Une grande famille

C'est ici que vous pouvez délier votre plume et raconter vos histoires.

Modérateur : Modérateurs section Pokémon et Vous

Méga-Z
Messages : 18
Inscription : lun. 05 mars 2018, 21:50

Une grande famille

Message par Méga-Z » lun. 14 oct. 2019, 12:28

C’était une soirée paisible au bord de la plage sous un soleil couchant. On pourrait penser que tout irait pour le mieux et que le quotidien suit son cours. Sauf que cette soirée n’est pas à son habitude quotidienne. Comment se déroule la soirée dans la maison du professeur Euphorbe ? Il semblerait que les deux hôtes de Sacha, les professeurs Euphorbe et Pimprenelle, constatent que quelque chose ne va pas. En effet, les deux professeurs sont au bord de la maison, à regarder la plage et le coucher de soleil. Et sur la plage, se trouve Sacha, qui semble triste et seul. Il semble également pensif, une Poké-ball à la main et donne l’impression de regarder dans le vide. Même la présence chaleureuse de ses Pokémon ne semblent pas lui redonner le sourire. Il a l’air totalement dépressif, cela inquiète les deux professeurs.
- Il n’a vraiment pas l’air d’aller, constate le professeur Euphorbe.
- Oui, on dirait, répond le professeur Pimprenelle. Je me demande ce qu’il a.
- Moi aussi.
- L’un de nous devrait lui parler, suggère le professeur Pimprenelle.
- Oui, je suppose. Mais qu’est-ce qu’on pourrait lui dire, demande le professeur Euphorbe ?
- Ecoute, mon chéri, je suggère que ce soit toi qui ailles lui parler.
- Pourquoi, mon amour ?
- Et bien, disons que… je sais que toi et lui, vous êtes tous les deux très proches et très complices. Vous êtes comme deux frères et vous vous connaissez depuis bien plus longtemps que moi. Je sais qu’il arrivera plus à se confier à toi.
Le professeur Euphorbe considère la question. Mais pour toute réponse, il répondit :
- Je suis très touché par ce que tu viens de dire, mon amour. Mais je pense aussi que le peu de temps où tu es venu dans notre vie, Sacha t’aime aussi comme une grande sœur amusante et attentive. Aussi, c’est pour cela que je suggère que nous y allons tous les deux. Ce sera une occasion de nous réunir tous les trois devant un beau spectacle naturel et de discuter.
Le professeur Pimprenelle semble surprise par cette offre.
-Tu… Tu crois, demande-t-elle ?
- J’en suis certain.
- Et bien… Je pense que tu as raison. Dans ce cas, allons-y tout les deux, main dans la main.
Et c’est ainsi que, tous les deux, main dans la main, ils se dirigèrent vers celui qu’ils considèrent comme leur enfant et qu’ils doivent réconforter. Arrivés sur la plage, aux côtés de Sacha, chacun s’assit près de lui, scrutant les merveilles de la nature d’Alola, dont ce coucher de Soleil magnifique.
- La nature fait des merveilles, n’est ce pas, commença le professeur Euphorbe ?
- Oui, répondirent ensemble Sacha et le professeur Pimprenelle.
- Dire qu’on aurait pu ne plus connaître ça, si les ténèbres avaient englouti cette magnifique région d’Alola, l’une des plus belles merveilles à mes yeux. Je ferai tout pour la défendre. Qu’en penses-tu, ma chérie ?
- Je penses que tu as raison, mon amour. Je ne me vois pas vivre sans cette magnifique beauté. Et toi, Sacha ?
- Oui, je suppose que vous avez raison, répond t’il d’un air triste.
Les professeurs voient bien que cela ne remonte pas le moral du garçon. L’heure est venue de passer aux aveux.
- Qu’y a-t-il, Sacha, demande le professeur Euphorbe ?
- Rien, professeur, ne vous inquiétez pas, répond Sacha.
- Sacha, ça fait des mois que tu vis avec nous sous notre toit, et pourtant, nous commençons à te connaître comme si tu as toujours vécu dans notre vie. Ce qui veut donc dire que quand tu as un problème, nous le savons, et que ça nous concerne puisque nous avons la responsabilité de ton bien-être.
- Donc, si tu as un problème, ajoute le professeur Pimprenelle, nous sommes là pour toi, quoi qu’il arrive, il ne faut pas hésiter à nous en parler, même si nous sommes des vieux adultes ennuyeux.
- Vous n’êtes pas des adultes ennuyeux, répond aussitôt Sacha, bien au contraire. Vous faîtes déjà tellement pour moi que je n’ai pas envie de vous ennuyer davantage de mes problèmes.
- Sacha, s’interpose le professeur Euphorbe, ne sois pas ridicule. Quand on est unis, il est normal de se partager nos petits problèmes, et ça ne nous ennuiera jamais.
- Je suis certaine, dit le professeur Pimprenelle, qu’à notre place, tu ferais la même chose pour nous si nous avons quelque chose. Et tu nous l’as bien montré quand nous étions complétement fatigués et pas en état de bouger. Il est vrai qu’en plus ce n’est pas souvent que mon mari boutonne sa blouse en enfilant en plus un short en dessous.
Le professeur Euphorbe en rit a ce souvenir et constate bien qu’on lui fait souvent des remarques sur sa tenue vestimentaire, mais pour lui, ça ne l’embête pas le moins du monde, cela fait partie de son mode de vie et tout ceux qui le côtoient finissent par l’accepter.
Sacha regarda alors alternativement ses deux hôtes et finit par constater qu’il est inutile de leur cacher quoi que ce soit et qu’en toute circonstance, il peut leur confier tout sans que cela les dérange, et cela le touche et le rassure. Il finit donc par se résigner :
- Votre attention me touche énormément, je vous en remercie. C’est juste que… Je me sens une nouvelle fois abandonné.
Les professeurs Euphorbe et Pimprenelle n’en reviennent pas d’entendre un tel aveu.
- Comment peux-tu dire une chose une chose pareille, s’offusqua le professeur Euphorbe ?
- C’est vrai ça, s’interpose le professeur Pimprenelle, tu es le garçon le plus gentil et le plus entouré du monde, et nous deux faisons tous pour te donner toute notre attention et à veiller ton bien-être. Et tu oses dire que tu es abandonné ? On est un peu déçu.
Sacha regarda ses deux professeurs une nouvelle fois alternativement, visiblement confus et gêné, sent qu’il doit se justifier :
- Je suis désolé, ce n’est pas contre vous, c’est d’ailleurs pour cela que j’hésitais à en parler.
- Mais alors, qu’est-ce qu’il y a ?
- C’est notre dernière aventure avec Vémini. Il va terriblement me manquer. Mais je sais qu’il va retrouver sa famille. Bon, je sais que ce n’est pas la première fois que je laisse un ami partir pour son bonheur, mais ça me fait toujours du mal de dire au revoir. Et plus que ça, c’est l’idée même que quand j’ai vu Vémini retrouver sa famille, ça me rappelle…mon père.
Les deux professeurs sentent que la tension monte. Sacha n’a jamais parlé de son père auparavant, mais de toute évidence, ils savaient que c’était un sujet difficile à aborder pour lui. Ils vont peut-être savoir ce qu’il lui est arrivé.
- Mon père… Cet homme n’a jamais existé dans ma vie. Chaque fois que je pense à lui, je me sens comme blessé et en colère. Il est presqu’aveugle tellement il ne me voit pas car à vrai dire, il est parti dès ma naissance. Et il n’est jamais revenu à la maison. Maman a fait tous les sacrifices du monde pour m’élever avec autant d’amour, et ça, je ne l’oublierai jamais. Et elle m’autorise malgré elle à réaliser mon rêve. Mais mon père… Il est inexistant et je lui en veux terriblement de nous avoir abandonné, maman et moi, pour poursuivre son voyage sans donner de nouvelles. Chaque fois que je dois dire au revoir à un ami, je dois le vivre comme un abandon de mon père, bien que je sache que c’est très différent puisque ce sont mes amis, mais c’est quand même difficile. Et c’est pour cela que j’ai décidé de poursuivre mon voyage pour devenir maitre Pokémon, j’espérais ainsi le retrouver ou au moins avoir sa reconnaissance, son attention par une de mes victoires nationales. Mais malgré mes nombreuses compétitions, il ne m’a jamais exprimé le moindre signe d’intérêt à mon égard. Et je n’arrive plus à supporter ça. Depuis mon arrivé dans cette région, j’ai eu Cosmog et Vémini qui sont arrivés dans ma vie, et je souhaitais les élever du mieux que je pouvais comme si j’étais leur père et leur offrir la meilleure famille possible en votre compagnie. Mais les voilà qu’ils ont grandis, ayant chacun sa mission à accomplir et leur vie de leur côté, et c’est comme si je me retrouvais seul à nouveau après tout ce que j’ai fait pour eux. Je sais, c’est très égoïste de ma part, je devrais me réjouir pour eux, et c’est le cas, mais tous mes amis que j’ai laissés derrière pour eux, ça me laisse de mauvais souvenirs. Papilusion, Lockhlass, Roucarnage, Embrylex, Muplodocus, Amphinobi, etc… Tous ces Pokémon, que j’ai dû laissés pour qu’ils fassent ce qu’ils avaient à faire. Et même pour mes amis quand je quitte la région où je les rencontre, ça m’attriste malgré que je leur souhaite le meilleur. Voilà comment je vis malgré moi cette situation. Et depuis quelques temps, je sens comme une distance entre nous, car il y avait ce quelque chose dont vous avez abordé au départ mais dont vous ne voulez plus me parler pour je ne sais quelle raison. C’est d’autant plus dur que je ne sais pas comment l’accepter. Et par moment, j’ai le sentiment d’être inutile autour de moi, d’apporter des ennuis de ne pas rendre les gens heureux.
Les professeurs le regardent, suffoqués.
- Sacha, tu sais bien que c’est faux, c’est même…
- Vous voyez, je savais bien que vous allez tenter de me répondre ça. J’ai anticipé votre réponse. Elle me réconforte, mais ça ne comblera jamais le vide qu’il y a en moi. J’ai pensé que cela passera durant mes voyages, en aidant également les gens et les Pokémon, mais rien à faire, je me demande vraiment si j’ai réellement apporté quelque chose au monde, car ce vide intérieur est toujours présent, et jamais il ne pourra être comblé. Pour la première fois, je me sens vraiment seul.
C’est ainsi que les professeurs ne cherchent pas à aller plus loin, sentant que les arguments ne suffiraient pas, et Sacha préférait couper court à la conversation. Ils se contentent tous les trois de regarder le soleil se coucher sans rien dire. La suite de la soirée se passa en silence. Les deux professeurs vont se coucher, inquiets et confus pour le jeune garçon. Ils voudraient faire quelque chose pour lui mais ne savent pas quoi faire.
- Cela nous dépasse cette situation, mon amour.
- C’est vrai, ma chérie. Je suis inquiet, Je voudrais faire quelque chose pour lui.
- Dormons, la nuit porte conseil, tu sais.
Elle ne croit pas si bien dire. A peine dormis que le professeur Euphorbe se réveille en plein milieu de la nuit avec peut-être une idée lumineuse qui vaut la peine d’essayer mais dont il a besoin de l’aide de ses étudiants. La source en vient d’un rêve prémonitoire qui lui évoque un vieux souvenir d’enfance qui pourrait peut-être changer la donne.
Quelques jours plus tard…
Sacha alla à l’école avec ses Pokémon, mais… sans être accompagner du professeur Euphorbe et du Motisma-Dex. Etrangement, ils sont partis bien plus tôt ce matin car il s’est réveillé avec le petit-déjeuner et un mot sur la table disant qu’ils étaient partis pour quelque chose d’important et qu’ils le retrouveront à l’école. Aucun d’entre eux ne comprit pourquoi visiblement. Et c’est ainsi qu’ils font route dans l’incompréhension. Dès lors qu’ils arrivent dans la salle de classe du professeur Euphorbe, il sentit que quelque chose d’inhabituel se passe : il n’y eut absolument personne. Cela devient vraiment étrange cette histoire, se dit alors le jeune garçon, où sont-ils tous passés ? C’est alors qu’au moment où il s’assoit à sa place habituelle, voilà que tout le monde lui surgit en lui criant :
- Surprise, disent-ils tous en chœur.
Et ce n’est pas seulement toute la classe et le professeur Euphorbe qui sont présents, mais également… le directeur Raphaël Chen, le professeur Pimprenelle, la fondation Aether, Gladio, les doyens et doyennes des îles et tout un tas de gens qu’il a rencontrés au cours de ses aventures à Alola.
- Une surprise, dit Sacha, choqué.
- En effet, ajoute le professeur Euphorbe.
- Mais… Pourquoi, demande-t-il ? Je ne comprends pas.
- Mon chéri m’a parlé de son idée par rapport à notre discussion de la dernière fois, explique le professeur Pimprenelle. On a tous été surpris et choqués d’un tel aveu qu’il fallait agir, et il nous est venu l’idée avec tes camarades de classes en secret cette idée de fête party pour te montrer… combien tu es génial !
- Ah bon, vraiment ?
- Bien sûr ! Comment peux-tu imaginer que tu es inutile et que tu rends tout le monde malheureux ? Sacha, tu es si jeune, mais tu as changé la vie de beaucoup de gens et de Pokémon, dont la nôtre à Alola. Tu ne le crois peut-être pas, mais tu as une influence tellement positive sur le monde que l’on a envie qu’il y ait des gens comme toi. Et si tu veux des preuves, nous allons t’en donner justement.
Et elle sortit justement à ce moment-là qui contient… un tas de lettres, d’enveloppes, de cadeaux et parchemins qui s’empilent tous les uns sur les autres. Et en regardant cela, Sacha s’est aussi permis de regarder la banderole qui pendait au plafond ayant pour inscription « Sacha, notre héros de lumière », accompagnée de ballons et de confettis.
- Lis les lettres, suggère le professeur Euphorbe.
- Qu’est-ce que c’est ?
- Tu verras.
Curieux et intrigué, Sacha commence à déballer les lettres une à une et finit par constater avec
surprise… que ce sont tous ses amis rencontrés qui lui ont écrits, et commence petit à petit par les lire.
Ondine : « Tu es sans doute le plus grand gamin que j’ai jamais rencontré, mais tu es mon gamin à moi. Je suis contente de t’avoir connu et voyagée avec toi. Tu es comme un frère à mes yeux, même si j’espérais souvent qu’on ait plus. En tout cas, j’ai pu devenir une meilleure dresseuse de Pokémon eau à tes côtés. »
Pierre : « Je ne l’ai jamais avoué jusque-là, mais si je ne t’avais pas rencontré et voyagé à tes côtés, je ne serais jamais devenu l’éleveur et docteur Pokémon que je suis aujourd’hui. D’une certaine manière, tu as été mon mentor plus que je ne l’ai été avec toi. Et bien qu’ayant quitté la maison, m’occuper de toi comme un petit frère tout au long de nos aventures a été un vrai bon souvenir. Je te remercie pour m’avoir aidé à réaliser mon rêve. »
Régis : « Je n’aurai jamais cru qu’un vieil ami que je croyais moins fort que moi ait pu finalement me faire changer et à m’aider à trouver une autre voie. Notre combat à Jotho m’aura beaucoup appris. Désormais, je veux être comme mon grand-père, et je resterai là pour t’encourager, car c’est toi qui m’auras le plus appris sur l’essentiel. Le chemin est long, le monde est vaste, mais tu y arriveras. »
Flora : « Ce voyage avec aura été vraiment amusant et instructif dans ma quête pour devenir une grande coordinatrice. Tu m’auras été d’une grande source d’inspiration et d’un grand soutien, et je continue aujourd’hui à vouloir poursuivre mon rêve grâce à toi. Alors merci. »
Max : « Quand je t’ai rencontré, je t’avais toujours traité comme si je pensais pouvoir faire mieux que toi. Mais en réalité, je ne l’ai jamais pensé, et notre voyage m’aura permis de me faire comprendre que rien n’est jamais acquis et qu’il faut se battre. Et aujourd’hui, je me bats pour devenir un meilleur dresseur que toi, car c’est toi mon meilleur idole Sacha. Nos voyages me manquent mais restent dans ma mémoire, et j’ai tendance à moins vivre mon apprentissage que dans les livres pour me concentrer sur mes propres capacités. »
Aurore : « Je ne pensais pas un jour voyager avec quelqu’un avec qui je m’amuserai mais qui aussi aura cru en moi malgré mon manque de confiance en moi. Tu as été toujours à mes côtés quand je doutai de moi, et tu m’auras permis d’évoluer. En devenant une grande coordinatrice, j’espère te faire honneur. Un grand merci pour tout. »
Iris : « Tu étais sans doute le plus grand bébé que j’ai jamais connu. Mais en réalité, tu es avant tout mon plus grand ami, et notre rencontre et notre voyage aura été une belle expérience pour moi et m’aura permis de grandir pour devenir une grande dresseuse de type Dragon. Un jour, je serai une nouvelle championne d’arène, et ce serait un honneur que tu sois l’un de mes premiers adversaires. »
Rachid : « Je ne pensai pas vivre une telle expérience enrichissante à tes côtés. Tu m’as fortement lors de notre première rencontre et j’ai voulu en apprendre davantage en voyageant avec toi. J’ai pu réaliser mes rêves et donner un goût exquis relevé par une saveur épicé à notre voyage, et cela a donné une saveur inédite comme je n’en ai jamais goûté. Désormais, je sais que tout peut se réaliser si l’on y croit. Alors à toi qui m’aura offert une saveur inédite, je veux t’exprimer mes plus sincères compliments. »
Lem : « Notre rencontre a été sans doute la meilleure chose qui me soit arrivé, car tu m’as appris à avoir du courage et à avoir confiance en moi. Je n’aurai pu faire ce que j’ai fait si tu ne m’avais pas inspiré. Tu étais comme un modèle que j’aimais suivre, plus qu’un ami, tu étais aussi comme un frère. Et j’ai été heureux de finir notre périple comme nous l’avons commencé. Alors un grand merci, Sacha, je ne suis pas près de t’oublier. Une de mes inventions te sera dédiés. »
Clem : « C’était chouette d’avoir un second grand-frère avec qui rigoler. Tu as inspiré, mais tu m’as aussi inspiré à devenir dresseuse. Je veux devenir aussi forte que toi et pouvoir t’affronter. Reviens nous voir, j’en serai très heureuse. »
Serena : « Tu sais comment on a terminé notre voyage, tu sais ce que je ressens pour toi désormais. Alors, j’ai envie de te dire que tu ne dois pas te laisser abattre et que tu dois rester le Sacha que j’admire tant. Tu as changé ma vie en faisant de moi une personne forte, et je me bats aujourd’hui pour réaliser mes rêves et donner du rêve et des sourires aux gens. Je voudrais qu’ils soient tous inspirés par toi. Alors, si tu veux que le monde soit rempli de lumière et de bonheur, reste telle que je t’ai connu. Alors merci pour tout, et je souhaite te revoir à nouveau. Mon séjour à Alola a été un vrai plaisir que je souhaite renouveler et je pense que tu as la plus chouette famille d’Alola au monde (bien que je pense que le professeur Euphorbe pourrait essayer de porter une chemise, juste pour voir). »
Sacha regarde alors les deux professeurs, et rit en regardant le professeur Euphorbe qui rougit. Il continua de feuilleter les lettres, et trouva celle de ses amis d’Alola, même celle du directeur Raphaël Chen qui avoue avoir la chance d’avoir « un de ses meilleurs élève et dresseur dans sa propre école ».
Motisma-Dex : « Tu es de loin ma meilleure source de données, et sans doute mon plus grand ami. Grâce à toi, je vais pouvoir devenir le meilleur Pokédex au monde. »
Barbara : « Mon restaurant familial sera mondialement connu grâce à ton soutien et à ta foi en tes amis, Sacha. »
Néphie : « J’ai beau être timide, mais je suis heureuse de t’avoir connu pour m’aider à réaliser mon de devenir une grande dresseuse de Pokémon eau qui pourra explorer les fonds marins. Et avec toi, je sens que j’arrive pleinement plus à m’affirmer et à devenir plus forte. »
Chrys : « Mes données et mes recherches sont devenues de plus en plus fascinant depuis ton arrivé. Tu m’as aidé aussi à prendre plus de courage et à voir mes autres capacités cachées. Autant te dire que tu es un vrai ami que j’aurais été triste de quitter. »
Kiawe : « En dehors de mon grand-père, je n’ai jamais rencontré une flamme brulante autant de passion que la tienne. Tu as naturellement m’aider à devenir un nouvel homme, mais tu as aussi changé Alola, et tu l’as réchauffé de ta lumière et de ton feu ardent comme un volcan. Je voudrais désormais que tu ne perdes pas ça, et quand tu as un souci, tes amis seront là pour toi. Je suis ton ami. Et la vérité, tout ce qui nous arrive à tous, c’est grâce à toi, car tu as toujours été l’âme de notre groupe. »
Lilie : « Ton arrivé est sans doute ce qui est arrivé de mieux pour moi et pour ma famille. Tu m’as aidé à vaincre ma peur de toucher les Pokémon, tu m’as aidé à m’affirmer, et plus que tout, tu m’as à sauver et à retrouver ma famille en croyant en moi et en étant toujours là pour m’aider. Quand tu m’as dit que mes amis, dont toi, seront toujours là pour m’aider, j’ai été très touché. Tu es un ami fidèle et loyal, comme Kiawe, Chrys Néphie et Barbara. Et tous les Pokémon évidemment. Alors, du fond du cœur, je te remercie. Ne change pas, ne doute pas de toi. Désormais, je veux être là pour toi, car tu as fait de moi une nouvelle femme heureuse et forte. »
Gladio : « Ma petite sœur a déjà dû tout te dire, mais c’est à mon tour de te remercier pour avoir sauvé notre famille. J’ai rarement rencontré un dresseur comme toi, et je crois que je commence à comprendre pourquoi tu as été choisi. Je veux me battre et devenir plus fort pour protéger ma famille, mais tu vas m’inspirer à trouver ce que je recherche. On est de bons rivaux amicaux. Je fais le serment que s’il y a ligue Pokémon qui soit créé, que tu sois mon adversaire finale. J’espère que d’ici là, tu auras progressé. En attendant, un grand merci. »
Sacha lut une à une chacune des lettres avec un sentiment réconfortant. Et il a tant d’autres qui se suivent, des tas de gens qu’il a rencontré. Tous ses amis qui le respectent et qui croient en lui. Et il se rend en compte qu’en réalité il a aidé plus de gens qu’il ne le croit, en témoigne même les autres lettres qu’il est en train de continuer à lire de pleins de gens qu’il a aidé, et même d’anciens rivaux et professeurs. Et cela lui fait plaisir de constater toute cette attention et ces rencontres qu’il a faites. Ce qui est dommage, c’est qu’il a bien reçu une lettre de sa maman et du professeur Chen qui disent que du bien de lui, mais pas des professeurs Euphorbe et Pimprenelle. Il est un peu déçu de cela et décide de demander. Mais avant qu’il ait eu le temps de réagir, on lui fournit un autre cadeau : un énorme parchemin contenant…Une marque d’empreinte de chacun de ses Pokémon du laboratoire. Et c’est alors que ses propres Pokémon d’Alola font de même en déposant leur empreinte sur le parchemin, et Sacha soupçonne que ses propres Pokémon aient été au courant de cette fête et qu’ils ont tout fait pour le lui cacher la surprise.
- Et bien écoutez, je ne sais pas quoi dire, avoue Sacha, tout ému.
- Alors ne dit rien, dit le professeur Euphorbe. J’espère seulement que tu n’auras plus à douter de toi et que tu resteras ce garçon que nous aimons tant, et que c’est pour cela que nous croyons un jour que tu deviendras Maître Pokémon. Je sais que tu es capable de gagner ma future ligue, je le sens. Comme tu peux le constater, ma femme et moi-même t’avons rien écrit parce que nous avons un cadeau spécial à t’offrir ce soir. Tu verras bien. Cependant, tu as aussi quelque chose de particulier par quelqu’un de particulier.
Et il sortit de la poche de sa blouse…Un masque du Royal Mask et un mot écrit par celui-ci disant « A ce jeune dresseur Sacha, qu’il profite de la vie. Je serai honoré de le rencontrer à nouveau lui et sa flamme brulante. Que ta vie soit enjouée. ». Et il l’a ajouté d’une signature en son nom. Il n’arrive pas à y croire, et pourtant son héros et idole, Royal Mask, lui a même adressé un mot et à même avoué être heureux de le connaître. Le professeur Euphorbe est content pour Sacha de le voir aussi enjoué, mais il lui arrive souvent de se demander que, si les gens autour de lui, et particulièrement sa femme Pimprenelle et Sacha, finissaient par découvrir sa double identité, lequel des deux ils aimeraient. Auraient-ils tendance à plus préférer Royal Mask que lui-même, le professeur Euphorbe ? Il a peur que sans son personnage, il n’est rien pour les autres. Mais il doit quand même maintenir le secret et garder ça sous silence. Ce qui compte pour le moment, c’est le bien-être de Sacha.
D’ailleurs, le jeune garçon regarda les dernières lettres qui contiennent des mots du professeur Chen et de sa maman, Délia. Le professeur Chen se dit heureux de l’avoir comme un autre petit-fils qui l’aide dans ses recherches et qu’il restera son plus fervent supporter au même titre que Régis, son petit-fils. Quant à sa maman, Délia, elle lui rappelle ce qu’elle lui a dit après qu’il ait sauvé le monde de la destruction quand il a été choisi en tant qu’élu. Qu’il est tout pour elle, qu’il est son monde et qu’elle ne survivrait pas sans lui. Elle ne l’empêchera pas de réaliser ses rêves, et continuera à le soutenir de tout son cœur, mais elle continuera à s’inquiéter pour lui comme toute maman et il lui manque tellement. Il est son fils, et plus que tout, son héros et elle termine sa lettre en disant « Je t’aime, mon petit Sacha, mon héros, je suis fière de toi ». Etrangement, de toutes les lettres qu’il a reçues, c’est celle de sa mère qui le touche le plus et qui l’ému le plus. Lui qui se croyait orphelin, qui pensait que sa mère ne croyait pas en lui et que son père l’abandonné pour une raison qui lui échappe, il s’est trompé. Sa maman a toujours cru en lui, et le soutient toujours, elle s’inquiète juste pour lui, parce qu’au fond, elle l’aime plus que tout, ce qui laisse penser à Sacha que désormais, pour elle, il devrait faire attention quand il risque sa vie à l’avenir, et peut-être même de passer plus de temps avec elle. Et depuis tout ce temps, son voyage et sa quête pour réaliser son rêve qui est de devenir Maître Pokémon, ce n’était pas seulement pour lui-même, ou pour le bien des Pokémon et humains, mais aussi… pour son père. Cet inconnu, qui l’a abandonné, il avait en tête de le retrouver, ou au moins d’avoir sa reconnaissance et son attention, et ce en devenant célèbre. Et il cherchait à devenir meilleur au fond de lui-même car il pensait qu’il ne l’aimait pas car il avait peut-être fait quelque chose de mal. Mais au fond de lui-même, il ne sait pas, et même maintenant, ça lui est devenu bien égal, cet étranger. Désormais, il sait qu’il n’est pas seul et abandonné. Sa maman est là, et aussi tous ses amis et Pokémon, sans oublier sa famille d’Alola. D’ailleurs, maintenant qu’il y pense, le professeur Pimprenelle est un peu comme une seconde mère et une grande sœur pour lui. Et le professeur Euphorbe… C’est difficile à expliquer. Ils s’étaient promis de garder une relation d’étudiant à élève. Mais plus le temps passait, plus les choses changeaient. Sacha avait éprouvé une admiration et une fascination sans faille au professeur Euphorbe et à son travail. Et plus que tout, malgré son emploi du temps chargé, il prenait le temps de s’occuper de sa famille, et surtout d’avoir toujours su garder le sourire. Il a toutes les raisons du monde de l’aimer. Il aime le professeur Euphorbe pour son énergie, sa passion, son amour pour les Pokémon, sa force, sa cuisine, sa maison, sa personnalité, sa bienveillance, sa gentillesse, sa générosité, son intelligence, son côté amusant, son attention, son sourire, son inquiétude, son soutien sans faille, sa tendance vestimentaire amusante, ses sentiments à son écart, etc… Tout ce qui rend pour lui cet homme si exceptionnel, si…paternel. Il se l’avoue lui-même, à plusieurs occasions, il a failli l’appeler à plusieurs occasions « papa » si la promesse de départ ne s’était pas faîte. Mais il ne put s’empêcher à plusieurs moment d’éprouver ce sentiment d’une présence qui lui était inconnu jusque-là, et c’est pour cela que son père n’a plus tellement d’importance à ses yeux, car maintenant, il a le professeur Euphorbe et cela lui suffit. Et ça aurait été parfait s’il avait accepté sa proposition d’adoption plus tôt, mais il avait trop peur d’être de trop dans sa vie, et désormais, il semble que le professeur Euphorbe soit revenu sur sa décision. Et cela le déçoit tellement d’autant qu’il ne lui pas écrit de lettre réconfortante, mais il reste intrigué par ce mystérieux cadeau évoqué.
Le professeur Euphorbe, quant à lui, aimait les enfants, et se préoccupait beaucoup de ses étudiants comme s’ils étaient ses propres enfants, mais jusque-là, il a su faire la différence. Avec Sacha, ce n’est pas pareil, il n’a jamais éprouvé la sensation que ça faisait que d’avoir un enfant sous son toit. Ce jeune garçon qui a changé sa vie, il veut être toujours pour lui et le soutenir. Il veut continuer à connaître ce sentiment d’avoir comme une famille à s’occuper et dont il s’épanouirait et en serait heureux. Ce garçon… a changé sa vie. Il le reconnaît, il lui a sorti d’un quotidien d’ennui essentiellement basée sur ses triples fonctions. Il a beau se le dire devant tout le public dans son deuxième rôle, mais lui-même ne prenez pas le temps de profiter de la vie quand il était bien seul. Il a beau être devenu célèbre assez jeune dans la région, il ne se trouvait pas spécialement heureux. Il ne profitait guère pleinement du temps libre, sa maison même qui était censé être un lieu de bonheur ne s’était révélé qu’être un isoloir pour travailler tranquillement. Il ne prenait même pas le temps de s’occuper des tâches ménagères, ni même de cuisiner correctement et n’avait que rarement du temps libre pour lui-même. Ce qui lui redonnait le sourire était d’avoir eu Rocabot quelques temps à ses côtés pour combler sa solitude et lui tenir compagnie et d’avoir ses chers étudiants en tant qu’enseignant qui lui procure le sentiment de les voir grandir et évoluer et d’être là pour eux. Mais sans tout cela, il n’avait pas grand-chose. Avec Sacha depuis son arrivé à Alola et à l’école, tout est devenu différent, tout a changé dans sa vie. Il ne pensait pas simplement apprendre de lui et lui apprendre en retour ou même aider un garçon à maintenir son séjour dans la région, il lui a offert bien plus. Il a fait de lui un homme plus épanouit et heureux. Il a fait de lui un père heureux de s’occuper de son enfant, il lui apprit bien plus que ce qu’un professeur devrait savoir, et il lui a offert une femme, un mariage, et plus que tout, une famille. Sa maison et sa vie en sont devenues que plus vivantes. Il lui a offert tant dans sa vie, il a tant offert à ses camarades, et plus que tout, à Alola, à ses habitants et à ses Pokémon. Il va lui offrir quelque chose en retour.
- Quelque chose ne va pas, Sacha, demande-t-il, intrigué ? Tu sais que tout cela signifie que nous serons toujours là pour toi, quoi qu’il arrive. Et tu comptes énormément pour nous.
Tous les habitants acquiescèrent, et la main rajoutée du professeur Euphorbe sur son épaule ne fait que le réconforter. Maintenant, il a compris. Peut-être qu’au fond il n’a pas besoin de cette adoption, et peut-être que le professeur Euphorbe ne veut plus ressentir ce sentiment paternel pour plusieurs raisons, dont déjà sa profession, mais lui-même se dit que le professeur Euphorbe est comme son véritable père légitime et qu’il le ressentira toujours ainsi, et cela lui suffit, même si cela signifie de devoir le garder pour lui-même. Et maintenant, il reprend un tout autre visage, pleine d’émotions. Il se leva et annonça devant tout le monde :
- Je ne saurai jamais assez vous remercier de toute votre attention et de tout l’intérêt que vous me portez. Et à tous ceux qui m’ont écrit, je leur en suis très reconnaissant. Je ne vais plus me laisser abattre désormais, et je vais continuer à me battre pour réaliser mes rêves et pour aider les gens et les Pokémon.
Tout le monde est ravi de retrouver le Sacha enthousiaste qu’ils aiment tant. Et c’est sous une ambiance festive que se poursuit la journée. La journée pourrait se passer comme lors du mariage des professeurs Euphorbe et Pimprenelle, mais c’est bien différent. Il ne s’agit pas d’une célébration pour deux mariés, mais pour un garçon extraordinaire aux yeux du monde. Il y a de tout dans cette fête, gâteaux, bonbons et confiseries, jeux entre Pokémon et humains, discours, Imitation des mouvements Z, ambiance joyeuse, et surtout, le moment préféré de Sacha : les combats. Il s’en donne à cœur joie. Avec ça, il se sent plus que motivé à terminer son tour des îles et à devenir Maître Pokémon. Et il sent tout l’amour qu’on lui porte, et son sentiment de solitude s’est vidé, jusqu’à en oublier que son père l’a abandonné. Ce qui lui fait penser avant tout, mais qu’est-ce-que ce que lui réservent les professeurs comme surprise ? Cela le préoccupe énormément, mais tout ce qui compte pour le moment c’est de profiter de cette journée festive et joyeuse auprès de tous ceux qu’il aime.
Quelques heures plus tard…
Au retour de la maison, Sacha n’attendait qu’une chose : ce que les deux professeurs lui ont réservés comme surprise. C’est justement à ce moment-là que les deux professeurs viennent le voir et lui demande :
- Sacha, nous pouvons te parler ?
- Oui, bien sûr. Et mes Pokémon, ils peuvent rester avec nous ?
- Bien sûr qu’ils le peuvent, nous allons même t’en prier car ils font aussi partie de notre famille.
- De notre famille ?
Ces mots lui font chaud au cœur. Est-ce bien ce qu’il espérait entendre ?
- Je vais d’abord nous préparer un petit en-cas où nous pourrons grignoter et en discuter autour de la table, suggère le professeur Pimprenelle.
- Bonne idée ma chérie, nous t’attendons.
Et les deux hommes attendirent tranquillement sur le canapé pendant que le professeur Pimprenelle tente de préparer quelque chose à grignoter qui ne doit pas non plus les empêcher de dîner convenablement en famille pour plus tard. Là, il s’agit avant tout d’un évènement exceptionnel. Elle se contente ainsi de préparer de bonnes tasses de thés avec de bons biscuits que Sacha et leurs Pokémon adorent. Une fois tout cela préparer, elle s’installe tranquillement avec les autres et tous sirotent leur boisson, sous un grand silence. C’est le professeur Euphorbe qui commença à briser ce silence par une question qui la tracassait depuis sa dernière mésaventure.
- Dis-moi, Sacha, je voulais te demander. Pourquoi la team Rocket tient tant que ça à capturer ton Pikachu ?
Sacha fut surpris de cette question, mais il se l’avoue lui-même par moment, il se la pose.
- A vrai dire, moi-même je me pose cette question. Pourquoi ils me suivent tout le temps et persistent tant à vouloir le capturer. Ils m’ont bien avoué la première fois que je les ai revus qu’apparemment mon Pikachu est exceptionnellement rare et qu’il est très puissant. Ce qui est vrai, je l’avoue, mais parce que c’est mon meilleur ami et que c’est parce qu’on est ensemble qu’on est invincible. Je ne suis pas sûr qu’ils puissent comprendre ça, et je pense qu’ils ne se remettent jamais de leurs défaites qu’on leur inflige et qu’ils veulent donc se venger. Ce qui est insupportable car ils ne vont jamais nous lâcher et ne jamais cesser de nous attirer des ennuis.
- Oh ! S’offusqua le professeur Euphorbe. J’imagine que tu dois finir par t’en lasser de les voir sans arrêt.
- J’ai surtout finit par m’y habituer et à m’attendre à les retrouver à chaque fois. J’ai toujours su m’en sortir jusque-là, mais j’ai toujours cette crainte qu’un jour, ils ne finissent pas réussir. Et je n’arrive pas à supporter cette situation. Mais pourtant, ça peut paraître bizarre, mais je sais qu’ils sont bons au fond et qu’ils aiment leurs Pokémon. Il y a de rares moments où ils me sont venus en aide car je sens au fond ils ne sont pas si méchants qu’ils veulent le prétendre. Je souhaite… simplement le meilleur, ils valent bien mieux que ce qu’ils veulent nous faire croire.
Les deux professeurs sourient, et le professeur Euphorbe dit alors :
- C’est ce que nous aimons tant chez toi : ta capacité à détecter le bien de chacun d’entre nous, même chez tes pires ennemis. Et… Je dois avouer que Pimprenelle et moi-même t’aimons pour pleins de raisons, mais essentiellement parce que tu es cet excellent garçon passionnant que nous aimons prendre soin. C’est d’ailleurs ce pourquoi nous voulons te parler.
- Me parler de quoi ?
Au même moment, ils reçoivent un appel télévisé. Il s’agit de Délia et de M. Mime.
- Allô, professeur ?
- Bonjour, Délia, répond le professeur Euphorbe. Heureux que vous ayez pu appeler, justement, vous tombez bien.
- Vous m’avez demander d’appeler, c’est ce que j’ai fait. Y-a-t ’il quelque chose dont vous voulez me parler ?
- Oui, en effet. Et nous allons demander à Sacha par la même occasion.
- D’ailleurs, comment ça va mon petit Sacha ?
- Ça va très bien maman, je te remercie pour la lettre que tu m’as écrite, ainsi qu’au professeur Chen et à Régis.
- Je le leur transmettrai. J’espère que désormais tu te sens mieux et que tu es heureux à Alola.
- Je me sens beaucoup mieux et motivé. Et oui, je me sens heureux à Alola, j’adore cette région, et espère réaliser mon rêve de devenir Maître Pokémon.
- Je te reconnais bien là mon chéri.
- Mais pourquoi sommes-nous tous réunis ?
- Pour vous faire une proposition, répondent les professeurs Euphorbe et Pimprenelle.
- Une proposition ?
- Oui, affirme le professeur Euphorbe. Sacha, je ne saurai jamais te le dire assez, mais tu as changé notre vie, et la mienne particulièrement. Je te l’avais dit la dernière fois, tu as su transformer mon quotidien en une vie plus épanouissante et heureuse. Et tu m’as offert, avec tes camarades, ma femme Pimprenelle et notre mariage. Je voudrais à notre tour de te donner quelque chose.
- Qu’est-ce que vous pourriez m’offrir ? Je trouve déjà que vous me faîtes un beau cadeau en me proposant comme compétition la ligue d’Alola que vous êtes en train de créer.
- Il y a ça, oui. Mais il y a quelque chose d’autre de bien plus que je voudrais te donner. Donne-moi ta main.
- Pourquoi ?
- Tu verras.
Il obéit sans comprendre, et Pimprenelle donne également sa main. Et ensemble, ils regardèrent tous Délia, et le professeur Euphorbe finit par demander :
- Délia, vous avez bien entendu ?
- Oui, professeur, j’ai tout entendu, et j’en suis même ravi, dit-elle dans un sourire.
- Alors, voilà, en ce fabuleux jour, j’ai l’honneur de vous demander, au nom de ma femme et de moi-même, votre consentement pour que Sacha Ketchum et vous-même fassiez partie de notre famille d’Alola. Accepteriez-vous ?
Tous sont pris de court par la nouvelle, mais Sacha en est ravi, il a eu enfin ce qu’il voulait en secret. Il n’y croyait plus pourtant. Quant à Délia, elle finit par dire :
- Et bien, je dois dire que je suis surpris par cette demande. Et j’avoue que j’ai longuement hésité à confier mon cher Sacha à des inconnus. Mais…Vous avez su faire vos preuves. Vous avez pris bien plus soin de lui que je ne me l’imaginais, et même plus, je vois que mon garçon est pleinement heureux et épanouit en votre présence. Et ce sera toujours mieux que le père qu’il n’a jamais eu, et je sais que mon Sacha en a besoin. Il a besoin d’une figure paternelle, d’un nouveau père, et vous êtes parfait pour ce rôle, professeur Euphorbe. Alors oui, je vous donne mon consentement, à la condition de ne plus faire d’accident comme la dernière fois et que vous acceptez d’être humain.
Il se souvient que c’est bien ce que Sacha le lui a dit et il lui a donc répondu :
- Je vous le promet.
- Parfait, merci.
- Non, c’est nous qui vous remercions. Mais demandons au principal intéressé ce qu’il en pense. Alors Sacha, qu’est-ce que tu en penses ? Tu acceptes ?
- Oui, alors Sacha, tu acceptes, répètent le professeur Pimprenelle et Délia en chœur ?
Et tous les Pokémon sont à l’écoute, attendant la réponse du jeune dresseur. Pour toute réponse, on vit la tête du garçon baissée, son visage caché dans l’ombre, ne dévoilant pas le moindre signe d’expression. Mais des larmes y coulèrent, ce qui donne un sentiment d’inquiétude pour son entourage. Ils décidèrent de ne pas briser le silence pour ne pas précipiter ou influencer son choix, ils attendirent. Puis enfin, le garçon leva enfin la tête, dévoilant un visage remplit d’émotions et larmes mêlées. Il câline ainsi les deux professeurs dans ses bras, et décident enfin à dire :
- Je… Sniff… OUI, J’ACCEPTE !!!
- C’est vrai !?
- Oui, bien sûr ! Mais… Pourquoi avez-vous changé d’avis ? Je croyais que cela ne vous intéressait plus et que vous préfèreriez qu’on se limite à des relations professionnelles et de tuteur. La dernière fois quand j’ai voulu en parler, vous avez coupé court à la conversation.
- Je pensais que cela était une mauvaise idée, avoue le professeur Euphorbe. Je pensais que ça allait te faire plus de mal que de bien et que je l’avais proposé de manière égoïste et j’ai craint que mes soupçons se soient confirmés par ta fugue. Il y avait pleins de raisons à cela, mais essentiellement parce que j’avais peur aussi, et je n’osais pas réitérer l’offre. Mais depuis notre dernière conversation sur la plage, j’ai senti qu’il te fallait quelque chose de nouveau, que tu avais d’être guidé, que tu avais besoin d’un père et que tu ne devais pas te sentir seul et sans soutien. Et je suis prêt à prendre ce rôle avec plaisir auprès de mon épouse Pimprenelle, sous ton consentement et celui de ta mère. Tu comprends ?
- Oui, je comprends, et j’accepte volontiers. Mais…
- Mais quoi ?
- Je vais tenter de mériter cette adoption. Je vais essayer d’être digne d’être le fils du plus grand homme que j’ai jamais connu. Je ne veux pas que cela soit une sale image.
- Tu n’es pas obligé de faire pour nous prouver quoi que ce soit.
- Il n’y a rien qui m’y oblige. Mais je me sens comme un devoir de le faire pour me prouver que je ne l’ai pas démérité. Je vais accepter avec joie cette adoption, mais s’il arrivait que je dusse perdre la ligue de mon cher père d’adoption, alors je devrais peut-être reconsidérer l’offre. Auquel cas, je serai honoré d’être considéré comme ton fils.
Le professeur Euphorbe le regarda avec inquiétude, essayant de trouver un moyen de le faire changer d’avis. Mais voyant la détermination dans ses yeux, le regard rempli de flammes, quelque chose lui dit qu’il n’aura ni le choix, ni le moyen de lui faire changer d’avis, que tout ce lui reste à faire est de…
- Je vais te faire confiance.
- Chéri, tu n’y penses pas quand même, s’offusqua sa femme Pimprenelle !?
- Cette situation ne me plaît pas non plus, mon amour, répond son mari. Mais quand je regarde dans les yeux de Sacha, je vois combien c’est important pour lui de faire ça. Quand il a une idée en tête, il n’y a rien qui puisse le faire changer d’avis. Il faut lui faire confiance et croire en lui. D’autant que c’est touchant et honorable ce qu’il veut faire. Ce serai alors un honneur pour moi que d’avoir un champion sous mon toit, même si à mes yeux, il l’est déjà.
Le professeur Pimprenelle sent qu’elle en minorité, elle demande conseil à Délia :
- Cela ne m’étonne pas de la part de mon propre fils, répondit-elle. Les choses doivent toujours être bien faites à sa manière. Et je serai ravie d’assister directement à cet évènement.
- Vous en serez les bienvenus, vous et le professeur Chen, affirme le professeur Euphorbe.
Le professeur Pimprenelle soupire, elle ne pensait pas que les choses allaient se compliquer.
- Tu es vraiment déterminé ?
- Oui, professeur Pimprenelle. Je suis totalement déterminé à le faire.
Respirant et inspirant longuement, elle finit enfin par sourire et dire avec fierté :
- Alors, vas-y, fais-le, mon petit héros. Tu n’as pas intérêt à perdre, sinon tu entendras parler de moi.
- Comptez sur moi, promit Sacha, ravi.
Quelques temps plus tard…
Une fête, voilà où l’histoire reprend. Pour quel motif ? Un évènement historique. Une fierté immense pour tous les gens de la région, en particulier certain. C’est ainsi que le mariage des professeurs Euphorbe et Pimprenelle ont eu lieu sur la plage près de la maison du professeur Euphorbe, organisé par les élèves adorés du professeur Euphorbe.
- Au départ, je voulais moi-même créé une fête en l’honneur de la réussite de Sacha a sa première grande épreuve d’Alola avant que le doyen Pectorius n’ait eu l’initiative, explique le professeur Euphorbe à des invités. Maintenant, j’ai eu l’honneur de créé une fête pour notre premier maitre de notre nouvelle ligue à Alola, Sacha Ketchum.
Sur cette même plage, le papa d’Alola a organisé une cérémonie de félicitations pour son fils d’Alola. Cette fois, c’était le rêve de toute une vie qui se réalisait, il ne pouvait pas se sentir plus heureux. Il ne saurait même pas dire quelle était son moment de bonheur le plus intense. La fierté et le soulagement de voir enfin le garçon qu’il a soutenu gagner la ligue qu’il a conçu en sa mémoire, ou le merveilleux discours que ce garçon même, le vainqueur, Sacha Ketchum a prononcé.
- Je dédie ma victoire au professeur Euphorbe auquel je vais dire un mot, avait-il dit. Ecoutez-moi, j’aime Royal Mask, qui restera un héros et une idole, mais ce que j’aime par-dessus-tout, c’est vous, professeur Euphorbe, avant tout, et je pense que je ne suis pas le seul. C’est vous qui m’avez tout appris et qui m’avez élevé pour que je puisse rester dans cette région. Je vous remercie pour tout, ainsi qu’à tous mes amis sans qui je n’aurais jamais gagné. Mais aujourd’hui, je veux remercier le professeur Euphorbe que j’ai le plaisir d’honorer. Vous avez été un merveilleux mentor et père, et je suis fier désormais d’être votre fils d’Alola. Alors merci, et je ne désire qu’une chose, c’est d’être entouré de ceux que j’aime, de ma famille, de mes amis et de mes Pokémon.
Le professeur Euphorbe n’oubliera jamais ces mots qui lui font chauds au cœur. Maintenant, il en est certain, il a une grande famille avec lui. Il ne lui manque plus qu’une chose à faire, et il s’en va à parler à Délia dès maintenant.
- Une belle soirée, vous ne trouvez pas, lui demande-t-il ?
- Oui, vous avez bien raison, répondit-elle. Et je dois dire que vous avez organisé une merveilleuse fête, je suis très touchée par son discours.
- Je vous en remercie. Et oui, moi aussi ça m’a touché. Vous devez être très fière de votre fils ?
- Plus que fière même. Quelle mère ne le serait pas ?
- C’est vrai, je l’avoue.
- Et vous aussi, je suppose.
- En effet.
- Désormais, il fait aussi partie de votre famille, comme convenu.
- Exact, et justement, je tenais à vous faire une proposition.
- Ah bon ? Quoi donc professeur ?
- Vous aussi vous faîtes partie de la famille, et ce serai dommage de priver Sacha de sa mère, de sa vraie mère. Aussi, puis-je vous proposer de venir déménager ici à Alola pour être toujours là ensemble. Je me propose même de vous aider à payer les frais du déménagement. Qu’est-ce que vous en pensez ?
Délia considère honnêtement la proposition. Elle y a même pensé depuis longtemps. Puis au final, elle a fini par trouver sa réponse et s’empresse de l’expliquer au professeur Euphorbe :
- Je suis très touchée par votre proposition, professeur Euphorbe. Et croyez-moi, j’y ai beaucoup pensé par moment, mais…
- Mais quoi ?
- Et bien, j’hésite à venir habiter définitivement dans la région d’Alola pour mon fils, mais je me rends compte que ma vie est à Kanto et auprès du professeur Chen qui aura longtemps fait partie de notre famille. C’est pour cette raison alors que je vous propose que M. Mime et moi, et peut-être même le professeur Chen, que nous passions tous nos étés et nos fêtes de fins d’années à Alola chez vous. Nous serions ainsi toujours réunis et Sacha saura ainsi où nous retrouver chaque fois qu’il aura terminé son voyage, qu’en pensez-vous ? Il devrait avoir l’occasion de passer à Kanto voir ses Pokémon, et à Alola voir sa famille.
Le professeur Euphorbe soupire à cette réponse, mais il finit par sourire à la fin.
- Vous n’êtes pas trop déçu j’espère, demande Délia, gênée ?
- Non, bien sûr que non, c’est un choix que je respecte et que je comprends, répondit-il. Vous avez aussi su trouver de bonnes raisons et je trouve que vous avez pris de bonnes décisions. On ne quitte pas comme ça ses racines. Sachez en tout cas que vous serez toujours les bienvenus dans notre famille d’Alola.
- Merci infiniment professeur.
Ils se regardèrent les yeux dans les yeux pendant longtemps, détectant peut-être quelque chose de familier. Puis, comme guidé par le vent, leurs regards se dirigèrent vers le jeune Sacha et ses Pokémon, scrutant la lune et l’horizon, face à la plage, comme pour se dire qu’après toutes ces années de travails et de persévérances, tout cela a fini par payer. Il a réalisé son rêve, mais il sait qu’il a surtout fait un grand pas en avant surtout. Rien n’est acquis et il va continuer à persévérer, mais pour le moment il savoure sa victoire. Et il le savoure en scrutant l’horizon, voyant l’image de tout son entourage défilant sous ses yeux qui a été là à ses côtés, il ne l’oubliera jamais. Comme pour accompagner ses pensées, Délia, M. Mime, les professeurs Chen, Euphorbe et Pimprenelle le rejoignirent et l’imitèrent. Tous réunis, profitant du présent, ils songent à l’avenir et au lendemain qu’on leur réserve. Pour l’instant, n’ayant guère de projets en vue, Sacha confesse :
- Je vais rester encore quelques temps à Alola ici avec vous tous pour m’entraîner encore davantage et apprendre davantage à l’école. Je vais essayer de mériter mon titre de maître et de profiter de ma famille et de mes amis. Et un jour, peut-être reviendrai-je à Kanto revoir mes amis Pokémon et tous mes autres amis des autres régions. Comme le disais Royal Mask, pour le moment, je compte profiter de la vie.
- Sage décision, dit le professeur Euphorbe dans un sourire.
Respectant fidèlement la promesse du jeune garçon, ils profitèrent ensemble de jours heureux et paisible, autant que le soleil et la lune éclaireront leur chemin vers l’avenir.

Une journée dans la vie d’une famille d’Alola
Le matin, il se lève de bonne heure sous un beau soleil pour un petit-déjeuner familial, et par moment même, une méditation au sein de la nature en famille. Se rappeler et profiter de cette beauté de la région, c’est si paisible. Après cela, chacun doit se préparer pour sa journée après avoir fait sa toilette matinale. Sacha et le professeur Euphorbe se préparant pour les cours de la journée et la pause déjeuner, de même pour le professeur Pimprenelle pour son travail à la fondation Aether. Les Pokémon ont aussi de leurs côtés leur organisation de la journée. Ils doivent être présents pour leurs dresseurs à tout instant. Après cela, tout le monde se dirige à son lieu de travail dans la joie et la bonne humeur, Sacha et le professeur Euphorbe ensembles ou pas selon leurs choix. Arrivé à l’école, Sacha retrouve ses amis pour une mini-discussion avant le début du cours tout en préparant la salle de classe. Il n’est pas rare que, même s’il doit préparer ses plans de cours et rester focalisé sur son boulot, le professeur Euphorbe se permet de rester derrière le mur de sa classe pour les écouter. Il n’y a rien de plus passionnant à ses yeux que de voir ses chers élèves évoluer et grandir par leurs propres moyens, et ces conversations les aides dans cette tâche, même si cela gâche un peu leur intimité. Néanmoins, leur amitié ne cesse de grandir sous une gonflette de plénitude comme il aime si bien se le dire. Passé cet agréable moment, l’heure du cours arrive sous un beau son de cloche et un bon « Alola » matinal. En général, le professeur Euphorbe préfère faire de la théorie le matin et de la pratique l’après-midi. La pause déjeuner se passe généralement dans la salle de classe pour les élèves qui réunirent toutes les tables en cercle, et sortant chacun un déjeuner préparer avec soin et amour par leurs parents ou eux-mêmes. Le professeur Euphorbe, quant à lui, déjeune soit avec ses collègues, soit avec ses élèves. Dans les deux cas, cela se passe plutôt bien profitant d’un bon moment de compagnie en bonne discussion, bien qu’il veuille aussi souvent profiter de son temps pour travailler sur ses projets. Ce n’est pas évident d’être un homme et de travailler en même temps, mais il a fait une promesse à Sacha et il doit la tenir. Une fois l’heure du déjeuner terminé, et que la cloche resonne pour la troisième fois dans la journée l’heure du prochain cours, la classe du professeur Euphorbe se mettent en place dans la cour de l’école pour la partie pratique de la journée. Il s’agit d’un fonctionnement du professeur Euphorbe pour évoluer sur le plan mental et physique. A la fin, la cloche sonne la fin du cours de la journée bien assez tôt pour que l’ensemble des élèves et du personnel profitent de l’après-midi et du beau temps de la journée. Bien que le professeur Euphorbe ait bien sûr son rôle de professeur régional et de Royal Mask comme autre occupation, Sacha en profite pour être souvent auprès de ses amis, pour s’entraîner également avec ses Pokémon sur la plage près de la maison ou faire ses propres découvertes, ou bien même éventuellement rendre un petit service demander par les professeurs. Dans tous les cas, Sacha a de quoi occuper son après-midi, et cela ne l’empêche pas d’avoir un en-cas auprès des professeurs ou de ses amis. Mais son moment préféré de la journée reste après la fin du dîner familial, quand tout le monde eut fini de manger ou de faire la vaisselle, ils sortirent de la maison ensemble, s’assoient sur le bord de la plage ou sur le toit et regardèrent un magnifique coucher de soleil de la région, sous une légère brise fraîche et agréable, et dans un moment tendre, ils s’enlacèrent les uns contre les autres, en profitant de chaque instant de la vie qui leur est offerte et vivre heureux. Passé ce doux moment, ils profitent de la soirée ensemble devant la télévision ou des jeux, essayant après de se coucher tôt (même s’il continue souvent de travailler la nuit, le professeur Euphorbe essaye de ne plus reproduire ce moment assez souvent en s’organisant mieux pour sa femme et son enfant d’Alola, évitant de les faire réveiller pour qu’ils aient à lui éviter d’avoir un cou douloureux le matin). Le jour de congé revient souvent à passer du temps ensemble en famille et amis et de profiter de la journée, soit par des achats quotidiennes pour la maison et l’alimentation le matin tôt au marché, soit par des activités ludiques ou amusantes, des balades ou voir même des baignades à la plage. Tout cela créant encore plus ce sentiment de lien qui les unit à jamais, et Sacha aura tôt fait de se dire en regardant le coucher de soleil le soir aux côtés de ses deux professeurs, Pokémon et amis par moments qu’il aime tant que son temps à Alola n’est pas révolu et qu’il a de beaux jours heureux devant lui à profiter, sans avoir à se soucier de l’avenir ou des menaces. L’essentiel étant une vie heureuse et paisible en bonne compagnie et d’en profiter comme le dit Royal Mask.

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invités