[Fanfiction PKU] Péripéties de Frères Pokéumains

C'est ici que vous pouvez délier votre plume et raconter vos histoires.

Moderator: Modérateurs section Pokémon et Vous

Post Reply

Alors, qu'est-ce que vous en pensez ?

Génial !
2
50%
Sympa
2
50%
Bof
0
No votes
Médiocre
0
No votes
Nul de chez nul !
0
No votes
 
Total votes: 4

User avatar
Lycanrok
Posts: 3324
Joined: Sat 01 Dec 2018, 17:49
Location: Joulupukin keittoastia
Contact:

[Fanfiction PKU] Péripéties de Frères Pokéumains

Post by Lycanrok » Sat 06 Jan 2024, 03:39

Salut ! Ça faisait un bail que j'avais plus d'inspiration pour écrire, alors j'ai abandonné Sous le Signe des Pokémon car trop compliquée à terminer.

Mais maintenant, les idées sont de retour, grâce à @SteelGengar et sa fic PKU !

Je vous présenterai donc dans ce fil une histoire complètement originale, intitulée "Les Péripéties de Frères Pokéumains" (raccourci en LPdFP).

Au fait, j'ai glissé quelques références de popculture dedans, j'espère que vous les trouverez !
Bonne lecture !

Liste des chapitres :
Prologue : https://forum.pokepedia.fr/viewtopic.ph ... 67#p130267
Ch. 1 : https://forum.pokepedia.fr/viewtopic.ph ... 68#p130268
Ch. 2 : https://forum.pokepedia.fr/viewtopic.ph ... 71#p130271
Ch. 3 : https://forum.pokepedia.fr/viewtopic.ph ... 77#p130277
Ch. 4 : https://forum.pokepedia.fr/viewtopic.ph ... 83#p130283
Ch. 5 : https://forum.pokepedia.fr/viewtopic.ph ... 92#p130292
Ch. 6 : https://forum.pokepedia.fr/viewtopic.ph ... 97#p130297
Ch. 7 : https://forum.pokepedia.fr/viewtopic.ph ... 01#p130301
Ch. 8 : https://forum.pokepedia.fr/viewtopic.ph ... 02#p130302 (vous remarquerez le recyclage de l'arc du tournoi)
Ch. 9 : https://forum.pokepedia.fr/viewtopic.ph ... 07#p130307
Ch. 10 : https://forum.pokepedia.fr/viewtopic.php?t=3328#p130311
Ch. 11 : https://forum.pokepedia.fr/viewtopic.php?t=3328#p130313
Last edited by Lycanrok on Thu 18 Jan 2024, 14:03, edited 12 times in total.
N'oubliez pas : GrammarFerno is ALWAYS watchin' u.

User avatar
Lycanrok
Posts: 3324
Joined: Sat 01 Dec 2018, 17:49
Location: Joulupukin keittoastia
Contact:

[Fanfiction PKU] Péripéties de Frères Pokéumains

Post by Lycanrok » Sat 06 Jan 2024, 03:40

Prologue - Un nouveau départ

Une musique résonnait dans mes oreilles.
Sashikonda hikari sutaato no aizu…
Ma chaîne Hi-Fi était restée allumée toute la nuit, comme toutes les nuits. Cette chanson est l’un de mes openings d’anime favoris, “Mirai Connection”, troisième générique de Pokémon Soleil & Lune. En ouvrant les volets, j’éteignis le lecteur en même temps, puis dirigeai ma main vers ma boîte à lunettes. Pleines de sébum, comme d’habitude. Depuis mon étagère remplie à craquer de dictionnaires, une peluche de Flamiaou portant une perruque à frange m’observait d’un regard blasé et vide.
  • - Mmmmpffh… bonjour Hélio, dis-je en enfilant mon t-shirt.
La peluche ne répondit pas. Il était 9h et demie, heure à laquelle je me lève presque tous les matins depuis que les vacances d’été sont arrivées ; et mon ventre gargouillait déjà. Je descendis prendre mon petit-déjeuner, croisant ma mère faisant son sport.
  • - B’jour m’man…, lui lançai-je, la tête dans le cul.
Elle me répondit avec une salutation matinale essoufflée. Je traversai le salon pour aller dans la cuisine, lieu divin aux arômes de nourri- ah ben non, c’est le lave-vaisselle qui doit être vidé. J’insérai deux tranches de pain de mie dans le grille-pain, et pendant la cuisson, vidai la machine pleine d’assiettes brûlantes et humides.

Mes tartines prêtes et un verre de lait sur la table, je m’installai sur ma chaise avec mon téléphone pour regarder mes notifications. Presque aucune, bien entendu, à part quelques mentions de rôles sur Discord. Je n’ai jamais vraiment eu de relations sociales à long terme, et encore moins de ce qu’on pourrait qualifier de “meilleur ami”. J’ai changé deux fois d’établissement en 5ème à cause du harcèlement, puis suis revenu au premier en 3ème, pour finir cette période atroce qu’était le collège. En juin, l’année de 1ère s’est terminée. Grâce à mon redoublement de 2nde ayant annulé mon saut de classe, j’ai enfin pu me faire de vrais amis. Mais, habitant au fin fond de la campagne bretonne avec un vélo qui a toujours un pneu crevé, je ne peux jamais sortir de chez moi, même pour jouer à Pokémon GO. Internet est donc le seul moyen pour moi de me sociabiliser en vacances, et j’y passe la majorité de mon temps, au grand dam de mes parents, qui ont comme mauvaise manie de mettre un contrôle parental partout : ordinateur, téléphone, Switch…
Et c’est justement grâce aux jeux vidéo que ma plus grande passion s’est révélée : Pokémon. L’ère Noir & Blanc a été pour moi et mon frère le début d’une grande aventure, et l’est toujours 8 ans après. Ma région préférée ? Alola bien sûr. Reçu pour mes 11 ans, Pokémon Soleil m’a fait adorer la série encore plus qu’avant : le Pokédex National complété à 99,8%, j’étais et suis toujours fier de ma collection de créatures stockées pour toujours dans un PC inaccessible depuis la mise hors service de ma 2DS. J’ai eu un coup de cœur pour un petit chat noir et rouge lors de ma première visite de la région, désormais un superbe tigre de niveau 100 nommé Hélio.

Ma collation engloutie, je me levai et mis le cap sur le salon de l’étage, réservé à moi et mon frère. Rempli à ras bord de manga et de merch’, c’est un peu mon lieu de vie principal. Un petit bruit feutré se fit entendre dans les escaliers ; une boule de poils grise et blanche montra le bout de son museau derrière la rambarde. Milhouse, un de nos trois chats, un moteur à ronrons, vint patouner sur le fauteuil à ma gauche, tandis que je m’affalai dans le canapé, visionnant une nouvelle vidéo d’un de mes Youtubeurs favoris.
~ ~ ~ ~ ~
Aujourd’hui, le 28 août, est un jour comme les autres, si ce n’est que mon frère Ciarán et moi devons préparer nos sacs pour la rentrée. Nos parents se sont absentés pour un bon moment : notre père était au travail depuis le matin, et notre mère partie chercher les courses au drive.
J’étais en train de lire un One Piece, quand tout à coup, Ciarán a déboulé hors de sa chambre, traversant la salle de jeux pour se regarder dans le miroir en criant et gémissant. Je sortis de ma chambre pour voir quelle était la raison pour laquelle ce malotru de 13 ans me dérangeait, et quelle ne fut pas ma surprise lorsque je vis qu’il avait trois doigts violets et griffus à la place des siens ! Il me lança :
  • - MAIS C’EST QUOI CE BORDEL ‽ ILS SONT OÙ MES DOIGTS ‽
  • - Ben, fallait pas les mettre dans ton nez, c’est ce qui arrive quand tu le fais trop souvent…
  • - Ta gueule. T’as pas à faire de commentaires, t’as vu ta tronche, toi ? me répondit-il avec mépris (son attitude de base) et un doigt d’honneur pourpre.
  • - Quoi, ma tronche ? Elle est parfaitement norma-

Stupéfait, mon reflet affichait un énorme monosourcil rouge, plus grand encore que celui que j’avais d’habitude, s’étendant sur mon front par une forme étoilée.
  • - MAIS C’EST QUOI CE BORDEL ‽ fis-je sur la même intonation que lui.
Tout à coup, la cloche de la porte d’entrée retentit. Qui cela pourrait-il bien être ? Nos parents n’attendaient pas de colis… Ciarán alla chercher son nunchaku (je sais toujours pas d’où il le sort) et nous descendîmes prudemment au rez-de-chaussée. Un livreur Deliveroo tout de noir vêtu attendait devant la porte vitrée, sans avoir retiré son casque de moto. Je tournai la poignée et lui fis remarquer de ma voix la plus polie possible, tout en essayant de cacher la touffe de fourrure écarlate :
  • - Bonjour, je suis désolé mais nous n’avons jamais rien commandé par n’importe quelle application de livraison à domicile, je pense que vous êtes à la mauvaise adresse.

L’homme répondit, sa voix étouffée par la visière opaque :
  • - En êtes-vous sûrs ? Vérifiez quand même le contenu du sac.

Il posa ce dernier sur le paillasson, glissa la fermeture éclair et souleva l’ouverture vers lui, révélant son contenu, du moins ce qu’il était censé il y avoir. Au lieu de junk food emballée maladroitement, une épaisse fumée mauve en sortit et perça mes narines. Mon frère essaya d’évacuer les gaz, sans succès, mais réussit à briser le Plexiglas de la protection faciale du faux livreur, faisant apparaître des yeux gris, dans le vague. Ma vision se troubla, puis mes jambes rechignèrent à me supporter. Je m’étalai sur le pas de la porte en entendant une dernière chose : un son de chaîne contre le sol.

Lorsque nous nous réveillâmes, nous étions dans le noir. Mes sens encore troublés par l’évanouissement soudain, je fis remarquer à mon puîné que nous étions en mouvement. Au moment où je finis mon constat, le supposé véhicule s’arrêta, sûrement à un feu rouge. Mais ce n’était pas du tout ça. Des cris de douleur retentirent en dehors du capot, ainsi que des bruits de métal contre lequel on cognerait.
Le ramdam finit subitement. Un faisceau illumina le coffre du van, dessinant une silhouette élancée en haut et rondouillarde en bas. Une autruche était en train d’ouvrir les portières arrière avec ses ailes.
  • - Ça va, vous deux ? questionna-t-elle.
  • - À peu près, répondîmes-nous d’une même voix.
  • - Kess’ tu fous là, l’autruche ? demanda ensuite mon frère, interloqué.
  • - Un peu de respect, je te prie. Mon nom est Lachésis, et j’ai été envoyée pour vous secourir.
  • - OK mais par qui ? Une autruche qui sort de nulle part, sur la voie express bizarrement déserte, c’est louche non ? fis-je remarquer.
  • - Pour tout vous dire, je ne suis pas une simple autruche, je suis un Cléopsytra. De type Psy bien entendu. La BP de Saint-Malo m’a ordonné de chercher deux petits nouveaux de la forêt de Brocéliande.
  • - La quoi de Saint-Malo ? ajouta mon frangin.
  • - BP, acronyme de Base Pokéumaine… Alors, je sais ce que vous allez me dire : “Mais madame Lachésis, qu’est-ce que c’est qu’un Pokéumain ?” Eh bien un Pokéumain, c’est une personne comme moi, et comme vous maintenant, qui est devenu un Pokémon via un éveil de gènes enfouis au fond de l’ADN. C’est complexe, mais au moins vous saurez à l’avenir. Ah, et avant que j’oublie : ne faites JAMAIS confiance à des livreurs habillés en noir. C’est une technique de la Pokéxtinction pour kidnapper de jeunes Pokéumains pas encore transformés et recrutés dans nos rangs.
  • - Y’a des méchants ? l'interrompit Ciarán avec une intonation similaire à un personnage d’une célèbre série.
  • - Ahem, oui, en effet, continua Lachésis. Des soldats lobotomisés par une organisation opérant dans l’ombre pour exterminer les nôtres. Un peu comme une mafia en plus extrême, si ça vous aide. Et moi, je suis une TSP, chargée de secourir les évoluants comme vous lorsque l’on en trouve en danger. L’homme qui vous a embarqué avait un complice, un Neitram, pour laver le cerveau des témoins au cas où il y en aurait. Ils vous ont ensuite prélevé de l’ADN pour vous cloner et placer les copies à votre place. Ces copies sont des reproductions exactes de vous, jusqu’à la mémoire et aux souvenirs.
  • - Ah, les en…, commença mon frère.

Je lui fis un regard désapprobateur.
  • - …foirés ! finit-il, pour être plus poli.
  • - Donc, termina la Cléopsytra, on m’a donné pour mission de vous récupérer pour vous placer en sécurité dans notre base.

Flash.
À l’endroit où Lachésis se tenait, une jeune femme en robe jaune et aux cheveux argent était en train de faire tournoyer un porte-clefs autour de son index droit.
  • - Montez, on part au bord de la mer ! nous lança-t-elle avec un sourire.

Nous obéîmes et le moteur vrombit. La mystérieuse Lachésis nous avait sauvé d’un destin atroce, et nous emmenait à la cité fortifiée. Une nouvelle aventure nous attend sur les côtes de la Manche !
Last edited by Lycanrok on Sat 20 Jan 2024, 02:09, edited 4 times in total.
N'oubliez pas : GrammarFerno is ALWAYS watchin' u.

User avatar
Lycanrok
Posts: 3324
Joined: Sat 01 Dec 2018, 17:49
Location: Joulupukin keittoastia
Contact:

[Fanfiction PKU] Péripéties de Frères Pokéumains

Post by Lycanrok » Sun 07 Jan 2024, 04:14

Chapitre 1

Les embruns malouins entrèrent en contact avec mes nerfs olfactifs, me redonnant progressivement de l’énergie. Les mouettes piaillaient au-dessus de nos têtes, lâchant de temps en temps un petit tas blanc au sol. Les remparts de la cité se tenaient face à nous trois dans leur majestuosité dodécacentenaire. Nous emboîtâmes le pas à Lachésis, qui se dirigeait dans la ruelle principale ; étrangement, aucun citadin ne fit attention à nous. Un virage à droite nous mena dans une ruelle étroite se terminant en cul-de-sac. Notre mentor sortit alors une gemme de sa poche, et un trou de ver se matérialisa dans la paroi.
  • - Allez, passez devant, je surveille nos arrières, nous lança-t-elle.

Ciarán entra le premier dans le mur : le rendu pour un spectateur est presque aussi impressionnant que la voie 9/¾, la personne disparaissant petit à petit à travers la pierre. Je le suivis, non sans crainte. La sensation était vraiment bizarre, je ressentis un frisson comme si j’avais entendu une fourchette crisser dans une assiette. À la sortie, nous remarquâmes que la ville était toujours présente, mais quelque chose était différent : des Pokémon se promenaient un peu partout dans les rues pavées, et des Goélise faisaient des vols planés à la place des oiseaux guanifères.

Une porte se tenait à notre gauche ; Lachésis, redevenue struthioniforme, nous avait rejoint. Elle ouvrit la porte, qui révéla un long couloir dont le sol était recouvert de lino bleu-gris. Nous la suivîmes une fois de plus, jusqu’à arriver devant une porte avec une vitre opaque. Un panonceau disait : “DIRECTEUR – Cpt. MYRDDIN, Sarmuraï”. Elle toqua avec son bec, et après avoir entendu un “Entrez.”, ouvrit. Un énorme bathynome argenté coiffé d’un tricorne était assis à un bureau, pipe sous les mandibules. Il nous toisa du regard, puis nous fit signe de nous assoir. Le capitaine posa ses coudes sur la table et nous glissa des feuilles et des stylos.
  • - Bienvenue, moussaillons. Inscrivez vos prénoms, âge et genre sur ce formulaire, nous dit-il d’une voix de pirate. Je suis le capitaine Myrddin, Sarmuraï boucanier depuis une quarantaine d’années et directeur de la Base Pokéumaine de Saint-Malo.

Nous finîmes d’écrire nos informations sur le papier, puis une patte monodactyle les fit passer de l’autre côté de la table.
  • - Alors, voyons voir… Ciarán, garçon de 13 ans, et Taliesín, jeune homme de 16 ans… À votre apparence, je peux dire que votre transformation vient à peine de débuter, n’est-ce pas ? Les évoluants doivent rester isolés pendant une semaine en attendant la finalisation, vous n’avez pas de problème avec ça ?
  • - Pas du tout mon capitaine, lui répondis-je en rentrant dans son jeu, ça ne changera presque rien à mes habitudes.

Ciarán acquiesça en ricanant.
  • - Bon. Lachésis, je te confie ces deux-là. Avez-vous des questions, les garçons ?
  • - Oui, fit mon frère, on est où ici ? Je me doute que c’est la BP, mais on est à quel endroit plus précisément ?
  • - Eh bien, ici, c’est le campus scolaire, dont je suis également le proviseur. Si vous faites une grosse bêtise, c’est dans mon bureau que vous serez envoyés. Compris ?

Il fit un signe approbateur de la tête. Le Sarmuraï esquissa ce qui semblait être un sourire, puis nous tendit chacun une clef avec un numéro attaché. La mienne portait le 0727 et l’autre le 0093, numéros de Pokédex de nos nouvelles apparences respectives.
Lachésis nous dirigea vers un ascenseur et pressa le bouton 2. La boîte nous fit monter les étages, et nous sortîmes pour arriver dans une grande salle. Elle nous fit remarquer que cette pièce était la salle commune des élèves de 1ère génération. Un autre couloir, rempli de portes numérotées, s’étendait devant nous. Nous marchâmes jusqu’à la porte n°0093, celle assignée à Ciarán. Il l’ouvrit et se retrouva dans une chambre immense, plus spacieuse que le salon chez nous. Un lit recouvert d’un drap indigo et violet se tenait à droite, tandis qu’un secrétaire assez rétro était situé à ses côtés. À gauche, un canapé et des bibliothèques pleines de médias Pokémon prenaient la plupart de l’espace, ainsi qu’une télévision et une table basse. Ce qui semblait être un placard était en fait la salle de bains, avec douche, lavabo et W.C. compris ; un verre et une brosse à dents étaient posés sur le lavabo, accompagnés d’un tube de dentifrice rose & bleu et d’un distributeur de savon. Le placard à vêtements, placé juste dans l’angle du bureau, était assez spacieux pour accueillir quelques serviettes ainsi qu’une demi-douzaine de tenues complètes. Un évier était aussi présent, ainsi qu’un micro-ondes et un petit assortiment de vaisselle & couverts.
  • - Je vous explique vite fait comment ça se passera pour vous ici : pendant une semaine, vous resterez ici sans sortir. Un collègue TSP et moi vous servirons vos repas à domicile, que vous sélectionnerez depuis la tablette qui se trouve dans le tiroir de la table. Si vous avez besoin de quoi que ce soit, n’hésitez pas et appelez-moi en tapant 9-0956 sur l’interphone.

Notre accompagnatrice laissa Ciarán s’installer, puis m’emmena vers ma chambre (la n°0727), identique à la précédente, si ce n’est que les draps étaient noirs et rouges. Elle me laissa me poser et s’en fut en fermant la porte.

Après 4 longues heures à tourner en rond ou à lire des mangas, une sonnerie retentit : il était 19h, l’heure du dîner. Je sortis la tablette de sa cachette, cliquai sur l’icône “Menus du jour” et fis défiler la liste des plats. Que de variété ! Je me décidai pour une omelette Leveinard et choisis comme dessert un paquet de sablés Yantreizh, la spécialité su coin. Les plats, préparés chaque jour par une équipe culinaire extrêmement compétente, ont une saveur absolument divine. L’omelette, préparée avec des Œufs Chance, de la crème fraîche et du jambon, fondait dans la bouche. Les biscuits, quant à eux, avaient une délicieuse saveur de beurre typiquement bretonne et des miettes tombant de partout.
Mon repas avalé, j’appelai Lachésis pour venir chercher l’assiette vide, puis m’affalai sur le sofa. J’allumai la télé, et regardai les informations. Des journalistes Pokéumains les présentaient, habillés en costard-cravate, et avaient l’air moins assommants que les nôtres. Je zappai sur une autre chaîne, présentant cette fois-ci un jeu télé, mettant en scène des épreuves PAS DU TOUT conçues pour les humains normaux, par exemple, arrêter un tronc lancé à pleine vitesse en un coup de poing ou escalader une falaise sans équipement.

Les heures passèrent, et il commençait à faire sombre. Le réveil sur ma table de nuit affichait 22h16 et projeta un petit hologramme représentant un Rondoudou qui chante, ce qui signifiait probablement que c’était l’heure du couvre-feu. J’ouvris le placard et y trouvai un pyjama un peu large, sûrement plus adapté à mon moi futur. Je me déshabillai et l’enfilai, nageant dans le t-shirt taille XL. Un hululement se fit entendre au loin. Je posai mes lunettes sur la table de nuit et m’enfouis sous les draps, fermant les yeux en pensant à ce à quoi ma nouvelle vie pourrait ressembler.
~ ~ ~ ~ ~
Mon apparence changeait au fil des jours : du monosourcil, je gagnai une queue rayée, des pattes griffues, un museau et une dizaine de centimètres de plus.
Le dimanche qui suivit, le 3 septembre, était la veille de la rentrée. Au réveil, mon physique était enfin complètement transformé : un Félinferno se tenait debout devant le miroir du placard, ébahi devant le reflet auquel le pyjama allait parfaitement. Je pris quelques précautions avant de me changer, par exemple, vérifier si la ceinture enflammée ne brûlait pas les objets avec lesquels elle entrait en contact (ce n’était pas le cas). J’enfilai donc un des jeans qui traînait dans l’armoire, ainsi qu’un t-shirt. Ce dernier avait un motif que je trouvais amusant : un certain plombier avec une expression d’amertume après avoir essayé de mordre dans un Selutin.

J’étais en train de composer le numéro de la TSP quand on toqua à la porte : elle était venue vérifier si la transformation était achevée, et fut satisfaite de voir que c’était le cas. Elle était accompagnée d’un Spectrum, visiblement agacé.
  • - Ben alors, pourquoi tu fais cette tête ?
  • - Y’a pas un truc qui te choque en te comparant à moi ? me répondit-il agressivement.

Je le scrutai de haut en… juste le haut en fait. Les Spectrum n’ont pas de jambes, et là était la raison pour laquelle il avait l’air énervé.
  • - Au moins t’as pas besoin de chaussures, lui lançai-je avec un petit rire moqueur.

Il répondit à cette pique par un doigt d’honneur, comme il le faisait d’habitude. Lachésis leva les yeux au ciel et nous accompagna à travers le couloir, vers l’ascenseur.
  • - Vous savez où l’on va ?
  • - Euh… au réfectoire ? devinai-je.
  • - Pas du tout ! Vous devez d’abord passer une visite médicale.

Je regardai mon frangin avec stupeur, que je pouvais aussi voir dans son regard.

Nous arrivâmes au rez-de-chaussée et prîmes le premier couloir à gauche en direction de l’infirmerie.
Une Sidérella en blouse blanche nous y attendait. Elle tenait une espèce d’EpiPen dans sa main droite, dont la pointe brillait d’un blanc éclatant. La dénommée Mme. Milvezeg nous fit signe de nous asseoir et nous dit :
  • - Bon, bienvenue à l’infirmerie, où j’espère ne pas trop avoir à vous voir au cours de votre séjour. Vous allez devoir passer une batterie de tests pour être aptes à vivre votre nouvelle vie. Le Spectrum, viens en premier.

Mon frère s’approcha et s’installa comme il le pouvait sur le lit recouvert d’un papier absorbant. L’infirmière le mesura, vérifia si toutes les fonctions corporelles étaient opératives, puis brandit son objet menaçant.
  • - Donne-moi ton poignet, lui ordonna-t-elle.
Il obéit en tremblotant et sentit une petite aiguille le traverser. Je l’aperçus ressortir de l’autre côté de sa main ectoplasmique. Un horrible hurlement résonna dans toute la pièce, suivi de gémissements. Il descendit du lit en tenant sa main transpercée avec les larmes aux yeux. La Sidérella inséra la seringue dans un emplacement de son ordinateur et tapa quelques données. Elle imprima ensuite la fiche d’identité de Ciarán, qu’elle lui tendit. Il y était écrit :
· Nom : Ciarán
· Sexe : M
· Âge : 13
· Espèce : Spectrum (Type : Spectre et Poison)
· Numéro : 0093
· Taille : 1,32m
Elle lui dit :
  • - La seringue permet de vérifier si ton type est correct. Il est possible dans de rares cas que l’un d’entre eux soit un type différent de l’espèce habituelle, comme un Florizarre de type Plante et Psy au lieu de Poison. Normalement, elle prend aussi un échantillon de sang, mais comme tu es un type Spectre, tu n’en as pas sous cette forme. Au tour du grand gaillard maintenant !
Je me levai et allai m’installer sur le même lit. Elle me fit subir les mêmes examens, et planta l’aiguille dans mon bras. Un deuxième hurlement se fit entendre, et je rejoignis mon frère en me retenant de pleurer. Répétant la procédure, Elle me tendit ma fiche, qui disait :
· Nom : Taliesín
· Sexe : M
· Âge : 16
· Espèce : Félinferno (Type : Feu et Ténèbres)
· Numéro : 0727
· Taille : 1,76m
· Groupe sanguin : A+
  • - WOW, 1,76m ! m'étonnai-je. 15 centimètres de plus en un semaine, c’est impressionant !
  • - Bon, on dirait que tout a l’air en ordre ! dit Lachésis.

L’infirmière nous fit ensuite signe de nous asseoir devant son bureau. Elle nous passa des feuilles d’inscription aux cours. Une dizaine de matières étaient disponibles :
-Stratégie, avec M. Kelenner le Lanssorien (obligatoire)
-Combat, avec M. Exousias le Malvalame (obligatoire)
-Sport, avec M. Droad le Gambex (obligatoire)
-Histoire, avec Mme. Amzer la Kaorine (obligatoire)
-Technologie, avec Mme. Le Barzh la Salarsen (obligatoire)
-Éducation ménagère, avec Mme. Mercier la Manternel (obligatoire)
-Langues, avec M. Mångaspråk le Lakmécygne
-Médecine, avec Mme. Milvezeg la Sidérella
-Club de musique, avec Mme. Le Barzh la Salarsen
-Club de travaux manuels, avec M. Arzon le Tag-Tag
Ma sélection d’options fut rapide : j’ai toujours été passioné par les langues et le dessin. Ciarán, quant à lui, sélectionna le club de musique car les collégiens ne pouvaient pas choisir d’autres matières autres que les 6 principales. La Sidérella prit un petit air déçu car son cours était le seul que nous n’avions pas sélectionné, puis nous invita à sortir.

Après un passage au réfectoire pour le petit-déjeuner, Lachésis nous emmena enfin dans une boutique de fournitures scolaires. Nous choisîmes nos cahiers, crayons et sac, puis le caissier nous demanda notre liste de cours. Nous lui montrâmes chacun la nôtre, et il nous donna les manuels de niveau 2 et 5 de Stratégie, d’Histoire, de Technologie et d’Éducation Ménagère, ainsi que celui de niveau 5 pour les langues (qui, au passage, pèse presqu’autant qu’un parpaing). Notre TSP le remercia et nous revînmes dans nos chambres respectives pour préparer nos sacs du lendemain.
Last edited by Lycanrok on Mon 15 Jan 2024, 22:30, edited 2 times in total.
N'oubliez pas : GrammarFerno is ALWAYS watchin' u.

User avatar
Lycanrok
Posts: 3324
Joined: Sat 01 Dec 2018, 17:49
Location: Joulupukin keittoastia
Contact:

[Fanfiction PKU] Péripéties de Frères Pokéumains

Post by Lycanrok » Mon 08 Jan 2024, 11:27

Chapitre 2

C’est le grand jour ! Le réveil sonna à 7h30, et je me réveillai tant bien que mal pour me préparer. J’enfilai un t-shirt et un jean, puis sortis en direction de la salle commune n°7. Une vingtaine de camarades étaient présents, et après m’être présenté, je suivis le groupe vers le réfectoire.
Ciarán me rejoignit en compagnie d’un Racaillou, nommé Kelvin, et d’un Pikachu, Alan. Ils devaient avoir son âge. Pendant que nous prenions notre petit-déjeuner, une Wimessir en tailleur entra dans la salle, avec un énorme trieur dans les bras.
  • - Bonjour à tous ! Je suis Eseld, la secrétaire du directeur. J’ai pour mission aujourd’hui de vous remettre vos emplois du temps. Je vais vous appeler un par un, par ordre alphabétique des prénoms et par classe.
Elle commença par “Alan le Pikachu”, en classe de 4ème. Les noms défilèrent et les feuilles furent distribuées au fur et à mesure. Arrivée à la classe de Terminale, elle appela “Anatole le Drackhaus” et lui donna sa feuille. Quelques noms passèrent et je reçus enfin la mienne :
8h30 : Langues - M. Mångaspråk le Lakmécygne (Salle 581)
9h20 : Stratégie - M. Kelenner le Lanssorien (Salle 887)
10h05 : Pause du matin
10h25 : Sport - M. Droad le Gambex (Gymnase)
11h15 : Combat - avec M. Exousias le Malvalame (Stade)
12h10 : Déjeuner
13h20 : Histoire - Mme. Amzer la Kaorine (Salle 344)
14h10 : Technologie - Mme. Le Barzh la Salarsen (Salle 849)
15h00 : Pause de l’après-midi
15h20 : Éducation ménagère - Mme. Mercier la Manternel (Salle 550)
16h10 : Club de travaux manuels - M. Arzon le Tag-Tag (Salle 945)
L’emploi du temps était séparé en huit heures de cours de 50 minutes chacune, entrecoupées de trois pauses. Je sentis que l’année allait se passer comme sur des roulettes !

Je me dirigeai vers la salle n°581 pour mon premier cours de langues. Mais quelles langues, au juste ? Un petit groupe d’élèves de mon âge était rassemblé devant la porte, regardant leur tablette ou feuilletant leur manuel. Un battement d’ailes survint : notre professeur arriva. Il nous salua et ouvrit la salle, puis s’installa à son bureau. Nous choisîmes nos places en attendant les derniers (par habitude, je me mis tout devant, en face du tableau), et lorsqu’un jeune Togetic arriva essoufflé, l’enseignant ferma la porte. Il inscirvit son nom au tableau :
  • - Bonjour, chers élèves ! nous lança-t-il avec un gros accent. Je suis M. Mångaspråk, votre professeur de langues. Comme mon nom est assez compliqué pour les français, je vous autorise à m’appeler “M. Språk”.
Il leva son aile droite et sépara les plumes réprésentant son majeur et son annulaire, esquissant un sourire.
  • - Pour commencer, je vais vous demander d’écrire votre nom sur une feuille et de la poser en écriteau. Écrivez bien grand je vous prie !
Je sortis un carnet de mon sac, arrachai une page et traçai les lettres de mon prénom. Tenir un stylo avec des gros doigts n’est pas très facile, mais je m’y ferai au fil du temps.
  • - C’est bon, tout le monde a fini ? Bien, voyons voir la liste… Viggo l’Excavarenne, Corey le Dimoclès, Taliesín le Félinferno, Marthe la Girafarig, Pariya la Briochien, Céleste le Togetic, Edmond le Hariyama, Zoé la Kravarech… On dirait que tout le monde est là. Mon cours peut donc débuter.
Le cygne projeta une liste au tableau. Comprenant quelques langues, il nous expliqua que celles que nous étudierons en cours seront celles utilisées pour traduire les jeux Pokémon : anglais, allemand, espagnol, italien, japonais, chinois et coréen, mais aussi le suédois, langue natale du prof. Il nous invita ensuite à sortir nos tablettes pour ouvrir l’application “Pokédex” et chercher le nom de notre espèce en anglais, allemand, japonais, coréen et chinois, pour ensuite les réécrire dans notre cahier. J’inscrivis :
FR : Félinferno
EN : Incineroar
DE : Fuegro
JP : Gaogaen / ガオガエン
ZH : Chìyànpáoxiāohǔ / 炽焰咆哮虎
KO : Eoheungyeom / 어흥염


Argh, mais pourquoi les noms chinois sont aussi longs ? Celui-ci, c’est juste quatre mots côte-à-côte ! Je posai mon stylo pour regarder le tableau. Le professeur avait fait la même chose que nous, et avait ajouté du suédois, un nom de sa composition.
  • - Comme vous pouvez le voir, Lakmécygne se dit “Swanna” en anglais et en japonais, “Swaroness” en allemand, “Seuwanna” en coréen et “Wǔtiān'é” en mandarin. Remarquez que le nom suédois que j’ai inventé est présent à côté : “Dansvan”. L’étymologie est assez simpliste mais fonctionne bien, le nom est formé après une fusion des mots “dansa”, danse ; et “svan”, cygne. À votre tour de me dire votre espèce dans d’autres langues.
Tour à tour, les élèves essayèrent tant bien que mal de prononcer les noms, avec quelques difficultés pour les langues asiatiques. M. Språk fit quelques remarques par rapport aux accents toniques du chinois pour bien les marquer, puis nous donna quelques devoirs :
  • - Bien, pour jeudi, vous me trouverez les noms d’un Pokémon par génération dans chacune des langues, puis essayerez d’en créer un pour les neuf heureux élus en suédois, dont vous avez normalement tous un dictionnaire dans votre bibliothèque. À demain ! dit-il au même moment où la cloche sonnait.
Je rangeai mes affaires dans mon sac, puis sortis de la salle, suivi par Viggo et Corey. Viggo portait une boucle d’oreille dorée à l’oreille gauche, et Corey une écharpe autour de ses fourreaux. Ces deux-là ont l’air de bien s’entendre, pensai-je. Vivement que je me fasse des amis.
~ ~ ~ ~ ~
9h18. La classe était rassemblée au complet devant la salle de classe de M. Kelenner. Ce dernier flottait depuis le rez-de-chaussée pour nous rejoindre, en survolant la balustrade de l’étage. Des lunettes décoraient les fentes qui lui servaient d’yeux, et les espaces sur sa tête étaient bizarrement dénués de Fantyrm. Peut-être qu’il n’a juste pas d’enfants, ou qu’il ne les amène pas en cours.

Nous nous installâmes dans une salle à l’aménagement proche d’un amphitéâtre d’université. À ma gauche, un Écaïd, un Lianaja et un Ludicolo discutaient en rigolant. À ma droite, une Olivado ayant l’air timide essayait de se faire discrète. Le dragon flotta vers l’estrade.
  • - Bonjour à tous, et bienvenue à votre premier cours de Stratégie. Je suis M. Kelenner, et je vous enseignerai cette matière sur toute l’année. Veuillez sortir vos cahiers et manuels. Vous n’aurez pas besoin de votre tablette aujourd’hui.
À sa façon de parler, on pouvait deviner qu’il était de nature Sérieuse et vraiment impliqué dans son métier. Après avoir fait l’appel, il nous parla de ce à quoi servait la stratégie pendant un combat. Il fit une pause dans ses explications pour interroger un élève :
  • - Mademoiselle Veronica, si votre prochain adversaire était un Cupcanaille, quelle capacité devriez-vous apprendre pour le battre le plus aisément possible ?
  • - Euh… Comme les types Fée sont faibles face aux types Acier et Poison, je suppose qu’il faut que j’en apprenne une d’un de ces types. Et je crois qu’il n’y en a qu’une seule disponible dans mon learnset, Queue de Fer. Il faudra donc que je me procure le DT nécéssaire pour l’apprendre.
  • - Bien. Monsieur Louis, un Aéromite vous a utilisé Poudre Toxik contre vous, quelle est votre moyen de défense ?
  • - Je lance la capacité Façade que j’ai apprise auparavant via une CT.
  • - Excellente technique. Passons à quelques exercices, à présent.
Il nous envoya des feuilles de problèmes d’affinités de type, accompagnées d’un tableau à double entrée. Des images de différents Pokémon étaient imprimées en dessous, et la question était “Connaissez-vous bien votre table des types ? Nommez celui ou ceux qui feront des dégâts Super Efficaces sur le Pokémon donné.
Le premier était un Nigirigon. De type Eau et Dragon, le type Glace ne sera donc d’aucune utilité à moins d’utiliser Lyophilisation, mais ce n’était pas la question. Je répondis donc avec les autres faiblesses du type Dragon, à savoir Fée et Dragon lui-même.
Ensuite, un Scalproie, de type Acier et Ténèbres. En ayant décimé par dizaines dans le dernier jeu, je savais bien évidemment qu’il était extrêmement faible face aux capacités de type Combat. Les types Feu et Sol lui font également beaucoup de dégâts, ce furent donc mes trois réponses.

Après cinq ou six problèmes, la feuille commençait à être bien remplie. Le dernier était un Ohmassacre, de type Électrik pur. La logique voudrait que l’on réponde avec le type Sol mais ce Pokémon possède le Talent Léviation, donc aucun type ne sera super efficace sur lui.
Ma fiche d’exercices terminée, je pris soin de la ranger dans une pochette. M. Kelenner surveillait les rangs, et m’aperçut :
  • - Déjà terminé ?
  • - Oui monsieur, dis-je poliment. Les corrections se feront-elles cette heure-ci ou au prochain cours ?
  • - Hmmm, au prochain cours, je dirais. Certains semblent avoir besoin d’un Coup d’Main avec les affinités de type, je leur laisserai donc le temps de les travailler ce soir. Vous pouvez continuer de ranger votre feuille.
Il jeta un coup d’œil sur les exercices complétés du trio à ma gauche, qui étaient en train de faire un pendu, et continua son chemin avec un sourire satisfait.

Un Éoko entra dans la salle et gigota en disant “C’est la récré ! C’est la récré ! C’est la récré !”. Notre instituteur nous fit savoir que les exercices devraient être terminés pour demain, puis nous autorisa à sortir. Je mis mon sac sur mes épaules et me mis en marche. Les trois olibrius marchaient devant moi, discutant de jeux vidéo.
  • - Hier, j’ai enfin atteint l’Elite Smash avec DaDiDou, je te raconte pas la galère que ça a été ! commença l’Écaïd, nommé Nicolas.
  • - Perso je suis toujours bloqué à 12 millions avec, mais j’y ai mis une quinzaine de persos avant, fit Louis.
  • - Au fait, vous avez vu les affiches dans le campus ? Y’a un tournoi qui a été organisé, enchaîna Arthur, le Ludicolo. Pas de Smash, du coup, mais en IRL. On s’inscrit ?
  • - Moui, si tu veux, lui dit Nicolas. Louis, t’en penses quoi ?
  • - Ben, on est bons en Combat Trio et Duo, mais je sais pas ce que ça donnera en Solo. Autant essayer.
  • - Un tournoi de combat ? les interrogeai-je. Ça a l’air intéressant ! Je suis encore débutant mais j’y assisterai sûrement.
  • - Ah ! Taliesín, c’est ça ? Faut pas arriver derrière les gens comme ça hein. Ouais, y’a souvent des évènements sportifs comme ça dans l’année. On est ici depuis la 2nde, du coup on a pu en voir pas mal, me répondit Louis.
  • - Le dernier en date, c’était Herzog le Tentacruel qui affrontait le Conseil 4, je crois. Il avait éclaté Padraig le Dolman en deux-trois coups, mais s’est fait rétamer par Morrigan, la Sorcilence. Il a même pas pu se mesurer à Rhiannon la Coatox et Rufus le Désséliande, ajouta Arthur.
  • - Ah, y’a un C4 ici ?
  • - Ouaip, les 4 Pokéumains les plus forts de Saint-Malo, en dehors du Capitaine et du Commandant des TSP. C’est presque impossible de tous les battre, mais si tu réussis, on parle de toi pendant des semaines, et tu as le droit de quitter la base avec un cadeau, un accessoire d’humanisation comme les TSP.
  • - Whoaaaaa… fis-je, impressionné. Ben en tous cas, si vous vous inscrivez je viendrai vous voir combattre, ce sera sympa comme première expérience.
  • - Haha, merci, finit Louis. On se retrouve après la récré en cours de sport, tu verras un truc sympa…
Dans la cour, je cherchai un endroit où me poser pour dessiner. Je trouvai un banc assez confortable et y installai mon derrière. Je sortis mon carnet et mon critérium en cherchant de l’inspiration, quand un Moumouton apparut derrière mon sac.
  • - Salut ! Tu pourrais me dessiner steuplé ?
  • - Oof, tu m’as fait peur toi ! T’es qui pour me faire une frayeur pareille ?
  • - Logan, en classe de 2nde. Je suis arrivé début août, du coup j’ai pas beaucoup de trucs à faire. Et toi ?
  • - Taliesín, Terminale. Arrivé fin août, avec mon frère.
  • - Hmmm… fit Logan en plissant les yeux, cherchant un Flamiaou ou un Matoufeu dans les envions. Il est pas encore transformé ?
  • - Si si, mais tu le trouveras pas en cherchant des ressemblances avec moi, c’est un Spectrum.
J’aperçus une tache mauve flottant à côté d’un caillou et lui fis coucou ; Logan se retourna pour le voir.
  • - Aaaah, OK. Tu cherches de l’inspiration ? Dessine-moi alors !
  • - Si tu veux, mais je te préviens, j’ai beau aimer dessiner, je suis nul de chez nul.
  • - Boah, c’est pas grave. Du moment que j’ai un portrait de moi, ça me va.
J’observai le Moumouton en détail et traçai quelques traits. Une vague forme de nuage soutenue par ce qui ressemblait à quatre chaussettes, puis un museau arrondi entouré de deux nattes, avec un œil dont la pupille ressemblait à une saucisse. Je terminai le croquis par un sac en bandoulière, accessoire signature du sujet. Je lui tendis la page et, vu son regard satisfait, je le saluai et m’éclipsai en direction du gymnase.
Last edited by Lycanrok on Thu 11 Jan 2024, 22:25, edited 1 time in total.
N'oubliez pas : GrammarFerno is ALWAYS watchin' u.

User avatar
Lycanrok
Posts: 3324
Joined: Sat 01 Dec 2018, 17:49
Location: Joulupukin keittoastia
Contact:

[Fanfiction PKU] Péripéties de Frères Pokéumains

Post by Lycanrok » Mon 08 Jan 2024, 11:29

Chapitre 3

Le gymnase était colossal, et comportait plusieurs portes sur les côtés pour accéder aux vestiaires. Les élèves arrivèrent sporadiquement devant le bâtiment, puis un Gambex se montra, un sifflet autour du cou.
  • - Bonjour à tous, je suis M. Droad et je serai votre professeur de sport cette année. Je vais commencer par faire l’appel, puis vous pourrez aller vous changer. Vous pourrez enfiler une tenue de sport ou retirer ce que vous portez, ça n’a pas d’importance ici.
Il sortit une planche à pince de son sac et nous recensa. Il montra ensuite les portes des vestiaires des garçons et ceux des filles, puis nous laissa nous changer. Lorsque nous fûmes tous sortis, il se tenait debout devant un tableau blanc. L’intérieur du gymnase était parsemé d’équipement sportif, du simple sac de frappe aux barres parallèles, en passant par des matelas et des tremplins, mais aussi des buts de football ainsi que des paniers de basket. Il y avait carrément un ring au centre, avec des cordes et tout !
  • - Aujourd’hui, nous ferons quelques échauffements physiques, puis des combats à un contre un. Je m’occuperai des matchs, alors n’essayez pas de trouver un adversaire dès maintenant !
Je levai la patte.
  • - Monsieur ? Comment on peut faire des combats sans connaître nos capacités ?
  • - Ah, tu dois être un des arrivants de l’été, toi. Les attaques, vous verrez ça l’heure d’après, avec M. Exousias. Là, ce sera comme un combat de catch, si ça te parle, me répondit-il en observant mon physique de lutteur. Donc, comme je disais, vous pouvez vous échauffer. Commencez par faire une quinzaine tours de ring, puis vous me ferez une dizaine de répétitions d’étirements.
La plupart de mes camarades commencèrent à trottiner autour de l’arène, mais je préférai m’étirer d’abord. J’aperçus Viggo en train d’essayer de trouver une solution pour que Corey s’étire. Lui pouvait facilement le faire, avec ses énormes oreilles lui servant de bras, mais pour une paire d’épées, ce n’était pas le plus simple. Il opta donc pour des enroulements-déroulements de rubans, seule partie souple de son corps métallique. Je débutai avec des étirements de dos, comme le font si bien les chats, puis de genoux en les pliant de gauche à droite.

Une dizaine de minutes plus tard, le prof donna un coup de sifflet, ce qui signifiait que nous devions intervertir nos activités. Je n’ai jamais été bon en course ni en endurance, c’est pourquoi je m’effondrai après 6 tours de trottinage ; je me dirigeai vers M. Droad pour lui demander si je pouvais aller boire, et il accepta. En essuyant les gouttes d’eau qui étaient restées sur ma fourrure, je jetai un coup d’œil dans le miroir au-dessus du lavabo. “C’est fou ce que ça peut être crevant le sport ! Aussi chiant que chez les humains. En tous cas, vivement le prochain cours…”, marmonnai-je en sortant des toilettes.

Les autres avaient terminé leurs 15 tours, certains un peu avantagés car flottant au-dessus du sol. Le criquet inscrit nos noms au tableau par paires. Je me retrouvai face à Elias le Terracruel, un grand mollasson comme moi. Les duels démarrèrent donc, certains utilisaient leurs avantages de type comme des coups de jus ou de petites flammes, car les capacités n’étaient pas autorisées. Le moment était venu pour Elias et moi de nous affronter. Nous montâmes chacun d’un côté du ring, prêts au combat.
  • - Prêts ? Combattez !
Le champignon s’approcha avec ses tentacules, et j’étais prêt à contrer n’importe quelle attaque. J’allais quand même pas perdre face à un type Plante ! Il enroula un de ses bras nouillesques autour de ma jambe dans le but de me faire trébucher. Je ripostai en lui plaçant un coup du tranchant sur le crâne, mais cela ne lui fit presque aucun effet car il était tout mou. Je perdis l’équilibre et m’étalai au sol, mes membres ligotés par le Terracruel.
À sa grande stupeur, je réussis à libérer ma queue de derrière mon dos pour le fouetter avec, lui faisant relâcher son emprise. J’attrapai alors une poignée de tentacules et les tirai vers moi, lui faisant subir le même traitement ; puis je lui assénai un nouveau coup sur la tête, mais c’était une grosse erreur : des spores sortirent de sa bouche en forme de trompette à l’impact et atteinrent mon visage. Les grains rentrèrent dans mon nez et ma bouche, me faisant tousser comme si j’avais attrapé une pneumonie.
Nos camarades avaient l’air sous le choc. Le Gambex siffla la fin du combat et dit à Nicolas de venir m’aider avec son Talent Envelocape, qui neutralise les capacités à base de poudre.
En me relevant avec difficulté, je remerciai l’Écaïd en lui lançant “Merci mec, je t’en dois une !”. Un coup de sifflet retentit et le prof analysa notre combat.
  • - Elias, fit-il remarquer au Terracruel, d’où sortait cette attaque Para-Spore ? Les capacités étaient censées être interdites.
  • - Désolé, monsieur, répondit-il. J’ai pour réflexe de défense d'en relâcher quand on m’appuie dessus…
  • - Bon, comme tu sembles avoir agi sur un coup de tête, ça ira pour cette fois. Taliesín, ta technique de fouet caudal était particulièrement bien pensée, vu comment tu étais ligoté. Cependant, tu devrais faire plus attention lorsque tu frappes des adversaires au corps mou : ils ne les sentent presque pas et tes poings risquent de rebondir. Compris, les garçons ?
  • - Oui ! fîmes Elias et moi en regagnant le groupe.
Le professeur, assez satisfait de nos performances, nous fit signe de sortir pour aller rejoindre le Malvalame, sur le stade en plein air. Au centre, il y avait une cinquantaine de mannequins ressemblant aux Poupées Clonage, destinés à tester les capacités.
Ce dernier était installé sur un banc, augmentant et baissant la puissance de ses flammes lui servant de mains et d’épées. Quand nous arrivâmes sur le terrain, il nous accueillit avec un “Géia.”, le mot grec pour “Salut !”. Son air blasé le rendait assez classe, en tous cas de mon point de vue car j’adore ce Pokémon. Il nous invita à nous asseoir par terre, puis commença sa leçon.
  • - Salutations. Mon nom est M. Exousias, et je vous enseignerai tout ce qu’il vous faudra savoir sur les Combats. Les anciens, vous pouvez commencer votre entraînement, et les nouveaux arrivés cette année, suivez-moi.
Je me mis en marche, suivi de trois autres élèves de ma classe. Devant les mannequins, le professeur avait sorti une liste de son armure. Ses flammes s’étaient changées en mains, et bizarrement, ne brûlaient pas le papier qu’il tenait : exactement comme ma ceinture. Il m’appela en premier :
  • - Taliesín, approche, tu veux ? Montre-moi ce que tu sais faire. Attaque un mannequin avec une capacité.
  • - Mais comment je fais pour en utiliser une ? demandai-je.
  • - Tout d’abord, ferme les yeux et visualise la poupée dans ton esprit. Ensuite, focalise-toi sur tes sensations et lâche la sauce !
J’essayai de faire comme il m’avait conseillé. Une des poupées avait l’air un peu plus endommagée que les autres, je me concentrai dessus en inspirant, puis soufflai un grand coup. Mes muscles pelviques se contractèrent, et une gerbe de flammes orangées déferla de mon nombril, réduisant la cible en cendres. Pendant que mes camarades applaudissaient, M. Exousias me fit connaître le nom de l’attaque :
  • - Impressionant Lance-Flammes, pour une première fois ! Allez, suivant.
Un deuxième mannequin apparut dans mon esprit. Je sentis une rage intense dans mes veines, m’accroupis avec les bras formant un X, puis dans un élan, sautai à plus de 3 mètres de haut. À l’apogée de mon saut, mon corps bascula vers l’avant dans une trajectoire en angle aigu. J’étais tellement impressionné par ma performance que ma concentration était partie : je ratai le mannequin de quelques centimètres et m’écrasai dans le sable du terrain.
  • - Aaaaaaaaaaaargh… Ça fait super mal bordel ! Mon crâne souffre…, me plaignai-je en me relevant, une main sur la tête et l’autre enlevant le sable mêlé à mes poils.
  • - Ne t’inquiète pas, ça arrive à tout le monde. Une fois j’ai oublié de sortir ma lame droite pour attaquer et je me suis foulé le poignet, estime-toi heureux de n’avoir rien de cassé. Joli saut, toutefois, tu as presque réussi ton Coup-Croix.
J’essayai de me reconcentrer à nouveau, cette fois ressentant une fierté immense. Mes bras s’étendirent sur les côtés, manquant de frapper un camarade, et une aura m’entoura. Mon corps se mit à tournoyer vers l’avant, forçant les spectateurs à se décaler, et une série de baffes frappa quelques sacs.
  • - Fais quand même attention à ton environnement lorsque tu lances Dark Lariat, surtout aux murs et aux gens. Plus qu’une et nous pourrons passer à Armand.
  • - Compris, monsieur ! lui dis-je, l’air confiant.
Après ces efforts, je ne pouvais plus me focaliser aussi bien sur les poupées. Je m’approchai donc en courant vers l’une de celles qui restaient, la gueule grande ouverte. J’avais pour intention de la mordre physiquement, mais une paire de mâchoires se matérialisa devant moi et se referma avec force, déchirant la cible sous mes yeux d’Écayon frit et ma posture apeurée.
  • - Morsure sera ta dernière capacité. Tu pourras toujours changer d’attaques en achetant des CT à la boutique ou avec de l’expérience. Et si tu veux revenir aux originelles, tu pourras aller voir l’infirmière qui te fera te souvenir de celle que tu désires. Allez, à toi !
Un Pandespiègle portant des lunettes se leva et me remplaça. Ses capacités avaient l’air moins puissantes que les miennes, principalement car il n’avait pas encore évolué, mais le Malvalame l’observait attentivement.
Je rejoins mes camarades vétérans, qui étaient en train de lancer des attaques à tout va. J’aperçus un énorme orbe d’eau, créé par Veronica l’Oratoria, se faire transpercer et éclater par une Rafale Écailles de Nicolas. Mon adversaire du cours précédent, Elias, me remarqua et me proposa :
  • - Ah, t’as enfin ton moveset ? C’est cool hein ?
  • - Ouais. Je suis juste un peu déçu d’avoir foiré mon aterrissage après mon Coup-Croix.
  • - C’était ça le bruit qu’on entendait d’ici ? J’espère que tu ne t’es pas fait trop mal… Mais tout le monde foire au moins une capacité lors de la découverte. Moi, par exemple, je suis tombé quand j’ai lancé Telluriforce.
  • - C’est quand même moins violent que ma chute… maugréai-je avec un regard éhonté.
  • - Ça te dit, une revanche ?
  • - Non merci, j’ai pas tellement envie de suffoquer une seconde fois aujourd’hui.
  • - Pas de souci ! acheva-t-il.
J’approchai Louis et lui fis savoir que j’avais fini. Il leva son pouce avec un clin d’œil et me demanda si j’avais envie d’affronter quelqu’un.
  • - Boarf, nan, fis-je. Je suis crevé et j’ai la méga-dalle. Le cours est bientôt fini ?
Nicolas intervint après avoir jeté un coup d’œil à sa montre.
  • - Ouais, il va être midi dans sept minutes. T’as encore le temps de lancer quelques attaques dans le vide avec nous en attendant.
  • - Ah, cool. Heureusement que les cours physiques sont juste avant le repas, hein !
Je me plaçai à droite d’Arthur, qui lançait des Bulles d’O en arc de cercle. Je fis de mon mieux pour les éviter, et commençai à contracter mon bassin. Les flammes crépitèrent, puis devinrent une colonne ardente en sortant de mon abdomen. Elles se dissipèrent après quelques secondes, et soudain, je sentis de l’eau dégouliner sur moi.
  • - BWAAAH ! C’est frouââââ ! braillai-je, le poil, hérissé et trempé.
Mon camarade Ludicolo avait utilisé Danse Pluie et je m’étais pris une saucée, moi qui détestais l’eau.
  • - T’es malade ! fis-je en engueulant l’intéressé. Danse Pluie, c’est pas un truc à utiliser près d’un type Feu !
  • - Déso mec, ricanait-il.
Son Talent Cuvette avait recueilli une importante quantité d’eau de pluie dans le nénuphar lui servant de chapeau. Il me vint une idée : je me plaçai derrière lui, trempai un doigt dans l’eau et concentrai mon énergie à l’extémité. L’eau commençait à frémir, des bulles se formant à la surface.
Quand la cloche sonna, nous nous rendîmes aux vestiaires pour nous rhabiller. Le moment que j’attendais était venu : Arthur se penchait après avoir ramassé son sac… SPLASH ! de l’eau bouillante coula de sa tête pour finir par terre.
  • - OUAILLEUH ! cria-t-il au moment ou le liquide brûlant toucha sa patte palmée. ÇA BRÛLE PUTAIN !
Un sourire moqueur se dessina sur mon visage.
  • - Comme ça on est quittes, lui dis-je d’un air narquois. Déso aussi hein !
Nicolas et Louis riaient comme des Wailord à la vue de la scène, et se prirent chacun un coup de pied dans la cheville par le canard.
~ ~ ~ ~ ~
De retour dans l’enceinte du campus, je retrouvai Ciarán qui discutait avec ses amis pour aller manger. Logan m’avait aperçu aussi, et se joignit à nous deux, accompagné d’une Pachirisu.
  • - Salut Logan ! lui lançai-je, marchant vers la cantine.
  • - Coucou vous deux ! Tiens, je tenais à te présenter une de mes camarades de classe avec qui je suis devenu ami en cours de Strat.
L’amie en question prit la parole :
  • - Moi c’est Saki ! Logan m’a parlé un peu de toi, il m’a montré le portrait que tu as fait de lui. Entre nous, ça lui ressemble pas tellement, hein ? ajouta-t-elle à voix basse pour que le Moumouton ne l’entende pas.
  • - Je lui avais dit, que je savais pas dessiner, commentai-je.
Notre petit groupe arriva devant le réfectoire. La grande salle dans laquelle nous avions mangé ce matin était emplie d’une délicieuse odeur de fromage fondu, qui avait l’air de dégoûter un peu mon frère. Le menu du jour était une pizza au Fromage Meumeuh, et le dessert, des Vieux Gâteaux.
Plateaux en main, nous allâmes récupérer nos parts, servies par une Charmilly.
  • - Voilà pour vous, nous dit-elle avec un grand sourire. Oh, Loa, te voilà !
Derrière nous, l’Olivado qui était dans ma classe avait retenu l’attention de la cuisinière.
  • - B-b-bonjour Merenn… dit-elle en bafouillant.
  • - Je t’attends à 16h pour ton cours particulier, n’arrive pas en retard cette fois ! lui signala-t-elle avec une joue gonflée, comme on voyait souvent dans les anime.
  • - Ou-oui, je ferai attention à l’-l’heure ! répondit la jeune fille, dont le vert était devenu rouge comme un Darumarond.
  • - À tout à l’heure alors ! acheva Merenn en souriant.
Nous nous installâmes à une table libre et dévorâmes ces délicieuses tranches. Avec un peu de sauce Tamato sur le museau, je pris le pavé violacé et demandai :
  • - Ça se mange, ça ? Ça s’appelle quand même un “Vieux” Gâteau…
  • - T’inquiète, c’est juste parce que c’est une recette ancestrale, jamais changée depuis des siècles, m’informai Saki en mordant dans le sien. Elle frétilla de joie en avalant sa bouchée.
  • - Hmm, fis-je en plantant mes dents dans le dessert.
Elles s’y enfoncèrent avec facilité. La texture était proche d’un castella, gâteau spongieux venu du Portugal. Le goût était celui de la pâte de haricots rouges, qui lui donnait aussi sa couleur. Mes papilles étaient en fête avec ces éléments dignes d’une pâtisserie de luxe. Nous arborions tous les quatres une expression détendue après ce régal sucré. Notre repos fut de courte durée cependant, car la cloche retentit une vingtaine de minutes plus tard pour signaler la reprise des cours.
  • - Bon, je vous laisse, j’ai cours d’histoire. À plus ! dis-je en quittant la table.
  • - Bon cours, me lançèrent Saki et Logan.
  • - Bon débarras, fit Ciarán.
Last edited by Lycanrok on Mon 08 Jan 2024, 23:57, edited 1 time in total.
N'oubliez pas : GrammarFerno is ALWAYS watchin' u.

User avatar
Lycanrok
Posts: 3324
Joined: Sat 01 Dec 2018, 17:49
Location: Joulupukin keittoastia
Contact:

[Fanfiction PKU] Péripéties de Frères Pokéumains

Post by Lycanrok » Mon 08 Jan 2024, 23:57

Chapitre 4

Le cours d’histoire de Mme. Amzer la Kaorine paraissait long, comparé aux autres. Elle nous parlait des premiers contacts entre Pokémon et Humains, et leur cohabitation millénaire jusqu’aux premières trcaes de Pokéumains. Je sentis mes paupières s’alourdir car la prof ne parlait pas très fort et ne montrait pas d’images pour illustrer sa leçon. Pourtant, je compris tout le cours ; sûrement un effet secondaire de son type Psy.
L’Éoko revint pour sonner l’intercours et nous nous rendîmes à la salle de Technologie pour le cours de Mme. Le Barzh, une Salarsen forme Grave qui portait une veste à patchs et un jean déchiré.
  • - Yo. Moi c’est Mme. Le Barzh, mais vous pouvez m’appeler Larsen si vous préférez. À ce propos, je ne suis pas très à l’aise avec le vouvoiement, alors vous pouvez aussi me tutoyer, ce sera plus simple pour nous tous.
Moi qui détestais vouvoyer et être vouvoyé, je sentis que ce cours allait être dans mon top 3 de mes préférés. Elle brancha un étrange dispositif ressemblant à une plaque de cuisson sur la prise en dessous du tableau.
  • - Est-ce que l’un ou l’une d’entre vous sait ce dont il s’agit ? Oui, la tignasse violette ?
  • - C’est un appareil de soin automatique, si je ne me trompe pas. J’en ai déjà vu un pareil à l’infirmerie, répondit Zoé la Kravarech.
  • - Bonne réponse. J’aurais besoin de deux volontaires pour une mise en pratique, qui veut l’essayer ?
La plupart des mes camarades levèrent la main. La Salarsen en choisit au hasard en les pointant du doigt, les yeux fermés. S’approchèrent alors Edmond le Hariyama et Nicolas.
  • - Bien, qui de vous voudrait subir les dégâts nécessaires pour que la machine vous soigne ?
Les deux se regardèrent, l’air confus, puis se mirent en position de combat.
  • - Un… Deux… Trois… commença Edmond.
  • - Pierre, feuille… continua Nicolas.
  • - CISEAUX ! s’exclamèrent-ils en chœur, se montrant leur main.
Le Hariyama avait mis sa main à plat, et l’Écaïd avait serré le poing. Le premier lui asséna une énorme mandale avec sa grosse paluche tridactyle, qui fit tomber le dragon. Plusieurs “Ouh…” se firent entendre lorsque la victime se traîna sur la plaque, où il s’assit en tailleur. L’enseignante appuya sur un bouton, et il fut entourée d’une lumière verte clignotante, accompagnée d’un petit jingle que tout le monde reconnaissait. Nico se sentit tout de suite revigoré, et sa joue devenue rouge vif était de retour à son gris pâle habituel.
  • - Merci, dit une Mme. Le Barzh souriante en éteignant la machine. Comme vous avez pu le constater, les machines de soin ont besoin d’électricité pour fonctionner. D’autres appareils électriques et électroniques sont utiles dans la vie de tous les jours, principalement ceux que les Motisma peuvent hanter. Parmi eux, on trouve les fours, les lave-linge, les frigos, les téléphones et les drones. Ces derniers ne peuvent pas lancer de capacités, mais des scientifiques ont essayé de leur rendre leur aptitude au combat pendant plusieurs années, sans succès pour le moment. Personnellement, je serais aux anges si un Motisma entrait dans un de mes amplis pour régler les accords… Mais aucun cas n’a été recensé pour ça.
Elle continua à nous parler des Motisma et de leurs spécificités pendant le reste du cours, en déviant parfois du sujet pour parler de musique, thème qu’elle adorait.
Cette prof est vraiment bizarre, mais elle a l’air fun. À la récré, je m’occupai des devoirs donnés par le prof de langues (j’ai toujours été super fort pour nommer des trucs), puis allai vers la salle du prochain cours. La porte n°550 était décorée de bouts de tissu et de perles, et sa poignée était recouverte de boutons collés à la glu chaude. La prof d’éducation ménagère a l’air d’être une extravangante à la Dali, me dis-je. Ses goûts décoratifs sont… spéciaux.

Un Pandespiègle arriva, son sac sur le dos. Il m’interpela :
  • - Dis, Taliesín, c’est bien ici le cours de Mme. Mercier ?
  • - Regarde la porte, et ose me dire que c’est pas sa salle. Sérieux, elle s’appelle Mercier et elle fout des boutons de chemise sur la poignée, tu peux pas faire plus évident.
  • - Ah, ouf. Tiens, au fait, le prof de combat m’a dit de traîner le plus possible avec toi pour évoluer dans l’année. Ça te dérange pas, j’espère ?
  • - Non non, t’inquiète, t’es sympa. J’ai cru entendre que tu aimais bien les jeux vidéo aussi, je me trompe ?
  • - T’as tout bon ! Je voulais devenir streamer avant ma transformation, mais je pense pas que les spectateurs voudraient voir un petit panda jouer à des jeux en ligne. En plus, mes pattes sont même pas adaptées à un clavier et une souris…
  • - Ah, je te comprends, fis-je en agitant mes doigts. Les miennes sont bien trop grandes pour dessiner correctement alors que j’adore ça.
  • - Team pas de bol, lança-t-il en m’invitant à faire un check.
  • - Team pas de bol, répondis-je en cognant mon poing au sien.
Un “DONG” résonna dans le campus. M. Drong, l’Archéodong qui s’occupait de sonner les heures, s’était réveillé pour faire son travail. Nos camarades arrivèrent devant la salle, puis une Manternel apparut de derrière la porte.
  • - Entrez, entrez ! La classe de Terminale, c’est bien ça ? J’espère que mes cours d’éducation ménagère vous plairont !
Elle monta sur l’estrade, tandis que nous nous plaçâmes autour de plans de travail munis d’éviers. Dans un tiroir, sous les tables, il y avait des boîtes de pansements et des Anti-Brûle au cas où un accident se produirait.
  • - Bien, ouvrez votre livre à la page 54. Notre cours du jour se portera sur la broderie, ma spécialité.
Elle fit le tour des tables et distribua des aiguilles et des bobines de fil, ainsi que des chutes de tissu qu’elle avait apparemment faites elle-même, placées dans un tambour à broder. Différents motifs étaient déjà tracés sur le tissu, parmi lesquels une simple tête de Mimiqui. Je m’emparai d’un tambour comportant le visage, puis enfilai un fil de lin noir dans le chas. Je ressentis un chatouillement dans mon oreille droite ; Veronica, assise à la même table, avait mal compris les instructions du manuel et avait lu “mettre le fil dans le chat”.

J’avais déjà un peu d’expérience en broderie grâce à ma mère, mais ces doigts m’empêchaient de prendre l’aiguille correctement. Toujours ces doigts, le problème ! Armand, de l’autre côté, me fit remarquer que je pouvais aussi rentrer mes griffes. Bon ben, au moins j’aurai appris un autre truc utile aujourd’hui : les tigres ont des griffes rétractiles.
La tâche semblait plus aisée sans la kératine démesurée. Je plantai l’aiguille dans le trait de la bouche, et fis des aller-retour avec, jusqu’à atteindre le bout. Quelques minutes après, mon Mimiqui avait une bonne bouille, et seulement avec du fil noir et rouge. Ayant terminé, j’observai la salle. Des casseroles et des poêles étaient suspendues à des crochets au mur, et des couteaux de cuisines plantés dans un rangement adapté. Sur le bureau de Mme. Mercier se trouvait une machine à coudre, cotenant une bobine de fil blanc. J’en déduis que c’était de la soie, sécrétion liée aux types Insecte.
  • - La machine t’intéresse ? me demanda-t-elle, me surprenant dans mes observations.
  • - Hein ? Euh… Oui, un peu, répondis-je. On s’en servira dans un prochain cours, genre pour créer des vêtements ?
  • - Peut-être, peut-être, si on avance bien dans le programme. Tu as des envies en particulier ?
  • - Pas spécialement, mentis-je. Dans ma tête, je savais que je voulais une blouse de scientifique adaptée à ma morphologie, mais je n’allais pas demander une chose si compliquée à un professeur.
  • - Montre-moi ta broderie, demanda-t-elle gentiment.
J’obéis et la lui tendit. Elle l’observa pendant un moment et me la rendit en me faisant remarquer que j’avais oublié de remplir un endroit sur la joue droite. Elle continua ensuite son tour des tables, les pattes croisées vers le bas. À la fin du cours, elle nous donna pour devoir de concevoir un modèle à retracer sur un bout de tissu au prochain cours de broderie.
En rangeant mon livre, je remarquai les nageoires antérieures de Veronica, recouvertes de pansements. Elle me rassura :
  • - T’inquiète pas, ça se soignera vite avec un peu de Repos. Par contre c’est un peu chiant les activités manuelles, quand t’as des nageoires au lieu de doigts. J’ai même pas de pouces !
  • - Toujours les mains, répétai-je en haussant les épaules.
~ ~ ~ ~ ~
L’heure était venue de quitter mes amis pour me rendre à la salle du club d’art, géré par M. Arzon. Je fus rattrapé par une Givrali de ma classe, Léa. Elle transportait une grande pochette à dessin sur son dos, attachée par une sangle, et utilisait sa bouche pour porter sa trousse de matériel. Comment un Pokémon quadrupède pouvait-il dessiner ?
Arrivés dans la salle, le Tag-Tag nous accueillit et nous invita à nous installer. Le club n’avait pas attiré beaucoup de monde, car nous fûmes seulement 7 dans la salle, sans compter le prof, au début du cours.
  • - Bien le bonjour à vous, chers élèves, nous dit-il avec une bienveillance contrastée par son apparence effrayante. Je vais commencer cette heure avec un petit sondage : quelle activité manuelle préférez-vous pratiquer ? Dessin, origami, sculpture ? Autre chose ?
Nous fûmes 5 à nous prononcer pour le dessin et la peinture. Les deux autres se sentaient plus faire des objets en DIY.

Préparant nos affaires de dessin, j’aidai Léa à retirer la pochette de son dos. Un étrange mécanisme était dissimulé en-dessous. Au même moment où je me demandais à quoi ça pouvait servir, un cliquetis en sortit : des bras mécaniques articulés jusqu’au bout des phalanges en sortirent. Le bras droit s’empara d’un crayon à papier et commença à griffonner sur une feuille d’un blanc immaculé. C’était donc comme ça que les quadrupèdes écrivaient et dessinaient ! Je ne l’avais même pas remarqué dans les autres cours car je suis toujours installé au premier rang…
Je pris à mon tour mon critérium et sortis mon carnet. Je cherchai des idées de dessin pendant une bonne dizaine de minutes, gribouillant des petits visages en hiragana et des amogus sans trouver l’inspiration. M. Arzon s’approcha et me demanda si j’avais besoin d’aide.
  • - En fait, j’adore dessiner mais je n’ai jamais d’idées, vous en auriez s’il vous plaît ?
  • - Et si tu t’entraînais à dessiner des boules en 3D ? proposa-t-il en voyant mes perspectives ratées sur la page de gauche. Ensuite tu pourras faire une illustration de Voltorbe si tu t’en sens capable, voire de Rondoudou.
  • - Merci monsieur, lui répondis-je.
Je fis un cercle à peu près correct sur le papier, quoiqu’un peu bloblotant. J’ajoutai l’ombre en bas pour lui donner un peu de relief, puis traçai une ligne courbe, coupant la balle en deux. La forme ressemblait enfin à quelque chose, alors j’ajoutai un œil pour avoir un Voltorbe. Satisfait du résultat, j’essayai de le recopier à l’opposé, mais me plantai lamentablement dans la taille. La Givrali, quant à elle, avait déjà un superbe crayonné d’un Lugulabre suspendu à un plafond en voûte.
Les manuels du groupe avaient un petit tas de planches et de clous devant eux, et commençaient à les assembler pour construire un marchepied. À 17h00, la cloche sonna la fin de la journée de cours. Je sortis en vitesse pour me diriger vers un distributeur. Les cours qui se terminent après le goûter, c’est pas le meilleur pour moi… Une barre de céréales au chocolat en main, je marchai tranquillement vers ma chambre pour y déposer mes affaires scolaires. Je m’effondrai dans le canapé en soufflant un coup. C’était seulement la première journée de cours, et pourtant, j’étais déjà claqué.
Last edited by Lycanrok on Sat 20 Jan 2024, 02:42, edited 2 times in total.
N'oubliez pas : GrammarFerno is ALWAYS watchin' u.

User avatar
Lycanrok
Posts: 3324
Joined: Sat 01 Dec 2018, 17:49
Location: Joulupukin keittoastia
Contact:

[Fanfiction PKU] Péripéties de Frères Pokéumains

Post by Lycanrok » Wed 10 Jan 2024, 17:40

Chapitre 5

Les jours suivant se passèrent comme le premier, sans encombres. Le tournoi du samedi 16 septembre approchait à grand pas !
Mon maniement de Coup-Croix et de Morsure s’était amélioré au fil des cours de combat, et j’avais même déjà une idée de capacité fusion avec ces deux-ci.
Toc toc toc.
J’ouvris la porte de ma chambre. Personne. Je retournai à l’ordi pour regarder des anime.
Toc toc toc.
  • - Bon, Ciarán, t’es lourd à passer à travers les murs, je sais que c’est toi. Laisse-moi tranquille.
  • - Faut que tu descendes. Y’a un truc intéressant, me fit savoir le Spectrum.
J’éteignis le PC et le suivis. Il m’emmenait dans la cour, où les participants du tournoi étaient affichés sur un grand tableau de liège. Parmi eux, je reconnus le trio de ma classe, ainsi qu’Edmond et Lachésis.
  • - Tiens ? Les TSP peuvent participer aux tournois ?
  • - Ouais, me dit un Magmar. Certains élèves ont une force rivalisant avec eux, alors comme ça y’a pas de jaloux.
L’idée d’assister à un tournoi de combats Pokémon me rendait excité comme un Statitik. Le premier match allait avoir lieu cet après-midi, et opposerait Edmond et un Astronelle nommé Jérôme. Pas de chance, les types Insecte et Psy résistent aux attaques de type Combat, qui lui-même craint le type Psy.
L’heure venue, installé dans les gradins du stade, je fus rejoint par mes amis, ainsi que mon frère et les siens. De nouvelles têtes apparurent : un Morpeko, une Mimantis, une Araqua et une Axoloto rose.
  • - BIIIIEEEENVENUE À TOUS ! beugla un Ninjask équipé d’un micro-cravate, vrombissant dans les airs à toute allure. ICI VOTRE PRÉSENTATEUR FAVORIIIII… SIIIIIEG !!!
Le public le hua.
  • - ON SE RETROUVE EN CE BEL APRÈS-MIDI POUR DEUX MATCHS QUI VONT ENVOYER DU LOUUUUURD !!!
  • - Pas ausi lourd que toi ! lui hurla un certain Hariyama, depuis le terrain en contrebas.
  • - NOUS ALLONS TOUT D’ABORD ASSISTER À UN AFFRONTEMENT ENTRE EDMOND LE HARIYAMA, EN TERMINALE…
Notre classe l’encouragea.
  • - EEEEEET… JÉRÔME L’ASTRONELLE, EN PREMIÈRE ! QUE LES PARTICIPANTS S’AVANCENT… PRÊTS ? COMBATTEZ !
Jérôme attaqua en premier, lançant immédiatement un Bourdon sur son adversaire. Celui-ci fit quelques pas de côté, puis attaqua à son tour avec Casse-Brique.
  • - JÉRÔME VIENT DE SE PRENDRE UN CASSE-BRIQUE D’EDMOND ! MAIS ÇA NE CHANGE PRESQUE RIEN CAR IL RÉSISTE DEUX FOIS AUX CAPACITÉS DE TYPE COMBAAAAT !!!
  • - Mais qu’il est chiant celui-là… commenta Jérôme, il est pas obligé de révéler chaque technique…
  • - J’avoue. Mais en attendant, mange-toi un Tomberoche dans la tronche ! fit Ed.
Une douzaine de pierres s’effondrèrent sur la coccinelle, ayant à peine eu le temps d’esquiver. Il riposta par un Vaste Pouvoir, qui mit Edmond en mauvaise posture. Notre camarade se releva et lança un nouveau Tomberoche. Mais cette fois, Jérôme eut le temps de préparer un Psyko pour les retourner à l’envoyeur.
Mes pronostics étaient corrects. Le Hariyama gisait au sol, des spirales dans les yeux.
  • - Trop facile, fit l’insecte avec ennui.
  • - WOOOOOUH ! MAGNIFIQUE VICTOIRE DE JÉRÔME, QUI SE QUALIFIE POUR LES QUARTS DE FINALE ! LES PROCHAINS COMBATTANTS SONT DONC… LE LUDICOLO DE TERMINALE, ARTHUR, ET LE TSP RÉMI LE BOULDENEU !
  • - Alors, le sac, prêt à morfler ? lui lança Arthur avec un air de défi.
  • - Je te retourne la question, petit impertinent !
  • - COMMENCEZ !!!
Arthur commenca par invoquer la pluie, tandis que son adversaire plaçait un Champ Herbu. Celui-ci se prit une Ébullition dans le plexus et se retrouva quasiment indemne, mais brûlé. Il bombarda le Ludicolo avec Balle Graine, puis enchaîna avec Étreinte. Il serrait ses lianes tellement fort que Arthur, trempé par l’intempérie, glissa comme un savon hors de la prise du Bouldeneu, projeté vers le haut.
Notre ami chargea un Laser Glace pour l’achever, mais n’eût pas le temps de se retourner pour viser : Rémi avait profité de son étreinte pour placer un Vampigraine dans ses plumes, qui venaient de drainer son énergie, rendant la sienne au buisson indigo. Un simple Balle Graine suffit à terminer le duel.
  • - ET C’EST UNE VICTOIRE DE RÉMI ! ARTHUR AVAIT PEUT-ÊTRE SOUS-ESTIMÉ SON ADVERSAIRE, MAIS UN TSP DE HAUT RANG COMME LUI EST BIEN PLUS FORT QU’UN ÉLÈVE !
  • - Raah, j’te jure que je t’aurais battu si on était en Combat Double, tas de spaghetti, râla le Ludicolo en se relevant.
  • - Cette défaite t’aura appris à ne pas sous-estimer les Pokéumains à l’apparence débonnaire comme moi, freluquet, ajouta ledit tas de spaghetti sur un ton à la fois moqueur et instructif.
Génial ! Assister à un tournoi était pour moi une nouvelle étape dans mon parcours, la prochaine étant d’y participer quand je serai devenu assez fort. Dommage que ceux de ma classe aient perdu, par contre. Arthur s’était bien débrouillé, mais je me demandai si Louis et Nicolas allaient faire mieux ou échouer comme leur comparse. Aucun des deux n’est à son stade final d’évolution, contrairement à lui, mais il a tout de même perdu. S’ils se retrouvent face à un adversaire non-évolué, ça pourrait passer, mais c’est foutu s’ils affrontent un TSP ou une forme finale…
  • - Dis, Vero, tu sais ce que c’est le premier prix ?
  • - À vrai dire, j’en sais que dalle, mais j’ai entendu des rumeurs comme quoi ce serait une plus grande télé.
  • - Attends, y’en a des plus grandes que celles qu’on a ?
  • - Ptêt, c’est que des rumeurs après tout. Y’en a d’autres qui disent que c’est un bon pour une semaine de pizza, mais ça c’est presque impossible.
Les combats du jour terminés, je retournai dans ma chambre. Un vibration sortit du tiroir – la tablette avait reçu une notification – et je la vérifiai.
Une application avait été ajoutée à l’écran d’accueil, apparemment pour tout le monde : Snapoké. Je cliquai dessus, et un interface mélangeant Instagram et Twitter apparut sur l’écran.
  • - Ah cool, un réseau social Pokéumain ! m'exclamai-je en lisant les conditions d’utilisation.
Je m’y inscris sous le pseudonyme “DrFerno”, comme toujours, et regardai les publication suggérées. Des photos d’autres Pokéumains défilèrent, me faisant découvrir des bases étrangères ou d’autres situées en France. Une seconde vibration arriva : un certain “SteelGengar” m’avait envoyé une demande d’ami, que j’acceptai. La moitié textuelle de l’application comportait des informations liées aux nouvelles de la BP, ainsi que des informations Pokéumaines venues du monde entier. Justement, un post attira mon attention :
Salut, jeunes Pokéumains !
Voulez-vous vous mettre face à des adversaires venus de toute la Francophonie ?
Alors inscrivez-vous vite au grand Tournoi Inter-BP, qui se déroulera en mai 2023 !
13 ans minimum, 25 ans maximum
Équipes de 4, mélanges de BP possibles
TSP non autorisés - 1er prix mystère
Alors là, c’était l’occasion rêvée de mettre mon futur entraînement à l’œuvre. Un tournoi international, pour le grand fan de géographie que je suis, ça devait être incroyable ! J’en parlai immédiatement à mes camarades : Ciarán n’avait pas envie de combattre AVEC moi ; Veronica ne se sentait pas capable d’affronter quelqu’un sur terre ; Armand me répondit “Peut-être, si j’évolue avant” ; le trio cependant, m’avait répondu qu’ils avaient déjà leur équipe de 4, leur dernier membre étant Viggo (Corey n’avait pas le courage de le faire et préférait encourager son meilleur ami).
Je proposai donc à Léa, ma camarade en cours d’art : elle accepta volontiers mon invitation, et me demanda si j’avais d’autres idées pour compléter le groupe.
  • - Vu nos niveaux actuels, dit-elle, on aurait sûrement besoin d’un allié puissant. Quelqu’un avec un bon double type ou un super Talent…
  • - Attends, je crois qu’on peut poster des sondages sur Snapoké.
  • - Ah, bonne idée ! Les élèves d’autres BP nous seront peut-être d’une grande aide.
  • - Du coup j’aiderai Armand à évoluer le plus tôt possible pour qu’il nous rejoigne, même si ça ferait un doublon en type Ténèbres. Et comme ça on pourra envoyer notre demande avant la fin des inscriptions.
Le tournoi se termina début octobre, et le vainqueur fut Rémi le Bouldeneu.
~ ~ ~ ~ ~
Les semaines et les mois passèrent, et nous étions déjà en mars. J'avais fêté mes 17 ans fin octobre et je m’étais entraîné avec Léa et Armand pendant les cours de Combat ; nous avions tous trois bien progressé.
Aujourd’hui, M. Exousias nous proposa de faire des Combats Duo. Arthur, Louis et Nicolas étaient surexcités à l’idée, mais nous beaucoup moins. Il dit alors que les élèves intéressés pouvaient en faire, et que s’ils étaient un nombre impair, il allait y participer avec eux. Quant à nous autres, il nous laissa continuer notre entraînement. Armand et moi nous exercions à briser des blocs de glace, créés par Léa via Laser Glace.
  • - Pfiou, fis-je, exténué après en avoir brisé au moins trente. Ça va, Armand, pas trop crevé ?
  • - Bizarrement non, répondit le Pandespiègle, je me sens plus en forme que jamais.
Il était entouré d’une aura bleue. Léa, surprise, lui demanda :
  • - Euh, tu serais pas en train d’évoluer là ?
  • - Ah, cool ! fit-il. C’est pas trop tôt !
Son apparence changea à vue d’œil, parsemée de quelques grognements de douleur. Sa taille tripla sous nos yeux, jusqu’à me dépasser. Un colosse poilu d’un mètre quatre-vingt-dix-huit se tenait à la place du petit panda de 75cm.
  • - Waaaaah, fîmes-nous d’une seule voix.
  • - Héhé, vous êtes tout petits ! nous lança Armand. Faut que j’aille signaler mon évolution à l’infirmière, sinon les profs vont pas me reconnaître.
  • - C’est sûr qu’il y en a des masses, des Pandarbare à lunettes, dis-je sur un ton ironique. Tiens, t’as perdu ta feuille ?
La feuille que les Pandespiègle avaient toujours en bouche se changeaient normalement en une brindille de bambou à l’évolution, mais Armand n’en avait pas. Son regard interloqué en dit long sur le temps qu’il a mis à le remarquer.
  • - OH MERDE ! jura-t-il avec la main sur sa bouche. Faut vraiment que j’aille voir l’infirmière, là !
Il courut vers le Malvalame et lui expliqua la situation. Le professeur l’autorisa à sortir du cours, ainsi que nous deux pour l’accompagner. Nous entrâmes dans le bureau de Mme. Milvezeg, presque invisibles derrière l’énorme panda.
  • - Alors, que se passe-t-il, mon grand ?
  • - C’est moi, Armand, je viens d’évoluer et ma feuille a disparu ! À la base je venais juste enregistrer ma transformation mais c’est quand même un problème, expliqua-t-il en paniquant.
La Sidérella sortit sa seringue lumineuse et la planta dans le poignet de notre ami. Après un petit gémissement, la lumière blanche passa à l’orange, puis redevint blanche.
  • - Bizarre, commenta-t-elle. Normalement, une lumière noire aurait dû s’allumer, car les Pandarbare sont de type Combat et Ténèbres, mais le deuxième type n’est pas apparu à l’évolution apparemment. Tenez, pour votre culture scientifico-médicale Pokémon : cherchez-moi des infomrations sur Pandarbare dans le Pokédex pour trouver une explication à ce phénomène ; moi j’ai deviné pourquoi, mais je vous laisse chercher par vous-mêmes.
Elle nous tendit une tablette. J’allumai l’appli Pokédex, et cherchai le nom du Pokémon.
  • - Ah ha ! “Sa méthode d'évolution implique que Pandespiègle, de type Combat pur, a acquis son type Ténèbres après avoir été mal influencé.” Mais qu’est-ce que cela a à voir avec son cas ?
  • - Taliesín, je suppose que tu es le type Ténèbres ayant influencé Armand. Tu n’es pas un voyou, ni quoi que ce soit de mauvais ; l’entrée dit que le type a été acquis dû à une mauvaise influence. Cette dernière, absente, n’a donc pas donné de second type à votre ami. Un Pokémon n’ayant pas le type prévu au départ est un cas extrêmement rare, comme j’ai dit à ton frère au début de l’année.
Armand est donc un Pandarbare de type Combat pur, une nouveauté pour tous ceux ici présents. L’infirmière mit son dossier à jour, et nous autorisa à repartir en cours.
  • - MEC. Tu sais ce que ça veut dire ?
  • - Que j’ai perdu mon immunité au type Psy ?
  • - OUAI- Hein ? Ah crotte. C’est vrai ça.
  • - Justement : ce sera utile au tournoi comme technique de bluff. Un adversaire voyant un Pandarbare pensera qu’il sera immunisé à ses attaques Psy, et donc n’en enverra pas ! analysa Léa, douée dans ce type de raisonnements. De plus, on n’aura plus le problème de doublon duquel tu t’inquiétais, Taliesín.
  • - Oh, c'est donc toi, la fourbe que j’aurais dû être, fit Armand, impressionné. Mais maintenant, il nous faut chercher un dernier allié pour ce tournoi.
Nous nous rendîmes à la cantine, sous les regards et les murmures des autres élèves.
  • - C’est qui ça ?
  • - Encore un nouveau ?
  • - Pourquoi il a pas de brindille ?
  • - Faut pas l’embêter, ça a l’air d’être un gros dur…
Le plateau qu’Armand tenait entre ses grosses pattes vibrait, faisant cliqueter les couverts. Les chuchotements s’affaiblirent, peut-être car ils crûrent l’avoir énervé ; ce n’était absolument pas le cas, car Armand était toujours un ado calme et réservé dans sa tête, il se sentait juste gêné par tous ces regards en coin.
  • - C’est compliqué d’avoir une apparcence intimidante, hein ? lui dis-je en lui donnant une tape sur l’épaule du bout de mes doigts. Tu t’y feras, et en plus tu seras tranquille vu que personne n’osera t’approcher.
Nous prîmes nos repas sur une table isolée, pas par choix, mais parce que les élèves assis aux alentours avaient changé de place. Les pâtes carbonara étaient succulentes, comme le sont tous les plats de Merenn.
Last edited by Lycanrok on Sat 20 Jan 2024, 02:45, edited 1 time in total.
N'oubliez pas : GrammarFerno is ALWAYS watchin' u.

User avatar
Lycanrok
Posts: 3324
Joined: Sat 01 Dec 2018, 17:49
Location: Joulupukin keittoastia
Contact:

[Fanfiction PKU] Péripéties de Frères Pokéumains

Post by Lycanrok » Fri 12 Jan 2024, 20:36

Chapitre 6

Après le repas, nous partîmes pour le cours d’histoire. J’en profitai pour poster le formulaire sur Snapoké, en espérant recevoir des réponses de Pokéumains puissants.
  • - Du coup, par “Bases francophones”, qu’est-ce que ça voulait dire ? Les Bases françaises, belges, luxembourgeoises et suisses ? me demanda Armand.
  • - Oui, mais pas que. Ça inclut aussi le Québec, les régions et départements d’outre-mer, ainsi que les pays comme le Cameroun et la République Démocratique du Congo qui ont le français pour langue officielle, lui répondis-je grâce à mon savoir linguistico-géographique.
Nous entrâmes dans la salle, déjà occupée par une poignée d’élèves en pleine discussion et notre professeure Kaorine, qui nous salua. Cette heure-ci, elle nous parla de la Tragédie Normande de 2014. C’est fou qu’un évènement aussi tragique soit arrivé si près d’ici sans qu’on le sache (bon, en même temps, j’avais 9 ans à l’époque, et j’étais loin de devenir un Félinferno). Apparemment, il y avait deux bases normandes auparavant, mais elles ont fusionné suite à l’hécatombe.

Les cours suivants se déroulèrent comme d’habitude. La journée terminée, nous allâmes dans la salle d’arcade dont j’ignorais totalement l’existence : remplie de bornes et de consoles, mais aussi équipée d’un casque VR. J’affrontai Armand sur Smash Bros (je l’ai écrasé) puis Léa sur Mario Kart. Franchement, la technologie Pokéumaine est incroyable : comment des bras mécaniques pouvaient tenir une manette aussi bien ?
Alors que nous nous préparâmes à sortir, ma tablette vibra : quelqu’un avait répondu à notre requête !
- Yo ! Moi c’est Alton l’Aéroptéryx, je viens de la BP de Cayenne en Guyane. Les autres de la Base ne veulent jamais m’inclure dans leur équipe à cause de mon Talent, alors j’aimerais bien me joindre à la votre. Vous n’avez rien contre Défaitiste, j’espère !
Ça alors ! Notre dernier membre était enfin décidé ! Je lui répondis que nous avions hâte de le rencontrer en personne et qu’il sera le bienvenu ici.
  • - Eh ben voilà, c’était pas si compliqué ! fit Léa. Les gens sur les réseaux sont vachement plus sympas ici que chez les humains en tous cas. J’ai quasiment reçu que des compliments sous mes dessins, alors que je me prenais des haters en commentaires avant.
  • - Hmmm… Alton ? J’ai l’impression d’avoir déjà vu ce nom quelque part, fis-je remarquer à mes amis. Pourtant c’est pas très répandu.
Ceci fait, nous nous inscrivîmes au tournoi au bureau d’Eseld, la secrétaire du directeur. Visiblement, l’équipe des stratèges était venue s’enregistrer avant nous.
  • - Argh, lâchai-je en sortant, on est foutus si on se retrouve contre eux… J’espère qu’ils seront éliminés avant qu’on les affronte.
  • - Mais si on s’entraîne bien, on aura peut-être une chance, répondit Léa : regarde, ils sont de types Eau, Plante, Dragon, Combat, Normal et Sol, on a tous au moins une capacité super efficace contre l’un d’entre eux.
  • - Sauf le type Eau d’Arthur, fis-je remarquer.
  • - J’allais y venir : j’ai appris Lyophilisation récemment, donc notre arsenal est optimal.
  • - Ouh, parfait ! dis-je en me frottant les mains comme un méchant de film.
Plus que 2 mois avant le fameux tournoi. Nous nous séparâmes après le dîner pour retourner dans nos chambres.
~ ~ ~ ~ ~
  • - Ouvre les yeux…
  • - Mmmmfgnh… Gneuh ? Kékéçé ? Kékinya ? marmonnai-je, encore endormi.
  • - Ouvre les yeux…
  • - Mmmpfff… C’est bon, j’ai compris… dis-je en les ouvrant difficilement. Urgh !
J’étais dans un lieu d’un blanc pur, me crèvant la rétine. En me cachant un peu les yeux, je remarquai que mon bras était redevenu humain, ainsi que le reste de mon corps. Une silhouette fantômatique rougeâtre se tenait devant moi.
  • - Nnngh… On est où là ? C’est la salle de l’Esprit et du Temps ? Je rêve que je suis dans Dragon Ball ?
  • - Taliesín… me dit le fantôme. Nous sommes au plus profond de ta conscience.
  • - Dans ma tête ? demandai-je, confus. Donc c’est bien un rêve ?
  • - Non, ce n’en est pas un. Tu te demandes sûrement qui je suis, ai-je raison ?
  • - Ben oui, z’êtes qui alors ?
Il s’approcha. Un Félinferno s’assit en tailleur en face de ma personne et se présenta :
  • - On m’appelait Albrecht l’Érudit. Je suis ton ancêtre, celui qui a perpétué les gènes de Félinferno dans notre lignée. J’étais un stratège militaire dans l’armée de Stanislas 1er, dernier duc du Duché de Lorraine.
  • - Wow, je savais que j’avais des gens de la haute société dans ma généalogie mais pas à ce point.
  • - Je te suis apparu en ce moment pour te parler de ton héritage spirituel, reprit Albrecht.
  • - Un héritage spirituel, c’est-à-dire ? Genre, un savoir qui se transmet de génération en génération de Pokéumains ? spéculai-je en faisant des guillemets avec les doigts sur la deuxième phrase.
  • - Tout à fait, tu es très perspicace, le piot. Une technique ancestrale, pour être précis, que j’ai développé avec mes connaissances militaires et que mes descendants possédant mes gènes Pokéumains ont également utilisée et développée, et que je vais t’apprendre.
  • - Mais… j’en ai pas l’utilité pour le moment…
  • - Tu sais, je suis dans ton subconscient. Tu as un affrontement dans quelques mois, n’est-ce-pas ? Alors je vais te l’enseigner dès maintenant.
  • - Hein ? Mais je…
  • - Allez, de Buw*, attaque-moi.
  • - Mais je suis humain là ! Je peux pas combattre !
  • - Tu le peux, car tu es dans ton esprit. Allez.
  • - Bon, si vous le dites. En garde !
Je pris mon élan et courus vers mon ancêtre. Il s’était levé et se tenait en posture défensive, fermant les yeux comme pour se focaliser sur les sons. Je lui mis un direct dans les pectoraux, qu’il repoussa d’un revers de bras. Albrecht me dit d’y mettre un peu plus de force, alors je décochai un crochet avec rotation du bassin, mouvement connu pour amplifier la force d’un coup, qu’il bloqua également.
  • - Hmm. Pas mauvais, mais toujours pas assez puissant. Utilise une capacité, cette fois.
J’obéis et me concentrai pour utiliser Coup-Croix, super efficace sur Félinferno. J’ouvris les yeux et bondis le plus haut possible, les bras croisés devant mon visage, puis plongeai vers lui avec force. Cette fois ci, il ne contra pas l’attaque, si ce n’est qu’il contracta les abdominaux, mais un étrange phénomène apparut sur son corps : les rayures noires de son torse avaient maintenant une texture flamboyante, à la fois rouge et orange, et semblaient brûler de l’intérieur. Il me fit signe de continuer à attaquer. Je lançai alors Dark Lariat, lui assénant plusieurs coups qui faisaient maintenant briller les rayures de ses bras.
  • - Alors ? Tu as compris ce que je fais ?
  • - Pas tout à fait, répondis-je, incrédule. Lorsque j’attaque avec des coups simples, vous ne faites que les repousser, mais lorsque j’utilise une capacité, vous ne faites rien et vos rayures se mettent à s’allumer.
  • - Bien vu ! Cette technique de défense, je l’ai baptisée “Féégfir-Sperrung”, qui signifie “Blocage du Purgatoire” en francique rhénan, ma langue natale. À chaque coup subi, mon corps emmagasine de l’énergie ignifuge et m’aide à résister aux chocs. Ensuite, si j’en ai assez, je pourrai la renvoyer sous forme d’une onde enflammée sortant d’ici dans un rayon assez large, dit-il en pointant sa ceinture. Aucune armure n’a pu y résister en temps de guerre.
  • - Woah. Dément. Mais si mon adversaire n’a pas d’armure ?
  • - Eh bien, il… brûle, me répondit Albrecht comme si c’était évident (ça l’était). Bon, entraîne-toi à bloquer les attaques ennemies pour maîtriser cette technique. Tu apprends vite, on voit que tu ne fais jamais bleu** ! Bonne chance, mon garçon, et puisse ta ceinture brûler pour toujours !
  • - Merci Albrecht ! lui lançai-je alors qu’il disparaissait.
Je me réveillai avec les yeux collés et la bouche pâteuse, et jetai un coup d’œil au réveil : 4h26. Qu’est-ce que c’était que ce rêve chelou ? Un ancêtre qui m’apprend une technique ancestrale… on dirait le scénario d’un film d’arts martiaux. Je me rendormis.
~ ~ ~ ~ ~
  • - …Mais si, j’te jure ! Pourquoi tu me croirais pas ?
  • - Et l’ancêtre qui a des gènes d’Ectoplasma alors ? Il est pas apparu parce que c’est moi qui les ai ? Et dans ce cas, pourquoi j’ai pas rêvé cette nuit ?
Ciarán et moi étions en route pour prendre notre petit-déjeuner, et je lui avais raconté mon aventure onirique. Je crois qu’il était juste jaloux de ne pas avoir de super pouvoir destiné à son espèce.
  • - Je pense que c’est parce que t’es encore un Spectrum et que les ancêtres n’apparaissent qu’aux formes finales, supposai-je en haussant les épaules.
Nous nous séparâmes pour rejoindre nos groupes d’amis. Armand, Léa, Logan et Saki furent abasourdis par l’histoire que je venais de leur narrer.
  • - WOOOOW, la chance que t’as ! s’émerveilla Logan en sifflant. J’adorerais avoir une super attaque méga-balèze aussi…
  • - C’est pas une attaque, Log’, t’écoutes un peu ? le corrigea Saki. C’est un genre de contre.
  • - N’empêche, maintenant on est tous les deux un peu spéciaux, fit Armand, l’air fier.
  • - Ouais. Mais bizarrement, ce Blocage du Purgatoire ne me fait pas grand chose, niveau intérêt… Et faudra que je m’entraîne sur une cinquième capacité, me plaignis-je, flemmard que je suis.
  • - On pourra continuer à t’aider en cours de Combat, et tu pourrais même demander au prof de te servir d’adversaire, si ce n’est qu’un moyen de défense. Sauf s’il te met K.O. en une attaque, possible vu son expérience, proposa Léa.
Une patte passa à droite de là où était assis Logan, venant de derrière. Une gaufre disparut entre ses griffes.
  • - Eh ? Ben, elle est où ma gaufre ? s’étonna-t-il. Je la quitte des yeux un moment et voilà qu’elle s’envole !
  • - Héhé… Нотр гофр***, dit le propriétaire de la patte.
Un Ursaring coiffé de lunettes et d’une chapka et arborant un cercle incomplet sur son ventre se retourna.
  • - Ah, salut Dam’ ! fis-je à l’ours. T’aurais pu demander à Logan avant de lui piquer sa gaufre, même pour la blague du communiste.
  • - Gnéhé, pardon, s'excusa-t-il en rigolant. Tiens, je te la rends, j’en ai déjà mangé deux.
Damien l’Ursaring était dans ma classe depuis peu. Pas parce qu’il venait d’arriver, mais parce qu’il était parti en échange l’année dernière à la BP de Novossibirsk, en Russie. Il a toujours adoré ce pays et fait souvent des références au communisme, surtout le mème avec Bugs Bunny****. Le demi-cercle sur son pelage avait, selon lui, une ressemblance à la faucille du drapeau soviétique, et se qualifiait donc d’“URSSaring”, terme que nous avions également adopté. C’est un peu le rigolo de la classe, mais il est surprenament bon en Techno.
  • - Au fait, tu t’es inscrit au Tournoi, toi ? lui demandai-je.
  • - J’y ai pensé, mais si je m’entraîne tout le temps, je n’aurai plus le temps de créer des mèmes. Du coup j’observerai les combats pour repérer les moments marrants.
  • - Compréhensible, passe une bonne journée*****, dis-je avec un sourire dentu en me retournant vers mon groupe. C’est bon, Log’, pas de poils sur ta gaufre ?
Il avait les joues pleines et des miettes plein le museau.
  • - Mgnongnmgm, essaya-t-il de dire tout en mâchant.
  • - Apparemment y’en avait pas, fit Saki avec un petit rire.

Après la première récréation, notre équipe se réunit pour discuter avec Alton en visio.
  • - Yo ! lança-t-il en faisant coucou avec son aile.
  • - Yo ! répondîmes-nous en chœur.
  • - Ça avance bien ton entraînement ? lui demandai-je.
  • - Oué, je contrôle de mieux en mieux mes Aéropique, du coup je m’écrase plus aussi souvent qu’au début. Et vous ?
  • - J’ai amélioré ma Lyophilisation pour qu’elle puisse sortir d’autres façons qu’en ligne droite, expliqua la Givrali. Fallait faire des calculs et tout, heureusement qu’Armand a un bon niveau en maths. Tu les verras le jour J.
  • - Perso, après avoir appris que j’étais un type Combat pur, j’me suis dit “Bon allez, comme y’a pas masse de capacités spéciales dans mon arsenal, pourquoi pas apprendre Gonflette”, et du coup je l’ai apprise.
  • - Et moi, mon ancêtre m’a appris une technique défensive utilisée par mes aïeux Félinferno dans un rêve. Non, je n’ai pas pris de drogue, si tu te demandes.
  • - Cool, fit l’Aéroptéryx avec les yeux grands ouverts. Ça c’est la méga-classe.
L’heure du cours de sport sonna ; nous saluâmes notre ami guyanais et quittâmes l’appel.
NDT :
*de Buw : le garçon (platt)
**faire bleu : sécher les cours (patois lorrain)
***"Notre gaufre", écrit phonétiquement en cyrillque. Si c'était pas en italique, ça s'écrirait "Нотр гофр".
****Ce mème : https://www.pixenli.com/image/d82tI5JL
*****Ce mème : https://www.pixenli.com/image/en4CzSmN
N'oubliez pas : GrammarFerno is ALWAYS watchin' u.

User avatar
Lycanrok
Posts: 3324
Joined: Sat 01 Dec 2018, 17:49
Location: Joulupukin keittoastia
Contact:

[Fanfiction PKU] Péripéties de Frères Pokéumains

Post by Lycanrok » Mon 15 Jan 2024, 23:59

Chapitre 7

Un mois s'était écoulé depuis. Le tournoi allait arriver dans moins de deux semaines ! Le directeur fit une annonce dans les haut-parleurs :
  • - Votre attention s'il vous plaît. Comme vous le savez, le tournoi inter-bases approche, et les épreuves éliminatoires se sont bien passées. Six équipes s'affronteront dans deux semaines, certaines venues d'autres bases. Les équipes sélectionnées pour le tournoi sont :
    • L'équipe n°1, venue de la BP de Strasbourg, composée de Kasumi la Dimoret, Moswen la Malamandre, Salomon le Libégon et Marie la Momartik ;
    • L'équipe n°2, de la BP de Saint-Malo, composée de Nicolas l'Écaïd, Louis le Lianaja, Arthur le Ludicolo et Viggo l'Excavarenne ;
    • L'équipe n°3, mélangeant notre BP et celle de Cayenne, composée de Taliesín le Félinferno, Léa la Givrali, Armand le Pandarbare et Alton l'Aéroptéryx ;
    • L'équipe n°4, composée de Géma le Ceriflor de la BP de Dunkerque, Marianne la Libégon de la BP de Montréal, Tao la Zoroark de la BP d'Orléans et Niels le M. Mime de la BPN ;
    • L'équipe n°5, de notre BP, composée de Logan le Moumouton, Saki la Pachirisu, Ciarán le Spectrum et Jérôme l'Astronelle ;
    • Et enfin, l'équipe n°6, composée d'Eneko le Delcatty de la BP de Bayonne, Anja la Sinistrail de la BP d'Antananarivo, Teddy le Crocrodil de la BP de Bâton Rouge et Lina la Bekaglaçon de la BP de Genève.

    Les élèves des autres bases arriveront dans la semaine, alors faites-leur bon accueil !
Yes ! On a été sélectionnés ! J'avais hâte de rencontrer les participants.
Eseld, la secrétaire du capitaine, passa dans les salles communes pour distribuer des papiers aux élèves participants. Les feuilles attribuaient des chambres pour héberger les autres, et je me retrouvai à partager la mienne avec Alton. Ciarán, quant à lui, devait héberger Eneko : il aurait dû m'écouter, quand je lui avais dit d'apprendre quelques mots de basque pour son voyage scolaire, ça lui aurait servi pour cette occasion.
Fort heureusement, des futons étaient roulés dans les armoires, au cas où un tel cas se présentait. Je sortis celui de ma chambre et le déroulai à côté de mon lit.

Le lendemain, un samedi, je m'installai au self pour petit-déjeuner avec mon groupe. Alors que nos estomacs se remplissaient, un premier lot d'élèves arriva, accompagnés par Eseld. Ceux-ci venaient des bases de France métropolitaine : les quatre alsaciens, Géma, Tao, Niels et Eneko. Ce dernier, isolé de son groupe, demanda à Eseld si son colocataire était présent pour qu'ils fassent connaissance ; elle pointa une table où un Spectrum mangeait avec ses amis, où il se dirigea. Les autres s'installèrent entre eux sur des tables libres.
  • - Tiens, c'est marrant, fis-je remarquer à mes amis, que ce Delcatty s'appelle Eneko.
  • - Ah ? fit Armand.
  • - C'est la version basque du prénom espagnol Iñigo, mais c'est aussi le nom japonais de Skitty. Drôle de coup du destin, non ?
  • - Pour le coup oui ! Au fait, les autres, ils arriveront quand ?
  • - Selon les fuseaux horaires, répondit Léa, la suisse devrait arriver dans la matinée, les trois américains vers 16h, et la malgache dans la soirée.
Nous fûmes interrompus par un Ceriflor, qui me lança :
  • - Eh mais, je te connais toi ! T'es Lyc, du forum !
  • - Dans ce cas, tu dois être AG, je me trompe ?
  • - Oh, t'exagères, j'ai à peine un an de plus que toi… fit-il en rigolant. Du coup, c'est cool qu'on se rencontre enfin IRL !
Il alla chercher Tao.
  • - Salut Lyc !
  • - Salut Tao ! Pas trop déçu d'être redevenu une fille ?
  • - En vrai, en tant que Zoroark, je peux changer mon apparence, donc je peux redevenir un mâle, même si y'a pas de dimorphisme dans l'espèce. Allez, à plus.
Mes deux amis revinrent à leur place avec le M.Mime blanc. Ayant terminé de manger, nous quittâmes le self et allâmes à la salle de jeux ; en chemin, nous croisâmes Eseld et la Bekaglaçon suisse allant dans la direction opposée. Quelques parties de Taiko no Tatsujin avec Armand plus tard (j'ai aucun rythme, il m'a démoli), Léa nous proposa de nous entraîner un peu au stade. Elle sculpta nos concurrents dans des blocs de glace et nous nous exerciions à gérer nos attaques. Je m'acharnai sur le Lianaja de glace jusqu'à ce que la statue éclate.

L'après-midi, nous prîmes un peu de temps pour étudier les faiblesses de chacun de nos potentiels adversaires. Mais à force de chercher, nous n'avions pas vu le temps passer : trois heures à recopier des stratégies nous avaient fait complètement oublier que notre dernier membre devait être arrivé ! Et, effectivement, un trio de Pokéumains étaient dans la cour avec la Wimessir. Je fis un signe de la main à l'Aéroptéryx, qui nous rejoint en quelques battements d'ailes.
  • - Saluuut ! nous salua-t-il avec entrain.
  • - Ça va, pas trop de jetlag ? lui demandai-je.
  • - Ça va, on fait aller. Eh, c'est cool, apparemment on sera colocs pendant le mois !
  • - Ouais ! Je te montrerai la chambre ce soir, pour le moment on s'entraîne. Il manquait plus que toi donc on pourra se tester demain. Ça te dit un p'tit goûter ?
  • - Allez, pourquoi pas !
Tous les quatre, nous nous dirigeâmes vers un distributeur pour nous repaître, puis retournâmes à la salle d'arcade. Nous pûmes enfin faire une partie de Mario Kart à quatre joueurs, que Léa gagna encore.

Vers 19h, la dernière concurrente arriva avec ses 4 mètres de haut. Je plains son adversaire. Après le dîner, j'accompagnai Alton vers notre chambre, où il posa ses affaires de cours. Il sortit un Tupperware de son sac, rempli d'une espèce de flan.
  • - Ah, j'avais oublié, je t'ai apporté une spécialité du coin. C'est des Baies Gowav au sirop, du coup on a un dessert en plus !
  • - Oooh, fis-je. D'habitude j'aime pas les fruits, mais bizarrement, les Baies ont un goût potable. J'apprécie les fruits au sirop, ajoutai-je en imitant un certain roi.
Nous les dégustâmes devant quelques épisodes de la dernière saison de Pokémon, et le couvre-feu arriva alors que Sacha allait affronter Cynthia en demi-finale. Nous nous mîmes au lit et dormîmes jusqu'au lendemain matin.
~ ~ ~ ~ ~
Ce dimanche, les duels avaient été sélectionnés. Notre équipe allait affronter celle de la BP de Strasbourg pour commencer, alors nous nous rendîmes dans une salle de cours inoccupée pour élaborer une stratégie.
  • - Bon, commença Léa, je vous propose qu'on se répartisse les combats par rapport aux affinités de types, ça vous va ?
Nous acquiescâmes tous trois.
  • - OK, alors pour démarrer, y'a un Libégon. Je m'en occuperai grâce à sa double faiblesse à la Glace. Ensuite, la Malamandre. Alton, je te propose de l'affronter car tu as des capacités de type Roche, d'accord ?
  • - Oki doki !
  • - Après y'a les deux types Glace. Armand, je te conseillerai d'affronter la Dimoret grâce à sa double faiblesse au Combat, vu que Momartik y est immunisée.
  • - J'ai Tête de Fer sinon, ça passe pour les deux. Taliesín, tu préfères affronter laquelle ?
  • - Hmmmm… La Dimoret a l'air d'être la plus forte, d'après ce que j'ai entendu, alors j'aimerais m'en occuper.
  • - OooK, plus qu'à espérer qu'ils n'aient pas de coverage ou que les duels ne soient pas choisis au hasard, termina la Givrali.
Dans la salle voisine, les stratèges se préparaient pour leurs combats contre l'équipe d'Eneko.
  • - On va les démolir ! entendis-je dire Louis derrière la porte entrouverte. Ils auront pas une seule chance d'attaquer.
Ouh. Je plains VRAIMENT celui qui se prendra un coup d'ancre de la Sinistrail.

Midi passé, nous nous rendîmes une dernière fois au stade pour qu'Alton nous montre ses capacités. Tout d'abord, il nous montra un superbe looping qui n'était rien d'autre qu'Aéropique. Ensuite, Il battit des ailes sur place pour lancer Lame d'Air, puis fit apparaître des pierres pour un Pouvoir Antique. Enfin, il utilisa Demi-Tour pour clore sa démonstration.
  • - Du coup, ça sera un peu chaud pour battre la Malamandre si j'ai que Pouvoir Antique, mais avec le boost de stats aléatoire, ça peut le faire.
  • - T'inquiète, c'est pas grave si tu perds, si on a deux-trois victoires c'est la victoire assurée, le rassura Armand en posant sa patte sur son épaule.
Une trentaine de minutes à péter des blocs de glace plus tard, nous retournâmes dans la cour pour goûter. Je fis goûter les sablés du coin à notre camarade, qu'il engloutit un à un, visiblement délecté de cette spécialité.
Les premiers combats commenceraient lundi, après le petit-déjeuner, alors nous allâmes nous coucher tôt pour reprendre des forces.
Last edited by Lycanrok on Sun 28 Jan 2024, 20:52, edited 5 times in total.
N'oubliez pas : GrammarFerno is ALWAYS watchin' u.

User avatar
Lycanrok
Posts: 3324
Joined: Sat 01 Dec 2018, 17:49
Location: Joulupukin keittoastia
Contact:

[Fanfiction PKU] Péripéties de Frères Pokéumains

Post by Lycanrok » Tue 16 Jan 2024, 17:35

Chapitre 8

Vers 10h, un Ninjask volait à toute berzingue en bourdonnant à travers le campus.
  • - ALLEZ, POKÉUMAINS DE SAINT-MALO, VENEZ ASSISTER AU GRAND TOURNOI INTER-BP ! DU SUSPENS, DES COMBATS, DE L'ACTIOOOOON !!! beugla-t-il à qui voulait bien l'entendre.
Notre équipe était fin prête. Après un copieux petit-déjeuner, nous nous retrouvâmes dans le vestiaire pour répéter une dernière fois notre stratégie. Dans le stade, les spectateurs poussaient des cris pour encourager leur équipe favorite ou huer Sieg, qui n'arrêtait pas de vrombir devant les gradins, excité de commenter les combats.

Les places remplies, M. Drong sonna trois coups pour lancer le début du tournoi.
  • - WOOOOHOOOO ! s'extasia Sieg. VOUS SAVEZ QUELLE HEURE IL EST ? C'EST L'HEURE DES D-D-D-D-DUEEEELS !!!
Il esquiva de justesse une canette.
  • - LES PREMIERS COMBATS OPPOSERONT LES ÉQUIPES 2 ET 6 ! QUE LES PREMIERS COMBATTANTS APPROCHENT SUR LE TERRAIN !
Un Lianaja et un Crocrodil s'avancèrent sous les encouragements. L'écran géant diffusait les images en direct pour que le public ne manque rien, et zoomait de temps à autre sur les participants ou dans les gradins.
  • - À MA GAUCHE, C'EST UN LIANAJA DE TERMINALE, EXCELLENT EN COURS DE STRATÉGIE COMME SES COÉQUIPIERS, VOICI… LOUIIIIIS !
Il leva les bras pour saluer.
  • - ET À MA DROITE, UN CROCRODIL VENU TOUT DROIT DE L'ÉTAT DE LOUISIANE, VOICI TEDDY !
Il fit de même.
  • - ÊTES-VOUS PRÊTS À ASSISTER AU TOUT PREMIER DUEL DE CE TOURNOI ? ALORS, 3, 2, 1… COMBATTEZ !!!
Louis ouvrit la marche en tirant un Suc Digestif pour anéantir le Talent Torrent de son adversaire. Il enchaîna immédiatement avec Fouet Lianes avant qu'il n'aie le temps de riposter, tout en restant à bonne distance. Teddy outrepassa le dernier coup de lianes avec Aqua-Jet, suivi de Crocs Givre pour…
  • - OH ! UNE ATTAQUE SUPER EFFICACE DE LA PART DE TEDDY ! C'EST QU'IL A PENSÉ À SON COVERAGE !
  • - Eh ouais, j'suis prévoyant moué !
Le Lianaja profita de cette distraction pour lancer Zénith et baisser la puissance des capacités de type Eau du Crocrodil. Il commença à charger un Lance-Soleil pendant que le cajun courait, tous crocs dehors, prêt à utiliser Crocs Givre à nouveau.
  • - Alors, ça se tanne, la serpent ?* lui demanda-t-il dans son patois.
  • - Héhé, bien sûr que non, tes attaques ne me font même pas vaciller !
Un rayon de lumière verte scintilla en face de lui, et frappa Teddy de plein fouet avant qu'il n'aie pu faire quoi que ce soit.
  • - WOOOOH ! TEDDY N'EST PLUS CAPABLE DE SE BATTRE ! LA VICTOIRE REVIENT À LOUIS !
Le public jubila en acclamant le Lianaja, qui quitta le terrain. Un Akwakwak dissipa le soleil et releva Teddy pour l'emmener à son équipe.
  • - QUEL MAGNIFIQUE COMBAT ! C'EST MAINTENANT AU TOUR DE…
Un Excavarenne et un Sinistrail s'avancèrent.
  • - VIGGO, L'EXCAVARENNE DE NOTRE BP, QUI AFFRONTERA ANJA, SINISTRAIL DE LA BP D'ANTANANARIVO !
Viggo avait l'air minuscule comparé à son adversaire, qui faisait 3 mètres de plus que lui. Pourtant, il ne montrait aucun signe de détresse à sa vue, et affichait un regard déterminé. Depuis la fosse des participants, j'entendis un Corey encourager son meilleur ami. Pour un grand timide comme lui, ça faisait bizarre de le voir avec autant d'énergie.
  • - Allez, ramène-toi, la grande perche ! fit-il en préparant un Danse-Lames.
La grande perche en question ne se fit pas prier et s'écrasa de tout son long sur le lapin.
  • - SUPERBE TACLE LOURD D'ANJA ! EST-CE QUE VIGGO A PU EN RESSORTIR INDEMNE, OU EST-IL TOMBÉ K.O. EN UN COUP ?
Une motte de terre apparut sur le côté de l'ancre. Viggo en sortit, ayant utilisé Tunnel en urgence avant de se faire écraser.
  • - IL S'EST SAUVÉ AVEC TUNNEL ! QUELLE TACTIQUE AHURISSANTE !
La Sinistrail, toujours étalée, fit tourner son gouvernail et surprit l'Excavarene, qui fut projeté de l'autre côté.
  • - OH LÀ LÀ LÀ LÀ, PAUVRE VIGGO ! LES COUPS D'ANCRE DE SINISTRAIL PEUVENT ASSOMMER DES WAILORD, ALORS QU'EN SERA-T-IL DE NOTRE EXCAVARENNE ?
Le Tour Rapide d'Anja avait propulsé le lapin avec tellement de force qu'il s'était retrouvé dans un mur, à bout de souffle. La Sinistrail, relevée, s'approcha et utilisa Ancrage devant son adversaire. Le peu d'énergie qu'il restait à Viggo fut annihilé par cette capacité, et il tomba, les yeux en spirale.
  • - QUEL COMBAT ! ANJA A RÉUSSI À BATTRE VIGGO EN UTILISANT SA TAILLE ET SA MASSE AVANTAGEUSES ! LES DEUX ÉQUIPES SONT À ÉGALITÉ, LE PROCHAIN DUEL ROMPRA L'ÉQUILIBRE, MAIS DE QUEL CÔTÉ ?
Viggo, toujours sonné, fut escorté à l'infirmerie par l'Akwakwak. Tandis que la malgache rejoignit son groupe, deux nouveaux concurrents se montrèrent.
  • - EEET VOICI NOS DEUX ADVERSAIRES SUIVANTS : NICOLAS L'ÉCAÏD, PREMIER DE SA CLASSE EN STRATÉGIE, ET ENEKO LE DELCATTY, VENU TOUT DROIT DU PAYS BASQUE !
Le public applaudit les concurrents.
Nicolas commenca par utiliser Allègement, qui fit tomber plusieurs écailles de son corps pour le rendre bien plus vif et esquiver l'attaque Nœud Herbe lancée par le Delcatty, puis riposta avec Rafale Écailles. Les écailles qu'il venait de détacher quittèrent le sol et foncèrent droit sur le chat.
  • - Alors, t'abandonnes ? le railla l'Écaïd.
  • - Inoiz ez! Zutik egongo naiz zu lurrean zauden arte!**
répliqua le Delcatty en basque.
  • - Désolé, je parle pas la pelote ! se moqua-t-il en le mitraillant de coups avec Close Combat.
Les deux se séparèrent après le dernier impact, ayant baissé les statistiques de défense de Nicolas et l'énergie d'Eneko, essayant tant bien que mal de rester debout. Haletant, il utilisa ses dernières forces pour dire :
  • - HARTU HAO! DISTIRA MAGIKOA!***
Un flash rose atteint Nicolas en pleine face, mais ne le fit pas flancher malgré la faiblesse qu'il a face aux capacités de type Fée. Il marcha tranquillement vers son adversaire, et l'acheva d'un Coup d'Boule.
  • - AH LÀ LÀ, NICOLAS A ÉTÉ SANS PITIÉ AVEC ENEKO, ON RECONNAÎT BIEN LÀ LE MEILLEUR STRATÈGE DES TERMINALES ! rugit le Ninjask. CELA FAIT PENCHER LA BALANCE DU CÔTÉ DE L'ÉQUIPE 2, ET IL NE RESTE QU'UN COMBAT !
Eneko fut transporté vers son équipe, où il fut félicité d'avoir résisté aussi longtemps par Anja. Nicolas, de son côté, passa le relais à Arthur par une tape dans la main. Il s'avanca sous la foule en délire, faisant face à une Bekaglaçon.
  • - Eh, t'es bien suisse, toi, non ?
  • - Euh, oui, pourquoi ?
  • - Parce que ton glaçon va bientôt être “fondue”, fit-il avec arrogance.
Sa réplique qu'il croyait cinglante jeta un froid. Lina prépara un Voile Aurore devant elle pour se protéger. Le Ludicolo attaqua en premier, et plaça un Poing Feu dans la tête de Lina. Son glaçon se brisa, laissant l'occasion à Arthur de lancer Bulles d'O de très près.
Le cube de glace se reforma aussitôt grâce à Chute de Neige, qu'Arthur annula avec Danse Pluie ; il récupéra de l'eau avec Cuvette et mitrailla la Bekaglaçon avec une nouvelle série de Bulles d'O. Elle ne cilla pas face à ces faibles bulles et lança Lyophilisation, qui mit Arthur en mauvaise posture. Son énergie revint petit à petit dû à sa réserve, et utilisa Giga-Sangsue pour la retrouver presque intacte. Il renvoya un Poing Feu sur Lina, dont la tête éclata derechef. Elle riposta avec un Psykoud'boul, que sa cible encaissa sans souci.
  • - Ben alors ? T'as pas froid aux yeux, pour m'attaquer de front !
  • - T'es lourd avec tes jeux de mots pourris, dit-elle, restant de glace.
Arthur embrasa son poing une troisième fois et donna un coup dans le ventre du manchot. Ses yeux signalèrent à Sieg que le combat était terminé.
  • - ET VOILÀ POUR LE PREMIER MATCH ! LA VICTOIRE D'ARTHUR QUALIFIE L'ÉQUIPE 2 POUR LE DEUXIÈME ROUND ! cria-t-il avec entrain.
Le public acclamait les quatres vainqueurs, tandis que les trois perdants partirent s'installer dans les gradins.
~ ~ ~ ~ ~
L'heure du déjeuner sonna. Des employés du self firent le tour des gradins avec des tas de sandwiches et de boissons. Merenn était accompagnée de Loa, et elles distribuaient des canettes et des paninis à ceux qui avaient faim. Sieg passa en vitesse près d'un plateau et piqua un sandwich pour le manger dans les airs, faisant tomber des miettes sur le terrain. Cet après-midi, les deux matches suivants allaient se dérouler.
  • - ARKFH ! F'EST FAUD ! s'exclama-t-il alors qu'il venait de mordre dans une tranche de Baie Tamato.
Il avait oublié d'éteindre son micro-cravate et tout le monde l'avait entendu, faisant résonner des centaines de rires venant de la foule.

Le premier combat, commençant à 12h50, était celui de Léa contre Salomon.
  • - Ooooh, comme c'est mignon, un Givrali… fit la libellule en se moquant. Tu vas bien te laisser faire, d'accord ?
  • - Même pas en rêve, rétorqua Léa.
Léa sauta dans les airs et envoya un Ball'Ombre de la taille d'une roue arrière de tracteur ; Salomon se la prit en pleine poire.
  • - Héhé, ça picote ! lança Salomon. Maintenant, mange ça ! ajouta-t-il en fonçant sur elle avec Draco-Charge.
  • - J'ai plus faim, répondit-elle en bloquant l'attaque avec Abri.
Le Libégon s'écrasa sur un mur et se releva.
  • - WOOOH ! s'égosilla le Ninjask. SALOMON EST ENCORE DEBOUT APRÈS CE CHOC ; ET DANS LES GRADINS, ON NE VOIT PRESQUE QUE DES PANCARTES L'ENCOURAGEANT ! QU'EN PENSE NOTRE GIVRALI ?
  • - J'en ai rien à cirer, mouche à mer-, commença Léa.
Salomon avait profité de cette distraction pour lancer Jet de Sable et aveugla Léa.
  • - Mes yeux ! C'est déloyal d'attaquer un adversaire distrait !
  • - Ah mais pas du tout. Mais goûte un peu à mon Draco-Souffle, tu m'en diras des nouvelles !
  • - Eurk, tu pues de la gueule ! critiqua la Givrali avec une grimace de dégoût.
Elle tenta d'utiliser Laser Glace pour corriger cet impoli, mais le souffle l'avait paralysée.
  • - OUILLE OUILLE OUILLE ! LE DRACO-SOUFFLE DE SALOMON A PARALYSÉ LÉA ! SI SOUFFLER SUR QUELQU'UN LE PARALYSE, PEUT-ÊTRE QU'IL DEVRAIT SE BROSSER LES DENTS UN PEU PLUS SOUVENT !
La foule éclata de rire, et Salomon, gêné, ne vit pas l'attaque Lyophilisation de Léa arriver.
  • - Eh mais t'es folle !
  • - Je te retourne le compliment ! fit-elle en préparant un deuxième Laser Glace.
Il utilisa Aéropique sur elle, qui l'encaissa sans problème. Elle lui lança son Laser Glace bien chargé qui le projeta dans les airs. Le Libégon chromatique avait l'air aussi essoufflé que notre amie Givrali, mais aucun ne semblait montrer de signe d'abandon. Soudain, Léa eut une idée : elle lança un autre Laser Glace sur le sol et sculpta une muraille de glace.
Salomon, qui était déjà dans son élan aérien, se prit les remparts et tomba par terre. Léa sauta sur lui et le termina avec Ball'Ombre.
  • - WOW WOW WOW ! MAGNIFIQUE TECHNIQUE DE FUSION DE CAPACITÉS DE LA PART DE LÉA ! ELLE A RÉUSSI À ARRÊTER SALOMON EN MÉLANGEANT ABRI ET LASER GLACE ! ELLE REMPORTE DONC CE DUEL DANS LEQUEL ELLE AVAIT UN GROS AVANTAGE !
Alton, Armand et moi acclamâmes Léa pour sa victoire, en attendant que le le Ninjask annonce le prochain duel. Justement, nous entendîmes celui-ci :
  • - ELLE VIENT DE LA BP DE STRASBOURG, COMME SES COÉQUIPIERS, ET A UN DON POUR LE TIR À L'ARC ; ACCUEILLEZ KASUMI LA DIMORET !
Elle entra sur le terrain en saluant son groupe.
  • - ET DE L'AUTRE CÔTÉ, LE PREMIER DE SA CLASSE EN LANGUES, TALIESÍN LE FÉLINFERNO !
Je m'avançai à mon tour avec confiance. Un type Glace, ça allait être du gâteau pour moi !
  • - Hey, lui lançai-je, je te préviens juste que je retiendrai pas mes coups.
  • - Oh, t'en fais pas, parce que moi non plus, me répondit la jeune Dimoret, en position de combat. Amène-toi !
NDT :
*se tanner : fatiguer (cajun). En français de Louisiane, serpent est un nom féminin.
**"Inoiz ez! Zutik egongo naiz zu lurrean zauden arte!" : "Jamais ! Je resterai debout jusqu'à ce que tu sois à terre !" (Basque)
***"Hartu hao! Distira Magikoa!" : "Prends ça ! Éclat Magique !" (Basque)
N'oubliez pas : GrammarFerno is ALWAYS watchin' u.

User avatar
Lycanrok
Posts: 3324
Joined: Sat 01 Dec 2018, 17:49
Location: Joulupukin keittoastia
Contact:

[Fanfiction PKU] Péripéties de Frères Pokéumains

Post by Lycanrok » Thu 18 Jan 2024, 14:02

Chapitre 9

  • - ALLEZ-Y ! s'égosilla Sieg.
Mon adversaire prit les devants avec une vitesse prodigieuse. En pleine course, elle gela ses griffes, se rapprocha et utilisa Stalactite pour des dommages mineurs.
  • - C'est frouââââ ! grelottai-je entre mes dents.
Elle enchaîna les Stalactite avec vélocité, tandis que je tentais de les parer. Voyant une ouverture, je pris mon élan et me mis à tournoyer pour envoyer la Dimoret valser à quelques mètres.
  • - Oh, des baffes, hein ? Je te les renvoie !
Une série de coups rapides m'atteint au torse après son attaque Représailles. Je répondis par un Lance-Flammes, qu'elle coupa net avec Tranche. Derrière la fumée, je m'étais propulsé dans les airs pour lancer Coup-Croix pour un maximum de dégâts ; cependant, elle fut assez rapide pour esquiver et me lacérer le flanc avec Griffe Ombre. Un murmure résonna dans ma tête :
  • - Vas-y, absorbe encore quelques coups !
Je me laissai toucher par une poignée de Tranche et de Stalactite, jusqu'à ce que mes rayures se mettent à rougeoyer. Mes yeux, normalement jaunes et verts, tournèrent au rouge vif. Une chaleur émanait de mon corps. Je laissai échapper un rugissement intimidant tout en embrasant intensément ma ceinture. Kasumi sentit le danger arriver et se prépara à sauter.
  • - FÉÉGFIR-SPERRUNG !
Un anneau incandescent m'encercla et gagna du volume. Son rayon était assez grand pour en faire tenir trois ou quatre autres comme moi côte à côte, et des cris ébahis sortirent du public. La Dimoret sauta alors que le cercle ardent allait l'atteindre. Pourtant, l'une de ses pattes arrière n'y échappa pas et son esquive aérienne en fut grandement impactée.
  • - MAIS QUELLE ÉTAIT CETTE CAPACITÉ ‽ demanda le commentateur. ELLE NE RESSEMBLE À AUCUNE AUTRE CONNUE ! CECI DIT, KASUMI A FAILLI LUI ÉCHAPPER, MAIS LES FLAMMES L'ONT TOUCHÉE À LA CHEVILLE !!!
Au-dessus de moi, elle lança une pluie de Stalactite. La froideur des glaçons me fit reprendre mes esprits et le contrôle de mon corps. Là où les rayures s'étaient embrasées, il y avait un peu de fumée et une odeur de poils brûlés.
À l'atterrissage, Kasumi me taillada le bras droit avec Tranche. Je ripostai avec Morsure, mais ma mâchoire se referma sur la crête en plumes de Kasumi.
  • - Tu te bats super bien, dis-donc ! me complimenta-t-elle en utilisant Griffe Ombre.
  • - Merci ! Tu te débrouilles pas mal non plus, lui répondis-je avec une expression de défi.
Je la repoussai avec un second Dark Lariat. Elle s'était écartée pour ne pas se prendre plus de dégâts. Le dernier coup de mon attaque fut bloqué par un Griffe Ombre, qui fit s'entrechoquer nos griffes. La Dimoret fit un vif saut, atterrit sur mon bras et utilisa Stalactite ; je répondis par une Morsure. Alors qu'un glaçon me traversa les narines, mes dents se fermèrent sur sa jambe. Je perdis l'équilibre et tombai face contre terre, mon adversaire toujours coincée entre mes crocs. Le choc l'assomma, tandis que l'engelure atteint mon front, me faisant perdre connaissance.
  • - OH LÀ, C'EST UN DOUBLE K.O. ! QUEL FABULEUX COMBAT DE LA PART DE NOS DEUX TYPES TÉNÈBRES ! commenta le Ninjask, visiblement impressionné.
Kasumi se dégagea de l'emprise de ma mâchoire, et me mit quelques baffes pour me réveiller. Elle me tendit une patte et me lança :
  • - Beau combat ! me dit-elle avec un sourire.
  • - Beau combat à toi aussi, fis-je en me relevant.
En bons perdants, nous nous serrâmes la main et allâmes rejoindre nos équipes respectives.

L'affrontement suivant était celui d'Armand contre Marie, la Momartik alsacienne. Les deux concurrents s'avancèrent sur le terrain, l'un avec l'air un peu stressé, l'autre l'air blasé.
  • - Pas de pitié ? demanda-t-elle au Pandarbare.
  • - Pas de pitié, je suppose, répondit-il en hésitant un peu.
La Momartik commença par utiliser Grêle, puis invoqua une Avalanche, tandis qu'Armand fit Gonflette. Elle fit chuter la neige sur le Pandarbare, qui la secoua de sa fourrure pour se dégager et lui mettre un coup de boule métallique. S'écartant vers son nuage de grêle pour être hors de sa portée, Marie leva les bras et fit souffler un puissant Blizzard en direction de son adversaire. Portés par le vent, les grêlons plurent sur Armand, gémissant de douleur à chaque impact.
Peinant à avancer sous le climat glacial, le panda escalada le tas de neige de l'Avalanche et utilisa une nouvelle fois Tête de Fer en se projetant sur le spectre. Mais à l'instant où il allait la toucher, la Momartik disparut. Armand, en chute libre, utilisa Façade pour atténuer le choc ; mais Marie réapparut dans son dos, lançant Ombre Nocturne dans l'arrière du crâne de notre ami.
Le Pandarbare s'écrasa au sol, brisant la Façade et faisant un trou dans la neige. La Momartik descendit vers celui-ci, préparant une dernière Ombre Nocturne.
BONK.
Armand, presque à bout de forces, avait surpris son adversaire avec un troisième Tête de Fer venant de sous le manteau blanc. Elle se fit projeter en arrière, pendant qu'Armand utilsait Gonflette pour résister aux derniers coups. Malheureusement pour lui, Marie lança Blizzard pour l'achever, Gonflette n'augmentant que la défense physique.
  • - MARIE EST LA PREMIÈRE DE SON ÉQUIPE À REMPORTER UNE VICTOIRE ! ARMAND N'A RIEN PU FAIRE, N'AYANT QUE TÊTE DE FER POUR LA TOUCHER !
La vainqueure retourna vers son équipe, qui l'acclama. Armand se releva tandis que l'Akwakwak nettoya la neige et dégagea le ciel. Il revint vers nous en soupirant :
  • - Pfff… J'aurais dû garder Tranche-Nuit au lieu d'apprendre Façade…
  • - C'est pas grave, le réconforta Léa, tu t'es bien défendu, et c'était une bonne idée d'annuler les dégâts de chute avec. Il ne reste plus qu'Alton, et s'il gagne, on passera au prochain round !
  • - Je vais faire de mon mieux ! s'exclama l'intéressé en allant sur l'arène.
Son adversaire était une Malamandre nommée Moswen. Le type Roche de notre Aéroptéryx l'avantageait un peu, mais rien n'était joué.
  • - EEET VOICI LES DERNIERS MEMBRES DES ÉQUIPES 1 ET 3 : ALTON L'AÉROPTÉRYX, VENU DE LA FORÊT TROPICALE GUYANAISE ET VIVANT DANS LA BASE DE CAYENNE, ET MOSWEN LA MALAMANDRE, VENUE DU DÉSERT QATARI ET VIVANT DANS LA BASE DE STRASBOURG ! LES CONCURRENTS SONT-ILS PRÊTS ? ALORS, ZÉPARTIIII ! annonça le Ninjask.
Moswen plaça tout d'abord des Pics Toxik un peu partout sur le terrain. Alton essaya de les disperser avec Lame d'Air, mais les Pics étaient bien ancrés dans le sol.
  • - Tu crois toi malin, à essayer de bouger mes pièges ? Hmpf, dans ce cas, prends-toi ça !
Moswen créa un épais nuage violet qui s'épaississait au fur et à mesure qu'il s'approchait d'Alton, qui tentait de le fuir avec Aéropique. L'attaque fit contact avec elle, et Alton enchaîna avec Pouvoir Antique. La Malamandre embrasa sa queue et détruisit un à un les projectiles paléolithiques avec Fouet de Feu, n'en ratant qu'un seul, qu'elle se prit en pleine face.
  • - Yes ! fit Alton, satisfait de son coup.
La Malamandre inspira un grand coup et sortit un Lance-Flammes de sa gueule, entourant entièrement l'Aéroptéryx. Ce dernier fit un de ses loopings aériens pour frapper Moswen de plein fouet, fuyant directement dans la direction opposée avec Demi-Tour, la touchant une seconde fois. Voyant qu'il avait baissé sa garde, elle lui flanqua un coup avec sa queue brûlante pour le faire atterrir sur les Pics Toxik.
  • - Argh, pas cool, fit-il en se frottant le crâne.
  • - Les coups, c'est pas fait pour être “cool”, c'est fait pour faire mal, le corrigea-t-elle en lui fouettant les pattes.
En essayant d'esquiver, Alton avait l'air de danser. À chaque pas sur un Pic, le poison faisait effet, alors il s'arrêta un bref instant, seulement pour se reprendre un Lance-Flammes de Moswen. Bien amoché, il tenta un nouveau Pouvoir Antique, cette fois-ci lancé juste après un Lame d'Air pour surprendre son adversaire. Ne pouvant pas esquiver les deux capacités malgré son physique fin et élancé, elle se prit les pierres, et riposta par un Purédpois faisant moins de dégâts que le premier. En effet, cette utilisation de Pouvoir Antique avait augmenté toutes les statistiques du dinosaure, résistant bien mieux aux attaques adverses. Malgré le boost, Alton souffrait du poison et affichait une expression choquée.
  • - Oh non. Non non non. Naaan ! PAS LE TALENT !
Ses stats d'attaque, venant à peine d'être améliorées, redescendirent à cause de Défaitiste. Moswen vit là une opportunité pour attaquer encore une fois avec Fouet de Feu, qui rata sa cible. Il avait fait Demi-Tour pour se mettre à l'abri, et en profita pour canarder la Malamandre avec Pouvoir Antique, espérant retrouver ses améliorations. Elle se faufila difficilement entre les pierres volant à toute vitesse sur elle, avec pour but d'utiliser un dernier Lance-Flammes pour finir le combat.
Alton n'avait plus de Pouvoir Antique disponibles. Il continua donc sa vague d'attaques affaiblies avec Lame d'Air.
  • - Tiens ? Elle n'avance plus ? s'étonna-t-il.
  • - MOSWEN N'A PAS PU ESQUIVER LA PLUIE D'ATTAQUES D'ALTON ! L'ÉQUIPE 3 EST DONC DÉCLARÉE GAGNANTE ! LES PARTICIPANTS VONT POUVOIR SE REPOSER UN PEU, CAR LE DERNIER MATCH VA SE JOUER MAIN-TE-NANT !!!
L'Aéroptéryx voleta avec difficulté vers nous, comme s'il était ivre. Nous le félicitâmes avec joie, et il expliqua pourquoi il enchaînait les attaques aussi vite.
  • - J'ai paniqué, tous mes projectiles sont partis d'un coup ! J'en ai juste MARRE de ce Talent tout pourri… Ah, si seulement j'avais un Talent caché, je pourrais le changer avec un Patch…
  • - Au moins, t'as gagné, c'est le principal ! lui dis-je. On passe au round suivant, on a toujours nos chances de le remporter, ce tournoi !
  • - Elle est quand même balèze, cette Moswen, commenta Léa. Balèze, mais elle a l'air de manquer de confiance en elle.
  • - Hé, regardez, Logan va affronter Géma ! fit remarquer Armand en les pointant du doigt.
~ ~ ~ ~ ~
Un Moumouton était en train de rouler en direction d'un Ceriflor fermé, essayant de la renverser comme une quille. Géma ne se laissait pas du tout faire et sautillait à chaque passage de Logan. Au bout d'un moment, Logan s'arrêta de rouler et se prépara à utiliser Coup d'Boule : il manqua sa cible de quelques centimètres, qui en profita pour lancer Poudre Dodo.
Le mouton s'endormit instantanément. Géma utilisa alors Zénith, et, sous un soleil radieux, ouvrit ses pétales et attaqua. Son Lance-Soleil n'eut pas besoin d'être chargé, et fusa sur Logan, qui fit un roulé-boulé jusque dans un mur.
  • - Un peu facile, commenta le Ceriflor. Comment il a pu passer les éliminatoires ?
Le duel suivant opposait Tao et Saki. La Pachirisu avait l'air super excitée de participer au tournoi, mais ne vit pas son adversaire. Un Taupiqueur l'attaqua soudain par en-dessous : la Zoroark avait créé une illusion pour tromper Saki. Celle-ci utilisa Chargeur pour booster sa prochaine capacité, mais se fit interrompre par un puissant Explonuit.
  • - Aïeuh ! Laisse-moi faire quelque chose, au moins ! se plaignit-elle en se relevant.
  • - Ben non, c'est pas du tour par tour, du coup je peux être aussi bourrin que je veux sans contraintes. Essaye un peu d'encaisser ce Châtiment !
La pauvre Pachirisu n'y parvint malheureusment pas et fut rapportée à son groupe par Tao.
  • - Entraînez-vous plus dur, sérieux, ces deux combats étaient trop courts ! leur dit-elle avec agacement. Les tournois, c'est pas pour les débutants !
Sieg Hall beugla une énième fois dans son micro :
  • - MAIS QUELLE RAPIDITÉ ! GÉMA ET TAO ONT EXPÉDIÉ CES DUELS EN MOINS DE TEMPS QU'IL NE FALLAIT POUR LE DIRE ! ESPÉRONS QUE LE PROCHAIN COMBAT, OPPOSANT JÉRÔME L'ASTRONELLE À MARIANNE LA LIBÉGON, SOIT AUSSI DIVERTISSANT !
La coccinelle et la libellule se firent face, prêts à donner le meilleur d'eux-mêmes. Jérôme plaça une Protection pendant que Marianne lançait Piétisol pour projeter des morceaux de terre sous son adversaire. Celui-ci riposta en utilisant Bourdon, et la Libégon fit de même. Elle tenta une approche avec Draco-Griffe, mais regretta assez tôt lorsque l'Astronelle utilisa Vaste Pouvoir.
Marianne lança alors Tomberoche, ensevelissant Jérôme sous un tas de pierres. Il s'en dégagea avec Psyko et, presque à bout de forces, utilisa un Bourdon boosté par son Talent Essaim. Marianne ne broncha pas et répliqua par un dernier Draco-Griffe, mettant Jérôme hors d'état de combattre.
  • - JOLIS ÉCHANGES DE CAPACITÉS ! POUR EMPRUNTER LES EXPRESSIONS DE CHEZ MARIANNE, C'ÉTAIT COOL EN TABARNAK !
La québécoise concernée ressentit une aura de cringe autour du Ninjask. Elle laissa sa place à Niels, un M. Mime de Galar qui avait l'air de faire un peu tache dans l'équipe. À l'opposé, mon frère s'était approché en promettant à son groupe qu'il gagnerait.
  • - VOICI VENUE L'HEURE DU DERNIER COMBAT DE LA JOURNÉE ! ICI PRÉSENTS, CIARÁN LE SPECTRUM, LE PIANISTE SPECTRAL, ET NIELS LE M. MIME DE GALAR, DE LA BP DE NORMANDIE, LE… eh ben je sais pas en fait. BREF ! QUE LE COMBAT COMMENCE !
Ciarán profita du moment de confusion de Niels pour lui placer un Coup Bas avant de se prendre un Choc Mental. Visiblement frustré de s'être pris un coup, le Spectrum endormit le mime avec Hypnose et le mitrailla de Poing Ombre et de Direct Toxik avant le réveil de Niels. À son réveil, il vit un poing violet juste devant son visage, et tomba dans les Verpom.
  • - EEET C'EST TOUT POUR AUJOURD'HUI ! L'ÉQUIPE DE CIARÁN N'A MALHEURESEMENT REMPORTÉ QU'UNE SEULE VICTOIRE, CELLES QUI SONT QUALIFIÉES POUR LE DEUXIÈME ROUND SONT DONC L'ÉQUIPE 2, L'ÉQUIPE 3 ET L'ÉQUIPE 4 ! RENDEZ-VOUS DEMAIN À 14H POUR LA SUITE ! termina Sieg, hors d'haleine à force de ne s'exprimer qu'en criant.

Le stade se vida peu à peu. Les élèves rejoignirent leur salle commune ou la cour en attendant l'heure du dîner. Notre bande rejoignit les équipes de Géma et de Kasumi en se félicitant tous pour nos efforts. Nous nous dirigeâmes vers la cour. Marianne regardait Salomon avec intérêt, tandis que les deux types Spectre qu'étaient Ciarán et Marie discutaient de leurs problèmes de manque de jambes.
  • - Hé, à votre avis, ce sera quoi la deuxième partie ? demandai-je au groupe. Si c'est des combats, ce serait un peu trop facile de préparer des stratégies…
  • - J'espère pas, fit Alton. Pas envie que cette saloperie s'active encore au mauvais moment, maugréa-t-il en se donnant un petit coup sur la partie écailleuse de son crâne.
Last edited by Lycanrok on Sun 28 Jan 2024, 21:02, edited 3 times in total.
N'oubliez pas : GrammarFerno is ALWAYS watchin' u.

User avatar
Lycanrok
Posts: 3324
Joined: Sat 01 Dec 2018, 17:49
Location: Joulupukin keittoastia
Contact:

[Fanfiction PKU] Péripéties de Frères Pokéumains

Post by Lycanrok » Sun 21 Jan 2024, 22:22

Chapitre 10

Le lendemain, je fus réveillé par Alton, qui s'était levé bien plus tôt. Il était déjà sorti petit-déjeuner et avait été interpelé par Eseld pour dire à notre équipe que l'épreuve de cet après-midi serait une course de relais. J'avais comme un pressentiment qui me disait qu'on allait perdre. Le seul avec une bonne statistique de vitesse était Alton, les nôtres stagnant aux alentours de 60…

Le groupe au complet, nous passâmes au stade pour nous entraîner avant midi. Une branche trouvée au sol allait nous servir de témoin, et nous nous plaçâmes sur la piste, Armand portant un chronomètre.
  • - TOP ! lança-t-il à Léa.
Elle fit le tour du circuit à une vitesse modeste, le bâton dans la bouche. Arrivée au bout, elle le passa à Alton qui partit à toute allure, laissant à peine le temps à Armand de me passer le chrono. Celui-ci prit la suite, bien plus lentement, puis ce fut mon tour. Je terminai complètement essoufflé : je n'ai jamais eu d'endurance, me fatigant au moindre escalier ayant plus de cinq marches.
  • - Punaise… haletai-je, les mains sur les genoux. Comment on va faire si les autres sont plus rapides que nous ? On peut pas faire en sorte qu'Alton se passe le relais à lui-même ?
  • - On est clairement une des équipes les plus désavantagées, aucun de nous n'est sportif… fit Armand.
Nous demandâmes alors des conseils pour avoir plus d'endurance à M. Droad, le Gambex nous servant de professeur de sport :
  • - Eh bien, des répétitions de jumping jacks et de squats aideraient Taliesín et Armand. Léa, en ta qualité de quadrupède, tu as naturellement une bonne endurance. Quant à toi, Alton, tu peux voler, et donc n'as pas besoin d'entraînement.
Nous le remerciâmes de ses conseils avisés et reprîmes notre entraînement.

Midi sonna, et nos estomacs criaient famine à force de courir et de faire de la cardio. Le plat du jour était un chili con carne, un de mes plats préférés ; je demandai une portion sans grains de Baie Siam et m'installai à côté de mes amis. J'engloutis mon repas en cinq coups de fourchette tellement j'avais une faim de Lougaroc, et Alton fit de même.
* * *
  • - VOUS SAVEZ QUELLE HEURE IL EST ? C'EST L'HEURE DE LA COURSE DE RELAIS : LA DEUXIÈME ÉPREUVE DU GRAND TOURNOI INTER-BP !!! brailla Sieg à 14h précises pour que tous les spectateurs le sachent bien. LES ÉQUIPES, JE LE RAPPELLE, SONT LES NUMÉROS 2, 3 ET 4 ; CELLE QUI FINIRA TROISIÈME SERA ÉLIMINÉE !
Nous nous plaçâmes sur les lignes de départ : les premiers à courir étaient Léa, avec le témoin bleu, Louis, avec le témoin vert, et Marianne, avec le témoin rouge.

Le professeur de natation, M. Ricardo le Gamblast, annonça le départ :
  • - À vos marques... Prêts... PARTEZ !
Il tira un coup de pince vers le ciel. Marianne menait la course, suivie de Louis et de Léa. Au premier virage, le Lianaja trébucha dans le vide à cause de ses pattes super fines, et se fit dépasser par la Givrali. Alton attendait son arrivée, mais Marianne passa son témoin à Tao, qui allait aussi vite qu'elle. Il finit par recevoir le bâton bleu et démarra au quart de tour, dépassant la Zoroark en un instant. Nicolas traînait le pas derrière eux, alors que l'Aéroptéryx laissa la place à Armand, qui se mit à courir d'un pas lourd. Il était talonné par un Ceriflor, alors que Viggo allait recevoir le témoin de Nicolas. Le lapin galopa pour rattraper les deux autres, et les dépassa pour terminer son tour. Armand me lança le relais et Géma fit de même en direction de Niels.

Le dernier tour était vraiment serré, Arthur en tête depuis le faux départ de Niels qui s'était trompé de pied d'appui. J'étais trop lent pour rattraper le Ludicolo, et finis deuxième après lui. M. Ricardo tira un second coup pour annoncer :
  • - Stooop ! L'équipe vainqueure est l'équipe 2 ! Vous affronterez donc l'équipe 3 au prochain round ! Je suis désolé pour vous, l'équipe 4, mais vous êtes disqualifiés !
Niels poussa un soupir et s'arrêta dans sa course. L'équipe d'Arthur est vraiment redoutable !
  • - GG les gens, nous dit celui-ci en nous proposant un check fair-play.
  • - Pu-tain, vous êtes 'achement balèzes en sport ! fis-je, impressionné. On avait aucune chance face à vous.
  • - Boah, coup de chance, fit Louis en haussant les épaules, l'air un peu dégoûté de s'être rétamé au début de la course.
~ ~ ~ ~ ~
La soirée se passa tranquillement. Kasumi et son équipe vinrent s'asseoir à notre table pour le dîner.
  • - Dites, vous avez Snapoké dans votre base ? nous demanda-t-elle.
  • - Ouaip ! Même si pour l'instant j'ai qu'une dizaine d'amis dessus, lui répondis-je.
  • - Ben tiens, je te file le nom de mon compte, c'est “kasu_manyura”, comme ça on peut s'ajouter.
  • - Le mien c'est “drferno”.
  • - steelgengar, continua mon frère.
  • - Moi c'est “yuki_marie, fit la Momartik en réponse à Ciarán.
  • - Le mien c'est “mister_shiny_flygon, annonça fièrement Salomon. Et Moswen, c'est “doha_salazzle.
  • - alton1er, ajouta Alton.
  • - happypanda, dit Armand.
  • - givral_ink, finit Léa.
Salomon prit un air surpris en regardant sa tablette, voyant un nouvel abonné qui n'était pas avec nous.
  • - yoshivert555” ? C'est qui ça ?
La table à côté était occupée par la personne en question, Marianne, ainsi que Géma et Tao, dont les pseudos étaient “a_gamer360” et “taoroark”.

Après une petite session jeux à la salle d'arcade, nous allâmes nous coucher. Alton me suivit, alors que Géma et Kasumi suivirent respectivement Armand et Léa.
  • - Bonne nuit, dis-je à mon ami.
  • - Bonne nuit, répondit-il en bâillant.
* * *
Alors que nous entrions dans le stade vers 11h, ma tablette vibra pour me dire que Kasumi m'avait envoyé un message qui disait “Bonne chance ! ^_^”, auquel je répondis par un “Merki Kasu !”. Je déposai mon sac dans le vestiaire et rejoignis Léa sur le stade, accompagné d'Armand et d'Alton. Les deux autres équipes étaient aussi présentes, attendant les cris d'un Ninjask pour savoir ce qui allait nous attendre. Un Colossinge arriva, muni d'un micro : il s'agissait du professeur de sport de mon frère.
  • - Bonjour à tous, Pokéumains de la Base de Saint-Malo. Je suis M. Fulor, et ce sera moi qui m'occuperai d'arbitrer et commenter les combats d'aujourd'hui. Dû à une extinction de voix, M. Hall sera incapable d'assurer ce rôle pendant quelques jours.
Des cris de joie retentirent des gradins.
  • - Cependant, il a fait savoir par écrit au directeur qu'un élève en était la cause. Il voudrait recevoir celui ou celle ayant utilisé Exécu-Son sur lui dans son bureau dans la journée, fit-il savoir au public sur un ton sec. En attendant d'avoir trouvé le coupable, on m'a fait savoir que l'épreuve d'aujourd'hui sera des combats à contraintes. Les quatre duels se dérouleront comme d'habitude, si ce n'est qu'un élément les perturberont. J'invite donc Alton l'Aéroptéryx et Arthur le Ludicolo à s'avancer.
Les deux adversaires s'approchèrent du professeur, se jetant un regard de défi.
  • - Vous vous affronterez dans un match à plateformes, au-dessus d'un sol recouvert de lave.
Aussitôt, cinq plateformes sortirent du sol à des hauteurs différentes. Deux autres s'élevèrent de chaque côté du stade, et un Métang arriva pour servir de véhicule au présentateur temporaire. Les deux équipes montèrent sur leur plateforme attitrée, et les deux combattants se placèrent sur les plaques surélevées. Ensuite, le Magmar que j'avais vu il y a quelques mois entra et lança Ébullilave, masquant le sol d'un liquide brûlant, puis monta s'asseoir dans les gradins.
  • - Êtes-vous prêts ? demanda M. Fulor. Alors, C'EST PARTI !
Alton avait un énorme avantage par rapport à Arthur, car il était capable de voler. Visant le Ludicolo qui invoquait la pluie, il lança Lame d'Air, qui fut immédiatement contrée par quelques Bulles d'O. Arthur profita de l'augmentation en puissance de ses bulles et en sortit une nouvelle fois, maintenant énormes. Il s'en servit comme plateformes pour rejoindre l'Aéroptéryx et utilisa Poing Feu. Celui-ci riposta par un Aéropique qui toucha le kappa de plein fouet, et le fit chuter. Par chance, il parvint à se rattraper à un rebord et évita une défaite trop rapide. Il se prit ensuite une salve de Pouvoir Antique, à laquelle il répondit par un Giga-Sangsue, qui restaura un peu son énergie.

Alton prit son envol et lui fonça dessus avec Demi-Tour. Arthur, ne pouvant pas esquiver cette attaque, se prépara à encaisser le choc. Après deux coups super efficaces, il ne devait pas pouvoir résister encore longtemps. Alors que l'oiseau faisait le chemin retour, Arthur embrasa son poing et le frappa de toutes ses forces, espérant le déséquilibrer. Il ne broncha pas et s'arrêta en plein vol pour feinter avec Aéropique.
  • - Ah l'bâtard… jura le Ludicolo en tombant sur le dos.
  • - ET VOILÀ UNE BELLE VICTOIRE D'ALTON, commenta le Colossinge dans son micro, réglé un peu trop fort. Nous passerons à la suite juste après le nettoyage du terrain.
À ces mots, l'Akwakwak chargé de cette tâche fit disparaître les nuages, puis lança un énorme Surf pour retirer toute la lave. Les plateformes s'abaissèrent, rendant son aspect plat au stade.
M. Fulor continua :
  • - Merci. Laissons place au duel suivant, opposant… Il regarda son aide-mémoire. Armand le Pandarbare et Viggo l'Excavarenne !
Mes deux camarades de classe descendirent et se firent face.
  • - Votre affrontement se déroulera dans le noir. J'espère pour vous que vous n'êtes pas ochluophobes*.
Il tapa dans ses mains ; la lumière s'éteignit. Les seules sources de lumières étaient celles des caméras infrarouges, permettant aux spectateurs de suivre le combat. Le singe, quant à lui, s'était équipé de lunettes utilisant la même technologie.
  • - COMMENCEZ ! annonça-t-il de sa forte voix.
Complètement déboussolés, Armand et Viggo donnaient des coups dans le vide en espérant toucher l'autre.
  • - Aïe ! Fais gaffe, tu m'es rentré dedans ! lâcha Armand, qui venait de se prendre un poteau.
Viggo, aidé par ses grandes oreilles, détecta son emplacement et creusa dans sa direction pour le surpendre. Tâtonnant, le panda essayait de trouver son chemin sans savoir que son adversaire se situait en-dessous de lui. Ce dernier se prit le rebord des gradins, ayant creusé un peu trop loin, puis fit demi-tour en grommelant. Armand lança dans le vide :
  • - Eh ! Lance une capacité qui fait un peu de lumière, sinon on arrivera à rien !
  • - Okay ! répondit l'Excavarenne, face à un mur.
Il fit jaillir des étincelles de son oreille, indiquant sa position au Pandarbare. Il approcha, toujours à tâtons pour ne pas se cogner, et arriva enfin à son adversaire.
  • - Eh beh, compliqué hein ? fit-il en utilisant Tête de Fer.
  • - Bien d'accord, répondit Viggo en chargeant un Poing Éclair.
Les deux attaques s'entrechoquèrent, mais celle du lapin dura plus longtemps et tapa en plein dans le crâne d'Armand. Il riposta par un Vampi-Poing, qui fit contact et lui rendit un peu d'énergie, mais tomba à cause d'un Piétisol venant juste après. Sans défense, il lança Façade pour se défendre, mais la capacité fut lancée dans le vide. Viggo, boosté après un Danse-Lames, mitrailla Armand de Poing Éclair jusqu'au K.O., sans qu'il puisse faire quoi que ce soit.

Les lumières revinrent, révélant un Pandarbare sonné, chevauché par un Excavarenne triomphant et contractant ses oreilles comme des bras.
  • - Très bien, Viggo ! Armand a eu la bonne idée de te dire d'utiliser Poing Éclair pour faire un peu de lumière, et tu as su t'en tirer parfaitement. Encore bravo, le félicita le Colossinge. Le troisème combat se déroulera en plein milieu d'une foule. Si un élève est, par malheur, touché par une capacité, cela entraînera la défaite du lanceur. Taliesín le Félinferno, Louis le Lianaja, veuillez vous approcher.
Nous obéîmes, et fûmes directement entourés d'une centaine de personnes, ne laissant aucune ouverture pour attaquer. Je ne pouvais même pas voir Louis, tellement il était petit.
Je me frayai un chemin entre les gens, veillant à ne pas rater un possible Lianaja. J'aperçus Kasumi parmi la masse de personnes, et lui fis un signe de la main, qu'elle me renvoya avec un sourire. Soudain, une liane m'attrapa la cheville et me fit trébucher. À l'autre bout, Louis tirait comme pour la pêche au gros, forçant les gens à s'écarter pour ne pas se prendre un tigre dans les jambes.

Arrivé à lui, je fus libéré de mon emprise et lui lançai Morsure pour éviter les dommages collatéraux ; ma mâchoire se referma dans le vide et je me retrouvai au sol, enocre une fois, avec un Lianaja debout sur mon ventre me fouettant avec des lianes. Comme ce n'était vraiment pas efficace sur moi, je me concentrai et fis brûler ma ceinture un peu plus intensément pour utiliser un Lance-Flammes allongé. Le rayon de l'attaque était assez large pour toucher Louis, et assez faible pour ne toucher personne d'autre que lui. Projeté en l'air, il s'écrasa au sol, les yeux tourbillonant.
  • - Belle performance de Taliesín ! Une attaque Lance-Flammes visant à mettre un Pokémon de type Plante pur, et pas encore complètement évolué, hors d'état de combattre est visiblement une technique assez efficace, quoique très simpliste, commenta le remplaçant.
Les élèves repartirent s'asseoir à leur place, ne laissant que les deux derniers candidats sur le terrain.
  • - VOICI LE MOMENT QUE VOUS ATTENDIEZ TOUS ! LE DERNIER COMBAT DE CE TOURNOI OPPOSERA LÉA LA GIVRALI À NICOLAS L'ÉCAÏD – QUI EN RESSORTIRA VAINQUEUR ? vociféra M. Fulor de la même manière que Sieg. SI LÉA GAGNE, L'ÉQUIPE 3 GAGNERA LE TOURNOI, MAIS SI NICOLAS GAGNE, ALORS LES DEUX ÉQUIPES SERONT À ÉGALITÉ !
Nicolas et Léa, en posture de combat, étaient prêts à se battre, mais quelle serait leur contrainte ?
NDT :
*Ochluophobie : la peur du noir, aussi appelée nyctophobie.
Last edited by Lycanrok on Sun 28 Jan 2024, 20:59, edited 1 time in total.
N'oubliez pas : GrammarFerno is ALWAYS watchin' u.

User avatar
Lycanrok
Posts: 3324
Joined: Sat 01 Dec 2018, 17:49
Location: Joulupukin keittoastia
Contact:

[Fanfiction PKU] Péripéties de Frères Pokéumains

Post by Lycanrok » Sat 27 Jan 2024, 22:50

Chapitre 11

Le Colossinge jeta un coup d'œil sur son aide-mémoire et annonça :
  • - Léa et Nicolas s'affronteront… en combat inversé ! Les règles sont simples : les attaques peu efficaces deviennent super efficaces, et les attaques auparavant super efficaces perdent leur efficacité ! QUE LE MEILLEUR GAGNE !
Il appuya sur un bouton qui libéra une étrange fumée sur le terrain.

Léa, qui allait lancer Laser Glace, s'en retint et utilisa Ball'Ombre à la place, tandis que Nicolas utilisa Allègement pour enchaîner avec Coup d'Boule. Les deux se prirent les attaques de plein fouet, sans broncher, grâce à la fumée inversant les faiblesses. L'Écaïd fonça tête baissé sur la Givrali en utilisant un deuxième Coup d'Boule, qui fut paré par un Laser Glace tiré en angle.
  • - Hein ? Comment… Laser Glace part en ligne droite normalement ! s'étonna le dragon. Qu'est-ce que t'as foutu pour qu'il aille comme ça ?
  • - Simples calculs de trajectoire, répondit-elle avant de lançer un Laser Glace, cette fois faisant des zigzags en rebondissant du sol au plafond.
  • - Eh ! C'est de la triche là ! s'exclama-t-il en esquivant les rayons avec diffculté.
Il riposta en tirant une salve d'écailles, qui furent bloquées par un Abri. L'Écaïd continua de frapper avec Close Combat, qui ne fit presque aucun dégât à Léa. Elle sortit un autre Ball'Ombre, paré d'un coup d'avant-bras écailleux, le redirigeant dans un mur.
  • - Allez, cette fois, fini de rire ! fit Nicolas en s'allégeant une fois de plus. Je suis bien trop rapide pour qu'une de tes attaques me touche !
Léa afficha un sourire narquois à ces mots. Elle congela le sol avec Laser Glace et se laissa glisser comme un palet de hockey, changeant de direction avec des coups de patte. Fusant à toute allure autour du stade, elle allait aussi vite que son adversaire qui essayait de l'intercepter en sens inverse.
  • - JE TE TIENS ! lança-t-il alors qu'elle approchait à toute vitesse, se préparant à l'attraper entre ses bras.
  • - Nope, fit la Givrali en déviant sa trajectoire grâce à un Lyophilisation lancé sur le pied de Nicolas.
Perdant son adhérence, il chuta et se mit à glisser, essayant de s'arrêter en frappant le sol, espérant briser la couche de verglas. Léa sortit de sa partie de curling avec un magnifique salto arrière, suivi d'un Laser Glace en arc de cercle, projetant l'Écaïd sans défense dans un mur.
  • - MAIS QUELLE TECHNIQUE ! LÉA NOUS A SORTI DES VARIANTES ACROBATIQUES DE LASER GLACE TELLEMENT IMPROBABLES QUE NICOLAS N'Y A PAS SURVÉCU ! s'enjailla M. Fulor, qui s'était vraiment trop investi dans son rôle de commentateur remplaçant.
Des cris de joie retentirent de notre groupe, ainsi que depuis les gradins, acclamant la vainqueure.

Le gaz se dissipa, et le Magmar fit fondre le verglas, laissant la place au professeur pour parler.
  • - Équipes 2 et 3, veuillez approcher s'il vous plaît.
Les 8 participants s'approchèrent, une moitié plus excitée que l'autre.
  • - Équipe 2, vous avez remporté un seul combat lors de cette épreuve. Équipe 3, vous en avez remporté trois. Félicitations à vous quatre.
Un podium à trois places se dressa, sortant du sol. M. Fulor annonça :
  • - Voici le moment que vous attendiez tous ! En troisième place, l'équipe numéro 4 !
Nos amis prirent place sur la plateforme la plus basse.
  • - En deuxième place, l'équipe numéro 2 !
Le groupe de stratèges monta sur la moyenne plateforme, visiblement déçus.
  • - Et enfin, en première place, les vainqueurs du Tournoi Inter-BP… J'appelle l'équipe numéro 3 !
Armand, Léa, Alton et moi grimpâmes au sommet du podium sous les applaudissements et acclamations du public, parfois parsemés de huements.

Le singe alla chercher quelque chose dans son sac. Il en sortit un trophée doré, portant les armoiries de la ville en relief : une hermine capée marchant sur une clôture métallique. Il nous la tendit ; Armand s'en empara et la leva bien haut (il l'avait bien mérité, ayant perdu ses trois épreuves), affichant un visage radieux comme nous autres. Aux deux autres équipes, il donna des médailles plaquées argent et bronze arborant le même blason en relief. Il félicita toutes les équipes, puis remercia les invités d'avoir pris la peine de se déplacer aussi loin pour cet évènement.

Le stade se vida dans un vacarme sans nom quelques minutes plus tard. Nous repartîmes avec notre prix, que nous autorisâmes Armand à mettre en valeur dans sa chambre. Léa prit une photo de groupe, Armand le tenant toujours fièrement, et l'envoya dans notre groupe de discussion.

Nous nous séparâmes pour nous reposer dans nos chambres respectives, mais surtout pour prendre une bonne douche bien méritée. Je laissai Alton prendre la sienne en premier ; pendant que je postai la photo sur Snapoké, un son sablonneux s'écoulait de la salle de bains. Il en sortit en se brossant les plumes pour enlever les grains restés coincés. Les douches dans les chambres sont vraiment bizarres, car équipées de trois types de jets différents : de l'eau chaude ou froide, pour les Pokéumains normaux ; du sable, pour les types Roche et Sol ; et de la lave, pour les types Feu pourvus d'écailles ou d'une peau solide. Cette dernière, pas tellement adaptée à mon pelage, me contraignait à utiliser de l'eau à très haute température.
  • - Pfiou, ça fait du bieeeeen… fis-je en séchant ma fourrure avec une serviette. Alors, content de l'expérience ?
  • - Rah oué, c'était génial ! répondit Alton. Faudrait qu'on organise ça à Cayenne aussi, je pense que ça plairait à Mme. Robeck.
  • - Mme. Robeck ?
  • - C'est notre directrice, une Bazoucan. Un peu acariâtre, mais elle est sympa quand on fait pas les cons. D'ailleurs, selon les rumeurs, elle serait la première Pokéumaine de la septième génération en Guyane.
  • - Elle doit être vieille ! m'étonnai-je.
  • - Waouh, fis-je, impressionné, en prenant un sachet de sablés dans un placard. J'en envoyai également un à mon ami, qui les dévora volontiers.
~ ~ ~ ~ ~
Le jour suivant, vers 9h, nous fûmes convoqués dans le bureau du Capitaine.
  • - Félicitations pour votre victoire, moussaillons ! Votre aptitude au combat vous a offert une opportunité EXTRÊMEMENT RARE pour les Pokéumains n'ayant pas encore atteint le rang de TSP.
  • - Et qu'est-ce que c'est ? demanda Léa.
  • - Le premier prix de ce splendide tournoi est une sortie de la base, accompagnés de TSP pour votre sécurité, bien sûr.
  • - Mais comment on va en sortir ? questionna Armand. On ne peut pas redevenir humains, si ?
  • - Vous recevrez exceptionnellement un accessoire d'humanisation pour la journée. Cependant, vous devrez bien faire attention à le retirer toutes les quatres heures à l'abri des regards humains pour éviter des effets secondaires indésirables. Pendant votre sortie, vous pourrez faire ce que vous voudrez, du moment que vous rentrez avant le couvre-feu.
Une Wimessir entra dans le bureau avec une boîte métallique. À l'intérieur reposaient deux colliers et deux bracelets rutilants munis d'une gemme.
  • - Voici les accessoires, Capitaine.
  • - Merci, Eseld. Tu peux les poser sur le bureau.
Il se leva et sortit une bague d'un tiroir, qu'il manipula entre ses pattes.
  • - Je vais vous faire une petite démonstration pour vous apprendre à les utiliser.
Il l'enfila sur un de ses doigts, perdant son apparence insectoïde. C'était un homme d'un certain âge, vêtu d'un attirail de pirate et d'un cache-œil, les cheveux grisonnants et arborant une superbe moustache rappelant les mandibules de son alter-ego.
  • - Voilà comment les bagues fonctionnent, dit-il en la retirant, retrouvant son apparence de Sarmuraï. Les colliers et les bracelets marchent de la même manière, la seule différence étant l'endroit où vous les enfilez.
Ceci dit, il composa quelques numéros sur son interphone et appela quelques TSP pour nous accompagner. Je reconnus Lachésis, la Cléopsytra s'étant occupée de mon frère et moi, mais il y avait aussi un Limaspeed et un Feunard d'Alola, et enfin un Mysdibule. Myrddin reprit la parole.
  • - Vos accompagnateurs seront vos TSP Lachésis la Cléopsytra, Thémis la Feunard et Loïc le Limaspeed, ainsi que Çene la Mysdibule. Je vous laisse organiser votre journée dans le bureau d'Eseld. Un plan de la ville s'y trouve, ainsi que les lieux utiles. Bonne journée, et profitez bien !
Il nous fit sortir et nous nous installâmes tous les huit autour de la table. La Mysdibule s'équipa d'un carnet et d'un stylo pour noter les idées.
  • - Bon, pour commencer, qu'est-ce qui vous ferait plaisir de visiter ? nous demanda-t-elle.
  • - Une crêperie ! fit Alton, qui voulait tester les spécialités bretonnes. On pourrait y déjeuner.
  • - Mhm, d'autres idées ?
  • - OH, TROP BIEN ! Y'A UN NAVIRE CORSAIRE ! s'exclama Armand, grand fan de pirates.
  • - L'Étoile du Roy ? Bonne idée, approuvai-je pendant que Çene écrivait.
  • - Le Fort National a l'air vraiment intéressant, proposa Léa. Mais on dirait que c'est sur un îlot…Du coup il faudra un bateau ?
  • - Non, lui répondit sa TSP, c'est une presqu'île, on peut y accéder à marée basse.
  • - Ah, super alors !
  • - Hmmm… Les escape games ont l'air vraiment sympas, mais je suis pas sûr qu'on ait le temps d'en faire. À part ça, y'a bien l'aquarium mais c'est pas très intéressant, comparé à ce qu'on peut voir ici. Et en plus c'est en dehors des murailles.
  • - On trouvera un créneau si tu veux en faire un, me dit Loïc. Lachésis, t'en penses quoi ?
  • - Eh bien, ce serait mieux de le faire après manger pour digérer. Donc je supposee qu'on a nos activités principales. Quelqu'un a une dernière idée ?
  • - Je connais un super salon de thé avec des gâteaux et des boissons chaudes, on pourrait y prendre le goûter ! fis-je. Je crois que c'est…
Je cherchai l'endroit sur la carte.
  • - …là ! dis-je en pointant une ruelle. J'y suis allé avec mes parents, c'était trop bien de s'y réfugier alors qu'il pleuvait dehors.
  • - Oh, je crois y avoir travaillé un moment, fit remarquer Thémis. C'est petit mais mignon.
La Mysdibule ayant fini d'écrire, elle posa son crayon et lista :
  • - Donc : déjeuner à une crêperie, ensuite un escape game, le bateau à 14h en attendant la marée basse pour continuer avec le fort, et le salon de thé pour le goûter. J'ai rien oublié, tout est bon ? Bien, alors allez vous habiller, on se retrouve au portail à 11h15.
  • - D'accord ! fîmes-nous en chœur.
Arrivés dans nos chambres, nous enfilâmes les vêtements les plus normaux possibles pour éviter de se faire remarquer. Mon bracelet enfilé, je passai un t-shirt muni d'une poche de laquelle sortait un petit dessin de Flamiaou. Bizarrement, il était à ma taille alors que les autres habits que j'avais étaient adaptés à une carrure de Félinferno. Arborant son collier, Alton était un jeune homme au teint sombre, avec les cheveux noirs taillés courts. Je lui prêtai un autre t-shirt et un jean, qui lui allaient parfaitement aussi. Vraiment étonnants, ces habits.

Nous sortîmes par le couloir par lequel mon frère et moi étions arrivés au tout début, donnant accès à la porte permettant de passer dans le monde des humains. Nous fûmes rejoints par un grand barbu aux cheveux longs et sombres, portant des lunettes et un sweat noir, et une jeune fille aux cheveux lui arrivant aux épaules, vêtue d'un t-shirt blanc. Nos accompagnateurs arrivèrent ensuite : la jeune femme aux cheveux argentés était entourée d'un rouquin avec des lunettes de soleil et une chemise, d'une autre femme aux longs cheveux blanc terminés par une queue de cheval, habillée d'une robe longue d'été de couleur bleu-gris, et d'une personne cachée par un gilet à capuche jaune, ne laissant dépasser que le haut de sa tête aux cheveux noirs de jais nattés.
  • - Tout le monde est là ? demanda Thémis, le programme à la main.
Elle nous compta et plongea son autre main dans son sac pour en sortir une gemme.
  • - Parfait, alors allons-y ! fit-elle alors que le mur s'illumina.
Nous passâmes un à un à travers. Toujours bizarre, comme sensation !
Çene ferma la marche, et Thémis le portail.
N'oubliez pas : GrammarFerno is ALWAYS watchin' u.

Post Reply

Who is online

Users browsing this forum: No registered users and 14 guests