moi !

- D'accord !

-Psst !

Une petite voix souffla dans l'oreille de Julien alors que celui-ci venait à peine de commencer à marcher.

- N'oublies pas, Julien ! Choisis-moi !

- D'accord, Pokémon Suprême, d'accord.

Le professeur s'arrêta devant une porte qualifiée "Privé" par une pancarte blanche accrochée à la porte.
Il sortit une petite clé/clef et commença à la tourner dans le serrure. « Cric ! Crac ! ».
Puis il se tourna vers Julien en disant :

- Vas-y, entre ! en ouvrant la porte privée.

Le garçon y pénètra. Une grande salle blanche avec les posters de trois Pokémon que le futur dresseur trouvait minables figurait sur un mur.
Il les annalysa tous les trois : une sorte de tortue bleue avec une queue se terminant en spirale, une espèce de bestiole verte et tachée un peu plus foncé avec une fleur en bulbe sur le dos et des yeux rouges, puis un autre bête qui ressemblait à rien, orange avec un ventre jaune très clair, c'est ce qu'avait pensé Julien.

Une grande armoire contenait des livres qui contenaient des noms qu'il trouvait étranges du genre : "Roucoups", "Porygon", "Mewtwo"...

Puis juste devant eux, deux tables, une reculée au fond de la pièce avec des objets étranges également d'après Julien ressemblant à des petits ordinateurs, puis une au centre de la salle, contenant trois boules rouges et blanches, appelées par le professeur : Pokéballs.

- Ici se trouve ce que tout le monde recherche : des Pokémon ! Eh oui ! Ici, c'est bien les Pokémon le centre d'attention ! dit-il en s'approchant de la table centrale.

- Ooouuuaaaah ! C'est super-grand, ici ! dis-je à mon copain Pokémon Suprême.

- C'est vaste, hein ? Allez, maintenant, c'est le grand moment... Tu vas choisir ton partenaire.

- Ils sont dans ces machins ?

- Oui ! Dans ces Pokéballs se trouvent/cachent des Pokémon appelés Pokémon de départ ou Starters. Ce sont eux qui t'accompagneront lors de toute ton aventure.

Julien avait envie de dire :

- Assez parlé le vieillard ! en chargeant ses bras des trois Pokéballs et en disant :
-Allez, ciao, p'tit vieux et en partant avec les trois Pokémon !

Mais il n'osa pas.

- Le moment est venu de te montrer les Pokémon disponibles. Allons-y !

L'expert saisit un de ces trois objets étranges, ferma délicatement les yeux, et dit :

- Que le rigide Pokémon Plante sorte !

Puis l'action de tourner plusieurs fois à vitesse accélérée provoqua l'ouverture de la soit disant Pokéball.

Il en sortit la bestiole verte à taches que Julien avait vu sur le poster. Image

- Un Pokémon intelligent dont il faudra prendre soin toute la journée. De nature : Rigide. Alors mon garçon, tu veux Bulbizarre, le Pokémon Plante ?

- Mmmh... Je dirais que ce Bulbizarre (c'était donc le nom de cet créature étrange et très bizarre), que... Je trouve qu'il serait bien pour les enfants du genre... Fillette, petite fille à qui Bulbizarre conviendrait, je trouve...

Mais la nature rigide de Bulbizarre le rendit insensible à la remarque.

- Pokémon suivant ! lança le scientifique. Petite tortue à grande résistance, Carapuce, viens vite avec nous !

La carapace qui entourait la tortue bleue n'impressionna guerre le gamin. Image

Julien pensa alors : si aucune de ces deux grosses boules ne contient le Pokémon Suprême, alors c'est forcément celle d'après !

- Carapuce est un Pokémon facile à dresser, qui n'est pas bête et qui sait reconnaître une situation complexe. De nature : Docile. Tu veux prendre le joli Pokémon Eau, Carapuce ?

- Il conviendrait plutôt (contrairement à Bulbizarre), à je dirais des petits garçons, mais, je veux dire du genre gamin, quoi ! dit l'enfant d'un geste sérieux.

Carapuce se fâcha :

- Cara ! Capuce ! Carapuce !

- Calme-toi, Carapuce ! On te choisira la prochaine fois...

- Je crois bien que je n'ai pas le choix... dit alors Julien, le sourire aux lèvres, torse bombé en avant, sourcils séducteurs !

- Tu as raison, mon jeune ami. Attends, je vais appeler ton dernier choix, qui, je crois qu'il sera à présent ton partenaire pour toute ton aventure (pour Kanto uniquement, évidemment).
Reptile de Feu, à l'action !

Le sourire de Julien s'effaça. Son torse se relâcha et se tint timidement en arrière. Ses sourcils, au lieu de séduire 10 millions de filles, en ferait fuir 10 millions.

La bête qui ressemblait à rien sortit.

- C'est quoi cette ? demanda Julien. gros mot effacé, je le trouvais de trop...

- Pardon ? répondit le professeur en se tournant vers l'enfant entouré de honte.

- Heu... Je veux dire... Je... Je ne m'attendais pas du tout à ça, hé hé... balbutia-t-il.

- C'est mieux ! dit le professeur en le regardant d'un air extrêmement méfiant.

- Mais où est donc le Pokémon Suprême, Chen ?

- Le quoi ???

- Heu non, rien !

- Il regarda un nouvel œil méfiant sur Julien, puis se décida enfin à dire :

- Salamèche ! Un Pokémon Brave qui a du goût et qui est extrêmement rapide pour donner une alerte. Il est aussi très puissant, et ses Évolutions sont redoutables. Un Pokémon que tu ne regretteras pas. Alors, veux-tu prendre ce Pokémon Feu ? Image

- Eh bien, je dirais que Salamèche conviendrait un peu, à tout le monde... Je le choisit !

Salamèche avait fortement été contrarié pour l'insulte, mais le fait de sa nature brave lui donnait des limites pour fâcher contre quelqu'un qui le préférait.

- Fantastique ! Excellent choix ! Allez, prends-donc sa Pokéball et je t'en offre cinq autres au cas où tu voudrais capturer d'autres Pokémon.
D'ailleurs, il était temps de faire un choix, le groupe de touristes que l'on a vu est en train de me chercher dans tout mon laboratoire. Il est si vaste qu'il pourraient nous chercher pendant des heures !

- '''Te''' chercher ! Moi, ils s'en foutent de moi ! Et j'avoue : on a passé au moins 124 marches pour accéder ici !

- Ha hem ! On ne doit jamais tutoyer un professeur ! Surtout un comme moi ! Je suis le plus meilleur de tous ! Et parle correctement, mon garçon !

Puis il se tourna et me tourna le dos de sa longue robe blanche qu'il avait dû voler à un Gardevoir (Pokémon que j'ai vu dans le livre).

- Oh, mes chers visiteurs ! Désolé de vous avoir fait attendre, je me suis occupé d'une autre personne pendant que vous me cherchiez. Montez donc dans l'ascenseur, en bas, à droite.


Julien pense : Oh le ringaaard ! Il m'avait même pas dit qu'y avait un ascenseur et y m'a fait monté 124 marches pour rien (et encore !) ! Oh le nuuuuuuul !


Les visiteurs arrivèrent.

- Je suis désolé, mais je n'ai plus que deux Pokémon à vous proposer ! Oui ! Deux ! C'est peu, mais je n'en ai pas plus !

- Je suis Tim, et je viens du petit village de Plantafary à Kanto ! Je veux Bulbizarre, monsieur ! Image

- Bulbizarre ? Bon choix, Tim ! Tiens, prends aussi ça !

- Moi c'est Valéria de la VI ! Je viens du Bourg Palette mais je préfère ne pas prendre de Pokémon ici. Image

- Et où donc ?

- À la Forêt de Jade ! Je demanderai à mon amour de Tim de me donner son Bulbizarre...

- Prêter ! coupa Tim en grognant.

- De me prêter son Bulbizarre pour capturer un Chenipan ♀ !

- Moi, je suis Adelaïde François et je veux Carapuce ! Image

- Carapuce ne te conviendrais pas... Je le veux moi-même ! Image

- Voilà, merci beaucoup et à bientôt ! N'oubliez pas de prendre soin d'eux et de m'en envoyer régulièrement.

Puis, il se tourna vers Julien.

- Fiston, j'ai une mission pour toi.
Premier jour d'une courte bataille
Résumé : Julien choisit comme Pokémon de départ Salamèche, après lui avoir lancé un propos blessant. Un groupe de touristes arrive ensuite. On y fait connaissance de plusieurs dresseurs (Tim, qui prend Bulbizarre, une fillette qui prend Carapuce, Adelaïde François et Valéria de la VI qui va capturer un Chenipan femelle à la Forêt de Jade. Le professeur confie un Pokédex à chacun et après le départ des autres dresseurs, il demande un service à Julien...

-Pff... Quoi encore espèce de vieillard bon à rien ?! pensa Julien. Peut pas se taire c'lui-là ?

-J'aimerais que tu me rapportes, lors de ton voyage, un Pokémon. Mais pas n'importe lequel ; je voudrais un Rapasdepic à niveau et à bonheur élevé. Ne l'oublies pas ! Merci, allez à bientôt et bonne chance, mon garçon !

Julien s'en va sans le remercier, grommelant juste entre ses dents « C'est ça, lâche-moi les bottes ! ».
Il sort du laboratoire, un peu déçu du Salamèche. Puis il en profite pour avoir quelques informations sur lui : « Salamèche, le Pokémon Lézard. Une flamme brûle sur sa queue depuis sa naissance. Elle peut changer d'intensité et d'ardeur selon l'humeur de ce Pokémon. Si elle s'éteint, Salamèche meurt. ».

-Rien de bien intéressant, soupire le garçon avant de regarder d'autre informations sur lui :

« Salamèche est un Pokémon de type Feu. Il est le Pokémon de départ de ce type dans la région de Kanto. Il mesure 60 centimètres et pèse 8 kilos et demi. Son taux de capture est faible et vaut 45. C'est un Pokémon extrêmement rare. Le Salamèche détecté dans une Pokéball des environs connaît les attaques Griffe et Rugissement de type Normal. ».

À ce moment, Julien leva la tête et lança un regard intéressé au Pokédex : « Rugissement ? Quelle est donc cette attaque ? Serais-ce une capacité permettant de frapper l'adversaire comme un lion intimiderait ses adversaires en rugissant ? Incroyable ! Rien que le nom et cette attaque m'intéresse déjà ! ». Julien, enthousiasmé par cette idée, sautilla de joie avant de reprendre :

-Par contre, Griffe... Il marqua une pause. Oui Griffe, vraiment... C'est nul, vraiment, complètement pourri ! Quel intérêt d'une telle attaque ?! Salamèche n'a pas pas de griffes, juste des doigts qui finissent pointus ! N'importe quoi ! Franchement ! C'est en faisant des griffures aux adversaires qu'ils croient pouvoir vaincre un adversaire ?! In-u-tile ! Vraiment !

Puis il continua sa route. « Route 1 » affichait la carte. À ce moment, un bruissement soudain se fit entendre dans les herbes, avant de faire apparaître une silhouette rapide.
« Rattata » ! cria la silhouette.

-Un Rattata ! C'est quoi ce Pokémon ? lança Julien.

Il consulta le Pokédex : « Rattata » dit l'objet en affichant une image.

-Quoi ?! C'est quoi cette blague, pourquoi aucune info est donnée ?!?
Sans avoir eu de réponse à sa question, Julien ne s'attarda néanmoins pas : « Salamèche, sors et dépêches-toi ! ». « Salaaa ! » lança la salamandre.

-Rugissement ! s'empressa Julien.

-RHW !!

L'attaque Rugissement permis à Salamèche de faire baisser l'Attaque de Rattata. Mais celui-ci ne s'avouait pas vaincu pour autant...
Un mauvais début ?
Résumé : Le professeur Chen demande à Julien de lui ramener un Rpasdepic à niveau et à bonheur
élevé. Julien ne fait pas attention à lui et sort du laboratoire. Il consulte son Pokédex pour en savoir plus sur Salamèche. Il semble voir un grand intérêt sur l'attaque Rugissement mais sous-estime l'attaque Griffe. Il se rend ensuite sur la Route 1, où il engage un combat contre un Rattata sauvage...


Le Rattata sauvage utilise Griffe ! Salamèche résista sans mal puis lança Rugissement. « Vite » cria Julien. Salamèche obéit et utilisa Rugissement à pleine puissance. Le Rattata utilisa encore une fois Griffe, dont l'effet avait diminué déjà deux/2 fois. Salamèche résista encore et relança Rugissement.
Le Rattata sauvage utilisa alors Mimi-Queue sur le Pokémon Feu, et baissa sa Défense. « Tu crois que c'est avec cette attaque ridicule que tu vas m'avoir, idiot ?! cria Julien ». Aussitôt, Rattata, furieux, poussa un sifflement à en couper les tympans. Tandis que Salamèche utilisait chaque fois Rugissement sous l'ordre de Julien, Rattata, lui, alternait ses deux/2 attaques Griffe – Mimi-Queue –
Griffe – Mimi-Queue, … A la fin du combat, Rattata, surchargé par toutes les attaques Rugissement,
courut vers Salamèche épuisé et lui lança une dernière attaque Griffe qui l'acheva, malgré son affaiblissement d'Attaque. « Salaa... », poussa avec une hauteur grave Salamèche avant de tomber en pâmoison, K.O., là, juste au bord des herbes...



Aujourd'hui, matin, 9h39. Salamèche retrouve ses esprits autour de la douce braise qui caresse son visage. Il pousse un faible gémissement « Laaa... ». Puis il gigote. Il bouge. Et enfin, il plie un genou, puis l'autre, et... Il se relève ! Il se rappelle soudain des événements... Il tente de crier plus fort : « SALAMECHE !! ». Cette fois-ci, une voix se fait entendre : « AH, T'ES ENFIN RÉVEILLÉ, TOI !! ». Julien apparut, et saisit immédiatement Salamèche par le cou, le serrant comme un fou : « T'as pas vu l'heure, ou quoi ?! Pourquoi t'as perdu ton match ? Pourquoi t'as pas attaqué plus vite ? Et pourquoi tu t'es évanoui, et pourquoi aussi longtemps ? Hein ?! Ça fait deux heures que tu t'es évanoui, Salamèche, DEUX HEURES !!! ». Mais Salamèche tenta de répliquer :

-Sala ! Salamèche ! Salaaa, la mèche ! Mèche mèche mèche, mèche salamache !

-Et n'essaies pas de répliquer, je comprends rien ! Tu crois que c'est normal de faire ça à son dresseur ?! Je ne pouvais même pas prévenir ma mère, j'ai fuit de la maison pour partir en voyage ! ».

Salamèche, constatant que la situation ne s'améliorerait pas en se disputant, fit un geste doux des mains et il parla longtemps, mélangeant toutes les lettres de son nom pour former des mots. Enfin, il tendit gentiment la main à Julien en disant « Salamèche ? » et en souriant. « Si tu arrêtes tes bêtises, oui ! » répondit méchamment Julien. Salamèche soupira, puis finit par lâcher : « Sala. » en hochant affirmativement la tête. « Quoi ? » demanda Julien. Peuh ! De toute façon, j'ai autre chose à fou...

Mais il ne termina pas sa phrase. Alors que rien n'avait encore intervenu dans le discussion, une autre présence s'affirma. Une haute herbe était en train de se secouer toute seule. Un Pokémon gigotait sûrement dedans. « Hein ? fit Julien, surpris et étonné C'est quoi ce truc ? ».
Tout à coup, une ombre sauta des herbes et atterrit devant Julien et Salamèche.

-Rooouuu ! Roucool, rou !
-Un Roucool ? dit Julien informé par son Pokédex. Et alors, je sais que c'est un Roucool, mais c'est quoi sa description, idiot ?!

Il se redressa et lança à son Pokémon :

-OK, bon, Salamèche Rugissement si tu gagnes pas je te tues !
-Me sala ? » dit alors Salamèche, intimidé. Mais il essaya d'oublier cette parole et lança Rugissement à pleine puissance. Mais comme Rattata, Roucool résista et lança Charge sur le dragon enflammé. Salamèche tint sans aucun mal cette attaque comme si de rien n'était. Mais... À suivre...
La goutte qui fait déborder le vase
Résumé :Salamèche ne doit attaquer que Rugissement d'après Julien. Mais le combat contre le Rattata sauvage tourne mal, car Salamèche n'ayant utilisé qu'une attaque n'infligeant aucun dégât, Rattata parvient à le mettre K.O. . Salamèche reste évanoui deux/2 heures et quelques minutes. A son réveil, Julien le dispute à cause de sa défaite et du temps trop long où il s'est évanoui. Salamèche tente de riposter, mais constatant la tournure amère de la discussion, il tente de calmer son dresseur. C'est alors qu'un Roucool sauvage apparaît. Julien menace Salamèche de le tuer s'il ne gagne pas son match contre ce Roucool. Le combat démarre, Rugissement puis Charge.

-Rugissement, encore encore ! crie Julien. Si tu perds, je te tue, t'oublies, ou quoi ?!

Le combat se déroula sur des enchaînements sur l'attaque Rugissement pour Salamèche et de Charge pour Roucool. Mais malheureusement, Roucool n'avait subi aucun dégât et alors que Salamèche est à court de PV, Roucool marque la fin du combat en terminant son adversaire par une attaque Charge. La pauvre salamandre de feu s'écroule, s'étalant sous les yeux de son sévère dresseur...

Une heure, deux heures, … Après cinq heures dans une ambiance sombre, le pauvre petit dragon de feu, Salamèche, se retrouve à nouveau caressé par le vent frais. La salamandre, une fois de plus, avait encaissé une amère défaite. De plus qu'être K.O. sans recevoir de soins fait que le Pokémon concerné ne peut pas se réveiller rapidement et facilement. Si seulement Julien l'avait emmené dans un Centre Pokémon...

Mais à ce propos, où était passé Julien ? Était-il parti ? Où rodait-il dans les parages comme la dernière fois ? Et que faire ? Salamèche noyé dans les questions se leva discrètement et regarda aux alentours. Personne. Il changea plusieurs fois d'angle de vue. Même résultat. Julien est parti dans un autre lieu. Mais lequel ? Était-il parti à la recherche d'un dresseur à qui donner la salamandre ? Était-il parti chercher le professeur Chen pour lui raconter toute cette histoire ? Ou est-il allé dans une Boutique Pokémon lui acheter des objets de soin ? Mais cette proposition était bien trop bonne pour qu'un dresseur acariâtre comme Julien le fasse. Fallait-il partir à sa recherche ? Salamèche eu soudain une idée. Si il allait voir le professeur Chen et essayer
de lui faire comprendre qu'il était malheureux ? En lui affichant une mine triste, le professeur allait certainement avoir l'intelligence de demander « Tu as des problèmes avec Julien ? » . Aussitôt, la salamandre se frappa la main. Ça, c'était une idée !

Il se leva tout joyeux d'avoir trouvé une solution simple à ses problèmes. Tout de même, Julien est un dresseur très mauvais. On se demande si il sera accepté par la Ligue Pokémon, elle qui donne les diplômes de dresseurs ! Salamèche s'étira, s'allongea, fit des exercices de souplesse avant de partir : il fallait se recharger, se reprendre. Pour cela, rien de mieux que quelques mouvements de gymnastique !

Il était l'après-midi, et tout était très calme. Les étirements terminés, la petite salamandre orange se décida enfin à partir pour le laboratoire du professeur Chen. Mais alors qu'il s'apprêtait déjà à sortir de la Route 1, une voix qui lui était bien connue se fit entendre : « Eh, Salamèche ! ». C'était Julien. Il portait un sac, un piquet, une corde et un marteau. Salamèche se questionna aussitôt sur l'utilité de tels objets pour un simple jeune dresseur de Pokémon, et surtout sur les intentions de son dresseur. « Viens-là, et paredonneuh-moâ, Salamèche ! Je suis désoeulé ! ». Mais la salamandre resta sur ses gardes. Les excuses de Julien était plutôt étranges. « Je ne le ferai plus jamais mon Salamèchou chéri, tu sais pourquoi ? dit Julien en serrant fort son Salamèche contre lui. Hein, tu sais ? ». Aussitôt, il saisit le cou du Pokémon et l'enferma dans le sac en l'écrasant bien au fond. « Salaa ! cria le pauvre dragon.

-Pass'que si je t'abandonnes je ne pourrai plus te taper ! Hin hin ! ».

Le sac en main, il traversa les arbres sur les côtés de la route, transportant avec lui un sac très agité.
Il marcha longtemps, jusqu'à trouver un endroit isolé et boueux. Aucun Pokémon ne vivait où ne passait jamais dans ces endroits là. Il prit Salamèche, lui attacha la corde au cou et planta le piquet au sol. « Voilà, dit-il. On se revoit dans trois millions d'années au paradis, haha ! ». Et il partit, laissant Salamèche seul, abandonné au beau milieu d'une forêt interdite...
À suivre...
Sauvetage de dernière minute ! Courage Marc !
Résumé : Salamèche perd une fois de plus un combat sauvage. Il s'évanouit beaucoup plus longtemps que la première fois. Il découvre ensuite que Julien n'est pas là. Salamèche veut profiter de l'occasion pour aller voir le professeur Chen et essayer de lui faire comprendre qu'il n'est pas heureux avec son dresseur. Alors qu'il fait des étirements avant de partir, Julien apparaît avec du matériel douteux, bafouillant quelques excuses étranges près lui. Mais il l'enferme en fait dans son sac pour l'abandonner dans un endroit interdit, boueux et surtout très isolé, sans aucun Pokémon...

Salamèche passa des jours dans cet endroit isolé, sans nourriture ni eau... Sa seule boisson était une dégoûtante flaque de boue qui n'était pas très éloignée. La corde de Salamèche était très serrée, l'empêchant d'aller à trois mètres aux alentours. Au bout d'une semaine passée dans cette ambiance, la flamme de Salamèche s'éteignit pour devenir un reste de fumée. Salamèche, évanoui, ne pouvait plus plier son genou ni faire quoi que ce soit. Pourtant, loin de là, sur la Route 1, un jeune dresseur nommé Marc et âgé de 11 ans vient de démarrer son aventure. Il n'a malheureusement aucun Pokémon de départ, puisque le professeur les as tous donnés. Marc était une personne serviable, généreuse et très intéressée par le monde des Pokémon. Alors qu'il entra dans la Route 1, il découvrit aussitôt les empreintes de pas dans la direction de la forêt interdite. C'était en réalité un endroit protégé pour préserver la terre qui y était présente. Elle alimentait les arbres à baies de toute la région. Il existait beaucoup d'endroits protégés ainsi.

-Tiens, dit Marc L'accès à cette forêt n'est pas autorisée, à ce que je sache. Quelqu'un y serait-il entré inconsciemment, ou parce qu'il n'est pas respectueux envers les règles ? Je vais aller voir.

Le jeune dresseur entra et marcha. Longtemps. Jusqu'à ce qu'il arrive à un endroit boueux, sans une seule goutte d'eau propre. C'est alors qu'il vit... Salamèche ! Le pauvre animal était étalé sur le sol, inconscient. « Ça alors, mais il est attaché ! remarqua Marc. Quel est donc l'imbécile qui a bien pu lui faire ça ?! Alors là, non ! Je n'accepterai pas qu'un Pokémon soit relâché comme ça ! » Aussitôt, il prit le petit poteau entre les mains et le tira de toutes ses forces. Salamèche se réveilla, incapable de bouger. Enfin, Marc tira d'un coup sec et le poteau partit. Il prit immédiatement le Pokémon affamé sans s'occuper de retirer la corde qu'il avait autour du cou. Il courut longtemps avant de voir le bout. Sorti de cette forêt, il s'empressa de courir maintenant jusqu'au laboratoire. Salamèche se tortilla faiblement. « Ne t'en fais pas, mon grand, je vais te sauver ! dit Marc, déterminé, tiens bon ! ». Il arriva la langue plus que pendante au laboratoire. Là, il cogna comme un fou  :

-Professeur ! Ouvrez ! C'est une urgence !

Le professeur arriva en courant et ouvrit la porte devant Marc qui n'a pas manqué de lui donner maladroitement un coup de poing, croyant que la porte était toujours là !

-Oh, professeur ! Pardon, je... dit Marc. Je ne savais pas que la porte allait s'ouvrir à ce moment là, hum ! Héhé...

-Fais quand même attention ! grogna Chen. Tu as failli me blesser ! Bon, alors, quel est ton problème ?

C'est lui ! répondit Marc. Je l'ai trouvé au fond de la forêt interdite, sauvez-le !

Il lui tendit le Pokémon immobile, dn,t les bras pendaient dans le vide. Il était presque mort. Il arriva à tenir à un fil grâce à quelques petites miettes que Marc avait déposé dans sa poche en démarrant son aventure.
Le professeur s'empressa de lui donner à boire et à manger et de le nettoyer. Après avoir avalé de nombreux fruits et quelques baies et avoir bu une eau fraîche pour les Pokémon, Marc raconta ce qui s'était passé, car il ne voulait pas que le professeur ne pense qu'il se baladait dans la forêt interdite pour rien. « Mais ce Salamèche, dit Chen. C'est celui que j'ai donné... À Julien ! ». Et il se stoppa net, fixant Marc dans les yeux...
À suivre...
Voilà voilà, c'est tout pour aujourd'hui, j'ai changé des détails et désolé si vous n'avez pas aimé que je mette plein d'épisodes en tas d'un coup comme ça (parce que six épisodes d'un coup, quatre nouveaux, c'est peut-être un peu dur pour certains... J'ai corrigé les très rares fautes d'orthographe.

Aussi pour les illustrations, ça arrive très bientôt ! Là je n'ai pas eu d'image de Salamèche blessé ou autre mais dès le prochain épisode, ça paraîtra ! J'ai aussi enlevé des petits mots trop familiers (pas grossiers parce qu'il y avait des censures) mais familiers.

Avatar de l’utilisateur
Orlandil
Messages : 545
Inscription : mar. 14 juil. 2015, 18:41

Re: [Fic] Un lien orange comme le Pokémon rouge comme le sang

Message par Orlandil » mar. 04 août 2015, 11:59

Bon début. J'ai hâte de la suite
"Un jour, je serais Maître Dracaufeu en plus de Maître Brasegali de ce forum,"mais sans connaître la stratégie, je ne sais pas le devenir.

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités