[Fanfic] Tenebrae, un obscur récit.

C'est ici que vous pouvez délier votre plume et raconter vos histoires.

Modérateur : Modérateurs section Pokémon et Vous

(Actualisation) Comment trouvez-vous l'histoire ?

Très bien
6
86%
Bien
1
14%
Bof
0
Aucun vote
Pas bien
0
Aucun vote
Très mauvaise
0
Aucun vote
 
Nombre total de votes : 7

Avatar de l’utilisateur
monocram
Délégué section Pokémon et vous
Messages : 2636
Inscription : lun. 12 août 2013, 17:34
Localisation : Dans un château enseveli sous le sable du Désert des Ombres Dansantes dans le Monde des Morts.

Re: [Fanfic] Tenebrae, un obscur récit.

Message par monocram » lun. 10 août 2015, 19:19

Quand on s'appelle Maître MonocraM le Maléfique, on sait se passer de bien des Pokémon. :evil:
Jellow from the other side !

L'INVASION JELLOW CONTINUE !

Avatar de l’utilisateur
Ulysse
Messages : 2334
Inscription : ven. 26 sept. 2014, 19:09

Re: [Fanfic] Tenebrae, un obscur récit.

Message par Ulysse » lun. 10 août 2015, 20:58

Lucario n'est pas un loup mais un chacal ;) Il est inspiré d'Anubis, pas d'un loup. :)
23:55

Avatar de l’utilisateur
monocram
Délégué section Pokémon et vous
Messages : 2636
Inscription : lun. 12 août 2013, 17:34
Localisation : Dans un château enseveli sous le sable du Désert des Ombres Dansantes dans le Monde des Morts.

Re: [Fanfic] Tenebrae, un obscur récit.

Message par monocram » lun. 10 août 2015, 21:00

Tout à fait. Or, son nom vient de "lupus" le loup en latin. Il est a moitié chacal et à moitié loup. Si on s'en réfère à tout ce qui est à notre disposition.
Jellow from the other side !

L'INVASION JELLOW CONTINUE !

Avatar de l’utilisateur
monocram
Délégué section Pokémon et vous
Messages : 2636
Inscription : lun. 12 août 2013, 17:34
Localisation : Dans un château enseveli sous le sable du Désert des Ombres Dansantes dans le Monde des Morts.

Re: [Fanfic] Tenebrae, un obscur récit.

Message par monocram » mar. 27 oct. 2015, 21:00

Salut tous mes lecteurs ! :^^:
D'abord, je tiens à vous remercier parce-que je sais que vous avez voté pour moi, en majorité, au Chatot Awards dans la catégorie d'écriture. Ensuite... Ensuite... Et bien je vous propose de reprendre la lecture après deux ou trois mois d'inactivité. ^^"
Enfin soit, j'avais besoin d'encouragements et en ai toujours besoin pour continuer. Je sens aussi un besoin d'écrire plus souvent, pour moi-même et de lire, pour moi-même beaucoup plus que maintenant. Bon trêve de bavardage, je ne vous retiendrai plus.

Chapitre 9
Le livre...


Hahahahaha. Il est bon de vous revoir mes chers. Je m'ennuyais à me souvenir du reste de l'histoire mais j'ai ce qu'il faut pour vous. Je crois qu'un pas en arrière s'impose, cause d'un oubli... volontaire. Hahahahaha.

Vous souvenez vous lorsque j'avais dit que les Trioxhydre n'avaient rien trouvé et étaient, donc, partis ?
Et bien, je vous ai légèrement menti. Enfin, je dirais plutôt caché une vérité clé. Soit, les créatures n'étaient pas là pour rien. J'imagine que le trésor du village vous est familier. Et bien, il y en avait bel et bien un mais... En aucun cas il ne devait être déterrer. En effet, ce n'était pas un butin qui ammenait le bonheur par sa richesse... .
Hahahaha. Attendez, ça serait trop facile de savoir parce-que je vous le raconte. C'est à vous de deviner ce qui se passe ensuite. Hahahahaha

Reprenons notre histoire.

Le récit conté par Naël avait légèrement secoué Lancio et son Pokémon qui commençaient à oublier le cadavre du matin. Il faut dire que toutes ces histoires étaient très intrigantes surtout pour le jeune garçon mais le fait de voir Naël manger lui enleva de suite toute émotion excitante et lui donna un léger dégoût. Le général n'avait pas de bonnes manières mais bon... Le destin l'avait lié à Lancio et celui-ci commençait à l'apprécier.

Quelques temps passèrent avec des discussions futiles ayant pour but d'atténuer l'adrénaline des deux camarades. Ils étaient assez nerveux parce-qu'ils savaient qu'en essayant de démasquer le coupable des meutres de Classifika, ils tomberaient dans une suite de péripéties plus noires les unes que les autres. Certaines fois, Lancio introduisait habilement dans ces paroles quelques questions qui le tourmentaient mais Naël ne les ayant pas détectés, n'y répondit pas et continua à parler de tout et de rien. L'une des questions de Lancio était pourtant fort pertinente et remarquable:
"Et si nous allions voir l'ancienne chambre de Mitraque ?"
Le garçon hésitait à poser directement cette question. Il ne voulait pas abuser du général mais il voyait bien que son envie était plus forte. Sa bouche s'ouvrit et de celle-ci sortit:

"N'irions-nous pas fouiller la chambre de Mitraque ?"

Naël esquissa un sourire:

"J'y suis déjà aller et il n'y avait rien. En plus, je me demande comment Mitraque à fait pour choisir son auberge. Mais bon, je sais que tu veux voir de tes propres yeux et je ne pourrai t'en empêcher, répondit le général, laisse-moi payer l'addition et je t'y emmènerai."

Très vite, le repas fut payé et nos deux héros purent se mettre de suite en marche. Ils ne se pressèrent pas et admiraient la ville comme deux enfants. Les escaliers en marbre blanc situés devant la chapelle des seigneurs de la ville étaient éclatants. Le sol en pierre montrait à ceux marchant dessus la richesse des habitants. Les maisons d'une grandeur normale et dont les murs étaient de pierre confirmaient la prospérité des citoyens. Tout dans Classifika était d'une grandeur écrasante, d'un raffinement exquis et d'un profond goût de couleurs. Certes, le blanc et le gris des édifices montraient l'opulence des lieux mais énormément de teintes rendaient ces tons neutres moins lourds et plus festifs. Lancio était encore émerveillé comme s'il était venu pour la première fois. Chaque fois, il avait l'impression de redécouvrir cette ville et de drôles d'émotions l'habitaient lui donnant une boule au ventre agréable.
Après un assez long voyage, l'auberge où résidait Mitraque se faisait visible. Elle était à peu près comme celle où Lancio et Naël s'étaient installés c'est-à-dire petite, cachée et peu accueillante. La bâtisse était situé dans un cul-de-sac précédé par une ruelle sombre et étroite. En général, ces genres d'auberges n'étaient pas très coûteuses mais confortables tout de même:

"Voilà Lancio, commença le général, nous sommes devant l'auberge où séjournait Mitraque. Bon, on ne peut pas dire à l'aubergiste: 'Je viens pour fouiller une chambre'. Ça ne se fait pas et c'est interdit par la loi de fouiller sans mandat où autre exception de la justice. Il nous faut un plan."

Lancio avait déjà tout imaginé. Il pensait entrer dans l'auberge et demander la chambre en question pour y dormir et puis, même si il se trompait de chambre, il pourrait toujours fouiller les autres car il est rare de voir beaucoup de monde dans ces gargotes proposant hospitalité.
Il dit donc:

"Je vais prendre une nuit là-bas. Toi, tu retourneras à notre auberge et moi je dormirai dans celle devant nous, juste le temps d'une nuit. J'en profiterai, aussi, pour mener une petite enquête.

-Et s'il t'arrive quelque chose ? répliqua Naël.

-Rien ne risque de se passer. T'as vu le coin perdu où se trouve l'auberge. Personne n'a presque l'idée de venir dormir dans cette endroit. Laisse-moi faire, tout ira bien.

-Je l'espère. Tout ira bien..."

Les Rutereos qui restaient dans la poche du général sortirent pour être donnés à Lancio. Le compte était bon pour une nuit simple sans repas. Il commençait à se faire tard et avant d'entrer dans l'auberge où avait dormi Mitraque, notre jeune héros voulait profiter de son temps dans la ville en compagnie de son Pokémon et Naël. D'ailleurs, la créature de Lancio s'était faite petit à petit oublier par son dresseur. En effet, elle était extrêmement discrète et ne voulait pas perturber son maître au risque d'être rappelé dans son Chromacristal détesté. Cependant, sa compagnie rendait Lancio heureux qui en aucun cas ne le rappellerait dans son cristal.

Hahahaha. Les choses ne sont pas très intéressantes pour l'instant mais ça arrive. Patience ! Hahahaha.

Naël et Lancio ainsi que son Pokémon s'assirent sur un banc non loin de la destination du jeune garçon. Le général cachait mal une appréhension d'un niveau épidémique se transmettant au gamin et à sa créature:

"Lancio, je la sens mal, révéla le général.

-...

-On devrait pas aller voir Rita pour qu'elle nous explique que faire où autres choses ?

-... Non je ne crois pas. C'est trop loin en plus. J'ai peur aussi. Cette auberge ne m'inspire rien qui aille.

-Au moins, ton Pokémon est avec toi. Garde le toujours à tes côtés.

-C'est promis.

-Essaye de revenir avec du résultat parce-que je n'en ai pas eu lorsque j'ai visité la chambre.

-Hmmm. J'essaierai, alors.

-Oui, en parlant de la chambre, c'est celle dont la porte est peinte en bleu."

Une boule se forma dans le ventre de nos héros. Ils admiraient les alentours avec une certaine retenue. Par ailleurs, ce coin de Classifika n'était pas un exemple d'élégance malgré le fait qu'il succèdait à l'entrée est de la ville très peu empruntée par les voyageurs. En effet, à l'est de la cité se trouvait une variante de désert. La terre était presque comme du sable et la roche déformée par les vents créait des grottes. Cependant, des arbres poussaient là-bas. Certes, il y avait de la végétation mais ça n'était pas la plus belle. Des ronces, des cactus, des arbres dont la vie n'avait pas l'air d'émaner et des fleurs au nectar acide n'attirant aucun Prismillon. De l'intérieur de la ville, Lancio voyait ce paysage qui ne l'enchanta guère à entrer dans l'auberge mais il devait y aller pour voir les secrets de Mitraque.

Après quelques balades, Naël et Lancio se séparèrent:

"Je ne la sens pas, je ne la sens pas, répéta le général.

-Aie confiance. Tout ira bien."

Le garçon avait peur quand-même. Il se tourna vers son Pokémon qui avait l'air d'être gonflé au courage et à la bravoure. Au vue de cette attitude, le dresseur fit de même et entra enfin dans l'auberge, tandis que Naël retournait dans la sienne. La porte grinça horriblement et son bois était désagréable à toucher:

"Bonsoir, il y a quelqu'un ? commença Lancio, je souhaiterais dormir ici."

Pas de grandes réponses. Personne ne réagit. Il n'y avait pas un seul insecte dans cette piètre bâtisse. Le garçon décida de s'asseoir sur un siège à droite de la porte d'entrée, en attendant une réaction. Pendant ce temps, il contemplait le décor qui vraisemblablement, était d'un très mauvais goût. Les lustres n'éclairaient pas grandement la pièce et les meubles d'un bois laid donnaient l'impression qu'ils avaient été crée dans un arbre mort mais le pire était que tout dans cette auberge grinçait et sentait le renfermé. À ces constats, ni Lancio ni son Pokémon ne voulurent aller plus loin dans leur mini-exploration mais ils savaient qu'il fallait continuer. La créature cachait mal à son dresseur son inquiétude et ses yeux devinrent mauves clairs cette fois. La couleur était froide et inquiétante. Tout ce qu'il ne fallait pas à ces moments.
L'attente commençait à devenir longue. Les paupières de nos héros s'alourdissaient. Ils allaient enfin dormir qua'd soudain, la porte s'ouvrit lentement dévoilant un individu couvert de noir entrant dans l'auberge. Lancio et son Pokémon ne purent voir son visage car il était caché par l'ombre de sa capuche. La porte se referma et la personne regarda à son tour le jeune garçon pour ensuite se tourner vers le compagnon du jeune. Lancio fut parcouru d'un frisson d'horripilation comme son Pokémon. Après une longue observation, l'individu marcha lentement afin de se ranger derrière le comptoir. Ses pas ressemblaient à ceux d'un criminel détenu dans une prison c'est-à-dire longs et désespérés. De sa main, ce qui s'avérait être l'aubergiste venant d'arriver invita Lancio à venir devant le comptoir. Le garçon s'exécuta en vitesse et montra à son hôte le forfait qui l'intéressait. Il donna l'argent à l'aubergiste, toujours muet, sans demander une chambre en particulier. On donna au gamin une clé et celui-ci accompagné de son monstre montèrent se coucher sous l'oeil mal avisé de celui qui les avait accueillis.

Hahahahaha. Drôle d'auberge, non ? Parfaite pour n'importe quel fou. En fin soit, vous devez vous demandez :"Pourquoi Mitraque a choisi cette auberge ?" Simplement je vous répondrai: "C'était la première qu'elle avait rencontrée. À moins que..." Hahahahaha.

Lancio se trouvait désormais à l'étage et recherchait sa chambre ainsi que celle de Mitraque. Manque de chance, le jeune homme avait reçu une pièce à coucher différente de celle de la sorcière tuée. Lui devait dormir dans celle dont la porte était violette contrairement à celle où il devait fouiller où l'entrée était bleue. Voyant cela, le garçon lança un juron discret en entrant dans sa chambre ce qui surprit légèrement son Pokémon.
Lancio était apeuré. Aller dans une chambre ne lui étant pas accordée ne faisait pas parti de ses principes même si la pièce était vide ou non. Il était plutôt du genre à respecter les règles et à contourner les problèmes mais pour continuer dans la route que le destin lui avait dessinée, il fallait justement plonger dans ces problèmes. Enfin soit, il prit son courage à deux mains et ressortit discrètement de sa chambre. Le jeune n'admira pas sa pièce à coucher et voulait en finir au plus vite avec sa fouille. Sans un bruit, il avança sur le palier obscurci par les tons nocturnes. "Sans un bruit" est une expression générale. En effet, les grincements du plancher étaient énervants et impossibles à éviter. Il n'empêche que le garçon avait une habileté remarquable à garder le bruit de devenir trop important. Avant de continuer d'avancer, il se retourna et fit signe à son Pokémon de rester où il était et de surveiller les escaliers pour voir si personne ne monterait. Déçue, la créature approuva et monta la garde. Lancio rampait dorénavant. De là où il se trouvait, il pouvait observer l'aubergiste toujours couvert, au comptoir. L'homme avait l'air de s'ennuyer mais ce n'était qu'une impression...

Hahahaha. C'est un drôle de moment pour notre héros. N'est-ce pas ? C'est quelqu'un de très respectueux. Malgré le fait qu'il fût un paysan, il était très renseigné et intelligent. Enfin soit, continuons. Hahaha.

Désormais, Lancio se trouvait devant la porte bleue. Il en tourna discrètement la poigné, ouvrit et jeta un oeil à l'intérieur. C'était une chambre normale sans rien de particulier. Il y avait un rien de désordre mais rien de maladif. Avec des pas de Rattata, le garçon avança dans la pièce. Heureusement, il n'y avait personne d'autre à l'intérieur ce qui retira un soucis à notre héros. Il sortit sa tête par l'entrebâillement de la porte pour faire signe à son Pokémon de l'assister ce que la créature accepta, naturellement. Tous deux commencèrent à chercher une chose qui leur paraîtrait anormale. Lancio alluma une chandelle traînant sur la table de chevet tandis que son compagnon avait l'air de pouvoir regarder dans l'obscurité.

La nuit commençait à devenir de plus en plus noire. Notre héros et son monstre avait retourné tous les recoins de la chambre sans même faire un bruit. Il fouillèrent encore et encore pour voir s'il n'avait rien oublié:

"Je n'en peux plus, s'exclama Lancio en se tournant vers son Pokémon, on ne trouvera rien."

Il s'assit par terre et soupira d'un rien essouflé par ses efforts. Il leva mes yeux, regarda son Pokémon, sourit et finit par le caresser. Un autre soupir sortit de sa bouche. Ses yeux commençaient à se refermer et sa tête à se baisser lorsqu'il vit sous le lit, une chose briller. Le garçon s'en approcha et remarqua qu'une planche de bois avait été arrachée et bien replacée comme si elle n'avait jamais été abîmée. Il la retira très facilement et constata qu'une petite cavité était creusée. A l'intérieur de celle-ci se trouvait un livre dont la couverture était noire et sur lequel était écrit en lettre d'or... Une déflagration détonna. Les escaliers craquèrent sous des pas et des cris étouffés mais avec un je ne sais quoi d'inquiétant et de diabolique...

Hahahaha. Qu'est-ce que ce livre ? Vous me faites rire. Hahahahaha. Bien, je vous laisse mais laissez votre imagination se développer et j'espère... s'obscurcir. Hahahahahahaha. Au revoir...
Jellow from the other side !

L'INVASION JELLOW CONTINUE !

Avatar de l’utilisateur
Skytower
Messages : 642
Inscription : lun. 08 sept. 2014, 18:45
Localisation : Dans la Tour du Temps, avec Dialga et Grodoudou ^^

Re: [Fanfic] Tenebrae, un obscur récit.

Message par Skytower » mar. 27 oct. 2015, 23:16

Ouais ! Une fic' ! (j'étais en train de m'ennuyer...)
J'adore ce chapitre 9, on en apprend de plus en plus au sujet du Pokémon de Lancio :hap: J'ai hâte de voir qu'est-ce que c'est que ce livre...
Bref, j'ai déjà hâte que le prochain chapitre sorte :^^:

Avatar de l’utilisateur
monocram
Délégué section Pokémon et vous
Messages : 2636
Inscription : lun. 12 août 2013, 17:34
Localisation : Dans un château enseveli sous le sable du Désert des Ombres Dansantes dans le Monde des Morts.

Re: [Fanfic] Tenebrae, un obscur récit.

Message par monocram » mer. 28 oct. 2015, 06:20

Je suis content qu'il te plaise. :^^:
Merci pour ton commentaire, il est encourageant à mon égard.
Jellow from the other side !

L'INVASION JELLOW CONTINUE !

Avatar de l’utilisateur
Graham
Messages : 966
Inscription : jeu. 12 juin 2014, 13:56
Localisation : Guilde Grodoudou
Contact :

Re: [Fanfic] Tenebrae, un obscur récit.

Message par Graham » mer. 28 oct. 2015, 12:26

Encore un super chapitre ! :D
Beaucoup de suspens encore. :')
Le monde est une tapisserie, et nous sommes les tisseurs

Avatar de l’utilisateur
monocram
Délégué section Pokémon et vous
Messages : 2636
Inscription : lun. 12 août 2013, 17:34
Localisation : Dans un château enseveli sous le sable du Désert des Ombres Dansantes dans le Monde des Morts.

Re: [Fanfic] Tenebrae, un obscur récit.

Message par monocram » dim. 22 nov. 2015, 21:02

Un nouveau chapitre. :evil:

Je ne sais pas si vous vous amuserez comme au début mais j'ai déjà plein d'idées en tête. Donc, des chapitres fuseront prochainement. Et merci pour ton commentaire Graham. Je n'y avais pas répondu. :D
Bonne lecture.

Chapitre 10
Rencontre de l'Anonyme Éternel

Hahahahahahaha. Toujours rieur de vous revoir. Vous portez vous bien ? J'imagine. Moi, toujours à me torturer l'esprit. J'espère que c'est la même chose pour vous. Hahahahaha. Bon, bon, vous êtes bien tous avec moi ? Fort bien. L'histoire vous sera, donc, contée. Commençons et allons de révélations en révélations. Hahahahahaha.

Lancio n'eut pas le temps de lire ce qu'il y avait d'écrit sur le livre. Il devait partir de la chambre et peut-être de l'auberge. Il savait que les déflagrations étaient causés par sa recherche. Il avait commis un acte, sûrement mystique, qui attira l'attention sur lui. Dorénavant et à cause de tout ce qui passait, les croyances du gamin avaient fortement évolué. Le livre trouva, ainsi, rapidement une place dans sa sacoche car l'enfant devait se dépêcher. Oui, il le vola et ne pensa même pas à le remettre.
Malheureusement pour lui, les escaliers grincèrent sous les pas et les cris de quelqu'un attirant l'oreille du jeune dresseur. Cet inconnu se trouvait désormais sur le palier et se dirigeait vers l'ancienne chambre de Mitraque. Lancio était apeuré et étonné. Comment quelqu'un pouvait-il savoir où se cachait le jeune garçon ? Ce même alla se réfugier sous la table de la chambre en tirant son compagnon par la main. La nappe blanche l'aurait bien caché, lui et son Pokémon. L'individu entra laissant la porte ouverte. Lancio ne voulait même pas savoir à quoi son invité ressemblait. Le jeune et sa créature voulait rester cachés par la nappe à essayer de ne pas respirer. Le monstre se couvrit les yeux pour éviter que la lumière qu'ils diffusaient n'attire l'attention du mystérieux personnage qui commençait à faire le tour de la pièce. Il marchait sur le plancher tantôt grinçant, tantôt ciré. Il s'arrêta à la fenêtre, l'ouvrit et regarda ce qu'il se produisait en bas. À part de nouvelles gerbes de flammes et des cris d'épouvantes venant de ci et de là, rien de très palpitant:

"Triste sort pour une poignée d'innocents. N'est-ce pas? se questionna-t-il sans réponses. Mais n'aie craintes, il ne sait pas que tu es ici. Je ne voudrais pas qu'il le sache mais bon... . Ne viens pas non-plus en croyant que je suis ton sauveur. Non. Juste une personne qui..."

Il s'assit sur la chaise non loin du lit et se tourna vers la table en respirant tel un monstre, ce qu'il pouvait être. Il réfléchit mais ne trouva de mots pour terminer sa phrase. Lancio savait qu'on le voyait mais la nappe et la table le protégeaient malgré tout. Pensée d'enfants. Le garçon entendit que l'homme se levait et qu'il avait l'air de sortir. Ceci fait, Lancio s'engagea à sortir de sa cachette en jetant d'abord quelque étroit regard sur la chambre. Tout avait l'air de bien aller. Il rampa sur le sol pour rejoindre le lit et allumer la lumière et... .

Lancio se réveilla comme son Pokémon, un mal à la tête. Ils ne savaient pas ce qu'il s'était passé. De plus, l'endroit où ils se trouvaient ne leur était pas familier. Un sol en pierre comme les murs, une grandeur de pièce pareille à un dé à coudre, un lit dur comme le marbre, des cheveux gras ou sales trônant par terre et attirant les pires maladies, ainsi que des chaînes et du sang un peu partout. Non, notre héros n'avait pas encore visité ce lieu, il en était sûr. Lui et son Pokémon n'étaient pas enchaînés mais la porte de ce qui semblait être une cellule était fermée. Lancio ne savait quoi faire. Il avait promis à Naël de revenir sain et sauf mais il y'avait une petite faille dans le contrat. Le jeune aurait quelques difficultés à respecter sa parole. En fin soit, il remarqua que la porte d'acier ne se trouvait pas dans un état impeccable. Il ouvrit la bouche pour ordonner à son Pokémon:

"Utilise Puissance Cachée !"

La créature s'entoura d'une aura mauve foncé et défonça l'entrée en un coup. Un petit signe se fit entre nos deux héros pour s'encourager l'un l'autre. Lancio sortit sa tête de la pièce et contempla un couloir dont l'état piteux n'annonçait pas beaucoup d'actes réjouissants. Il fit signe à son compagnon de le suivre et ils traversèrent, tous deux, ce corridor lugubre. Par craintes, le Pokémon de Lancio s'accrocha à la jambe de son dresseur. Tous deux n'étaient pas rassurés par ce couloir qui semblait étroit et extrêmement long ainsi que gelé. Le jeune garçon, de plus en plus appréhensif, prit sa créature entre ses bras pour que celle-ci s'y blottisse contre. L'écho du bruit que provoquaient les talons de Lancio sur le sol traversait l'endroit en entier. Même la personne la plus discrète ne saurait passer sans se faire entendre. En fin, Lancio avait atteint le bout du corridor et s'arrêta devant une porte en acier dont l'état favorable ne permettait pas au garçon de la défoncer. Son Pokémon, toujours les yeux mauves, tremblait de peur. Son dresseur tourna donc la poignée pour voir si elle était ouverte. Un petit "clic" approuva cette théorie. Le Pokémon de Lancio se cacha les yeux et ainsi, ils entrèrent dans une pièce assez grande pour contenir une dizaine de personnes. Des torches en acier illuminaient la salle et révélaient un sol en marbre assez brillant. Quelques pilliers en pierre noire soutenaient le plafond. Au milieu de l'endroit trônait un siège sur lequel quelqu'un était installé et dont le dos se montrait à nos héros. Les deux compères s'avancèrent :

"Tu es enfin réveillé, s'écria une voix, Viens prendre ton sac auprès de moi."

Lancio, une appréhension évolutive sur le coeur, s'approcha timidement du trône installé au milieu de la pièce:

"Tiens! Voilà ton sac, jeta l'individu à son interlocuteur tout en faisant glisser la sacoche sur le sol.

-Euh... Merci mais... Qui êtes-vous ? questionna le jeune garçon.

-Je ne le sais pas moi-même mais l'on me nomme Ikaïn de là où je viens. L'on m'a donné beaucoup de surnoms mais celui que je viens de te révéler est le plus souvent retenu. Mais bon, passons à toi. Tu n'as point besoin de te présenter. Selon ce que je sais de par ma personne tu te nommes Lancio et nous nous sommes rencontrés trois ou quatre fois depuis le début de ton entrée dans cette ville.

-Ah bon ? répondit Lancio, mais je ne me souviens pas de vous.

-Et bien si, pourtant. Tu dois te demander qui je suis encore plus précisément et surtout à quoi je ressemble... Tu veux savoir l'un de mes surnoms les plus connus, encore ?

-Euh... D'accord, dit le garçon inconsciemment."

L'homme assis se leva. Lancio reconnut de par ses habits l'aubergiste gardant la chambre de Mitraque. Le garçon était étonné. Mais dans quel genre d'auberge Lancio avait dormi ? Le Pokémon du jeune garçon qui s'était découvert les yeux reconnut, lui aussi, les vêtements de l'aubergiste apperçu dans l'horrible bâtisse que ce même entretenait. Celui-ci reprit la parole et dit d'un ton fort:

"L'on m'appelle aussi... Le Sorcier Sans Visage..."

Il se découvrit la tête de sa capuche et... Horripilation pour les deux spectateurs. Ce qu'ils regardaient n'avait vraiment pas de visage. Aucun nez, aucun oeil, aucune bouche, aucune oreille. Rien du tout. Rajoutez à cela le fait que leur hôte était squelettique... Le Pokémon de Lancio détourna ses yeux à nouveaux mais nos héros se demandaient, surtout, comment ce sorcier savait parler s'il n'avait pas de bouche:

"Pour répondre aux interrogations dont je suis le plus souvent victime, je n'ai besoin de lèvres pour pouvoir parler. Il me suffit de penser pour introduire mes paroles à quelqu'un d'autre, affirma-t-il au jeune garçon choqué et déboussolé, mais revenons à votre sort."

Hahahahahaha. Ça me fait plaisir de vous faire connaître Ikaïn... Surtout dans de telles circonstances. Il faut dire que je ne me suis jamais interrogé quant à l'effacement de son visage. Comment a-t-il fait pour être ainsi ? Mystère. Je ne suis que l'histoire de Lancio pas celles des personnages qu'il rencontre... En fin, entendons-nous bien . Hahahahaha. C'est bien beau de communiquer mais sachez quand-même qu'il est dans mes habitudes de côtoyer le Sorcier Sans Visage. Bien qu'il travaille avec le mal, il est très sympathique et juste mais il est aussi... évasif, voyez-vous? Hahahaha. Vous comprendrez.

L'homme dénué de caractéristiques faciales reprit la discussion :

"Donc, tu t'es inscrit dans mon auberge sous le nom de Lancio et depuis le début de ton aventure, tu te balades avec un Pokémon inconnu sous le bras. Tu as fait la rencontre d'un homme dont l'identité m'est inconnue mais dont le visage m'est parlant et tu cherches à déchoir celui qui terrorise cette ville. Tu n'as pas la tête froide petit. Mais si je peux te donner un conseil: Arrête. Ce serait dramatique si tu devais continuer.

-Hein? Arrêter ? s'écria Lancio, ça, jamais. Et puis pourquoi abandonnerais-je. J'ai promis à... Euh."

Le garçon réfléchit. Serait-ce pertinent et utile d'invoquer le nom du général en ces lieux. Après tout, le Sorcier ne le connaissait pas de nom et il était préférable de faire durer la chose. Autant éviter de le révéler:

"À qui l'a tu promis mon garçon ? insista Ikaïn.

-Euh... À ... Au vendeur mort récemment dans une déflagration assassine d'un Démolosse apparemment. J'ai promis au cadavre de débusquer le mal de la ville. Une petite folie de ma part. Hihi..."

L'homme sans visage n'avait pas l'air convaincu mais il continua:

"En fin soit. Peu importe à qui tu l'as promis. Que tu abandonnes ou non, tout le monde meurt un jour que ça soit tôt ou tard. Si tu continues, tu mourras plus vite qu'un autre, alors, abandonne. J'insiste.

-Non, j'ai dit que je n'abandonnerai pas cette quête. Une promesse est une promesse et même si je suis descendant d'une famille paysanne, je sais ce qu'est l'honneur et ce qu'il représente pour une personne, répondit froidement l'adolescent.

-Tu es sûr ?

-Oui !

-Et bien alors, je ne te retiendrai pas plus longtemps. Misère à toi. J'ai les informations que je souhaite et tu en as de nouvelles à ta disposition... Ah oui! Une chose! Reprends ça avec toi. Mon maî... Mon... En fin, personne ne doit mettre la main dessus si ce n'est toi. Je suis étonné et d'un rien déçu car j'avoue l'avoir ouvert et à ma surprise, rien n'était écrit à l'intérieur contrairement à ce que je sav... Euh... Pensais."

Il tendit le livre aux lettres d'or dérobé au jeune qui le rangea, sans le regarder, dans sa sacoche récemment récupérée:

"On se reverra très tôt Lancio. Le destin ferra bien les choses. Garde cette rencontre en tête. Et puisque tu ne veux nullement abandonner, on se reverra et ça, j'en suis complètement sûr... Pardon aussi de t'avoir si brusquement capturé. Il n'est pas dans mes habitudes de vass...euh... personnelles d'être si violent.

-Vous êtes pardonné.

-Et je suis désolé pour la décoration morbide. Les anciens seigneurs de la ville torturaient les prisonniers en ces lieux aujourd'hui déserts.

-Ah... Tout s'explique, se dit Lancio à court de mots... Par où la sortie ?"

Le sorcier, d'un rien déçu que ses invités partent si tôt, tendit le doigt vers une minuscule porte camouflée dans les murs:

"Vas par là. Tu seras directement rammené au centre de la ville. Et bien sûr, si tu as un quelconque besoin de me parler, dirige-toi vers la citadelle des seigneurs de la ville et rends-toi dans les donjons, c'est-à-dire, ici, par les étroites douves asséchées du bâtiment. C'est un peu boueux et tortueux mais ça fait l'affaire quand je dois... Réfléchir.

-Et bien... Merci. Je retiendrai tout, alors, dit l'invité précairement."

Lancio et son Pokémon partirent de cette étrange endroit. Le regard de la créature s'était coloré d'un rose extrêmement pâle presque blanc rempli de reconnaissance envers ce mystérieux personnage qui fit une révérence alors que ses invités s'en allèrent. Lorsque les deux n'étaient plus, il se dit à lui-même:

"Pauvre de lui. Jeune et si... téméraire. J'espère que Maître ne sera pas trop brutal lors de son affrontement contre ce jeune idiot car il y'en aura un pour sûr."

Il rajouta:

"Idiot... Non, mais plutôt inconscient. Hihihi. Je ferai mieux de prévenir mes frères à la place de rire. Les cellules doivent rejoindre le coeur comme on dit dans la famille. Hihihi. Et Maître à peut-être besoin de moi. Serviteur !

-Oui! dit le concerné sortant de l'ombre.

-Vas prévenir mes frères et soeurs que nous pourrons bientôt assister à la Renaissance... Malheureusement... Avant que vous ne partiez, j'ai une question pour vous.

-Laquelle est-elle?

-Êtes-vous en accord avec la doctrine du Maître ?

-Et bien, pour être honnête avec vous, commença le serviteur, je n'en suis pas tout à fait favorable mais... Ça me fait mal de dire ça mais... Mieux vaut être aux côtés du diable que sur son chemin, non?

-Hmmm... Tu as peut-être raison... Nous n'avons pas le choix, après tout. Vas donc accomplir ta quête.

-Oui Maître."

Ainsi, le serviteur quitta la pièce laissant le sorcier à son sort et à son siège:

"Oui mais n'y a-t-il pas moyen de changer l'histoire pour éviter le diable ?
... Je l'espère. Seul Lancio pourra nous le dire. Bon, je bouge. Je vais rejoindre Maître, finit le mage."

Pendant ce temps, Lancio s'était perdu dans ses pensées. Ikaïn avait dit qu'il avait toutes les informations dont il avait besoin. Or, le jeune n'avait pas dit grand chose si ce n'est qu'il ne voulait pas abandonner. Était-ce une information clé ? Le sorcier, détenait-il des hypothèses ne pouvant être vérifiées que par la réponse à sa question évidente? Soit, il ressortit des douves de la citadelle par une pente en brique abordable. Ensuite, par un pont, il déboucha dans la rue entourant le bâtiment pour, en fin, s'asseoir sur un banc non-loin des magasins fermés afin de reposer ses esprits. Les rues, pendant la nuit, étaient vides. Rien ne bougeait. Sans surprises. Il se tourna et regarda tendrement son Pokémon en inspirant bruyamment :

"Heureusement que tu es là. J'ai cru que ce sorcier voulait faire un duel contre moi, confia-t-il à son compagnon. J'ai eu peur. Et cette pièce affreuse dans laquelle nous avons été accueillis..."

La créature fut parcourue d'un frisson de dégoût:

"Bon, il faut rejoindre Naël. Oh non! J'imagine qu'il a eu peur que je me sois trouvé dans les flammes qui m'ont menacé. Viens! On va l'attendre à l'auberge. Je suis sûr qu'il est parti à ma recherche... En espérant que rien ne lui soit arrivé."

La créature prit la main de son dresseur entre les siennes et ils purent se mettre en route retrouver le général sous un jour qui se levait à nouveau...

Hahahahahaha. Une petite pause s'impose. Comme c'est amusant. Que va dire Naël qui s'est sûrement torturé l'esprit à la recherche de Lancio. Hihihihi. En fin soit, vous ne dites jamais grand chose. Vos commentaires sont pourtant essentiels au bon... ou mauvais déroulement de l'histoire. Allez allez, devinez et inspirez. Hahahahahaha. Mais bon, si vous voulez de mes nouvelles... Je crois me porter toujours comme un parfait fou tel Boufonnette qui s'amuse bien à faire souffrir quelques victimes sous mon regard joyeux. Hahahahaha. Je n'attends que vous pour rejoindre mes festivités.

À l'auberge, tout était calme. Aucun vacarme sortant des actions de Lancio ne fut entendu. En attendant le général, il décida de s'asseoir sur le siège qui l'avait accueilli dès ses premiers jours. Son Pokémon se coucha sur les genoux de son dresseur et s'endormit. Quelques temps après et à cause de l'ambiance chaleureuse de l'auberge, Lancio le rejoignit dans le monde des rêves qui ne s'annonçait pas très amusant pour nos compères dont les aventures mystérieuses se multipliaient...

Hahahahaha. Comme vous avez pu le remarquer, je prends mon temps pour raconter l'histoire. C'est comme la torture, plus c'est long mieux c'est. Hahahahaha. A bientôt.
Dernière édition par monocram le lun. 23 nov. 2015, 07:25, édité 2 fois.
Jellow from the other side !

L'INVASION JELLOW CONTINUE !

Avatar de l’utilisateur
Paul le Lucario
Messages : 597
Inscription : dim. 15 mars 2015, 12:49
Localisation : Sur DeviantART
Contact :

Re: [Fanfic] Tenebrae, un obscur récit.

Message par Paul le Lucario » lun. 23 nov. 2015, 01:02

Ah enfin quelque chose à faire ! je m'ennuyais grave !

*lit le chapitre*

Woah ! J'aimerai pas voir ce type IRL ! Un "visage" pareil ça doit foutre les chocottes ! Franchement je sais pas comment fait Nael pour rester calme !

(au faite... je commence à me demander... Le Pokémon de Nael, il existe au moins dans le Pokédex ? car j'ai vraiment aucune idée d'à quoi il ressemble...)
le narrateur fou a écrit :Hihihihi. En fin soit, vous ne dites jamais grand chose. Vos commentaires sont pourtant essentiels au bon... ou mauvais déroulement de l'histoire. Allez allez, devinez et inspirez. Hahahahahaha.
Je trouve ça astucieux d'insérer les demandes directement dans la narration de l'histoire, mais je ne pense pas que ce soit effectif. Moi en tout cas je demande sans cesse ça moi aussi et j'ai jamais rien moi non plus. Est-ce dû à un manque d'intérêt pour les fan-fictions ? En tout cas tu m'excusera mais tu n'aura pas l'inspiration venant de moi car je ne suis pas aussi tordu que toi :3

j'espère que quelqu'un te donnera l'inspiration que tu demandes ;)
DeviantART - Fanfic PKU - L'éveil de l'Aura - Les 29 chapitres déjà postés (229 pages) ont été hacké et supprimés par SilverZekrom. Il faudra malheureusement tout relire depuis le début et attendre davantage pour le final qui était sensé arriver l'an dernier.

Avatar de l’utilisateur
monocram
Délégué section Pokémon et vous
Messages : 2636
Inscription : lun. 12 août 2013, 17:34
Localisation : Dans un château enseveli sous le sable du Désert des Ombres Dansantes dans le Monde des Morts.

Re: [Fanfic] Tenebrae, un obscur récit.

Message par monocram » lun. 23 nov. 2015, 07:14

Paul le Lucario a écrit :Ah enfin quelque chose à faire ! je m'ennuyais grave !

*lit le chapitre*

Woah ! J'aimerai pas voir ce type IRL ! Un "visage" pareil ça doit foutre les chocottes ! Franchement je sais pas comment fait Nael pour rester calme !

(au faite... je commence à me demander... Le Pokémon de Nael, il existe au moins dans le Pokédex ? car j'ai vraiment aucune idée d'à quoi il ressemble...)
le narrateur fou a écrit :Hihihihi. En fin soit, vous ne dites jamais grand chose. Vos commentaires sont pourtant essentiels au bon... ou mauvais déroulement de l'histoire. Allez allez, devinez et inspirez. Hahahahahaha.
Je trouve ça astucieux d'insérer les demandes directement dans la narration de l'histoire, mais je ne pense pas que ce soit effectif. Moi en tout cas je demande sans cesse ça moi aussi et j'ai jamais rien moi non plus. Est-ce dû à un manque d'intérêt pour les fan-fictions ? En tout cas tu m'excusera mais tu n'aura pas l'inspiration venant de moi car je ne suis pas aussi tordu que toi :3

j'espère que quelqu'un te donnera l'inspiration que tu demandes ;)
Merci :^^: . Pour quelqu'un manquant d'inspiration, tu m'as fait un beau message.
Paul le Lucario a écrit :Franchement je sais pas comment fait Nael pour rester calme !
(au faite... je commence à me demander... Le Pokémon de Nael, il existe au moins dans le Pokédex ? car j'ai vraiment aucune idée d'à quoi il ressemble...)

Ce serait pas Lancio plutôt ?


C'est vrai qu'insérer des demandes directement dans la fiction est peut-être sans intérêt particulier mais j'ai bien aimé écrire ce passage.^^

Encore merci, Paul.
Jellow from the other side !

L'INVASION JELLOW CONTINUE !

Avatar de l’utilisateur
Paul le Lucario
Messages : 597
Inscription : dim. 15 mars 2015, 12:49
Localisation : Sur DeviantART
Contact :

Re: [Fanfic] Tenebrae, un obscur récit.

Message par Paul le Lucario » lun. 23 nov. 2015, 10:52

monocram a écrit :Ce serait pas Lancio plutôt ?
Ah oui ! oups ^^'
DeviantART - Fanfic PKU - L'éveil de l'Aura - Les 29 chapitres déjà postés (229 pages) ont été hacké et supprimés par SilverZekrom. Il faudra malheureusement tout relire depuis le début et attendre davantage pour le final qui était sensé arriver l'an dernier.

Avatar de l’utilisateur
julienzen
Messages : 648
Inscription : mer. 11 nov. 2015, 02:53
Localisation : cachée dans une basse pokéumaine dans la régions paca.

Re: [Fanfic] Tenebrae, un obscur récit.

Message par julienzen » ven. 11 déc. 2015, 07:44

J'aime bien cette histoire sa monte l,adrénaline je sens ma fourrure se dresser a chaque chapitre avec une légere impressions d'avoir froid j'adore cette histoire mais qui est se pokemon inconnu sa.... :evil:
Je fait seulement se qui me paraît juste.

Avatar de l’utilisateur
monocram
Délégué section Pokémon et vous
Messages : 2636
Inscription : lun. 12 août 2013, 17:34
Localisation : Dans un château enseveli sous le sable du Désert des Ombres Dansantes dans le Monde des Morts.

Re: [Fanfic] Tenebrae, un obscur récit.

Message par monocram » dim. 20 déc. 2015, 19:54

Un nouveau chapitre et il est long en plus ! (Du moins je crois. Une vingtaine de pages sur Word mobile). Enfin soit, je vois souhaite la meilleure dégustation du chapitre et si vous pouviez me pardonner mes fautes de distraction. Je n'ai pas eu l'envie de corriger le chapitre. Merci. Bon trêve de blabla, je vous laisse à votre chapitre !
(Petite surprise à la fin du chapitre)

Chapitre 11
La carte du vieux conteur

Hahahahahaha. Bonjour, bonjour, chers lecteurs. Permettez-moi de vous sourire sadiquement. Vous ne saurez jamais ce qui m'est arrivé il n'y a pas longtemps. Je vais vous expliquer:

« Je me suis amusé comme le fou que je suis. Normalement, vous devriez savoir ce qui me met dans un état pareil… Vous ne trouvez pas ? Hahahahaha. Laissez-moi vous éclairer un peu. Comme d'habitude, Bouffonnette et moi rôdions dans notre ruine de château enseveli et habité par les ténèbres. C'est un endroit où l'air est irrespirable, où les sentiers sont dangereux et les chemins sinueux ce qui nous convient parfaitement. Donc, nous nous promenions et devinez ce que Bouffonnette entend... Un appel à l'aide. Oh! me suis-je écrié, un nouvel inconscient. Je te le laisse pour cette fois-ci Bouffonnette. Attire le dans la chambre principale. Je t'attends là-bas... Je vous laisse imaginer la suite. Aujourd'hui encore, il apprend le fonctionnement d'une de mes tortures préférées, variante de la roué. Ça consiste à attacher la victime sur une roue, de lui causer des saignées et de lui casser les côtes. On tourne la roue de sorte à ce que la victime ait la tête à l'envers et il agonise lentement en s'étranglant dans son sang. Ce délicieux supplice peut durer plusieurs jours ce qui le rend extrêmement... plaisant. On peut, aussi s'essayer au lancer de couteaux à l'aveugle en tournant la roue. Je vais d'ailleurs le faire maintenant. Hahahahahahahaha. »

Ah! Bon, fin du hors-sujet. Revenons en à notre conte favori. Non ? Hahahahaha.

Un doux réveil fut offert à Lancio. Son Pokémon s'était enroulé contre son ventre. Une délicieuse effluve de sucre flottait dans l'air et chatouillait leurs narines. L'aubergiste avait préparé le petit-déjeuner encore mieux qu'avant et lui-même n'en n'était pas peu fier. Nos héros ouvrirent les yeux et virent que le soleil se levait petit à petit. Le sol était bien propre et les meubles avaient l'air vernis comme s'ils étaient là pour la première fois. Le tout donnait une ambiance pittoresque à la salle à manger:

« Ah! Tu t'es réveillé, s'écria l'aubergiste, viens, rejoins la table et mange. Pour avoir dormi sur un simple banc c'est que tu devais être vraiment fatigué. Tu dois reprendre des forces. Tiens. Mange ça pour commencer. »

Il tendit à Lancio un morceau de gâteau à l'épeautre garni d'une ou deux baies Fraive sauvées de l'été passé:

« Haan! Baîlla le garçon, merci, merci. Au fait, quelle heure est-il?

-Et bien il doit sûrement être... Huit heure selon mon cadran.

-Ah! Merci... Sauriez-vous où est Naël? »

L'aubergiste se tourna vers les escaliers qui commençaient à grincer sous les pieds de quelqu'un. Naël, un air gourmand mais fatigué à la figure, descendait les marches :

« Hmmm... Que ça sent bon. J'ai dormi comme un Monaflèmit cette nuit. Pas un bruit. Ma-gni-fique, dit le général voyant Lancio dorénavant. Oh! Tiens, tu es là toi. Alors, comment ça s'est passé?

-Quoi ?!

-Et bien, comment ça s'est passé? »

Lancio faillit craquer de colère et fondre en larmes à la fois:

« C'est tout? dit le jeune plein d'ire. Et bien je vais te répondre. A part une deux gerbes de flammes rien de bien grave si ce n'est un enlèvement. Pfff... Je comptais sur toi pour veiller sur ma personne mais non, Monsieur doit absolument dormir. Honteux sois-tu de te présenter ainsi devant moi.

-Houlà. Quel réveil matinal et Monsieur utilise du vocabulaire. On peut dire que tu ne manques pas de forces le matin, provoqua le général, le coude appuyé sur le comptoir, sans avoir saisi les paroles du gamin. »

Grâce à une interruption de la part de l'aubergiste, ils purent rejoindre tous deux la table et mangèrent sans un mot... Lancio prenait du pain au raisin. Pas un mot. Naël buvait une gorgée de rhum. Pas un mot. L'étrange Pokémon du jeune garçon volait un gâteau. Pas un mot. L'aubergiste renversait une tasse. Pas un mot... Enfin, le général prit le courage de prendre la parole:

« Bon, si tu attends des excuses, pardonne-moi mais je te prie de me comprendre. Je n'ai pas l'habitude de veiller sur quelqu'un d'autre que moi-même. Tous ceux que j'ai côtoyé savait se défendre seul. Je parle des soldats sous ma garde. Alors ?

-...

-Bon, je prends ça pour un pardon accepté... »

L'ambiance recommençait à devenir plombée, lorsque Lancio prit la parole à son tour tout en croquant dans le gâteau qu’il avait en main:

« Ça va, ça va, tu es tout pardonné… hmmm… Alors, on fait quoi aujourd'hui?

-Et bien, je pense qu'on va faire quelques bons achats et un peu... d'exercices. Tu me suis ?

-Euh...

-Je prends ça pour un 'oui'. »

Hahahahahahaha. La paresse est un vilain défaut mon cher Naël. Attention. Hahahahaha. Oh! Vous l'entendez? Mon invité est en train de hurler de souffrance. Plus fort! Plus fort! Vas-y Bouffonnette ne lésine pas sur l'aiguisage des couteaux et prépare un bandeau, pour que je puisse tirer. Hahahahahahaha.
Le général se leva, but une derrière gorgée d'alcool et attira Lancio à l'extérieur, sans pour autant qu'il ait fini son petit-déjeuner. La créature inconnue grimpa sur la tête de son dresseur et ils purent s'en aller. Une fois sortis de l'allée menant vers leur auberge, ils se dirigèrent vers le centre de la ville :

« Aujourd’hui, c'est jour de marché, commença Naël. Les offres et les promotions sont au rendez-vous. Tu vas pouvoir t’acheter toutes sortes de produits de diverses origines.

-Ouah !s'écria le jeune. »

Il y avait de quoi. Sous les yeux ébahis du garçon et de son monstre se découvrait un immense marché entourant la citadelle du seigneur. Il y’avait des marchands étrangers et aussi des commerçants locaux ayant aménagé un espace de vente devant leurs magasins :

« Suis-moi. On va jeter un œil, proposa le général. »

En marchant, nos héros s’émerveillèrent devant toutes les couleurs composant les marchandises ou les ateliers. On pouvait voir des artisans comme des potiers réaliser de merveilleux vases d'argile, comme des forgerons faire refroidir des épées de tout métal en fusion ou encore des cordonniers réparer quelques chausses trouées. Sur de rares dalles de la ville se reposaient de merveilleux tapis des régions orientales. Le Pokémon de Lancio était fortement attiré par leur tissu oranger, rouge et ocre. Naël, lui, préférait admirer les différentes armes ou les lingeries pour femmes que Lancio se hâtait de lui cacher des yeux. Le jeune garçon préférait regarder les vêtements et les chaussures pour homme ainsi que certains accessoires dévoilés au public dans des boutiques ci et là. Mais, ce qui l'attirait le plus était la présence d'un cirque ambulant placé au milieu du marché. Le jeune garçon arrivait pile au moment où son numéro favori se déroulait, celui de cracheur de feu et d'avaleur d'épée. Les yeux pétillants du jeune admirateur et de sa créature manifestaient leur joie et leur ébahissement. D'ailleurs le regard du Pokémon s'était coloré d'un jaune vif inspirant le bonheur grand. Ensuite vinrent un clown sur scène, quelques dompteurs de Némélios et des acrobates talentueux. Naël, après avoir fait son tour du marché rejoignit Lancio étant extrêmement concentré sur la suite. Le directeur du cirque ambulant annonça le prochain et dernier numéro du jour :

« Il a tout vu, tout vécu et tout écrit, cria-t-il. Il est, certes, ancien mais sa connaissance du monde dépasse celle des meilleurs spécialistes. Aujourd'hui conteur, il était auparavant un preux chevalier. Laissez le vous lire l'une de ses plus grandes aventures. J'appelle donc, Agrégor l’Ancien, témoin et héros de grandes péripéties. »

Petit à petit, le haut-de-forme du patron disparaissait dans les coulisses laissant place à un vieil homme et son pupitre sur lequel était déposé un livre décoré par des enluminures de scènes guerrières. Il en tourna quelques pages et ouvrit sa bouche lamentablement :

« Bonjour, chers citoyens, commença-t-il. Vous êtes vous déjà demandé ce qui serait arrivé si vous aviez vécu une aventure aussi palpitante que la mienne ? Non ? Et bien, remédions-y. »

On lui apporta deux bougies et une bourse pleine de… poudre que le conteur s’empressait de jeter. La poussière était noire et créa autour des spectateurs, un immense toit de ténèbres. Le public avait peur mais il fut vite rassuré par Agrégor commençant à allumer les chandelles :

« …Mes soldats et moi étions en train de manger un bon fruit de chasse au coin d'un doux feu bien chaud à la belle étoile. Certains lâchaient des blagues pour faire rire la compagnie. D'autres s'amusaient aux devinettes. J'étais, pour ma part, avec ceux qui racontaient des énigmes. Ces problèmes n'étaient pas trouvé bien loin. La plupart du temps, ceux-ci ne traitaient que sur certains soldats et leurs façons de travailler. Nous rigolions de leur maladresse, bien sûr. On pouvait dire que malgré l'embarras dans lequel nous étions, le bonheur et la joie étaient de la partie. Il faut savoir que nous étions en mission et que nous ne pouvions pas nous permettre un luxe quelconque. Notre quête consistait à anéantir une armée inconnue et menaçante qui pouvait détruire une partie de la région. La difficulté était de la trouver. En effet, nos supérieurs ne nous l'avaient pas décrite mais avaient insisté sur le fait de poursuivre ses militaires jusqu'au dernier. À ces moments, jeune et idiot que j'étais, j'acceptai d’y aller et avec mes meilleurs hommes, en plus. Aussi, n’avais-je pas insisté pour avoir des détails sur cette nouvelle armée… »

Il marqua une pause pour rallumer une bougie qui s'était éteinte à cause de son souffle. Ces chandelles étaient seules sources lumineuses même si la lueur bleue qu’elles produisaient n'éclairait pas grand-chose :

« …Bon, même si on ne pouvait pas accepter du luxe, mes soldats avaient besoin de repos et de détente. Je les ai laissé jouer et rire en allant me coucher, non pas sans les prévenir que le réveil du lendemain s'avèrerait matinal. D'ailleurs, plus tôt on pouvait partir et mieux c'était. Camper à découvert dans le désert de Kanaï n'est jamais très rassurant surtout après avoir entendu des rumeurs sur ce qui peut sortir du Grand Canyon la nuit… Il devait être minuit. La lune s'élevait au plus haut dans le ciel obscur. Je sortis de ma tente et m’approchai de certains de mes hommes encore éveillés qui chuchotaient de peur d'agresser le sommeil de ceux qui dormaient. Les nuits dans le désert de Kanaï étaient extrêmement gelées et ainsi, mes soldats s'étaient fort recouverts sous la crainte de perdre un membre du corps qui aurait été paralysé par le froid. D'ailleurs, je connais certaines personnes qui ont dû couper quelques doigts parce-qu'ils étaient gelés. Hahaha. Le bon vieux temps… Enfin soit, on caillait mais… plus pour longtemps…. Une immense boule de feu s'écrasa soudainement sur le camp. Bon, d’abord une puis deux et trois… ça n'arrêtait pas. Nos tentes brûlaient et une bonne partie de mes soldats étaient coincés dans le feu. Je me tournai vers la colline d'où l'attaque semblait provenir. Ça n'est pas sans surprise que je remarquai une autre armée à côté des catapultes. J'imaginais bien que tout cela était le fruit de nos recherches et de notre quête. Tout le monde devina bien vite que les militaires qui nous attaquaient étaient ceux faisant partie de notre mission. Il fallait agir vite et tout arrêter. Avec une poignée des soldats qui me restait, j'avançais rapidement vers l'adversaire. Tout en dégainant mon épée, je courais plus vite et encore plus vite, la main sur mon Chromacristal. L'ennemi ne bougeait plus. Le feu avait cessé de leur côté. Ma troupe et moi gravîmes la colline pour nous jeter sur eux. Nous croisâmes le fer avec eux jusqu'à n'en plus pouvoir mais nous n'étions pas assez forts. L'ennemi dont la quantité de chefs était incomptable nous repoussa violemment. Nous avançâmes de nouveau vers eux en jetant nos Chromacristaux devant nous pour faire combattre nos créatures, la mienne étant le roi des mers au bec en forme de trident. L'eau, le feu, les ténèbres… tous les éléments volaient et se passaient entre nous et notre adversaire. Mon monstre et moi avançâmes vers l'un des généraux de l'armée adverse. Il portait un casque noir aux horribles cornes métalliques. Une armure et des gants de la même couleur le décrivait tout autant. Une épée noire sortit de son fourreau. Attaque surprise ratée pour ma part. Le général adverse me repoussa et essaya de m'attraper mais j'esquivai toute tentative d’entrave. Il prit la décision de me combattre sérieusement et jeta son Chromacristal d'où sortait un genre de gardien canin des enfers, maître des ténèbres et du feu. Mon compagnon plus aquatique avait l'avantage, dans ma tête. C'était sans compter sur la maîtrise et l’expérience ennemies que je n'avais pas détectées. J'ordonnai une première Ébullition mais la créature adverse esquiva et cracha un pilier de flammes sur mon compagnon. Manque de vitesse, il fut atteint de plein fouet et s’écroula par terre sous mon regard béant et impressionné. Le général était trop fort et pour éviter de me faire tuer par son monstre, je dus fuir indigne de m'avoir fait vaincre et mes soldats se faisant battre. Nous dûmes battre en retraite. Retraite qui ne s'annonçait pas très réjouissante et facile. N'oublions pas que nous nous trouvions dans Kanaï la désertique où le sable borde tout l’horizon. »

Lancio se tourna vers Naël :

« C'est quoi Kanaï ?

-Si j'ai bien compris c’est une contrée de la région, répondit le général.

-Quoi ? Tu ne sais pas toi-même où tu habites ?

-Parle moins fort !... Mais non, je ne viens pas d'ici. Je suis originaire de la partie orientale de la région. Ici on est dans la centrale et je pense que Kanaï est dans cette partie.

-Si tu le dis… Eh ! Tu trouves pas ça bizarre que celui qu’on recherche ressemble à celui qui a combattu Agrégor ?

-Hmmm…Je me suis dit la même chose, finit le général. »

Le créature de Lancio était extrêmement attentive et regardait le vieux conteur avec un intérêt sans faille. Elle ne fit même pas attention à ce que Naël et Lancio se racontaient :

« …Malgré le manque de présence humaine dans le désert, reprit le vieillard, nous vîmes des faisceaux lumineux pendant notre fuite. Nous nous dirigeâmes vers eux tandis que l'armée adverse nous rattrapait effaçant dans sa course tout sillon crée par le vent. Il fallait courir encore plus vite mais la survie n'était pas garantie. Nous étions blessés contrairement à l'ennemi qui ne semblait donner aucun signe de mal quelconque. La lumière précédemment vue venait d'une ville basée sur une oasis dans le désert. Nous criâmes à l'aide pour informer notre présence mais nous étions trop loin de la cité pour qu'elle nous entende. La majorité de mes soldats se faisait tuer en courant sous d'horribles cris infernaux. Quelques-uns et moi-même arrivâmes au parvis de la ville. Nous étions les plus rapides et avions un rien d'avance sur l'adversaire. Nous frappâmes à la porte tels des possédés. Nous vîmes les glaives noirs s’approcher de nous de plus en plus vite. Cette nuit-là, personne ne nous ouvrit les portes de cette étrange ville. Ce fut plus tard que j'appris la raison de cette non-assistance. Nous avions essayé d'entrer à Sōlia, la Première des Corrompues, ville dans laquelle règne un des quatre Fous en lien avec… en lien avec… . »

Lancio observa plus attentivement Agrégor. Le jeune fut surpris de voir le conteur quitter la scène si hâtivement en éteignant par son passage les bougies aux flammes bleues. Le public, d'un rien déboussolé par cette fuite, commençait à faire s'élever le son dans le cirque. Le nuage noir ayant formé un toit disparu laissant les spectateurs au milieu du marché en plein soleil. Tous furent éblouis de passer des ténèbres à la lumière. Le directeur accompagné de certains acrobates calma la foule avec des numéros de trapèze basiques :

« Ce n'est pas normal, s'écria Lancio.

-Tu as raison… Allez, viens. On va parler à Agrégor, décida le général. »

De ce pas, ils se dirigèrent vers la tente du vieillard non pas sans bousculade avec la foule. Ils entrèrent et le surprirent en train de préparer ses bagages. La créature de Lancio, déçue, avait une couleur d'yeux mauve foncé presque bleue. Un petit ‘’Hum, hum ‘’ attira l'attention du vieux fuyard :

« Partez, le spectacle est terminé, cria Agrégor.

-Malheureusement, je crois que c'est impossible, introduisit le général, vous avez tenu un discours trop en lien avec notre histoire pour ne pas vous expliquer auprès de nous. Pourquoi venez-vous de fuir en plein spectacle ? Qu’allez-vous nous révéler ?

-Je ne réponds pas à ces questions, répondit Agrégor.

-Vous devrez pourtant, insista Naël.

-Euh… Monsieur Agrégor, plaça Lancio, pourriez-vous nous raconter la fin de l’histoire ?

-Non ! se fâcha le conteur.

-Et bien alors, je ne crois aucun de vos récits, révéla le jeune.

-Comment ?

-Et bien oui. Si vous êtes encore parmi nous c'est que vous vous en êtes sorti alors que les derniers mots que vous nous aviez dit sur votre histoire insistaient sur le fait que vous étiez pris au piège.

-Tsss… Que tu me crois ou non, je ne dirai rien.

-Allez, je vous en prie. Pour moi et rien que pour moi. »

Lancio fit les yeux doux au vieux. Sa créature fit de même et Naël sourit en les voyant :

« T'es vraiment embêtant, grogna la victime des regards, mais ma décision est prise… Au revoir »

Le conteur tendit la main vers un meuble pour y prendre ses affaires mais le jeune garçon se mit dans son chemin. Le vieillard se tournant vers un autre meuble, il fut bloqué par le monstre aux yeux colorés :

« Ça va, ça va, hurla-t-il. Je vais vous raconter la suite mais après vous me foutrez la paix. »

Le jeune fit signe de ‘’oui ‘’ comme sa créature :

« Bon, bon. Passe-moi mon livre. Impudent… »

Le vieux l'ouvrit ainsi que sa bouche :

« … Nous continuions à frapper à la porte mais on ne nous ouvrit toujours pas. Nous dûmes donc faire face à l'ennemi. Nous combattîmes encore vaillamment mais ce fut inutile. Ils me collèrent de force le visage au sol comme pour mes alliés. Et alors qu'ils étaient prêts à nous séparer la tête du corps, un de leur chef ordonna d'arrêter en parlant d'une langue sans doute diabolique. Les soldats ennemis nous prirent et nous emmenèrent avec eux comme trophée de bataille…, en revenant à Lancio, nous en sommes sortis vivants. Qui plus est, nous étions encore jeune et la vie ne fut pas trop compliquée à rattraper. J'aurais bien voulu te raconter la suite mais elle est trop longue. Je te laisse à cela.

-Mais, qui était la personne qui a ordonné de vous épargner ? demanda le garçon.

-Je ne le sais pas. Je ne l'ai pas vue ou du moins pas bien. Bien sûr, j'ai entendu son langage bizarre mais jamais son nom.

-Et votre adversaire au début, vous savez qui c'est ?

-Non plus. Même langue. Cependant, je me souviens qu'il était accompagné de quelqu'un que les ténèbres cachaient. Ça devait être son valet qui l'encourageait dans le même langage. »

Hahahahaha. Que de longueur dans ce conte. Mes personnages ont un je ne sais quoi de ténacité. Hahahaha. Agrégor, Agrégor. Voilà un bon vieux conteur comme on les aime. C’est un grand témoin de multiples aventures d'où lesquelles on ne sait comment il s’en sortait à chaque fois. Hahahahaha. Viser les yeux bandés est palpitant. Les couteaux ont volé, je peux l'assurer. Je me suis amusé comme un fou. Hahahahahahaha. Oh ! Mais j'en suis un.

Lancio et Naël avaient encore quelques doutes mais il était indéniable que ce cher Agrégor avait rencontré le diable que nos héros pourchassaient :

«-Était-ce bel et bien un Démolosse qui agressa votre Pokémon ? questionna Naël

-Oui, oui. Je m'en souviens comme si c'était hier. C'était bien un de ces infernaux. »

Naël se tourna rapidement vers Lancio :

« -C'est bien la même personne…

-…

-Bon, coupa le vieillard, autre chose ?

-Euh… et bien, vous semblez connaître parfaitement cette…

-Ne dites rien de plus. »

La main du conteur s'aventura dans ses meubles authentiques. Leur vernissage parfait et leur couleur donnaient une impression de dureté tendre ou d'une tendresse dure à la pièce :

« Bon, reprit Agrégor, j'ai d'abord une ou deux questions à poser à mon tour avant de procéder à un échange.

-Un échange ? se demanda Naël.

-Oui tout à fait. Je vous donne une carte de cette région et vous répondez à mes questions. Simple non ?

-Bon… d’accord.

-Bien, bien… D'abord, qui êtes-vous ?

-Je suis Naël, ancien général des armées de l'Orient. »

Le vieux prit une posture de garde à vous :

« Quant à moi, je m'appelle Lancio et voici mon ami… mon ami…

-Ta créature n'a pas de nom mon garçon ? demanda l'ancien.

-Euh…non.

-Tiens, c'est bizarre. J'ai l'impression de l'avoir déjà vue quelque part… mais elle ne me dit rien en connaissance théorique.

-…

-Bon ! Deuxième question… Pourquoi tant vouloir savoir sur mon passé ?

-Et bien, nous sommes à la recherche de celui qui menace cette ville et il est indéniable que cette personne ne vous est pas inconnue à en croire votre récit, expliqua Naël. C'est tout ?

-Pour l’instant, ça me suffira…. Tiens prends ma carte. Si tu continues, tu en auras fort besoin. J'ai pris soin de la dessiner moi-même. J'avoue que ça n'est pas des plus jolies mais c'est mieux que rien…

-Merci beaucoup M.Agrégor, lâcha Lancio.

-De rien mais tout de même, je n'en aurai plus besoin à présent. Les vieux voyageurs doivent laisser la place aux plus jeunes… Et puis je n'ai plus la force pour partir à l'aventure contrairement à vous…

Naël ouvrit la carte et commença à rechercher Kanaï dessus. Lancio le rejoignit et tous deux trouvèrent un endroit sec où un immense canyon dessinait les frontières de la province. La contrée ne se trouvait pas loin de Classifika :

« -Vous n'avez vécu que dans la région centrale j'imagine, déduisit Naël.

-Oui. Je n’ai fait mes conquêtes qu'en ces terres, affirma le vieillard. Bon, j'avoue quand-même avoir visité la région orientale.

-Très jolie n'est-ce pas ? se réjouit Naël, je viens de là.

-C'est rien de le dire ! Vous avez de la chance d’être originaire de là… En ce qui concerne la carte. Un ou deux lieux ont été mis en évidence. Ce sont des lieux importants que j'ai eu l'honneur de visité en guerre ou autre. Ne vous étonnez pas si vous en trouvez d'autres nouveaux que je n'ai pas su voir ou que je n'ai pas voulu répertorier dessus.

-Et bien, merci Agrégor, voulut conclure Naël.

-Mais…, s'imposa Lancio, j'aurais une dernière question. Dans votre histoire vous avez parlé de ‘’Première des Corrompues ‘’ et de l'un des ‘’Quatre Fous ‘’, qui sont-ils ?

-Les ‘’Corrompues ‘’ sont une institution de villes dirigée par des personnes que l'on appelle les ‘’Quatre Fous ‘’. Je ne me souviens plus du nom des cités que les Corrompues occupent mais je sais que leurs noms se ressemblent. En tout cas, cette institution n'est pas des plus accueillante. Les Fous sont des genres de souverains ayant ôté le pouvoir de leurs rois précédents. Tu dois savoir que chaque province est dirigée par un roi. Par exemple, la majesté de la province de Kanaï trônait dans la ville de Sōlia, aujourd'hui corrompue. Les Fous ont attaqué ces villes sous le règne et l’ordre d'un maître puissant qui les avait fortement aidés. Ils ont arraché le pouvoir royal des monarques et règnent sur les provinces qu’ils occupent. Sauf, l’une qui laisse son règne à une autre ville. Enfin, histoire compliquée... Depuis, les portes des cités des Corrompues sont fermées à cause de ce pouvoir injuste. Bien sûr, les citoyens de ces endroits sont soumis à de strictes règles auxquelles ils doivent obéir pour ne pas recevoir un affreux châtiment… Je suis désolé mais je dois vous quitter. Je vous remercie pour la visite que vous m'avez donnée. J'en avais bien besoin…

-Oh oui ! Le temps passe vite, s'écria Naël. Viens Lancio ! On doit vite acheter ce dont on a besoin avant que le marché ferme. Au revoir Agrégor et merci pour votre aide.

-Avant de vous dire au revoir, pourrais-je savoir le nom de votre Pokémon ? demanda le jeune garçon.

-Ah ! Lui ! s'exclama Agrégor. C'est un Pingoléon mais il ne veut pas être dérangé le matin… Dormir est sa passion.

-Ah, bon. Et bien, au revoir Agrégor et merci pour tout ! »

Hahahahaha. Beaucoup de blabla entre personnages je trouve. Revenons en à la bonne vieille narration ! Hahahaha.

Nos héros sortirent de la tente du conteur et se dirigèrent vers les étalages du marché. Le soleil allait atteindre son zénith et les gens commençaient à quitter le marché peu à peu. Les marchands en venaient petit à petit à ranger les produits pour repartir ailleurs. Bien sûr, les ateliers de la ville ou autres magasins pouvaient continuer leurs affaires en toute sérénité :

« -D'où viennent ces marchands ? plaça Lancio.

-De toutes les régions, répondit Naël. Le marchand de tapis qui par ses produits avait su attirer ton Pokémon n'est autre qu'un homme originaire de Hoenn.

-Ah bon ! Et comment font ils pour arriver ici ?

-Par bateau. Ils arrivent par le sud et débouchent vers l'est pour remonter un fleuve sûrement. Bon, allez, il faut aller prendre ce qu'il faut. On va commencer par les bases. Il te faut de nouveaux Chromacristaux. »

Ils se postèrent à l’aubette d'un voyageur vendant des Chromacristaux. Il n'avait pas encore rangé ses affaires. Sur les étalages étaient posés des pierres de toutes les couleurs. Certaines éclataient d'un bleu foncé époustouflant tandis que d'autres caressaient les tons rougeoyants. Aucune ne paraissait remplie et ne montrait aucun signe de présence à l'intérieur :

« -Bien le bonjour, salua le marchand avec un petit accent peu dérangeant. Qu'est-ce qui vous ferais plaisir.

-Donnez moi trois Chromacristaux normaux et quatre autres mais plus performants… Pourquoi pas des orange ? commanda le général.

-Tout de suite. »

Le vendeur d'une main sûre sortit les joyaux concernés de leurs places et les emballa dans un genre de papier en toile d'insecte :

« Ce sera tout ? s'intéressa le marchand.

-Je crois bien que oui, affirma finalement l'acheteur.

-Le montant s'élève donc à… 30 Rutereos.

-C'est cher, commenta Lancio.

-Tsss, c’est presque donné répondit Naël. Voilà. Normalement le compte est bon.

-Tout à fait. Passez une bonne journée !

-Merci. Vous aussi ! »

Ils s'éloignèrent de la petite aubette en marchant d'un pas décidé. L'étrange créature de Lancio observait les Chromacristaux du général d'une manière interrogative. Ses yeux en devinrent rose vif. Naël tendit au jeune garçon six cristaux de capture, trois normaux et trois orange, et en garda un pour lui :

« Après notre escale en magasins, nous irons te capturer un nouveau Pokémon. Tu dois te défendre face à l'ennemi devenant de plus en plus dangereux en ces temps, expliqua le militaire. En parlant de se défendre, il te faut une arme à tout prix !

-Une arme ! s’écria le garçon.»

Il amena le jeune et sa créature vers le forgeron de la cité assez bien placé pour attirer des clients. Un artisan sérieux était en train de refroidir une épée sous le regard sublimé de nos héros. Aux murs pendaient des marteaux, de grosses masses et de lourdes lames. Sur un large meuble se refroidissaient des estocs plus fins et moins volumineux destinés surtout à bien trancher. Des haches reposaient contre la cheminée et des équipements plus insolites se reposaient sur une petite table en bois. Toute matière métallique était représentée sous forme de nombreuses armes :

« -Bien le bonjour, souriant le forgeron. Bienvenue au ‘’Bon Marteau ‘’, une des meilleures armureries de Classifika. Qu'est-ce qui vous ferait plaisir ?

-Bien le bonjour à vous aussi, souhaita Naël. Mon jeune ami souhaiterait acquérir d'une arme qui lui conviendrait et à vrai dire, je ne sais pas trop quoi lui conseiller. Pourriez-vous nous aider ?

-Bien sûr… Alors, mon gamin ? Laisse moi te contempler… Hmmm… Oui, oui. Je vois ce qu'il te faut. Étant donnée ta faible corpulence je crois qu'une arme légère fera l'affaire. Je devrais avoir un genre d'épée légère… J'imagine que tu es débutant. Si oui, il faut bien commencer avec une belle lame… J'ai une épée dont la pointe aiguisée est très recherchée. Elle est originaire des techniques antiques de Sinnoh. Elle doit être utilisé uniquement pour son bout affûté et non pas pour ses côtés ne servant juste qu'à repousser d'autres armes. Sa flexibilité permet de bien résister à certains coups lourds. Elle n'est pas facile à manier au début car la précision est de mise mais avec un bon entraînement de justesse, elle et son possesseur deviendront de vrais guerriers invincibles. Mais rares sont ceux qui ont atteint ce stade-là. Enfin, elle est à toi pour la modique somme de 50 Rutereos, expliqua l'artisan.

-Je suis vraiment désolé mais je ne saurais …, s’excusa Lancio coupé par le général.

-On la prend ! cria Naël. Maintenant, il te faut une arme secondaire. Cet équipement est utilisé juste au cas où. Par exemple, un poignard ou une sarbacane à flèches peuvent faire l’affaire. Ici, rien n'est conseillé. Tu as donc la liberté de choisir celle que tu veux. »

Le jeune garçon comme sa créature tournèrent leur regard vers un joli boomerang argenté. Le général ayant repéré cette convoitise commanda immédiatement cette drôle de pièce en argent :

« Et bien, ça fera 35 Rutereos supplémentaires, annonça l'armurier.

-Tout de suite, répliqua le client.

-Naël ! chuchota Lancio. Arrête, il ne faut pas te ruiner pour moi !

-Tsss. Bagatelles. Si je fais ça c’est parce-que je sais que tu te battras avec pour l’équité. Si tu m’accompagnes, c’est que tu es compagnon de la justice, grinça le général.

-Oh ! Et bien… Merci, alors, sourit le garçon.

-Voilà. Ce sera tout ? s’interrogea le marchand du ‘’Bon Marteau ‘’.

-Oui, oui. Merci pour tout, termina Naël.

-C’est vous que je remercie… Passez une bonne journée !

-Merci vous aussi ! »

Nos héros purent s'en aller et continuer leur balade. Naël n'ayant plus besoin d'acheter quoi que ce soit à Lancio se contentait de suivre le jeune et sa créature dans les allées du marché qui allait bientôt fermer. Côte à côte le garçon et son monstre observaient les magnifiques vêtements exposés habilement dans les boutiques. Ainsi, les deux zigues se réjouissaient dans le quartiers couturiers. La créature de Lancio jetait certaines fois des coups d'œil vers l'épée de son dresseur. Elle était magnifique même rangée dans son somptueux fourreau. Sa finesse était des plus particulières et sa brillance éclatante aveuglait quiconque s’essayait à la regarder. Sa longueur soulignait les futurs duels qu'elle aurait rejoints. Toute cette admiration fut coupée par l'extase du jeune dresseur face à la boutique de masques. Il les aimait tellement. Ces accessoires rendaient leurs porteurs mystérieux et sérieux :

« Ils sont magnifiques, confia Lancio au vendeur. Malheureusement, je n'ai pas assez d'argent pour me permettre un luxe pareil. Surtout que je n'en ai pas besoin pour le moment.

-Tu peux revenir quand tu auras de quoi acheter, lui répondit gentiment le marchand. Malheureusement, mes masques sont trop coûteux pour que je t'en donne gratuitement mais ne t'inquiète pas, reviens avec un peu d'argent et je verrai ce que je peux faire.

-Merci, c'est très sympathique.

-Allez viens, Lancio, appela Naël. Il faut aller manger sans tarder. Le marché va bientôt fermer.

-Oui, j'arrive, répondit le jeune. Au revoir, tourna-t-il au vendeur.

-Au revoir, retourna l'artisan. »

Cette fois-ci, Naël n'amena pas Lancio dans la brasserie de l'autre fois. Ils allaient simplement retourner à l'auberge voir ce que leur hôte avait préparé pour manger :

« Tout à l'heure, on ira te capturer un nouveau Pokémon, plaça le général.

-Vraiment ? se réjouit le jeune.

-Oui. Si tu veux tenir tête à un adversaire tu dois avoir une équipe qui résiste à toutes les épreuves et un seul Pokémon ne fait pas tout un travail.

-Si tu le dis… Oh ! Tant que j'y pense. Est-ce qu'on pourra disputer un combat quand on sera sur le terrain ?

-Je m’attendais à cette demande figure-toi… »

Hahahahahaha. Que de belles paroles pour raconter une aventure. Qu'on s'amuse. Mais bon, ma joie est en train de décliner, mon otage étant en train de quitter cet effroyable monde. La torture sera terminée pour lui… sauf s'il va aux enfers. À ce moment-là, il y'a encore un peu d'espoir. Hahahahaha. À la revoyure mes chers ! Hahahahahahaha.
Surprise!

La carte de la région (dont le nom vous sera révélé plus tard) est disponible!

Image Il faut m'excuser si elle est floue et mal dessinée. Elle a été dessinée par Agrégor.

Voici lien de l'imageau pire.
Jellow from the other side !

L'INVASION JELLOW CONTINUE !

Avatar de l’utilisateur
Riku
Messages : 534
Inscription : sam. 20 juin 2015, 12:44
Localisation : T-posing in space
Contact :

Re: [Fanfic] Tenebrae, un obscur récit.

Message par Riku » lun. 21 déc. 2015, 17:35

Encore un super chapitre ! :^^:
Après la torture de la roue, j'ai hâte de savoir qu'es-ce qu'il y a de pire. :evil:
Sinon, mis a part le fait que le narrateur et Bouffonnette sont des psychopathes qu'il se soit fait couper, j'ai bien aimé le récit d'Agrégor (même si je n'ai pas vraiment compris pourquoi Sōlia ne leur a pas ouvert la porte) ^^

PS : L'arme qu'a acheté Naël pour Lancio, ce ne serait pas une rapière par hasard ?
You've met with a terrible end.

Avatar de l’utilisateur
monocram
Délégué section Pokémon et vous
Messages : 2636
Inscription : lun. 12 août 2013, 17:34
Localisation : Dans un château enseveli sous le sable du Désert des Ombres Dansantes dans le Monde des Morts.

Re: [Fanfic] Tenebrae, un obscur récit.

Message par monocram » lun. 21 déc. 2015, 17:47

Riku a écrit :Encore un super chapitre ! :^^:
Après la torture de la roue, j'ai hâte de savoir qu'es-ce qu'il y a de pire.
Sinon, mis a part le fait que le narrateur et Bouffonnette sont des psychopathes qu'il se soit fait couper, j'ai bien aimé le récit d'Agrégor (même si je n'ai pas vraiment compris pourquoi Sōlia ne leur a pas ouvert la porte) ^^

PS : L'arme qu'a acheté Naël pour Lancio, ce ne serait pas une rapière par hasard ?
Merci. J'attendais patiemment un commentaire.
Alors, les tortures, je les révise chaque jour. Je connais la majorité des poisons les plus utilisés et j'aime beaucoup menacer de souffrances ceux qui m'embêtent. :evil:

Oui c'est une rapière du genre Zoro mais comme j'avais oublié le mot lorsque je rédigeais le chapitre, j'ai évité de l'utiliser.

Alors, Sōlia est un genre de ville corrompue avec un roi diabolique nommé Fou. Un Fou est un genre de tyran ayant arraché le pouvoir à un autre roi dans les temps antiques qui seront bientôt mis au clair dans ma fic.

Voilà.

Encore un énorme merci pour ton commentaire.

Je dois avouer que j'aime beaucoup recevoir des commentaires sur ma fic. Ne vous gênez pas. Ça permet de me rassurer sur ceux qui lisent mon histoire. Peu importe si c'est une critique négative ou autre tant que c' est bien construit, ça passera.
;)
Jellow from the other side !

L'INVASION JELLOW CONTINUE !

Avatar de l’utilisateur
Ulysse
Messages : 2334
Inscription : ven. 26 sept. 2014, 19:09

Re: [Fanfic] Tenebrae, un obscur récit.

Message par Ulysse » mer. 30 déc. 2015, 13:03

Wahou espèce de psychopathe, t'es pire que moi... ⊹⋛⋋(◐⊝◑)⋌⋚⊹
23:55

Avatar de l’utilisateur
monocram
Délégué section Pokémon et vous
Messages : 2636
Inscription : lun. 12 août 2013, 17:34
Localisation : Dans un château enseveli sous le sable du Désert des Ombres Dansantes dans le Monde des Morts.

Re: [Fanfic] Tenebrae, un obscur récit.

Message par monocram » jeu. 31 déc. 2015, 11:03

Ulysse a écrit :Wahou espèce de psychopathe, t'es pire que moi... ⊹⋛⋋(◐⊝◑)⋌⋚⊹
Je n'ai pas trouvé pire que moi. :evil:
Partout où je vais les gens me regardent bizarrement et s'arrête de rire ou autre.
S'il y en a un qui croise mon regard, il a droit à un sourire effroyablement appeurant de ma part.
Parfois j'ai l'impression d'être un Détraqueur comme dans Harry Potter. Aura froide, visage assez réservé, mains de mort et corpulence affreusement maigre.
Mais bon, je ne suis pas qu'émissaire des ténèbres. Je le suis aussi pour la lumière.
(Oui, dédoublement de personnalité mais on m'a enfermé en asile pour moins)
Jellow from the other side !

L'INVASION JELLOW CONTINUE !

Avatar de l’utilisateur
Ulysse
Messages : 2334
Inscription : ven. 26 sept. 2014, 19:09

Re: [Fanfic] Tenebrae, un obscur récit.

Message par Ulysse » jeu. 31 déc. 2015, 11:06

Tu es dans un asile ? Alors comment as-tu accès à ton ordinateur ? :stupid:
23:55

Avatar de l’utilisateur
monocram
Délégué section Pokémon et vous
Messages : 2636
Inscription : lun. 12 août 2013, 17:34
Localisation : Dans un château enseveli sous le sable du Désert des Ombres Dansantes dans le Monde des Morts.

Re: [Fanfic] Tenebrae, un obscur récit.

Message par monocram » jeu. 31 déc. 2015, 11:12

Ulysse a écrit :Tu es dans un asile ? Alors comment as-tu accès à ton ordinateur ? :stupid:
C'est ça d'être le plus fou des fous.
Je suis malin quand-même. ;)

Mais bon, c'était le bon vieux temps. Comme je rendais dingues les personnes qui s'occupaient de moi dans l'asile, ils ont décidé de me relâcher.
Jellow from the other side !

L'INVASION JELLOW CONTINUE !

Avatar de l’utilisateur
Ulysse
Messages : 2334
Inscription : ven. 26 sept. 2014, 19:09

Re: [Fanfic] Tenebrae, un obscur récit.

Message par Ulysse » jeu. 31 déc. 2015, 11:31

Au secours ! J'ai peur... ><
23:55

Avatar de l’utilisateur
monocram
Délégué section Pokémon et vous
Messages : 2636
Inscription : lun. 12 août 2013, 17:34
Localisation : Dans un château enseveli sous le sable du Désert des Ombres Dansantes dans le Monde des Morts.

Re: [Fanfic] Tenebrae, un obscur récit.

Message par monocram » ven. 05 févr. 2016, 19:57

Je suis honteux. :(
J'ai relu mes premiers chapitres et je les trouve horribles, mal-faits, courts et dont les descriptions sont piètres.
Je trouve, en revanche que les derniers chapitres sont mieux maîtrisés. Je les réécrirai un jour pour les embellir.


Tout ça pour dire que le prochain chapitre arrive sous peu. :hap:
Jellow from the other side !

L'INVASION JELLOW CONTINUE !

Avatar de l’utilisateur
Riku
Messages : 534
Inscription : sam. 20 juin 2015, 12:44
Localisation : T-posing in space
Contact :

Re: [Fanfic] Tenebrae, un obscur récit.

Message par Riku » ven. 05 févr. 2016, 20:18

monocram a écrit :Je suis honteux. :(
J'ai relu mes premiers chapitres et je les trouve horribles, mal-faits, courts et dont les descriptions sont piètres.
Je trouve, en revanche que les derniers chapitres sont mieux maîtrisés. Je les réécrirai un jour pour les embellir.
Mais nan, ils sont bien, les premiers chapitres ! C'est juste que ceux de maintenant sont meilleurs ^^
You've met with a terrible end.

Avatar de l’utilisateur
Paul le Lucario
Messages : 597
Inscription : dim. 15 mars 2015, 12:49
Localisation : Sur DeviantART
Contact :

Re: [Fanfic] Tenebrae, un obscur récit.

Message par Paul le Lucario » ven. 05 févr. 2016, 20:51

Riku a écrit :
monocram a écrit :Je suis honteux. :(
J'ai relu mes premiers chapitres et je les trouve horribles, mal-faits, courts et dont les descriptions sont piètres.
Je trouve, en revanche que les derniers chapitres sont mieux maîtrisés. Je les réécrirai un jour pour les embellir.
Mais nan, ils sont bien, les premiers chapitres ! C'est juste que ceux de maintenant sont meilleurs ^^
ImageImageTiens, ça c'est marrant ! ça me fait exactement la même chose de mon côté aussi !
DeviantART - Fanfic PKU - L'éveil de l'Aura - Les 29 chapitres déjà postés (229 pages) ont été hacké et supprimés par SilverZekrom. Il faudra malheureusement tout relire depuis le début et attendre davantage pour le final qui était sensé arriver l'an dernier.

Avatar de l’utilisateur
monocram
Délégué section Pokémon et vous
Messages : 2636
Inscription : lun. 12 août 2013, 17:34
Localisation : Dans un château enseveli sous le sable du Désert des Ombres Dansantes dans le Monde des Morts.

Re: [Fanfic] Tenebrae, un obscur récit.

Message par monocram » ven. 05 févr. 2016, 22:03

Paul le Lucario a écrit :
Riku a écrit :
monocram a écrit :Je suis honteux. :(
J'ai relu mes premiers chapitres et je les trouve horribles, mal-faits, courts et dont les descriptions sont piètres.
Je trouve, en revanche que les derniers chapitres sont mieux maîtrisés. Je les réécrirai un jour pour les embellir.
Mais nan, ils sont bien, les premiers chapitres ! C'est juste que ceux de maintenant sont meilleurs ^^
ImageImageTiens, ça c'est marrant ! ça me fait exactement la même chose de mon côté aussi !
Mais en fait, on fait des progrès naturellement. Grâce à une certaine passion pour l'écriture, je crois me lancer dans les romanes. Je sens que je vais m'amuser.

En tout cas, dans le prochain chapitre, les choses sont à deux doigts de dégénérer. Du moins, vers la fin. Le spoil de folie
Jellow from the other side !

L'INVASION JELLOW CONTINUE !

Avatar de l’utilisateur
monocram
Délégué section Pokémon et vous
Messages : 2636
Inscription : lun. 12 août 2013, 17:34
Localisation : Dans un château enseveli sous le sable du Désert des Ombres Dansantes dans le Monde des Morts.

Re: [Fanfic] Tenebrae, un obscur récit.

Message par monocram » sam. 27 févr. 2016, 09:23

Et après deux mois d'absence littéraire, Maître MonocraM le Maléfique revient avec un nouveau chapitre. Cette fois, il est plus long que les autres. Pardonnez-moi s'il manque d'originalité, je n'étais pas très inspiré. Bon je vais vous laisser lire. Bonne lecture !

Chapitre 12
Origue et les origines...

Hahahahahahaha. Me voici mes chers pour de nouvelles tortures. Hahaha. Bouffonnette est en train de rechercher mon grimoire à conte mais la bibliothèque est tellement vaste et remplie qu'on s’y perd… Les ouvrages sont tellement nombreux que l’on peut en retrouver des tas partout dans le château, faute de ne pas avoir une bibliothèque assez grande… Ah ! Là je crois que notre amie craque et qu'elle déchaîne sa colère sur un ou deux bouquins. Vous l’entendez ? Elle est en train d’en déchirer et d'en dévorer. Deux minutes :

« Bouffonnette, ça ne sert à rien. As-tu regardé s’il n’était pas dans la vierge de fer ? Oui, dans la salle minuscule à côté de notre petite chapelle… Oui, là où tu t’es enfermé pour… pour… je ne sais pas quoi. Tu l'avais pris avec toi je crois. Hahahaha. »

Pardonnez la. Elle n'a pas tout à fait les idées en place.

Sinon, je n'ai pas eu de nouvelles victimes de ma folie si ce n'est Bouffonnette qui n'arrêtait pas de passer et de repasser par la chaise électrique. Un délire personnel. Hahaha. C'est impressionnant la manière dont le destin sait choisir deux esprits formant La Paire. Notre folie commune n'a vraiment pas de limites… J'espère qu'elle a quand-même retrouvé mon bouquin. Tsss… Bon, en attendant Bouffonnette, nous allons nous rafraîchir la mémoire. Hahahahaha…

Nos héros toujours éblouis par Classifika, se rendirent au marché un matin fort calme. Bien que bluffé par multitudes de produits, Lancio se fit payer par Naël des Chromacristaux spéciaux ainsi qu'une rapière complétée par un boomerang, le nécessaire pour une future aventure prévue par le général. Mais n'oublions pas. Bien avant ces achats, ils firent la rencontre d'un étrange conteur dévoilant son histoire dont un des personnages correspondait parfaitement à celui qui terrorisait la ville. Ayant reçu une carte de cet homme prénommé Agrégor, nos héros purent s'en aller vers le dîner à l’auberge qui… .

Ah ! Ben c’est pas trop tôt ! Enfin tu es arrivée ici. Hahaha. J'ai cru que tu étais descendue aux enfers, Bouffonnette… Voilà, le livre est prêt. Hahahaha. Je te l’avais dit qu’il se trouvait dans le cercueil. Enfin soit, tu es privée de torture… Pourquoi ? Parce-que j’ai envie de te faire souffrir. Hahahahaha. Non, surtout ne me regarde pas comme ça Bouffonnette… Tu sais bien que je n’aime pas ce regard de démon attendri… Bon d'accord, je cède. Tu veux faire un tour sur la chaise électrique ? Oui ? Tiens, voilà les clés de la salle des machines. Allez ! Va-t’en ! Hahaha. Un vrai petit enfant... Ah… Et si on continuait nous ? Hahahahaha.

« -Quoi ! cria Naël dans la salle à manger vide de l'auberge. Mais pourquoi ne m'as-tu pas dit que tu t'étais fait capturer ?

-Je te l'ai déjà dit une fois mais bon… Tu ne m'as pas écouté et il n'est pas dans mes habitudes de me répéter plusieurs fois, répondit Lancio dont l'argument fut approuvé d'un signe de tête de la part de sa créature. En même temps, je n'ai pas été traumatisé par cet enlèvement. C'était même instructif.

-Tu dois vraiment me dire sur quels points un enlèvement peut être ‘’instructif’’ , demanda le général incrédule.

-En tout cas, je crois avoir appris une ou deux choses mais d'abord, je voudrais savoir si tu connais quelqu'un qui n'a pas de…

-Pas de quoi ?

-Pas de… Visage ?

-Crois moi, si jamais j'avais connu quelqu'un de pareil, je m'en serais souvenu. Mais… Pourquoi cette question d'un rien stupide ?

-Et bien… »

Le jeune réfléchit un moment. Il avait respecté Naël en ne divulguant son nom sous aucun prétexte au sorcier sans visage mais en compensation, peut-être fallait-il mieux garder le nom d'Ikaïn pour lui. Peut-être même que ce mage s'avérait être un atout si ses surnoms restaient inconnus au militaire, compagnon de Lancio. En même temps, personne ne connaissait vraiment l'histoire de ce magicien. À quoi était-il mêlé ? Pourquoi n'avait-il pas de visage ? Voilà des questions aux réponses bien cachées :

« -Alors ! Tu accouches ?!

-Non mais…

-Mais quoi ? Pourquoi m'as-tu posé cette question ?

-Pour rien. Je repensais à Agrégor et à ses contes. Je me demandais si un homme sans visage pouvait exister, inventa le garçon d'un rien incertain de lui-même.

-Mouais… J'imagine qu'après tout, ça doit exister, grinça le général suspicieux.

-Bon, il faudrait finir de man…

-Qu'as-tu vécu dans ton endroit d’enlèvement et qu'as-tu vu ? insista Naël commençant à s'intéresser aux histoires de son apprenti.

-Et bien, rien de bien spécial, pour tout te di… .

-Ah ! Comment es-tu sorti vivant ?

-Euh…

-Tu es coincé. Ne vas pas par trente-six chemins. Je ne veux que la vérité. Je ne suis pas un idiot non plus.

-Et bien justement, j'y étais. Raah. Pourquoi tu m'as coupé ?! Bon, je ne savais pas trop où j'étais. Je n'ai pu voir qu'une seule pièce de toute une bâtisse. J'étais attaché à une chaise et j'avais souvent le visage couvert. Je n'ai pas entendu grand-chose mais apparemment, je n'étais pas celui qu'ils cherchaient et ils m'ont relâché. C’est tout. Ne vas pas t’imaginer les pires tragédies qui puissent exister, mentit l’interrogé.

-Bon, d'accord, accepta le général avec la même incrédulité de tout à l'heure. Je vois que mes questions t'ennuient…

-Non. Ne prends pas cet air abattu. C'est juste que… je n'aime pas trop les interrogatoires pendant qu'on mange.

-Je comprends… Bon, on va le terminer ce repas alors. »

Naël se doutait de quelque chose et Lancio lisait tout cela en lui comme dans un livre ouvert. Le général avait une multitude de questions en tête. Pourquoi des individus auraient enlevé ce pauvre enfant ? Pourquoi ne pas avoir laissé de traces ou de messages ? Qu’était-il arrivé aux malfrats ?Et la créature de Lancio qui cachait toujours sa vraie nature sous un lourd nuage de mystère qu'était-elle vraiment ? Cette interrogation particulière voltigeait et planait dans toutes les têtes qu'elle hantait. Un passant ne pouvait se retourner sans se poser la question. Certains même avaient l'audace de le demander directement au dresseur concerné. La majorité du temps, le garçon répondait qu’il n'en savait rien lui-même et glissait un petit ‘’bonjour’’ et un ‘’au revoir’’ d'un ton sec pour signifier que son interlocuteur ne les ayant pas souhaité en convenable formule, n'avait pas de bonnes manières. Mais nous nous dissipons. Revenons-en à notre héros. Le repas de l'auberge pour midi était assez copieux. Pour une gargote peu chère, les services étaient de mise. Pour commencer, nos compères eurent droit à un potage à la baie Pumkin légèrement relevé par un soupçon de baie Tamato. Le palais fin et délicat, Naël qui détestait les aliments épicés but plusieurs verres d'eau pour faire passer cette soupe se révélant douce dans la bouche de Lancio. Heureusement pour le général, le plat de résistance ne contenait aucune note piquante. Il se composait d'un genre de pâte dont la texture informe et la sauce accompagnatrice s'avéraient être intéressement travaillées et d'Anchwatt d'élevage aux décharges nulles grillés et assaisonnés à la fleur de sel délicatement posés sur un lit de feuilles de laitue arrosées abondamment à l'huile de baie Micle. Menu léger certes, mais remplissant tout de même. Par ailleurs, les assiettes se vidaient à vue d'œil. Une bouchée pour ouvrir le bal suivie d'une autre pour maintenir la musique et enfin, à partir des dixièmes, fut refermée la marche. La créature de Lancio, quant à elle, n'avait pas très faim. Elle ne toucha pas à sa mangeaille bien qu'elle avait l'air d'apprécier l'huile de baie Micle. Sa pensée était tournée vers d'autres endroits notamment celui où Ikaïn avait été rencontré. Le sang, les cheveux et les chaînes par terre l’effrayaient encore. Elle revoyait aussi l’Eau de Vérité de Rita. Le liquide n'avait rien révélé sur la vie du monstre à la sorcière :

« J'ai beau mélangé l'Eau de Vérité, je ne vois pas de passé, le présent n'est pas complet et le futur est complètement bloqué, avait confirmé la gitane. »


Le petit être avait compris que quelque chose n'allait pas avec lui. Par exemple, à chaque fois que son dresseur essayait de l'appeler, il y avait un blocage qui empêchait un lien précis de s’établir entre les deux compagnons. Le monstre ne se sentait pas à l'aise et accompagné. Il était comme enfermé dans une bulle de solitude créée par la seule personne de lui-même :

« -Tu ne manges pas ? lui demanda son dresseur. »

La créature se tourna vers son maître d'un air triste pour ensuite immédiatement baisser la tête. Son regard était coloré d'un bleu foncé assez lourd :

« -Ça ne va pas ? questionna Lancio. Tu n’as même pas touché à ton assiette. Tu dois manger un peu.

-Tout va bien ? se mêla Naël. Qu'y a-t-il ?

-Il ne veut pas se nourrir. Tu crois qu'il est malade ?
-Hmmm… Peu probable. Je pense plutôt qu'il a peine à se remettre des évènements récents. Les enlèvements sont parfois de dures épreuves. C'est tout à fait normal d'ailleurs. J'ai eu dans mon passé des cas pareils. Des Pokémon ou leurs dresseurs qui ne savaient plus manger à cause des batailles acharnées qu'ils menaient. Maintenant, je ne suis plus au cœur de ces tourments depuis que j'ai acquis une nouvelle réputation.

-Ah tiens ! Quel genre de réputation ? s'intéressa le gamin.

-… . »


Hahahahahahaha. On n'écoute pas les discussions à travers la porte mes chers. Tout de même ce que Naël va révéler à Lancio sera… et bien… un mensonge ou plutôt une vérité en cachant une autre. En tout cas, le jeune garçon voyait bien que ça n'était pas l'enlèvement qui tourmentait sa créature. Il se sentait concerné… Enfin soit, j'intervenais juste pour vous embêter et casser toute l'ambiance. Le pire c'est que vous osez regarder par les trous de serrure. Pervers ! Hahahaha. Rigolez, ça vous fera du bien… ou du mal. Hahahahahaha.

« -Une réputation du genre… du genre… . C'est difficile à expliquer, reprit le général, disons que je suis forgeron pour l'instant.

-C'est tout ? Tu es… forgeron ? s'étonna le garçon.

-A peu près oui.

-Si tu le dis… C’est vrai que tu as une facilité à choisir les bonnes armes. J'imagine que c'est la même chose pour leur création. »

A lui-même, Lancio se disait que si lui pouvait mentir à Naël pourquoi ce même ne pourrait pas en faire autant. La calomnie se sentait à plus de vingt pas. C'était indéniable. Le militaire n'était pas complet dans ses propos.

Hahahahaha. Même s’ils s’entendent bien, on voit bien que Lancio et Naël ne sont pas les meilleurs amis du monde non-plus. Ils se sentent bien ensemble mais le futur leur réserve… Je ne vous dis rien pour le moment mais j'imagine que vous vous doutez bien de ce qu'il adviendra d'eux. Hahahahahahaha. Contrairement à ce qu'on peut croire sur moi, les liens m’unissant à Bouffonnette sont extrêmement plus forts que ceux de l’amitié. Ça va plus loin, beaucoup plus loin que ça. Je me rappellerais toujours de notre rencontre. C'était en automne, quelques temps avant l'hiver. Il faisait doux pour une fois. Oui, en ces temps, la météo était très agaçante sauf ce jour-là. J'essaye de me rappeler à quand ça remonte mais ça fait tellement longtemps. Je ne sais même plus quel est mon âge. Je dois bien avoir un bon demi-millénaire d'années. Mais ça ne se demande pas, voyons. Il n'empêche, je n'ai pas une ride. Hahaha. Vive l’éternité ! Hahahahahahaha.

Enfin ! Le repas était enfin terminé. Ce n'était pas trop tôt. Le ventre plein, Lancio se leva et se dirigea vers le comptoir pour remercier l'aubergiste de la qualité des services offerts. Naël, la panse lourde aussi, resta assis à se curer les dents avec un petit morceau de bois de la table. Alors que le jeune voyait son hôte arriver, le général commençait dorénavant à nettoyer sa pipe pour fumer un peu de ces herbes d'origine orientale. La créature, quant à elle, avait pris la place de Lancio et somnolait désormais, sur sa chaise. L’ambiance était calme. Rien ne se passait. Tout le monde digérait et prenait son plat plaisir dans l'auberge. Même les pas de notre héros revenant à table étaient imperceptibles. Ce fut sa petite voix qui vint briser ce silence :

« -Je n'arrive pas à digérer. J'ai mal au ventre, dit-il au général.

-Je ne comprends pas. Le repas était assez sain pourtant, s’étonna Naël, d'accord, il y avait une quantité énorme d'Anchwatt mais bon,…

-Tu n'aurais pas un remède contre ces maux d'estomac ?

-Tu veux fumer ? rétorqua ironiquement le militaire en lui tendant sa pipe.

-Sans façon, répondit gentiment Lancio commençant à baisser la voix. Je préfèrerais faire… un tour dehors.

-Et bien, vas-y.

-Je voudrais que tu m’accompagnes.

-T'es pas un peu embêtant, toi. On est vraiment obligé de sortir ? »

La bouille attristée du jeune répondit à sa question :

« - Haaan. Ça va, ça va, on va y aller… Prends ton sac, on va te faire plaisir et sortir faire un tour.

-D'accord. J'ai déjà mon sac. On peut donc partir. De plus, euh… mon Pokémon est prêt aussi.

-C'est tout bon, cria le général, on y va !

-Au revoir, glissa l'aubergiste avant de voir se refermer la porte derrière nos héros. »

Leurs pas les menèrent devant l'allée de l'auberge. Ils ne savaient pas trop où aller mais Lancio, suivant son instinct prit la marche vers la gauche. Naël et la mystérieuse créature le suivirent d'un pas maladroit au début mais sûr et fier en plein cours :

« Où veux-tu aller Lancio ? questionna le général.

-Je ne sais pas trop… Tu me conseillerais d'aller où ? demanda le jeune.

-Je ne connais pas grand-chose de Classifika. Je ne viens ici que très rarement. Certaines fois, c'est pour rendre visite à Rita, d'autres fois c'est pour me ravitailler lorsque je dois venir dans la région centrale. Je …

-Voilà ! Tu parles de région centrale et on n’en connaît pas grand-chose. Trouvons une bibliothèque !

-Classifika étant une petite ville, je ne suis pas complètement sûr qu'il y ait une bibliothèque. On peut toujours chercher cela dit. Et s'il n'y en a pas, on peut aller chez Rita, déclara Naël.

-Ou chez Ikaïn, se trahit innocemment Lancio.

-Chez qui ? »

Bêtises. Sottises. Folie. Le jeune garçon s'était retenu et avait fait une promesse à lui-même pour, en fin de compte, lâchement perdre une honnête parole :

« Chez qui ? insista le général tout ouïe et suspicieux à en mourir.

-Quoi ? essaya de rattraper le jouvenceau s'étant fait les gros yeux à lui-même.

-Et bien, de qui as-tu parlé ?

-Qu'as-tu compris ? Je n'ai parlé de personne en particulier, sua l'enfoncé dans les problèmes. Tu dois vieillir, rit-il.

-Je n'ai pas plus de trente-cinq ans. Peut-être, trente pour être précis… Alors ?

-Sérieusement, continua à mentir Lancio, je n'ai vraiment rien dit.

-Tsss… Bagatelles mais bon, je le saurai un moment ou un autre. »

Hahahahahahahahaha. Pauvre fou qu'il puisse être ce Lancio. Le nom d'Ikaïn doit rester secret pour le moment. Ça permet de renforcer le suspens sachant que le sorcier sans visage et bien… n'avait pas de visage. Hahahahaha. En tout cas, on peut dire que notre héros avait un sens approfondi de l’improvisation et du spectacle. Hahahahahaha. Je pleure de rire. Bon, ça va, je vous laisse tranquilles. Hahahaha. C'est irrésistible...

Pour répondre aux interrogations de nos héros, oui, il y avait bien une bibliothèque à Classifika. Certes, petite mais présente quand-même. Contrairement à d'autres bâtiments plus miteux, elle n'était pas cachée dans une allée sombre et lugubre mais bien visible aux personnes marchant devant. En effet, elle se trouvait un tout petit peu plus bas de la citadelle du seigneur. En fait, la bâtisse n'était qu’une simple et minuscule petite tour, toute de pierres grises bâtie. Quelques vitraux orangers laissaient filtrer la lumière à l'intérieur et rendaient la façade sérieuse indiquant le silence qui occupait les lieux. Ce fut un toit vert foncé qui couronna le tout d'un léger manque de goût du personnel.
Enfin, toujours fut-il que nos héros devaient la trouver, cette bibliothèque. Ils se séparèrent et commencèrent donc à questionner une poignée de personnes quant à la localisation du bâtiment. Lancio, tout joyeux, s'avançait vers les citadins qui, après avoir repéré la gaieté du garçon, répondaient volontiers à toutes ses questions. On lui donna même un Rutereos pour sa gentillesse. Quant à Naël, ses pas lourds et pénibles ainsi que son ventre gargouillant inspiraient aux personnes en contact avec cette attitude un mépris sans retour ainsi qu'un dégoût puissant. Il aurait pu poser n’importe quelle énigme qu'on l'aurait regardé avec un regard hostile couplé à une certaine mauvaise pitié. Il ne reçut pas de Rutereos mais une claque au visage pour s'être adressé comme un bougre à une jeune demoiselle. Du moins, c'était ce qu'elle avait crié avant de partir. En même temps, le général était fatigué pour on ne sait quelles raisons et suivre Lancio alors que sa forme se trouvait amoindrie, l'épuisait plus :

« Un lit. Juste un bon lit, pensa-t-il tout bas. »

Cette envie pouvait aussi venir de sa pénible digestion. Sans étonnement, le général avait beaucoup trop mangé à l'auberge. À chaque fois qu'une assiette lui était servie, il ne l'avait pas finie qu'il en redemandait encore une. Sa respiration faisait ressortir son ventre bombé de nourriture qui bientôt allait retrouver sa forme normale. Revenons-en quand-même à la bibliothèque. Nos héros, après leurs interrogatoires de citoyen se réunirent juste devant les portes du lieu concerné :

« -Alors, tu l’as trouvée facilement la bibliothèque ? demanda Lancio à Naël.

-C'est à peine si on me répondait, déclara le général. J'ai même reçu une gifle.

-Tiens ! C’est étrange. Les citadins ont été très sympathiques avec moi. On m'a même donné un Rutereos, s'étonna le gamin.

-Tu en as de la chance, bâilla Naël. Rien ne s'est passé pendant cette courte séparation ? questionna-t-il

-Sérieusement Naël ? En si peu de temps… Enfin, on va pas passer l'après-midi ici. On rentre ?

-Entendu. »

Hahahahaha. Une gifle. Hahaha. Une gifle. J'imagine qu'il l'avait bien méritée. C'est amusant, je ris bien avec vous. Vous allez délirer comme moi. Hahahaha. Bon, bon, on va se calmer et continuer. Hahaha. Je ne saurais pas…

Devant la porte se trouvaient deux jeunes discutant des actualités et de leurs lectures. L’un, aux cheveux roux, devait avoir l'âge de Lancio, l'autre, au crâne recouvert de fils capillaires noirs, avaient quelques années de plus :

« -Tu as entendu la dernière ? demanda le plus jeune.

-Ça dépend de quoi tu parles, répondit l'autre.

-L'un de l'Ordre est en ville, se réjouit l'informateur.

-Ah bon ! s'intéressa le plus vieux. J’espère qu’il va nous sauver ! Mais… c'est lequel ?

-On ne sait pas… Tout le monde dit que c'est celui… »

Naël voyant que Lancio était intéressé par leur discussion l'interrompit :

« De quoi parlez-vous ? introduisit directement le général.

-Euh… Bonjour déjà, se lamenta le plus vieux.

-Mouais, lança Naël d'un regard noir qu'il ne fallait en aucun cas défier.

-Et bien, on parlait de l’Ordre des Légendaires. Il paraît que l'un d'entre eux est en ville.

-Ah bon ! C'est quoi ? se mêla Lancio surgissant de derrière l'épaule de son maître.

-Tu m'as fait peur, s'écria le plus vieux, avais-tu vraiment besoin de sortir de derrière son épaule ainsi sans prévenir.

-Pardon, s'excusa l'apeurant.

-Enfin soit, reprit l'apeuré, pourquoi est-ce qu'on vous le dirait ? C’est à vous d'aller à la bibliothèque.

-Tu pourrais quand-même leur dire, s'insurgea le plus jeune des deux.

-Je n'ai plus rien à leur faire savoir, gronda l’impétueux, je n'ai pas le savoir absolu. Ils n’ont qu'à entrer dans la bibliothèque et lire quelques livres.

-Mais…

-Tout de même, on doit y aller, continua celui aux cheveux noirs. Je ne vous dit pas au revoir, sourit-il sarcastiquement à Naël. »

Ni une, ni deux et sans demander son reste, il s'en alla croyant être suivi du petit roux :

« -Excusez-le, mon frère n'est pas très… très…, enfin, il n'est pas en forme en ces temps, avec tous ces meurtres..., se fit excuser le jeune. Je dois vous laisser. Au revoir.

-Au revoir, répondirent Naël et Lancio fiers de voir qu'un membre d'une famille puisse en rattraper un autre.

-C’est mignon la famille…, se ravit le général. Allez, on entre. Après tout, ils nous l'ont conseillé ces deux zigotos. »

Nos héros poussèrent la porte pour enfin pénétrer dans les lieux. Contrairement aux apparences, l'endroit était immense. Pour une petite tour, il y avait de quoi passer sa vie à l'intérieur. Tout était de bois sauf les murs en pierre et la réception dont le bureau s'était sculpté dans le marbre. Cinq étages, tous remplis de livres, élevaient le bâtiment à une hauteur incalculable. Des bouquins allant du plus piètre roman au vieux grimoire décoraient de leurs couleurs les étagères. Certains avaient des couvertures roses, en cuir d'Écrémeuh, d'autres allaient dans les tons verts craie en laine de Doudouvet, même l'un changeait de couleur puisqu'il était fait en peau de Kecleon. D'autres couvertures se recouvraient de plumes de tous Pokémon volants. Leurs pages étaient soit faites en parchemin soit en papyrus ou encore sur un support dont le nom échappait à tous. Chaque meuble comptait en lui au moins un livre. Il était même difficile de marcher car les ouvrages formaient sur le sol un genre de labyrinthe impossible à enjamber. Le rez-de-chaussée était en un désordre abominable contrairement aux paliers supérieurs qui, occupant la circonférence de la tour, laissaient moins d'espace pour le chaos. Les étagères ayant peine à contenir tous les livres étaient disposées comme des dominos prêts à provoquer une réaction en chaîne en tombant. Des tables en bois pouvaient accueillir tout bon lecteur à faire les recherches dont il avait besoin. En général, une petite chandelle était posée sur chacune d'entre elles pour éclairer les liseurs nocturnes. Les vitraux oranges basiques reliés par du fin métal noir filtraient une lumière spéciale rendant les lieux plus savants que normalement. Des portes s'emmuraient dans les parois de la bibliothèque menant à une terrasse extérieure ou à des pièces intérieures plus isolées. Tous visiteurs pouvaient lire les livres leur faisant envie dans la sérénité la plus complète. Certains tournaient les pages lentement témoignant de leur vitesse de lecture, d'autres avaient le nez plongé dans l'histoire entre leurs mains, encore y en avait-il qui s'inventaient du bruit et ordonnaient le silence immédiat. Bien sûr, quelques rares portaient de lunettes, trop chères pour les autres. Pour accueillir les visiteurs, deux statues de Noarfang se tournaient vers l'entrée. L'un avait les ailes ouvertes et la tête droite, l'autre n'était pas en position de vol et avait la figure distordue.

Naël et Lancio n'en revinrent pas. Des livres, des livres à perte de vue. Le regard en l'air, ils se frayèrent maladroitement un chemin à travers le dédale de bouquins recouvrant le sol. Leur émerveillement fut tel qu'ils n'entendirent même pas le bibliothécaire leur parler :

« Bonjour, leur dit-il. En quoi puis-je vous aider ?
-… »

La réponse du silence n’étant pas à sa convenance, il reposa sa question en haussant le ton :

« En quoi puis-je vous aider ? »

L'information parvint enfin aux oreilles de Lancio et de sa créature remarquant le réceptionniste. Ce même n'était pas très grand et bien en chair. Il avait des cheveux légèrement bouclés, courts et noirs dont quelques nuances grisâtres ressortaient. Vieux, certes mais habile tout de même. Quelques rides et pattes d'oie témoignaient de son âge et de son intelligence. Étrangement, il n'était pas pauvre et avait des moyens car il portait des lunettes. Il adressa un sourire au dresseur et à son monstre qui lui renvoyèrent la pareille :

« Je vous écoute, parla le bibliothécaire.

-Et bien…, commença le jeune. Pour faire court, nous recherchons des informations à propos de la ville et surtout de la région et de son histoire. »

La créature approuva et sourit au réceptionniste reprenant la parole :

« Un sujet vaste… J'ai bien des centaines de livres sur Classifika et Origue.

-Je vous demande pardon ? posa Lancio.

-Et bien, j'ai beaucoup de livres sur la ville et la région. Qu'y a-t-il ? Tu ne connaissais pas le nom de l'une d’entre elles ? sympathisa l'homme.

-Qu'est-ce qu’Origue ?

-C'est le nom de notre charmante région. On voit que tu as besoin d'informations… Suis-moi, je vais te guider à travers la bibliothèque, proposa le réceptionniste. Est-ce que l'homme qui rêvasse derrière toi t'accompagne ?

-Euh oui. Oui normalement, dit le jeune garçon en se tournant vers Naël d'une manière dérangée.

-Je vous demanderai donc de me suivre, renchérit le bibliothécaire.

-D'accord. Tu viens Naël ?

-Hein quoi ? lâcha le général en revenant dans la réalité.

-Est-ce que tu viens avec moi ?

-Euh… Non, je vais faire mon propre tour. Surtout prends ton temps. On se rejoint ici quand tu auras fini, fixa-t-il.

-À tout à l'heure, sourit le jeune pour clore la discussion.

-À tantôt. »

Hahahahahaha. Me revoici, me revoilà. Je suis ici et je suis là. Hahaha. Il faut pardonner notre militaire mais le savoir l’impressionne… Maintenant qu'ils sont séparés, il faut savoir lequel des deux nous allons suivre. D'une part nous avons Lancio, jeune homme malin mais peu informé et d'autre part Naël, ancien général d'une trentaine d'années ayant des marques dans la partie orientale de la région. Alors, pour nominer Lancio faites le 1 avec votre sang sur un parchemin. Pour Naël, faites le 2 avec votre sang sur un parchemin. Hahahahaha. Votes annulés. C'est moi qui choisis et nous allons donc continuer sur la ligne de Lancio. Hahahahaha. Quelle folie !

Ce fut à travers des murs de livres de plus en plus haut que notre héros et sa créature guidés par le bibliothécaire s'étaient frayé un chemin. Ils ne marchèrent pas bien longtemps. Le réceptionniste tourna à gauche puis à droite et continua tout droit avant d'ouvrir une grande porte en bois. Une pièce circulaire s'offrait aux yeux de nos héros l'admirant avec majesté. Ce n'était, certes, pas très haut mais le nombre d'étagères et de livres posés dessus atteignaient des records. Des bouquins aux couvertures dorés en passant par d'autres plus colorées pour finir avec du cuir banal remplissaient toute la pièce. Cet endroit regroupait toute l'histoire de la région :

« Voilà. Ici, tu pourras tout savoir sur Origue et si tu cherches bien, tu trouveras des ouvrages sur Classifika, informa le guide au jeune garçon. Je te laisse, j’ai sûrement du travail.

-Attendez ! imposa Lancio. Est-ce que certains d'entre eux parlent des mythes de la région ?

-Bien sûr. Ici, ce n'est pas un endroit on l'on imagine. Ici, on préfère observer et comprendre. C'est de l'histoire.

-Ah d’accord… Et bien, merci pour votre aide, conclut le jeune.

-De rien voyons, finit le vieil homme en refermant la porte. »

Ni une, ni deux, les deux compères se regardèrent brièvement, un sourire malicieux aux yeux, et se jetèrent à travers les meubles. Ils s'étaient mis d'accord sur qui cherche quoi. La créature cherchaient des livres sur la région et Lancio fouillait dans ceux parlant de Classifika, un peu plus rares que les autres. Chacun survolait rapidement les pages d'un bouquin et marquaient les plus pertinentes. Bientôt, à force de déposer des livres sur la grande table en pierre au milieu de la pièce, il n'y avait plus de place pour s'asseoir tranquillement et lire.

Hahahahaha. Je me demande si vous vous êtes posé la question… Oui, celle qui dit :

« Comment ? La créature de Lancio arrive à lire ? »

Hahahaha. C'est épatant mais oui, elle savait lire et comprendre le langage humain. Voilà une créature bien élevée et bien instruite. Hahahahahaha. Comme Bouffonnette…

Après avoir dépouillé les étagères, le jeune dresseur et sa créature se mirent à étudier le sujet plus sérieusement. Chacun prit un livre et commença à s’intéresser aux histoires racontées. Parmi les choix de nos héros se trouvaient des bouquins tout à fait récents et d'autres ayant traversé les siècles. La majorité ne racontait pas beaucoup les origines de Origue. Souvent pouvait-on tomber sur des journaux de bord de militaire ou des explications géographiques et démographiques des terres exploitées. Rien de particulier sur les origines de la région jusqu'à ce que la mystérieuse créature aperçut une étrange phrase écrite sur la quatrième de couverture d’un ouvrage présentant des cartes traversées par le temps :

« Ce que les Ténèbres cachent à tous ne concerne que les Ténèbres. Toi, curieux nous défiant, prouve ton audace et dans cette pièce de l'infini, recherche le vieux savoir bien gardé des mains de la lumière. Sur un papier de bois il a été écrit, dans un coffre en bois il est enfermé. Tous sont innocents mais tous sont coupables. »

Une belle prose que le petit être au regard dorénavant rose cerise montra de suite à son dresseur. En voyant ces mots ainsi alignés, Lancio fit les mêmes gros yeux que son monstre. Que pouvait-ce bien signifier ? Personne n'en savait rien sur le coup. En premier réflexe, nos héros envisagèrent d'aller retrouver Naël et d'écouter son sage avis mais ils craignaient de se perdre dans le bâtiment et d'empirer la chose plus que de l’améliorer. Toute autre aide n'était pas en mesure de faire avancer l'affaire puisque trop éloignée. Enfin, concluant qu'aucun coup de main extérieur n'arriverait, nos deux compères se mirent à décortiquer la phrase seuls :

« Bon, on y va, soupira Lancio. Alors, que pourrait nous dire la première phrase ?… ‘’Ce que les Ténèbres cachent à tous ne concerne que les Ténèbres… ‘’ Il y a une idée de cachette et de secret. Non ? »

Le petit être approuva d'un signe de tête comme pour dire de continuer le raisonnement :

« Quand on lit la deuxième, reprit-il, on voit qu'on s'attend à ce que les curieux trouvent le vieux savoir qui doit être un livre apparemment bien gardé. Ça paraît logique. Mais la troisième qui devrait indiquer l'endroit où le bouquin se trouve est fort vague… Une idée ? tourna-t-il à sa créature lui donnant pour réponse un ‘’non ‘’ de la tête. »

Nos héros réfléchirent plus profondément. Il n'y avait aucun doute, ‘’la pièce de l'infini ‘’ était celle que Lancio et sa créature occupaient car elle était ronde comme les cercles sans fin. ‘’Sur un papier de bois il a été écrit, dans un coffre en bois il est enfermé ‘’. Indéniablement, le livre qu'ils cherchaient se trouvait dans une des étagères en bois. Maintenant, comment le trouver ? Ce fut alors qu'à travers le seul vitrail de la chambre parut un lumineux rayon de soleil. Les nuages dans le ciel s'étaient dissipés laissant à l'astre lointain le rôle de noyer la Terre sous un océan de lumière et de cette manière la réchauffer. Ainsi vint frapper une solution dans la tête du jeune garçon. ‘’Recherche le savoir bien gardé des mains de la lumière… ‘’. Cette citation était pour Lancio la clé. Croyant avoir trouvé, il se leva calmement, se mit de dos contre le vitrail et nota les points d'ombres, là où l'éclairage ne passait pas. Bizarrement, les bibliothèques étaient agencées d'une manière à toutes recevoir les bonnes grâces du soleil sauf une. La recluse n'était pourtant pas installée plus loin des autres mais par sa petite taille, elle était refroidie dans les ténèbres à attendre désespérément un nettoyage des poussières posées sur ses planches. Lancio, après l’avoir remarquée non pas sans difficulté, fit signe à sa créature de le suivre. Tous deux se dirigèrent vers le meuble comme s'il était hanté d'une présence maléfique. Enfin, ils purent mieux la distinguer. L'armoire à livre ne contenait pas beaucoup d'ouvrages. Elle était sale et miteuse. Cependant, le menuisier l'ayant construite avait fait un bon travail endurant. Tous les bords du meuble étaient épais et l'humidité les avait encore enflés. On se demanderait comment cette étagère tenait encore debout. Sûrement un miracle, de quoi en faire justement une œuvre d'art… Enfin soit, rien de bien palpitant si ce n’était sa survie. Lancio prit une immense bouffée d'air et souffla sur le petit meuble. Toutes les poussières l'envahissant volèrent et restèrent en suspension dans l'espace faisant éternuer la créature du jeune. Le gamin continua et essaya de pousser la bibliothèque vers la lumière mais rien, elle ne voulait pas bouger. Il retenta avec l'aide de son compagnon mais sans succès. Nul besoin de douceur, il passa donc à la manière forte :

« Utilise Puissance Cachée ! ordonna-t-il à son monstre »

Le petit être, après un signe d’approbation, s'entoura d'une aura rosée qu'il s'empressa de projeter contre l'étagère. À part un gros amas de fumée de bois difficile à débarrasser, la bibliothèque n'avait pas bougé d’un piètre poil. Rien. Elle n'avait même pas cédé tellement ses parois protectrices avaient acquis un volume et une résistance incroyables. Nos deux compagnons furent stupéfaits de cette ténacité :

« Pourrais-tu utiliser encore une fois Puissance Cachée ? »

Un signe de tête du petit être mystérieux approuva cette demande. Cependant, il y eut le même scénario. Préparation offensive, attaque, fumée et rien de déplacé :

« C'est pas trop grave, rassura Lancio. Pourrais-tu m’amener une chandelle allumée ? »

Ainsi fit la créature. Elle saisit la bougie bientôt complètement fondue sur la table, rechercha de quoi l'allumer et illumina la tige d'une flamme oranger pour enfin, la tendre à son dresseur :

« Merci, lui dit-il sans trop faire attention. »

Le petit être en resta indifférent mais fier quand-même. Ils observèrent donc cette armoire de plus près sans grand succès. Rien ne se révélait à eux. Lancio avait beau regardé la bibliothèque dans tous les sens, dans tous les coins et recoins… Rien du tout :

« C'est sans espoir, pensa le garçon. »

Ce fut alors qu'un minuscule, piètre et insignifiant petit grain de poussière absent un moment voltigea à travers l'air. Lentement flottant, il atteignit bientôt le nez de la créature de notre héros. S'étant fait aspiré, il se fraya un chemin à travers la muqueuse de l'être et après une ou deux feintes de sortie immédiate, provoqua une micro-tempête afin de se libérer des cils nasaux. En un cri perçant, ce souffle rapide d'air et de morve sortants par l'organe olfactif éteignit de sa puissance la petite flamme dansant sur la chandelle. Ayant aperçu l'absence de lumière, en un regard noir, Lancio montra sa colère à sa créature :

« C’est pas vrai ! On ne va jamais y arriver à ce train là mais si en plus tu t'y mets… On est perdu, se fâcha-t-il. »

Le concerné regarda son maître avec un regard désolé. D’ailleurs, ses yeux s’étaient habillé d’un violet d'évêque bien terne. Le pauvre… Et dire qu'une malicieuse poussière lui avait joué un mauvais coup… La créature fit mine de se confondre en excuses alors que devant elle se trouvait dorénavant l’ultime indice qu'elle fixa avec stupéfaction. ‘’Ce que les Ténèbres cachent à tous ne concerne que les Ténèbres ‘’. Lorsque Lancio coléreux suivit l'angle de vue de son compagnon, il vit se dévoiler enfin et malgré l'ombre une petite languette au pied de la bibliothèque dans laquelle les recherches étaient menées :

« Est-ce que c’était là avant ? pensa le garçon. »

L'ébahissement de son monstre répondit à ses interrogations. Apparemment, cette languette n'existait pas lorsque la bougie était allumée. Les effets pris en compte, le jeune homme se tourna vers son ami, bouche bée en signe de remerciement involontaire. Le petit être avait l'air de sourire d’une manière ironique. En orange fut colorée l'iris de son œil observant maintenant la main de Lancio s'approcher du bas du meuble. Calmement, le jeune dresseur continua l’expédition. Voici qu'il approcha de plus en plus près de la languette. Le temps était comme une éternité. Fallait-il vraiment la tirer ? Enfin, il saisit le petit bout de bois, le tira vers lui et pût entendre un son témoignant l'ouverture d'une porte. La créature toute ouïe analysa l’état dans lequel se trouvait la bibliothèque. Rien de cassé mais à l'intérieur de l'étagère, là où les livres étaient rangés, commençait à s'ouvrir une toute petite porte sur les épaisses extrémités. Lancio rejoignit son compagnon et constata la même chose :

« Hmmm… C'est vraiment étrange, se dit-il. »

Ainsi, il plongea le bout de ses doigts dans les parois jusqu'à toucher ce qui ressemblait à du cuir. D'une forte poigne, il ressortit son butin et l’amena de suite vers la lumière. Sa trouvaille n'était autre qu'un volumineux livre dont la couverture se moisissait légèrement et dont les pages s'allégeaient de jour en jour. D'ailleurs, le support d'écriture était fait en bois trempé très finement découpé. Le bouquin n'avait pas de titre, malheureusement. Méticuleusement, Lancio l'ouvrit à la première page et pût lire d’anciens écrits dont chaque début se décorait d'enluminures presque vivantes. Les caractères étaient précisément exécutés. Ils avaient tous la même taille et le même style. À voix haute le jeune garçon commença…

Hahahahahahaha. Personnellement, j'ai usé de pareils stratagèmes pour cacher un livre cher. Je pense que les bouquins doivent rester où ils se trouvent c’est-à-dire dans une bibliothèque. Hahahaha. Je parle du meuble bien sûr. Il n'empêche, je n'avais jamais pensé à cacher un de mes précieux ouvrages directement dans les bords épaissis d'un meuble. À croire que… Hahahaha. J'imagine que vous voulez plus. Nous allons donc continuer. Hahahahaha.

À voix haute le jeune garçon commença :

« Au commencement, avant même la création de l'Homme, vivaient sur une terre inconnue trois jeunes divinités. On ignorait tout sut eux. On ne savait ni leurs noms ni leurs intentions. Par contre, ils s'amusaient, riaient, jouaient et profitaient de leur enfance. Ils créaient ensemble une harmonie paisible dans leur monde. Ils profitaient d'être et de pouvoir être. Cependant, ils ne purent échapper au Temps courant. Oui, celui-ci était leur père qui les avait recueillis en son domaine. Au début, cette entité était brave et aimait voir s'amuser ceux qu'il avait accueillis mais à force, il vint en lui se créer une monotonie sans retour ainsi que d'autres envies obscures destructrices. Il laissa donc s'échapper un peu de sable du temps et ne remarqua même pas ses enfants grandir et lui vieillir. Ses jeunes devinrent de magnifiques adultes fort bien constitués et capables de raisonner intelligemment. Lui, devint aigri et vieilli de ses expériences. Il fut ainsi satisfait de voir ses terres calmes et tranquilles car ses enfants ne s'amusaient plus comme avant. Ils préféraient plutôt réfléchir posément et aider leur paternel si besoin était. Certes, ils ne s'amusaient plus comme jadis mais avaient continué à entretenir leur amitié d'une manière différente. Cependant, leur père commençant à jouir de son acte ne cessant de faire accroître le mal dans son cœur. Personne ne savait qui avait planté cette graine de malice pourtant. Ainsi, sachant qu'un grand pouvoir implique de grandes responsabilités, il sépara ses trois enfants adoptifs en leur donnant un domaine de règne. À l'un fut donné ce que l’on nomma la Lumière et tout ce qui pourrait être complémentaire. Un autre reçut le pouvoir de commander ce qui s’appela les Ténèbres ainsi que des opposés. Le dernier, lui, resta comme il était. On ne lui donna que la terre inconnue sur laquelle il se trouvait avec sa famille. Là, il avait tout pouvoir comme son père. Désormais meilleurs dieux, ils ne virent pas les changements dans le cœur de leur paternel. Trop occupés à découvrir ce qu'ils pouvaient faire, ils lui donnaient ce que le corrompu attendait : la solitude. De par cela, le Temps courant glaçait lui-même son cœur bientôt gelé et dont même les plus pures flammes n'y pourront plus rien. Ce fut un jour de paix où les jeunes divinités étaient tranquilles qu'ils se rendirent compte de l’état de leur père. Ses yeux étaient pâles et plein de mal et d’ennui. Ils lui posèrent toute sorte de questions mais il n'y répondit pas. On le calma, le câlina mais rien à faire. Toute tentative de fonte de glace autour du cœur était inutile. Ça renforçait presque la dureté du froid. Ils partirent et recherchèrent un moyen pour aider leur père. Ils se creusèrent la tête jusqu'à trouver la bonne solution. Se mettant d'accord, en ni une ni deux, ils se mirent en cercle, s'assirent sur l'herbe et commencèrent. L'un prit de la lumière de son domaine, un autre, les ténèbres et le dernier alla chercher un objet cher à ses yeux. Ils mélangèrent le tout et le scellèrent avec de grandes tiges de lierre. Ensemble, ils récitèrent un chant joyeux à s'en briser les côtes. Ainsi, le mélange se transforma. D'abord deux minuscules oreilles pointues et ensuite se rajouta une longue queue et deux petites mains ainsi que deux petits pieds. Deux grands yeux bleus s'ouvrirent et aux jeunes divinités se révéla un être dont la couleur de peau était inspirée par les Ténèbres. Son nom fut Mew. Cette fabuleuse créature fut envoyée auprès du père corrompu. Lorsqu'il vit le petit être, il sauta d'étonnement. Il ne savait pas ce que c’était. Du moins, il n'avait jamais vu pareille chose dans ses champs. La créature rose s'approcha calmement vers lui et pinça son nez pour ensuite fuir. Le Temps courant effaré se mit à sa poursuite et petit à petit ils commencèrent à jouer sans trop le vouloir à un jeu. La glace autour du cœur du père fondit. Il commença ensuite à vivre une grande amitié avec Mew. Les jeunes dieux en furent ravis… »

Lancio se racla la gorge avant de continuer.

Hahahahahaha. Vous aimez ce petit mythe sans détail ? Et bien pas moi. Je le trouve trop joyeux. Ça n'a pas de sens à mes yeux. C'est une histoire vraiment stupide mais bon, je dois y passer pour poursuivre.

Lancio se racla la gorge avant de continuer :

« … Un beau jour, alors que Mew et son maître jouaient ensemble, les trois divinités vinrent lui demander une faveur. En réalité, voir que leur père avait un compagnon différent de lui, les enviait. Ils en voulaient aussi mais ne savaient plus en créer. Le Temps courant, trop occupé à s'amuser avec Mew ne fit même pas attention à eux. Ils repartirent déçus mais pas découragés. Chaque jour ils revinrent jusqu'à ce que leur père décident de les aider. Malheureusement, il ne le ferait jamais. Ce fut un soir où tous dormaient paisiblement que vint Mew se révéler aux trois divinités. Il leur proposa son aide de suite acceptée. Sans attendre, le petit être rose retourna chez son maître et lui déroba un os de son squelette. Mew l'observa fixement et à mesure qu'il le regardait, l'os s'effaçait. La créature rose commença à activer sa vraie capacité. Elle prit l'apparence de son maître et copia ses pouvoirs avec lequel elle se mit à pondre un immense et magnifique œuf bien blanc. Mew le couva en secret, hors de vue de son maître. Lorsqu'il ne savait pas le couver, il demandait à une des trois divinités de le faire pour lui. Ainsi, une nuit, l'œuf éclot. Il révéla un être à l'allure majestueuse, dont la couleur blanche immaculée relevait la justice. Il marchait sur quatre pattes et portait une couronne autour de son abdomen. Son regard était des plus apeurant. On l'appela Arceus, légende de l'univers. Les trois dieux et Mew expliquèrent la cause de sa naissance à la nouvelle créature. Elle en fut reconnaissante et se mit au service de ses maîtres. Très fiers de ce qu'était Arceus, les trois divinités se mirent elles aussi au travail. Les deux créatures expliquèrent qu'ils pouvaient créer des êtres semblables à eux ainsi qu'une terre où ils vivraient. Les dieux leur firent comprendre qu'ils pouvaient créer des créatures semblables à eux, un rien plus faibles mais bien vivantes ainsi qu'une terre aussi. La seule chose qu'il fallait savoir était que l'on ne crée pas un monde sans rien. Il fallait un matériau de base qui soit assez puissant. Ils en essayèrent plusieurs mais aucun ne résistèrent à leurs pouvoirs. Désespérés, ils ne savaient plus quoi faire. Soudain, dans l'obscurité de la nuit parut le père très en colère. Il ne revint pas d'une telle trahison de la part de son compagnon. Son cœur n'en durcit pas mais sa colère le rendait apeurant. Ses enfants essayèrent de le calmer mais rien. Il ne voulait toujours pas les entendre. Mew essaya, lui aussi mais n'y arriva pas. Ce fut alors qu'Arceus protégea les enfants de la violence de leur père. Le Temps courant voyant qu'un nouvel être inconnu s'était présenté, tut son ire et sourit. Arceus lui expliqua la vérité et les trois jeunes dieux approuvèrent. Le père compréhensif ouvrit son cœur. Certes, il reprocha à ses enfants tout ce qu'ils ont fait dans son dos mais il se punit lui aussi de ne pas les avoir entendu. Reconnaissant pour ce qu'ont fait les trois divinités afin de sauver auparavant son cœur, il se proposa comme ultime matériau de leur création. Personne ne le crut. Ce furent ses derniers remerciements qui confirmèrent son souhait. Les larmes aux yeux, ses enfants acceptèrent sa dernière volonté. Lui qui avait vécu d'incroyables expériences. En dernière_ parol____ il révéla_____ noms. Le dieu___ Lumi___ se nommait Ka___. Celui des Ténè____ , M______. Et celui des ter___ sacrées, Hy___dr__. »

Lancio n'arriva plus à lire le bas de la page. Il y avait une immense plaque de moisissure. Naturellement, il la tourna et reprit la lecture :

« En pleurant, les trois dieux rejoignirent Mew et Arceus pour la dernière volonté de leur père. Ils réunirent leurs pouvoirs et à partir du Temps courant créèrent multitudes d'astres et autres corps célestes. Une infinité de cristaux pures décorait la voûte de ce qu'ils appelèrent Espace. Le corps du Temps courant et son sable temporel se réincarnèrent sous la forme ce qu'ils appelèrent Temps. Arceus et Mew se concentrèrent afin de créer un être représentant l’Espace et un autre, le Temps. Le dieu des Ténèbres accepta de s'occuper de ces deux opposés. Les deux créatures suprêmes continuèrent et créèrent un être capable de neutraliser le Temps et l’Espace. Ils l'enfermèrent dans un monde différent du leur et distordu. Le premier trio des légendes fut formé. Le Temps fut nommé Dialga, l’Espace, Palkia et la Distorsion, Giratina. Ce triumvirat en fut reconnaissant et aida Mew et Arceus à continuer. Cependant, les trois divinités firent comprendre que c'était à leur tour de créer. Ils choisirent une planète parmi tant d'autres qu'ils avaient faites. Ils désignèrent un astre tout de bleu englobé. Il fut appelé Terre et dessus se copiaient des lieux pareils au monde divin. Le trio divin poursuivit et créa une créature plus ou moins semblable à eux capable de raisonner. Ils le modelèrent à partir de la moelle de leur père. Cette créature fut nommée Humain et on le plaça sur Terre. On donna à cet Humain un Esprit et une Force tous deux maîtrisés par une Âme. Arceus et Mew reprirent la main et commencèrent à nommer leurs pouvoirs. Celui de Mew fut désigné Psy, celui d'Arceus, Normal. Dialga reçut Acier et Dragon, Palkia fut honoré par Eau et Dragon tandis que Giratina se contenta de Spectre Dragon. Ils appelèrent ces pouvoirs Types. Ils en créèrent dix-huit, chacun dont les propriétés différaient. Les trois dieux s'inspirant de ce nombre rajoutèrent dix-huit humains sur Terre. Chacun avait le pouvoir sur un type :
L'un maîtrisait le feu et son pouvoir destructeur. Un deuxième connaissait l'eau et son calme. Un autre se contentait des plantes et de leurs dons apaisants. On donna au quatrième le pouvoir sur les dragons et leurs colères. On couronna le cinquième de foudre et d'électricité. Le sixième se réjouit du pouvoir de l'acier et savait créer des objets à partir de ce matériau. Ce même forgea à ses créateurs trois choses appelées armes en guise de symboles. Il donna à la Lumière une longue épée et une armure d'or. Les Ténèbres reçurent un étrange bâton et un long manteau protecteur ainsi qu'un masque noir et argenté jamais porté. Le dernier se fit offrir une fourche pouvant se transformer en trident ou en lance ainsi qu'un bouclier. Ils en furent satisfaits et continuèrent à distribuer des domaines aux dix-huit humains récemment crées. Le septième savait maîtriser les sols et toutes les pressions terriennes. Les pierres, les montagnes et les rochers furent confiés au huitième. Le neuvième vit les manières de soigner et surtout le poison. Au dixième, on enseigna les arts du physique et on le gâta d'une force surhumaine. Le onzième était gelé et froid comme un cadavre tellement il créait des stalactites. Le bruit et les rassemblements furent organisés par le douzième aux amis insectes. Le treizième était ce qu'il y avait de plus normal mais redoutable par ses feintes. L'air et le ciel furent offerts au quatorzième que l'on dota d'ailes merveilleuses. Le quinzième et le seizième étaient spécialement crées par le dieu de Lumière. L'un manipulait l'esprit et sortait le jour avec ses pouvoirs de lévitation tandis que l'autre fut couronné de magie et d'enchantement ainsi que d'une baguette. Le dieu des Ténèbres se réserva les deux derniers, le lâche communiquant avec les morts et le dévoué s'occupant du domaine de son maître autrement dit, la nuit, les ombres et les illusions. Cette assemblée fut appelée l’Ordre des Légendaires composée de dix-huit cavaliers typiques. Tous furent reconnaissants envers leurs créateurs sauf un, le délaissé, le premier humain, celui qui a inspiré les dix-huit autres. On ne lui donna rien si ce n'était que le devoir de protéger ses congénères et surtout son frère. En effet, sa famille se résumait au dix-huitième cavalier, celui qui maîtrisait les Ténèbres…
Le tour fut donné à Mew, Arceus et au trio espace-temps. Fatigués de créer, ils composèrent un être capable d’insuffler la vie. On l'appela Xerneas, l’existence. Il reçut un être capable de rivaliser avec ses pouvoirs. On le nomma Yveltal, l'annihilation. De peur qu'ils deviennent ennemis, Dialga, Palkia et Giratina proposèrent de créer une créature pouvant les départager. On fit donc une balance entre les deux qui protégerait la Terre des abus créatifs ou destructifs. Ce pendant fut désigné comme Zygarde, l'équilibre. Un nouveau trio fut né. Son rôle se résumait à créer ou à détruire. Ces pouvoirs étant immenses ont les leur donna pendant des cycles de 3000 ans qui se renouvelleraient à chaque fois que le besoin se faisait sentir. Ainsi la tâche fut plus aisée. Mew, Arceus, Dialga, Palkia, Giratina, Xerneas, Yveltal et Zygarde se mirent d'accord pour continuer. À partir d'une partie du cerveau du Temps courant, ils créèrent une multitude de créatures toutes plus différentes les unes des autres. On les appela Pokémon et chacun d'entre eux avait le rôle de peupler la Terre avec les humains et de cohabiter avec. Les trois dieux conseillèrent, pour donner un exemple, de donner à chaque membre de l’ordre des Légendaires un Pokémon au type pur afin de pouvoir créer des liens entre les deux espèces de créatures. Les divins n’en prirent pas. Ils se contentèrent de leur alliance avec les Pokémon mythiques.
Mew proposa d'offrir le contrôle des continents et des sécheresses à un Pokémon Sol nommé Groudon. Kyogre fut celui à qui on donna l'administration des océans et des pluies. Le ciel et les vents furent présentés à un Dragon, Rayquaza. D'autres Pokémon de légendes furent crée et eux-mêmes en créaient d'autres. Notamment Regigigas qui établit Regirock, Regice et Registeel, des golems aptes à l'aider dans ses tâches. Il y eut Manaphy, prince des mers et ses valets, des Phione. L'esprit et l'idéal furent représentés par Zekrom, le physique et la réalité par Reshiram et l'âme et la frontière des mondes par Kyurem, trois dragons impressionnants. Chaque domaine fut confié à un Pokémon plus puissant que les autres, capable de tenir sous le joug de son propre pouvoir. On plaça les humains et les Pokémon sur le seul continent disponible sur la Terre. Les dieux appelèrent ce territoire Origue, l'un des nombreux noms du Temps courant. »

Lancio s'interrompit. Il s'avança vers le vitrail et regarda dehors. L'après-midi semblait infinie. Le soleil ne voulait pas se coucher. Il devait être quatre heure de l'après-midi. La créature du dresseur d'un rien dérangé par la coupure soudaine de la lecture du livre, fit comprendre à son maître de continuer. Le jeune garçon sourit et retourna s’asseoir pour reprendre enfin l'animation calme.

Hahahaha. C'est lourd n'est-pas. Personnellement, je n'aime pas trop le style d’écriture des textes sacrés. Ceux-ci n'hésitent pas à afficher des répétitions horripilantes et un vocabulaire limité. Preuve de manque d'efforts d'écriture sans quoi l'histoire serait plus agréable à lire. Enfin soit, reprenons la lecture de cet horrible bouquin. Hahahahaha.

Notre héros fit plaisir à sa créature en continuant. Il passa d'abord un immense bloc de pages légèrement abîmées ne décrivant qu'à premières vues, que ce que les dieux et leurs créations s'amusaient à fabriquer. Il reprit sa lecture lorsqu’il vit :

« Tout fut en paix du moins jusqu'à ce que ça soit fini. En dernier lieu, Arceus et Mew créèrent deux Pokémon à l'effigie du dieu de la Lumière et de celui des Ténèbres. L'un était le gardien du ciel comme des dénommés Shaymin et Rayquaza. On donna à cette entité le pouvoir sur la lumière et le jour. Il fut nommé Ho-Oh, éclat des cieux. Ensuite lui vint un frère. Protecteur des abysses avec Manaphy et Kyogre, il n'en était pas moins maître de la nuit. Il fut appelé Lugia, ombre des profondeurs. Trois serviteurs déjà présents sur Terre furent confiés à chacun. Ho-Oh reçut les trois terrestres, Raikou, Entei et Suicune tandis que Lugia se contenta des trois célestes, Électhor, Sulfura et Artikodin. Ces six valets aidaient leurs maîtres désignés à exercer leurs tâches. Protéger le jour et la nuit. Ainsi, le dieu Lumière et le dieu Ténèbres furent heureux et reconnaissants envers Arceus et Mew. Le dieu des terres sacrées ne demanda rien et fut fier pour les deux autres divinités. Ce même était plus reclus sur lui-même et plus solitaire depuis le sacrifice de son père. À dire vrai, seul lui était le vrai fils du Temps courant. Les deux autres n'étaient que des orphelins recrutés par le Temps courant. Ils furent recueillis à deux moments différents par ailleurs.
Après cette création fatigante, les trois divinités demandèrent aux dix-neuf premiers humains de se disperser à travers tout Origue. Ainsi, tous purent se reposer et reprendre une vie normale en toute solidarité avec les créations et les créateurs. Chacun avait son poste et tous devaient le garder.
Les humains commencèrent à peupler la Terre. Ils se reproduisirent jusqu'à n'en voir plus qu'eux. Les Pokémon firent de même et continuèrent à entretenir un lien fort avec les humains.

Sans rien voir, une idée étrange vint à l’esprit de l'ensemble des créatures. Cette idée germa d'abord dans l'esprit du premier humain, celui qui ne faisait pas partie de l’Ordre. Son esprit était mal-tourné. Il en voulait aux divinités de ne pas l'avoir fait cavalier. Une haine se développait en lui de jour en jour. La seule personne qui était hors de son champ malveillant se trouvait être son frère. Ce même bien que membre de l'Ordre, ne reçut pas les médisances de sa famille résumée à une seule personne. Il n'empêchait que les trois divinités avaient donné au premier humain d'inspiration le nom de Genesys, le commencement.
Il prit donc la propre responsabilité de planter le mal dans les cœurs des vivants. La chose ne fut aisée. Tous les terriens s’entendaient entre eux. Il fallait user d'un stratagème qui amuserait tout en divisant…

Pendant ce temps, les trois dieux voyaient que les Pokémon se multipliaient tout comme les humains. Ils commencèrent à convoiter le nombre de créatures légendaires qu'ils avaient faites. Ils décidèrent donc de créer des êtres leur ressemblant encore plus que les humains. Ils allaient fabriquer d’autres dieux aidant les légendes à leurs tâches. Les trois premiers divins se mirent d'accord et chacun choisit de concevoir des enfants. Le dieu des terres sacrées n'en fit qu'un. Il lui enseigna tout ce que le Temps courant lui avait inculqué. Le dieu de la Lumière en fit trois. Il leur partagea le don de ses pouvoirs et chacun prit un domaine que leur parent avait sélectionné pour eux. La divinité des Ténèbres n'en fit pas. Il avait un sens plus serré de la famille et n'avait donc besoin de plus. Les trois enfants de la Lumière prirent les domaines de la Magie Blanche, du Jour et de la Vie. Celui des terres sacrées fut le Savoir et la Sagesse. Ces mêmes divinités refirent des enfants, encore et encore, ne cessant de distribuer les domaines divins encore et encore. Le dieu des Ténèbres ne se fit vraiment aucune progéniture. Il n'aimait pas la façon de les créer si rapide et sans attention. En ayant observé les humains, il avait remarqué qu'un bébé résultait d'un amour fort. Il voulait la même chose. Il se mit donc à l’écriture. Le but de cette action était de montrer le véritable amour. Ce furent dans ses livres qu'apparurent les premières formes d'écriture ainsi que son moyen de créer de vrais enfants. Voici son amusement.

Les humains en prirent de la graine. Ils se mirent aussi à adopter l'écriture des Ténèbres. Leurs idées se diffusèrent. Il était facile pour eux d'écrire car les dieux vivaient physiquement avec eux où sur les terres sacrées. L'apprentissage était facile. Ce fut ainsi que vint un plan diabolique dans l'esprit de Genesys. Il captura d’abord un Pokémon qui correspondait à lui. Il prit des jours pour le trouver, des semaines, même. Il avait besoin d'un allié confident. Dès qu'il fut trouvé, il lui instruisit quelques maîtrises de pouvoirs. Sa créature était l'une de celles qui maîtrisaient le froid. Le vent sortait de son corps encore plus gelé que lorsqu'il était entré. Ses petits yeux bleus et son chapeau le rendaient d'un rien dominateur. Son corps était noir et ses dents, blanches. Genesys se rendit avec son compagnon sur un lieu très fréquenté d’Origue. Son frère l'avait suivi et ce même fut défié par Genesys. Tout le monde se demandait s'il n'était pas fou. Les gens n'avaient dans leur mentalité que l'esprit de solidarité entre eux. Mais Genesys leur montra qu'on pouvait faire beaucoup d'autres choses avec les Pokémon. Ainsi, il démarra le tout premier combat de l'humanité avec son frère. Le cavalier des ténèbres, un peu désarçonné ne suivait pas son adversaire. Ce fut la maîtrise du pouvoir du Pokémon ennemi qui attira l'attention des dieux. Eux aussi étaient surpris mais observaient. Genesys ayant dressé sa bête à sa façon, lui ordonna de lancer une attaque glacée. Personne n’avait jamais vu ça. Le Pokémon de son frère tomba à terre en un peu de souffrance. Tout le monde demanda ce qu'il s'était précisément passé. Genesys expliqua alors le fonctionnement de ce qu'il appelait capacité. Tous consternés restèrent avec lui à demander d’où il sortait cette trouvaille. L'Ordre des Légendaires aussi voulut apprendre. L’orgueil de Genesys le rattrapant, il montra à tous les secrets des Pokémon. D'ailleurs, ces créatures n'étaient pas contre le fait de combattre…
Ainsi, tous se mirent à se combattre les uns les autres. Cette tendance devint populaire. Tous se mirent à dresser leurs Pokémon pour des duels et ces créatures maîtrisaient diverses capacités. Les dresseurs aussi avaient des capacités. Certains étaient magiciens et sorciers tandis que d'autres maîtrisaient des pouvoirs plus insolites, quelques-uns ressemblant à ceux des Pokémon. Les dieux, un peu envieux, leur donnèrent plusieurs endroits appelés arènes où colisées. Les humains se battaient et commençaient à répandre les idées de Genesys partout dans Origue. Les habitants de Origue croyaient que leurs liens allaient évoluer mais tout eut l'effet escompté par Genesys. Ils y eurent en ces temps, d'immenses désolations. Des humains quittaient leurs fidèles compagnons à cause de leur inutilité en combat ou ils se disputaient entre eux en accusant l'un ou l’autre de triche. Les bagarres et la discorde et surtout le mal se répandaient dans Origue en même temps que les idées de Genesys. Les dieux en punirent mais ne purent arrêter les discordes…

Les doctrines de chacun commençaient à diverger. Il fallait les trier. L'Ordre des Légendaires créa innocemment des groupes de personnes guidés par un des dix-huit cavaliers. On appela ce mouvement des Guildes. Chacun se rangea dans l'une d'elles afin d'y trouver des pensées pareilles à celle qu'il avait. Genesys rejoignit celle conduite par le cavalier des ténèbres… »

Le reste étant peu important, Lancio tourna rapidement les pages :

« Mais la situation empira… »

Naël entra dans la pièce où notre héros se trouvait. Le général s'approcha et dit :

« Bon t'as fini ? On n'a pas toute la journée. Si ça continue le soleil va se coucher avant même qu'on t'ais trouvé un deuxième compagnon.

-Oui j'ai fini, répondit le garçon sous une pile de livres à travers laquelle le militaire ne pouvait rien voir. »

Discrètement mais rapidement, le jeune garçon rangea le bouquin qu'il lisait dans son sac. Sa créature l'observa avec un regard mauvais et fâché poussant à la culpabilité. Ses yeux étaient rouges vifs. Lancio lui chuchota :

« Ça va… Tout de même personne à part nous et celui qui l'a caché savait où il était. Ça m'étonnerait que ça soit le bibliothécaire qui l'ait caché là exprès…

-Alors Lancio ! insista Naël.

-Oui, oui, reprit le garçon tout haut. Tu m'aides à ranger ce désordre ?

-Mais on a pas le temps.

-Laissez, je vais le faire, glissa le bibliothécaire qui venait d'arriver. Allez, partez les jeunes, leur dit-il sous un clin d'œil.

-Merci, lâcha le jeune dresseur désormais tiré par Naël. »

Hahahaha. Nous ne sommes pas encore tout à fait débarrasser de ce livre impertinent. Peu importe. Lancio le lira quand il le faudra. Hahahaha. En attendant, je sens que vous aimiez le récit des origines. Je me trompe ? Hahahaha. Il faut cependant noté que face à sa créature, Lancio n'était pas très emballé par l'histoire révélée dans ce bouquin. Seulement, il s'y intéresse encore plus que quiconque l'aurait lu. Il vivait presque la création lorsqu'il le lisait. Hahahaha.

Ils empruntèrent un chemin assez court à travers les grandes armoires à bouquin. La créature de Lancio se plaça encore sur la tête de son dresseur. Elle aimait la sensation que lui procuraient les cheveux de l'adolescent. C'était comme un genre de nid bien chaud et bien grand pour son petit fessier. Ils arrivèrent enfin au comptoir vide du bâtiment. Nos héros n'y firent pas attention mais la créature mystérieuse était un peu déçue par l'attitude de son dresseur ayant volé le livre des origines en quelques sortes. Ils se trouvaient désormais devant la porte de la tour aux bouquins. Naël adopta une marche rapide et entraîna le jeune garçon et son monstre à travers toute la ville. En avançant vite, le général questionna son apprenti :

« Alors ? Qu'as-tu appris à la bibliothèque ? demanda-t-il sur un ton pressé ignorant toute réponse à ses questions.

-Et bien… J'ai appris que la région dans laquelle nous sommes est bel et bien Origue, commença-t-il, j'ai aussi noté ce qu'est l’Ordre des Légendaires, je m'interroge sur les dieux qui ont crée tout et sur les Pokémon de légendes et…

-Hmmm… Intéressant. Tu m'en diras plus un rien plus tard, d'accord. »

Lancio, embêté par le comportement du militaire, accepta de raconter plus tard sa lecture. En même temps, certains points le dérangeaient mais il se tut et se laissa guider. Après multitudes de briques grises passées, il arrivèrent à une des issues des remparts de la ville. En en parlant, les murs entourant Classifika formaient un heptagone régulier sans concavité. Certes ce n’était pas l'une des meilleures techniques défensives stratégiquement mais la ville ne possédait rien d'extravagant pour être attaquée jusqu'à présent. Ce côté extérieur de la ville était très joli. En cette saison, tous les arbres se coloraient de brun et d'orange et il y'en avait beaucoup. Le vent soufflait et des feuilles tombaient. L'air était agréable à inhaler. Le ciel devenu gris, cachant l'astre solaire rendait le tout encore plus doux. Sur le sentier se déroulaient des petits duels de dresseurs passionnés mais débutants. Sans trop vouloir s’en mêler, nos héros se mirent tout de suite à l’ouvrage :

« D'abord, commença Naël, on va t'échauffer. Prends ton épée. Je vais t'apprendre deux-trois techniques d'escrime. »

Lancio sortit de son magnifique fourreau sa lame toute argentée scintillant à la lumière. Le mystérieux petit être la regardait les yeux brillants d'admiration pour son dresseur :

« -Tiens, mets ça sur le bout. Ça évitera de blesser quelqu'un, ajouta le général en offrant à son apprenti un bout de matière molle et collante. Tu le mets au pic de ton épée et ainsi, tu ne feras pas grand mal au touché. »

Le garçon, muet, semblait s'intéresser et comprendre les dires de son maître d'armes. Il s'exécuta et pût ainsi faire continuer les explications de l'homme de guerre :

« -Pour commencer, lors d'un duel, il faut à tout prix avoir plusieurs qualités que tous peuvent vite acquérir. Notamment l’endurance, l'agilité, la technique et surtout la concentration. En effet, pendant un croisement de fer, il est indispensable de penser et d'agir rapidement avec habilité. Dans beaucoup de combats, les épéistes recherchent les erreurs commises par leurs adversaires et en profitent pour en exploiter les points faibles. Viens, tu vas d'abord t'entraîner contre un tronc d'arbre. »

Le garçon suivit le général jusqu'à un grand chêne très fort et rustique ne possédant plus qu'une poignée de feuilles mortes sur ses branches :

« -Bon, ici, c'est simple, introduisit le général, tu dois entraîner tes coups d'estoc. Ta lame étant une rapière souple, tu dois savoir maîtriser les attaques de pointe. »

Ainsi, Lancio commença à s'entraîner sur le tronc de l'arbre face à lui. Naël corrigeait certains des faux mouvements de son apprenti mais ils s'avéraient excellents et majoritairement bien placés. Le général en fut étonné. Son élève apprenait à une vitesse extrêmement élevée. On aurait dit qu'il avait l'escrime dans le sang. Même chose en passant aux versions défensives de la lame. Le garçon s'en sortait à merveille. Le militaire n'en revint pas. Cependant, ce n'était que les mouvements basiques de la garde :

« C'est très bien ! complimenta Naël. Que dirais-tu d'essayer de te défendre face à moi ?

-Euh…

-En garde ! »

Le général ouvrit légèrement sa cape et révéla à son adversaire deux fourreaux attachés à sa ceinture. L'un était fait en acier, l'autre en une matière brune comme du bois ou du cuir. Il sortit du premier une merveilleuse et étincelante rapière. Elle était presque miroir tellement elle renvoyait la lumière :

« Je te présente Héméra, dit tendrement Naël en touchant délicatement la pointe de son arme par le doigt. Elle vient de la région de Sinnoh. Un important cadeau à mes yeux. Je sais, il est peut-être exagéré de donner des noms à ses épées mais je trouve ça important. Vois-tu, c'est comme un fidèle ami. Ça ne te trahit que rarement… »

L'éclatante lame hypnotisait les observateurs. Elle était magnifique. Des gravures et des motifs minuscules s'intégraient dans le métal le rendant plus imaginatif. La finesse de la lame et sa légèreté soulignait sa puissance entre des mains expertes.
Naël reprit et se mit en garde face à Lancio :

« -Je serais clément, s'imposa le général. Je ne vais utiliser que des gestes basiques. Tu les connais. C'est surtout la garde et le coup d'estoc. Utilise ton épée pour te protéger d'un coup d'estoc. C’est l’important. »

Ainsi, sous le regard épaté du monstre mystérieux, ils commencèrent. Ils avaient placé limite à deux troncs d'arbres chacun mis derrière le dos des duellistes. Pour commencer, Lancio se jeta contre Naël avec une myriades de coups d'estoc. Le général, de son agilité et de sa souple lame les bloqua tous et tenta d'en infliger à son élève. Reculant ou avançant par désavantage ou avantage, ils s'échangèrent les mêmes techniques tout le temps. Des sons de métaux rutilants retentissaient dans tout l'espace. Le bruit était tel que l'on avait l'impression d'entendre des carillons tinter sans écho. Lancio recula, il vit qu'il était en mauvaise posture face à son adversaire. Ni une, ni deux, il prit sa position de garde et para les attaques de son maître. Les épées se pliaient à la guise des deux adversaires. Si le jeune épéiste n’avait pas bien bloquer l'offensive, il essayerait d'effectuer de souples mouvements d'esquive avec son corps. Une fois, il sauta. La deuxième, il s’abaissa. Et la troisième, … tous les bruits de croisement de fer s'arrêtèrent. Quelqu'un avait perdu… Malheureusement, Lancio s'était fait touché alors qu'il s'apprêtait à esquiver un coup pour ensuite répliquer par un autre. Sa position lui fit faux. Il n’avait pas adopté la bonne. Le général fit tourner son épée dans sa main plusieurs fois. Les fouettements avec l'air provoquaient des sons secs de victoire facile :

« -Et bien j'ai gagné mais pour un débutant, tu t'es magnifiquement bien battu, conclut le général. La majorité des combats sont courts surtout lorsqu'il y a une différence d'expérience. Je pense que si tu… »

Naël s'interrompit. Il vit que son élève n'était plus attentif à ses explications. La créature de Lancio aussi s'en désintéressait. Leur attention fut porté derrière un arbre. Ils crurent avoir vu un fantôme tout de blanc vêtu lorsque le général parlait. Le jeune dresseur fit signe à son mystérieux compagnon de le suivre. Naël, un rien révolté contre le comportement de son disciple s'intéressa tout de même aux trouvailles de celui-ci. Le pas tremblant d'excitation et d'interrogation, Lancio s'approcha de l'arrière de l'arbre. Lui, prit par la gauche, sa créature par la droite. D'un coup sec de la tête, ils se tournèrent par surprise pour enfin regarder ce mystérieux spectre…

Hahahaha. Houlà, vous avez vu l'heure ? Je dois vous laisser dans le suspens. En tout cas, vous ne pouvez pas vous plaindre de la longueur de ce chapitre. Personnellement, je le trouve meilleur que les précédents malgré la présence d'un mythe sans originalité. Hahaha. À votre avis, quel sera le prochain Pokémon de Lancio ? Hahahaha. Je vous laisse aux devinettes. Au moins, vous savez qu'il est blanc. Hahahaha.
Jellow from the other side !

L'INVASION JELLOW CONTINUE !

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité