[Fanfic] Adaptations

C'est ici que vous pouvez délier votre plume et raconter vos histoires.

Modérateur : Modérateurs section Pokémon et Vous

Répondre
Avatar de l’utilisateur
Red Rum
Messages : 137
Inscription : jeu. 06 nov. 2014, 04:25
Localisation : In Uranus
Contact :

[Fanfic] Adaptations

Message par Red Rum » sam. 08 nov. 2014, 18:33

Préambule
Plop,

Il y a 4 ans, j'écrivais des fanfics. Je vais donc les partager dans ce sujet, car j'ai eu de nombreux retours positifs sur ces petites histoires. Si elles vous plaisent, j'essaierai de continuer la dernière, inachevée à ce jour :)
Plop !

Avatar de l’utilisateur
Red Rum
Messages : 137
Inscription : jeu. 06 nov. 2014, 04:25
Localisation : In Uranus
Contact :

Re: [Fanfic] Adaptations

Message par Red Rum » sam. 08 nov. 2014, 18:34

La Centrale de Doublonville


Terminus

"Lucario, attaque Aurasphere !"

Avec ce dernier coup, le jeune dresseur aux cheveux noirs venait de mettre à terre le cinquième Pokémon de l'équipe du Maître de la Ligue de Kanto. Tout serait bientôt fini. Jul allait acquérir, avec patience et témérité, le titre de nouveau Maître. À 17 ans, c'est la gloire. Le public hurla de bonheur et applaudit à tout rompre. La victoire lui était assurée. Seul un Pokémon restait à vaincre. Le Maître envoya son dernier Pokémon. Soudain, le stade commença à vibrer. Le public était toujours là, mais les cris de joie étaient assourdis par un sifflement terrible, s'amplifiant et se renforçant de façon exponentielle.

Jul ouvrit alors les yeux. Tout était noir. Il reconnut l'odeur de son sac de couchage, et se renfrogna à l'idée qu'il avait encore fait ce rêve idiot. Lui qui n'a pourtant jamais été intéressé par la Ligue, il faisait ce rêve encore une fois. C'est alors qu'il remarqua que le sifflement continuait hors de son rêve. C'était à présent un bruit intense, assourdissant, terrifiant. Le sol trembla, et le silence s'installa. En sursaut, il sortit de son lit, habillé car les dortoirs du centre Pokémon d'Azuria sont humides. Il prit son sac, ses trois Pokémon Riolu, Tarsal et Tenefix et se dirigea vers la sortie. Dehors, les lumières des maisons s'allumaient les unes après les autres, et des rumeurs commençaient à s'amplifier dans les rues. Devant le centre Pokémon, la rue était défoncée par un cratère d'une dizaine de mètres, des gravats étaient éparpillés un peu partout. Intrigué par ce phénomène, il s'approcha.

"Bouge-toi !" Une jeune fille venait de le bousculer pour escalader les décombres autour du cratère. Elle sauta dedans sans hésiter. Jul, interloqué, comprenait de moins en moins ce qu'il se passait. Par précaution, il envoya son jeune Riolu. Instantanément, celui-ci sembla terrifié par quelque chose, et resta interdit pendant plusieurs secondes. Il ne semblait pas savoir ce qu'il y avait dans ce cratère, mais il ressentait une aura puissante et destructrice. Jul comprit cela au regard de son Pokémon, mais ne put déterminer si l'aura venait de la fille, du cratère, ou d'autre chose. Alors, de plus en plus curieux, il osa s'aventurer dans le cratère. Il vit la fille qui venait de le bousculer en train d'observer ce qui semblait être une météorite.

Elle était hâlée de peau, assez grande pour une fille. Elle semblait du même âge que lui. Elle parcourait en diagonale les pages d'un livre épais. Elle possédait un sac volumineux, et sous ses longs cheveux bruns, on pouvait entendre le grésillement caractéristique d'un walkman diffusant de la musique violente. Elle se retourna vers Jul, et lui lança : "Tu as vu ça ? Tu as vu ?! C'est incroyable ! Un phénomène pareil arriver alors que je relisais justement un livre sur les phénomènes astronomiques ! C'est fabuleux !" Elle n'était pas désagréable à regarder, avec ses yeux bleus clairs et ses airs de première de la classe sous ecstasy, pensa Jul. Il s'approcha, et ressentit alors une sensation de froid intense, comme si la météorite était congelée. Il s'approcha encore, et en se concentrant reconnu ce qui semblait être un cristal qui semblait se recouvrir de givre à vue d'œil.

Détonation

Elsa était folle de joie. Elle qui s'intéressait aux sciences et aux légendes, elle qui attendait un événement incroyable à étudier, elle était face à un phénomène que jamais elle n'avait vu. Elle força le volume de son walkman, pour mieux s'imprégner de la force de la musique de DJ Chomp, un spécialiste de la braindance dont la musique, pensait-elle, décuplait ses pouvoirs de concentration. Elle cherchait en vain une référence à un phénomène semblable dans son livre d'astronomie qu'elle connaissait par cœur, mais elle le relisait encore une fois pour être sûr qu'une météorite ne pouvait pas être glacée peu de temps après sa collision avec la Terre.

Derrière elle, ce jeune dresseur, avec son Riolu, la gênait dans sa recherche. Avec ses yeux noirs, ses cheveux noirs et sa faible constitution, il avait l'air de n'être d'aucune utilité pour elle. Elle se concentra de nouveau sur la météorite. Sans savoir pourquoi, elle était persuadée qu'elle avait affaire à un phénomène unique, digne de faire l'objet de sa thèse sur les légendes du ciel. À brûle pourpoint, elle posa la question au dresseur : "Tu t'y connais, toi, en astronomie ?" Le silence abasourdi du garçon lui donna sa réponse. Inutile pour le moment, c'est bien ce qu'elle pensait. Elle referma son traité d'astronomie et commença à observer de plus près cette étrange météorite cristalline, qui était froide comme le corps du légendaire Regice. Alors qu'elle tendait sa main vers la couche de glace, elle fut violemment repoussée par une décharge d'énergie, et la surface cristalline de la météorite explosa.

Aussitôt, le garçon se précipita pour relever Elsa. Il ne comprenait toujours pas ce qu'il se passait, mais il avait l'air plutôt sincère dans sa démarche. Inutile peut-être, mais galant, c'est déjà ça. Lorsqu'elle regarda de nouveau ce qu'il restait de la météorite, elle vit une boule translucide d'un violet luisant. Elle dû se rendre à l'évidence qu'elle non plus ne savait pas trop ce que ça pouvait être.

La lumière de la sphère s'éteignit, et la boule s'enfonça de quelques centimètres dans le sol, comme si elle venait soudainement de voir son poids doubler, voire plus. C'est là qu'Elsa remarqua une chose : si l'impact avait été si fort à la vue du cratère, pourquoi aucun bruit n'avait été produit par la collision ?

Confrontation

Jul sortit son Poké Dex pour analyser cet objet. Il avait peut-être un lien avec son Graal, les très rares Pokémon shiney, vu la lumière qui pulsait quelques secondes auparavant. Son Poké Dex afficha "POKÉMON INCONNU. NIVEAU INDÉTERMINÉ. TYPE : PSY. AUCUNE AUTRE INFORMATION DISPONIBLE.". Cela ne le rassura qu'à moitié. Comme il avait vu une onde d'énergie s'échapper de ce "Pokémon", il réfléchit un moment à un moyen de ramener cet objet pour l'étudier. Il eut alors l'idée de sortir son Tenefix, qui était insensible aux effets des Pokémon psy. Il rappela son Riolu et envoya son Tenefix. Comme à son habitude, ce Pokémon avait un rictus sournois et un regard indéfinissable, comme si ses yeux cristallins pouvaient sonder les peurs de son entourage. Avec beaucoup d'efforts, il souleva la boule et l'apporta près de son dresseur, avec l'air de dire "Tiens, espèce de faible, si tu veux étudier ce truc, tu auras besoin de moi". Autour du cratère, des badauds à moitié endormis et intrigués venaient se regrouper autour du point d'impact.

Cela ne prit pas longtemps avant que la police, alertée par le tremblement de terre, arrive sur les lieux. On leur demanda leurs noms : Jul et Elsa. Après une déposition qui sembla durer une éternité, les policiers décidèrent que Jul et Elsa étaient les mieux placés pour étudier cet œuf. En effet, vu la forme de l'objet et sa couleur, cela pouvait être un œuf de Pokémon spectre, mais il faudrait s'en occuper. Elsa expliqua qu'elle s'occupait déjà d'un œuf, mais qu'elle voulait bien prêter son Poké Nurse, un système d'analyse et de gestion d'œufs, à Jul, qui "ne semblait pas si inutile que ça". Il ne releva pas le manque de tact d'Elsa, mais il accepta de s'occuper de cet œuf étrange. Il accepta de l'apporter au laboratoire d'un scientifique de renom, au nord de la ville, dont il avait oublié le nom, mais dont il connaissait la réputation. Au moment de reprendre l'œuf, la police leur expliqua que l'œuf était très étrange : il semblait être très froid, et une épaisse couche de glace très dure s'était formée autour de sa surface. On leur confia donc une valise isotherme pour le transporter et on leur recommanda bien d'utiliser uniquement des Pokémon ténèbres pour transporter cet objet. Elsa proposa de recourir à son Farfuret, et Jul à son Tenefix. Il partir le lendemain matin en direction du laboratoire du scientifique en question, Léo.

Vers le milieu de la route, trois personnes, qui attendaient sur le Pont Pépite, se mirent en travers de leur chemin et les interpellèrent. "L'objet que vous a donné la police. Donnez-le nous et on ne vous tapera pas trop fort". Elsa protesta immédiatement. Alors, les trois étrangers envoyèrent chacun deux Pokémon. Apparurent un Oniglali, un Kirlia, un Magneton, un Machopeur, un Feuforeve et un Porygon2. Ils ne respectaient même pas les règles officielles du combat Pokémon. Jul ordonna à son Tenefix de lâcher la boîte, et il envoya son Riolu et son Tarsal. Elsa envoya son Farfuret ainsi que ses deux autres Pokémon, un Embrylex et un Draby. Jul fut impressionné de voir ces deux Pokémon très rares, et fut encore plus choqué de voir ces deux Pokémon se ruer immédiatement sur les adversaires. Il choisit d'user de sa méthode habituelle : jouer sur le statut. Il ordonna à son Tenefix d'utiliser Feu Follet sur le Magneton ennemi, qui commença à souffrir d'une brûlure douloureuse. Il donna l'ordre également à son Tarsal de s'occuper du Machopeur, ce qui fut très facile. Enfin, il dit à son Riolu de combattre au contact le Porygon2 de l'adversaire. Le Farfuret, lui, avait disparu. L'Embrylex et le Draby semblaient indépendants des ordres de leur dresseur, et semblaient se battre uniquement par rivalité. Ils se regardaient régulièrement, pour voir qui allait mettre KO le premier son adversaire. Les trois ennemis furent complètement surpris par ce début de combat en voyant qu'au bout d'un seul tour, seulement deux de leurs Pokémon n'étaient pas KO. Un des dresseurs, qui jaugeait le niveau des adversaires, pris une décision rapide : "Magneton, Explosion. Porygon2, Ultralaser ". Les deux Pokémon commencèrent à rayonner, préparant chacun une attaque puissante. C'est à ce moment précis que le Farfuret réapparut, utilisant rapidement Vent-glace pour neutraliser définitivement ces deux Pokémon. Ce fut une victoire facile. Les trois agresseurs, en s'enfuyant, rappelèrent leurs Pokémon KO en s'insultant les uns les autres quant aux techniques de combat employées.

À mi-chemin, Jul et Elsa décidèrent de faire une courte pause pour discuter de ce combat. Il allait être une heure de l'après-midi, il fallait manger un morceau. Ils sortirent tous leurs Pokémon, sauf Elsa qui ne sortit pas son Draby. Au bout de quelques minutes de silence gêné, Jul tenta un début de conversation :
"Tu sais, il est vraiment dur à nourrir.

- Hmm ?

- Mon Tenefix.

- Hmm ?

- En fait, il lui faut des gemmes à manger, c'est très cher comme nourriture quotidienne ! C'est pour ça...

- Hmm.

- ...

- ...

- Et sinon, tu ne donnes pas à manger à ton Draby ?

- Si, mais si je sors Draby et Embrylex en même temps, ils se bagarrent et ça fait du dégât. De toute façon, ils ne mangent pas du tout la même chose.

- D'accord... d'ailleurs, il est parti où, ton Embrylex ?

- Chercher de la terre sèche à manger. Il lui en faut un bon mètre cube par jour.

- Ah, quand même !

- ...

- ...

- Jul, tu crois qu'il y a quoi dans cet œuf ?

- Aucune idée. Il vient de l'espace, c'est ça ?"

Elsa commença soudain à devenir un peu moins taciturne : "Oui. Un œuf qui vient de l'espace, ça doit être un Pokémon incroyable ! Je m'intéresse aux légendes des Pokémon, peut-être que cet œuf nous guidera vers un Pokémon légendaire ! Peut-être même que c'est un œuf de Pokémon légendaire !

- À propos, tu peux me le passer avec ton Farfuret ? Je dois voir ce que ton Poké Nurse me dirait dessus pour qu'on puisse s'en occuper.

- Tout de suite... Farfuret !! Arrête de manger deux minutes, j'ai besoin de toi ! ... Il doit encore être en train de grimper dans les arbres, il cherche toujours des œufs de Roucool à manger pour son repas.

- Il doit être dur à nourrir en ville.

- Pas plus que Draby : lui, il va chasser et je ne le revoie qu'une demi-heure plus tard, rassasié. Je ne sais pas ce qu'il mange, il doit chasser de petits Pokémon sauvages... Ah, voilà Farfuret."

Le Farfuret apparut, sautant d'arbre en arbre de façon agile. il s'y prit à plusieurs fois pour soulever l'objet évoqué, et il le plaça dans le Poké Nurse. Les informations suivantes furent annoncées par la machine : "TEMPÉRATURE : INFÉRIEURE À 250 °C. POIDS : 31 KG. TYPE DÉTECTÉ : PSY. STADE DE L'ŒUF : DÉJÀ ÉCLOS."

Elsa s'enthousiasma : "C'est un Pokémon, mais ce n'est pas un œuf. C'est donc à ça que ressemble un Pokémon de l'espace ? Il a une forme très régulière et il agit sur la glace, c'est assez sensationnel ! C'est assez... assez... Attends, pourquoi le Poké Nurse s'est éteint ? Tu as appuyé sur quelque chose ?"

En effet, l'écran du Poké Nurse s'était éteint. Seul un voyant restait allumé. Jul regarda la légende : "Non, il y a marqué "BATTERIE FAIBLE. CONNECTEZ LE POKÉ NURSE À UNE SOURCE D'ALIMENTATION POUR LE RECHARGER.". Tu avais oublié de le charger avant de partir ?

- Sûrement pas !"

À ce moment, une violente décharge venant de l'œuf les projeta en arrière. Le Poké Nurse semblait endommagé, et Riolu, qui mangeait tranquillement sa nourriture à côté, sembla pris d'une sorte de paralysie, et tomba KO.

Après s'être relevé, Jul pesta : "Plus je voyage avec, plus je déteste cet œuf !"

Il se décrassa un peu, rassembla ses affaires, rappela ses Pokémon. "Bon, on est reparti. En plus, il faudra que je fasse soigner Riolu chez Léo !"

Disparition

À la fin de la journée, ils arrivèrent chez Léo. Il les accueillit, leur proposa de se restaurer, et utilisa une machine de son invention pour soigner leurs Pokémon. Il passa plus de 13 heures à étudier l'œuf. Le lendemain matin, Jul et Elsa furent réveillés en sursaut par un cri : " Aaah ! Merci de m'avoir amené ce Pokémon ! Il est vraiment surprenant ! J'ai passé toute la nuit à l'étudier, et c'est vraiment un Pokémon particulier ! Vous pourrez rester ici encore quelques jours, que je continue mes recherches ?". Jul et Elsa, réveillés en sursaut, le regardèrent hébétés et surpris. Il prit cela pour un "oui".

Une heure après, il les accueillit dans son salon, et leur fit un topo rapide de ses recherches : "Ce Pokémon est très particulier. Il semble affaiblit par son voyage dans l'espace, donc il absorbe l'énergie de la matière qui l'entoure, c'est pour ça qu'il provoque un froid intense : il aspire la chaleur ambiante. Il semble aussi pouvoir absorber l'énergie électrique, c'est pour ça qu'il a déchargé ton Poké Nurse en 5 secondes. Quant aux décharges d'énergie, c'est une capacité semblable à Vague psy, mais en plus puissant... encore que, considérant le niveau du Pokémon, il a l'air d'être très gentil en envoyant des décharges aussi faibles."

Jul l'interrompit : "Niveau ? De quel niveau il est ?"

"Niveau 280. Vous avez mis la main sur un Pokémon légendaire mineur, qui-"

"Ouaaaaaaaaaaaiiiiiiiiiiis !!", hurla Elsa. "Un Pokémon légendaire qui vient du ciel ! Trop fort ! Je vais pouvoir faire valider ma thèse cette année !"

"Tu es en thèse, toi ?", demanda Jul, surpris. "Tu avais dit à la police que tu avais 19 ans !"

Elsa lui répondit simplement : "L'un n'empêche pas l'autre..."

"Bon, je n'ai rien contre vos histoires mais j'ai du travail, si vous voulez discuter, allez-y, mais dehors, s'il vous plaît.", l'interrompit Léo. Ce brusque changement de ton les surprit, apparemment Léo n'aimait pas être interrompu. Ils passèrent l'après-midi à discuter, à se présenter l'un à l'autre.

Jul avait 17 ans, il avait quitté l'école pour devenir dresseur et parcourir le monde avec son Riolu, mais il a dû travailler pour payer la nourriture de son Tenefix, son premier Pokémon capturé, à cause des gemmes évoquées le jour d'avant. Il avait ensuite capturé un Tarsal femelle, qui lui avait transmis par pensée du bonheur un jour où il avait perdu tout espoir de pouvoir continuer. Ce Tarsal était un Pokémon très inquiet de la condition de son entourage, très affectueux et très gentil. Tenefix, lui, était toujours sournois et sadique, prêt à tout pour gagner un combat en jonglant avec les règles officielles. Quant à son Riolu, il était simplement combattif et persévérant.

Elsa avait 19 ans, elle restait toujours en lien direct avec son école pour leur communiquer ses travaux. Très en avance pour son âge, elle a toujours eu des problèmes avec les autres car sa couleur de peau était rare à Kanto. Elle adopta un Farfuret dans une animalerie, car on lui avait raconté que ce Pokémon était comme elle : elle avait toujours eu des problèmes, rejetés par tous pour sa réputation de Pokémon voleur et aggressif. Peu après, alors qu'elle se promenait dans une ville, elle tomba sur un Embrylex femelle et un Draby qui se battaient, et leur puissance causaient de gros dommages autour d'eux. Elle utilisa son Farfuret pour les affaiblir, puis elle les captura, mais comme leur combat n'était pas fini, à la moindre occasion les deux Pokémon se remettaient à se battre, quelle que soit la situation : qui arrivera le premier à évoluer, qui mettra KO en premier le Pokémon de l'adversaire, etc.

Vers 17 heures, ils furent soudain pris d'une puissante envie de dormir après leur discussion. Ils furent réveillés par la police durant la nuit, qui était arrivé rapidement et commençait à investir les lieux. C'est alors qu'ils s'aperçurent avec effroi que leurs vêtements étaient tachés de sang coagulé. Ils furent immédiatement et sans discussion ramenés au commissariat d'Azuria. Ils étaient suspectés du meurtre de Léo.

Trahison

Ils ne voulaient pas le croire. Jul tenta d'expliquer qu'ils avaient passé l'après-midi à discuter, et qu'ils se sont retrouvés au même endroit la nuit, réveillés par la police sans avoir rien fait entre temps. On leur montra des vidéos tirées de la webcam du PC de Léo très explicites, les incriminant sans appel. Ils restèrent bouche bée devant cette vision insupportable d'eux en train de tuer froidement la personne qui les avait reçu avec tant de gentillesse. Ils furent mis en garde à vue.

Elsa était trop choquée pour pleurer, Jul était trop en colère devant cette injustice pour hurler. Ils ne dirent ni ne firent rien le reste de la journée, jusqu'au soir où ils ne trouvèrent pas le sommeil. Ils entendirent un bruit métallique venant de la porte, comme si quelque chose venait de la frapper. Puis un autre, puis deux autres et enfin trois autres. Dix minutes plus tard, la porte coulissante de la cellule de garde à vue s'ouvrit en grand. Il n'y avait personne. Jul, sautant sur l'occasion, prit Elsa par la main, et sans dire un mot, se déplaça silencieusement vers l'entrée. Apparemment, le commissariat utilisait une ligne de courant de secours, et la plupart des appareils ne fonctionnaient pas. Il fut facile pour eux de s'échapper, et en sortant du commissariat, ils virent une voiture qui les semblait les attendre.

Dès qu'ils firent un pas dehors, le moteur vrombit deux fois, signe qu'ils étaient attendus. En entrant dans la voiture, ils reconnurent un de leurs agresseurs. Avant qu'ils ne puissent rien faire, leur "sauveteur" leur dit très vite : "Je sais, je vous ai attaqué, mais j'ai besoin de votre aide. J'ai appris beaucoup de choses et pour détourner la raison pour laquelle je vous avais attaqué, il faudra qu'on travaille main dans la main. C'est moi qui ai piraté le système d'ouverture de la porte de la prison, d'abord pour vous prévenir et ensuite pour vous laisser partir".

Dans un long monologue, il leurs expliqua tout son parcours : anciennement hacker très puissant, on lui fit un chantage éhonté qui consistait en travailler avec une personne inconnue du gouvernement local ou révéler à tout le monde son véritable passe-temps. On lui présenta une jeune femme blonde, aux yeux bleus et très belle. Il chercha, à l'aide de son Porygon2, sur les serveurs du gouvernement, mais ne put trouver aucune information sur une telle personne. Après s'être introduit dans un des serveurs de la Team Galaxy, il découvrit que celui qui l'avait engagé n'était rien de moins que le numéro 6 de la Team Galaxy, nom de code : Silpelit. Il découvrit également qu'il y a 4 ans, cette personne avait réussi à vendre à Doublonville les plans d'une centrale extrayant de l'énergie d'une boule étrange, ce qui produisit 90% de l'énergie de la ville durant les 4 dernières années. Mais récemment, le courant commençait à manquer. Cela coïncida avec la venue de la boule dont s'étaient occupée Jul et Elsa, qu'il devrait récupérer. Apprenant que Silpelit se préparait à passer elle-même à l'action, il décida de laisser tomber cette affaire, et alla demander de l'aide et proposer son assistance aux personnes qui l'avaient vaincu si facilement, actuellement détenu par la police pour le meurtre de Léo dont il était sûr que le coupable était Silpelit elle-même : elle possédait un Archeodong capable d'hypnotiser les gens et de les forcer à accomplir des actions contre leur volonté.

Après cela, il pirata le centre de stockage de Pokémon du commissariat à l'aide de son Porygon2 et de son mini-PC portable pour récupérer les Pokémon de Jul et Elsa. Dubitatifs mais n'ayant pas vraiment le choix, ils décidèrent de le suivre à Doublonville. Deux jours plus tard, au matin, ils étaient devant la centrale. Le hacker sortit son PC portable et envoya son Porygon2 mettre du désordre dans le système de sécurité de la centrale.

"Je dois rester ici pour maintenir le système de surveillance H-S. profitez-en pour vous introduire dans la centrale, et récupérez les boules, elles doivent être dedans toutes les deux. Si vous avez besoin de m'appeler, voici mon numéro de Poké Matos : 45-822-465-001".

Retour

Jul partit le premier en direction de la centrale, suivi d'Elsa. Ils entrèrent dans la centrale, puis tentèrent de trouver la source d'énergie. Ils arrivèrent au centre : ils découvrirent une boule violette sur un piédestal, à côté une autre boule violette par terre, fissurée. La boule violette était reliée a des appareils imposants, sans doute des accumulateurs, par de nombreux câbles. Ils semblaient extraire de l'énergie de la boule. Tandis qu'elle observait la pièce, Elsa cria tout à coup : une main s'était violemment posé sur son épaule. En se retournant, elle vit une grande femme dont le visage correspondait à la description de Silpelit. Jul, entendit le cri, sortit ses Pokémon par réflexe. Silpelit, sans dire un mot, sortit deux Carmache et, sans dire un mot, commença à les attaquer.

Les Pokémon de Silpelit envoyaient des attaques puissantes et les Pokémon de Jul furent rapidement dépassés. Elsa envoya les siens, et déjà Embrylex et Draby se jetaient sur les Carmache. Elle eut alors l'idée d'appeler le hacker : "Vite ! J'ai une idée ! Inverse tout de suite le sens de circulation de l'énergie de la centrale ! Renvoie-la sur la boule !". À l'écoute de ces mots, Silpelit fit une légère grimace. Sans dire un mot, elle désigna à un de ses Carmache les fils qui reliaient les accumulateurs à la boule. Il en coupa la plupart, mais le courant disparut dans la salle : le hacker avait réussi. Sous l'effet de cette décharge d'énergie, la boule rayonna et commença à flotter dans les airs. De la matière se détacha du piédestal et s'assembla autour du Pokémon. Le Pokémon pris alors une forme vaguement humanoïde, rouge et verte, avec deux jambes, quatre tentacules et une tête à peine développée. Son apparence était agressive, et il regarda Elsa dans les yeux. Pendant quelques secondes, il communiqua avec elle par la pensée, mais fut interrompu par une attaque d'un des Carmache de Silpelit. Il se débarrassa de ces Pokémon à l'aide d'une attaque Psycho boost, et ramassa la boule à terre. Il envoya un Psycho boost vers le haut de la centrale et s'en échappa. Avant de disparaître, il regarda une dernière fois Elsa dans les yeux. Alors, Elsa attrapa Jul par le bras et s'enfuit de la centrale.

Une fois dehors, la centrale explosa : le Pokémon venait d'envoyer un Psycho boost très puissant pour détruire la centrale. Elle expliqua alors à Jul ce qu'elle avait eu comme message de la part du Pokémon : "Il m'a dit qu'il se désignait lui-même par "Deoxys". Un de ses semblables avait voulu explorer la Terre, mais à peine il était arrivé qu'on l'a empêché de prendre une forme et on l'a forcé à émettre de l'énergie jusqu'à qu'il en soit réduit à appeler à l'aide un autre Deoxys. Alors, il est arrivé sur Terre, a été recueilli par nous... la suite, tu connais. Avant de partir, il m'a dit qu'il allait détruire le bâtiment, c'est pour ça que je t'ai amené de force à l'extérieur. Par contre, je ne sais pas si on va les revoir de sitôt... Il n'ont pas l'air d'avoir apprécié leur passage sur Terre."

Jul écouta sans perdre un mot de cette histoire. Il demanda alors les derniers mots du Deoxys. Elsa lui répondit : "Il nous a remercié pour notre aide et notre compassion, et nous a dit adieu. Il m'a envoyé par télépathie l'image d'un lac circulaire, mais je ne sais pas ce qu'il voulait dire par là..."

À ce moment, Jul s'aperçut que certains de leurs Pokémon changeaient lentement de forme : Riolu et Tarsal grandissaient et Draby et Embrylex se recouvraient d'une carapace. Ils étaient en train d'évoluer après ce combat éprouvant. Elsa hurla de joie, et Jul serra son futur Lucario et son futur Kirlia dans ses bras.
Plop !

Avatar de l’utilisateur
Oreon
Messages : 4974
Inscription : ven. 04 janv. 2013, 10:03
Localisation : France, Normandie
Contact :

Re: [Fanfic] Adaptations

Message par Oreon » sam. 08 nov. 2014, 18:39

Haaaaallellujaaaaaaah!

Enfin un coupiiiin! :') Enfin une personne qui se rapproche plus du côté romancier que du côté simples dialogues! TuT
Holalaaah! : o Je crois que je vais lire ton écrit afin de voir ce que j'en pense, mais j'ai hâte, rien qu'en repérant les descriptions qu'il avait... Je... *o*

*S'évanouit.*

Par contre, "Terminus", "Confrontation", "Détonation"... ect, ce sont des chapitres? Et dans ces cas-là, la Centrale de Doublonville, c'est un arc? Ou alors c'est ça le chapitre, et donc "Terminues" et cie c'est quoi? :)

En tout cas, je ne tiens pas en place! Promis juré craché, je te fais un commentaire, un de ces jours quand j'aurais le temps! Et je trimerais! ;)

EDIT: et à l'occaz'... Wellk'hommeuh!
Dernière édition par Oreon le dim. 04 janv. 2015, 15:53, édité 1 fois.
Le légendaire Oreon n'est plus actif, mais il aura toujours une place dans les annales de ce forum. 8)

Avatar de l’utilisateur
PrismiCollec
Messages : 4193
Inscription : sam. 06 sept. 2014, 12:11

Re: [Fanfic] Adaptations

Message par PrismiCollec » sam. 08 nov. 2014, 18:41

J'ai pas tout lu c'était un peu trop long pour moi mais j'ai lu le principal. Je trouve que c'est très bien, ton style est très joli pas beaucoup de faute voir aucune, j'adore ! :hap: Le seul petit défaut, c'est que c'est un peu trop long mais ça, c'est pas très grave je vais lire la suite. ^^ J'adère totalement.
ouchie

Avatar de l’utilisateur
Red Rum
Messages : 137
Inscription : jeu. 06 nov. 2014, 04:25
Localisation : In Uranus
Contact :

Re: [Fanfic] Adaptations

Message par Red Rum » sam. 08 nov. 2014, 18:55

La Colère de la Montagne


Interlude

''Tu es vraiment sûre que Groudon se cache dans le coin ?'' Depuis quelques jours, Jul posait cette question à Elsa, alors qu'ils se promenaient dans Sinnoh, près du Mont Couronné. Elsa s'impatientait de plus en plus au fur et à mesure que cette question revenait dans leur conversation.

''Oui, à 100% : Groudon a créé les continents, et cette partie-ci du continent est la plus haute... Si on se promène dans les collines désertiques qui entourent le Mont Couronné, on finira bien par trouver un indice sur son emplacement.

- Ça va faire cinq jour que tu balances la même ''explication''...

- Et toi cinq jour que tu me soûles avec tes doutes idiots !

- Je t'ai déjà dit que depuis l'incident avec le Pokémon de l'espace, il fallait être prudent avec les légendaires, et toi tu fonces tête baissée vers l'emplacement d'un des légendaires les plus puissants du monde !''

Apparemment, ils commençaient à très bien s'entendre. Jul et Elsa voyageaient ensemble depuis maintenant plus de 6 mois et, cédant aux caprices d'Elsa, Jul avait accepté de se rendre dans la région de toutes les légendes : Sinnoh. Mais au bout de 15 jours sans rencontres, il commençait à s'ennuyer fermement. Dans cette partie de la région, il y a avait peu de Pokémon, donc encore moins de Pokémon shineys. Alors qu'il continuait de s'énerver avec Elsa, il entendit un cri.

Entomologie

En se retournant dans la direction du cri, il vit une forme s'approcher d'eux en courant dans la forêt qui bordait la route qu'ils suivaient. Avant qu'il ne puisse prévenir Elsa, qui était occupée à critiquer l'incrédulité de Jul, Une jeune femme se jeta sur Elsa et l'entraîna derrière un rocher. C'était une fille aux cheveux noirs, aux yeux bleus et assez grande. Elle portait des lunettes et un sac qui devait être très lourd, même pour une femme de sa constitution. Elle expliqua à Elsa qu'elle se faisait poursuivre par un Pokémon et qu'elle avait besoin d'aide pour s'en débarrasser.

''Et il est où, ton Pokémon ?'' demanda Jul, qui écoutait les explications de la jeune femme. C'est alors qu'il vit débouler un Mackogneur, se dirigeant droit vers la jeune femme. Il envoya son Kirlia et son Tenefix, et se débarrassa rapidement du Pokémon agresseur. La jeune femme le remercia de lui avoir sauvé la vie, Et lui demanda s'il pouvait l'emmener dans la ville la plus proche.

''C'est par là.'' l'interrompit froidement Elsa. Apparemment, elle n'avait pas apprécié de ne pas pouvoir participer au combat.

''Mais je ne peux pas m'occuper toute seule de ces œufs !'' Au nom d'œuf, Elsa fit le lien avec les Pokémon légendaires, et elle changea d'opinion rapidement. Elle demanda simplement : ''Quels œufs ?''

Alors la jeune femme leur montra 4 œufs de forme irrégulière, de couleur gris-sable. Elsa pensa immédiatement que son Poké Nurse aurait pu être utile, mais depuis qu'il avait été détruit, lors de cette histoire avec un Deoxys, le travail serait plus difficile. Puis, la jeune femme leur raconta son histoire. Elle s'appelait Silkan, et elle était entomologiste : elle s'occupait donc de l'étude des Pokémon insect. Elle commença alors un long monologue faisant les louanges de ce dur métier : ''... parce qu'en fait, pour capturer des Pokémon insect, il faut tendre un filet entre les arbres, puis secouer les arbres, sachant qu'il faut calculer la largeur des mailles du filet pour capturer des Pokémon d'une taille précise, de plus certains Pokémon ne se trouvent que dans certains arbres, j'en discutais d'ailleurs avec mon ami le chercheur... euh... Niklas, qui disait justement qu'il faut faire attention avec les CHENIPAN parce qu'ils possèdent 4 vraies pattes et le reste sont des fausses pattes, qui ne fonctionnent pas de la même manière que les vraies pattes bla bla bla bla bla... ''.

''Et les œufs ?'' la coupa sèchement Elsa.

''Ah oui. Eh bien j'étais en train d'étudier les signes des élytres sur le dos des Coxyclaque, parce que selon leur ajustement, cela détermine leur rang parmi l'essaim, avec parfois des répercussions graves sur l'équilibre de l'essaim lui-même, sachant que les Coxy n'ont pas de problème puisqu'ils sont directement dirigés par les Coxyclaques qui-

- Les œufs !!'' explosa Elsa.

''Ah oui.'', repris Silkan. ''Je faisais donc mon métier, et j'ai vu sur cette même route des gens qui transportaient des objets étranges dans des gros sacs. Ils se sont arrêtés à mon niveau alors que j'étais encore dans la forêt parce que comme j'étais en vert ils ne m'ont pas vu, puisque pour ne pas effrayer les Pokémon insect il faut s'habiller de façon discrète et savoir se fondre dans l'environnement pour-''

- Et ces œufs ?'' demanda très calmement Jul, qui commençait sérieusement à en avoir marre de ces monologues idiots.

''Oui, pardon. Alors je me suis approché, et j'ai vu qu'ils sortaient ces œufs bizarres, les perçaient avec une espèce de grande seringue reliée à une espèce d'appareil électronique. Ils ont dit ''On va garder les plus puissants'', puis ils ont laissé quelques-uns de ces œufs par terre et sont partis avec d'autres. Une fois qu'ils étaient partis, j'ai décidé d'observer ces œufs, mais à ce moment-là, une de ces personnes qui les suivait de loin m'a croisé, et m'a fait comprendre que je n'avais rien à faire ici. Il a donc ordonné à son Mackogneur de me capturer. J'ai juste eu le temps de récupérer les œufs et de courir dans la forêt, c'est là que je vous ai vu et que je vous ai demandé de l'aide... et voilà, vous savez tout... Ah, j'ai peut-être oublié de préciser un truc : il est évident que ces hommes font partie de la Team Galaxy, vue leur vêtements de sbires.

- Encore eux !'' s'écria Jul. ''Bon, le mieux, vu que la dernière fois on a failli se faire déchirer, c'est qu'on aille se réfugier dans la ville la plus proche. Seuls dans les montagnes, on n’a pas beaucoup de chances de...''

Tout à coup, ils entendirent le bruit caractéristique d'un tremblement de terre. Un nuage de poussière s'élevait d'un col dans les montagnes. ''Encore un éboulement'', pensa Jul. Ça allait être le sixième depuis 5 jours. Elsa était toute excitée : elle pourrait sans doute voir la cause de ces événements étranges et apercevoir d'autres Pokémon légendaires. Mais Jul semblant intraitable, elle accepta de rejoindre la ville la plus proche d'abord. Manque de chance : depuis qu'ils erraient dans ce relief montagneux, ils s'étaient éloignés de la ville la plus proche d'au moins 35 kilomètres. Ils se mirent en marche, et dès la tombée du soir, ils s'arrêtèrent pour camper. Silkan leur proposa du miel qu'elle utilisait pour appâter les Pokémon insecte, qui sentait très fort mais qui était très nourrissant. Après avoir rangé leurs affaires et monté un camp, ils s'endormirent, malgré la forte odeur du miel de Silkan qui entourait le campement. Vers 3 heures du matin, alors qu'il revenait de faire le même rêve idiot, Jul fut réveillé par un bruit étrange venant des hautes herbes et se dirigeant vers le camp. Il saisit ses Poké Balls et s'approcha de la source du bruit. Il reconnut alors un petit Pokémon, attiré sans doute par la forte odeur de miel.

Armure

Le petit Pokémon, à la vue de Jul, se cacha parmi les hautes herbes. Comme il ne pouvait plus bouger dans cette position, Jul s'approcha, le souleva (il était assez lourd) et le ramena plus près du camp. Apparemment, le Pokémon semblait terrifié par le grésillement produit près du sac de couchage d'Elsa (elle continuait d'écouter sa "musique" pendant son sommeil, pour "rester active même quand elle rêve") et dès qu'il fut posé par terre, il se précipita vers le pot de miel, que Silkan avait manifestement laissé ouvert par erreur.

"Qu'est-ce que ce Caratroc fait là à manger mon miel ?! Je le réserve pour des Pokémon insecte !" S'écria Silkan, qui s'était soudainement réveillée.

"Je croyais que tu étais entomologiste ? Ça ne te fait pas plaisir de voir un Pokémon insecte attiré par ton miel ?

- Oui mais non. Il ne me plait pas, et on doit s'occuper des œufs et...

- Qu'est-ce qui se passe ?"

Elsa avait été réveillée par les cris de Silkan. Elle vit ce petit Pokémon étrange, la tête plongée dans un pot de miel. Elle pensa immédiatement à le capturer, il avait l'air rare. Elle demanda à Jul d'examiner ce Pokémon avec son Poké Dex : "CARATROC. POKÉMON POURRI. TYPE : INSECT/ROCHE. CE POKÉMON CHERCHE DES ALIMENTS SUCRÉS À CONSERVER DANS SA CARAPACE POUR LES FAIRE FERMENTER ET PRODUIRE UN JUS NOURRISSANT. NIVEAU 87.". Silkan tenta de se calmer un peu.

"Étrange, je n'ai jamais eu à étudier ce Pokémon. Il ne doit pas être très connu parmi la communauté des Pokémon insect... Niveau 85 ?!

- Non, 87 a dit mon Poké Dex. Dans tous les cas, c'est énorme. Je crois qu'aucun de nous ne pourra le capturer.

- Remarque," dit Elsa en baillant à moitié, "il a l'air content d'être avec nous, on a qu'à le garder pour le moment. Il a l'air inoffensif... Au fait, j'ai collé mon oreille aux œufs, on dirait qu'ils vont bientôt..."

À ce moment, une forte lumière s'éleva depuis la montagne, suivi d'un énorme tremblement de terre. Le Caratroc se cacha dans sa carapace, et Elsa s'agrippa à Jul. Silkan sembla indifférente à ce tremblement de terre, mais elle fut surprise par le bruit d'une détonation distante et sinistre, comme un cri rauque suivi du bruit d'un coup de tonnerre. La Lune disparut derrière les nuages, et ils se retrouvèrent avec pour seule lumière le voyant "Marche/Arrêt" du walkman d'Elsa. Ils attendirent en vain un événement jusqu'au matin, mais rien de spécial ne se passa, sinon que le Caratroc avait fini le pot de miel de Silkan, à son grand dam. Ils attendirent le lever du soleil pour repartir, mais celui-ci tardait à arriver. En effet, le ciel semblait être chargé d'un grand nuage de poussière qui empêchait les rayons du soleil de passer. Ce n'était pas la nuit, mais ce n'était pas le jour complet non plus : une atmosphère très dérangeante. On ne pouvait pas voir à 500 mètres.

Fuite

Au bout d'un moment, les Pokémon de la forêt commencèrent à fuir de la montagne. Ils semblaient terrifiés par les événements de cette nuit, et ils ne prêtaient même pas attention à la présence d'humain dans cette forêt.

Au bout d'un moment, la poussière retomba un peu, et Jul, Elsa et Silkan purent voir la cause de la détonation de la nuit : une des montagnes entourant le Mont Couronné avait été fendue en deux dans sa diagonale.

Elsa était émerveillée, Jul et Silkan semblaient terrorisés.

" Enfin, un Pokémon légendaire se manifeste ! Avec de la chance il pourra nous approcher !

- Mais t'es vraiment complètement malade ! Tu as vu ce que ce monstre a fait à la montagne ?! Imagine que c'était nous à la place !

- Jul a raison, Elsa. Il faut partir d'ici, je n'aime pas cette atmosphère, ça a l'air de plus en plus dangereux.

- Mais non ! S'il a un rapport avec les œufs, on a qu'a l'attendre tranquillement...

- Ça va pas mieux ! Moi je dis : on se casse, on laisse les œufs ici et on retourne à la ville la plus proche !

- Excuse-moi" dit Silkan "mais des œufs laissés à l'abandon comme ça, ils n'ont pas une grande chance de rester vivant longtemps.

- Pas faux... bon, on prend les on se casse !" conclut Jul.

Elsa ne pouvait pas dire grand-chose de plus pour défendre son idée d'aller à la rencontre de Groudon. Quelque chose la chiffonnait : elle était à peu près sûre que c'était bien de Groudon qu'il s'agissait, mais il était acquis que les Pokémon légendaires étaient uniques et ne pondaient pas d'œufs. Voilà un beau dossier pour son premier travail de doctoresse en légendes. En effet, suite à leurs aventures avec les Deoxys, Jul avait pris du temps pour s'entraîner. Il avait capturé un Feuforeve et son Kirlia avait pris beaucoup d'expérience. Ces Pokémon étaient devenus puissant, et grâce à eux, Jul avait pu obtenir deux badges de la région de Kanto, afin de les entraîner et de parfaire sa technique de combat. Elsa avait validé son année de thèse et était maintenant docteur ès légendes Pokémon. Elle devait donc rendre régulièrement des rapports sur les Pokémon légendaires du monde.

En se remémorant ces événements, Elsa fut bousculée par Silkan qui se préparait une tartine de miel. Du coup, une bonne partie de ses vêtements étaient tachés de miel. Vraiment, cette Silkan complètement nunuche devenait de plus en plus insupportable !

Obscurité

Au bout d'une heure, le ciel n'était toujours pas dégagé, et ils virent devant eux une petite lumière qui bougeait à toute vitesse dans leur direction. Jul sortit immédiatement son Pokédex et examina ce phénomène étrange. Le voyant "Pokémon détecté" s'alluma, et on vit sur l'écran du Poké Dex s'afficher des informations : "COMHATE. POKÉMON COMÈTE. TYPE : NORMAL/SPECTRE. CE PETIT POKÉMON SE DÉPLACE TELLEMENT VITE QU'IL LUI EST IMPOSSIBLE DE RESTER EN PLACE, IL EST DONC OBLIGÉ DE DESSINER DES FIGURES GÉOMÉTRIQUES DANS L'ESPACE POUR NE PAS PERCUTER SES CONGÉNÈRES. IL LAISSE TOUJOURS DERRIÈRE LUI UNE PETITE TRAINÉE DE LUMIÈRE BLANCHE. NIVEAU 18.". En quelques secondes, le petit Pokémon fit plusieurs cercles autour d'eux, et disparut instantanément. Il fut rejoint par d'autres Pokémon étranges, que Jul s'empressa d'identifier: "HELIANCE. POKÉMON SOLEIL. TYPE : COMBAT/SPECTRE. CE POKÉMON, HABITANT DES ENDROITS OMBRAGÉS, POSSÈDE QUATRE BRAS QUI TOURNENT AUTOUR DE LUI. TOUJOURS FURIEUX COMME UN SOLEIL EN ÉRUPTION, IL EST TRÈS RAPIDE ET AGRESSIF. NIVEAU 65.". Pourquoi un tel Pokémon se trouverait-il dans cette partie du pays ? Il était commun dans des endroits bien plus septentrionaux et froid, comme le pôle nord, pensa Elsa... soudain, elle se rendit compte avec effroi que la "famille" des Pokémon stellaires n'était pas au complet : il devait y avoir un redoutable Venamour dans les environs. En effet, elle sursauta quand elle sentit une chaleur intense dans son dos. Un Venamour se tenait derrière elle, calme et serein comme une étoile dans le ciel, mais sa lumière pulsait fortement, comme si cette présence humaine le dérangeait. Jul sortit son Poké Dex et lut : "VENAMOUR. POKÉMON ETOILE DU BERGER. TYPE : PSY/SPECTRE. CONSIDÉRÉ COMME LA PUISSANCE DES ÉTOILES, TYARAD EST UN POKÉMON APPAREMMENT PAISIBLE, MAIS EN RÉALITÉ IL PEUT SE MONTRER TERRIBLEMENT FÉROCE LORSQU'IL ESTIME QU'ON ATTAQUE SES CONGÉNÈRES. NIVEAU 65.".

Ces Pokémon n’avaient rien à faire dans cette région du Pays, pourtant Jul était intrigué par ces Pokémon qu'il n'avait jamais vus. Il envoya Tenefix et Feuforeve, mais ce dernier fut terrassé par un quadruple coup de poings enflammés de la part du Heliance. Tenefix utilisa l'attaque Ball'Ombre, mais elle fut aisément esquivée par ce Pokémon très rapide. Alors, il appela son Kirlia et lui ordonna d'utiliser son attaque psy la plus puissante contre le Heliance. Ce dernier tomba KO. Le Tyarad, toujours les yeux fermés, émit une forte lumière qui aveugla partiellement les Pokémon et les dresseurs. Dans le doute, Jul hurla "Tenefix ! Utilise ton attaque Tenebres !" Ces ténèbres dissipèrent le Flash du Tyarad et par la même occasion le mirent KO. Une petite voix se fit entendre :

"L'armure arrive, elle est en colère, quittez vite cet endroit." Cette voix semblait avoir été produite par le petit Lilkomt, mais il venait de se téléporter loin de cet endroit. En effet, un puissant vent de poussière se dirigeait vers Elsa, Jul et Silkan. Ils furent vite rejoints par la tempête, et se mirent à courir. Ne voyant plus à 50 mètres, ils décidèrent de se tenir la main. Le Caratroc semblait toujours essayer de les suivre, insensible à ces anomalies atmosphériques.

À ce moment, Silkan poussa un cri. Elsa se retourna, et elle vit Silkan dans les serres d'un Airmure, qui l'amenait en direction de la ville. Silkan cria à l'aide, mais aucun des Pokémon de Jul ou d'Elsa ne pouvaient la suivre ou la sauver à cette hauteur.

Ils coururent, et au bout d'une demi-heure ils aperçurent avec joie un panneau indiquant une ville à 500 mètres. Ils arrivèrent enfin dans le petit village en question. Ils se dirigèrent immédiatement vers le centre Pokémon. Pendant ce temps, les œufs commençaient à bouger. Et cette horrible odeur de miel qui les poursuivait...

Enlèvement

Au centre Pokémon, Elsa et Jul se précipitèrent vers l'infirmier de garde. Apparemment, c'était la panique depuis que la tempête de sable s'était levée.

"Mademoiselle, jeune homme, vos Pokémon doivent être dans leurs Pokéball, et ce n'est pas le moment de venir déposer des Pokémon, vous voyez bien que nous sommes en état d'extrême urgence !

- Ce Caratroc n'est pas à nous", répondit Jul, "il ne fait que nous suivre. Nous voulons simplement prendre refuge le temps que la tempête se dissipe et que vous preniez soin de ces œufs !"

Lorsqu'il vit les œufs sortis du sac d'Elsa, l'infirmier quitta son attitude hautaine et accepta d'étudier les Pokémon. Mais c'était un peu tard pour parler d'œufs : déjà la coquille d'un d'entre eux commençait à se fendiller. L'infirmier, aidé d'un Leuphorie, prit en charge les œufs et fit attendre Jul et Elsa dans l'entrée. Cette dernière se dirigea vers les toilettes pour se débarrasser du miel qui était resté collé depuis quelques heures sur sa chemise, mais à ce moment, l'infirmier revint avec un téléphone à la main. Il demanda clairement et sèchement :

"Où avez-vous trouvé ces œufs ?"

Jul et Elsa tentèrent d'expliquer, mais un cri aigu couvrit leurs explications, très vite renforcé par trois autres. Jul et Elsa avaient l'air ravis, mais le Caratroc s'était soudainement caché dans sa carapace.

"Où avez-vous trouvé ces œufs ?", insista l'infirmier.

À ce moment précis, Jul remarqua un visage connu à la fenêtre du centre Pokémon. Il courut vers la sortie, et appela "Silkan !", ne sachant pas trop si on pouvait l'entendre avec le vent. Il continua de l'appeler et Silkan apparu. Elle était habillée différemment, tout en noir, et ses lunettes avaient disparu. À ses côtés se tenaient deux grands Pokémon, dont les formes étaient floues dans la poussière. Faisant abstraction de la couleur de cheveux de la jeune femme qui lui faisait face, Jul fut pris d'un malaise soudain : il avait reconnu en Silkan une personne à qui il s'était déjà confronté. Pris de panique et évitant une attaque puissante de justesse, il se précipita de nouveau dans le centre Pokémon, prévenir Elsa du danger qui approchait. Silpelit et Silkan ne faisaient qu'une seule personne.

"Elsa ! Silpelit ! Silkan, c'est Silpelit ! J'ai reconnu son visage ! La folle de la Team Galaxy, c'est elle, elle est dehors !"

Elsa essaya de comprendre cette annonce étrange, mais à peine avait-elle entamé une réponse que le petit Caratroc sauta en l'air dans la direction de Jul. En un instant, il n'y eut aucun bruit. Puis, une détonation surpuissante vit voler le mur du centre Pokémon en éclats et un rayon d'énergie, dirigé vers Jul, explosa sur le Caratroc. Elsa et Jul furent projetés à terre par l'onde de choc. Au bout d'une dizaine de secondes, ils virent des formes menaçantes se rapprocher d'eux au loin, depuis la brèche dans le mur du centre Pokémon.

À nouveau, les Pokémon nouveau-nés crièrent très fort, et Elsa et Jul se précipitèrent pour les protéger de ce danger certain. Ils coururent dans les couloirs, arrivèrent à la nurserie et virent quatre bébés Embrylex. Jul pâlit tout à coup.

"Ils sont venus les chercher. - Qui ça ? La Team Galaxy est venue chercher ces... - Non. Ceux qu'on appelle les Armures. Les Tyranocif. Il y en a au moins cinq dehors, tu as vu, ils ont failli nous tuer. Ils sont venus chercher leurs petits."

Titans

" Nous ?" demanda Elsa. " Pourquoi nous ? ! Ce n'est pas nous qui avons capturé leurs petits, c'est la Team Galaxy, d'après ce que disait... Attend... Elle se sert de nous comme appâts ! Elle se sert de nous comme appâts ! !"

Elsa venait de remarquer que cette "Silkan" avait un comportement bien trop insouciant pour une personne recherchée par la Team Galaxy. Elle cherchait à faire quelque chose, mais quoi ? En y réfléchissant, elle comprit une chose : il y avait une chose qui avait mené les Tyranocif jusqu'à eux, mais qu'est-ce que ça pouvait être ? Soudainement, elle s'écria :

"Le miel ! C'est le miel ! Silpelit s'est servi du miel pour tracer une piste pour les Tyranocif ! Elle a voulu les éloigner de la montagne, et elle nous a utilisés comme cible dans le cas où ils se rapprocheraient trop d'elle !

- Comment ça ?

- Imagine qu'elle ait volé les œufs des Tyranocif en laissant derrière elle une forte odeur de miel. Dans ce cas, pour les amener vers un endroit précis, elle n'avait qu'à tracer une piste avec du miel ! Et évidemment, ces Tyranocif vont croire que c'est nous qui avons volé leurs œufs... puisqu'on pue le miel !"

Le Caratroc, à peine égratigné venait de réapparaitre au coin du couloir. Il semblait décidé à protéger Jul et Elsa, grâce à ses capacités de défense extraordinaires. Elsa tenta de calmer les Embrylex, qui criaient très fort, mais ils étaient intenables. Elle annonça : "Ils ont faim et peur. Si on les amène dehors, ils pourront manger de la terre et se calmer, ça nous évitera-"

Une lame de roche coupa le centre Pokémon dans sa hauteur. Au-dessus de leurs têtes, Jul et Elsa pouvaient voir le ciel gris de la tempête de neige. Le premier étage du centre, entièrement détruit, vola sur plus de 15 mètres et s'écrasa, dans un fracas apocalyptique. Alors, Elsa put voir qu'à 50 mètres d'eux, un Tyranocif préparait un Ultralaser. Elle hurla à Jul :

"Couche-toi !"

Supersonique

Une explosion retentit, mais Jul et Elsa étaient indemnes. Ils virent près du centre Pokémon Silpelit, avec toujours à ses côtés deux Pokémon, dont un venait manifestement d'attaquer le Tyranocif. Jul pointa son Poké Dex dans la direction des Pokémon de Silpelit et lut : "CARCHACROK. POKÉMON SUPERSONIC. TYPE : DRAGON/SOL. LES DENTS DE CARCHACROK, AIGUISÉES COMME DES RASOIRS ET DENTELÉES, SONT INCURVÉES VERS L'ARRIÈRE, SI BIEN QUE LORSQU'IL A AGGRIPÉ SA PROIE, CELLE-CI N'A PLUS AUCUNE CHANCE DE S'ÉCHAPPER. IL PEUT PLANER À LA VITESSE D'UN AVION À RÉACTION EN SE RECROQUEVILLANT ET DÉPLOYANT LES APPENDICES SUR SES BRAS. NIVEAU 98 ET NIVEAU 104.".

"On est mal partis.", articula-t-il simplement. Mais Elsa avait disparu. Elle avait pris dans ses bras deux Embrylex et, accompagnée de son Ymphect, elle s'approchait doucement des Tyranocif. Elle déposa les deux bébés Pokémon 10 mètres devant eux. Elle réalisa soudainement qu'elle était dans le mauvais sens du vent : son odeur de miel venait directement dans leur direction. Alors, le Tyranocif le plus proche chargea un Ultralaser dans sa direction.

À cet instant, une petite boule de lumière apparut devant elle, et Elsa fut téléportée au centre Pokémon en face de Jul. Le petit Comhate tournait autour d'elle à toute vitesse, et par télépathie elle entendit : "Les Armures détruiront les humains. Vous devez partir pour ne pas disparaître.". Le Lilkomt disparut instantanément. Le combat entre les Carchacrok et les Tyranocif reprit, mais Silpelit semblait avoir sous-estimé leur force. Par curiosité, Jul, qui commençait à se sentir inutile, sortit son Poké Dex et analysa les Tyranocif. Il lut : "TYRANOCIF. POKÉMON ARMURE. TYPE ROCHE/TENEBR. TRÈS VIOLENT ET LA PLUPART DU TEMPS AGRESSIF, TYRANOCIF POSSÈDE UNE FORCE PHYSIQUE INCROYABLE. LORSQU'IL EST EN COLÈRE, IL ABAT DES MONTAGNES ET ENTERRE DES FLEUVES. ON DOIT ALORS MODIFIER LES CARTES. NIVEAU 84, 92, 92, 122 ET 127.". Il hurla : "On se casse ! Mais... Elsa ! Elsa, arrête ça tout de suite !" Mais déjà Elsa rapportait les deux derniers bébés Pokémon aux Tyranocif surpuissants. Elle les déposa à 15 mètres d'eux. Alors qu'elle pensait que le petit Comhate allait venir la récupérer, elle vit un rayon d'énergie partir dans sa direction, venant de la gueule du plus grand des Tyranocif. Alors, elle fut jetée à terre par une onde de choc terrible, et resta évanouie.

Pendant ce temps, Silpelit pesait la situation. D'un côté, ce petit Caratroc qui se sacrifiait pour sauver ses "amis" était bien pratique pour faire durer le combat, d'un autre elle ne s'attendait pas à voir débarquer autant de Tyranocif d'un coup. Ses deux Carchacrok étaient dépassés et elle pensa sérieusement à renoncer à essayer de les capturer. Derrière elle, elle sentit un tremblement de terre. D'autres formes menaçantes apparaissaient. De nouveaux Tyranocif ! Elle décida donc courageusement de... rappeler ses Pokémon et de s'enfuir par la forêt, en pestant contre sa propre incompétence. Elle allait sans doute se faire passer un savon magistral de la part d'Helios.

Jul, voyant que le Caratroc avait encore une fois absorbé une attaque puissante et allait bientôt être KO, décida d'appeler un de ses Pokémon... Mais lequel ? Aucun de ses Pokémon ne pouvait tenir face à ces monstres de puissance. Il entendit un cri rauque venant de la direction opposée et vit d'autres Tyranocif s'approcher de leur localisation. C'était un véritable cauchemar ! Alors, ne comprenant pas trop ce qu'il se passait, il se retrouva en face du Comhate. Celui-ci, sans dire un mot, le téléporta avec Elsa et le Caratroc loin de ce lieu dévasté, en pleine forêt près d'une rivière.

"Pourquoi tu as fait ça ?"

Nouveau

"- Je sais ce que vous faisiez ici. Et vous voir agir aussi bizarrement... ça m'a beaucoup amusé !" En riant, le Pokémon changea de forme, et se transforma en un petit Pokémon rose ressemblant vaguement à un chat, avec une longue queue. Le Pokémon reprit : "J'ai beaucoup rigolé en vous regardant. J'espère qu'un jour on se reverra ! Ton amie voulait voir le Continent... Elle le verra. Il vient de se réveiller. Je vais encore m'amuser !" Puis il disparut.

Elsa reprit conscience au bout de quelques minutes. Jul lui raconta ce qu'il venait de se passer. Alors Elsa hurla :

"Quoi ? ! Ce n’est pas possible ! Tu as vu... tu as parlé avec... Tu as pu le voir ? !" Elle perdit connaissance de nouveau.
Plop !

Avatar de l’utilisateur
Red Rum
Messages : 137
Inscription : jeu. 06 nov. 2014, 04:25
Localisation : In Uranus
Contact :

Re: [Fanfic] Adaptations

Message par Red Rum » sam. 08 nov. 2014, 18:58

Oreon: disons que je met des longs chapitres que je découpe en sous-chapitres. Pour les prochains chapitres, je ferai des parties comprenant des sous-chapitres ;)
Plop !

Avatar de l’utilisateur
Oreon
Messages : 4974
Inscription : ven. 04 janv. 2013, 10:03
Localisation : France, Normandie
Contact :

Re: [Fanfic] Adaptations

Message par Oreon » sam. 08 nov. 2014, 19:06

Red Rum a écrit :Oreon: disons que je met des longs chapitres que je découpe en sous-chapitres. Pour les prochains chapitres, je ferai des parties comprenant des sous-chapitres ;)
Ok, je comprends, oui, en soi, c'est logique. Cependant, sache qu'ils doivent rester cohérents entre alors. En effet, un simple mot pour tes sous-chapitres peuvent parfois en dire trop ou n'en dire pas suffisemment.

Aussi, fait attention: utilise plutôt la balise:

Code : Tout sélectionner

[SPOILER][/SPOILER]
Comme cela, tu pourras éviter de faire aussi des doubles-posts qui, je le rappelle, sont interdits. ;)
Le légendaire Oreon n'est plus actif, mais il aura toujours une place dans les annales de ce forum. 8)

Avatar de l’utilisateur
El-brasier
Messages : 3615
Inscription : ven. 26 oct. 2012, 11:30
Localisation : Brest, capitale de la pluie

Re: [Fanfic] Adaptations

Message par El-brasier » sam. 08 nov. 2014, 19:09

D'abord, bienvenue :hap: désolé de ne pas te l'avoir dit avant :/
Franchement, j'ai tout lu et je dis franchement
Orgasme visuel :D
What a fool you are. I'm a god, how can you kill a god? What a grand and intoxicating innocence !
Dagoth Ur - 3E427

Avatar de l’utilisateur
Red Rum
Messages : 137
Inscription : jeu. 06 nov. 2014, 04:25
Localisation : In Uranus
Contact :

Re: [Fanfic] Adaptations

Message par Red Rum » sam. 08 nov. 2014, 19:37

La destruction du passé

Partie I
La Grande Dame Brune

"Lucario, attaque Aurasphère !"

Lucario envoya une sphère d'énergie qui mit définitivement KO le Pokémon adverse. Jul sourit mais ne cria pas, alors que les spectateurs l'encourageaient. Il ne resterait plus que l'épreuve de la finale, disputée ce soir, dans moins de 8 heures. Elsa venait de perdre la demi-finale contre Jul, mais elle était contente de s'être inscrite à ce tournoi local, ça faisait une pause dans son voyage avec Jul, ce qui n'était pas du luxe depuis le mois dernier et cet incident avec les Tyranocif. Elle rappela son Ymphect et alla serrer la main de Jul.

"Bravo, t'as bien combattu. On va au centre Pokémon se reposer un peu ? Les demi-finales et la finale aujourd'hui, les quarts hier et les poules avant-hier c'est crevant !

- OK, et après-demain on s'en va, j'aimerais qu'on se promène un peu dans le coin chercher des Pokémon.

- J'avais dit qu'on irait-

- Au musée, je sais. Mais moi, je n’ai pas envie d'y aller. Même si c'est un nouveau musée, tout ça, ça ne m'apprendra rien sur la présence de shineys dans le coin, or il faut que j'aille voir sur les lieux pour chercher ces shineys.

- On n’est pas à un jour près... Tu pourrais faire ça pour moi, attendre un jour, s'il te plai~~~t !

- Pfff... L'entrée est gratuite ?

- Elle est offerte aux demi-finalistes, au finaliste et au vainqueur du tournoi organisé pour l'inauguration, d'après l'affiche.

- Bon alors ça va.

- Mademoiselle ?", demanda un jeune homme très habillé à Elsa. "Vous n'oublierez pas votre lot de consolation, la Capsule technique "Retour", disponible au bureau d'organisation du tournoi ?

- Va chercher ton lot, on se retrouve au centre Pokémon", lança Jul. Alors qu'il se tournait pour regarder devant lui, il entra en collision avec un objet courant non-identifié. Il fut projeté à terre, et entendit un "Hé attention, petit !". Se faire appeler "petit" à 18 ans c'est déjà vexant, mais de la part d'une voix féminine ça l'était encore plus pour Jul. En relevant la tête, il aperçut une très grande jeune femme d'environ 25 ans, avec un physique très athlétique et des attributs... très provocants. Réagissant en rougissant, Jul fit rire aux éclats la jeune femme aux longs cheveux noirs. Alors qu'il se relevait, la jeune femme s'éloigna en courant à petites foulées vers un hôtel de la ville, en disant dans son rire "les garçons, vraiment tous les mêmes !". Jul pensa qu'elle avait l'air de faire 1 mètre 90.

" Qu'est-ce que tu lui as dit ?!", demanda Elsa d'une voix pleine de jalousie.

" Moi ? Bah euh rien...

- Ouais, t'es tout rouge, ça veut dire la même chose.

- ... Quoi ?

- Tu as très bien compris ce que je voulais dire.

- ... OK, je vois ce que tu veux dire. Mais... ça te regarde ? Depuis quand on sort ensemble ?

- Mais... Ce n’est pas la question !

- Laisse tomber. On va au centre Pokémon. Celle-là, si je la revoie, je lui colle une baffe.

- Non, c'est moi qui lui en collerai une !

- On dirait vraiment que tu es jalouse, là...

- Non ! C'est juste que ça m'énerve, c'est tout. Bon, allez, on y va à ce centre ?"

Arrivés au centre Pokémon, Jul et Elsa ne se parlèrent pas pendant plusieurs heures. Elsa écoutait sa "musique" à volume maximum, sans dire un mot pendant plusieurs heures, occupée à ajouter des titres à une playlist particulièrement violente et désagréable. Ils laissèrent leurs Pokémon à la section des soins, et allèrent en ville déjeuner ensemble. Ils ne parlèrent que de l'autre finaliste, une certaine "Diane" qui ne se battait que par la force brute.

Victoire

Jul se trouvait sur l'emplacement réservé au combattant du coin bleu, et attendait que Diane, sa future adversaire, se pointe dans le coin rouge. Au bout de dix minutes d'attente pendant lesquelles le public s'impatienta, son adversaire se montra et il reconnut la grande femme qui l'avait bousculé un peu avant. À la vue de Jul, Diane le héla et hurla :

"Excuse-moi du retard ! Je trouvais pas le chemin pour revenir dans ce [BIP] de patelin ! Tu me paieras le taxi ?", puis elle explosa à nouveau d'un rire chaleureux.

La finale se jouant en double avec 4 Pokémon, ils envoyèrent chacun leurs deux premiers Pokémon. Jul envoya Tenefix et Feuforeve, puisque tous les deux de type spectre : face à un adversaire qui utilisait la force brute, il avait des chances d'avoir l'avantage dès le début. Diane envoya un Galeking et un Scarhino.

Ce fut le Scarhino qui attaqua le premier. Avec une Megacorne, il infligea de nombreux dégâts au Tenefix, qui en profita pour placer une Feinte dont il avait le secret. Puis Feuforeve utilisa une Rafale Psy pour tenter de rendre le Galeking confus, mais son armure d'acier l'encaissa sans broncher. Il se jeta sur le Feuforeve à une vitesse surprenante pour son poids, et il le mit KO en une attaque grâce à sa Queue de Fer.

Jul rappela son Feuforeve et envoya son Gardevoir. Il attaqua immédiatement avec une attaque Psyko sur le Scarhino, ce qui lui infligea de lourds dégâts. En réponse, le Scarhino utilisa une autre Megacorne, qui mit KO en un coup le Gardevoir. "Décidément !" pensa Jul, "ça s'annonce vraiment mal, là !". Voyant ça, le Tenefix de Jul balança un magnifique Psykoud'boul au Scarhino, ce qui acheva de le mettre à terre. Mais déjà affaiblit, il ne vit pas arriver le Galeking sur le côté qui lui mit un formidable coup de Tete de Fer, et tomba KO.

Jul n'avait plus qu'un Pokémon à envoyer : son Lucario. Il l'envoya en craignant le pire ; Diane rappela son Scarhino et envoya un Absol. Lucario envoya une attaque Aurasphere sur le Galeking, ce qui lui retira la Vitalité qu'il lui restait. Diane le retira et envoya un Metalosse. Absol se jeta sur le Lucario et tenta de le blesser avec une Coupe Psycho, mais Lucario encaissa l'attaque. Metalosse, en lévitant un court instant, alla se placer directement au contact et utilisa un Poing Meteor... qui manqua sa cible.

Lucario, au contact, décida de faire du Close Combat sur l'Absol, ce qui le mit hors d'état de nuire. Alors, Le Metalosse utilisa un Martopoing sur Lucario. Lucario ne put encaisser cette dernière attaque.

Jul venait de perde en final, et, impressionné par la force brute des Pokémon de Diane, voulut la féliciter, mais voyant qu'elle était en train de sautiller sur place les mains jointes en l'air, il se retint de lui dire quoi que ce soit à la vue d'une telle démonstration d'extraversion. Mais au bout de quelque dizaines de secondes, elle alla vers Jul et lui dit: "Allez petit, tu t'es bien battu t'as bien failli me [BIP] sur la fin !". Dans un grand sourire, elle lui tendit la main. Jul accepta son hand-shake, mais se plia vite en deux à cause de la douleur provoquée par la poigne de fer de Diane.

Vide

Pendant la visite du musée, Diane et Jul discutèrent un peu. Ils étaient 4 : Elsa, Jul, Diane, et le quatrième demi-finaliste, celui que Diane avait battu. En retrait, Elsa tentait de se concentrer sur l'étude des pièces de collection du musée, mais elle était obnubilée par le dialogue entre Jul et Diane, qui sympathisaient en se racontant leurs exploits. Forcément, depuis presque un an, il avait des choses à raconter, Jul... Diane était une ancienne garde du corps, détachée à la protection rapprochée ("voire très rapprochée", avait-elle ajouté avec un rire vulgaire) de certaines personnes assez riches, et elle avait décidé de s'offrir des vacances pour se détendre après cinq ans de travail acharné. Chacun de ses Pokémon avait un rôle différent dans son équipe : Absol devait claquer, Scarhino devait frapper, Galeking devait taper et Metalosse devait cogner. Le silence du musée était régulièrement troublé par son rire éclatant, amplifié par la forte résonance de la construction, d'autant plus que pour les laisser pleinement profiter de leur visite, ils étaient tous les 4 sans aucune sorte d'escorte. Ainsi, il n'y avait personne pour rappeler Diane à l'ordre par rapport à son vocabulaire parfois grossier ou au volume de son rire.

Elsa tentait de rester prêt de "ces deux amoureux" et de nouer une conversation avec Jul à propos du contenu du musée, mais apparemment il était moyennement intéressé par cette perspective. "Je crois que tu saoules le petit, jeune fille !", lui lança Diane, mais devant le regard noir d'Elsa, elle se retint d'éclater de rire à nouveau, pour ne pas la blesser davantage. Ils passèrent devant une pancarte qui expliquait que le bâtiment était à moitié fermé au public, car un contretemps n'avait pas permis au conservateur de livrer la collection complète de fossiles Pokémon avant la date d'inauguration officielle et la première visite.
"[BIP], comme si on était à un jour près, on repassera demain, d'accord Jul ?

- Euh... ouais, ça fera plaisir à Elsa je crois." Elsa s'attendit à entendre Diane rire, mais cette dernière acquiesça simplement.

À côté de la pancarte, ils passèrent devant une vitrine : le plus ancien fossile du monde. Alors qu'Elsa tenta une fois de plus de parler à Jul de ce fossile très important, ils entendirent une détonation semblable à un coup de tonnerre proche, doublé du bruit d'une vitre qu'on détruit. Diane, par déformation professionnelle se jeta sur eux et les coucha à terre, et le demi-finaliste battu par Diane sursauta et s'enfuit en courant vers l'entrée.
Partie II
Retrouvailles

Au bout de quelques dizaines de secondes, premièrement gênée par certains attributs de Diane qui lui collaient dans le dos et deuxièmement surtout rassurée par l'absence de quiconque autour d'eux (et donc d'aucun membre de la Team Galaxy), Elsa s'exclama "C'est bon, Diane, tu peux nous lâcher maintenant !". Jul n'avait pas l'air dérangé par la position dans laquelle il était, mais trouvait un peu gênant tout de même d'être collé au corps d'une jeune femme vachement sympa et très bien fournie par la nature.

Diane les aida à se relever et invoqua, évidemment, le fait que c'était son travail de protéger les gens. Elsa s'approcha de la vitrine, pour essayer de comprendre ce qu'il s'était passé.

"C'est bizarre.

- Quoi ?

- Regardez : la vitrine a été détruite depuis l'extérieur : elle n'a pas "explosé", elle a "implosé". En plus, la pierre avec le fossile dedans a été cassée en plusieurs parties.

- Ouais, et c'est sensé nous rassurer ?", demanda Diane.

"Hé, le fossile ! Il n'est plus là !", s'exclama Elsa.

"Comment ça ?

- Bah regardez : il ne reste que la pierre qui entourait le fossile !

- Ah oui, c'est vrai... Mais comment ça se fait ? Je veux dire, il n'y a personne dans le coin... C'était une téléportation ?

- Non, la téléportation remplace l'objet par de l'air pour ne pas créer d'onde de choc. Là, il y en a eu une, en plus tournée vers l'intérieur, comme si le fossile avait été remplacé par du vide instantanément..."

Diane, sentant que la situation lui échappait, décida de se concentrer sur son train-train habituel : la culture physique. Sans que personne ne lui dise rien, elle décida de faire quelques pompes (une petite cinquantaine) le temps de réfléchir un peu à la situation. Mais rien ne lui venait en tête et ça ne faisait que l'énerver. Elsa, elle, tentait de résoudre deux problèmes : premièrement : comment se faisait-il que ce fossile ait disparu d'un coup, sans que personne ne soit à côté d'eux, et deuxièmement : comment se débarrasser de Diane, inutile et inintelligente, qui traînait autour de J-... autour d'eux ?

"C'est eux ! C'est eux !", cria une petite voix au fond du musée. Ils se retournèrent et virent le quatrième demi-finaliste qui les montrait du doigt aux deux gardiens du musée, alertés sans doute par le bruit de coup de tonnerre de la pseudo-téléportation. Ils furent emmenés au poste de police où ils furent tous interrogés sous Hypnose. Jul fut questionné le premier, puis Diane et enfin Elsa. Leurs témoignages se recoupant, ils ne furent pas inquiétés.

Le lendemain, le musée était fermé. Le directeur les avait convoqués dans son appartement privé : le phénomène s'était reproduit : un fossile de Vacilys, le deuxième plus vieux fossile du monde, avait disparu de la même manière que le premier. De plus, un de ses collaborateurs, un chercheur, avait disparu. Pire, il avait reçu une lettre de menace lui interdisant d'appeler la police, il devait donc y avoir une raison bien précise pour qu'on ait enlevé ce chercheur. Elsa lui demanda immédiatement :

"Et sur quoi est-ce qu'il travaillait, votre ami ?

- Hmmm, il touchait un peu à tout. Il me parlait récemment d'une étude qu'il menait sur l'apparition des dragons dans le passé et leur influence sur la culture des peuples. Il disait que, régulièrement, à Kanto, il y avait un grand dragon qui apparaissait, mais que son culte s'était éteint et qu'il venait toujours régulièrement dans la montagne pour faire le lien entre je ne sais plus quoi et les humains.

- Il vous a dit quand il devait réapparaître, ce dragon ?", demanda Elsa.

- Non, mais on peut aller vérifier sur mon ordinateur, il m'a mis en copie de ses travaux."

Diane, Jul et Elsa accompagnèrent le directeur dans sa camionnette où il alluma un PC portable qui semblait avoir fait son temps. Après avoir navigué sur le web pendant quelques minutes, le directeur s'exclama :

"C'est bizarre, je n'arrive pas à me loguer sur ma session. Je connais mon mot de passe et tout, mais ça ne veut pas rentrer...

- C'était quoi votre [BIP] de mot de passe ? Je vais vous l'écrire, moi ! Vous auriez pas oublié d'enlever le "caps lock" ou un truc comme ça ?", éructa Diane.

"Non, je connais mon mot de passe et je connais mon ordinateur, madame.

- Mademoiselle !

- Oui, bon, mademoiselle... si ça vous fait plaisir. Enfin bon, je suis pourtant certain de connaître mon mot de passe par cœur !"

Diane avait l'air énervée par ce manque de politesse involontaire. Elsa, quant à elle, cherchait dans sa mémoire quelque chose, mais n'arrivait pas à trouver exactement. Jul, lui aussi, avait un souvenir d'une histoire de mot de passe par le passé. Ils s'écrièrent en même temps :

"- Le hacker !"

Le directeur leur demanda des explications, et ils lui expliquèrent qu'ils avaient connu quelqu'un de très tourné vers l'informatique qui pourrait résoudre son problème. Il résidait apparemment à Azuria, dans la région de Kanto. Ils tentèrent de l'appeler sur son Poké Matos, mais cela ne répondait pas.

"Attendez", proposa Diane, "j'ai un doute, je vais l'appeler en "masqué", voir s'il n'essaie pas de vous éviter."

Lorsque le hacker répondit, Jul et Elsa ne reconnurent pas sa voix. Diane prétexta un faux numéro, et Jul et Elsa se préparèrent pour un petit voyage à Kanto. Diane proposa de les accompagner, "pour ne pas perdre la main pour son travail de garde du corps".

Arrivés à Azuria, quelques jours plus tard, Jul, Elsa et Diane se dirigèrent vers le centre Pokémon afin de s'y reposer un peu. Le musée d'Argenta était fermé aussi : des explosions suspectes avaient contraint les responsable à fermer le musée. Elsa, Jul et Diane firent immédiatement le lien avec les événements à Sinnoh. Ils décidèrent de se reposer un petit peu, mais au centre Pokémon, en passant devant la section des soins intensifs, ils reconnurent une vieille connaissance : une jeune femme qui leur avait causé beaucoup de problèmes, sauf qu'elle était allongée, endormie, dans un lit d'hôpital.

Désastre

Silpelit ne les avait pas vu. Ils demandèrent à l'infirmière de garde comment cette femme était arrivée ici. Elle leur expliqua qu'on l'avait trouvé très profondément blessée dans un ravin, à la limite de la mort. C'était une chance inouïe qu'on ait pu l'apercevoir depuis la route. Elle possédait une profonde blessure sur la poitrine, et elle n'avait pas repris conscience depuis un mois.

"C'est bizarre Jul, c'est juste après l'incident avec les Tyranocif... C'est ça la punition pour un échec, dans la Team Galaxy ?

- Si c'est ça, autant prévenir la police, comme ça-

- Quoi ! C'est un Team Galaxy, cette nana ?!", hurla Diane.

À cet instant, Silpelit se réveilla en sursaut. Elle respirait très fort et avait l'air paniquée. En cherchant à se sauver de la pièce, elle tomba par terre de son lit. Elle n'avait plus de force dans les membres, et ne pouvant pas se relever, elle essaya de ramper vers la sortie. Avant de s'évanouir de fatigue, elle prononça à peine distinctement "Je vais le...". Au bout de quelques seconde, une infirmière arriva et cria "C'est encore la malade de la chambre de soin intensif ! Comme il y a 3 jours ! Allez, venez m'aider à la remettre dans son lit avant que sa blessure ne se rouvre ! Quant à vous 3, puisque vous êtes là, vous allez nous aider aussi.

- Qu'est-ce qui lui arrive ?", demanda Jul.

"Depuis qu'on l'a administré ici, régulièrement elle se réveille en sursaut. Elle manque de force, donc elle ne peut pas sortir toute seule de son lit... le problème vous le voyez : entre les seins, ce pansement énorme taché de sang, vous voyez ? Sa blessure s'est encore rouverte ! Elle a reçu une blessure grave, et à chaque fois qu'elle bouge trop, elle rouvre la blessure et perd du sang, et ça empêche la blessure de se refermer complètement. Il faut qu'on la maintienne allongée et qu'on change le pansement régulièrement, mais on n'a pas le droit de l'attacher dans ce centre et on ne peut pas la transférer à Safrania, elle ne supporterait pas le transport. En plus, avec les explosions de rochers qui ont lieu un peu partout dans la ville, on est débordés, ici !"

À ce moment, l'Absol de Diane sortit de sa Pokéball tout seul. Il se précipita par la fenêtre et partit en direction de la montagne. Diane essaya de le rappeler, mais rien n'y fit.

En essayant de suivre Absol, Elsa, Diane et Jul partirent vers la montagne. Absol prenait toujours quelques centaines de mètres d'avance, mais il les attendait quand il jugeait s'être trop éloigné. Jul commença à se demander ce que ce Pokémon voulait faire en les amenant à la montagne. À la tombée de la nuit, ils arrivèrent à l'entrée d'une grotte.

Altération

Lorsqu'ils s'enfoncèrent dans la grotte, Jul sortit sa lampe pour y voir, et ils continuèrent de suivre Absol en marchant aussi rapidement que l'obscurité le leur permettait. Ils s'arrêtèrent devant un mur sur lequel était dessiné un objet ancien. Elsa l'identifia comme étant une clepsydre et dut expliquer à Diane l'usage qu'on devait faire de cet objet, qui n'était pas du tout ce à quoi pensait Diane. Ils entendirent un sifflement strident et long, comme une plainte sinistre venant de derrière le mur. Jul tenta de toucher coller son oreille contre la paroi, mais son corps passa au travers. Lorsqu'il se retrouva de l'autre côté, le mur avait disparu. Il revint donc vers Diane et Elsa, qui furent très étonnées de voir quelqu'un passer à travers un mur et en ressortir.

" C'est formidable ! On dirait une glace sans tain : je vous voyais de l'autre côté, mais de ce côté, on ne voit rien...

- Hé bah on va passer à travers pour voir... c'est quand même [BIP] de bizarre, cette moitié de mur.", s'interrogea Diane à voix haute. De l'autre côté, il y avait un autre couloir, beaucoup plus large. On pouvait entendre du bout du couloir une étrange mélopée. Intrigués, Jul, Elsa et Diane avancèrent. Soudainement, la mélopée s'arrêta et il y eut un tremblement de terre qui fit s'effondrer le couloir dans lequel se trouvaient Jul, Elsa et Diane. Encore une fois, Diane se jeta sur Elsa et Jul pour les protéger, et ils atterrirent dans une pièce ronde, sculptée dans la roche dans laquelle convergeaient de nombreux couloirs. Ils virent des centaines de Melodelfe rassemblés autour d'un grand Pokémon bleu, quadrupède, dont le corps semblait aiguisé comme du diamant, mais qui semblait souffrir énormément.

"Tiens, le Seisme a fait venir des visiteurs. Noctunoir, débarasse moi de ces imbéciles.", dit une voix cachée dans l'ombre. Alors, les Melodelfe se tournèrent vers Jul, Elsa et Diane, et commencèrent à remuer leurs doigts, le visage dans le vide. Elsa hurla :

"C'est le Metronome ! Vite, il faut se casser d'ici ! Allez, viens, Diane... Diane ? Diane ?!"

En effet, Diane semblait évanouie. Du sang et de la poussière étaient collés dans ses cheveux, comme si elle s'était pris une grosse pierre sur la tête. Alors, Jul et Elsa la trainèrent avec eux, et ils foncèrent dans un couloir, alors qu'un gigantesque rayon bleu clair combla l'entrée du couloir par une couche de glace de plus d'un mètre d'épaisseur.

Elsa, Jul et Diane étaient saufs pour le moment, mais ils étaient coupés de la salle dans laquelle des centaines de Melodelfe affaiblissaient peu à peu un Pokémon gigantesque. Elsa expliqua à Jul :

"Ce Pokémon, c'est un des Pokémon les plus puissants du monde : c'est "le Temps", Dialga. On dirait qu'il y a dans la salle un homme qui essaie de l'affaiblir. Il veut essayer de le maîtriser, sans doute.

- ... Sortir... Scarhino... Noctunoir..." Apparemment, Diane essayait de parler, mais elle ne pouvait s'exprimer correctement, encore sonnée par le coup sur la tête. Jul comprit qu'elle voulait dire qu'il fallait sortir ses Pokémon pour venir à bout du Noctunoir... Avec son pouvoir hypnotique, il devait contrôler les Melodelfe de la salle... Et justement, pour briser cette épaisse couche de glace, quoi de mieux qu'un Pokémon bourrin ? Il sortit donc le Scarhino de Diane, et lui ordonna de détruire le mur de glace. Scarhino s'exécuta, et au bout de plusieurs Megacorne, l'entrée vers la salle fut dégagée.

Jul et Elsa sortirent leurs Pokémon, et avec l'aide d'Absol qui bataillait déjà avec le Noctunoir, ils purent le mettre KO et rompre l'hypnose des Melodelfe. Ces derniers commencèrent à se disperser, et Ils entendirent quelqu'un pester contre eux. Alors, ils virent deux Pokémon appelés par la personne dans l'ombre. Ils entendirent simplement :

"Carchacrok, attaque Seisme. Carchacrok, attaque..." Mais il ne put terminer sa phrase, car dans un dernier sursaut d'énergie, Diane courut dans sa direction, et lui mit un formidable coup de pied dans un endroit bien placé. L'homme s'écroula de douleur, et il apparut dans la lumière : c'était une personne habillée en sbire de la Team Galaxy, portant un numéro "6" sur son costume. Épuisée par cette dernière action, Diane s'évanouit de nouveau. Le Seisme eut lieu tout de même, et tout le monde eut à faire face à une attaque très puissante, qui faillit achever Dialga. Alors, Jul, profitant que son adversaire ne pouvait plus bouger, alla le questionner.

"Qui est-ce que tu es ?

- Je suis... Pluton... le numéro 6 de la...

- Je croyais que c'était Silpelit, le numéro 6 de la Team Galaxy !", demanda Elsa. Pluton rigola dans sa douleur et expliqua :

"Elle a échoué trop de mission. Je l'ai remplacé... c'est la loi dans la Team Galaxy...

- Et c'est toi qui lui a tailladé le torse ? Pourquoi tu as fait ça ?!

- Cette imbécile... a oublié une règle... quand on se change de rang, on doit effacer son numéro... Mais le sien, elle en avait fait un tatouage... Alors je lui ai enlevé... avec ça...", dit-il en désignant un couteau de chasse à sa ceinture, et en riant encore dans sa souffrance. Jul ne put se retenir et, fou de colère, lui décocha un énorme coup de pied dans le visage.

Pendant ce temps-là, les deux Carchacrok étaient en pleine bataille contre les Pokémon d'Elsa et de Diane, mais l'Ymphect et le Drackhaus d'Elsa, toujours en compétition, les mirent KO à force d'attaque au contact, aidés par le fait que les Carchacrok étaient pris en tenaille par les 4 Pokémon de Diane. Alors, Pluton rappela ses Pokémon KO. Il se releva, donna un coup de poing à la tête de Jul, qui fut sonné pendant quelques secondes, et envoya un coup de pied dans le ventre de Diane par vengeance. Ce laps de temps durant lequel Jul était sonné fut suffisant à Pluton pour sortir un quatrième Pokémon, un Kadabra, auquel il donna l'ordre d'utiliser Teleport. Il disparut de salle instantanément.

Jul et Elsa vinrent auprès de Diane, mais elle était en très piteux état. Elsa tenta d'estimer ses blessures, mais sans soins immédiat, c'était la fin pour elle. À cet instant, les Melodelfe restants dans la salle firent un nouveau Metronome qui se transforma en vœu : une forte lumière émana de Dialga, qui retrouva rapidement sa vitalité, et il s'adressa à Elsa et Jul par la pensée en ces mots :

"Vous avez sauvé le passé. Je vous dois la vie, je la dois aussi à cette troisième personne.

- Dialga, ne pourrez-vous pas la guérir ?", demanda Elsa.

"Je ferai ce qui est en mon pouvoir."

Alors, une espèce d'aura cristalline émana de Diane, qui semblait rajeunir à vue d'œil. Elle semblait également perdre ses blessures. À la fin de ce traitement, elle avait l'apparence d'une jeune femme de 18 ans, mais en pleine forme. Dialga, jugeant que tout était réparé, se concentra et ouvrit un vortex gigantesque dans le mur au travers duquel il s'engouffra. Le vortex se ferma dans un bruit cristallin, et Diane se réveilla. Elle regarda autour d'elle, et demanda :

"[BIP], vous êtes qui ? Je fous quoi ici ? Et pourquoi je suis habillée en vieille ?!". Jul tenta de lui expliquer toute l'histoire, mais Diane ne le crût pas et lui rit au nez. Alors, Elsa lui dit simplement de les suivre au centre Pokémon le plus proche. Au centre Pokémon, on la plaça en cellule de psychothérapie immédiatement, et Jul et Elsa en profitèrent pour aller voir comment se portait leur ancienne ennemie Silpelit. Mais à leur surprise, on leur apprit qu'elle s'était évadée du centre par ses propres moyens et qu'on avait perdu sa trace. Elle avait même oublié son unique Pokémon, un Archeodong très puissant.

Jul et Elsa décidèrent d'attendre un peu au centre avant de repartir à Sinnoh sur la trace de Groudon. Pendant ce temps, Ymphect, Kirlia et Drackhaus changeaient de forme dans leur Pokéball.
Plop !

Avatar de l’utilisateur
Red Rum
Messages : 137
Inscription : jeu. 06 nov. 2014, 04:25
Localisation : In Uranus
Contact :

Re: [Fanfic] Adaptations

Message par Red Rum » dim. 04 janv. 2015, 16:26

Terreur à l'Aire de Survie

Partie I
Mensonge

Depuis 3 mois, Jul et Elsa étaient restés au chevet de Diane, qui devait se réhabituer au monde, dont elle ne connaissait pas l'histoire récente. Elle devait apprendre ce qu'était la Team Galaxy, ce qui était arrivé à Kanto, Johto, Hoenn et Sinnoh. Mais Diane voulait absolument retourner à Suerebe, puisque c'était à Rhode qu'elle avait vécu son enfance. Elsa, compatissante, lui proposa de l'accompagner, ne serait-ce que pour en apprendre sur les mythes de Rhode. Jul, lui était moyennement enthousiasmé par l'idée de se promener dans cette région désertique. Peut-être une chose pouvait l'inciter à suivre Diane : Diane elle-même. Un jour, le départ fut décidé à l'unanimité, et Elsa commença à parler du voyage.

"Le truc, c'est qu'actuellement, on est à Kanto. Le mieux, j'ai regardé sur la carte, ce serait de prendre le train pour Sinnoh, aller jusqu'au nord de l'Aire de Survie pour ensuite prendre le bateau vers le nord de la région...

"Ça ne risque pas d'être long comme voyage ?", demanda Jul.

"Bah, c'est à toi de voir : si tu préfères payer le triple pour un aller simple en dirigeable, on peut, mais tu me rembourseras la différence, alors.

- Pfff... OK laisse tomber on y va. Faudrait dire à Diane de se préparer. Je croyais qu'elle était allée faire des courses ?

- Mouais... Elle avait dit qu'elle reviendrait rapidement- Ah, salut, Diane, t'en as mis du temps pour acheter ton truc ! C'est cet énorme paquet là ? Qu'est-ce que c'est ?

- Je me promenais dans Argenta... Et quand j'ai vu ce magasin, j'ai pas pu m'retenir. Regarde un peu ça !"

Diane venait de retourner dans sa chambre, où l'attendaient Elsa et Jul. Elle tenait dans sa main un paquet enroulé dans du papier Kraft, d'au moins deux mètres de long, et extrêmement volumineux. Diane déchira le papier, et découvrit deux boîtes : une mallette métallique chromée relativement mince mais assez grande et un énorme étui en bois peint, apparemment d'une très grande valeur. Sur les boîtes étaient inscrits des mots, sans doute la description des objets contenus par les boîtes. Jul déchiffra les inscriptions sur la mallette et sur l'étui :

" De.. Des... Desert... "Desert Eagle". "Desert", ça vient de Rhode, avec un nom pareil... Et l'autre : Spa... done... "Spadone" ? Mais ça veut rien dire, "Spadone" ! C'est quoi ces trucs ?

- Tu vas voir...", lui dit Diane avec un petit rire d'excitation. Elle ouvrit la mallette chromée, qui révéla deux énormes pistolets brillants, avec divers accessoires. Jul laissa simplement s'échapper un "Ah..." à moitié déçu, à moitié interloqué. Elsa fit un mouvement de recul. Peu rassurée, elle demanda d'une voix blanche ce que contenait l'étui sur lequel on pouvait voir, calligraphié, le mot "Spadone". Diane fit coulisser les fermetures mécaniques, et ouvrit l'étui en bois. À l'intérieur, on put voir deux épées, d'une taille ridiculement grande, avec une garde longue d'au moins 40 centimètres.

" J'ai fait une affaire ! Des objets de collection pareil pour à peine 200 000 Poké$, c'est incroyable ! À Rhode, j'en aurais eu pour trois fois moins au marché noir, mais à Kanto c'est un peu plus dur de trouver ce genre d'équipement d'élite

" Mais... enfin tu...comment dire... tu vas en faire quoi ?!" demanda Elsa avec inquiétude. Elle avait horreur des armes, et ce spectacle abominable la rassurait moyennement concernant l'état de santé actuel de Diane.

" Cette question ! " dit Diane en rigolant. "Je vais m'en servir ! Si tu ne sais pas te défendre à Rhode, t'as vite fait de te faire attaquer, dépouiller, tuer, torturer, dénoncer, rayez les mentions inutiles !". Elle éclata d'un rire sonore, et referma sa mallette et son étui géant.

Jul lui expliqua la route à prendre et Diane accepta sans discuter. Elle avait l'air de vouloir partir aussi vite que possible. Ils se mirent en route, et ils prirent le train pour Sinnoh. Une fois arrivés à la gare de Charbourg, ils se mirent en route pour Frimapic. Diane proposa de prendre un bus direct, de nuit, pour minimiser les frais. Ils partirent donc en bus, et après une nuit de voyage, ils arrivèrent à Frimapic.

En plein hiver, arriver à Frimapic sans vêtements chauds était suicidaire, aussi Diane leur acheta des vêtements chauds sans regarder la dépense. Jul et Elsa se demandaient ce qui pressait tellement Diane d'aller à l'Aire de Survie, mais elle ne voulut pas leur répondre. Jul reçut alors un message sur son Poké Matos, et après l'avoir lu, il alla discuter en secret avec Elsa.

"Tu m'étonnes qu'elle voulait s'éloigner d'Argenta ! J'ai appris que le magasin où on y vendait des armes avait été saccagé par une jeune femme que je suis sensé connaître ! Diane s'est foutu de nous, elle a piqué ces trucs et maintenant elle veut retourner à Rhode, c'est tout !

- Ah zut ! On prévient la police ?

- Non... Je crois qu'elle est un peu déstabilisée depuis son rajeunissement par Dialga. Et puis, la police, avec Diane, ça va faire des étincelles... Si on arrive à la ramener au centre psychiatrique le plus proche, tout se passera bien."

Blizzard

" Diane, je t'ai déjà dit que c'était effectivement la classe, mais tu vas attraper froid avec ça !

- Oh, le petit Jul s'inquiète pour moi c'est trop mignon ! Mais c'est grave lassant là...

- Arrête de plaisanter ! Tu es exposée au froid ! Tu viens de Suerebe, tu connais pas ce coin ! Il faut te couvrir !

- Mais [BIP], fous-moi-la-paix ! Ça va faire deux jour qu'on s'approche de l'Aire de Survie, la température reste la même, et j'ai pas eu de problèmes à ce que je sache ! Alors tu fermes ta gueule et tu me laisse me promener comme je veux, même s'il y a un [BIP] de blizzard, même si on est en plein hiver, même s'il fait moins quinze, tu me fous la paix ! [BIP], deux jours que ça dure, j'vais finir par te démembrer, tu vas rien comprendre ! [BIP] de [BIP] de [BIP]!"

Depuis deux jours, en plein nord de Sinnoh et en hiver, Elsa, Jul et Diane avançaient vers l'aire de survie, aussi vite que cela leur était possible. Jul tentait tant bien que mal, et avec plus ou moins de succès, de convaincre Diane que ses vêtements n'étaient pas adaptés au climat. Elsa, elle trouvait étrange de ne croiser aucun Pokémon dans cette région sauvage. Elle aperçut au loin un écriteau, et signala qu'ils n'étaient plus qu'à 15 kilomètres de l'Aire de Survie. Pour passer la nuit, elle signala également qu'une arène était à dix minutes de marche. Y passer la nuit serait une bonne idée pour se détendre.

Arrivés devant l'énorme bâtiment au bord de la route, Jul et Diane poussèrent la porte de sécurité et pénétrèrent dans le bâtiment, seul édifice connu à 5 kilomètres. Elsa les suivit, et la porte se referma automatiquement derrière eux. L'arène était un bâtiment fermé, ovale, assez spacieux pour abriter des combats et justement, deux dresseurs s'affrontaient. Une douzaine d'autres personnes les regardaient.
Partie II
Brillant

Le combat opposait un espèce de gros dur, habillé en treillis, à une jeune femme avec un calepin et un crayon, en train de prendre des notes sur le combat qu'elle menait. Elle utilisait un Seleroc et un Kadabra, et elle était opposée à un Hariyama, seul dans son coin de l'arène. Kadabra allait mettre KO le Hariyama en utilisant un deuxième Psyko quand, immédiatement après le premier Psyko, le dresseur du Hariyama hurla "Represailles !". Le Hariyama bondit sur le Kadabra, et avec un formidable coup de boule chargé de rancœur, il le mit KO. Le Seleroc tenta de le freiner avec une Hypnose, mais cela échoua. Alors, le Hariyama utilisa sa technique de Close Combat et mis définitivement hors d'état de combattre le Seleroc.

Chacun rappela ses Pokémon, et le dresseur vainqueur asséna à son adversaire : "Je t'avais bien dit de ne pas essayer de jouer avec le statut ! Toujours foncer !". De la même manière que Diane, il éclata soudainement de rire. Sans savoir pourquoi, Jul détestait déjà cette espèce de "personnage". Elsa, elle, regardait du côté des spectateurs : il y avait un genre d'artiste, avec des yeux fous, à côté un mec, fasciné par la bataille, et avec un casque intégral sur les oreilles. Il y avait également trois gamins qui discutaient ensemble d'apparemment tout sauf le combat qui venait d'avoir lieu. Quelques autres dresseurs d'âges et d'origines diverses semblaient discuter du prochain match et de tactique Pokémon. Enfin, il y avait un vieil homme qui devait être le gérant du bâtiment : il ne semblait pas posséder de Poké Ball sur lui.

Après quelques combats au cours desquels Jul, Elsa et Diane purent se présenter et faire la connaissance d'un peu tout le monde, les dresseurs se rassemblèrent autour d'une table et mangèrent leur repas en discutant. Ainsi, le gros dur en treillis se prénommait Bruno : ancien militaire, il avait été le prédécesseur du Major Bob à Kanto et avait été promu Lieutenant-Colonel quelques jours avant sa démission. À un moment, il sortit un couteau de combat, souvenir de son séjour à l'armée, et fit le "coup du couteau" : il posa sa main, et en regardant ailleurs, il planta son couteau entre ses doigts une trentaine de fois, à une vitesse ahurissante et sans se blesser une seule fois. Son adversaire était une étudiante en "psychologie/para-psychiatrie" : Julie, qui prenait des cours par correspondance. Pendant le repas, elle rédigea sur un ordinateur portable un compte-rendu de son combat, et Elsa, par indiscrétion, put apercevoir le titre du texte : "De l'influence du moral sur les capacités de combat des Pokémon dans le cadre de l'étude de l'influence de la psychologie des Pokémon sur leurs dresseurs", et elle pensa immédiatement que cette fille était décidément trop intellectuelle pour être intéressante. Un jeune gamin d'une douzaine d'années racontait ses aventures avec son Dracaufeu à deux jumelles de son âge. Il s'appelait Yellow, et les deux fillettes étaient Satsuki et Sen. À un moment, celle qui s'appelait Sen dut s'absenter pendant le repas sans donner d'explication, ce qui vexa Yellow. Elsa trouva enfin quelqu'un qui partageait ses goûts musicaux, et elle put à loisir discuter des exploits sonores de Eternarian Snares et de Mega Chomp avec un dresseur prénommé Yannick, qui écoutait aussi une espèce de musique violente, pour rester concentré pendant ses combats. Il expliqua qu'il laissait tout le temps ses Pokémon décider de leurs actions, en intervenant dans le combat aussi peu que possible. Une seule personne refusa de discuter avec quiconque : l'espèce de peintre, qui restait à l'écart. Il s'éclipsa au milieu du repas "parce qu'il était fatigué", mais alors, Bruno lui fit remarquer à haute voix qu'au point où il en était, il n'avait qu'à sniffer sa coke devant tout le monde. Cette intervention faillit gâcher le repas car à cette injonction, le peintre sorti un Drattak shiney et, avec un air rempli d'un mélange de défi, de haine et de honte, il dévisagea Bruno interminablement, avant de rappeler son Pokémon et de repartir en reniflant vers le dortoir du sous-sol. D'autres dresseurs discutaient toujours tactique pendant ce temps : apparemment ils étaient en voyage ensemble, et il fut impossible de les tirer de leurs discussions.

Dernier pas

Après le repas, le gérant pris à part Jul et lui expliqua qu'il serait une bonne idée de dire à Diane de ranger ses armes, car tout le monde était à cran dans ce dortoir : voilà quelques jours que personne ne pouvait bien dormir, sans qu'il sache pourquoi.

Pour la nuit, Elsa faillit égorger Diane, car cette dernière ne voyait pas où était le problème à dormir dans la même chambre que Jul, bien que cette chambre ne possédât qu'un lit double. Mais Diane renonça, et accepta d'aller dormir seule dans la dernière chambre libre du dortoir. Une fois qu'ils furent seuls, Elsa demanda enfin à Jul :

"Concernant le magasin d'Argenta qui a été saccagé, tu es bien sûr qu'il s'agit de ta Diane ?

- Oui, il s'agit bien de notre Diane : "une jeune femme qu'on connait".

- Mais tu as reçu ce message de qui ?

- De la part du centre Pokémon d'Argenta. Ils ont soigné Diane pendant 3 mois, je te rappelle, c'est normal qu'ils aient mon Poké Matos.

- Ouais. Enfin... Je sais pas... tu en penses quoi de cette histoire ?

- Bah... je sais pas non plus, c'est bizarre. Demain matin on ira voir le centre Pokémon pour leur expliquer la situation.

- Oui... t'as raison... et Diane ?

- ... Quoi "et Diane" ?

- ... Tu en penses quoi, de Diane ?

- Mais c'est quoi cette question ! J'en pense rien, je trouve juste qu'elle abuse à nous mentir, alors qu'on l'a accompagné pendant toute sa convalescence à Argenta, c'est tout ! Tu fais quoi, là ? On dirait de la jalousie déplacée !

- Non... je voulais savoir, c'est toi- c'est tout.", bafouilla Elsa. Ils échangèrent ainsi de nombreux autres propos plus ou moins intéressants et Jul, excédé, finit par sortir une cigarette, et alors qu'il cherchait son briquet, Elsa cassa la cigarette en deux et commença une diatribe assez virulente contre le tabagisme et après une demi-heure de discussions, elle accepta de laisser Jul fumer en paix, sans manquer de lui faire remarquer que la pièce ne possédait aucun système d'aération. Elle ne put s'empêcher de penser que c'était dommage de fumer à 18 ans. Alors, elle alla dans la salle de bain prendre une douche et quand elle revint en chemise de nuit pour aller se coucher, elle fut emplie d'un profond dégoût à la vue de l'air apaisé de Jul par la chimie de la nicotine, qui fumait de plus en plus souvent ces derniers temps, au moins deux fois par semaine. C'était la présence de Diane qui causait ça.

"Tu t'inquiètes pour elle ?", demanda Elsa.

"On en reparlera demain, s'te plait", répondit Jul, qui s'allongea, tout habillé, sur le lit. Il avait pris tout de même soin de prendre un chewing-gum pour ne pas puer la cigarette. Elsa s'allongea à côté de lui. Il lui expliqua enfin :

"Diane, c'est un peu ma grande sœur, c'est tout... je m'inquiète pour elle, c'est pour ça..."

"Et moi, je suis qui ?", demanda Elsa. Jul ne lui répondit pas, il lui sourit simplement.

[...]

Pourpre

Le lendemain matin, après une nuit très agréable mais terminée par un cauchemar inexplicable, Jul fut gentiment réveillé par Elsa qui lui expliqua qu'en cette heure précoce du matin, elle allait prendre une douche. Alors qu'il allait se rendormir, il entendit Elsa hurler. Il s'habilla rapidement et se précipita dans la salle de bain de la chambre. La porte n'étant pas fermée à clef, il entra et se précipita sur Elsa, qui avait le bras droit couvert de sang.

"Tu t'es fait mal ? Tu t'es coupée ? Pourquoi tu saignes ?!"

Elsa, apparemment traumatisée par quelque chose lui désigna la cabine de douche : un liquide rouge et épais s'écoulait de la douchette et colorait la cabine de douche d'une sinistre couleur rouge. Jul coupa le débit, et se demanda s'il n'était pas encore dans son cauchemar sordide... Alors, Diane, qui dormait dans la chambre d'à côté, débarqua dans la chambre, et demanda ce qu'il se passait. Elle proposa de laver la blessure d'Elsa, mais le même liquide sortit du robinet du lavabo quand elle voulut apporter de l'eau à Elsa. Elle recula de dégoût mais, moins farouche que Jul et Elsa, pris un peu du liquide sur le bout du pouce, en apprécia la texture, la couleur et l'odeur, pour enfin déclarer :

"Qui est le fils de [BIP] qui a fait ce gag idiot ?! Remplacer l'eau par du faux sang, c'est vraiment un truc de très mauvais goût !

- C'est... faux ?", demanda Elsa.

" Ouaip, c'est aussi faux que les potions de Suerebe ! C'est une imitation de sang... je dirais un genre de liant alimentaire ou chais pas quoi, coloré avec de la rouille ou un machin métallique...

- O... oxyde de fer ?

- Heu... sûrement. Si je chope le mec qui a fait ça, il va passer les pires minutes de sa vie ! Attends, je vais aller réveiller le gardien, déjà..." et elle s'en alla.

Alors, Elsa et Jul firent couler le plus d'eau possible, qui au bout de quelques dizaines de secondes, commença à s'éclaircir, pour enfin redevenir de l'eau d'apparence normale. Quand Bruno débarqua à son tour pour demander si c'était bien de cette chambre que venait le cri qui l'avait réveillé, Elsa repoussa Jul hors de la salle de bain et ferma la porte à clef : avec tout ça, elle ne s'était pas encore habillée.
Partie III
Extérieur

À midi, les dresseurs se retrouvèrent dans la salle commune pour discuter et déjeuner. Chacun put faire ce qu'il lui plaisait : le gardien étant absent, c'était un peu l'anarchie. Le gardien avait bien précisé à Elsa le matin qu'il allait faire un saut rapide au centre Pokémon de l'Aire de Survie pour parler des problèmes qui se déroulaient dans son bâtiment. Il allait utiliser une motoneige, il serait de retour dans l'après-midi.

Vers 15 heures, Yannick signala qu'il allait partir. Il tenta de pousser la porte de sécurité, mais à peine avait-il touché la poignée qu'on entendit frapper contre la porte depuis l'extérieur. Les coups étaient puissants, irréguliers et le poids de la porte amplifiait leur bruit, les rendant sinistres et inquiétants. Les coups continuèrent pendant dix minutes, puis s'arrêtèrent tout d'un coup. Tout le monde regardait la porte, hypnotisé par ce phénomène étrange et alarmant. Bruno finit par lâcher un :

"Mais qu'est-ce que c'est que ce truc ?"

Diane lui indiqua :

"C'est pas le gardien, déjà. Un vieux ne ferait pas un boucan pareil. C'est clair, c'est autre chose. Essaie d'ouvrir la porte, encore, pour voir ?"

"Bruno tourna la poignée et commença à pousser la lourde porte de sécurité. La porte s'était ouverte sur à peine 5 centimètre. Alors, un violent coup, semblable à une détonation par sa puissance, la referma brutalement, et Bruno fut projeté en arrière. Il ne perdit ps l'équilibre, mais cela l'énerva et il força la porte, l'ouvrant sur l'extérieur. Emporté par son élan il se retrouva à l'extérieur dans la neige. On l'entendit jurer quelque chose, puis il se précipita à l'intérieur du bâtiment Alors que la porte allait se refermer sur lui. Une longue série saccadée de coups contre la porte, asourdissante et terrifiante, dura presque un quart d'heure après qu'il soit rentré. Il était apparemment traumatisé par la vue de quelque chose de très impressionnant, il prit du temps pour retrouver son souffle et tenta d'expliquer ce qu'il avait vu. Il y avait dehors de centaines de petits Pokémon gris avec un visage en forme de crâne, des espèces de Pokémon bipèdes plus grands, mais qui dégageaint aussi une espèce d'aura fantomatique.

Jul ouvrit son Pokédex à la page "Skelenox" et à la page "Teraclope", et Bruno confirma que c'était ces Pokémon-là qu'il avait vu dans la neige. Il ajouta enfin qu'il avait eu le temps de voir, sur le toit de l'arène, une forme noire. Jul lui montra la page "Noctunoir", mais ce n'était pas ça. Jul pensa qu'ils étaient encore poursuivis par Silpelit, alors il montra la page "Archeodong" : ce n'était pas ça non plus. Il montra quelques pages de son Pokédex, mais rien ne correspondait. Il devait y en avoir au moins trois cents.

À 19 heures, vu que le gardien n'était pas encore rentré, les dresseurs décidèrent de manger un morceau ensemble. La petite Sen pleurait parce que le gardien, qui était un monsieur si gentil, n'était pas encore revenu. Sa sœur jumelle semblait triste aussi, et le jeune Yellow essayait, avec un succès moyen, de les réconforter. Sen dû encore s'absenter durant le repas, et Yellow voulut la suivre, mais elle le repoussa assez violemment; sans doute déstabilisée par sa tristesse, elle demanda à rester seule un moment. Pendant ce temps, Jul voulut appeler le centre Pokémon, mais il se rendit compte que son Poké Matos était inutilisable : il ne répondait plus. Julie proposa d'aller sur internet avec son ordinateur portable, mais la batterie avait disparu. Jul, pris d'un doute, ouvrit son Poké Matos : la batterie avait aussi disparu.

Tout le monde remarqua que les batteries de tous les appareils de communication avaient été retirées. Il s'ensuivit une discussion longue, pathétique et laborieuse durant laquelle tout le monde s'accusait mutuellement d'avoir volé les piles. Vers le paroxysme de l'engueulade, Sen revint des toilettes en disant très timidement, impressionnée par la colère des dresseurs, qu'elle avait trouvé des trucs métalliques dans la cuvette. Diane, s'attendant au pire, alla voir. Elle revint furieuse en hurlant qu'un [BIP] avait jeté une vingtaine de batteries dans les chiottes. La discussion s'enflamma encore plus. La confiance approximative qui avait pris place le jour précédent s'estompa complètement, et après avoir bien vérifié que les alibis de tout le monde n'étaient pas vérifiables (tout le monde affirmait n'avoir rien fait d'autre que dormir durant la nuit précédente), tout le monde alla se coucher. Jul et Elsa tentèrent de discuter et de rester éveillés au cas où quelqu'un en voudrait à leurs vies, mais ils ne purent s'empêcher de s'endormir.

Rapprochement

Jul se réveilla en pleine nuit. Elsa avait disparu. Alors, il l'appela dans le noir quasi-complet de la chambre : elle n'était pas là. Il se prépara pour aller la retrouver. Alors qu'il s'habillait, il entendit des bruits de pas derrière la porte. Il se précipita, mais il ne put rien distinguer de précis, seulement que les bruits de pas s'étaient accélérés et tournaient au fond dans un couloir. Il courru, mais il ne vit personne. En se retournant, il sursauta : un mètre derrière lui se trouvait une des jumelles. Elle le regardait sans rien exprimer. Il tenta de lui poser des questions, mais il n'arrivait pas à finir ses phrases. C'est alors qu'il remarqua, alors que ses yeux s'habituaient à l'obscurité, que la fillette ne bougeait pas du tout : elle ne respirait même pas ; mais elle saignait abondamment du nez. Jul ne sut quoi faire, et, pris d'une terreur soudaine commença à étrangler la fille. À cet instant Jul s'éveilla en sursaut, dans son lit. Il mit du temps avant de réaliser que tout ce qu'il venait de vivre n'était qu'un cauchemar ignoble, mais cela lui avait semblé tellement réel qu'il voulut s'assurer de la réalité du moment présent.

Il alluma la lumière, et s'aperçut qu'Elsa était agitée dans son sommeil. Lorsqu'il la réveilla, elle hurla de peur, un cauchemar sans doute, également. Elle était tellement paniquée qu'elle tomba du lit et, dans une espèce de fureur paranoïaque, elle regarda sur son corps pour s'assurer de quelque chose que Jul ne voyait pas. Il lui fallut bien 30 secondes pour expliquer son cauchemar : elle était attachée sur un objet surélevé de l'arène et l'ancien militaire Bruno lui plantait, de loin, des couteaux dans les articulations, provoquant des douleurs atroces. Même réveillée, elle avait encore mal aux membres. Jul, pour qu'ils se rassurent mutuellement, la prit dans ses bras. Malgré cela, ils ne purent se rendormir : le silence de la nuit était toujours entrecoupé par un cri de peur; apparemment tout le dortoir était en plein cauchemar.

Le matin, vers 9 h, les dresseurs se levèrent doucement. L'ambiance était assez mauvaise. Diane confia à Jul qu'elle avait fait un cauchemar étrange, durant lequel elle se faisait attaquer puis dévorer pas des Pokémon insect. 5 personnes n'étaient pas à la table du petit-déjeuner : Julie, Bruno, Yellow, Satsuki et Sen. Les trois enfants arrivèrent un peu plus tard, pour demander qu'on les aide avec leur lit. Elsa comprit vite de quoi il s'agissait, et elle accepta de changer le drap. Yellow, tandis qu'il racontait son cauchemar (il était dans la forêt et le feu le rattrapait), eût un instant de panique : il fixa droit devant lui quelque chose que personne n'avait encore vu : un corps était épinglé comme un papillon à l'arrière d'un des spots de l'arène. Seuls les pieds dépassaient de derrière le bloc de lampes. Tout le monde courut vers le corps pour le retirer. Elsa eut un malaise : c'était Julie, tuée de la même manière que dans son cauchemar.

Après une bonne heure de discussions stériles, comprenant nombre d'accusations, de tentatives d'explications et de reproches au peintre (qui n'avait rien trouvé de mieux à faire que de faire un dessin du corps décédé de Julie), Elsa, excédée, alla se reposer dans un coin. Diane alla s'occuper d'aller changer le drap des enfants, qui pleuraient tous assez bruyamment. Diane revint, et dit à Jul de l'accompagner. Elle lui désigna, dans un grand placard, un drap de lit roulé en boule. Dedans, elle avait découvert le corps de Bruno, avec un diagnostic assez étrange : il avait été étranglé, mais les empreintes de mains autour de son cou n'étaient pas d'une forme normale. Jul remarqua qu'il tenait son couteau fermement dans sa main droite et que dans la paume de sa main gauche, il avait gravé un signe semblable à un "S". Après quelques minutes de réflexion, il dit à Diane :

"Je viens de remarquer un truc. Sen, c'est bien celle qui a découvert les batteries noyées ?

- Ouais.

- Et c'est elle qui s'absente tous les soirs pour faire je-sais-pas-quoi ?

- Ouais...

- Et son nom, il commence bien par un "S" ?

- ..."
Partie IV
"S"

Jul rassembla tout le monde dans l'arène et leur expliqua la situation : deux morts, et ce signe en forme de "S", comme une dénonciation. Ils étaient maintenant sûrs que quelqu'un était un assassin parmi eux. Les plus jeunes, c'est-à-dire Jul, Elsa, Yellow, Satsuki et Sen furent écartés par défaut, mais pas Diane : bien qu'elle ait seulement 19 ans, avec son apparence peu rassurante et son équipement non plus rassurant, on lui demanda de donner quelques explications sur sa présence à l'Aire de Survie, ce qu'elle faisait dans la vie. L'interrogatoire dura 15 minutes. Jul en profita pour poser une question qui lui brûlait les lèvres :

"Tu as bien la facture de ton équipement ?

- Pourquoi ? C'est quoi le rapport ?

- Je voudrais la voir.

- Quoi ? Tu veux m'payer la facture ? C'est gentil, ça !

- Non sans rire, donne-moi la facture.

- Ouais, non... j'en ai pas.

- Pardon ?

- Oui... le vendeur préfère ne pas laisser de trace de son business, quand on lui demande des réductions.

- C'est ça... donc pas de trace de bagarre ou de violence, c'est ça, c'est ça...

- En clair ?

- En clair, je te demande si c'est toi qui a foutu le bazar dans sa boutique le jour où on est partis.

- Ah ? J'étais pas au courant... Et qu'est-ce qui te fait croire que j'ai un truc à voir là-dedans ?

- Moi ? On m'a appelé pour me dire qu'une fille que je connaissais avait détruit le magasin pendant que-

- [BIP] de... Qui t'a raconté ce truc ?!

- Un infirmière du centre Pokémon d'Argenta.

- C'est des [BIP] ! J'ai payé ce gars réglo, j'ai rien à me reprocher !

- Prouve-le, alors."

Diane tenta de balbutier quelque chose, mais elle ne put formuler aucun mot. Ses yeux écarquillés cherchaient à gauche et à droite des solutions au problème : comment prouver qu'elle était innocente dans cette affaire ? Elle tenta le tout pour le tout :

"Si je te dis pourquoi le mec ne m'a pas filé de facture, tu me croiras ?

- Ça m'aidera à avoir une opinion, oui.

- C'est à cause de la façon dont j'ai payé le mec.

- Tu l'as payé comment ? À coup de lattes ?

- ... non... en fait, en nature."

Satsuki osa un "Qu'est-ce qu'elle a dit ?", mais on étouffa vite cette discussion, qui semblait très nuisible pour l'ambiance générale. Jul était à peu près sûr que les assassinats avaient quelque chose à voir avec Sen. Il s'adressa alors à Sen :

"Sen, tu peux me dire ce que tu fais tous les soirs à l'heure du repas, quand tu t'en vas...

- Ben... je vais aux toilettes.

- Sérieusement ?

- Oui... je vais aux toilettes.

- Pourquoi tu dois y aller à heure fixe tous les soirs ?

- C'est pas votre affaire !

- Ne commence pas à pleurer. C'est quoi, ton explication ? J'aimerais être fixé une bonne fois pour toutes !"

Sen, au comble du désarroi, accepta de s'expliquer. Elle alla chercher un petit sac en forme de Mélo, duquel elle retira des boîtes de médicaments. Yellow eut un mouvement de recul :

"Tu es malade ?

- ... Oui...

- Tu as la grippe ?"

Sen explosa :

"Non !"

Dans sa colère, elle empoigna ses cheveux, qu'elle tira en arrière. À la surprise de tous, elle portait en fait une perruque, son crâne était pratiquement chauve. Elle expliqua qu'elle souffrait d'une leucémie très avancée et qu'elle ne pouvait pas se passer de sa chimiothérapie. Il y eut un grand silence gêné, et Sen en profita pour remercier sa sœur de l'avoir soutenu pendant des mois. Yellow s'excusa, mais lui demanda de remettre sa perruque. Un des dresseurs, un certain Paul, s'approcha du sac. Il lut les descriptions des médicaments, et il déclara :

" Je connais tes médicaments, mon père est médecin. Il m'a tout raconté sur les effets des médicaments, mais en aucun cas les médicaments que je vois ici ne donnent des envies meurtrières... Attends, c'est quoi ces cachets noirs, à côté de autres ?

- Ça... c'est un peu mon dernier espoir... C'est à base de Noigrumes je crois.

- Je ne connais pas. Ça a quel nom ?

- Euh... Satsuki, tu as dit quoi, le nom déjà ?

- Jidoolum je crois... C'est le pharmacien qui me les donne pour ma sœur, il est sûr que ça va la guérir.

- Hmmm... Désolé les filles, je ne connais pas ça."

Apparemment, le groupe n'était pas plus avancé. Elsa se posait de plus en plus de questions concernant la situation. C'est alors qu'elle ressentit un énorme coup de barre. Voyant que tout le monde semblait affecté par une fatigue soudaine, elle hurla :

"Restez éveillés ! Restez éveillés quoi qu'il arrive !"

Mais la fatigue les gagna définitivement.

Œil

Lorsqu'elle se réveilla, Elsa avait entre les mains une hache ensanglantée. Elle sortit de sa torpeur et de son mouvement hypnotique, et elle lâcha son arme : elle venait de découper la tête de Yellow. À côté d'elle, une des jumelles l'encourageait. Elsa était ruisselante de sang et de sueur, comme si elle avait travaillé le corps du garçon ardemment pendant dix minutes. Alors, elle vit au-dessus d'elle un œil bleu qui la dévisageait calmement. Elle tenta de se défendre, mais l'œil disparu, et avec lui la lumière. Elle ressentit dans son dos une main qui l'agrippa, et elle tenta de frapper. La lumière réapparut, et elle put voir qui la tenait : c'était Yellow, qui la secouait pour la réveiller. Il lui expliqua qu'il avait vu tout le monde s'endormir sans pouvoir les réveiller et qu'une partie d'entre eux, hypnotisés, étaient partis dans les couloirs, comme guidés par une hypnose puissante. Il pleurait car avec eux, étaient allées les jumelles, mais il avait eu trop peur pour aller les suivre. Il n'avait eu le temps que de voir le peintre, la bouche pleine d'une écume blanche, comme s'il avait une crise. Elsa pensa que Yellow venait de voir les effets d'une overdose.

À ce moment, il eut comme un étranglement. Il tenta de continuer de parler, mais rien n'y fit : il ne pouvait plus articuler. Elsa alla voir de plus près, elle comme il avait la bouche grande ouverte, elle put vérifier que sa langue avait soudainement disparu. Elle voulut se retourner pour réveiller Jul, à côté d'elle, mais il n'ouvrit pas les yeux. Il chercha la source des mots qu'il entendait, et il se tourna vers Elsa en lui demandant si les plombs avaient sauté. En fait, Elsa remarqua avec horreur que les paupières de Jul étaient soudées ensemble, et qu'il était privé de vision. Elle voulut se lever, mais sa main gauche se souda à la table. Croyant avoir affaire à un nouveau cauchemar, elle chercha ses Poké Balls : elle envoya son Farfuret. Le Farfuret, complètement paniqué, donnait des coups de griffe dans tous les sens, et accidentellement, il coupa un pied de la chaise de Jul. Ce dernier tomba à terre et, réagissant au choc, sortit de son hallucination. Il expliqua que tout ce qu'ils voyaient n'était que des hallucinations, que ça n'avait rien de réel. La lumière s'éteignit tout à coup. Pour être sûr de la situation, il envoya son Tenefix, et lui ordonna de faire un Feu Follet sur un objet inanimé. Apparemment, le Pokémon n'était nullement gêné par l'obscurité, et il enflamma un spot de l'arène, dont les matières plastiques commencèrent à brûler doucement, dégageant une odeur désagréable, mais toutefois une faible lueur.

Alors, Jul, Elsa, Diane et tous les dresseurs présents virent au centre de l'arène les deux jumelles. Une d'entre elle était en pleurs, l'autre avait une expression étrange de satisfaction. Cependant, la lumière était trop faible pour distinguer qui de l'une ou de l'autre était Sen ou Satsuki. Yellow, sorti de son hypnose, utilisa son Dracaufeu pour enflammer un objet plus gros qu'un simple spot. Il put attendre le plafond avec une Deflagration, et ainsi, la salle s'éclaira d'une couleur orange, car il semblait y avoir en haut une mosaïque en bois peint et verni, donc suffisamment inflammable pour être une source de lumière acceptable.

Alors, Jul remarqua une forme étrangement humanoïde, mais ressemblant plus à une figure de cauchemar qu'à un Pokémon. Dans le doute, il pointa son Poké Dex : "DARKRAI. POKÉMON NOIRTOTAL. TYPE : TENEBR. CE POKÉMON PEUT PROVOQUER D'HORRIBLES CAUCHEMARS CHEZ LES GENS. IL POSSÈDE UNE RÉPUTATION DE POKÉMON SADIQUE ET VICIEUX, UTILISANT SON POUVOIR POUR TOURMENTER LES HUMAINS. NIVEAU 204.". Jul eut une douche froide à la lecture du niveau du monstre, et il envoya immédiatement contre Darkrai ses 4 Pokémon. Elsa, Diane ainsi que Yellow en firent de même. Une des jumelles cria "Papa~~~ !", et elle envoya un Noctunoir contre les dresseurs. D'après le Poké Dex de Jul, il était de niveau 97 : cela devait expliquer la venue des Teraclope et des Skelenox dans les environs... et les hypnoses récurrentes dont tout le monde souffrait depuis quelques jours, qui étaient couplées au Mauvais Reve de Darkrai. Jul cria :

" Je la reconnais, maintenant ! La fille qui a envoyé le Noctunoir ! C'est Satsuki ! Pas Sen !"

Satsuki ne lui répondit que pas un sourire glacial. Diane donna l'assaut contre Darkrai. Tous les Pokémon attaquèrent en même temps, et Darkrai se rapprocha du sol. Il déchargea une attaque Vibrobscur très puissante sur ses assaillants, ce qui mit KO la moitié des Pokémon. Les Pokémon de Diane et d'Elsa avaient bien résisté ainsi que le Lucario et le Tenefix de Jul. Ils attaquèrent tous d'un coup, tandis que le Noctunoir arriva à hypnotiser l'Absol de Diane. Blessé par des attaques combat, Darkrai eut du mal à encaisser autant d'attaques d'un coup. Alors, il se concentra profondément... au bout de quelques secondes, il réussit à envoyer un second Vibroscur encore plus puissant, qui mit KO encore 2 Pokémon. Finalement, le Tyranocif d'Elsa fonça sur Darkrai et utilisa un Mitra-poing, qui infligea de lourds dégâts à Darkrai. Drattak, pour ne pas être en reste, se plaça de manière à prendre en tenailles Darkrai, et il utilisa une Dracogriffe, qui le fatigua encore plus. Alors, Lucario envoya une Aurasphère chargée de colère sur le Darkrai... qui tomba KO.

Coupable

Satsuki sembla d'un seul coup changer de comportement, et elle alla remercier les dresseurs qui avaient vaincu Darkrai. Elle leur demanda pardon, et leur expliqua qu'elle était sous l'influence de ce Pokémon depuis des mois, qu'il la suivait partout et que cela avait complètement changé son comportement, allant même jusqu'à la forcer à donner à sa sœur des faux médicaments qui lui permettaient de dormir à poings fermés tandis qu'elle accomplissait les tâches que lui imposait Darkrai. Elsa eut un éclair de lucidité :

"Ça me revient ! Vous vous souvenez du travail de Julie ? Elle étudiait comment les Pokémon pouvaient influencer leurs dresseurs ! Apparemment, c'est un cas où un Pokémon sadique a mélangé ses idées à celles d'un enfant, ça expliquerait la situation et les cauchemars... Je crois qu'on m'a dit que les enfants étaient toujours plus méchants que les adultes, ça a dû faciliter le lien entre vous deux."

Pendant ce temps, Diane, que personne ne regardait, sortit une Hyper Ball et s'approcha du Darkrai KO...

Trou noir

Elsa, au bout d'une heure de discussion avec Diane, finit par lâcher le morceau :

"Non ! Définitivement non, tu ne peux pas garder ce Pokémon avec toi, il est beaucoup trop dangereux !

- Mais mon cerveau, il est bien plus fort que celui de la gamine, j'aurai aucun problème pour gérer ! Je vais pas me répéter encore une fois !"

Yellow, Satsuki, Sen, Jul et Elsa faisaient face à Diane et tentaient de la forcer à libérer Darkrai. Elle ne semblait pourtant pas vouloir s'en débarrasser. À un moment, prise d'un coup de sang, elle dégaina ses épées. Jul remarqua qu'elle arrivait à tenir une épée dans chaque main, malgré le poids des engins. Complètement hors d'elle, elle fonça sur Jul, mais son coup d'épée fut stoppé par le bras d'un Gallame, que Satsuki venait de lancer in extremis. Le Gallame fit face et sans trop de difficultés, encaissa les coups de Diane. Alors, Satsuki envoya son Noctunoir, qui hypnotisa Diane. Soudainement calmée, elle accepta malgré elle de relâcher Darkrai. Il semblait avoir récupéré de la Vitalité et était redevenu conscient, aussi, il s'enfuit à toute vitesse en défonçant la porte d'entrée de l'arène. À l'extérieur, les Skelenox et les Teraclope semblaient s'en aller, puisque le Noctunoir de Satsuki n'agissait plus comme un aimant depuis une heure.

Diane sortie de son hypnose, elle déclara qu'elle aussi avait succombé au pouvoir de suggestion de Darkrai. Apparemment, ce Pokémon était si puissant qu'il pouvait influencer son dresseur et aussi les autres Pokémon du dresseur, devenant en quelque sorte le chef d'une bande d'esclaves. Satsuki finit alors par expliquer que c'était effectivement ses Pokémon qui, en utilisant leurs attaques, torturaient et tuaient les dresseurs ici. Elle remercia encore Elsa et Jul de l'avoir sortie de ce cauchemar. Yellow proposa d'accompagner les jumelles jusqu'à la prochaine ville. Jul et Elsa se remirent en route vers la civilisation, et Diane proposa de les accompagner encore quelques jours : elle devait prouver son innocence de ce qu'on l'avait accusé; elle semblait vouer un culte à la fierté, sans doute un réflexe des gens originaires de Suerebe, pensa Jul.

Victime

Une jeune femme marchait dans la neige. Elle était équipée de plusieurs armes, volées, pour poursuivre ceux qui l'avaient forcé à abandonner son nom. Elle s'approchait de leur localisation supposée, et elle vit léviter vers elle un Pokémon noir qui semblait être très intéressant, bien que mal en point. Elle pensa immédiatement qu'avec ce Pokémon, elle pourrait vaincre ceux qui l'avaient humilié, et elle imaginait déjà sa vengeance accomplie, ce Pokémon en son pouvoir.

À ce moment-là seulement, elle pourrait alors reprendre le nom de Silpelit, se venger des deux jeunes dresseurs... et surtout prendre le contrôle de la Team Galaxy. Elle s'approcha du Pokémon Noirtotal, et commença à lui parler.
Plop !

Avatar de l’utilisateur
Asdrubael
Messages : 134
Inscription : mer. 24 déc. 2014, 21:33
Localisation : Au pays des moutachus mangeurs d'escargots
Contact :

Re: [Fanfic] Adaptations

Message par Asdrubael » sam. 31 janv. 2015, 10:37

Ta Fan-fiction est excellente, j'attend vivement la suite :D !
Félinferno/Lougaroc/Ossatueur/Magnézone/Crabagarre/Bazoucan
57 % du Pokédex d'Alola
Ouvrez vos cadeaux avant que je ne vous tue !

Avatar de l’utilisateur
Feuillajaguar
Messages : 357
Inscription : ven. 16 mai 2014, 19:28

Re: [Fanfic] Adaptations

Message par Feuillajaguar » sam. 31 janv. 2015, 17:48

Aaaah... Arrêtez, je vais vomir... :malade: Je ne parlez pas de la Fan-fiction, seulement, je n'ai rien lu de la page, je n'aurais jamais le temps ! Bienvenue Red-Rum, je voulais aussi te dire à propos de cette fic qu'il faudrait se débrouiller pour ne pas que ça fasse trop bloc (faire des espaes espaces, par exemple). Sinon, je vais essayer de commencer à la lire maintenant, mais je sais pas trop, je trouve ça très très très long... :malade:

Avatar de l’utilisateur
Andy le Voyageur
Messages : 3406
Inscription : lun. 01 juil. 2013, 19:26
Localisation : Là où il y a des Pokémon, j'y suit.
Contact :

Re: [Fanfic] Adaptations

Message par Andy le Voyageur » sam. 31 janv. 2015, 19:47

Je te conseille de lire. C'est un peu dur a comprendre parfois mais elle est très bien.

Avatar de l’utilisateur
Red Rum
Messages : 137
Inscription : jeu. 06 nov. 2014, 04:25
Localisation : In Uranus
Contact :

Re: [Fanfic] Adaptations

Message par Red Rum » dim. 01 févr. 2015, 14:04

Oui, je comprend très bien Feuillajaguar, seulement j'essaie de faire de la narration, de la description ... Du coup ça implique de faire des paragraphes assez longs, désolé si tu n'y es pas habitué, j'essaierai de faire au mieux dans le futur ! ;)
Plop !

Avatar de l’utilisateur
Red Rum
Messages : 137
Inscription : jeu. 06 nov. 2014, 04:25
Localisation : In Uranus
Contact :

Re: [Fanfic] Adaptations

Message par Red Rum » dim. 01 févr. 2015, 14:25

Et voici la suite :)

L'arène de diamant
Partie I
Attraction

"Mesdames, mesdemoiselles et messieurs, je vous ai convoqué à cause d'un problème sur le bateau". Le capitaine du bateau qui emmenait Jul, Elsa et Diane avait fait venir les membres de l'équipage et les passagers dans la salle à manger. Tous avaient l'air inquiet pour quelque chose. Une fois que le silence se fit, le capitaine reprit :

"Certains d'entre vous ont sans doute remarqué qu'il y a des objets qui disparaissent. Ça va faire au minimum le vingtième truc qui disparait, c'est pour ça que je vous demande de veiller à ce que vos cabines soient bien fermées et vos valeurs dans les coffres mis à disposition dans votre chambre.

- Vous voulez qu'on vous aide à choper le mec ?" demanda Diane.

" Vous êtes compétente pour rechercher les voleurs ?

- Non, mais je peux faire parler les mecs qui ont des trucs à cacher.

- C'est gentil, ça ira. Si vous pouviez également éviter de bronzer à l'avant du navire, on n'est pas sur un bateau touristique. Nous sommes un bateau scientifique, et nous sommes déjà bien gentils-

- ... ouais, on sait, vous nous avez accepté pasqu'on était avec Elsa, qui bosse avec vous. Mais il faut bien que je passe le temps, je fais quoi moi ? Parce que bon ...

- Cette discussion est terminée. Bon, comme je disais, redoublez de présence et signalez toute activité suspecte.

- Qu'est-ce qu'on a volé exactement ?", demanda Elsa.

" Quelques appareils scientifiques ... Mais le voleur n'y connait rien, ce sont des objets moyennement intéressants ...", dit le capitaine d'un ton qui se voulait rassurant.

Jul alla faire un tour rapide dans la cabine qu'il occupait avec Elsa, Diane et un marin affecté aux quarts de nuit (ce qui dérangeait régulièrement leur sommeil), afin de vérifier que tout était encore là. Il reconnut bien ses affaires, et sans prêter attention aux affaires des autres (il ne connaissait pas leurs inventaires par cœur), il alla retrouver Elsa et Diane dans la salle à manger. En chemin, il croisa une ombre qui, tout à fait silencieusement, montait un escalier en à toute vitesse. Immédiatement, il décida de la suivre discrètement. Cette personne avait l'air encore plus grande que Diane ou le capitaine. Sans trop savoir où il allait, il se retrouva près de l'entrée du pont de commandement. Il entendit le bruit de trois corps chuter. Il jeta un œil, et découvrit trois marins évanouis. Il entendit alors un fracas de métal déchiré. Il se précipita à l'intérieur de la pièce, mais le temps qu'il arrive, la personne avait disparu.

Alertés par le bruit, les autres marins arrivèrent. Le capitaine, qu'on avait mis au courant, ne mit pas longtemps avant de questionner Jul. Ce dernier eut à essuyer de nombreuses accusations, mais lorsque Diane et Elsa arrivèrent, elles expliquèrent aux matelots que non, Jul ne pouvait pas assommer trois personnes d'un coup (surtout si ces personnes n'avaient aucune lésion apparente) et surtout que non, il ne pouvait pas physiquement arracher un morceau de tôle de 3 mm à mains nues.

Elsa demanda ce qui avait été cassé. Le capitaine lui expliqua avec énormément de calme et de douceur que le navire venait d'être privé de radar électronique. La plaque de tôle était le support pour le radar. Ainsi, la navigation devenait très compliquée. C'est à ce moment qu'Elsa remarqua que d'autres appareils avaient été dés-alimentés durant le vol du radar. Parmi eux figurait le compas électronique. Là, le capitaine, apparemment très las, s'assit et, en se massant la base du nez, les yeux fermés, cherchait une solution pour relancer sainement la navigation. Jul, qui avait déjà navigué, proposa d'aider : il avait quelques notions de repérage au soleil et aux étoiles. Les matelots le dévisagèrent, et un d'eux finit par lâcher :

"C'est cool, mais justement c'est là qu'il y a un problème : le sextant a disparu hier. Alors si tu sais te repérer à vue d'œil en plein océan, nous, on veut bien !

- Ah zut ... vous pensez que ça a un lien ?"

Le capitaine demanda à tout le monde de partir, il devait réfléchir à ce qu'il se passait. Elsa, Jul, puis Diane rentrèrent dans leur cabine. Ils tentèrent de dormir un peu mais, vers 5 heures du matin, des bruits de pas rapides les réveillèrent. Apparemment, cinq personnes étaient passées en courant devant leur cabine.

Intrigués, ils décidèrent d'aller voir. Deux autres marins leurs passèrent devant, et ils les suivirent. Plus ils se rapprochèrent, mieux ils entendirent des bruits étranges provenir du pont de commandement. Les marins avaient l'air satisfaits : ils avaient retrouvé le radar, et ils étaient en train de le ressouder à sa place.

Elsa demanda avant s'ils avaient vérifié s'il y avait eu des modifications sur l'objet, mais ils confirmèrent que la pièce était la même. De toutes façons, ils venaient de terminer de souder la plaque et de remettre en place les fils. Lorsque le capitaine remit le contact, il y eu comme un claquement sonore, et une forte odeur de composant électronique brûlé se répandit dans la pièce. Quelques secondes plus tard, les plombs sautèrent.

Répulsion

Le lendemain, le verdict d'Elsa était sans appel : les appareils électroniques de navigation étaient inutilisables. Le capitaine proposa de se rapprocher de la côte la plus proche, afin de trouver le port le plus proche, quitte à retourner à Sinnoh. Elsa se demanda quand même qui pouvait bien vouloir mélanger les fils de l'alimentation du radar afin de le faire griller... Le capitaine proposa alors de lancer un appel aux navires les plus proches. Ils furent cependant dans l'incapacité de leur communiquer leur position actuelle, aussi, on proposa de leur envoyer de l'aide par hélicoptère.

Le jour suivant, Diane et ignorant l'ordre du capitaine, bronzait à l'avant du bateau. Le navire était à l'arrêt, on attendait qu'on le repère. Jul alla rejoindre Diane à l'avant car il s'ennuyait aussi. Lui par contre avait gardé ses habits habituels. Elle semblait tout à fait contente de faire son bronzage tranquille, aussi, elle arborait un sourire béat.

" Tu en penses quoi, de cette histoire ?

- J'm'en fous ! Ça me fait des vacances avant d'arriver à Suerebe.

- Ouais ... mais sans rire, ça te gêne pas de savoir que quelqu'un essaie de nous empêcher de ... je ne sais pas quoi ?

- Je m'en fiche, je te dis, [BIP] !

- Ouais, je vois ça ... enfin bon, évite de provoquer l'équipage. Tu sais qu'ils sont pas d'accord pour que tu fasses bronzette sur le bateau, alors si tu enlèves le haut, tu vas vraiment te faire ...

- Mais [BIP], ça va je te dis ! Ils veulent pas que je fasse quoi qu'ce soit sur ce foutu bateau, y z'ont qu'à me laisser tranquille !"

À cet instant, Diane cessa de rire et fit une grimace. Elle se cacha les yeux et se retourna vers Jul.

" Ah ! J’sais pas ce qui fait ça, mais depuis 10 minutes, j'ai un reflet du soleil qui m'emmerde régulièrement. Ça vient de par-là, je ne sais pas ce que c'est, mais c'est vraiment lourd !

- ... Je ne vois rien, désolé.

- Mets-toi à ma place, tu verras mieux !"

Jul se plaça devant le visage de Diane et l'espace d'un instant, un flash lui troubla la vision. Il se retourna vers Diane :

" C'est peut-être important. Je vais aller en parler-

- Qu'est-ce que vous foutez exactement, tous les deux ?", demanda Elsa qui venait d'arriver. Elle avait l'air assez mécontente de voir Diane allongée et presque nue et Jul, la tête à 5 centimètres des seins de cette dernière.
Partie II
Supérieur

" Vous voyez quelque chose ?", demanda Jul au capitaine. Ce dernier avait été abordé par Diane quelques minutes auparavant, elle lui avait demandé d'"aller voir un truc" à l'avant du bateau et il avait semblé très en colère de la voir débarquer simplement vêtue d'une serviette. Il lui avait ordonné de retourner se rhabiller avec véhémence et s'était rendu à l'avant du navire avec une paire de jumelle, dans l'espoir de voir venir une vedette des garde-côtes. Le capitaine cherchait une explication à ce qu'il voyait : une sorte d'immense plaque transparente et circulaire semblait être suspendue dans le ciel et reflétait la lumière du soleil. Elle était quasiment-transparente. Alors qu'il augmenta le zoom, il aperçut au centre de cette plaque une forme presque humanoïde qui semblait méditer. Cette chose sembla alors tourner la tête dans la direction du bateau et elle s'éleva dans le ciel jusqu'à ne plus être bloqué par la structure transparente.

Le capitaine sembla d'un coup pris d'un mauvais pressentiment. Il ordonna de lancer les canots de sauvetage à la mer. Quelques secondes plus tard, alors que tout le monde s'activait sur le bateau, une énorme boule d'énergie fondit sur le centre du bateau et détruisit son centre dans une gigantesque explosion. Jul, Elsa et quelques matelots qui étaient à l'air libre furent projetés dans l'eau par le souffle. Le bateau commença à couler rapidement. Elsa et Jul se rejoignirent vite et se tinrent pour rester ensemble, car l'explosion avait déclenché de puissantes vagues. Quelques marins s'extirpèrent des eaux et ils envoyèrent quelques Pokémon comme des Locklass ou des Lamantine. Pour ne pas rester à la surface,Elsa envoya son Drattak et tenta de monter dessus. Jul l'aida un peu et elle finit par arriver au niveau des épaules de son Pokémon, mais Jul alla rejoindre le capitaine, qui utilisait un Staross comme flotteur.
Elsa survola la zone et se dirigea vers le bateau qui était déjà aux trois quarts sous l'eau. Lorsqu'elle arriva au-dessus du centre de la carcasse et qu'elle évalua les dégâts, elle aperçut quelques personnes qui se débattaient dans l'eau bouillonnante. L'eau, chargée de bulles, empêchait les marins de flotter qui, trop lourds, coulaient à pic. Certains cherchaient à s'agripper à leurs Pokémon. Elle eut soudainement une prise de conscience terrible : Diane était restée à bord du bateau. Alors, elle retourna voir Jul pour trouver un moyen de la ramener. Le temps qu'elle revienne vers lui, le bateau avait disparu, et il ne restait que des tourbillons, de l'écume et des vagues. Elsa chercha Jul sans le trouver. Elle continua de survoler la zone, mais elle ne le reconnut nulle part. Au bout de plusieurs dizaines de secondes, elle redouta le pire. Elle tenta de l'appeler, sans succès : il semblait ne plus être dans les environs. Elle reconnut le capitaine qui lui faisait des grands gestes. Elle s'approcha de lui, et il lui hurla que son ami lui avait emprunté de force son Staross et qu'il s'était dirigé vers l'épave.

" Il vous a dit ce qu'il voulait faire ?

- Il m'a seulement demandé si mon Pokémon pouvait se déplacer sous l'eau et il est parti ! Je sais pas où il est, je l'ai vu plonger il y a à peu près 30 secondes, mais après rien !

- Oh ! le ... Il est taré !"

Elsa fit demi-tour, et chercha une solution. De toute évidence, Jul était parti chercher Diane, et elle ne pouvait rien faire de là où elle était. Elle pensa qu'il était vraiment dommage que ni Jul, ni elle n'eurent pensé à dresser des Pokémon aquatiques. Elle attendit encore quelques dizaines de secondes, puis, elle entendit la voix de Jul qui demandait de l'aide. Elle l'aperçut, puis elle vint le voir. Il était accroché avec Diane à un Staross, et avait du mal à reprendre son souffre, tandis que Diane était inconsciente. Elsa eut l'idée de demander au Staross d'utiliser un Laser Glace pour créer une plateforme pour pouvoir mieux s'occuper de Diane. Les autres marins, à la vue de cette bonne idée de "radeau de survie", firent pareil, et ainsi, en peu de temps, tout le monde avait son petit radeau de survie glacé.

Elsa, une fois sur la plateforme de glace, aida Jul à y ramener Diane, et enfin elle aida Jul à monter sur la glace. Elle n'avait aucune compétence de premier secours, alors elle laissa faire Jul. Ce dernier lui expliqua qu'il avait dû plonger à grande vitesse à plus de 40 mètres pour aller chercher Diane, car comme elle s'était équipée, avec tout le métal qu'elle trimballait, elle avait coulé comme une pierre. Il lui fallut ensuite remonter aussi vite que possible, parce que lui-même commençait à manquer d'air. Diane avait l'air sonnée par l'explosion, et ses poumons étaient remplis d'eau. Jul appela son Gardevoir, et lui demanda d'utiliser sa télékinésie pour retirer l'eau des poumons de Diane. À ce moment, Diane fut prise d'une douleur intense et se réveilla. Elle cracha de l'eau, puis un peu de sang. Elle toussa longtemps, puis tenta de reprendre son souffle. Elle tenta de parler d'une voix détruite :

"J'ai... mal... ventre... mal !". Elle continua de tousser du sang, et essaya de retrouver sa respiration, en vain. Elle expirait et inspirait très vite, et Jul et Elsa commençaient à s'inquiéter de son état. Jul demanda à son Gardevoir d'utiliser une hypnose pour la calmer. Mais Diane, qui semblait aller de plus en plus mal, vomit sous l'effet de la douleur et de l'asphyxie. Elle finit par s'évanouir. Elsa voulut savoir ce qui lui était arrivé :

"Jul, est-ce qu'elle crachait du sang sous l'eau ?

- Euh... non, elle avait juste l'air de ne plus respirer... C'est quand même pas l'explosion qui-

- Espèce de crétin ! Tu lui as fait quoi avec ton Gardevoir ?!

- J'ai essayé de retirer l'eau qui était dans ses poumons, c'est tout !

- Voilà ! Ton Gardevoir a fait de la télékinésie dans ses poumons, ça lui a arraché des alvéoles ! Elle va pas pouvoir respirer si tu lui as arraché ce qui lui sert à respirer !"

Jul resta interdit. En voulant faire bien, il n'avait fait que faire empirer l'état de Diane ! Il lava la bouche de Diane et tenta de lui faire du bouche à bouche, sans trop savoir comment s'y prendre. Elsa l'arracha à Diane.

"Tu sais vraiment pas comment faire ! Laisse-moi !"

Elsa approcha son oreille de la bouche de Diane et perçut une légère respiration, gênée par de l'eau et d'autres fluides. Elle vérifia que le cœur de Diane battait encore, puis elle la mise dans la position latérale de sécurité, comme on lui avait appris lors de son stage de secourisme. Un peu de sang s'écoulait de la bouche de Diane, mais elle semblait hors de danger de mort.

"Bon, maintenant il faut trouver une plateforme plus solide que ce radeau de glace. Tu avais dit que tu avais vu un truc dans le ciel, non ?

- Attends que je me souvienne... C'était par là.

- OK, je vois pas d'autre endroit stable pour le moment. J'y vais avec Diane, je verrai bien si je pourrai trouver du secours.

- Mais c'est là qu'il y a eu une énorme boule de chais-pas-quoi qui a fait sauter le bateau, c'est carrément risqué d'y aller !

- J'y vais ! Je verrai bien ce que c'est... s'il y a besoin je t'enverrai un message sur ton Matos.

- ... Je vous rejoindrai dès que je pourrai."

Causalité

Elsa et Jul montèrent Diane sur le dos du Drattak et Elsa monta à son tour, en prenant garde à ce que Diane ne tombe pas en chemin. En s'éloignant, elle vit Jul appeler le capitaine, pour lui demander quelque chose... mais elle voulait à tout prix arriver sur un endroit stable pour sauver la vie de Diane, et détourna le visage pour mieux appréhender l'étrange plaque transparente dont elle se rapprochait à grande vitesse. Elle entendit alors une voix sinistre :

"Ne venez pas me déranger."

Son Drattak fit alors un mouvement brusque pour éviter une boule d'énergie qui allait le frapper. Dans le mouvement, Diane glissa et tomba du Pokémon. Alors, Elsa fit faire un plongeon à son Pokémon, et la récupéra avant qu'elle ne frappe la surface de l'eau. La voix étrange reprit dans sa tête :

"Avertissement."

Elsa continua d'avancer vers la plateforme et lorsqu'elle fut à portée, elle réalisa à quel point cette plateforme était gigantesque : située à plus de 700 mètres de haut, elle fait plusieurs centaines de mètres de diamètre. Elle finit par arriver au bord, posa un pied dessus, ce qui fit un léger bruit cristallin. Elsa put alors s'apercevoir que cette plateforme était faite d'une matière précieuse, comme du cristal ou du diamant. Elle déposa Diane, et aperçut, au centre de la plateforme, une forme humanoïde. Cette forme se rapprocha en un clin d'œil et commença à observer les trois étrangers de l'arène de diamant. Au bout d'un moment, il annonça par télépathie :

"Trop faibles. Vous n'avez rien à faire ici.

- Vous êtes qui ?", demanda Elsa, impressionnée par cette présence sombre, au regard impitoyable.

"Je suis la forme de vie la plus puissante de ce monde.

- Qu'est-ce que c'est que cet endroit ?

- C'est mon arène.

- Vous voulez combattre quelqu'un ?

- Je combattrai et vaincrai n'importe qui. Mais vous êtes bien trop faibles pour moi. Mes adversaires arrivent bientôt. Si vous voulez rester, ne nous dérangez pas."

C'est à ce moment qu'Elsa reconnut une forme qu'elle avait déjà vu dans un livre. Ce Pokémon ressemblait d'assez près à un autre Pokémon légendaire, mais son aspect était bien plus agressif.

"C'est incroyable... j'ai l'impression de vous avoir déjà vu... dans un livre..."

À ce moment, le Pokémon sembla pris d'une fureur terrible. Mais Elsa, apeurée, ne put s'empêcher de finir sa phrase :

"... Vous êtes... Mew ?"

Alors, le Pokémon, sans un geste, commença à étrangler Elsa par télékinésie et l'éleva dans l'air. Il hurla dans sa tête :

"Ne prononcez jamais ce nom !"

Diane sembla tout d'un coup s'éveiller. Elle vit alors cet étrange Pokémon humanoïde en suspension dans l'air, avec en face de lui, Elsa qui semblait s'étouffer, soulevée par une force invisible au niveau de son cou. Elle tenta de se tenir debout et dégaina un pistolet et mis en joue le Pokémon qui faisait souffrir son amie. Mais elle avait perdu ses forces, et elle ne put réprimer une quinte de toux qui la mit à genoux.
Partie III
Causalité

"Vous n'êtes pas assez forte. N'essayez pas de combattre.". Cette phrase résonna dans la tête de Diane, mais cela l'énerva encore plus. Elle prit son Desert Eagle à deux mains, retira la sécurité, visa très précisément le Pokémon qui la défiait et tira deux coups. Elsa tomba par terre, et toussa, en tentant de reprendre sa respiration. Elle avait senti une force puissante l'étrangler, et elle tenta de s'asseoir pour voir ce qu'il s'était passé. Sans bouger, le Pokémon en face d'elle, protégé par un bouclier, regardait les balles tirées par le pistolet de Diane, qui s'étaient écrasées sur sa protection. Il renvoya les projectiles dans la direction de Diane, avec une vitesse encore plus grande, mais les balles ne firent que frôler le corps de Diane.

"Intéressant. Que savez-vous faire d'autre ?"

Diane eut une autre quinte de toux, et s'agenouilla pour cracher un peu de sang. Elle se releva, dégaina une de ses épées, la pris à deux mains, et elle se plaça pour attendre une attaque du Pokémon.

"Non. Cela ne sera pas intéressant...", mais le Pokémon marqua un temps d'arrêt. Il esquissa un sourire, puis annonça : "Quelqu'un arrive."

À cet instant, Jul sauta du Bekipan qui l'avait emmené jusqu'à la plateforme, et alla voir Elsa. Diane, pensant utiliser cette distraction et ayant apparemment repris ses esprits, sortit son deuxième Desert Eagle et régla ses armes sur le mode "Full Automatic". Un pistolet dans chaque main, elle vida ses chargeurs sur son adversaire en un instant. Jul, en entendant les rafales, se retourna, et prit conscience que Diane avait vraiment des poignets en béton : elle pouvait tenir une de ces armes surpuissantes avec une seule main, et l'utiliser à toute sa puissance ! Instantanément, Diane laissa tomber ses chargeurs et rangea une arme. Elle allait prendre un chargeur plein pour recharger l'arme qu'elle avait encore en main quand son bras fut stoppé dans l'air. Impuissante face à son ennemi, elle lui lança un regard noir, mais le Pokémon ne la regardait même pas. Il regardait un point blanc dans le ciel, qui semblait s'approcher à une vitesse faramineuse. Elle voulut voir si les balles tirées avaient touché son adversaire, mais elle ne put qu'entendre un long cri de douleur venir d'Elsa.

Son bras libéré, elle alla voir Elsa, qui se tenait la jambe gauche dans une grimace de douleur. Elle prit alors conscience de ce qui s'était passé : les tirs avaient été déviés par la protection du Pokémon vers les autres humains présents sur la plateforme : des traces de rebonds de projectiles sur le sol entouraient Jul et Elsa, et apparemment une des balles avait atteint la jambe d'Elsa. Comme elle savait quoi faire pour ce genre de blessure, elle rangea ses armes et déchira une manche de son vêtement. Elle se mit à côté d'Elsa, et regarda la blessure : la balle avait fait exploser une partie de l'os mais elle n'était pas ressortie. Le sang qui coulait de la jambe commençait à former une petite flaque autour du pied. Comme Elsa ne s'y attendait pas, elle sortit un couteau papillon et le planta dans la blessure. Avant qu'Elsa, qui hurla de nouveau de douleur, et Jul, qui tentait de la calmer, puissent faire quelque chose, elle fit levier pour retirer l'énorme morceau de métal. Aussitôt, elle prit le morceau de son vêtement et l'enroula fortement autour de la jambe d'Elsa pour arrêter le saignement.

Jul, qui venait d'arriver et qui ne comprenait pas exactement ce qu'il se passait, fit un rapide bilan de la situation : de toute évidence, ce Pokémon avait coulé en un instant le bateau sur lequel Elsa, Diane et lui étaient, pouvait dévier les balles de calibre .50 avec une précision et une rapidité incroyablement élevée, sans bouger un seul muscle. Il regarda de nouveau ce Pokémon étrange, qui fixait le ciel avec un sourire.

Soudainement, une autre forme apparut sur la plateforme. Jul n'en croyait pas ses yeux : c'était exactement le même Pokémon ! Il remarqua cependant que ce Pokémon avait un défaut : ses yeux étaient fermés, comme si ses paupières étaient parfaitement soudées. Ce Pokémon prit immédiatement la parole :

"Es-tu le premier Mewtwo ?"

Sourire

Le Pokémon qui l'avait attendu ne lui répondit pas. Il bougea lentement ses bras dans un sourire d'extase, et envoya une boule d'énergie noire sur le Pokémon aveugle. Celui-ci, toujours au-dessus du sol, se déplaça lentement sur le côté. Il reprit :

"Ton comportement est bien celui du premier Mewtwo, et tu dégages une telle puissance et une telle envie de combattre qu'il n'y a pas d'erreur possible. J'ai été envoyé pour te ramener avec nous."

Il semblait bien plus réfléchi et calme que son alter-ego, mais ses mots n'avaient pas beaucoup de sens pour Elsa, Jul et Diane. Jul tenta de lui parler :

"Quand vous dites "nous", vous voulez dire que vous êtes plusieurs ?!"

Le Mewtwo aveugle tourna son visage vers lui et lui envoya une masse d'information colossale en quelques secondes par télépathie :

Il y a une dizaine d'années, des scientifiques avaient réussi à créer un algorithme de clonage efficace. Ils avaient réussi à créer des Pokémon artificiels, dans le but de sauver des humains de la mort. Alors, la Team Rocket les avait enlevés, avec leurs résultats de recherche et leurs appareils. Malgré les efforts du gouvernement, ils ne furent jamais retrouvés. Les scientifiques de la Team Rocket avaient alors continué ces recherches, pouvant remodeler le patrimoine génétique de Pokémon pour les rendre plus puissant. Ils trouvèrent un fossile de Mew, et reconstituèrent son code génétique, le modifièrent pour en faire un Pokémon dévoué uniquement au combat. Le résultat de l'expérience fut désastreux : comme ce premier Mewtwo avait été créé avec pour unique but de détruire, de combattre et de devenir puissant, il finit par défier et vaincre ses propres créateurs. Alors, ils créèrent un nouveau clone plus puissant, mais avec pour unique but d'obéir à ses maîtres. Comme le premier Mewtwo représentait une menace pour la Team, ils envoyèrent le second à sa recherche, dans le but de le ramener ou de le détruire. Jul prit du temps pour assimiler toutes ces informations et comprit que le deuxième Mewtwo attendait d'eux un soutien pour neutraliser le Mewtwo rebelle. Il tenta de balbutier quelques mots :

"Vous... vous allez... vous voulez...", mais il ne put finir sa phrase car une autre énorme boule d'énergie s'abattit sur le Mewtwo aveugle. Le premier Mewtwo, lassé par l'attente d'un combat qui s'annonçait très excitant, commença à lâcher sa fureur : négligeant la présence des humains sur la plateforme, il se mit en position de combat. De ses deux mains, il fit jaillir deux Ultralaser surpuissants. Le second Mewtwo esquiva les rayons, mais son ennemi continua de décharger son énergie en continu, le suivant dans ses mouvements. Afin de se défendre, le Mewtwo aveugle lança une boule d'énergie dans la direction des rayons, provoquant une explosion lumineuse. Il profita de cet instant pour venir plus près et infligea une attaque Tenebr puissante au Mewtwo rebelle. Cela le déconcentra suffisamment pour qu'il cesse d'utiliser ses Ultralaser et il eut à encaisser d'autres attaques, enchaînées avec une vitesse incroyable. Il s'écroula sur la plateforme. Le Mewtwo aveugle lui parla :

"Tu vas venir avec nous. N'essaie pas de résister, ou je te tuerai."

Le Mewtwo rebelle se releva et sembla relâcher une aura bleue. Il regarda le Mewtwo aveugle, et hurla par télépathie :

"Je suis si heureux ! Enfin un adversaire !", puis il fonça sur lui si vite qu'il déclencha une onde de choc.

Jul s'occupait d'Elsa, qui étudiait la scène. Elle lui demanda quelques explications, et Diane, consciencieuse, remettait des munitions dans ses chargeurs. Elsa pensa un instant, en voyant les deux Pokémon déchaînés et Diane qui se préparait à combattre de nouveau qu'elle était entourée de psychopathes meurtriers. Lorsque Jul lui eut expliqué l'histoire, elle prononça avec difficulté, encore prise par la douleur dans la jambe :

"Si ça tourne mal... on va devoir l'aider..."
Partie IV
Choix

"Aider qui ?", demanda Jul qui ne comprenait pas précisément où Elsa voulait en venir. Il continua : "Ils sont tous les deux surpuissants, tu as vu leurs attaques !

- Oui... mais... il y en a un qui est au service de la Team Rocket. On ne peut pas le laisser gagner !"

Diane s'incrusta dans la conversation : "C'est quoi, la Team Rocket ? C'est une Team qui fait partie de la Team Galaxy ? Et puis, c'est quoi ce Pokémon ? C'est un légendaire ?

- Pas le temps de t'expliquer les détails, Diane.", répondit Jul. Il posa son sac, et aida Elsa à s'allonger sur la plateforme, en utilisant son sac comme un oreiller de fortune. Le Mewtwo aveugle, qui avait apparemment entendu leur conversation, leur parla par télépathie :

"Si vous vous opposez à notre volonté, je vous détruirai également."

Le Mewtwo rebelle, en entendant ces mots, hurla :

"Ici, c'est moi, ton adversaire ! Et c'est moi qui te vaincrai, seul, sans l'aide de ces faibles qui sont venus me déranger dans mon arène !"

Jul, une fois assuré qu'Elsa était dans une position suffisamment confortable pour pouvoir récupérer de sa douleur, regarda Diane, qui venait de finir de recharger ses armes. Elle le regarda également, et sans dire un mot, ils sortirent en même temps tous leurs Pokémon disponibles. Les deux Mewtwo interloqués regardèrent un moment ces Pokémon qui venaient d'être appelés, et rapidement, ils évaluèrent leurs niveaux : hauts mais pas exceptionnels, encore moins suffisants pour mettre KO un d'eux. Se concentrant alors sur la bataille qui les opposait, ils continuèrent à échanger des attaques. Jul et Diane remarquèrent qu'ils étaient tous les deux pourvus du même genre de bouclier invisible qui arrêtait ou parait toute attaque, aussi ils commencèrent à se demander comment ils pourraient changer le cours de cette bataille, même avec leurs 8 Pokémon.

Jul alla chercher les Poké Balls d'Elsa en renfort, et envoya ses Pokémon sur le terrain. On pouvait alors voir : Drattak, Tyranocif, Dimoret, Absol, Metalosse, Scarhino, Galeking, Gardevoir, Lucario, Feuforeve, Tenefix, faisant face aux deux Mewtwo. Comme d'habitude, Drattak et Tyranocif foncèrent chacun vers un Mewtwo différent pour se prouver leurs courages respectifs. Les deux Mewtwo dirent calmement et à l'unisson :

"Ne me dérange pas !"

Corruption II

Aussitôt, les deux Pokémon s'écroulèrent, comme paralysés par une pression psychique assez puissante pour les mettre en catalepsie. Profitant de cette distraction, le Mewtwo rebelle utilisa une puissante attaque psy sur son adversaire. Toujours entouré d'une aura bleue, il semblait de plus en plus assoiffé de combat. Le Mewtwo aveugle laissa exploser son aura de combat, il sembla d'un coup entouré de flammes pourpres. Il ouvrit la bouche et rassembla ses mains devant son cœur : deux Ultralaser s'échappèrent du Pokémon : un de sa bouche et un de sa poitrine, et frappèrent de plein fouet l'autre Mewtwo. Comme son adversaire l'avait fait précédemment, il déchargea ces rayons en continu pendant plusieurs secondes, et le Mewtwo rebelle tenta de renforcer son bouclier pour parer ces rayons surpuissants. À ce moment, alors qu'il contrôlait deux Ultralaser, il envoya dans son dos une boule d'énergie dans son dos. Les autres Pokémon sur place, devant l'échec de leurs plus puissants camarades, restèrent interdits et refusèrent d'attaquer.

Jul constata que ce Pokémon était assez puissant pour contrôler trois attaques différentes, et suivit la boule d'énergie des yeux, dirigée vers un point noir distant d'au moins 500 mètres dans le ciel. Cette forme fit un plongeon pour éviter la boule, et rapidement, elle se rapprocha de l'arène de diamant. En même temps, il entendit Diane crier un juron, et il la vit en train de tomber dans le vide : des fissures commençaient à apparaître sur le bord de l'arène et la partie sur laquelle était Diane était en train de se détacher de l'arène.

Diane eut juste le temps de sauter vers une autre partie de la plateforme, et elle dit à Jul :

"La vache, faut pas rester là ! Au fur et à mesure que les deux machins se battent, l'arène se désagrège !"

En effet, Jul remarqua qu'un peu partout sur le contour de l'arène des morceaux de plusieurs mètres carrés tombaient. Il pensa que c'était lié aux dégâts que recevait le Mewtwo rebelle, dont la force psychique devait faire tenir cette arène en place. La forme qui s'était approchée de l'arène se posa enfin sur sa surface : C'était un Roucarnage avec sur son dos un dresseur, dont le visage était caché par une capuche blanche. Le dresseur dégaina un énorme fusil à pompe et tira dans le dos du Mewtwo aveugle, qui sous l'effet de la douleur, arrêta ses attaques.

Après quelques secondes, le dresseur commença à s'adresser au Mewtwo rebelle :

"Je suis venu te proposer plus de puissance."

Jul reconnut cette voix, mais l'intonation était vide d'émotions et monocorde. Il chercha dans sa mémoire où il avait entendu cette voix, dont le ton avait tellement changé. Profitant que son adversaire était à terre, le Mewtwo rebelle lui parla :

"Tu as l'air plus puissant que les autres humains. Que proposes-tu ?"

Le dresseur découvrit son visage et lui dit clairement :

"Lis en moi. Je t'ouvre mon esprit."

Jul reconnut immédiatement le visage de Silpelit, mais il était très étrange : aucune émotion n'émanait de son attitude. Elle avait fermé les yeux. Le Mewtwo rebelle, après quelques secondes de réflexion, sourit et lui répondit simplement :

"C'est inattendu, mais je te comprends et ta proposition m'intéresse."

Voyant que son nouvel "ami" avait accepté son marché, Silpelit chargea son fusil et tira sur le Mewtwo aveugle jusqu'à ce qu'elle n'ait plus de cartouches. Diane semblait interloquée par cette personne qu'elle ne connaissait pas et jalouse de son armement : elle possédait plusieurs fusils à pompe avec elle, et sa froideur la déconcertait : elle venait de tirer presque à bout portant sur un Pokémon, ce qui serait fatal.

Elsa émergea de sa torpeur et, considérant la nouvelle venue, balbutia :

"Silpelit ?"

cette dernière ne la regarda pas : elle venait de laisser tomber son arme à terre, et en dégaina une autre identique.

"Non. Mon nom est Silkan. Silpelit n'existe plus."

Calmement, elle s'approcha du Mewtwo aveugle et plaça son arme à moins d'un mètre de son corps: Elle déchargea son arme sans mot dire, ce qui provoqua une horreur bien compréhensible chez Diane, Elsa et Jul.

"Tu l'as tué ?!", hurla Elsa.

"Non, ça ne le tuera pas.", répondit Silkan en s'agenouillant près du Mewtwo agonisant. "Par contre, ceci le tuera."

Elle posa sa main sur la tête du Mewtwo. Sa main devint noire, et le Mewtwo eut un soubresaut avant de s'écrouler définitivement.

"Très intéressant. Tu ne m'avais pas menti.", annonça le Mewtwo survivant.

Jul, Diane et Elsa ne comprenaient rien de ce qu'il se passait. Avant qu'ils ne puissent dire quoi que ce soit, Silkan sortit une Poké Ball noire de sa ceinture et rappela son Roucarnage. Elle les considéra tous les trois, et brandissant la Poké Ball, leur assena :

"Je vous ai recherché pour sa vengeance."

Le Mewtwo rebelle se plaça à la droite de Silkan, et cette dernière libéra son Pokémon. Elsa, Jul et Diane reconnurent avec effroi un Pokémon qu'ils avaient déjà eu à combattre. Silkan, toujours avec cette voix monocorde déconcertante, dit à ce Pokémon :

"Je les ai retrouvé pour toi. Darkrai, fais ce que tu veux d'eux."
Interlude
Corruption I

[Deux semaines plus tôt, à l'Aire de Survie]

La jeune femme observait le Pokémon Noirtotal, qui se reposait, appuyé contre un arbre. Elle avait l'air contente de voir cet être qui semblait puissant, et son apparence de cauchemar lui indiquait que c'était un allié potentiel, malgré le fait qu'il semblait en piteux état. Habillée avec apparemment des frusques trouvées à la va-vite, elle avait sur elle des armes qu'elle avait volé après son évasion du centre Pokémon d'Argenta où elle était retenu à cause de la blessure qu'on lui avait infligé après deux échecs cuisants : contrôler la ville de Doublonvillle par chantage à l'énergie électrique et capturer le clan de Tyranocif le plus puissant de Sinnoh. Elle lui demanda :

"Je recherche deux humains. Peut-être que tu les as vu."

Elle sortit d'un sac deux croquis de Jul et Elsa, qu'elle avait apparemment mis plus d'une heure à faire. Darkrai prit un air furieux et se leva pour se mettre en lévitation à la hauteur de cette personne qui l'observait, pour cacher son état critique et pour mieux observer les croquis. Il reconnut ceux qui l'avait humilié et qui lui avaient fait perdre l'esclave le plus intéressant qu'il ait jamais eu : la petite Satsuki, qui l'avait aidé dans sa tâche pendant presque un an et qu'il avait eu tellement de mal à trouver. Il lui demanda :

"Ces personnes sont tes ennemis ?

- Ce sont mes cibles."

Darkrai réfléchit un moment. Il annonça :

"Pour moi aussi, ce sont des cibles à détruire. Si tu me captures, je t'aiderai à les détruire : je te prêterai une partie de mes pouvoirs et je t'apporterai mon soutien intégral."

La jeune femme eut un rire de victoire qui résonna dans l'air glacé. Les quelques Pokémon spectre qui étaient dans les environs eux-mêmes prirent peur et s'éloignèrent de ces deux êtres qui exhalaient plus de mauvaises pensées qu'ils ne pourraient jamais en contenir. Mais dans son rire démesuré, la jeune femme rouvrit sa blessure au thorax, et son rire se transforma en cri de douleur. Darkrai, voyant que son futur esclave était au bord de la syncope, accéléra le processus de capture, qui lui permettrait de contrôler entièrement cette humaine puissante, qui était à présent agenouillée, les deux mains sur une blessure qui saignait abondamment.

"Quel est le nom de mon futur maître ? Dans l'esprit d'une humaine que j'avais contrôlé un court moment, j'ai lu le nom de "Silpelit".

- ... Silpelit était un nom de code. Mon vrai nom est Silkan Sallyra.

- Silkan, capture-moi... sois mon maître, je t'en supplie."

Silkan brandit une Poké Ball noire, un modèle expérimental de Dark Ball qu'elle avait eu le temps de voler et de cacher avant de se faire évincer de la Team Galaxy. Ce modèle permettait au dresseur de faciliter une connexion entre l'esprit du dresseur et l'esprit du Pokémon capturé pour le forcer à utiliser une énergie sombre. Elle voulut la lancer sur Darkrai pour le capturer, mais ses forces la quittèrent et elle s'écroula dans la neige, paralysée par une douleur au torse qui lui rappelait le moment où l'ordure qui l'avait remplacé lui avait retiré son numéro.

Darkrai profita de cet instant de faiblesse et déclencha le système de capture. Une fois dans la Poké Ball, il se rendit compte qu'il lui serait encore plus facile de corrompre l'esprit de son esclave : une porte ouverte débouchait sur le cerveau de son esclave. Il s'y installa, vola les souvenirs de Silkan et pris le contrôle total de son esprit.

Dans la neige, Silkan venait de se rendre compte qu'elle avait été trompé par ce Pokémon : ce n'était pas elle le maître, c'était lui, et il était en train de prendre rapidement le contrôle de son esprit. Elle hurla dans la neige sans trouver de mot équivalent à la hauteur de la trahison qu'elle venait de subir avant de s'écrouler. Elle resta quelques minutes inconsciente dans la neige. Lorsqu'elle se releva, son visage avait perdu toute expression. Son esprit avait été enchaîné au plus profond de son cerveau par son maître, et elle ne semblait plus dégager aucune émotion.

Elle sortit de son sac une Poké Ball et envoya un Teraclope qu'elle avait capturé une heure avant. Elle s'approcha de lui et posa sa main sur le corps du Pokémon. Darkrai utilisa cette main comme vecteur d'une attaque Vibrobscur à pleine puissance. Le Pokémon tomba KO immédiatement. Silkan retira sa main, qui était devenue noire, et parla tout haut.

"Nous devons nous reposer, nous ne sommes pas encore assez forts."

Négligeant sa blessure, Silkan envoya un Roucarnage volé à un dresseur naïf juste après son évasion du centre Pokémon, et se mit en direction de l'Aire de Survie, où elle pourrait laisser se reposer Darkrai et où elle pourrait se faire soigner par des humains. De plus, elle retrouverait sûrement la trace de Jul et Elsa qui, d'après les informations recueillies par Darkrai dans le cerveau de Diane, allaient prendre un bateau en direction de Rhode.
Partie V
Vide

Darkrai contemplait Jul et Elsa avec délice. Il appréciait le spectacle des Pokémon qu'il redoutait le plus en train de gésir devant lui, Tyranocif et Drattak. Alors, il attaqua soudainement les Pokémon encore debout : d'abord Lucario ; ce dernier, surpris, fut cueilli par une attaque foudroyante, qui le mit à genoux. Puis, Darkrai chargea Galeking et Metalosse, qui furent jeté hors de l'arène. Jul eut juste le temps de les rappeler avant qu'ils ne soient hors de portée, et quand il se retourna, Scarhino et Dimoret avaient eux aussi été mis à terre : les bras de Silkan étaient noire, et Jul estima qu'elle avait dû utiliser l'étrange pouvoir qu'elle avait obtenu récemment.

Darkrai continua de déchaîner sa fureur et tous les Pokémon restant tombèrent KO. Jul se rapprocha d'Elsa, tentant de la protéger, mais Silkan fonça vers eux. Malgré la vitesse de ses mouvements, elle ne laissait toujours transparaître ni émotion, ni sentiment. D'un coup de pied, elle envoya Jul vers un autre bout de l'arène. À présent, Jul, Diane et Elsa étaient séparés, chacun à un coin de l'arène de diamant, à la merci de Darkrai.

Cependant, l'aura de Mewtwo devenait de plus en plus intense et tous purent sentir un sentiment proche de la frustration polluer l'atmosphère.

Darkrai, craignant cette menace certaine, se retourna et vit Mewtwo le dévisager et on entendit une voix sombre et puissante qui résonna un coup de tonnerre distant : « Je m'ennuie. »

Fureur

Silkan et Darkrai lui répondirent, Silkan de sa voix étrangement monocorde et Darkrai avec une voix télépathique sifflante comme un vent glacial. Ils semblaient parler en même temps, exactement sur le même ton et avec les mêmes mots : « Je t'ai proposé un combat une fois que j'en aurai fini avec ces humains. Attends encore quelques secondes. »

Mewtwo répondit, de plus en plus furieux : « Si tu perds plus d'énergie, ton combat ne sera pas à la hauteur de mes espérances. Garde plutôt ton énergie, que tu as déjà beaucoup dépensée pour vaincre ces déchets. »

Silkan esquissa une grimace de frustration : « Laisse-moi savourer ma vengeance ! »

Mewtwo, excédé, leva son bras vers Darkrai et fit jaillir des flammes dans sa direction. Darkrai, esquiva l'attaque étonnamment vite car à la fois excité à l'idée de pouvoir de venger et frustré à l'idée d'être privé de cette délectation. Il recommença à lui parler : « Nous avions un accord ! Tu ne peux pas me trahir ! »

La colère de Silkan était à présent étonnamment visible. Brutalement, Silkan et Darkrai foncèrent vers Mewtwo. Les bras de Silkan étaient de nouveau entièrement noirs, et son regard était déformé par la haine. Elle se jeta sur Mewtwo, mais ce dernier la reçut avec un formidable coup de queue qui la balança bien loin hors de l'arène. Elle appela son Roucarnage sur lequel elle atterrit avec adresse. Darkrai envoya vers Mewtwo un rayon noir plein d'énergie. Mewtwo encaissa l'attaque de plein fouet, ce qui le fit reculer de quelques mètres. Darkrai lui fonça dessus. La fureur de Mewtwo semblait s'atténuer.

Déception

Jul, Elsa et Diane semblaient hébétés devant ce combat apocalyptique. Diane rampait imperceptiblement vers Jul et Elsa en passant entre les corps allongés des Pokémon en état critique. Elsa expira : « Il faut partir ; il faut partir ... vite, très vite ... », tout en regardant Mewtwo. Elle sentait que quelque chose de très grave allait se passer incessamment sous peu.

Darkrai fonçait vers Mewtwo en préparant une attaque et Silkan ajustait une attaque en piqué avec son Roucarnage en arrivant par derrière Mewtwo, mais ce dernier soupira : « Je suis déçu. Ton apparence ne rend pas grâce à ta faiblesse. ». Il joignit ses mains et avec une rapidité incroyable, envoya un Ultralaser dévastateur sur Darkrai. Ne pouvant esquiver cette attaque, Darkrai fut projeté par-delà l'horizon dans un râle effroyable. Silkan, qui avait arrêté son attaque quelques mètres à l'arrière de ce Pokémon, hurla longtemps, comme si une douleur terrible lui parcourait le corps. Elle finit par tomber inconsciente sur l'arène, tandis que Mewtwo se remit à méditer.

Elsa tenta d'articuler : « Vous ... nous avez ... sauvés ? »

Mewtwo, décidément plein de mépris pour ces pantins qui jonchaient son arène, entra dans une transe étrange, et les quelques blessures qu'il avait reçues disparurent.

Il parla à Elsa, Diane et Jul : « Vous pouvez rester si vous voulez. Mais en ce cas ne dérangez pas mon plaisir. J'ai beaucoup trop attendu, et votre irruption en cet endroit ne fait qu'aggraver mon ennui. Je sais à présent qui je vais défier. »

Il semblait entouré d'une aura de plus en plus intense, et l'arène commença à s'effriter de tous les côtés. Le Roucarnage pris Silkan dans ses serres, et s'enfuit.

Drattak et Tyranocif s'éveillèrent enfin, et Elsa, Jul et Diane comprirent qu'il était grand temps de partir d'ici. Elsa ayant toujours une blessure à la jambe et Diane ayant encore du mal à respirer, Jul rappela leurs Pokémon, et ils montèrent sur Drattak, qui avait repris assez de force pour porter trois personnes et qui s'envola loin de l'arène de diamant.

Messe noire

De loin, Elsa, Diane et Jul purent apercevoir que Mewtwo était en train de charger, au-dessus de l'océan, une boule d'énergie quatre fois plus grande que lui. L'arène s'était entièrement disloquée et de l'électricité amena d'énormes nuages. Mewtwo hurla, avec une voix pleine de colère et de mépris :

« Dieux ! Écoutez ma prière ! »

Le temps devint très orageux, et les vents devinrent violents, au point que Drattak peinait de plus en plus pour garder son équilibre dans le ciel. Des éclairs jaillirent du ciel qui était maintenant noir, formant la seule lumière qui émanait à des kilomètres avec la gigantesque boule d'énergie créée par Mewtwo. Il hurla une nouvelle fois.

« Dieux ! Écoutez ma prière ! Moi, qui n'ai pas de nom, qui n'ai ni mère ni père, qui n'ai été créé que pour le combat ... ! Dieux ! Écoutez ma prière ! Je vous défie !! »

Une fois sa phrase blasphématoire terminée, il relâcha son énergie vers l'océan. Les vents devinrent horriblement puissants et, dirigés vers la surface de l'eau, ramenait dangereusement Drattak et les humains sur son dos vers le bas. Une énorme explosion déchira les eaux. L'onde de choc atteint finalement Drattak, et Jul, Elsa et Diane tombèrent inconscient par le coup.
Partie VI
Rêve ?
Elsa ouvrit péniblement les yeux. Elle voulut se redresser, mais pensa à jambe meurtrie et se ravisa. Elle tenta de comprendre où elle était : une forêt luxuriante l’entourait et elle voyait autour d’elle des arbres centenaires, tortueux, et elle était allongée dans un bosquet d’hautes herbes.
Elle voulut voir dans quel état était sa blessure et retira le pansement de fortune que Diane, dans ses souvenirs, avait fait … mais elle ne sentit rien. Affolée, elle remua la jambe, laquelle lui obéit immédiatement. Elle n’était donc pas paralysée, et décida donc de se relever pour essayer de comprendre où elle se trouvait. Consultant son Poké Matos, elle eut une étrange surprise en constatant qu’elle se trouvait dans une oasis de Rhode, et que trois jours s’étaient écoulés depuis sa rencontre avec Mewtwo.

« Jul ! », s’écria-t-elle. Une main se posa sur son épaule. Elle se retourna, et vit en effet Jul qui lui souriait gentiment. D’où était-il apparu ? Jul se mit à sourire plus amplement, et éclata d’un rire enfantin. Sa voix se fit entendre :

« Tu as faim ? »
Elsa se pinça le bras : ce ne pouvait être qu’un rêve ! Depuis quand Jul pouvait-il parler la bouche fermée ?

Mirage ?
Diane s’éveilla en sursaut. Un soleil de plomb lui brûlait le corps. Elle se leva d’un bond et se mit à vérifier où elle était. De toute évidence, elle était seule en plein désert. Bonne nouvelle … Elle vérifia que son équipement était avec elle. Ça, c’était bon … Elle s’étira langoureusement, comme après un lendemain de cuite, et se rappela en inspirant la terrible douleur à l’abdomen qu’elle avait reçue quelques heures auparavant, pensait-elle. Elle eut la double surprise de se rendre compte que son mal était guéri et qu’elle reconnaissait l’odeur du désert de Rhode. Son estomac gargouilla et une voix dans son dos se fit entendre :

« Tu as faim ? »

Elle se retourna, reconnaissant la voix d’Elsa, qui lui souriait … Non, ce n’était pas elle. Cette « Elsa » était bien arrivée comme par enchantement dans son dos. Par réflexe, elle menaça cette personne avec une de ses épées.

« Tu es qui ?! Et tu me veux quoi ?
- Je suis un ami. Et je veux savoir si tu as faim. »

Un ami

Jul ouvrit les yeux doucement. Il était allongé dans un lit qui de toute apparence était dans une chambre d’ami. Un air sec et chaud passait à travers la fenêtre entrouverte et un ventilateur au plafond tournait en grinçant. Il se leva de son lit et vit, posés sur une table de chevet, un grand verre de lait et quelques biscuits secs. Il se sentit aussitôt tiraillé par la faim et entendit la voix de Diane :

« Mange, si tu as faim. »

Il se retourna et vit en effet Diane, allongée sur le lit dans lequel il dormait quelques minutes auparavant, et sur lequel il était encore assis. Il sauta d’un bond et faillit tomber à la renverse, ce qui sembla amuser Diane. Elle eut un petit rire enfantin.

« Diane ? Comment tu es … on est où ici ? Et … D’où tu sors d’abord ?! »

Diane sembla déçue.

« Puisque vous n’avez tous pas faim, je vais vous laisser. Tes vrais amis ne sont pas loin, vous vous retrouverez facilement, je suis sûr. Veux-tu que je les fasse venir ? »

Jul ne comprenait rien. Il tenta de rassembler ses souvenirs, mais Diane reprit la parole :

« Je me sens responsable de ce qui vous est arrivé … En fait, je crois que vous êtes les humains que j’aime le plus récemment, je me suis attaché à vous. Quand mon … clone a failli vous tuer, je vous ai ramenés près de ce lieu où quelques-uns de mes amis se réunissent parfois. J’espère que vous ne m’en voudrez pas de vous avoir fait peur, je crois que les humains de cette époque manquent encore plus d’humour que les autres. »

Jul se rappela aussitôt d’une vieille connaissance :

« Mew ! Tu es Mew ! »

Son interlocuteur se mit à rire et reprit son apparence habituelle. Il s’agissait bien du petit Pokémon farceur qui les avait aidés lors de l’incident avec les Tyranocif. Il se mit à gigoter dans l’air en rigolant.

« Ton amie, celle qui est passionnée par le savoir, est dans une oasis au nord cette ville. Ton autre amie, celle qui est passionnée par l’honneur, est dans le désert, à l’ouest. Je les guiderai ici. Ils seront là dans quelques heures. Quant aux autres humains qui étaient menacés, je les ai mis en sécurité dans une ville pas loin de celle-ci. »

Jul ne trouvait pas quoi dire face à ce petit Pokémon qui semblait cacher autant de puissance sous cette apparence mignonne. Comme Mew commençait à s’ennuyer avec lui, il s’éclipsa par la fenêtre.

Réunion

Elsa arriva enfin dans une petite ville au nord-est de Pyrite. Elle avait marché plusieurs heures dans le sable brûlant et était trempée de sueur. Fort heureusement pour elle, elle avait pu cueillir des fruits et boire de l’eau pure dans l’oasis dans laquelle elle était apparue, toujours sans savoir comment, et suivait cette espèce de « copie » de Jul qui courait devant elle et s’arrêtait pour ricaner de la voir peiner à avancer dans le sable. Quand elle fut arrivée en ville, son guide se perdit dans la foule du grand marché couvert de la ville et elle mit bien trente minutes à errer entre les boutiques avant de reconnaître un visage familier.

Diane, elle, arrivée en courant sous le soleil de plomb, trouva vite un endroit où boire un thé brûlant l’aura désaltérée. Elle aperçut Elsa, perdue parmi la foule, et se décida à penser qu’il s’agissait bien cette fois-ci de la vraie Elsa : son comportement semblait correspondre bien plus à celui de la personne qu’elle accompagnait depuis quelques mois, depuis son rajeunissement. Elle lui fit de grands gestes avec les bras, et l’invita à boire un thé à la menthe, ce qu’Elsa accepta volontiers, bien qu’un peu décontenancée de voir Diane avant de pouvoir retrouver Jul. Une fois qu’Elsa fut attablée, Diane prit la parole :

« Comment tu es arrivée ici ?
- Quoi ? Euh … en fait, j’ai suivi ce qui semblait être Jul dans le désert et –
- Ouais, comme moi, y’a des espèces de mirages chelou qui nous ont guidées ici. La question que j’me pose, c’est …
- Pourquoi ? », lui répondit Elsa, comme elle pensait à la même question depuis son voyage dans le désert. Diane claqua des doigts, comme si Elsa venait de trouver le pot-aux-roses. Une rumeur parcourut le marché, et l’air se fit plus lourd d’un seul coup.

Déluge

Jul parcourait le grand marché couvert de la ville et trouva de quoi continuer son voyage avec Elsa et Diane. Soudainement, il entendit que les gens s’affolaient et se permit de poser la question à un homme qui rangeait rapidement son échoppe. Ce dernier lui expliqua rapidement qu’il fallait se mettre à l’abri : une grande tempête se rapprochait. En quelques minutes, le marché fut entièrement vidé de sa foule, et chacun retournait chez soi. Il vit de loin Diane et Elsa, qui s’éloignaient de la place couverte et se dirigeaient vers la sortie, et fou de joie, il alla les rejoindre. Il les héla de loin, et Elsa se retourna, Diane tourna la tête mais semblait plus intriguée par quelque chose d’autre.

Jul sauta dans les bras d’Elsa. Il était fou de joie de la retrouver saine et sauve. Diane esquissa un sourire, mais regardait définitivement l’horizon. Elle eut soudain un regard terrifié ; d’énormes nuages s’avançaient et elle vit ce qu’elle ne pensait jamais pouvoir voir dans ce désert sec et impitoyable : un véritable déluge se préparait et les nuages se rapprochaient à une vitesse incroyable. Coupant Jul et Elsa dans l’euphorie de leurs retrouvailles, elle désigna sans mot dire le centre Pokémon et s’y précipita.

Jul et Elsa, interloqués, suivirent Diane en courant. L’air devint d’un seul coup très frais et en quelques temps, une pluie épaisse et froide commença à tomber. Le temps d’arriver au centre Pokémon, pourtant situé à moins de 150 mètres, ils furent trempés de la tête aux pieds. Au centre Pokémon, une trentaine de personnes s’étaient réfugiés également et regardaient sur une vieille télévision cathodique les nouvelles de la région. Le speaker annonçait que la région subissait l’assaut d’une pluie torrentielle, et que déjà de nombreuses personnes devaient évacuer. À Phénacit, déjà les habitants se réfugiaient sur les hauteurs des bâtiments car des inondations rendaient la circulation dans la ville trop dangereuse. L’évacuation de plusieurs villes avait été décidée et à ce moment, Diane poussa un juron sonore. Elle regarda Jul et Elsa avec colère.

« Ma famille … Ma famille entière est à Suerebe !
- Oui, calme-toi, je comprends que tu t’inquiètes pour eux –
- Espèce de [BIP] !! Cette ville n’est pas reconnue par le gouvernement, ils ne vont pas les sauver ! C’est une ville souterraine ! tu crois vraiment qu’ils vont survivre à … à ça ?! »

Jul et Elsa, transits par l’horreur de la situation, comprirent immédiatement la colère de Diane. Cette dernière tenta de quitter le centre Pokémon, mais Jul s’interposa.

« On va t’aider. »

Elsa hocha la tête. Elle les accompagna à la sortie du centre Pokémon et sortit son Drattak, parfaitement rétabli depuis leur combat pathétique contre Mewtwo. Ils montèrent sur son dos et, volant au milieu de la pluie glacée, Drattak prit la direction de Suerebe.

Elsa, pendant le vol, et malgré la pluie qui lui fouettait le visage, tentait de faire le lien entre leur présence ici et les récents événements. Elle se souvint alors d’une histoire sur les Pokémon légendaire, d’un combat titanesque opposant deux géants, qui avait provoqué de graves changements météorologiques. Elle se souvint également de la dernière phrase de Mewtwo et de la dernière chose qu’ils avaient vu : Mewtwo avait lancé en direction de l’océan une boule d’énergie gigantesque. Cela était suffisamment puissant pour réveiller un Pokémon endormi depuis des siècles, un Pokémon qui ne devait jamais quitter son état de veille : Kyogre s’était réveillé.
Plop !

Avatar de l’utilisateur
Asdrubael
Messages : 134
Inscription : mer. 24 déc. 2014, 21:33
Localisation : Au pays des moutachus mangeurs d'escargots
Contact :

Re: [Fanfic] Adaptations

Message par Asdrubael » lun. 02 févr. 2015, 15:51

Oui !! Enfin !!
Toujours aussi excellent !!
Félinferno/Lougaroc/Ossatueur/Magnézone/Crabagarre/Bazoucan
57 % du Pokédex d'Alola
Ouvrez vos cadeaux avant que je ne vous tue !

Avatar de l’utilisateur
Red Rum
Messages : 137
Inscription : jeu. 06 nov. 2014, 04:25
Localisation : In Uranus
Contact :

Re: [Fanfic] Adaptations

Message par Red Rum » mar. 03 févr. 2015, 04:48

Merci ! Ça fait super plaisir de voir que ça plait au moins à quelques-uns ;)

Voici un nouvel arc que j'ai commencé ce soir :

Au pays des Dieux

Partie I
Famille

« Ouvrez cette [BIP] de porte !! »
Jul, Elsa et Diane étaient tous les trois arrivés à Pyrite. Diane, étant la seule pouvant les guider jusqu’à l’entrée de Suerebe, tambourinait à une porte en métal rouillé dans un hangar en périphérie de la ville. Elle était d’autant plus énervée que la pluie ne se calmait pas et que chaque minute était précieuse. Après un long moment, on entendit le bruit d’une targette que l’on déplace et la porte s’entrouvrit. Un grand homme apparut et dévisagea Diane, qui venait de se calmer, Jul et Elsa qui étaient restés quelques mètres en arrière.
« Le mot de passe ?
- Dégage. »
Diane avait vivement pris le pistolet qu’elle cachait dans son dos pour le coller sur l’estomac du « videur ». Ce dernier, cachant sa terreur, ne cilla pas et ouvrit la porte. Sans le quitter des yeux, Diane lança à Jul et Elsa :
« Bon, les fiottes, vous venez ?! »
Elsa se précipita dans le hangar, Jul l’accompagna. Le hangar était éclairé par des néons blafards et par la lumière d’une télévision dans une salle en hauteur, sûrement l’endroit où vivait l’homme qui gardait le hangar.
« Bon, on est dans un hangar à Pyrite. Parfait, parfait … », ironisa Elsa. Elle remarqua un ascenseur mécanique au fond de la salle. Cela devait être une des entrées secrètes pour entrer dans la ville souterraine de Suerebe.
« Tu crois vraiment que tes copains, ils pourront entrer et sortir vivants de la ville souterraine ? », demanda le gardien du hangar à Diane. Elle ne répondit pas et baissa son arme. Elle demanda à Jul de composer un numéro sur son Poké-Matos et tendit la main. Jul composa le numéro et posa son Matos dans la main de Diane. Diane attendit quelques secondes, puis se mit à parler.
« Adajia ? … Ouais, je sais, ‘pas le temps de t’expliquer, je suis au-dessus de l’entrée du bar du quartier sud. Tu peux nous retrouver là ? … Yes, on descend … Non, deux potes à moi. À tout’. Oui, moi aussi. »
Jul était interrogatif. Diane devait avoir discuté avec quelqu’un de très proche d’elle, car son anxiété semblait avoir disparu. Pour la première fois depuis leur combat contre Mewtwo, elle leur sourit et leur lança :
« Messieurs et dames, ascenseur pour le purgatoire, tout le monde embarque ! »

Éthanol

« Je suis désolée de te le … "réapprendre" comme ça … Mais tu ne te souviens vraiment pas de leur départ, il y a quatre ans et demi ? »
Dans un bar dans les hauteurs sud de la ville appelé « le Purgatoire », Jul et Elsa avaient suivi Diane qui avait retrouvé Adajia, une vieille connaissance. C’était une belle femme blonde, d’environ 25 ans, aux yeux bleus. Jul et Elsa ne savait pas quelle parole échanger, attablés l’un en face de l’autre dans un recoin du bar presque vide, en entendant la conversation entre Diane et Adajia. Diane, accoudée au zinc, regardait fixement son verre de whisky. Adajia but une gorgée de bière, puis reprit :
« C’était quelques semaines après que tu sois partie de Suerebe. La mafia avait fait du nettoyage, et tous les membres du gang AK-S ont été liquidés, leurs familles aussi. Les enfants, les anciens, tout ça … Tu avais maudit cette ville et juré de ne jamais y remettre les pieds. »
Diane était comme absente et continuait de contempler son verre. Elle était dévastée : on venait de lui apprendre la mort de toute sa famille, tout cela parce qu’elle avait participé à la lutte contre la mafia en suivant son grand frère dans le gang AK-S. Elle ne pouvait pas admettre que non seulement elle ne pouvait pas se souvenir de la mort de sa famille, mais qu’également elle ne l’avait jamais vécu, ayant été rajeunie par Dialga à un moment de sa vie antérieur au départ de ses proches. Elle dû comprendre que tout son voyage jusqu’à Suerebe avait été vain.
« Pour rien … J’ai fait tout ça pour … que dalle … », finit-elle par articuler. Elle se décida enfin à vider son verre. Après une grimace, elle avisa le serveur et lui fit un signe de la main pour renouveler sa boisson.
Jul et Elsa la regardaient, finalement Jul glissa à Elsa qu’il fallait être là pour elle. Elsa acquiesça, et ils s’installèrent au zinc auprès de Diane, sans mot dire. Adajia, elle, attendit que le verre de Diane fût de nouveau rempli, et pour capter son attention, elle fit tinter son verre contre l’autre. Diane leva les yeux vers Adajia, qui reprit la parole.
« Je n’ai pas envie que tu suives la même pente que tu as emprunté après le départ de ta famille. Promet-moi que tu ne feras rien de stupide … Enfin rien de plus stupide que d’habitude, quoi. »
Diane esquissa un sourire. Elle vida de nouveau son verre, respira profondément, ferma les yeux pendant un moment, puis elle déposa sur le zinc l’argent pour les boissons. Adajia lui demanda alors :
« Tu as toujours le Métalosse de ton frère ?
- Ouais …
- Je crois que j’ai trouvé un truc qui va te plaire. Les gamins peuvent venir aussi, peut-être qu’ils y trouveront leur bonheur.
- C’est quoi ?
- Une surprise. »
Adajia finit sa bière et les invita à sortir du bar. Elle les conduisit dans une autre partie de la ville, qui était dure à parcourir car elle commençait à être inondée. Les quartiers inférieurs étaient privés d’électricité et se déplacer dans 50 centimètres d’eau était très fastidieux. Des ordures flottaient à la surface de l’eau trouble, Jul et Elsa trébuchaient parfois sur le sol métallique glissant. Adajia monta à une échelle qui menait à une maison en hauteur en leur demandant de les suivre. Apparemment, c’était ici qu’elle habitait. Une fois arrivé dans cette espèce de cabane surélevée en métal, elle les invita à retirer leurs vêtements trempés d’eau sale en leur désignant une minuscule salle de bain. Tour à tour, ils se changèrent, et s’installèrent dans un canapé en demi-cercle autour d’une table ronde.

Évolution

« Je comprends pas … Tu dis que ces cailloux servent à faire évoluer des Pokémon ? C’est des genres de pierres-machin-chose, comme les pierres foudre ?
- Non, des gemmes ; des « méga-gemmes » artificielles un peu améliorées.
- Je comprends toujours rien à ton truc. Ça sert à faire évoluer les Pokémon ?
- Pas exactement, je reprends … »
Adajia tentait tant bien que mal de faire comprendre le fonctionnement des méga-gemmes à Diane.
Quelques mois auparavant, elle avait mis la main sur une une collection de méga-gemmes, comprenant entre autres une Métalossite, une Drattakite, une Tyranocivite et une Lucarite expérimentales lorsque son gang avait attaqué un fourgon blindé traversant Rhode, transportant ce qu’ils pensaient être de l’argent. Comme Adajia était une scientifique, on lui avait confié ces objets bizarres après le raid, et elle avait conclu des rapports écrits ramenés en même temps que les gemmes qu’il s’agissait de méga-gemmes améliorées : elles permettaient de faire méga-évoluer plusieurs Pokémon simultanément pendant un combat et ne nécessitaient pas l’emploi d’un outil de la part du dresseur pour les déclencher. En attendant le retour de Diane, elle avait pris soin d’étudier les gemmes et les gardait en sécurité car la Pharampite et la Steelixite, qu’elle gardait pour elle, pourraient peut-être lui permettre de démanteler la mafia de Suerebe par la force.
Elsa tenta de s’interposer :
« Mais si ça appartient au gouvernement, le mieux serait de les rendre, non ? Je veux dire, je ne voudrais pas me promener avec des objets volés … Et d’ailleurs, pourquoi voudrais-tu qu’on te les prenne ?
- Que voudrais-tu que je fasse de gemmes pour lesquelles je n’ai pas de Pokémon ? Je ne peux pas les vendre, alors je préfère vous les donner, vous en avez clairement besoin.
- Pourquoi faire ? Je n’ai pas envie de me replonger dans ces histoires de combat … »
Jul réfléchissait. Peut-être qu’avec ces objets, ils pourraient avoir la force de faire quelque chose contre la Team Galaxy s’ils étaient de nouveau attaqués, ou contre Darkrai. Il prit la Lucarite dans son sac. Elsa resta bouche bée. Elle ne pouvait pas croire que Jul était d’accord pour utiliser ces objets. Elle soupira en ragardant le plafond, puis prit la Drattakite et la Tyranocivite elle les rangea dans son sac. Diane prit la Métalossite. Elle dit à Adajia :
« Encore une fois, j’dois dire, t’es vraiment un ange tombé du ciel. »
Adajia sourit : « Je sais. »
Elsa, pour passer le temps, regarda son Poké-Matos. Elle parut un instant interloquée. Jul lui demanda ce qu’il se passait, Elsa lui répondit simplement : « C’est bizarre. La pluie s’est arrêtée. »
Plop !

Avatar de l’utilisateur
Asdrubael
Messages : 134
Inscription : mer. 24 déc. 2014, 21:33
Localisation : Au pays des moutachus mangeurs d'escargots
Contact :

Re: [Fanfic] Adaptations

Message par Asdrubael » mer. 04 févr. 2015, 09:24

Toujours excellent, je n'ai personellement rien à te reprocher.
Félinferno/Lougaroc/Ossatueur/Magnézone/Crabagarre/Bazoucan
57 % du Pokédex d'Alola
Ouvrez vos cadeaux avant que je ne vous tue !

Avatar de l’utilisateur
Red Rum
Messages : 137
Inscription : jeu. 06 nov. 2014, 04:25
Localisation : In Uranus
Contact :

Re: [Fanfic] Adaptations

Message par Red Rum » mer. 29 avr. 2015, 21:31

Je n'écris pas souvent, mais quand j'écris, j'écris ! :D

Voici la suite :

Au pays des Dieux
Partie II
Plumes
« Pourquoi tu te plains ?
- Mais Diane, comprend ça, au moins ! Si la pluie s’est arrêtée, c’est que le monstre qu’on a rencontré dans son arène a battu Kyogre !
- Et ? Il est où, le problème ? »
Elsa soupira longuement. Pour elle, cela ne pouvait que signifier une chose terrible. Diane ne semblait, ou ne voulait pas faire l’effort de comprendre. Adajia interpella Jul :
« Que se passe-t-il, exactement ?
- Ben … Mewtwo a décidé d’attaquer les Dieux.
- C’est un Pokémon ?
- Oui … C’est un monstre. Il est capable de … du pire.
- Et donc, que souhaitez-vous faire ?
- Je sais pas, je sais plus … »
Adajia semblait pensive. Elle pouvait faire quelque chose, mais elle avait peur des conséquences. En fait, une chance sur deux pour que ça marche … « c’est peu », pensa-t-elle tout haut. Diane l’entendit, mais ne prêta pas attention. Adajia avait toujours été … dans son monde. Elle décida de ne pas leur montrer, alors elle s’excusa et se dirigea vers les toilettes.
Jul profita de cet instant de flottement pour poser la question qui le taraudait depuis sa première rencontre avec Adajia. Il demanda à Diane :
« Elle vient d’où, ton amie ?
- Me fais pas [BIP] avec des questions perso, Jul …
- Mais … elle n’est pas … enfin … comment dire …
- Tu peux lui demander, si tu veux. » Elle héla dans la direction des toilettes : « Adajia ! Le gamin voudrait savoir d’où tu viens ! »
Aucune réponse. Diane l’appela de nouveau. Craignant le pire pour sa meilleure amie, elle frappa à la porte. Toujours rien. Elle appela, elle cria, de plus en plus inquiète, pour finalement enfoncer la porte … Mais la pièce était vide.
Diane ne comprenait rien. Son amie avait disparu sans laisser de traces. Il ne restait plus dans la minuscule pièce sans fenêtres que quelques plumes qui s’étaient envolées quand la porte avait éclaté. Jul et Elsa s’étaient approchés, et ne comprenaient pas davantage. C’est alors que la douce voix d’Adajia résonna dans la pièce principale :
« Je … Je ne voulais pas vous l’apprendre comme ça … Mais par pitié, ne hurlez pas. »
Elsa et Jul sursautèrent, Diane se retourna immédiatement. Elle ne pouvait pas croire ses yeux : Adajia, cet ange tombé du ciel, était donc véritablement … Un ange ?

La Grande Dame Blonde
Adajia se tenait, droite et altière, au milieu de la pièce. Elle rayonnait d’une aura nacrée et trois paires d’ailes blanches étaient écartées dans son dos. Elle avait l’air désemparée.
Tout s’imbriqua dans la tête de Diane. Adajia était donc véritablement un « ange tombé du ciel ». Elle articula : « Je … Pourquoi tu m’as jamais dit ?
- Je te l’ai dit de nombreuses fois, mais tu ne me croyais pas.
- Mais … Tu as toujours été une … enfin un ange ?
- Je suis née dans un Paradis, oui. Mais je suis arrivé dans le monde pour être une intermédiaire … Je crois que mon apparence normale vous gêne. »
Ses ailes disparurent, et son aura faiblit jusqu’à disparaître. Elle s’assit à la table du salon et invita Elsa, Diane et Jul à s’assoir aussi. Elle prit la parole et leur expliqua longuement ce qu’ils devaient savoir pour comprendre :
Ainsi, il existait des Paradis, des plans hors du monde, sous le contrôle de l’omnipotent Arceus. Ces mondes étaient difficilement accessibles, mais en tant qu’intermédiaire, elle avait le moyen de s’y rendre et de rejoindre la Terre librement. Elle devait aussi observer et remarquer les personnes d’exception afin de désigner des élus pour protéger le monde. Elle avait remarqué Diane depuis longtemps, c’est pourquoi elle l’observait à Suerebe. Diane parut gênée. Elsa demanda s’ils allaient oublier cette rencontre, mais Adajia lui sourit et lui dit qu’avec une autre personne, ils étaient prêts à devenir des élus. Mais pour cela, ils devaient réussir une épreuve.

Rendre la vie
Elsa, Diane et Jul ne pouvaient rien dire et essayaient de comprendre ce qu’Adajia leur avait expliqué. Adajia profita de cet instant de calme et joignit les mains. Dans un éclat lumineux, elle disparut. Comme précédemment, quelques plumes retombèrent à terre.
Diane sourit nerveusement. Elsa et Jul se regardaient. Des « élus » ? Qu’est-ce que cela pouvait bien dire ? Diane pensa tout haut : « Quand je pense que j’ai protégé un ange quand elle avait 8 ans … Tu te rends compte ? Ma meilleure amie, c’est un ange … J’ai été amoureuse d’un ange, [BIP]. » Elle ricana, comme prise d’un coup de folie. Adajia réapparut devant eux. Elle releva les yeux ; elle eut soudainement peur : Adajia tenait dans ses bras Sallyra, visiblement évanouie. Elsa et Jul se levèrent de leurs chaises. D’un ton calme, comme si elle était détachée de la réalité, Diane demanda à Adajia droit dans les yeux : « C’est une blague, pas vrai ? »
Adajia reprit la parole : « Voici la première partie de votre épreuve. » puis elle déposa délicatement Sallyra sur le sol. Diane, Jul et Elsa se regardèrent tour à tour. Elsa pensa la première que c’était avant tout une personne en danger et qu’il fallait lui donner les premiers soins si elle était en danger. Elle s’approcha de Sallyra. Elle sentait l’iode très fort et semblait très affaiblie, et elle comprit qu’elle avait passé tout ce temps dans l’océan, depuis leur défaite face à Mewtwo. Elle s’approcha avec précaution d’elle. Adajia sourit en la voyant aller dans la bonne direction. Elsa tâta le pouls d’Adajia : faible, mais elle vivait encore. Elle tenta d’entendre son souffle, mais rien ne sortit. Elle tourna son regard vers Jul, qui s’était lui aussi approché, et lui expliqua la situation : elle semblait être dans un coma, proche de la mort et ne respirait pas : sans aide, elle allait vraisemblablement mourir. Jul décida de cesser de réfléchir et tenta alors de lui donner les premiers soins. Diane décroisa les bras et décida de les aider : elle retira son manteau et en couvrit Sallyra.

Inversement
Sallyra se réveilla enfin et cracha l’eau qu’elle avait encore dans les poumons. Elle ouvrit les yeux et vit trois visages ennemis autour d’elle. Prise de panique, elle tenta de se relever afin de fuir, mais son corps était trop faible. Résignée, elle lâcha prise et se rallongea. Elle ferma les yeux.
Jul prit la parole : « Écoute Sallyra … On ne te veut aucun mal. La preuve, on avait le choix de ne pas t’aider, et ce choix, on ne l’a pas fait. »
Sallyra fit une grimace et voulut crier, sans y arriver. Elle semblait pleurer. Elsa, inquiète, lui demanda :
« Tu as mal quelque part ? On peut t’aider ?
- Vous … comprenez pas … Vous m’avez sauvée deux fois. Je devais vous supprimer, mais je ne peux pas … Je vous dois la vie ! Je dois la vie à mes ennemis, c’est une humiliation !! »
Adajia prit une nouvelle fois la parole : « Vous avez réussi la première partie de l’épreuve. Maintenant je dois vous emmener vers le lieu où se déroulera la seconde partie. » Elle reprit sa vraie forme et recouvra grâce à ses grandes ailes Elsa, Diane, Sallyra et Jul. Elle joignit les mains encore une fois, et ils furent tous entourés d’une lumière blanche.
Ils réapparurent au milieu d’un champ d’herbes étranges. Sallyra ouvrit les yeux, comme si ses blessures et sa fatigue avaient disparu. Elle se releva d’un bond, mais fut projetée dans les airs par la force de son bond. Elle retomba après quelques secondes et, ne comprenant rien à ce qu’il se passait, Elsa, Jul et Diane se tournèrent vers Adajia. Elle leur expliqua :
« La seconde partie de l’épreuve est simple : survivez ici trois nuits. Je ne pourrai pas vous aider, mais je vous observerai.
- Ici ? Mais on est où, ‘ici’ ?!
- Diane, tu ne comprendrais pas. Mais pour vous, oui, on peut dire que vous êtes en Enfer. »
Adajia disparut encore une fois dans un sourire compassionnel. Elsa regarda autour d’elle, et elle entendit un sifflement sinistre venir de très loin, puis des bruits de fracas, comme si un corps énorme avait cassé une montagne à quelques kilomètres d’eux. L’architecture et les propriétés de ce monde lui revinrent alors en un éclair :
Ils étaient dans le Monde Distorsion.
Non seulement ça … mais en plus, Giratina semblait venir vers eux, et certainement pas avec des intentions pacifiques.
Plop !

Avatar de l’utilisateur
Ulysse
Messages : 2359
Inscription : ven. 26 sept. 2014, 19:09

Re: [Fanfic] Adaptations

Message par Ulysse » sam. 09 mai 2015, 22:41

Je viens de finir le chapitre "Trahison" et c'est vraiment magnifique vraiment j'ai kiffé :)
Ça donne tellement envie d'écrire :D
23:55

Avatar de l’utilisateur
Red Rum
Messages : 137
Inscription : jeu. 06 nov. 2014, 04:25
Localisation : In Uranus
Contact :

Re: [Fanfic] Adaptations

Message par Red Rum » dim. 10 mai 2015, 17:59

Très heureux que ça te plaise :)

Ça me donne envie de continuer l'écriture ;)
Plop !

Avatar de l’utilisateur
Ulysse
Messages : 2359
Inscription : ven. 26 sept. 2014, 19:09

Re: [Fanfic] Adaptations

Message par Ulysse » dim. 10 mai 2015, 18:18

Bah c'est cool alors ^^ !!
23:55

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 15 invités